Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/11/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

RIVAROL N° 3208 du 29 octobre 2015

JACQUES MYARD est le député-maire de Maisons-Laffitte et siège à l’Assemblée nationale depuis 1993. Il est un des fondateurs de la Droite Populaire, l’aile droite des Républicains, qui souhaite défendre « les valeurs qui font la France ». Il prône une plus grande fermeté sur les questions de sécurité et d’immigration. Il est en revanche en faveur d’une certaine tolérance pour les infractions routières mineures. Jacques Myard est l’un des députés qui se sont le plus fortement opposés à la création du PACS. Il a déclaré par ailleurs : « Je ne m’occupe pas des homos mais ce que je leur reproche c’est d’être devenus un lobby, une secte, de pratiquer le terrorisme intellectuel… Alors moi je leur dis : “Messieurs (sic) les homos des deux sexes, foutez-nous la paix” », estimant que « les homosexuels sont des personnes qui n’apportent rien à la société ».

Très en colère contre la décision d’Anne Hidalgo, maire de Paris, de supprimer la circulation sur certaines voies sur berge à Paris, il a déclaré sur Europe 1 : « On voit bien que la volonté, à terme, est d’interdire aux gens de la banlieue de venir à Paris en voiture. Cela commence à bien faire de prendre des mesures sans en parler aux élus de banlieue et de les bloquer à l’entrée de Paris », « A-t-elle le droit de faire ça pour emmerder tout le monde ? » Et du coup, il a pris un arrêté interdisant au maire de Paris de se rendre dans sa commune ! Et il précise : si elle tentait de s’y rendre, « elle serait arrêtée par les forces municipales de Maisons-Laffitte ». L’article 1 de l’arrêté stipule : « Sa seigneurie Anne Hidalgo, encore maire de Paris, est interdite de séjourner sur tout le territoire de Maisons-Laffite du moins jusqu’à ce qu’elle revienne sur ses projets de ghettoïsation de la ville de Paris. » Amusant… Qui est ce député-maire courageux ? Jacques Myard s’est engagé en faveur du “non” lors de la campagne du référendum français sur le traité établissant une Constitution pour l’Europe (2005). Il est également l’un des deux députés UMP qui ont voté contre la loi autorisant la modification de la Constitution en vue de la ratification du traité de Lisbonne le 16 janvier 2008. Vice-président du groupe d’Amitié France-Syrie, il s’oppose à une intervention armée occidentale contre le régime de Bachar Al-Assad ainsi qu’à la livraison d’armes aux rebelles syriens, précisant que ces armes tomberont aux mains des groupes islamistes. Il s’est rendu il y a quelques mois, avec une délégation, en Syrie, y a rencontré le président, ce qui suscita la fureur de Fabius et des socialistes, mais aussi de certains Républicains. Ce dont il se moque…

Capture 1.JPG

COURAGEUX MASSON, MISÉRABLE GROSDIDIER…

Notre confrère Minute a raconté cet épisode. Au Sénat, ce mardi 13 octobre, la discussion porte sur le énième projet de loi relatif au droit des étrangers en France. Le texte présenté par le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve transpose dans le droit français des directives européennes qui accordent encore plus de droits aux étrangers, qu’ils soient en situation régulière ou non. Jean-Louis Masson, sénateur de Moselle, monte à la tribune. Il fut élu durant près de vingt ans député de Moselle sous les étiquettes RPR, puis UMP, avant de quitter l’UMP et de devenir indépendant (il soutient aujourd’hui Dupont-Aignan aux régionales du Grand-Est). Il se lance : « À entendre certaines interventions, on a l’impression d’être dans un régime de pensée unique. On a l’impression qu’on ne peut pas, dans cette assemblée et dans notre société, avoir un avis sur l’immigration qui soit divergent de ce que pensent les soi-disant bien-pensants. Je le dis très clairement : je suis hostile à l’immigration, pour des raisons qui sont à la fois conjoncturelles et structurelles. » Le chahut commence, mais Masson poursuit, affirmant qu’« actuellement une veuve d’agriculteur touche beaucoup moins que ce que touche un immigré qui vient chez nous et qui n’a jamais travaillé pour la France ». Il ne s’arrête pas en si bon chemin, faisant une distinction entre l’immigration actuelle et les précédentes, celle « des Polonais, des Italiens, des Portugais », de « ces gens qui ne posaient pas de problème », celle aussi de ceux « qui venaient du Sud-Est asiatique » et dont les enfants, « très souvent », étaient « les premiers de la classe ». Hurlements sur les bancs de la gauche. Masson ne se laisse pas impressionner et poursuit, franchissant le Rubicon : « L’immigration d’aujourd’hui, ce sont les terroristes de demain ! L’immigration conduit au communautarisme. Il existe des quartiers où on ne va plus… » La guillotine se rapproche dangereusement. Ça couine de partout… Les représentants du « régime de pensée unique », comme l’avait dit Masson au début de son intervention, réclament sa tête. Didier Guillaume, président du groupe PS au Sénat éructera : « Son intervention a dépassé les bornes et peut-être même les limites de la République française. C’est pour toucher les instincts les plus vils. Tout simplement car ces gens-là [les Polonais, les Italiens, les Portugais,] sont des catholiques, alors que ceux qui viennent maintenant sont des musulmans ! » Il réclame des sanctions (la guillotine, vous disais-je), tout comme Pierre Laurent, le président du groupe communiste : « On ne peut pas laisser passer une telle intervention dans l’enceinte d’une des chambres de la République. » Et tout le reste à l’avenant.

Et à “droite” ? Un personnage l’emporte haut la main dans le registre de la trahison. Il s’agit de François Grosdidier, sénateur Les Républicains de Moselle. Grosdidier déplore « un discours d’une violence inouïe, plus dur que celui du FN » ! « Poser ainsi le principe de l’immigration en hiérarchisant les bons et les mauvais élèves en fonction de leur origine, c’est du racisme pur », déclare-t-il. Minable ! Je me vois, contraint et forcé, de rappeler le passé sulfureux de Grosdidier, que j’avais déjà rapidement évoqué dans RIVAROL. En ces années 1980, le GRECE (Groupement d’Etudes et de Recherche sur la Civilisation Européenne), piloté par Alain de Benoist et ayant comme secrétaire général Pierre Vial, tenait le haut du pavé intellectuel à droite de la droite. Pas vraiment dans le registre modéré. A cette époque (cela a bien changé depuis !), le GRECE était plutôt dans le registre racialiste et les références aux intellectuels des « heures les plus sombres de l’histoire » ne le terrorisait pas. Les grécistes de l’époque eurent droit à la couverture du Nouvel Obs, qui titrait : « Les nouveaux nazis » et le colloque de 1979, organisé porte Maillot, fut attaqué par les milices juives au cri de « Nouvelle droite, nouveaux nazis ». Grosdidier était un des militants les plus déterminés, les plus radicaux du GRECE. Commentaire de Pierre Vial qui l’a bien connu: « Il était encore plus gréciste que moi »… Dernière petite info de rien du tout : Grosdidier fut aussi le responsable à Metz du Parti des Forces Nouvelles (PFN) que nombre de fascistes ont fréquenté…

LE NÉO-FN CHERCHE À SÉDUIRE LES MUSULMANS

600 000 tracts « sous la forme d’un magazine fait sur mesure » (c’est-à-dire halal, sans doute) vont être distribués par le FN mariniste aux habitants de « quartiers sensibles ». Sur l’un des tracts, un encart est explicitement adressé à cette catégorie religieuse avec ce titre : « Musulman peut-être, mais Français d’abord ». Et puis, un collectif « Banlieue patriote » devrait voir le jour et une affiche spécialement destinée aux banlieues sera placardée mi-novembre. Jordan Bardella, 20 ans, tête de liste FN pour les régionales en Seine-Saint-Denis, explique au Parisien de façon assez émouvante : « Nous voulons montrer que nous sommes un parti d’inclusion, pas d’exclusion. » Noble pensée, noble parole qui honore ce militant sans doute exceptionnel.

En attendant, certains n’ont rien compris. C’est le cas chez Les Républicains où l’adjointe aux affaires scolaires de Talant (2 300 habitants, en banlieue de Dijon) a fait paraître sur son compte Facebook une photo d’elle, avec son écharpe d’élue, disant au sujet de Taubira : « Qu’elle reparte déjà dans sa brousse, les lianes l’attendent ! ». Une de ses amies avait réagi à ses propos, dans un registre assez faiblement humaniste : « Tous les gauchos doivent partir et retourner d’où ils viennent : le caniveau ». Du coup, Marie-Ange Cardis, l’adjointe au maire est virée, malgré ses excuses à Taubira, expliquant qu’elle avait réagi « sous le coup de la colère ». Comme quoi, s’excuser ne sert à rien…

“HITLER NE VOULAIT PAS EXTERMINER LES JUIFS”

Le Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou serait-il un grand, un très grand révisionniste (voir à ce sujet l’article page 11 d’Arnaud Raffard de Brienne) ? A la veille d’une visite officielle en Allemagne, le Premier ministre israélien, tout en ne niant pas la Shoah, a mis en cause, le 20 octobre, l’influence qu’aurait exercée le grand mufti de Jérusalem, Haj Amin Al Husseini, sur Hitler pour le persuader de mener l’extermination des juifs européens, durant la Seconde Guerre mondiale. Bibi, comme on le surnomme, s’exprimait devant le 37e Congrès sioniste mondial, à Jérusalem, et évoquait l’utilisation des lieux saints musulmans à commencer par la mosquée Al-Aqsa pour attaquer les juifs. Historien de haute volée, il a expliqué que le grand mufti s’était envolé vers Berlin pour expliquer les choses à Hitler. Netanyahou affirme qu’Hitler ne voulait pas exterminer les juifs, mais simplement les expulser. Sans doute était-il présent lors de l’entretien puisqu’il raconte le dialogue avec précision. Le mufti aurait dit : « Si vous les expulsez, ils viendront tous ici ». « Que dois-je faire d’eux ? », demanda Hitler, qui était, comme on le sait, homme à demander conseil. Husseini aurait répondu : « Brûlez-les ». Ce dialogue, que personne de raisonnable ne prend au sérieux, aurait eu lieu le 28 novembre 1941. Du coup, ça s’agite sur les réseaux sociaux et dans les milieux politiques israéliens de gauche, qui accusent Bibi d’être un dangereux révisionniste. Le leader travailliste, Isaac Herzog demande à Nétanyahou de corriger immédiatement cette distorsion historique « car elle minimise la Shoah, le nazisme et le rôle d’Hitler dans le désastre terrible de notre peuple ». Ce n’est pas la première fois que Benyamin Nétanyahou fait du mufti de Jérusalem la source d’inspiration du régime nazi pour l’extermination des juifs. Dans un discours prononcé en janvier 2012 devant la Knesset, M. Nétanyahou disait déjà ceci : « Haj Amin Al Husseini fut l’un des architectes de la solution finale. Il s’était rendu à Berlin. Il avait fait pression et imploré Hitler […] et le persuada plus que quiconque de conduire la solution finale. Ne pas laisser les juifs partir de peur qu’ils ne viennent ici (en Palestine) ». Mais, au fait, comment les Allemands réagissent-ils à ces déclarations qui les exonèrent quelque peu ? Comme on pouvait s’y attendre, ils s’aplatissent, se fustigent, s’auto-flagellent, s’humilient à qui mieux mieux. « Nous savons que la responsabilité pour ce crime contre l’humanité est allemande et qu’elle est vraiment la nôtre », a déclaré Steffen Seibert, le porte-parole d’Angela Merkel… Pauvres vermisseaux…

Capture 2.JPG

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

28/10/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3207 du 22 octobre 2015

 

PAS DE gros souci pour Florian Philippot qui a tranquillement placé trois de ses ami(e)s sur les listes pour les élections régionales en Ile-de-France. Ils ou elles sont à la fois attaché(e)s parlementaires de l’eurodéputé Philippot et membres de son équipe au siège du parti. C’est un peu plus compliqué pour Marion Maréchal. Elle explique, assez habilement dans Var-Matin, alors qu’elle est confrontée à la menace de voir se constituer une liste dissidente en Paca, menée par le maire d’Orange Jacques Bompard, et composée notamment d’anciens fidèles de Jean-Marie Le Pen : « Moi, je ne suis pas en rupture avec Jean-Marie Le Pen, je le vois, je discute avec lui. Je sais ce que je lui dois ! ». Jean-Marie Le Pen pose ses conditions, déclarant : « Je pense que Marion doit faire ce qu’il faut pour intégrer tous les patriotes de Paca dans sa liste […] Je pense que l’intérêt de la liste soutenue par le FN […] est d’intégrer le maximum de bonne volontés ». Il vient de demander lors de la dernière séance plénière du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, vendredi 16 octobre, à ses soutiens de se “rallier” à Marion Maréchal, évoquant « l’intérêt supérieur de la Paca et de la France ». Il a déclaré : « Stratégiquement, je demande à mes amis de ne pas se présenter (en dehors de la liste officielle du FN) et je demande à Marion Maréchal de faire une liste qui soit réellement ouverte, jusqu’au Front national ». Etrange formule… Le Front national ne serait-il plus dans le Front national, comme « Rome n’était plus dans Rome » pour reprendre l’affirmation de Quintus Sertorius dans la tragédie de Corneille ? Jean-Marie Le Pen explique : « Je lui ai fait mes suggestions » avec « une dizaine de noms » tout en affirmant que la composition des listes n’avait pas été abordée oralement lors de leur entretien. « Nous n’avons parlé que de choses bourgeoises », dit-il. Il estime (et il n’a certes pas tort) que « la présentation d’une liste dissidente » est « stratégiquement difficile ». JMLP espère sans doute ainsi pouvoir sauver de la guillotine mariniste quelques-uns de ses fidèles, ce qui semble cependant illusoire.

 

LA RÉCONCILIATION EN MARCHE EN PACA ?

 

La réconciliation serait-elle en bonne voie en Paca ? Vous plaisantez ? Marion Maréchal Le Pen a indiqué, il y a quelques jours à Toulon, qu’il n’était « pas question de chantage ou même de négociations ». « Je considère que je vais peut-être (peut-être !) défendre un certain nombre d’élus sortants en commission nationale d’investiture (CNI) mais de toute façon c’est la CNI qui tranche ». Et puis l’énervée en chef, Marine Le Pen, précise de façon assez méprisante : « Marion fait ce qu’elle veut pour organiser ses listes, elle les présente à la CNI (la commission nationale d’investiture) et c’est la CNI qui tranche ». Autant dire que ceux qui ont déplu un jour ou l’autre à l’excitée sont guillotinés d’avance. Dans quels bains de sang tout cela finira-t-il ? En attendant, les résistants ne baissent pas les bras. Plusieurs anciens conseillers régionaux, dont Lydia Schénardi, ont confirmé rejoindre les listes « Union des droites » du député-maire d’Orange Jacques Bompard (Ligue du Sud). Jean-Marie Le Pen, quant à lui, assure ne pas être « en guerre » contre sa fille, ajoutant : « Je suis un pacifique. J’ai multiplié les gestes de conciliation et réconciliation. J’espère qu’ils aboutiront ». Alors qu’on lui demandait quel message il voulait envoyer à sa fille Marine en se ralliant à sa petite-fille Marion : « Quel message ? Eh bien, je dis “aime-moi !” » Souhaitons-lui bon courage… La suite, sanglante, forcément sanglante, au prochain épisode…

 

JEAN-MARIE LE PEN À L’OFFENSIVE CEPENDANT

 

Ceux qui avaient imaginé que le Menhir se laisserait égorger sans réagir en sont pour leurs frais. Le 14 octobre il a assigné en justice le Front national pour demander sa réintégration au sein du parti dont il avait été exclu le 20 août et réclame également deux millions d’euros au FN au titre de dommages et intérêts. Et ce en réparation « du très grave préjudice » porté « à la fonction de président d’honneur » ainsi qu’« à sa dignité, à son honneur, à sa notoriété et à son action politique ». Dans l’assignation déposée au siège du FN, il exige aussi sa « réintégration parmi les membres » du parti et demande à la justice de « constater en tout état de cause que l’exclusion prononcée ne saurait avoir pour effet de remettre en question [sa] qualité de président d’honneur » et « de le priver des droits et devoirs statutaires attachés à cette qualité ». Dans cette assignation (de 65 pages !), l’avocat de JMLP, Frédéric Joachim, exige que le président d’honneur puisse siéger dans toutes les instances du parti. Depuis le 20 août, Le Pen n’a eu de cesse de contester son exclusion, estimant que ses “exécuteurs” — les quatre membres dirigeants du FN ayant voté la sanction — étaient « juges et parties » pour les uns, aux ordres de Marine Le Pen pour les autres. « La décision était prise à l’avance, par une formation dépourvue de toute objectivité, qui avait reçu l’ordre de la présidente d’exclure coûte que coûte M. Le Pen au mépris de toute impartialité, la réunion n’étant qu’un simulacre destiné à habiller cette exécution d’un semblant de démocratie interne », juge Frédéric Joachim dans son assignation. L’audience pourrait se tenir début 2016, selon L’Opinion qui nous raconte cet épisode du « totalen Krieg » (la guerre totale) qui l’oppose à Marine Le Pen. Il vient de remporter trois victoires judiciaires contre le parti squatté par sa fille. Sera-ce la quatrième ?

 

MORANO GAGNE TRENTE POINTS AUPRÈS DES ÉLECTEURS FN !

 

Une enquête Ifop-Fiducial récemment réalisée pour Paris-Match et Sud Radio nous l’apprend : Nadine Morano a gagné au niveau national cinq points d’opinions favorables, passant ainsi de 27 % à 32 %. Elle se retrouve ainsi au même niveau que Marine Le Pen, la présidente du Front National. Jamais elle n’a été aussi populaire depuis qu’elle a parlé de la France comme étant « un pays de race blanche ». L’enquête révèle ainsi que, dans le détail, la popularité de l’ancien ministre a grimpé de huit points chez les Républicains et de trente points chez les frontistes ! Elle obtient le même score que Philippot auprès des électeurs du FN (55 % d’opinions favorables). Mais la pauvre perd, on se demande pourquoi, huit points chez les socialistes. En attendant, elle veut être candidate aux primaires de 2016. Sarkozy n’a pas fini de souffrir… Après avoir sanctionné Morano, le leader des Républicains recule globalement de 2 points dont 6 points dans sa famille politique passant derrière Alain Juppé et François Fillon.

Capture 1.JPG

 

 

TROP DRÔLE ! LE PORTE-PAROLE DU KREMLIN SE MOQUE D’UN JOURNALISTE

 

Question dans le registre de la gravité du journaliste : « Comment différenciez-vous, lors des bombardements en Syrie, les terroristes normaux des rebelles modérés ? » Réponse du porte-parole du Kremlin : « Depuis le début des opérations militaires en Syrie, nous avons pris cela en considération. Contre les terroristes normaux, nous utilisons des bombes normales, et contre les terroristes modérés, nous avons recours seulement à des bombes modérées. Nous nous sommes orientés dans ce sens, autrement dit, dans le sens de la Justice. »

 

Le journaliste, sans doute un peu handicapé de la comprenette, lui demande : « Excusez-moi, mais pouvez-vous me dire en quoi les bombes modérées sont différentes des bombes normales ? »

 

Réponse : « Nos bombes normales se différencient des bombes modérées, exactement comme les terroristes normaux se différencient des terroristes modérés. Les secondes sont en fait peintes avec d’autres couleurs, aux tons décidément plus doux et plaisants. » Excellent !

 

MEIN KAMPF RÉÉDITÉ EN FRANCE

 

L’ouvrage manifeste écrit par Adolf Hitler, Mein Kampf, avait déjà été publié en France en 1934. Cette version (mal traduite) du livre écrit par le fondateur du national-socialisme est toujours disponible en France. 2500 exemplaires de ce pensum (800 pages), plutôt indigeste, ont été vendus en France en 2015. Le Land de Bavière était, curieusement, propriétaire des droits. Las, les meilleures choses aillant une fin, il n’en sera plus propriétaire à partir du 1er janvier. Du coup, l’éditeur Fayard s’empresse de le rééditer. Il n’y a, certes pas, de petits profits (voir la chronique d’Hannibal page 12). Oui mais, attention, on ne plaisante pas avec ces choses, d’autant que « le ventre de la bête est », comme nous le savons, « toujours fécond » (Brecht). Du coup, ces Tartuffes prennent la pose : « Un comité scientifique d’historiens français et étrangers » sera constitué indique la maison d’édition. Elle promet de fournir en début d’année prochaine des détails « sur le dispositif scientifique et académique encadrant cette publication, les partenaires associés à cette entreprise ainsi que sur l’institution destinataire des éventuels bénéfices ». Nous sommes impatients de savoir… En attendant, une édition, Dieu merci “critique”, est aussi attendue en Allemagne le 1er janvier prochain. Mais au Japon, que se passe-t-il ? Ça va, tranquille, merci. Dans le quartier Akihabara de Tokyo, on vend l’uniforme du soldat de la Wehrmacht ou la tenue de camouflage SS pour 185 euros. Et on y trouve Mein Kampf en version manga (bande dessinée japonaise). La version originale du livre d’Adolf Hitler est évidemment disponible dans toutes les bonnes librairies…

Capture 2.JPG

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

21/10/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3206 du 15 octobre 2015

 

VLADIMIR Poutine s’est exprimé sur la crise des migrants qui envahissent l’Union Européenne. Pour lui, il n’y a que deux solutions. L’une serait de défendre par la force physique et l’armée les frontières de Schengen, la deuxième serait de laisser venir les migrants clandestins et avec eux des terroristes, ce serait alors la fin de l’Union Européenne. Il estime qu’il faut en finir avec l’invasion et déclare : « Si les politiciens de l’UE ne se réveillent pas à temps, en moins d’une année l’enfer se déchaînera en Europe ».

 

INVASION MASSIVE DE L’EUROPE SOUHAITÉE PAR ERDOGAN

 

Une invasion de 6 millions de réfugiés s’apprête à déferler sur l’UE début 2016. Une synthèse de prévisions de différents services de Renseignement européens l’annonce. D’après les analystes, la Turquie deviendra, dès les premiers mois de 2016, le terminal de tous les mouvements de migrants en provenance du Moyen Orient et des zones contiguës. Bien entendu, elle ne fera rien pour mettre un terme à l’invasion. La Turquie souhaite ainsi déstabiliser la Grèce et l’UE. Erdogan vient de tenir un grand meeting à Strasbourg devant 15 000 Turcs (où les femmes et les hommes étaient séparés de chaque côté de la salle), les appelant à ne pas s’assimiler et à rester fidèles à leurs racines. Au passage, Erdogan s’est offert le luxe de critiquer l’absence de citoyens de souche turque à l’Assemblée nationale et au Sénat ! Quel culot ! La Turquie abrite actuellement environ 1 800 000 réfugiés syriens, ou supposés tels. A ces derniers, sont ajoutés, d’après les statistiques du Haut-Commissariat pour les Réfugiés, environ 68 000 réfugiés irakiens, 36 000 Afghans et 29 000 autres de nationalités différentes, soit un total de 1.933 000 réfugiés. Une masse de près de 11 millions (onze millions !) de personnes seraient prêtes à rejoindre la Turquie avant de se rendre en Europe. Cependant, une bonne nouvelle : seule la moitié des envahisseurs potentiels, soit 6 millions, franchiraient en définitive le pas, selon les prévisions. Nous voilà rassurés…

Capture 1.JPG

 

 

ANGELA MERKEL EN BURQA DEVANT LE REICHSTAG HÉRISSÉ DE MINARETS !

 

La chaîne allemande ARD, l’équivalent de France 2, a consacré toute une émission à l’invasion que subit l’Allemagne. Son titre : « Angst vor einem Verlust des Werte » (crainte de la perte d’identité). On y voit un photomontage de la chancelière allemande en burqa, entourée de minarets, devant le siège du parlement allemand transformé en mosquée. « Comment la vie va-t-elle changer ? », s’est exclamé le présentateur ? Du coup la chaîne est accusée de propager l’islamophobie et d’encourager les partis d’extrême-droite, accusation gravissime en Allemagne, qui mène droit à la guillotine ou, dans le meilleur des cas, à l’écorchement. Mais les responsables de l’émission, curieusement, ne se sont pas laissés intimider, déclarant : « L’image était en adéquation avec le sujet présenté par Rainald Becker (le présentateur) qui accompagnait le reportage sur les valeurs de notre société. Comment doit-on réagir si les immigrés ont des problèmes avec l’égalité, avec les droits de la femme et la liberté de parole ? » Après avoir été largement favorables à l’accueil des “migrants”, voici que les Allemands semblent se réveiller (un peu) d’un long sommeil. Il est vrai que les “réfugiés” en font trop, beaucoup trop. Même le ministre de l’Intérieur, Thomas de Maizière a déclaré : « Ils créent des troubles parce qu’ils n’aiment pas la nourriture, ils se mettent en grève parce qu’ils n’aiment pas la façon dont on s’occupe d’eux, ou ils se battent entre eux dans les centres pour réfugiés. »

 

Les Allemands ne semblent pas complètement prêts encore à accepter leur disparition en tant que peuple et Angela Merkel chute lourdement dans les sondages. Mais n’est-il pas déjà trop tard ?

 

COURAGEUX MYARD

 

Jacques Myard, qui s’est rendu à plusieurs reprises en Syrie, député du parti Les Républicains, accuse la France de « porter les valises de la propagande américaine », concernant la Syrie et les frappes russes. « On assiste aujourd’hui à une guerre médiatique incroyable à propos des frappes russes en Syrie qui laisse pantois ! Les Russes n’ont jamais changé de politique en Syrie et ont toujours dit que le régime de Bachar al Assad était le meilleur rempart contre l’intégrisme islamique ». Et il ajoute : « On ne peut que s’interroger sur la logique de la politique américaine suivie par la France : Washington veut faire tomber le régime de Damas coûte que coûte, et comme Paris, prétend que les insurgés sont des membres de l’Armée syrienne de libération (ASL), des insurgés modérés contre le régime ». Et Myard de préciser : « La vérité est bien loin de cette présentation. L’ASL n’existe plus en dehors des salons des hôtels européens ou américains. L’alignement de la France sur cette politique d’apprentis sorciers est non seulement un désastre pour nos intérêts, elle est tout simplement pitoyable. »

 

DÉNONÇONS LES FRANCS-MAÇONS HOMOSEXUELS ET ÉVENTUELLEMENT JUIFS !

 

Horreur : son appartenance à la franc-maçonnerie et son orientation sexuelle avaient été révélées dans un ouvrage de la journaliste Raphaëlle Bacqué, édité par Grasset. Le banquier d’affaires Emmanuel Goldstein avait saisi la justice pour atteinte à la vie privée. Dans son ordonnance de référé, la magistrate du Tribunal de Grande Instance de Paris a jugé qu’il « est incontestablement utile au débat d’intérêt général » de connaître l’identité de la personne qui a permis à [l’ancien directeur de Sciences Po] Richard Descoings d’être invité dans une tenue blanche fermée (TBF) [pour y défendre son projet de réorganisation de l’école]. Pour la juge, cette information éclaire le fonctionnement de l’Etat (puisque Sciences Po Paris a la « charge de former des hauts fonctionnaires de l’Etat »).

 

Cette jurisprudence rejoint celle de la Cour de cassation, et de plusieurs cours d’appel, depuis dix ans, qui jugent que la révélation de l’appartenance maçonnique d’un responsable politique ne peut pas être sanctionnée au titre de l’article 9 du Code civil (droit au respect de sa vie privée), car c’est une «question d’intérêt général» ou qu’il y a « un but légitime d’informer le public. » Pas de souci : RIVAROL se pliera à cette règle…

Capture 2.JPG

 

 

QUAND DES CLOWNS SE PROSTERNENT DEVANT LES FRANCS-MAÇONS

 

L’Express raconte l’anecdote, amusante au second degré. Cette gourde de Najat Vallaud- Belkacem, la ministre de l’Éducation nationale, était invitée au cinquième dîner de la Grande Loge de France (GLDF). Elle a, selon l’hebdomadaire “encensé” la franc-maçonnerie, déclarant, dans une merveilleuse envolée : « Je sais ce que la République et l’école doivent à la franc-maçonnerie depuis deux siècles, comme le droit à la contraception doit beaucoup à la GLDF », a-t-elle déclaré avant d’ajouter : « Quelle soirée inspirante ! Merci de m’avoir permis de vous découvrir. Merci de m’avoir réchauffée au contact de votre spiritualité. »

 

Quand des clowns s’adressent à des clowns, il ne nous reste qu’à rire !

 

LA SAINTE VIERGE JUGÉE INDÉSIRABLE À CASSEL !

 

Insupportable entorse à la laïcité : il y a un an, une stèle à la mémoire des gendarmes et des douaniers qui se sont battus contre l’ennemi en 1914, couronnée d’une Vierge, a été inaugurée à Cassel, une petite commune du Nord. Insupportable, bien sûr pour l’Amicale laïque, qui est montée héroïquement à l’assaut, rapporte la Voix du Nord. Le président de l’officine, Yves Bequart, a estimé que « cette stèle était payée par la mairie et devait donc être laïque ». Il a héroïquement exigé que le maire, Michel Leschave, la retire. Ce que ce dernier a fait, tout aussi héroïquement, dans un souci d’“apaisement”. Lamentable !

 

MORANO ET SON “AMIE NOIRE” (SUITE)

 

Nadine Morano vient donc de se faire virer de la tête de liste aux élections départementales, en Meurthe-et-Moselle pour avoir évoqué la « race blanche ». Et pourtant, je l’évoquais dans le précédent numéro de RIVAROL, sa « meilleure amie est tchadienne », et donc « plus noire qu’une Arabe ». Nadine vient de déclarer : « Mon amie noire, elle est exaspérée de voir ce qu’on dit sur moi ! Elle se dit : “mais alors, on ne peut plus rien dire dans ce pays !” ». Au fait, sans être mauvaise langue, cette « meilleure amie plus noire qu’une Arabe » existe-t-elle vraiment et est-elle vraiment sa « meilleure amie » ? Toujours est-il que Nadine couine, se plaignant que Bedos puisse la traiter de “connasse” alors qu’elle se retrouve affreusement muselée, quand elle a encore tant de choses à dire. Pour se remettre de tant de méchanceté, comme Philippot elle est allée se recueillir sur la tombe du général De Gaulle. Car, attention, elle a des origines lorraines. Elle prétend avoir « été élevée dans le gaullisme et dans les références au général De Gaulle » et que, nonobstant le milieu très modeste dont elle est issue, « il y avait ses livres dans la bibliothèque ». L’un n’empêche pas l’autre, au demeurant, On peut être issu d’un milieu très modeste et aimer la lecture, comme être de la “Haute” et être un abruti complet. Nadine Morano affirme en tout cas avoir « reçu au moins 10 000 mails pour l’encourager ». Cela ne va pas faire plaisir au président Sarkozy...

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

16/10/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3205 du 8 octobre 2015

 

« Nous sommes un pays judéo-chrétien — le général De Gaulle le disait —, de race blanche, qui accueille des personnes étrangères. J’ai envie que la France reste la France. Je n’ai pas envie que la France devienne musulmane », a martelé l’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy sur le plateau de Laurent Ruquier le samedi 26 septembre. Du coup, nonobstant qu’elle se soit prudemment réfugiée derrière le terme “judéo”, qu’elle ait cité De Gaulle, ce qui aurait pourtant dû lui valoir le pardon des offenses, rien n’y fit. Car ces gens-là ne pardonnent rien. Du coup, ça couine.

 

LES CENTRISTES S’ÉMEUVENT

 

Jean-Christophe Lagarde, le président de l’UDI, « en a marre de Nadine Morano ». Le leader centriste a réagi sur i-Télé, lundi 28 septembre, aux propos polémiques de l’eurodéputée Les Républicains « Martine Aubry disait qu’elle en avait ras-le-bol d’Emmanuel Macron. Moi j’en ai marre des phrases de Nadine Morano », a-t-il lâché, dénonçant une « vision insupportable, monolithique » de l’élue. « C’est quoi la “race blanche” dont elle parle ? Que sont les Antillais ? Que sont les Africains et les Maghrébins qui sont venus et sont devenus français ? Sont-ils moins français que les autres ? Même Madame Le Pen n’ose pas dire ça », a réagi le président de l’UDI. Il n’a certes pas tort : jamais Marine Le Pen ne prononcerait une horreur pareille. Quant à une éventuelle candidature de Morano à la primaire de la droite et du centre pour la présidentielle de 2017, Jean-Christophe Lagarde « espère que [l’élection] n’aura pas en son sein une porte-parole du Ku Klux Klan ». Rien que ça…

Capture.JPG

 

 

MORANO N’EST PAS RACISTE, LA PREUVE !

 

Morano, qui est une grande intellectuelle, comme on le sait, a définitivement démontré qu’elle n’était aucunement raciste, lançant au cours d’une émission sur France 5 cette phrase : « Je ne suis pas raciste, j’ai des amis arabes, dont ma meilleure amie qui est tchadienne, et donc plus noire qu’une Arabe ! » On sait que chaque raciste, chaque antisémite, a son bon juif, son bon Arabe, son bon Noir. Morano, sans doute, ne le sait pas.

 

Nadine Morano aggrave son cas à Moscou : « La France est un pays de race blanche avec des noirs ». Et elle soutient Assad… Nadine Morano a estimé à Moscou, où elle participait à un forum parlementaire sur la sécurité internationale, que la France est « un pays de race blanche avec des Noirs, comme le Congo est un pays de race noire avec des Blancs ». Etaient présents à ce forum Thierry Mariani et Marion Maréchal. Fondatrice du groupe parlementaire « Pour un nouveau dialogue avec la Russie » au Parlement européen, l’ancienne ministre déléguée a également salué les frappes russes en Syrie. Elle considère qu’il n’y a pas d’autre « interlocuteur crédible en Syrie » que son président Bachar al-Assad.

 

JEAN-MARIE LE PEN PARLE DE MORANO

 

Le fondateur du FN, viré de son parti pour avoir osé évoquer le « monde blanc » dans RIVAROL, estime que la polémique qui entoure les propos de Nadine Morano sur la « race blanche » illustre la « gauchisation des esprits ». Jean-Marie Le Pen écrit, dans un communiqué : « Pour avoir énoncé une évidence historique multiséculaire, Nadine Morano subit un feu nourri de critiques, d’autant plus véhémentes qu’elles viennent de son propre camp. Elle peut ainsi mesurer à ses dépens ce que pèse la “gauchisation des esprits” dans les rangs de l’ex-UMP. » Et le Menhir d’ajouter : « En le féminisant, un célèbre refrain du chanteur Guy Beart, “Elle a dit la vérité, elle doit être exécutée”, prend tout son sens ».

 

POUR MARINE LE PEN, LA “RACE BLANCHE” EST UNE “ÉNORME PROVOCATION GROSSIÈRE

 

Marine Le Pen a déclaré sur RFI et France 24 que les propos sur la race blanche de Morano étaient une « énorme provocation grossière ». Certains élus du FN se montrent cependant plus cléments.

 

C’est le cas de David Rachline, sénateur et maire de Fréjus, qui rappelle que le Front national de la jeunesse s’était déjà servi des propos de De Gaulle plusieurs années auparavant. Idem pour Gilbert Collard, député du Gard et membre du Rassemblement bleu Marine, qui a pour sa part défendu les propos de Mme Morano. « C’est hallucinant de voir qu’on ne peut pas dire que la France est historiquement un pays de race blanche, qui a eu des rois chrétiens, qui a été construit par le judéo-christianisme (sic !). On ne peut pas le dire ». Quant à Florian Philippot, vice-président du FN, accepterait-il d’accueillir Nadine Morano au FN si elle venait à quitter Les Républicains ? Réponse : non. Il explique que « son énorme problème, c’est qu’il y a zéro conviction, aucune colonne vertébrale idéologique ». Elle n’est pas le seule dans ce cas… Et puis, accusation lourde de Philippot à l’encontre de Morano : « Ce qu’elle a fait est en totale contradiction avec le Front national. » Car, attention, le Front national mariniste est tout sauf raciste ou racialiste. Philippot le dit clairement : il n’a « jamais considéré que la France était une race », avant de glisser à propos du soutien apporté par Jean-Marie Le Pen à Nadine Morano : « Je ne sais pas si ça va arranger [ses] affaires… » Quant à Gilbert Collard, le député apparenté FN, il ose une formule audacieuse. Il a traité tout simplement Laurent Ruquier qui avait interviewé Morano, de « furoncle médiatique », « un bouton purulent qui occupe un espace important » à la télévision. Mais Rama Yade y va aussi de son petit couplet, dans le registre “souvenirs”. Elle raconte au sujet de Morano, qui fut sa collègue au gouvernement : « Il y a une dérive personnelle qui date. Quand je l’ai côtoyée au gouvernement, j’avais eu droit à mes petites phrases ». Elle relate qu’au moment où elle hésitait à aller aux élections européennes, l’ancienne ministre de l’Apprentissage et de la Formation lui aurait dit : « Quand on est d’origine africaine, on a plus de devoirs que de droits », ce qui est, reconnaissons-le, une abomination.

 

PHILIPPE DE VILLIERS SOUTIENT MORANO

 

Philippe de Villiers vient de publier un livre Le moment est venu de dire ce que j’ai vu (Albin Michel) dans lequel il dépeint, avec une plume au vitriol, certains personnages politiques. Il y dit son “dégoût” de la classe politique française et explique que « la France est en très grand danger » et qu’elle « s’effondre de l’intérieur, elle devient une société multiculturelle, on apprend à l’école à haïr la France […] et elle est submergée de l’extérieur puisque nous sommes à la veille d’une véritable invasion migratoire ». Magnifique lucidité, mais pourquoi ne l’avait-il pas exprimée quand il était aux affaires ?

 

Son livre révèle quelques anecdotes savoureuses. Ainsi, François Mitterrand, entouré de quelques ministres, dont le premier, Jacques Chirac, pose la question : « Quelle est, d’après vous la date la plus importante de l’histoire de France ? ». Lui-même évoque… le baptême de Clovis. Et Jacques Chirac de lever son verre de bière et de répondre : “1664”. 1664, c’est quoi cette date ? Il faisait référence à une bière, la 1664 de Kronenbourg ! Mais revenons à Morano. Villiers juge “ridicule” la polémique sur « la race blanche », estimant : « Si on lui tombe dessus aujourd’hui, c’est parce qu’il y a une préférence musulmane. Regardez ce qu’il se passe: l’accueil des migrants. On est en train de fabriquer un Kossovo islamique ». Et il ajoute : « Qu’est-ce qu’il faut dire ? La France est un pays de race Noire ? » Le président du MPF croit voir une explication à cette polémique: « En fait, c’est la christianophobie ! », autorisée selon lui. « La christianophobie est une opinion, on a le droit de profaner la croix du Christ, mais l’islamophobie est un délit. Si moi je dis quelque chose sur l’islam, là dans un instant, je risque la prison ». Et il souligne que la gauche, pour arriver au pouvoir, est allée chercher les immigrés. Quel courageux, ce Villiers, depuis qu’il a perdu son mandat de président du Conseil général de Vendée, par la grâce de ses ex-amis de l’UMP… Pas téméraire cependant au point de dénoncer la répression du révisionnisme historique ni de mettre en exergue ce que feu François Mitterrand appelait « l’influence puissante et nocive du lobby juif ».

 

MORANO VEUT DÉZINGUER SARKOZY

 

Nadine Morano est folle de rage à l’encontre de Sarkozy, dont elle fut pourtant une fervente groupie. Elle avait notamment « soutenu son discours sur l’homme africain qui n’est pas assez rentré dans l’histoire ». La pauvre Morano chouine : « Je n’avais pas mérité ça ! ». Du coup, elle veut exterminer son ancienne idole, déclarant au sujet de Sarkozy : « ce n’est même pas la peine qu’il songe à se présenter à la présidentielle, je le dézinguerai ! », Quel monde cruel !

 

QUEL DRÔLE DE JUIF, CE ZEMMOUR !

 

Il y a quelques jours, sur la cinq, Guy Bedos a déclaré : « Zemmour est juif. C’est un drôle de juif… il est devenu plus français que les Français… Mon arrière-grand-père était bâtonnier à Alger, il a contribué à faire passer le décret Crémieux qui a donné la nationalité française aux juifs [d’Algérie]… Quand je vois Zemmour, je le regrette. » Imaginons une seule seconde que Jean-Marie Le Pen ait tenu de tels propos. Vous imaginez le scandale, l’avalanche de plaintes, de la Licra au MRAP, en passant par le CRIF. Ils auraient tous couiné comme des cochons qu’on égorge. Et là ? Silence le plus complet. Zemmour, pour qui 12 % des Français seraient, d’après un récent sondage, prêts à voter à l’élection présidentielle s’il était candidat, vient d’aggraver son cas, en déclarant : « Cela fait trente ans que la gauche antiraciste nous empêche de parler. Maintenant on va parler, lui dire ce qu’on pense, et ce qu’elle a fait de ce pays depuis trente ans. Le catholicisme, c’est la France et le clocher, c’est la France ». Il faut cependant préciser que cette gauche est soudainement beaucoup moins antiraciste quand il s’agit de défendre les intérêts d’un petit pays du Proche-Orient.

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

09/10/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3204 du 1er octobre 2015

 

FRANÇOIS Fillon a, de façon assez audacieuse, prôné, dans le Journal du Dimanche, l’instauration de statistiques ethniques, comme cela existe aux Etats-Unis. Il a déclaré : « C’est un tabou qu’il faut faire sauter. Sinon, on restera dans le non-dit, le refus de la réalité. C’est cela qui est en train de faire monter la colère de nos concitoyens. » Marine Le Pen, quant à elle, ne veut pas des « statistiques ethniques » réclamées par François Fillon, tout en se disant cependant « radicalement contre l’accueil des migrants », exigeant par ailleurs pouvoir disposer des « vrais chiffres de l’immigration ». Yves de Kerdrel, l’éditorialiste de Valeurs Actuelles, relève à juste titre qu’il est courageux, par les temps qui courent, d’aborder le sujet des statistiques ethniques quand on se souvient du procès que la bien-pensance de gauche a fait à Robert Ménard au printemps dernier ou au philosophe Michel Onfray. Et Kerdrel de noter : « Et cela tombe au moment même où Marine Le Pen dénonce ces mêmes statistiques, montrant par là-même toutes les limites de son programme, de son raisonnement et de ses idées. » Peut-on lui donner tort ?

 

MAIS ÇA NE SUFFIT PAS… CELA NE SUFFIRA JAMAIS…

 

Marine Le Pen peut-elle espérer se faire pardonner d’être la fille de son père ? La réponse est clairement non pour Serge Klarsfeld qui vient de déclarer dans une tribune au Monde : « L’extrême droite ne change pas de nature d’une génération à l’autre. Nous n’oublierons jamais que nous sommes orphelins de déportés assassinés par un parti d’extrême droite qui s’était emparé électoralement du pouvoir en Allemagne ». Et Klarsfeld d’asséner une petite leçon d’histoire : « (Les nationaux-socialistes) ont été aidés dans leur œuvre de mort par tous les partis ou mouvements d’extrême droite du continent : le PPF de Doriot, le RNP de Déat, les Flamands du VNV et les Wallons de Rex, le NSB de Mussert aux Pays-Bas, Quisling en Norvège, les Croix fléchées en Hongrie, les fascistes purs et durs de la République de Salo regroupés autour du Duce, auteur des lois raciales de 1938, la Garde de fer en Roumanie, les partis gouvernementaux en Pologne et bien d’autres mouvements. Un parti antisémite ne change pas de nature, même s’il camoufle opportunément son programme de haine, comme l’a fait Hitler lors des Jeux olympiques de 1936 et comme le fait le FN ». Et, poursuivant avec Marine Le Pen, il déclare : « elle n’a pas renié un programme auquel elle a adhéré depuis son adolescence », ajoutant : « Le danger pour notre démocratie, c’est le FN ». Et puis, histoire de se faire bien comprendre, il conclut : « Il me paraît également judicieux de rappeler aux juifs tentés par le vote FN, parce qu’ils espèrent que ce parti jugulera les fondamentalistes musulmans, que les rares juifs allemands qui se sont hasardés à voter pour le parti nazi par crainte du bolchevisme se sont repentis de leur choix ». Comparer le FN mariniste à la NSDAP, il n’est pas sûr que le défunt chancelier eût apprécié...

 

QUELLE HONTE ! DES RÉFUGIÉS MUSULMANS DÉPORTÉS À DACHAU !

 

On avait gardé à l’œil l’Allemagne et on avait bien eu raison. Le ventre de la Bête, comme le disait si bien l’écrivain marxiste Brecht, reste, hélas, fécond. Le Nouvel Obs, Le Point, Europe 1, et tant d’autres s’en étranglent d’indignation. La ville de Dachau, dans le sud-est de l’Allemagne, a décidé de loger des “migrants” dans un lieu tristement célèbre, l’ancien camp de concentration. Les réfugiés sont logés sur le « herb garden », situé en face du mémorial, une sorte de potager que cultivaient les juifs déportés pour nourrir la population allemande. Une stèle rappelle que plus de 40 000 personnes sont mortes dans ce camp entre 1939 et 1945. 40 000 ou 4 millions ? Avec ces fourbes d’Allemands, on ne sait pas trop, il convient de se méfier…

 

Face aux indignations, le maire de Dachau, Florian Hartmann, met en avant « un but social utile », car, selon lui, les réfugiés ne peuvent pas « avoir des appartements aux tarifs du marché ». Voilà qui est profondément pensé… Peter Himmelsbach, un jeune commerçant allemand de 28 ans qui visite Dachau pour la toute première fois, estime pour sa part que « la crise des réfugiés, c’est une chance de racheter » la Shoah. Admirable pensée… Oui mais, qu’en pensent les “réfugiés” ? Ashkan, un Afghan de 22 ans, cité dans le Guardian, ne connaît pas grand-chose à l’histoire allemande et n’a pas eu le temps de visiter le camp. « Je voulais juste un toit au-dessus de ma tête », déclare-t-il. Quel grave manquement au devoir de mémoire !

 

LE RACISME ANTI-BLANCS DE LA NOUVELLE PRÉSIDENTE DE FRANCE TÉLÉVISIONS

 

De plus en plus délirant… Delphine Ernotte, la nouvelle présidente de France Télévisions, a déclaré : « On a une télévision d’hommes blancs de plus de 50 ans, et ça, il va falloir que cela change. » Pour les remplacer par des Noirs, des Arabes, des Asiatiques ? Elle ne le précise pas, mais on le devine très fort. Et puis, sans doute, souhaite-t-elle une présence accrue de minorités qui ont beaucoup souffert… Ivan Rioufol, chroniqueur au Figaro, et qui n’est certes pas de nos amis, a réagi, dénonçant le « mépris pour l’homme blanc » et « le racisme officiel de la télévision d’Etat ». Il écrit : « Qu’auriez-vous dit si Mme Ernotte avait déclaré qu’il y a avait trop de noirs à la télé et qu’il fallait que ça change? Sa phrase est le produit de trente ans d’idéologie antiraciste qui ont conduit paradoxalement à racialiser les rapports sociaux et à promouvoir le métis comme l’homme supérieur. » Voilà qui est bien dit…

Capture 1.JPG

 

 

BARBARIN SOUTIENT L’IGNOBLE ANISH KAPOOR

 

C’est l’excellent site Contre-info qui le raconte. La Fondation Saint-Irénée, placée sous l’égide du “cardinal” Barbarin, est chargée de lever des fonds pour le diocèse de Lyon et de mettre en route des projets. Elle promeut des projets, notamment dans le domaine de la solidarité, of course… Et voici que l’on apprend que ces fantaisistes n’ont rien trouvé de plus intelligent que d’inviter Anish Kapoor le 9 septembre. Il est l’auteur de l’œuvre ignoble exposée dans les jardins de Versailles, machin dont le titre est « le Vagin de la reine ». Le “cardinal” Barbarin n’en est pas à sa première provocation. Il avait déjà participé à un « pèlerinage islamo-chrétien célébrant la fraternité universelle », et affirmé réciter régulièrement la profession de foi islamique (chahâda). Et puis, nous révèle Contre-info, il avait envoyé un représentant officiel pour l’inauguration d’une “loge” à Lyon. Il est tout à fait à sa place dans une structure présidée par l’ultra-progressiste Bergoglio !

 

EMOUVANT : FRANÇOIS HOLLANDE À NOUVEAU AMOUREUX ?

 

L’oiseau semble décidément être particulièrement volage. On apprend qu’au cours d’un voyage au Mexique l’année dernière, le président de la République serait « tombé sous le charme » d’une dénommée Audrey Azoulay, la fille du conseiller (juif) du roi du Maroc, André Azoulay. L’Express raconte que François Hollande aurait demandé que la jeune femme intégrât sa garde rapprochée. Du coup, elle se retrouve conseillère générale de la Culture et de la Communication à l’Elysée. Il paraît que le chef de l’Etat apprécie son côté joyeux qui le « change de ses conseillers plus techno ». Il paraît aussi qu’Audrey Azoulay est une proche de Julie Gayet. L’est-elle toujours ? La suite au prochain épisode…

 

FN : PAS QUESTION DE MANIFESTER CONTRE L’INVASION

 

Le Siel, petit mouvement associé au Rassemblement Bleu Marine avait, il y a quelques jours, appelé à manifester, à Paris, contre l’invasion migratoire. Renaud Camus, Roland Hélie, Pierre Cassen, Pegida ou Jean-Yves Le Gallou avaient annoncé leur présence. Mais où était le FN mariniste ? Nulle part. Le FN a tout fait pour empêcher le succès de cette manifestation qui a tout de même rassemblé un millier de personnes. Pourquoi ? Le site Riposte laïque relève : « C’est une faute politique qui laisse un profond malaise chez tous ceux qui espèrent voire Marine Le Pen prendre la tête de la résistance à l’invasion migratoire. » Une de plus après le refus de MLP de participer aux manifestations pour la défense de la famille traditionnelle et contre le “mariage” homosexuel.

Capture 2.JPG

 

 

PAS DE “YOUPIN” À LA RADIO

 

Le président de la Ligue belge contre l’antisémitisme, Joël Rubinfeld, vient d’envoyer un courrier à Fun Radio pour lui demander poliment de ne plus diffuser la chanson « Dans Ma Rue » du rappeur français Black M. En cause le terme “youpin” utilisé dans la chanson. Rubinfeld geint, mais très courtoisement : « Les paroles évoquent plutôt le vivre ensemble dans ce quartier parisien », estime Joël Rubinfeld. Mais c’est l’emploi du mot “youpin” qui l’a choqué. « Pourquoi dans cette chanson, pour toutes les autres catégories de personnes citées, le chanteur utilise les termes les plus neutres possibles, mais lorsqu’il évoque les juifs, le rappeur Black M utilise le mot “youpin” ? » Pourquoi, on ne sait pas. Mais pas question pour lui de stigmatiser le rappeur noir : « J’imagine qu’il s’agit de la part du chanteur français avant tout d’une méconnaissance de cette injure » On n’ose imaginer les glapissements de Rubinfeld si c’était Dieudonné qui avait usé de ce terme ! Son spectacle aurait sûrement été interdit sur-le-champ.

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

02/10/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3203 du 24 septembre 2015

 

LE POINT le raconte : vingt musiciens syriens, membres d’une chorale religieuse gréco-orthodoxe de Damas, se sont vu refuser un visa pour la France et ne pourront donc pas se produire début novembre à Strasbourg dans le cadre d’un festival de musique religieuse. Ces artistes âgés de 21 à 54 ans sont membres du chœur Saint-Ignace de la cathédrale grecque-orthodoxe mariamite de Damas. Ils devaient donner trois concerts à Strasbourg dans le cadre des « Sacrées journées », un festival de musiques sacrées, explique à l’AFP son président, l’ancien pasteur Jean-Louis Hoffet. Depuis Damas, les chanteurs orthodoxes, qui devaient chanter en araméen et en syriaque se sont rendus en car à l’ambassade de France à Beyrouth pour y déposer leur dossier de demande. Ils étaient munis de billets d’avion aller-retour, d’une réservation d’hôtel et d’une attestation du maire, Roland Ries, (socialiste) de Strasbourg, dont la collectivité subventionne le festival. Refus de l’administration (socialiste), car leurs dossiers ont été jugés « peu fiables », raconte Jean-Louis Hoffet. « C’est ahurissant ! Je suis outré, stupéfait qu’on puisse refuser un visa à des gens qui viennent chanter leur foi dans nos églises, alors même qu’on fait des grands discours sur l’accueil de 24 000 migrants ! », s’emporte-t-il. Notons que les musulmans soufis tunisiens, les bouddhistes tibétains et indiens n’ont eu nulle difficulté pour obtenir leur visa. Jean-Louis Hoffet, que j’ai bien connu au Conseil régional d’Alsace, qui fut pasteur et durant de longues années conseiller régional socialiste est-il encore socialiste ? En attendant, la mobilisation semble payer. Le porte-parole du ministère de l’Intérieur vient de déclarer : « Nous avons donné des instructions pour que le consulat procède à un réexamen bienveillant, la décision rendue ne nous paraissant pas adaptée ».

 

DIEUDONNÉ, VIRÉ AVANT MÊME D’EMMÉNAGER

 

Dieudonné devrait bientôt être expulsé du théâtre de la Main d’or, où il se produit depuis quinze ans. La décision de justice tombera le 29 septembre. Il a, bien sûr, cherché une solution alternative. Le 8 septembre, la société Les Productions de la plume (dont l’épouse de Dieudonné est la dirigeante) signait, raconte Le Monde, un bail, dit de courte durée, pour organiser des spectacles sur une partie du site des anciens Ateliers Christofle, situés à Saint-Denis (Seine- Saint-Denis). Elle louait pour deux ans un local d’environ 1 500 mètres carrés constitué principalement d’une vaste salle de réception. Idéal pour des représentations. Ça n’a pas duré. Le propriétaire des lieux, le groupe Madar, a découvert « avec horreur et stupéfaction » que son nouveau locataire n’était autre que Dieudonné. On imagine l’émotion de monsieur Madar qui est entré, dit Le Monde, « dans une colère noire ». Il n’a pas évoqué les six millions, du moins Le Monde ne le dit pas, mais on n’en était sans doute pas loin. Sa réaction n’a pas traîné. Par courriel et lettre recommandée en date du mercredi 16 septembre, il a fait savoir aux Productions de la plume qu’il avait été “trompé” et qu’il considérait de ce fait le bail comme nul et il a ajouté dignement « que pour des raisons morales, il n’aurait jamais loué à un négationniste qui a déjà été condamné à plusieurs reprises par les tribunaux ». On est soulagé, la République sait se défendre !

Capture 1.JPG

 

 

JARIER, UN IMMENSE PENSEUR, QUI A FAILLI REJOINDRE MARION MARÉCHAL

 

L’ancien pilote de formule 1, Jean-Pierre Jarier, fut un grand champion du sport automobile. Au volant de sa F1 lors de 134 courses entre 1970 et 1985, surnommé « godasses de plomb », tant il roulait vite, il a décroché trois pole positions et a figuré sur trois podiums. Voici qu’il aurait été en passe d’être en position éligible sur les listes régionales de Marion Maréchal, en PACA. Une belle prise, reconnaissons-le, que l’équipe de Marion Maréchal n’avait pas pu s’empêcher de laisser “fuiter”. Marion lui aurait promis le poste très valorisant de monsieur sécurité routière si celle-ci venait à emporter la région, ce qui n’est, certes, pas encore complètement acquis. Mais attention, pas d’ambiguïté. Jarier n’est pas devenu pour autant fasciste ou lepéniste. Il se défend avec véhémence de toute appartenance partisane et a tenu à préciser : « Je ne suis pas plus au FN qu’à un autre parti ! Je suis pour l’euro, pour l’Europe et je pense que les conseillers économiques d’extrême gauche du FN vont mettre la France dans le mur ! De toute façon, jamais ils n’arriveront au pouvoir. » Eh bien, dites donc, on est en pleine cohérence politique et idéologique. Jarier précise, et cela nous fait chaud au cœur, avoir des « amis dans tous les partis » et assène avec fougue : « Si on me demande de m’occuper de sécurité routière, je le fais. C’est mon métier ! J’accepterai avec n’importe qui ! Et je me bornerai à ça. » En attendant, voici qu’il se met à préciser les choses, déclarant : « Je ne rejoins pas du tout l’équipe de la liste FN, je ne soutiens ni le FN ni aucun parti, je ne suis sur aucune liste », ajoutant dans une interview à Nice-Matin : « Je ne suis pas frontiste. Je suis même à mille lieux des idées de ce parti ». Compliqué, tout cela. Une vraie salade niçoise !

 

LA COULEUR NOIRE, UN SYMPTÔME ÉVIDENT DE FASCISME

 

Le nouveau maillot de la Lazio de Rome, équipe de football bien connue, un des deux principaux clubs de football de la capitale italienne, crée le scandale, du moins chez les plumitifs du Monde. Pensez, sa nouvelle tenue est entièrement noire, logo compris. Du coup, Le Monde s’émeut. C’est tout simple, ce maillot rappelle les « chemises noires » des milices fascistes partisanes de Mussolini. Et le quotidien vespéral qui a la mémoire longue de rappeler cette abomination — en 2005, le joueur de la Lazio, Paolo Di Canio, avait salué d’un bras tendu les fans du virage nord du stade de la Lazio — et d’asséner, chafouin en diable : « Même si les choses se sont calmées depuis quelques années, ce choix vestimentaire ne peut que rappeler ce passé problématique ». Devant ce délire, les quotidiens italiens s’amusent. La Repubblica écrit : « Non, ce n’est pas une blague ni un de ces canulars qui tournent sur Internet ». En fait, le club a choisi ces couleurs pour se conformer aux règles de l’UEFA. La tunique est destinée aux matches de Ligues Europa, où les Italiens rencontreront notamment Saint-Etienne. Mais ces délirants ne peuvent s’empêcher de délirer sans limite…

Capture 2.JPG

 

 

VOICI CE QUI EST DIT, ET BIEN DIT…

 

L’Académicien Jean d’Ormesson, qui n’est certes pas de chez nous et qui n’est pas d’une manière générale un modèle de courage et d’anticonformisme (c’est même une carpette !), vient de déclarer à propos de la réforme des collèges : « Mme Najat-Vallaud-Belkacem est pour la littérature et la culture de ce pays un Terminator de charme, une sirène séduisante dont il faut s’éloigner au plus vite, une espèce d’Attila souriante derrière qui les vertes prairies de la mémoire historique ne repousseront plus jamais ». Voilà au moins un jugement de bon sens de l’académicien nonagénaire.

 

L’OKTOBERFEST, UNE PROVOCATION POUR L’ISLAM

 

L’Oktoberfest (la fête d’octobre) est cette gigantesque fête de la bière, organisée tous les ans à Munich. Bière, alcools divers, saucisses de porc et décolletés des serveuses coulent, si l’on ose dire, à flots. Oui mais attention, la fête, cette année, risque d’être périlleuse, en raison des milliers de “migrants” musulmans qui envahissent la Bavière. Du coup, pour éviter les violences, la police bavaroise a décidé de séparer les 6 millions de visiteurs des réfugiés, afin d’éviter les dérapages « des réfugiés de pays musulmans qui n’ont probablement pas l’habitude de croiser des gens très ivres en public » (Qu’en termes élégants ces choses sont dites !) Bon, il faudra qu’ils apprennent les règles de l’ivresse européenne… En attendant, Joachim Herrmann, le ministre de l’intérieur CSU (chrétien-démocrate) de Bavière, a dévoilé son plan pour déployer « des puissantes forces de sécurité » dans la ville durant la fête annuelle de la bière et de la saucisse où 60 000 Schweinshaxen (saucisses de porc) et 7,5 millions de litres de bière sont consommés. Munich est en effet le premier point d’arrivée en Europe de l’Ouest des dizaines de milliers de “migrants” qui arrivent de Hongrie par le train. 60 000 en une semaine, début septembre selon Reuters. Du coup, Wilfried Blume-Beyerle, chargé de l’Oktoberfest, a réorganisé la gare centrale : les visiteurs de la Fête de la bière sortiront par le sud de la gare, près du Wiesn, et les “migrants” par le nord, où ils seront immédiatement pris en charge avec de la nourriture, des boissons et d’autres produits de première nécessité, afin d’éviter tout mélange. Des trains de réfugiés vont également emprunter des voies de contour de Munich. Voilà où nous en sommes…

 

UNE EX-TÉLÉGRAPHISTE D’AUSCHWITZ JUGÉE À 91 ANS

 

Une ancienne télégraphiste d’Auschwitz, âgée de 91 ans, a été renvoyée devant la justice des mineurs allemande pour « complicité dans l’extermination d’au moins 260 000 Juifs en 1944 », a annoncé le 21 septembre le parquet. Le tribunal de Kiel devrait décider l’an prochain de la tenue d’un procès. La nonagénaire relève de la justice des mineurs parce qu’elle avait moins de 21 ans à l’époque des faits (elle n’a travaillé à Auschwitz que trois mois). La traque aux vieillards ne se ralentit pas outre-Rhin : cet été Oskar Gröning, ancien comptable d’Auschwitz a été condamné à 94 ans à 4 ans de prison. Un ancien gardien d’Auschwitz de 92 ans a également été mis en accusation cet été devant le tribunal de Hanau. Pauvres Allemands !

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

24/09/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3202 du 17 septembre 2015

 

JANY Le Pen raconte, dans une longue interview à Paris-Match datée du 10 septembre les épreuves que subit son époux. « Jean-Marie vit sans doute l’épreuve la plus douloureuse de sa vie. Et moi, je souffre quand je le vois souffrir. Il s’efforce de faire bonne figure, c’est un fier. Mais quel acharnement ! Jamais je n’aurais pensé que Marine irait si loin, serait si vindicative. Au début, Jean-Marie était optimiste. Lorsque la justice lui a donné raison, en juillet, le soir, en rentrant à la maison, il m’a dit : “Je la connais, ma fille. Elle va tout arrêter, se rendre compte qu’elle va trop loin”. » Hélas, le Menhir ne connaissait pas vraiment sa fille et les bassesses dont elle était capable.

 

JANY LE PEN INQUIÈTE POUR LA SANTÉ DE SON MARI

 

Jany se déclare inquiète pour sa santé, rappelant que depuis le début de l’année, il a eu deux alertes cardiaques : « Le Pr Olivier Dubourg, de l’hôpital Ambroise-Paré, lui a posé deux stents. Il marche moins bien, s’essouffle facilement, a chaque jour plus mauvaise mine. J’ai toujours peur qu’il fasse un arrêt cardiaque : tant d’émotions et de stress pour un homme de 87 ans… S’il m’entendait, il me dirait : “Tais-toi, Janou. Ces petits embarras ne regardent personne !” ». Et elle ajoute : « Aujourd’hui, Marine est cadenassée. Je n’entends plus son cœur. Il s’est durci ».

 

Paris-Match lui demande : « Avez-vous regretté l’interview qu’il a donnée à RIVAROL au printemps et qui a été l’origine de cette crise ? ». Elle répond : « Il refuse de se dérober, quelle que soit la question. C’est son côté frontal, provocateur. Il a toujours été comme ça. Ce que dit publiquement Jean-Marie Le Pen, il l’a toujours dit », ajoutant à propos de Marine : « Marine, elle, a changé. Elle qui, jeune, était si joyeuse, décontractée ! […] Elle brûle ce qu’elle a adoré. En ce moment, c’est son père » et puis, Jany dénonce l’“acharnement” de la présidente du Front national déclarant : « Elle est brutale, méprisante. Un jour, elle a dit à un journaliste : “Inutile de demander son avis à ma belle-mère, elle n’a jamais rien fait de sa vie” ».

 

JANY DÉZINGUE MARION…

 

Mais qu’en est-il de Marion en laquelle beaucoup de naïfs mettent leur espérance ? Jany est sans illusions : « Elle est douée, extrêmement maligne. C’est elle qui a choisi de rajouter le nom de Le Pen à celui de Maréchal. Jusque-là, elle s’était toujours appelée Marion Maréchal. Comment vouloir le nom et refuser le reste ? », s’interroge-t-elle. Avant de l’assurer : « C’est de l’intérêt pur, pas de l’affection. » Et de rappeler que Marion Maréchal n’est parlementaire que grâce à son grand-père qu’elle trahit et abandonne aujourd’hui sans vergogne : « En 2012, Jean-Marie l’a poussée pour les législatives, il lui a trouvé une circonscription en or dans le Vaucluse, je ne dis pas que même une chèvre avec un chapeau aurait pu être élue, mais enfin… »

 

Les propos de Jany ont d’autant plus de force que ceux qui la connaissent témoignent tous que c’est une femme d’une grande gentillesse, qui a du cœur. Elle ne s’explique pas la dureté de la fille et de la petite-fille à l’égard de celui auquel elles doivent tout : « Cela me fait de la peine de le voir terminer sa vie dans un coin, seul, à écrire ses souvenirs d’avant la guerre. Où sont les siens ? Quel gâchis ! »

 

… ET RACONTE L’IGNOMINIE DE MARINE LE PEN

 

Jany Le Pen, dans ce même entretien, raconte qu’elle a tenté une conciliation avec la présidente du Front national la veille de l’exclusion du Menhir. « Le 19 août dernier, nous rentrions à Paris pour la convocation au bureau exécutif. A l’aéroport de Nice, j’ai regardé Jean-Marie qui, dans la salle d’attente, ne disait rien. Saisie d’une impulsion, j’ai pris mon téléphone et laissé un message à Marine : “Si tu voyais ton père, tu serais bouleversée”. En sortant de l’avion, j’ai lu sa réponse : un SMS d’insultes, d’une violence folle, au ton ordurier. Cette haine ! Elle a des comptes à régler

avec son père à qui elle doit pourtant tout » confie Jany Le Pen, désemparée. Ignoble… Mais il y a une justice immanente.

 

Et Jany Le Pen de rappeler fort opportunément à la fille indigne : « Lorsque son cabinet d’avocat a eu des difficultés, c’est au Front qu’elle a trouvé refuge. Son père l’a nommée directrice juridique du mouvement. Et jusqu’à l’année dernière, elle habitait chez lui à Montretout avec ses enfants. Il faut reconnaître ce que l’on doit aux autres. Lorsque son père a décidé de la soutenir pour sa succession, il y a eu une bronca à l’intérieur du Front. Beaucoup soutenaient Bruno Gollnisch. Moi-même d’ailleurs… Jean-Marie n’a pas cédé. […] Je crois qu’elle est amère, jalouse de ceux qui sont autour de son père, envieuse, Dieu sait pourquoi, de mon influence… »

 

Ce genre de comportement abject (des bordées d’insultes contre son père) est coutumier chez Marine Le Pen. Le professeur Jean-Claude Martinez raconte qu’en 2005, alors que la valeureuse Marie-France Stirbois était atteinte d’un cancer du péritoine en phase terminale, Marine le Pen s’acharnait contre elle en bureau exécutif, la traitant élégamment de “mémère”, exigeant à cor et à cri son exclusion définitive du FN dont elle avait pourtant porté les couleurs pendant de longues années avec tant de courage, de persévérance et de distinction (contrairement à d’autres !), tout simplement parce qu’elle avait osé émettre des réserves sur Fifille ! Et c’est cette créature abjecte qu’il nous faudrait porter à la tête de l’Etat ? Désolé mais ce sera sans nous !

 

NUREMBERG POUR JEAN-MARIE LE PEN

 

Jean-Marie Le Pen sera jugé le 10 février devant la XVIIe chambre du tribunal correctionnel de Paris pour avoir répété ses propos sur les chambres à gaz, “détail” selon lui de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Il avait, il est vrai, dépassé toutes les bornes en répondant au journaliste Jean-Jacques Bourdin qui lui demandait s’il regrettait d’avoir qualifié les chambres à gaz de point de détail, ce qui lui a valu d’être condamné naguère pour « consentement à l’horrible » : « Pas du tout. Ce que j’ai dit correspondait à ma pensée que les chambres à gaz étaient un détail de l’histoire de la guerre, à moins d’admettre que ce soit la guerre qui soit un détail des chambres à gaz ». Le président d’honneur du Front national est poursuivi pour contestation de crime contre l’Humanité. Il entend faire valoir son immunité de parlementaire européen, a indiqué son avocat, Me François Wagner.

Capture 1.JPG

 

 

MANUEL VALLS CHERCHERAIT-IL À DISSIMULER SON APPÉTENCE POUR LES JUIFS ?

 

Mercredi 2 septembre, le Consistoire israélite central a publié un communiqué pour signaler la venue — mardi 8 septembre, à 18h30 — de Manuel Valls à la synagogue Nazareth de Paris. Raison importante : le Premier ministre adressait ses vœux à la communauté juive, quelques jours avant le nouvel an juif, ce qu’il n’a évidemment pas fait avec les catholiques. Chose curieuse : dans l’agenda publié sur le site officiel du gouvernement, aucune mention de cette rencontre déjà fixée n’apparaissait à la date du 8 septembre. Le 11 mai, Matignon avait déjà passé sous silence la rencontre de Manuel Valls avec une délégation de rabbins européens venus lui remettre une récompense. Valls avait pourtant déclaré il y a quelques années : « Par ma femme, je suis lié de manière éternelle à la communauté juive et à Israël ».

 

COHN-BENDIT ET BHL FOURRIERS DE L’INVASION

 

Dans sa chronique sur Europe 1, Cohn Bendit a proposé que le Parlement européen s’installe complètement à Bruxelles, évitant ainsi les allers-retours ultra-coûteux, avec des tonnes de fonctionnaires et des tonnes de documents, entre les deux villes, ce en quoi il n’a pas forcément tort. Oui mais, que faire des magnifiques bâtiments européens de Strasbourg ? Pas de problème, Dany a la solution. Il propose que les bâtiments européens de Strasbourg soient transformés en centre d’accueil de migrants. Ben voyons… Un autre délirant est l’inénarrable BHL. Interrogé par Laurence Ferrari sur I>Télé, celui qui a contribué à déstabiliser tout le Moyen-Orient et la Libye, a affirmé que « Bachar al-Assad a créé Daesh ».

Capture 2.JPG

 

 

ALAIN JUPPÉ FAIT PLEURER D’ÉMOTION, OU PLUTÔT DE RIRE

 

Alain Juppé était récemment reçu par le Crif, une fois de plus. Il expliqua en introduction que chez lui, pendant toute sa jeunesse dans les Landes, jamais il n’avait entendu un propos antisémite. La France ne serait-elle pas antisémite ? Avait-il mesuré l’incongruité de son propos ? Toujours est-il qu’il fit un très grand numéro retraçant sa carrière de député du XVIIIe où « il a connu des rabbins et des électeurs juifs » puis ses voyages en Israël où « il a discuté tout au long de la nuit avec des interlocuteurs israéliens qui lui ont ouvert l’esprit » (qu’il avait sans doute fermé jusque-là). C’est pas beau, ça ? Mais le plus beau, ce fut, selon lui, son voyage comme ministre des Affaires étrangères dans l’avion qui transportait les cercueils des victimes de Merah de Toulouse à Jérusalem. Il a conclu son intervention par cette phrase magnifique qui fait pleurer d’émotion : « Quand j’entends le mot juif, ce n’est pas dans ma tête qu’il résonne mais dans mon cœur ». Si après de telles reptations le député-maire UMP de Bordeaux n’est pas élu à la magistrature suprême, c’est que vraiment le CRIF aura été ingrat envers son esclave septuagénaire.

 

De toute façon, l’UMP, le PS et le néo-FN sont tous des succursales du CRIF. Ce sont des détaillants qui viennent tous s’approvisionner chez le même grossiste. En votant pour les uns ou pour les autres, les gens croient avoir le choix et être libres alors qu’en réalité ce sont toujours les mêmes qui tirent les ficelles.

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

17/09/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3201 du 10 septembre 2015

 

LE SITE La Porte Latine raconte cette émouvante histoire. Deux lesbiennes “mariées”, Francesca Pardi, et Maria Silvia Fiengo ont écrit à Bergoglio. Elles ont eu quatre enfants, on ne sait pas trop comment, mais cela ne nous regarde pas. Oui, mais dans ce monde de brutes, les pauvrichonnes sont martyrisées. Notamment Francesca qui subit des insultes et des tracas pour avoir édité plusieurs ouvrages de propagande LGBT ciblant les plus petits dont les titres sont Pourquoi tu as deux mamans, Petit œuf ou Le grand et gros livre des familles. Du coup, elle a écrit à Bergoglio, histoire de se plaindre et de dénoncer les infamies qu’on lui fait subir. D’autant que ses livres sont bannis des écoles par le maire de Venise, de la Ligue du Nord, Luigi Brugnaro. Du coup, elle a envoyé les livres à Bergoglio, accompagnés de photos de sa famille homoparentale, mais aussi des tracts diffamants d’une organisation chrétienne qui attaquait vivement Bergoglio pour ses fantaisies. Bref, elle a dénoncé sec… Du coup, elle a reçu une belle réponse signée au nom du Bergoglio par un haut responsable de la secrétairerie d’Etat du Vatican, Mgr Peter Brian Wells, la remerciant « pour son geste délicat » et adressant la « bénédiction apostolique » à elle-même, son associée et leurs proches. Très, très émouvant, tout cela… Francesca y va de son commentaire inspiré : il est évident que « par ce geste le pape a voulu ouvrir un dialogue respectueux sur le sujet, loin de la désinformation et de l’agression des extrémistes catholiques tels ceux de La Manif pour tous ou de Family Day ». Et de rajouter : « Il nous a rendu respect et dignité ». Ah le brave homme !

 

HORREUR : DES CHAMBRES À GAZ MINIATURES INSTALLÉES DEVANT LE MÉMORIAL D’AUSCHWITZ

 

On croyait avoir tout vu, eh bien pas du tout. On apprend que des brumisateurs ont été installés devant les chambres à gaz d’Auschwitz, à l’entrée du musée, là où les visiteurs doivent patienter en plein soleil pour obtenir des billets. « Nous avons eu des cas d’évanouissement, témoigne un responsable du centre, interrogé par un quotidien israélien. Ces brumisateurs sont installés les jours de forte chaleur et enlevés quand la température baisse. » Encore heureux qu’ils soient parfois enlevés, car l’affaire a suscité l’indignation, le parallèle étant d’une rare évidence avec les pommeaux des chambres à gaz. Du coup, certains sont scandalisés, à l’image de Meir Bulka, interrogée par The Jerusalem Post (en anglais). Elle a déclamé : « En tant que juive qui a perdu de nombreux proches pendant l’Holocauste, [ces installations] ressemblent aux douches que les juifs devaient prendre avant d’entrer dans les chambres à gaz ». Un autre visiteur ne cache pas son émoi : « Dès que je suis sorti du bus, j’ai vu ces douches et j’étais choqué » a expliqué un touriste israélien au site Ynet. « J’ai demandé à un des employés sur place pourquoi ces douches avaient été installées. Il m’a répondu que c’était à cause de la chaleur. Je lui ai alors répondu que ces douches me rappelaient les chambres à gaz. »

 

L’administration du mémorial se défend, évoquant « la sécurité des visiteurs (qui) est une priorité en période de forte chaleur ». Et le mémorial de préciser, ratiocineur en diable : « Il nous est difficile (ou audacieux, ou suicidaire ?) de commenter certaines références historiques [évoquées dans la presse] parce que les brumisateurs ne ressemblent pas aux douches. Les fausses douches installées par les Allemands à l’intérieur des chambres à gaz ne délivraient pas de Zyklon B. Celui-ci était libéré dans la pièce à travers des trous du plafond ou par les murs. » C’est un peu compliqué tout ça, mais nous voici rassurés…

 

JEAN-MARIE LE PEN DIT “EMPROS !” (EN AVANT !)

 

Le président d’honneur du Front national a accordé cet été un entretien au journal des nationalistes grecs d’Aube dorée. Bien entendu, les folles hystériques qualifient ce mouvement de néo-nazi alors qu’il se contente, si l’on peut dire, d’être dans la ligne du leader nationaliste grec des années 1940, Metaxás, qui eut à subir l’invasion de son pays par les troupes allemandes et italiennes. Mussolini envoya en octobre 1940 un ultimatum prévu pour être inacceptable : la Grèce devait autoriser l’occupation par les armées italiennes de tous ses sites stratégiques. Metaxás se rendit alors extrêmement populaire et célèbre grâce au seul mot qu’il répondit : “oxi” (“Non”). L’attaque italienne contre la Grèce, repoussée avec héroïsme (les Grecs rejetèrent les troupes italiennes jusqu’en Albanie), eut pour conséquence l’intervention de la Wehrmacht, évitant ainsi à l’Italie fasciste une humiliation totale, mais reportant de trois mois l’opération Barbarossa. On connaît la suite. Ces trois mois de perdus empêcheront l’armée allemande de prendre Moscou et, sans doute, de gagner la guerre contre le bolchevisme. En attendant, l’état-major du mouvement nationaliste Aube Dorée est actuellement jugé pour appartenance à « une organisation criminelle ». Une honte…

 

Jean-Marie Le Pen, quant à lui, dresse dans son interview un parallèle entre les poursuites judiciaires du parti grec et les “injustices” qu’il a “subies”. Histoire d’aggraver son cas, le fondateur du Front national se vante par ailleurs de fréquenter les élus du parti grec à Strasbourg : « Moi, les eurodéputés d’Aube dorée je les connais. Je leur serre la main. Ils se distinguent. Et je me réjouis car quand je salue les députés d’Aube dorée, les autres s’énervent. » Mon Dieu, que Marine doit souffrir !

 

MICHEL ONFRAY EXTERMINE SANS PITIÉ BHL

 

BHL y était allé de son commentaire inspiré quant à la photo de ce pauvre garçon kurde de deux ans, qui gisait, mort, sur une plage turque. Bien entendu, il avait des choses importantes à dire, et il les a dites : « Il y a des photos qui ont eu pour mérite d’éveiller les consciences » a-t-il déclaré. Le philosophe Michel Onfray, qui pourtant est issu de la gauche, l’a derechef exterminé sans aucune pitié, déclarant sur BFMTV le 3 septembre : « Il n’a pas honte ? Il ferait mieux de rester caché. Vous savez ce qu’a dit Audiard : “Les cons, ça ose tout, et c’est à ça qu’on les reconnaît”. Il ferait mieux de rester chez lui. Voilà quelqu’un qui a invité à bombarder le Libye, qui a invité à tuer les Libyens sous prétexte que cela rendrait possible la démocratie. On a détruit un Etat qui valait ce qu’il valait, mais avec lequel on pouvait discuter. Aujourd’hui, c’est une base extraordinaire pour le terrorisme. BHL n’est responsable de rien, coupable de rien. Il y a des moments où il faut un peu de pudeur ». Et Onfray d’évoquer « tous ces gens qui ont rendu possible cet enfant mort, et BHL en fait partie ». La journaliste Nathalie Levy questionne Onfray : « BHL est complice ? » Réponse du philosophe : « Oui, évidemment, il est complice, comme d’autres sont complices : les présidents de la République d’hier et d’aujourd’hui. Cette photo, c’est effrayant, mais ce sont des criminels, ces gens-là. Leur politique est criminelle ». Rien à ajouter, rien à retirer. Bravo, monsieur Onfray…

Capture.JPG

 

 

QUAND UN PEUPLE SE TRAHIT, IL MEURT

 

L’Islande, ce pays de 300 000 habitants, a récemment annoncé qu’elle était prête à apporter son aide, en réponse à la catastrophe humanitaire grandissante en Syrie. Le gouvernement islandais a offert d’accueillir cinquante réfugiés syriens au nom des quotas. Oui mais accueillir cinquante réfugiés est bien trop peu pour certains excités, prêts à tuer leur peuple au nom de considérations humanitaires. Bryndís Björgvinsdóttir, écrivain et professeur islandais, a ainsi lancé une pétition, qui a déjà recueilli 10 000 signatures, pour encourager ses compatriotes à accueillir chez eux des réfugiés supplémentaires. Exemple de commentaire : Jórunn Hólm écrit: « Je suis célibataire, je vis avec ma fille dans notre appartement de quatre chambres et de cent mètres carrés, je suis plus que prête à accueillir une famille venue de Syrie! » Et tout le reste à l’avenant… Effrayant…

 

DÉJÀ 25 % D’ENFANTS MUSULMANS À STRASBOURG

 

25 % des élèves prennent des menus hallal dans les cantines de Strasbourg. La ville, dirigée par le maire socialiste Roland Ries, propose jusqu’à quatre menus différents dans les cantines scolaires. Sont ainsi proposés un menu standard, un menu végétarien, un menu hallal et un menu sans porc. Préparés par l’Alsacienne de restauration, ces menus entraînent « un surcoût », reconnaît la mairie auprès de l’AFP. En cause notamment, les menus hallal sont préparés « à part et de nuit, pour ne pas les mélanger avec les autres menus », explique Eric Wolff, directeur de l’Alsacienne de restauration, à l’Agence de presse. La municipalité a, par ailleurs, annoncé une bonne nouvelle : si elle trouve un prestataire “adapté”, elle proposera aussi un menu “casher”. C’était la moindre des choses. Mais qu’en disent les organisations dites laïques ? Rien du tout. Le porte-parole du collectif d’organisations laïques en Alsace-Moselle, Bernard Anclin, explique qu’il « n’a rien contre la diversité ». Ils sont vraiment consternants…

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

09/09/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3200 du 3 septembre 2015

 

L’INFORMATION est terrifiante et la source sûre puisque c’est Laurent Joffrin, de Libération, qui nous en informe. Il écrit : « Les extrémistes de la Fraternité Saint-Pie X sont les salafistes du Christ ». A quand des bombardements américains sur cet antre de fanatiques ?

 

LES AIMABLES SURNOMS DES RESPONSABLES POLITIQUES

 

Planet.fr vient de commettre un article amusant sur les surnoms donnés aux dirigeants politiques. Tout le monde sait évidemment que le Menhir, c’est Le Pen. Hollande est celui qui les collectionne. Il fut “Flanby”, puis “Pépère”, le “Pingouin”, « Fraise Flagada » et même « Guimauve le Conquérant ». A propos de notre volatile, Mélenchon, qui a un certain sens de la formule, vient de déclarer : « C’est un personnage dérisoire qui mène une politique désastreuse ». Sarkozy a lui aussi droit à ses petits noms. Il fut surnommé « Speedy Gonzales », référence à sa volonté d’être omniprésent pendant son mandat, “Naboléon” mélange entre Napoléon et Nabot ou encore « le lapin Duracell » pour son côté très énergique. Il eut aussi droit à « Petit Nicolas » et « Joe Dalton ». Martine Aubry, quant à elle, est surnommée par Hollande et Valls « Tullius Detritus », personnage d’Astérix et Obélix missionné par César pour semer la zizanie dans les rangs du village gaulois. Quant à NKM, ses “amis” de l’UMP la surnomment, au choix, « la baronne », le « pitbull en talons », et Nadine Morano, qui la hait, l’aurait même comparée à une « coqueluche sur échasses ». Dieu, qu’ils s’aiment !

 

LE MAIRE DE BÉZIERS, ROBERT MÉNARD, FAIT ENCORE DES SIENNES

 

Ménard vient de remettre un drapeau à la Police Municipale de Béziers. Un drapeau qui pour l’élu symbolise « l’existence d’une force sans laquelle aucune protection des citoyens ne serait possible », estimant que dans ce pays qui va à vau-l’eau, « la police municipale est souvent le premier rempart, le premier secours ». Le préfet de l’Hérault, Pierre de Bousquet, a hautement apprécié car Ménard ne s’est pas arrêté en si bon chemin. Il a déclaré, dans son discours devant ses policiers municipaux qu’entre les agents et leur mission « se dresse l’Etat, ceux qui nous dirigent, leur lâcheté, leur impuissance, leur soumission. Au point qu’ils acceptent trop souvent qu’une fausse paix sociale, qui ne profite qu’aux délinquants, s’installe dans certains quartiers ». Dans un communiqué, le préfet a condamné les propos du maire insolent. Réplique de Ménard : « Le préfet fait son métier de préfet (sous-entendu, à la botte du pouvoir) mais j’aimerais qu’il le fasse toujours et sur des points plus importants comme, par exemple, la fermeture administrative de commerces illégaux à Béziers ». L’édile relève sur ce point que les deux courriers qu’il a envoyés à la préfecture sont restés sans réponse.

 

Dommage que Ménard ait cru bon de mêler sa voix à celles qui ont dénoncé l’interview du Menhir à RIVAROL. L’édile est courageux mais nullement téméraire.

 

IMPLANTATION D’UNE COLONIE ISRAÉLIENNE, CET ÉTÉ, À PARIS

 

On aurait pu croire à un gag ou à une info du site parodique, souvent assez délirant, Gorafi. Anne Hidalgo, le maire de Paris, n’a rien trouvé de mieux en termes de provocation que de monter une opération « Tel-Aviv sur Seine » pour célébrer l’amitié entre la ville de Paris et la métropole israélienne. Danielle Simonnet (Parti de gauche), élue au Conseil de Paris, s’est insurgée sur son blog de l’“indécence” de la mairie de Paris qui a organisé cet événement « tout juste une année après les massacres sur la bande de Gaza par l’Etat et l’armée israélienne et alors que le gouvernement israélien intensifie sa politique de colonisation. » 500 policiers furent mobilisés alors que les pro-Palestiniens avaient organisé une contre-manifestation qu’ils avaient nommée Gaza Plage, de l’autre côté du pont Notre-Dame. Le Monde décrit ainsi l’ambiance : « Du sable, des parasols… Mais aussi des policiers et des détecteurs de métaux. Au plus fort de la journée, plusieurs centaines de personnes (la mairie en a annoncé 11 000) se promenaient ou étaient installées dans des transats sur les 200 mètres entre le pont d’Arcole et le pont Notre-Dame, qui accueillaient jusqu’à 22h00 cette opération d’un jour organisée dans le cadre de “Paris Plages”. Des visiteurs agitaient de petits drapeaux israéliens, certains dansaient sur le sable, dans une atmosphère festive et une chaleur étouffante, reprenant en chœur en hébreu “le peuple d’Israël vivra” ». Il paraît qu’il y avait la queue pour déguster deux spécialités de galettes israéliennes baptisées “peace” et “love” (ça ne s’invente pas…). Michelle Alia, retraitée depuis trois mois, venue dans la matinée, déplore : « Je pensais retrouver l’ambiance de Tel-Aviv, la plage, la musique ; mais tout ce que je vois, ce sont des policiers et des barrières sur plusieurs mètres ». Mais qu’en a dit le Front national mariniste et son inénarrable chef de file parisien, Wallerand de Saint-Just, un des membres du bureau exécutif ou plutôt exécuteur qui a voulu exterminer Jean-Marie Le Pen, dont il fut pourtant durant trente ans l’avocat ? « Je ne vois absolument aucun inconvénient à ce que cet événement festif ait lieu », confie-t-il au Scan, avant de relancer : « Bien au contraire ! ». Pardi… Il poursuit en s’en prenant à certains « imbéciles fanatiques », qui empêchent aujourd’hui toute « manifestation conjointe avec la communauté juive ». Mais qu’en dit Florian Philippot, qui lui aussi a des choses importantes à dire ? Il a déclaré sur France Inter : « C’est pas une opération religieuse, c’est pas une opération politique, c’est une opération festive ou touristique. Je ne peux pas être contre ». Il fallait la trouver celle-là ! On le voit, le néo-FN est complètement inféodé au Lobby.

Capture 1.JPG

 

 

JEUNES RÉPUBLICAINS OU JEUNES IMBÉCILES ?

 

Après « trois ans de mort clinique », comme l’écrit Le Figaro, les Jeunes Républicains, successeurs des jeunes de l’UMP, reviennent brillamment sur la scène politique. Ils ont entrepris cet été une tournée des plages. Comme les grands. Et ils ont eu une idée géniale pour faire passer leur message. Ils ont distribué des… préservatifs. Pas de banales capotes, non. Ils se sont creusé les méninges. Un slogan hautement humoristique y est inscrit : « Merci pour ce moment », référence bien sûr au livre de Trierweiler. Ça leur a coûté 13 000 euros, une paille. Ils expliquent qu’ils « voulaient faire de la politique autrement ». Certains Jeunes Républicains n’apprécient pas franchement. Le responsable, Bastien Régnier, qui finira sans doute au FN mariniste, tente de s’expliquer : « C’est notre première caravane depuis que nous sommes dans l’opposition. Il nous fallait d’autres modes de communication. La position du bureau national était de tenter un trait d’humour ». Un humour colossal. Cet imbécile d’envergure précise sa pensée au Figaro : « Nous voulons que les gens viennent à nous et ne plus aller vers eux avec des méthodes militantes plus agressives, comme les tracts. Ce genre d’objet attire l’œil, ça permet ensuite d’engager la conversation sur des sujets de fond. » Excellent article de Marie Delarue, en forme de réponse à de telles inepties, sur Boulevard Voltaire. A propos des sujets de fond qu’évoque Régnier, elle pose la question : « De fond de bidet, sans doute ? »

Capture 2.JPG

 

 

L’“HALEINE FÉTIDE” DE RIVAROL

 

Qui a évoqué cet été l’« haleine fétide de RIVAROL » ? Mélenchon ? Non. Cohn-Bendit ? Vous n’y êtes pas. Alors, avec certitude, le CRIF ? Raté. Hollande ? Pas du tout. Ça pourrait être cette excitée de NKM, mais ce n’est pas elle. Mais alors, diantre, qui ? Langue au chat ? Il s’agit de Caroline Parmentier, la principale rédactrice de Présent, qui poursuit RIVAROL de sa vindicte depuis plusieurs mois. Jusqu’à maintenant nous avions choisi de ne pas répliquer. Parce que ces attaques nous laissaient indifférents. Dans de récents écrits, l’admiratrice de Marine Le Pen assène également : « Rappelons que dans l’affaire RIVAROL, ce que ne disent jamais les journalistes, la “faute” du père n’est pas dans ses propos mais dans le fait d’avoir été les confier à RIVAROL ». Rien que cela… Voici une de ses dernières sorties dans Présent, évoquant le fait que Jean-Marie Le Pen ne se présenterait pas contre Marion Maréchal en Paca. Commentaire de l’énervée : « Un geste d’apaisement et de bon sens qui déçoit beaucoup la presse qui, de RIVAROL à Libé, n’a de cesse de souffler son haleine fétide sur le feu ». Les Rivaroliens apprécieront. Comparer RIVAROL à Libé ! Réaction immédiate de nombreux lecteurs de Présent et de RIVAROL, ces derniers nous sommant littéralement de répliquer. Ce que nous faisons volontiers. Jean-Claude Rolinat, écrivain et collaborateur de Présent, a envoyé une lettre à Caroline Parmentier, lui demandant de la publier, ce qu’évidemment elle n’a pas fait. Il y écrit : « Comment peut-on comparer un… “torche-cul gauchiste mondain” comme Libération avec l’hebdomadaire de l’opposition nationale et nationaliste ? » Réponse : quand on s’appelle Caroline Parmentier.

 

En attendant, RIVAROL continuera de dire la vérité car nous ne faisons pas, quant à nous, du marinisme alimentaire. Même si le Menhir porte une certaine responsabilité dans cette situation pour avoir fait en sorte que sa fille lui succède à la présidence du FN, et non son fidèle Bruno Gollnisch, ce qu’a fait Marine Le Pen à son père est une ignominie et pour une fois, nous approuverons le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, qui vient de déclarer : « La tentative d’assassinat de Jean-Marie Le Pen par une Marine Le Pen cachée derrière la tenture est terrifiante. Les Atrides aux portes du pouvoir… »

 

Même si Présent est naturellement libre de sa ligne éditoriale (après tout charbonnier est maître chez soi), d’aucuns pourront s’étonner que le quotidien « national et catholique » se réclamant explicitement de la devise de saint Eloi (Dieu Famille Patrie), de celle de sainte Jeanne d’Arc (Dieu premier servi) qu’il affiche fièrement en dernière page de son numéro de fin de semaine, approuve ouvertement sous la plume de sa principale rédactrice le parricide, qui est le crime des crimes, et soutienne activement Marine Le Pen malgré son approbation de l’avortement et du Pacs (qu’elle veut aggraver), la promotion qu’elle a assurée du fondateur de Gay-Lib, Sébastien Chenu, favorable au “mariage” homosexuel, son laïcisme, son jacobinisme, son programme gauchiste, son soutien militant au travail le dimanche (Mots croisés, France 2, 8 janvier 2007), la mise en avant d’un franc-maçon revendiqué comme Gilbert Collard et sa soumission au lobby gay, les instances dirigeantes du néo-FN étant peuplées d’invertis militants qui se recrutent entre eux à l’image des socialistes à la mairie de Paris du temps de Delanoë. On est bien loin là de la France de la Pucelle d’Orléans et de Saint Eloi. Henry Coston le disait déjà : « On crée un journal pour défendre des idées et on trahit les idées pour défendre le journal ».

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

 

14/08/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpg

Robert SPIELER

 

RIVAROL N° 3199 du 30 juillet au 2 septembre 2015

 

JEAN-MARIE Le Pen confirme qu’une liste FN canal historique, qu’il se refuse à qualifier de dissidente, évoquant une « liste parallèle », est en train de se constituer en PACA en vue des élections régionales.

 

“JE SUIS DEPUIS PLUSIEURS SEMAINES SANS NOUVELLES DE MADAME MARÉCHAL”

 

« Un certain nombre de militants et de dirigeants qui me soutiennent ont imaginé créer des listes dans l’objectif de me demander d’en prendre la tête. Je ne suis pas à l’initiative de cette affaire, mais je la regarde avec intérêt », dit-il. Et il ajoute : « Je n’ai rien décidé. Je ne m’interdis rien. Je ne m’ordonne rien pour l’instant. Comme je suis depuis plusieurs semaines sans nouvelles de Madame Maréchal, je ne sais pas ce que ce genre d’initiative de la base lui suggère comme réflexion. » On notera que le Menhir retire le nom de Le Pen à Marion Maréchal ex-Le Pen. Il me confie : « Elle n’a jamais pris contact depuis plus d’un mois avec moi, depuis que je l’avais proposée comme candidate ». Et il ajoute : « C’est extravagant, irresponsable de ne pas avoir contacté le président du groupe FN au Conseil régional pour la constitution des listes ». Le président connaît en effet, mieux que personne, et en tout cas mieux que Marion Marechal, les élus de valeur qui pourraient apporter leurs qualités à la gestion de la région. Oui mais, des élus de valeur qui ne seraient pas fanatiquement marinistes n’ont aux yeux de ces Ganelones, aucune valeur. En attendant, comme on le sait, quinze élus de PACA sur vingt restent fidèles à leur président.

 

A propos d’un des élus, Thibaut de La Tocnaye, qui a rejoint, malgré son passé, malgré ses postures, malgré ses convictions, malgré sa foi, le camp mariniste, à cause de la gamelle, ce qui est une insupportable trahison, Jean-Marie Le Pen dit : « Quos vult perdere Juppiter dementat » (Jupiter rend fous ceux qu’il veut perdre). Pour conclure notre entretien, le fondateur du FN, qui continue évidemment à être bien informé des affaires du mouvement, nous apprend que les adhésions et réadhésions au FN sont actuellement en chute libre. Le Menhir reproche à sa petite-fille de le snober (même si une rencontre discrète à son domicile à La Celle-Saint-Cloud a finalement eu lieu le 23 juillet), d’avoir refusé de prendre sur ses listes Bruno Gollnisch dont il souhaitait qu’il présidât la région en cas de victoire et d’avoir pris le parti de sa tante contre lui, se prononçant le 9 juillet pour la suppression de la présidence d’honneur de son grand-père auquel elle doit toute sa carrière politique et son mandat de député du Vaucluse, mandat aussi prestigieux que rémunérateur. Le Menhir conclut : « J’avais retiré ma candidature et soutenu celle de Madame Maréchal par volonté de conciliation. En échange j’ai été suspendu ! »

 

FLORIAN PHILIPPOT ACCUSÉ D’ÊTRE UN “AGENT DOUBLE” PAR JEAN-MARIE LE PEN

 

Jean-Marie Le Pen a décrit Florian Philippot, dans une interview au quotidien Le Parisien, comme « un agent double, envoyé par la droite, pour saboter le FN ». Le vice-président du FN mariniste, invité d’Apolline de Malherbe sur BFMTV et RMC tente de répliquer sur le ton de l’ironie, déclarant : « Mince, il a vu mon oreillette caché derrière l’oreille », ajoutant : « Marine Le Pen est une extraterrestre reptilienne et tout cela est un complot de la CIA et du KGB réunis ». Pour conclure, il assène, l’air grave : « Jean-Marie Le Pen crée un trouble phénoménal. C’est ridicule ». Mais qui est à l’origine de ce « trouble grave » et sans doute mortel quant aux espérances du FN de remporter des régions ou d’accéder à la présidence de la République ? Qui ?

 

Capture 1.JPG

 

 

DÉCRYPTAGE DES “HEURES LES PLUS SOMBRES DE L’HISTOIRE DE FRANCE

 

Le Scan politique du Figaro s’amuse, si l’on peut dire, à décrypter ce qu’il qualifie de point Godwin en matière d’expression politique, le qualificatif ultime pour renvoyer une personnalité et ses idées hors du champ de l’acceptable au regard de la morale publique : « Les heures sombres de l’Histoire ». Référence, bien entendu, aux années d’occupation qui « constituent au sein de la classe politique le summum de l’inacceptable. Tout ce qui y est renvoyé se trouve marqué d’un sceau d’infamie ». Rappelons ce qu’est ce fameux « point Godwin ». La loi de Godwin dit que plus une discussion s’allonge sur internet, plus la probabilité que la Seconde Guerre mondiale soit évoquée est forte (nazis, camps de concentration, etc.). Quand cela arrive, on dit que la discussion a atteint le point Godwin, et on considère qu’il est inutile de la poursuivre (quels que soient les arguments avancés). Le Pingouin use évidemment et abuse de cette considération. Il le fait très bien au demeurant, la bouche en cul de poule, le front plissé de gravité, le postillon indigné. Récemment encore, il rendait hommage à Robert Chambeiron, membre fondateur du Conseil national de la résistance, évoquant un homme qui « avait incarné aux heures les plus sombres cet esprit, celui qui souffle encore aujourd’hui : l’esprit de résistance ». L’expression, note le Scan, n’a cependant pris toute sa force, et, disons-le, sa beauté, qu’à partir des années 1970-80 et l’adoption des lois Pleven (1972) et Gayssot (1990). On se souvient de cette belle sortie de Cécile Duflot contre Manuel Valls en pleine affaire Leonarda Dibrani, la Rrom qui fut expulsée de France : « Cette opération rappelle les heures les plus sombres de notre histoire et réveille en nous une monstrueuse évocation », « Les heures les plus sombres de l’Histoire », c’est Auschwitz, sans doute en pire.

 

Prenez le cas de Robert Ménard, le maire fasciste, voire plus si entente, de Béziers qui fut accusé de vouloir ficher les écoliers musulmans en fonction de l’origine présumée de leur prénom. Le ministère de l’Intérieur avait produit un communiqué affirmant que « ficher des enfants selon leur religion, c’est renvoyer aux heures les plus sombres de notre histoire ». Manière de laisser entendre que Ménard n’aurait pas hésité à ficher les enfants juifs, histoire de les envoyer en villégiature dans des wagons à bestiaux. L’expression fait florès. Même le député Patrick Balkany, d’origine juive, n’a pas hésité à invoquer les fameuses « heures sombres » pour commenter la levée de son immunité parlementaire après sa mise en examen en octobre 2014 pour corruption passive et blanchiment de fraude fiscale. Pathétique !

 

PETIT DÉRAPAGE DE SARKOZY, DIGNE DE HOLLANDE

 

On sait que Hollande est coutumier de petites blagues, pas toujours comprises ni appréciées par ses interlocuteurs. Voici que Sarkozy s’y met aussi. Le chef des Républicains était, il y a quelques jours, en visite à Tunis, voulant notamment rendre hommage aux victimes de l’attentat du musée Bardo. Il avait aussi des choses importantes à dire, concernant notamment la situation économique de la Tunisie. Et il les a dites. Evoquant la situation difficile du pays, il a eu cette phrase, hautement appréciée par les Algériens, qui sont fous de rage : « La Tunisie est frontalière avec l’Algérie, avec la Libye, ce n’est pas nouveau », a ainsi déclaré l’ancien chef d’État, ajoutant sur le ton de l’ironie : « vous n’avez pas choisi votre emplacement ». En d’autres termes, il pense que c’est l’emplacement géographique de la Tunisie qui pose problème, à savoir sa proximité avec l’Algérie et la Libye. Et si le vrai problème de la Tunisie était sa proximité avec l’islam ?

 

MARINE LE PEN, SOMMÉE D’EXCLURE MARION MARÉCHAL DU FN

 

Le député-maire de Nice Christian Estrosi (Les Républicains) a pris des leçons auprès de Marine Aliot. Il lui demande, dans une lettre ouverte, d’exclure sa nièce, Marion Maréchal, du FN mariniste. Ni plus, ni moins.

 

Il reproche à la tête de liste FN pour les régionales en PACA de s’être alliée avec Philippe Vardon, un des leaders du bloc identitaire. Le représentant des identitaires niçois doit ainsi figurer en cinquième position sur la liste du FN dans les Alpes-Maritimes. Estrosi lui fait la leçon : « Par cette alliance, votre candidate franchit une ligne rouge que même votre père, adversaire politique pourtant bien plus féroce, n’avait jamais osé franchir ». Et il ajoute : « En prêtant allégeance au Bloc Identitaire et en scellant une alliance en bonne et due forme avec eux, elle s’inscrit dans la tradition d’une extrême droite non pas “Bleu Blanc Rouge” comme elle le prétend mais bel et bien “Bleu Brun, Noir”. » Rien que cela…

 

Après avoir rappelé que Philippe Vardon a été « condamné à 4 mois de prison pour reconstitution de ligue dissoute », Christian Estrosi la sermonne : « En avril dernier, vous vous êtes réveillée après 46 années d’aveuglement (ce qui signifie que bébé, elle était déjà aveuglée) en vous apercevant des déclarations nauséabondes de votre famille. Allez-vous avoir de nouveau la main qui tremble ou allez-vous vous comporter comme la femme d’Etat que vous prétendez être et exclure votre nièce du Front national ? » Après tout, elle a commencé à vouloir exterminer son père, pourquoi ne le ferait-elle pas aussi avec sa nièce, histoire de se faire bien voir du Système ?

 

Capture 2.JPG

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

29/07/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpg

Robert SPIELER

 

RIVAROL N° 3198 du 23 juillet 2015

 

BRUNO Le Maire a de solides prétentions. Il ambitionne de diriger les Républicains puis de se faire élire président de la République. Rien de plus, rien de moins. J’avais évoqué la semaine dernière la pétition « touche pas à mon église », lancée par Denis Tillinac dans Valeurs actuelles, et signée par nombre de personnalités dites de “droite”, dont Sarkozy qui avait toutefois exigé que son nom ne figurât pas aux côtés de ceux des fascistes supposés du FN, fût-il mariniste. On imagine la douleur de Marine Le Pen de se voir refuser l’imprimatur du système, malgré ses reptations. Bref, parlons de notre oiseau, Bruno Lemaire, que d’aucuns naïfs situent à “droite”.

 

BRUNO LEMAIRE, UN EXCEPTIONNEL ZOZO

 

Il explique, l’air grave, avec un visage sans aucune aspérité, ce qui est hautement suspect, pourquoi il a refusé de signer la pétition « Touche pas à mon église ». Il a déclaré : « Moi, on m’a demandé dix fois de signer cette pétition avec Zemmour, et j’ai refusé. Car c’est une pétition contre le vivre-ensemble, de nature à opposer les communautés les unes contre les autres et à alimenter l’islamophobie. » Devant tant de bêtise et de lâcheté, on ne peut que le saluer respectueusement. Chapeau, l’artiste !

 

BERNARD BOUCAULT FACE À LA JUSTICE IMMANENTE

 

L’affreux Bernard Boucault, l’ancien préfet de Paris qui avait fait gazer, matraquer, embastiller les participants aux Manifs Pour Tous, se trouve aujourd’hui lui-même dans la tourmente judiciaire. Cela concerne une affaire de corruption et de trafic d’influence à laquelle sont mêlés entre autres Christian Prouteau, Christophe Rocancourt et un ancien patron du 36 Quai des Orfèvres. Bernard Boucault, qui est un proche de François Hollande (il avait prolongé son mandat en 2013, alors qu’il était atteint par la limite d’âge), ce qui n’étonnera personne, est dans le viseur du juge Roger Le Loire. Le magistrat instructeur a saisi dans son bureau les preuves de « l’aide à l’entrée et au séjour d’étrangers en situation irrégulière ». Jo Masanet, figure de la gauche policière est, lui aussi, mis en examen dans ce dossier. Pour faire face à des dettes et placer ses hommes, Masanet utilisait son impressionnant réseau, qui va du simple gardien de la paix jusqu’aux préfets, ministres et hauts fonctionnaires à l’Élysée. Il se faisait rémunérer dans la plupart des cas pour ses interventions. C’est ainsi que cela se passe dans leur République. Entre 2013 et 2014, Boucault avait été sollicité une dizaine de fois par Jo pour “aider” à la régularisation de ressortissants étrangers. Le préfet gazeur donnait bien entendu suite avec empressement aux demandes de son ami. Mais il aurait été dommage pour l’histoire des ripoux que la fine équipe s’arrêtât là. Poursuivons. L’ex-préfet de police de Paris est également intervenu pour faire sortir le véhicule d’un ami de Masanet de la fourrière ou pour faciliter le renouvellement de la carte de circulation — habituellement réservée aux fonctionnaires de police — de l’enseigne Chanel. Au fait, savez-vous comment Boucault appelait Jo, si l’on en croit la retranscription des écoutes téléphoniques dont Le Point a pu prendre connaissance ? Il l’appelait « mon frère » ! De quelle loge, ça on ne sait pas…

 

HOLLANDE SE MOQUE VRAIMENT DU MONDE

 

Hollande prend vraiment les gens pour des imbéciles. Lors de son entretien du 14 juillet, évoquant l’accord sur le nucléaire iranien et voulant justifier l’interdiction faite à l’Iran de posséder la bombe nucléaire, il a pointé le risque de prolifération. Il a eu cette phrase absolument stupéfiante : « Si l’Iran a la bombe, l’Arabie Séoudite et Israël voudront la bombe… » Tout le monde sait, et évidemment le Pingouin ne l’ignore pas, qu’Israël dispose de centaines d’ogives nucléaires. C’est ce qui s’appelle se moquer du monde. Et prouver une fois de plus son allégeance servile à l’entité sioniste.

 

RALLIEMENT AU GROUPE FN DU PARLEMENT EUROPÉEN

 

Le FN mariniste avait réussi, il y a un mois, à constituer un groupe au Parlement Européen avec tous les avantages afférents. Il fallait pour cela rassembler 25 députés issus de sept pays différents. Cette dernière contrainte était la plus difficile à surmonter, mais cela fut réalisé. Il n’empêche qu’une épée de Damoclès pesait sur la survie du groupe. A la moindre défection d’un représentant isolé d’un pays membre, le groupe disparaissait. Mais cette menace s’éloigne. Le ralliement de Laurenţiu REBEGA, député roumain, permet au groupe ENL (Europe des Nations et des Libertés) de compter désormais huit nationalités, et donc de pouvoir s’inscrire dans la durée de la mandature 2014-2019. Au fait, le député roumain était, jusqu’à présent, membre du groupe socialiste…

Capture 1.JPG

 

 

ÉLECTIONS AMÉRICAINES : DONALD TRUMP FAIT APPEL À LA WAFFEN-SS DANS SA CAMPAGNE ÉLECTORALE

 

Donald Trump est ce multimilliardaire américain qui a fait sa fortune dans l’immobilier. Il a encore frappé. Candidat à l’investiture républicaine pour la présidentielle américaine de 2016, il est un habitué des polémiques. Homosexuels, Noirs, Mexicains ou Chinois en prennent souvent pour leur grade… Un sondage réalisé le 15 juillet pour le Washington Post et ABC News montre que le magnat de l’immobilier n’est pas un candidat fantaisiste. Il séduit 57 % des Républicains. Les sondés ayant une mauvaise opinion de lui sont passés de 65 % en mai 2015 à 40 % en juillet. Son discours semble donc porter. Dernière polémique. Il est accusé d’avoir rédigé un tweet célébrant la grandeur des Etats-Unis, qui le mettait en scène sur fond de bannière étoilée, avec des silhouettes de trois soldats, portant l’uniforme de la Waffen SS. Devant le tollé qui se profilait, le tweet fut rapidement effacé. Lisons quelques extraits de discours de ce curieux et parfois amusant personnage : « Je serai le plus grand président de l’emploi que Dieu ait créé ; Croyez-moi. Personne ne construit des murs mieux que moi. Je vais construire un grand, grand mur sur notre frontière sud et je ferai payer les Mexicains ; J’ai un patrimoine bien supérieur à dix milliards de dollars. Ce n’est pas pour me vanter, parce que vous savez quoi ? Je n’ai pas à le faire ; Si on veut résoudre le problème de la criminalité, il faut arrêter d’être aussi politiquement correct ; Je pense que la seule différence entre moi et les autres candidats, c’est que je suis plus honnête et que mes femmes sont plus belles ; Je ne suis pas pour le mariage gay. Les gens savent que ce n’est pas mon truc ; Devenir riche est facile, le rester est plus dur »…

Capture 2.JPG

 

 

CACHEZ CES ÉGORGEMENTS QUE LES TARTUFFES NE SAURAIENT VOIR

 

C’est Michel Janva, du blog Salon Beige qui le raconte. Le Festival international d’art lyrique d’Aix-en-Provence a fait modifier la mise en scène de L’Enlèvement au sérail, proposée par l’Autrichien Martin Kusej. Le sérail était devenu un camp de djihadistes où était retenue prisonnière la jeune fille que son fiancé cherche à libérer. Dans une scène, on voyait des drapeaux de l’Etat islamique et aussi des sacs en plastique supposés renfermer des têtes de prisonniers décapités. Tout cela a disparu. Le directeur du festival, Bernard Foccroulle, s’en est expliqué : « La question de l’image est devenue extrêmement sensible, nous n’avons pas voulu que des images piochées dans la production se retrouvent sur internet hors contexte. Ce n’est pas de la censure, c’est de la maturité. » Ben, voyons, cachez ces égorgements que les Tartuffes ne sauraient voir…

 

ROBERT MÉNARD : “LA GAUCHE A PEUR DE LA RÉVOLUTION QUI VIENT

 

La justice a donné raison à Robert Ménard dans « l’affaire de la crèche de Béziers » : une première fois en référé, une seconde, sur le fond. C’est une belle victoire d’autant que le rapporteur public avait donné raison à la Ligue des droits de l’homme et, très généralement, le tribunal suit ses recommandations. Robert Ménard vient d’accorder une interview à Boulevard Voltaire dans laquelle il revient sur les attendus du jugement. Il note que le tribunal admet qu’il n’est pas nécessaire de justifier d’une tradition locale pour mettre en place une crèche. Ensuite, il reconnaît que son installation en mairie, à partir du moment où elle s’inscrit dans un champ culturel, ne contrevient pas à l’article 28 de la loi de 1905. Le tribunal affirme aussi que la commune avait parfaitement le droit d’acheter des santons, qu’il ne s’agissait nullement du financement d’un projet cultuel. « Bref, dit-il, sur l’essentiel, le tribunal nous a suivis ou, plutôt, a refusé de suivre une argumentation sectaire qui tient davantage de la bigoterie laïque que de la défense de la laïcité. » Ménard conclut par ces mots : « Au fond, la gauche n’est plus que sur la défensive. La réactionnaire, c’est elle. La conservatrice, qui essaye de conserver les « acquis » de Mai 68, c’est elle. Elle a peur de la révolution qui vient. La gauche vit dans le cauchemar de la parole libérée, de l’action libératrice, du retour de la vitalité et de la volonté. » Bien vu ! Sauf que Ménard n’est plus du tout partisan de la « parole libérée » quand il s’agit de Jean-Marie Le Pen et que le président d’honneur du Front national s’exprime dans nos colonnes.

 

“LE POUVOIR JUIF DE WALL STREET : IMPITOYABLE ET SANS MERCI”

 

Deux sociétés sud-coréennes, filiales du groupe Samsung, le plus grand conglomérat familial de la Corée du Sud, ont décidé de fusionner, dans une démarche de consolidation. Si l’on en croit des grands media sud-coréens, les “Juifs” ont tenté de bloquer l’accord. Une publication a écrit que le pouvoir juif de Wall Street « a longtemps été connu pour être impitoyable et sans merci ». Un autre journaliste a écrit que « les Juifs sont connus pour exercer un pouvoir énorme à Wall Street et dans les milieux financiers mondiaux » et que « c’est un fait bien connu que le gouvernement américain est influencé par le capital juif ».

Nous l’ignorions…

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

22/07/2015

Chronique du Front occupé et asservi

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3197 du 16 juillet 2015

 

CERTAINS Rivaroliens avaient quelque espérance quant à Marion Maréchal-Le Pen, supposée être d’une autre classe, d’une autre vertu que Ganelone. Eh bien, ils ont tout simplement eu tort. Ganelone bis s’oppose au retour de son grand-père, déclarant sur le plateau de BFM TV le 9 juillet que Jean-Marie Le Pen, après le procès pourtant gagné, ne devait « plus être président d’honneur » du Front national. Humaniste, elle précise : « Pas tant pour le titre, mais pour les conséquences de ce titre : être membre de droit de toutes les instances du Front national. Et, vu les circonstances, la cohabitation avec Marine Le Pen devient compliquée et beaucoup de militants sont las ». Odieuse, celle qui a été “créée” par son grand-père, ajoute : « Je connais le personnage (le personnage, évoquant son grand-père !) et il fallait s’attendre à ce que ce soit compliqué, long et fastidieux (pour le tuer ?). Mais je crois que Jean-Marie Le Pen n’a rien gagné d’autre que du temps, je doute qu’il puisse se maintenir au poste de président d’honneur », a-t-elle précisé. D’où la réponse pleine d’esprit et du tac au tac du Menhir sur Twitter : « Proverbe provençal : fais du bien à Bertrand, il te le rendra en caguant.

 

MARION C’EST GANELONE BIS !

 

Sur une affiche, lorsqu’il était candidat aux régionales en PACA en 1992, on voyait le Menhir porter tendrement dans ses bras sa petite-fille, Marion, alors âgée de 2 ans. Vingt-trois ans plus tard celle-là lui vole sa place aux régionales en PACA, lui indique sèchement le chemin de la sortie, entend qu’il finisse ses jours à l’hospice et qu’il fiche la paix à sa descendance. Alors que le Menhir a fait toute la carrière politique de Marion, comme de Marine avant elle, qu’il lui a choisi une circonscription en or dans le Vaucluse, à Carpentras, pour qu’elle soit élue en 2012 (ce qui fut le cas), qu’il l’a couvée, lui a dispensé ses judicieux conseils, est venu la soutenir, l’encourager lors de toutes les soirées électorales, et encore fin mars lors des départementales, l’applaudissant, la félicitant, l’embrassant, voilà comme elle le traite alors qu’elle n’a que 24 ans ! La tante et la nièce ne valent décidément pas mieux l’une que l’autre. Ecœurant ! Tout en le dézinguant, la petite-fille sait toutefois utiliser à des fins électorales l’affection des militants envers le fondateur du FN puisque, pour sa campagne, elle a fait distribuer une photo où on la voit avec son aïeul lors de la soirée électorale du second tour des départementales. Difficile d’aller plus loin dans la perversité !

 

Sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin, Marion Maréchal-Le Pen a aussi révélé que ses relations avec Jean-Marie Le Pen ne sont pas au beau fixe. « Manifestement, il m’en veut d’avoir été mis à l’écart de cette campagne des élections régionales, même si c’était le deal de départ (sic !). Je le regrette, j’en suis attristée, mais je n’y peux rien », a déclaré le député FN. Quelle hypocrisie, quelle honte ! C’est tout simplement dégueulasse, comme le dirait notre ami Roger Holeindre. JMLP, quant à lui, a rajeuni de vingt ans depuis sa victoire judiciaire.

 

MARINE LE PEN FUME LA MOQUETTE

 

Décidément, Marine Le Pen devient de plus en plus excitée. Tout à sa haine contre son père sans lequel elle ne serait rien, voici qu’elle accuse Elkabbach d’avoir téléphoné à son géniteur pour le soutenir ! Rien que cela. Le 5 juillet, invitée du « Brunch Politique » de Sud Radio, Marine Le Pen est revenue sur une allégation de Valeurs Actuelles selon laquelle Jean-Pierre Elkabbach aurait téléphoné à son père pour lui apporter son soutien. « C’est incroyable et c’est vrai. Jean-Pierre Elkabbach a téléphoné à Jean-Marie Le Pen pour lui exprimer toute sa considération, tout son soutien », a alors répondu la présidente du Front national. Mais comment est-elle supposée avoir cette supposée info ? A-t-elle placé le téléphone de Jean-Marie Le Pen sur écoute alors qu’elle n’a plus aucun contact avec son père depuis des mois ? Et d’ajouter : « Ça peut paraître étonnant mais c’est une réalité. Peut-être qu’il se projette dans la situation de Jean-Marie Le Pen. Je ne sais pas ce qui peut justifier cet amour soudain de Jean-Pierre Elkabbach. ». Lequel déclare qu’il s’agit de « fantasmes et fariboles », ajoutant : « Je l’invitais (JMLP) à ma matinale. MLP n’a pas honte de mentir ».

 

JEAN-MARIE LE PEN COGNE

 

Triomphant suite à ses victoires judiciaires, Jean-Marie Le Pen s’est félicité sur iTélé de voir la justice remettre « les choses en ordre », mais a aussi dénoncé la démarche « tout à fait totalitaire » de Marine Le Pen. De son côté, Marine Le Pen a fustigé sur BFM TV une « saga judiciaire organisée » visant à « nuire au Front national », qui a prévu de faire appel. Extrait de l’entretien accordé par Jean-Marie Le Pen à Marianne daté du 10 juillet :

 

« La ligne développée par Philippot et Marine est un gauchissement du FN. Justifié par eux par le fait qu’il y a beaucoup de gens de gauche qui passent au vote FN. C’est vrai, mais ce n’est pas là que se situe le gisement de voix dans un pays où il y a une très grande proportion d’abstentionnistes. J’ai la conviction qu’une partie de ces abstentionnistes va se mobiliser à partir d’événements prévisibles à venir très prochainement. Or, l’événement le plus probable, c’est le déferlement migratoire consécutif à l’explosion démographique du monde, à son appauvrissement

et au déficit démographique de l’Europe. Ces événements pousseront les abstentionnistes vers la droite.

 

Or, le gauchissement du Front national laisse libre l’accès à l’aile droite de l’électorat des Républicains. Or, en temps normal, le Front National flanc-garde l’UMP sur la droite. S’il se déplace sur la gauche, il libère cette frontière. Et ceux qui, portés par les événements en cherchant des issues, les classes moyennes en réalité, se porteront sur l’ex-UMP au lieu du Front National […] Il est bon que le FN s’ouvre à des clientèles nouvelles, mais à condition de ne pas perdre les plus anciennes […].

 

A supposer que le FN poursuive son évolution actuelle, l’interroge Marianne, imaginez-vous que le courant de la droite nationale que vous représentez ne soit pas présent à l’élection présidentielle ?

 

Si mon courant n’est pas représenté, il n’y aura pas de victoire. Moi, je crois représenter la majorité silencieuse du mouvement. Compte tenu de mon âge, j’ai transmis le flambeau, je ne me présenterai pas, évidemment. Mais quelqu’un le pourra peut-être… D’ailleurs, si ce courant n’est pas représenté, Sarkozy aura tout le loisir de renouveler sa stratégie de 2007 et de siphonner les voix du FN. Je crois qu’il a compris pourquoi il avait perdu en 2012 et rien ne l’arrêtera sur ce terrain. Et Marine Le Pen, si elle s’écarte de la ligne classique du FN, sera débordée […] »

 

FN EN PACA : LA RÉVOLTE GRONDE…

 

On sait que Marion Maréchal-Le Pen vient de lancer sa campagne pour les élections régionales en Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA). On ne peut pas dire que l’ambiance soit au beau fixe. La guerre totale de Marine Le Pen à l’encontre de son père fait des dégâts. Sur vingt conseillers régionaux sortants, quinze soutiennent Jean-Marie Le Pen. Les soutiens de Marine Le Pen et de Phillipot sont le patron de la fédération du Var, Frédéric Boccaletti, devenu directeur de campagne de Mme Maréchal-Le Pen, la Marseillaise Hélène Bez, proche du sénateur Stéphane Ravier, le Toulonnais Jean-Yves Waquet, Valérie Laupies et Thibault de La Tocnaye, membres du bureau politique du FN. Jean-Louis Bouguereau, premier vice-président du groupe FN au conseil régional PACA, qui siège depuis 1986, a rendu les dissensions publiques, jeudi 9 juillet. Dans un communiqué, l’élu varois demande la démission de Florian Philippot, « en raison de ses actes commis à l’encontre du président d’honneur du Front national, qui constituent des fautes politiques et juridiques de nature à compromettre l’unité du parti ». « La grande majorité des autres élus FN à la région soutient cette démarche », dit-il. Le Menhir, qui entend répliquer coup après coup, a nommé un nouveau secrétaire général du groupe des élus, Laurent Comas, un fidèle, en remplacement de Boccaletti qui avait choisi le camp de Philippot. Le ton monte. Comas a dénoncé la façon dont certains cadres, et notamment Stéphane Ravier, ont « assassiné le menhir. Je lui ai demandé qui il était pour faire la morale au président fondateur », assure-t-il. Depuis, je suis à l’écart. »

 

Laurent Comas a été immédiatement suspendu du parti, tout comme Jean-Louis Bouguereau par Marine Le Pen. Le fonctionnement du parti est stalinien. Comas avait, il est vrai, tout fait pour se faire bien voir par Ganelone et son entourage: celui-ci avait comparé Florian Philippot au « gourou d’une secte vaudou », qui « mène le FN dans une voie mortifère ». Dans les Alpes-Maritimes, la révolte gronde aussi. L’investiture d’Olivier Bettati, ancien adjoint de M. Estrosi à la mairie de Nice, suscite le mécontentement de nombreux cadres locaux, dans ce département où les soutiens de Jean-Marie Le Pen restent nombreux.

 

YONNE : LE FN MARINISTE ÉLIMINÉ

 

Une élection départementale partielle s’est déroulée dimanche 5 juillet à Villeneuve-sur-Yonne. Le candidat mariniste l’avait emporté aux récentes élections départementales mais le scrutin avait été entaché de fraudes. Un cas des plus curieux : un binôme FN, Claude Thion et Erika Roset, avait été élu au second tour. Moins de trois semaines après avoir été élu, Claude Thion avait démissionné de son mandat, invoquant des raisons professionnelles. Son remplaçant, André Fisher, avait refusé de prendre sa suite, d’où l’organisation de nouvelles élections. Mais ce n’est pas fini. La seconde du binôme, Erika Roset, a déclaré dans une interview sur France Bleu Auxerre avoir quitté le parti après avoir été candidate « à son insu » et avoir subi des “pressions”. Elle a toutefois décidé “d’assumer” son rôle de conseillère départementale. Compliqué tout cela… Toujours est-il que le candidat du FN mariniste est arrivé troisième et se retrouve éliminé.

 

CATHOLIQUE, ANCIEN PARACHUTISTE, ANCIEN GUDARD : LE FN MARINISTE LE CONDAMNE À MORT !

 

Minute le raconte : Gaëtan Dirand n’est plus secrétaire départemental du FN pour le Maine-et-Loire. Il a remis, le 4 juillet, sa démission du poste qu’il occupait depuis avril 2011, expliquant qu’il ne se sentait plus en phase avec « la ligne politique du FN » ni avec « la stratégie de ses dirigeants ». En fait la colère de Gaëtan Dirand s’explique par la décision du FN mariniste d’investir comme tête de liste aux régionales pour le Maine-et-Loire, le jeune Aymeric Merlaud, un mignon tout mignon, protégé de l’homosexualiste Sebastien Chenu, le cofondateur de GayLib. Il est vrai que Gaëtan Dirand n’a que des défauts. Ce pilier historique du FN n’est pas homosexuel, est marié, père de quatre enfants, ancien para et catholique. De plus, il fut dans ses jeunes années le responsable du GUD. Autant de bonnes raisons pour l’exterminer. La « madone à pédés » s’y est donc employée.

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

15/07/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3196 du 9 juillet 2015

 

RIVAROL avait informé ses lecteurs, la semaine dernière de cette infamie. Voici quelques informations complémentaires. La Commission des affaires juridiques du Parlement européen a voté le mercredi 24 juin 2015 en faveur de la levée de l’immunité parlementaire du Député européen Udo Voigt, membre du parti nationaliste allemand NPD. Il avait, il est vrai, commis une abomination en 2006. Udo Voigt avait diffusé une image assez sobre, qui affirmait : « Blanc : pas seulement une couleur de maillot. Pour une vraie équipe nationale (de football). » Cela lui avait valu une ahurissante condamnation en 2014 par le tribunal du Land de Berlin à un an de prison avec sursis pour « appel à la haine raciale et offense ». Oui mais, pour qu’il fût définitivement condamné et égorgé, il fallait que son immunité de parlementaire européen fût levée. Pas de problème : les députés européens ont voté la remise d’Udo Voigt à la satrapie justicière allemande. On ne dira jamais assez à quel point l’Allemagne est aujourd’hui un pays dégénéré et tyrannique à l’encontre des résistants.

 

UN DÉPUTÉ EUROPÉEN, NATIONALISTE ALLEMAND, LIVRÉ AUX CHIENS PAR LE FN MARINISTE (SUITE)

 

Ah, au fait, deux Français figuraient dans le peloton d’exécution. Deux Français élus sur les listes du FN mariniste. Parmi eux, le très brillant Gilles Lebreton, que rigoureusement personne ne connaît ni ne connaitra jamais, qui, il y a quelques années, avait jugé que le FN était trop radical, avant de rejoindre avec amour le FN mariniste ; et puis il y aussi, une étonnante oiselle, Joëlle Bergeron, qui, au lendemain de son élection, s’aperçut avec horreur que le FN mariniste était trop radical (si, si, c’est possible !), se déclarant en faveur du droit de vote des étrangers. Elle rejoignit le groupe formé autour de l’UKIP britannique. Certains lecteurs ont sans doute vu cette vidéo filmée au Parlement européen. Jean-Marie Le Pen était interviewé par une télévision, dans l’aula du parlement. Arrive un député de l’UKIP qui bouscule volontairement le Menhir lors de l’interview. Voilà les méthodes que pratiquent ces abrutis à l’encontre des résistants… Mais revenons, en conclusion, au fascinant Lebreton, que j’ai décidé de mettre dans ma ménagerie. Il a déclaré : « Marine Le Pen, à laquelle j’ai personnellement exposé cette affaire, a appelé toute la délégation FN à voter comme moi ». Rappelons à Marine Le Pen cet adage latin : Hodie mihi cras tibi… (nous traduisons pour l’illettrée de Nanterre : aujourd’hui moi, demain toi). Le mépris est bien plus meurtrier que les balles, croyez-le. Et puis, chantons le chant des Lansquenets : « Un jour viendra, où tous les traîtres paieront !

Capture 1.JPG

 

 

MAIS QUI EST LE MARINISTE LEBRETON ?

 

Membre du SIEL, groupuscule fondé par Paul-Marie Coûteaux, et conseiller politique de Marine Le Pen pour l’enseignement supérieur, Gilles Lebreton avait rejoint le FN en 2014. Il fut élu sous l’étiquette du Rassemblement bleu marine et devint immédiatement membre du bureau politique. Professeur de droit public, il a fait paraître en 2008, aux éditions Dalloz, Libertés publiques et droits de l’Homme, un ouvrage où il se montrait très critique à l’égard du Front national. Il lui reprochait alors d’avoir fait référence dans des écrits théoriques à Carl Schmitt, célèbre juriste allemand présenté par certains (on devine lesquels) comme un des théoriciens officiels du 3e Reich. Carl Schmitt est tenu en très haute estime par les juristes. Pas par Lebreton, qui, à l’époque déjà, maniait avec enthousiasme la brosse à reluire à l’égard de qui nous savons. Il avait écrit : « Cette pensée (celle de Carl Schmitt) doit être analysée parce qu’elle constitue désormais une menace réelle pour l’avenir de nos libertés publiques. Elle n’est, en effet, rien d’autre qu’une philosophie de l’exclusion d’autant plus dangereuse qu’un parti politique français, le Front national, s’en est emparé. En prêchant l’obéissance à l’instinct d’identité, il ouvre la voie à de dangereuses tentations d’exclusion, poursuivait-il. Tous ceux qui sont perçus comme autres sont potentiellement menacés dans leurs libertés. Les immigrés et les juifs ont été les premières victimes désignées. Puis, est venu le tour des “sidaïques”, qu’il a proposé d’incarcérer dans des établissements spéciaux. À quand le tour des homosexuels, des vagabonds, des universitaires mal pensants ? » Oui mais, depuis, l’inénarrable universitaire a rejoint Marine Le Pen, ce qui n’étonnera aucun Rivarolien. Son argument est implacable : « Le Front a considérablement évolué ces dernières années. Pour ma part, j’ai émis un certain nombre de critiques constructives et elles ont été entendues. J’ai la certitude que les références à Carl Schmitt, qui datent de 1990, ne sont plus d’actualité ». Sur onze membres de la Commission des affaires juridiques du Parlement européen, onze, dont Lebreton et Joëlle Bergeron, ont voté la levée de l’immunité parlementaire du député européen nationaliste allemand Udo Voigt. C’est ainsi que cela se passe chez ces gens-là…

 

TENDONS LA MAIN, AVANT DE NOUS LA FAIRE COUPER, AUX JEUNES DJIHADISTES…

 

Les djihadistes coupent les têtes, mais pas question de couper le contact humaniste avec eux. C’est l’avis inspiré d’Eva Joly, ancienne candidate à l’élection présidentielle pour le compte des Verts. Elle vient de déclarer : « Il ne faut pas couper le lien avec les jeunes partis en zone de guerre. La société doit leur donner une deuxième chance, leur tendre la main ». On est émerveillé devant cet Everest d’imbécillité, mais on tient à la disposition de nos camarades djihadistes les coordonnées d’Eva Joly, histoire qu’ils viennent engager un dialogue fructueux avec elle…

Capture 2.JPG

 

 

GRAND PRIX DE L’HUMOUR POLITIQUE

 

Nicolas Sarkozy s’est vu récompenser du Grand prix de l’humour politique 2015 pour sa saillie à l’encontre de François Bayrou : « Pour désespérer de François Bayrou, encore faudrait-il que j’aie un jour placé de l’espoir en lui. » Qu’il est méchant ! (mais lucide) !

 

DE VRAIS SOURNOIS IMAGINATIFS, CES JUIFS ORTHODOXES NEW-YORKAIS !

 

Contrairement aux grands media, les juifs orthodoxes new-yorkais n’aiment pas du tout l’homosexualité. Du coup, ils ont créé un Comité juif d’action politique et organisé une contre-manifestation lors du défilé en faveur du “mariage” homosexuel, dimanche 28 juin à New York, la fameuse gay-pride. Oui mais des journalistes du quotidien américain The New York Times ont été intrigués par l’allure de plusieurs hommes portant de larges pancartes, vêtus du châle de prière juif, clamant que « le judaïsme interdit l’homosexualité » et autres slogans du même acabit. Les journalistes « intrigués par l’allure » des manifestants ? Bon, il faut comprendre qu’ils n’avaient pas vraiment des bobines de juifs, si tant est que les juifs soient physiquement identifiables, ce qui reste à prouver, Georges Montandon n’étant plus là pour nous apporter son expertise (il fut ethnologue au musée de l’Homme, l’un des théoriciens d’un racisme dit “scientifique” avant la Seconde Guerre mondiale, et fut abattu, ainsi que sa femme, par des résistants, à la fin de la guerre).

 

Explication du questionnement du New-York Times : les supposés juifs orthodoxes qui manifestaient étaient en fait… des travailleurs mexicains payés pour protester. Ces hommes ont été embauchés pour grossir les troupes un peu maigrelettes des manifestants juifs et surtout pour pallier l’absence d’étudiants juifs qui auraient normalement dû participer à l’événement. Mais pourquoi une telle absence ? Explication : « Les rabbins ont dit que les “yechivah boys” [les jeunes gens étudiant la Torah, le Talmud et le judaïsme] ne devaient pas venir, à cause de ce qu’ils pourraient voir au défilé. » Ils auraient en effet risqué de croiser plusieurs paires homosexuelles en train de s’embrasser — au risque de les choquer. Toujours est-il que les contre-manifestants ont reçu des jets de bouteilles d’eau (remarquez que cela aurait pu être pire), ce qui prouverait l’existence d’un antisémitisme avéré chez les homosexuels, les trans, et les lesbiennes américains…

 

GÉRIN VENT DEBOUT CONTRE L’ISLAMISME

 

André Gérin est le maire communiste de Vénissieux. Il vient de faire paraître un texte audacieux dans lequel il évoque un « espace public gangrené », une « évolution vestimentaire », des « imams qui tiennent un discours anti-France », des « territoires où se mêlent mafia et islamisme », et il conclut en assénant : « l’ennemi de la France, c’est l’islamisme ».

 

Voici son libelle dont le titre est « L’intégrisme islamique : une menace de l’intérieur » :

 

« Va-t-on enfin regarder la vérité en face ? L’intégrisme et le salafisme qui rongent nos banlieues représentent un danger mortifère.

 

Depuis les années 1990, nous ne voulons pas voir la radicalisation d’une fraction des musulmans de France. Cela se traduit par l’enfermement et l’endoctrinement d’enfants, d’adolescents. Cela se voit à travers l’évolution vestimentaire sur la voie publique, à l’exemple du voile intégral et cela s’entend par l’entremise de prédicateurs ou d’imams autoproclamés qui tiennent un discours radical, voire anti-France.

 

Actuellement, sur certains territoires, se mêlent drogue, mafia et islamisme afin d’exercer un contrôle dans des quartiers.

 

Oui, la menace islamiste est intérieure au territoire national. Ce sont nos enfants de France qui sont conditionnés. Comme je l’ai souvent dit, l’espace public est désormais gangrené.

 

Aujourd’hui, on ne peut plus se contenter de la moindre demi-mesure. Les responsables de l’autorité du pays et les responsables politiques doivent le dire clairement, l’ennemi de la France, c’est l’islamisme.

 

Il faut combattre ce fanatisme et ses hordes d’assassins tout en restant fidèles à nos valeurs républicaines et à celles qui fondent la démocratie et l’humanisme. Nous devons mener une guerre idéologique car nous n’avons plus rien à attendre et plus rien à tolérer sur le sujet ».

 

Et il conclut par cette phrase : « La parade policière, judiciaire voire militaire se pose alors de manière sérieuse. »

 

Mais ce n’est pas avec les « valeurs républicaines » que l’on peut combattre efficacement l’islamisme.

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

08/07/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3195 du 2 juillet 2015

 

L’IGNOBLE parricide dont Marine Le Pen s’est rendue coupable ne lui porte pas chance, et ce n’est que justice. Elle enchaîne, selon un sondage du Point, son quatrième mois de baisse consécutive : avec 25 % de bonnes opinions (-3 points) et 71 % de mauvaises, elle retombe à son niveau d’août 2011. Son plus mauvais score depuis quatre ans. Mais comment pouvait-il en être autrement ? Les Français n’aiment pas les traitres et encore moins les parricides qui sont vomis dans toutes les civilisations et cultures : européennes, juives, musulmanes, orientales, etc. En attendant, elle n’est pas la seule à s’effondrer.

 

GANELONE CHUTE DANS LES SONDAGES

 

Hollande chute de 4 points, et se retrouve, avec 20 % de bonnes intentions, à son niveau d’avant Charlie. Sarkozy chute de 6 points, avec 31 % de bonnes opinions. Hollande est celui qui est le plus martyrisé : — 9 points chez les sympathisants PS (48 % de bonnes opinions), — 9 points chez les 18-24 ans, et 11 points de moins chez ceux dont les revenus sont les plus modestes (moins de 1 200 euros). Ceux qui avaient voté François Hollande au premier tour de la présidentielle en 2012 voteraient aujourd’hui majoritairement contre lui. Avec 77 % d’avis négatifs à deux ans de la présidentielle, la pente de l’impopularité paraît infiniment longue à remonter, commente Le Point. C’est le moins que l’on puisse dire… « Du jamais-vu de mémoire de sondeur ! Sa réélection relèverait aujourd’hui de l’exploit surnaturel », commente fort justement l’hebdomadaire. Quant à Alain Juppé , il bénéficierait de 57 % de bonnes opinions (+ 2 points). Les sympathisants PS lui accordent 56 % de bonnes opinions, (en hausse de 3 points). Mais qu’en est-il des sondés FN ? 45 % de bonnes opinions (+ 11 points). Autant que pour Sarkozy. De quoi se poser des questions quant à la conscience politique de certains sympathisants du FN mariniste…

 

HONTEUSE SOUMISSION DE LA FRANCE AUX ETATS-UNIS ET AU LOBBY JUIF : COLLARD APPROUVE…

 

Anne Kling avait abordé le sujet dans son récent livre Shoah, la saga des réparations, un livre remarquable que tout Rivarolien se doit de lire (toujours disponible à nos bureaux, 22 euros franco). L’Assemblée nationale a donné le 24 juin son feu vert pour un accord France-Etats-Unis sur l’indemnisation de certaines (certaines !) victimes de la Shoah déportées depuis le territoire français. Tous les groupes de gauche, ainsi que l’UDI, ont voté pour. La plupart des députés Les Républicains (LR) se sont abstenus. Frédéric Lefebvre, député (LR) des Français d’Amérique du Nord, qui est connu pour être une puissante personnalité dans le registre de la soumission, s’est lui prononcé pour cet accord « parfaitement équilibré ». Pardi… Gilbert Collard (Front mariniste) a soutenu le texte « de tout cœur », malgré des manques selon lui. Quels manques ? On serait curieux de savoir. Cet accord, signé à Washington le 8 décembre 2014 après près d’un an de négociations, prévoit notamment la mise en place d’un fonds ad hoc de 60 millions de dollars, versé par les autorités françaises, géré par les autorités américaines (pardi !), ouvert aux ressortissants des États-Unis ou d’autres pays non couverts par d’autres régimes d’indemnisation (et Dieu sait qu’ils sont nombreux !) Les sites sionistes n’en peuvent plus d’allégresse. Très pédagogues, ils expliquent : « Certains déportés survivants ou leurs ayants-droit n’ayant pas eu accès au régime de pensions d’invalidité mis en place en France du fait de leur nationalité, ou à des compensations versées par d’autres Etats ou institutions, ont en effet tenté à partir des années 2000 d’obtenir réparation par d’autres voies, notamment devant la justice américaine ». Et bien sûr, ils l’ont obtenue. Le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes Harlem Désir a expliqué qu’il s’agissait d’une « mesure de justice individualisée autant qu’un moyen d’éviter des contentieux lourds et coûteux, notamment pour la SNCF ». Nous y voilà. Comme le raconte Anne Kling dans son livre, plusieurs actions judiciaires ont été intentées aux Etats-Unis depuis l’an 2000 contre la SNCF, accusée notamment de complicité de crime contre l’Humanité, mais aussi dans certains cas contre la Caisse des dépôts et contre l’Etat français. Certains élus français se rebiffent. C’est le cas étonnamment de Pierre Lellouche, pourtant juif, pro-américain, sioniste et membre des “Républicains”. Il a déclaré à l’Assemblée : « Vous avez organisé une forme de capitulation française devant une forme de chantage de cabinets d’avocats et de certains législateurs américains. » A l’inverse, l’UDI Meyer Habib, élu des Français de l’étranger, notamment d’Israël, a salué « un accord qui semble équilibré » et qu’il a dit approuver « en tant que Français, en tant que juif ». En tant que Français d’abord, ou en tant que juif français ultra-sioniste d’abord ? Il y avait eu un petit moment d’émotion, tendance indignation, en commission. L’examen du texte en séance avait été reporté. Pensez… L’accord portait la mention « le gouvernement de Vichy », qui aurait pu laisser croire à une continuité des actes de ce régime avec la République française. Inacceptable, bien entendu. Dieu merci, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius s’est finalement engagé le 9 juin à faire supprimer la formule litigieuse. Du coup, la formule retenue sera : « autorité de fait se disant gouvernement de l’Etat français ». Décidément, ces abrutis ne reculent devant rien, et c’est bien à cela qu’on les reconnaît…

Capture 1.JPG

 

 

QUAND “MGR” DUFOUR SOUHAITE UN “BON RAMADAN” AUX MUSULMANS

 

“Mgr” Dufour, l’“évêque” conciliaire d’Aix et d’Arles, y est allé franco de port dans le registre de la soumission. C’est le blog « l’Observatoire de l’islamisation » qui le raconte. Dufour écrit à ses amis musulmans : « A vous, amis musulmans, vous commencez ce mois de Ramadan, temps de jeûne, de prière, de partage. En ce moment important nous prions Dieu qu’il vous bénisse. Un hadith prophétique de votre tradition dit bien: « Nul d’entre vous n’est un croyant tant qu’il ne souhaite pour son frère ce qu’il souhaite pour lui-même. » (Les Quarante Hadîths de Nawawi). Voici ce que le célèbre juriste sunnite An-Nawawi (1233-1277), cité plus que servilement par Monsieur Dufour écrit dans le hadith n°8 : « Il m’a été ordonné de combattre les hommes jusqu’à ce qu’ils témoignent qu’il n’est d’autre divinité qu’Allah, et que Mohammed est Son Envoyé, qu’ils accomplissent la prière rituelle, qu’ils acquittent la Zekâa ». Et puis, dans le hadith n°8, il appelle à « faire couler le sang du musulman » s’il s’agit d’un “apostat”. Brillant esprit, ce Dufour… crématoire aurait dit Le Pen !

 

DU CÔTÉ DES TRAÎTRES ET DES IMBÉCILES…

 

On n’avait pas encore tout vu ni entendu. Voici que Raffarin propose d’accueillir les clandestins dans les villages français. Bien entendu, aux yeux de Raffarin, les clandestins ne sont plus des clandestins, mais des “migrants”. Il avait clamé récemment : « Nous avons dans notre monde rural un déficit démographique important. Très souvent, on ferme des écoles. On pourrait très bien en sauver un grand nombre en faisant en sorte qu’une, deux ou trois familles puissent venir dans un certain nombre de villages. On ferait en sorte que l’étranger, au lieu de venir déranger, vienne sauver un territoire, participe à une dynamique. Si c’est à doses humainement acceptables par les uns et par les autres, l’intégration est globalement réussie ». Yves Jego (UDI), un ahuri de très haut vol, est sur la même ligne. Il vient de déclarer : « Je propose qu’on nomme très rapidement un secrétaire d’Etat aux migrants. Ce secrétaire d’Etat aurait deux tâches. Une première d’organiser les choses dans notre pays. Je ne serais pas choqué qu’on dise que chaque commune doit accueillir 0,10 ou 0,20 % de sa population à travers des gens qui sont demandeurs d’asile ». Il n’existe pas de terme (qui ne tombe pas sous le coup de la loi), pour qualifier de tels zozos qui sont les complices actifs du Grand Remplacement.

Capture 2.JPG

 

 

QUI EST GÉRALD DARMANIN, LE MAIRE DE TOURCOING ?

 

Gérald Darmanin est le député maire des Républicains de Tourcoing. C’est aussi un des proches conseillers de Nicolas Sarkozy. Dans un récent numéro de RIVAROL, j’ai eu l’occasion d’évoquer le personnage au travers de ses frasques pro-islamiques, tout en écrivant qu’il convenait de le suivre de très près. Valeurs Actuelles nous apprend que la ville de M. Darmanin financera d’un montant de 200 000 euros le déménagement de l’antenne de l’Institut du monde arabe dans sa ville. Mais encore ? Penchons-nous sur le personnage. Gérald Moussa Darmanin est le fils de Gérard Darmanin, tenancier de bar à Valenciennes, et de Annie Ouakid, femme de ménage. Son grand-père, Moussa Ouakid, né en 1907, d’origine algérienne, adjudant-chef dans l’armée française, médaillé militaire, fut fait prisonnier durant la Seconde Guerre mondiale avant de s’évader pour participer à la Libération. Gaulliste, il participe ensuite à la Guerre d’Algérie dans l’armée française. Son autre grand-père est un juif maltais. A propos, la ville de Tourcoing est aujourd’hui massivement islamisée, on se demande pourquoi…

 

POLÉMIQUES AU SUJET D’UNE “MESSE” AU LAVANDOU !

 

Cela fait vingt ans qu’une “messe” est célébrée tous les étés « sur le terrain de boule de la Place Reyer », au Lavandou. C’est fini. Il est vrai que cette cérémonie mettait hautement en péril le vivre-ensemble et risquait d’exacerber les tensions entre diverses communautés. Le père Joseph a été destinataire d’un courrier signé par le maire, Gil Bernardi, qui interdit la cérémonie « en espérant que les tensions religieuses qui menacent la France s’éteignent ». Cette décision était bien entendu justifiée par la crainte de débordements dus aux forces d’occupation. Dans un premier temps le maire, un personnage exceptionnel sans aucun doute, pleurniche, geint dans le registre sirupeux, se couche, se vautre, bat sa coulpe, s’autoflagelle et justifie sa décision par son désir fort de ne pas irriter des musulmans, « en espérant que les tensions religieuses qui menacent la France s’éteignent » et « retrouver toute la tolérance dont la France est capable depuis des siècles ». Ah, au fait, Gil Bernardi est Républicain (ex-UMP), pas socialiste… Puis dernière nouvelle : devant l’indignation générale, la “messe” vient d’être rétablie ! Mais ne vous réjouissez pas trop vite : c’est une synaxe, pas la messe traditionnelle, latine et grégorienne. Il ne faut quand même pas trop leur en demander !

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

01/07/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3194 du 25 juin 2015

 

ON NE peut pas être bon dans tous les domaines. Valls, comme on le sait avait fait récemment une virée à La Réunion et à Mayotte. Le décalage horaire l’avait-il épuisé ? Avait-il bu ? On ne sait pas. Toujours est-il que ce géographe d’envergure a, dans une interview à la chaîne locale Réunion 1ère, asséné : « La Réunion, c’est le premier département, c’est la première région d’outre-mer, c’est 800 000 habitants, c’est une place majeure dans le Pacifique ». La Réunion située dans l’océan Pacifique, c’est comme situer les Kerguelen en Méditerranée ! Les habitants de La Réunion, l’une des « perles de l’océan Indien » ont hautement apprécié la plaisanterie.

Capture 1.JPG

 

 

MAYOTTE ENVAHIE

 

Manuel Valls était accompagné de Najat Belkacem et du ministre des Outre-mer dans sa visite à Mayotte. L’île aux parfums est aujourd’hui plutôt l’île aux odeurs, pour paraphraser Jacques Chirac. L’immigration clandestine, en provenance des Comores, fait vivre un enfer aux Mahorais et leur “pourrit” la vie, a déclaré, face à Valls, le président du conseil départemental, M. Ramadani. 80 000 illégaux se baladent sur une île de 212 000 habitants. « Il y en a trop, on ne sait plus où les mettre […] Depuis que Hollande est au pouvoir, la situation est insoutenable », entend-on partout. Mais qui est le principal responsable de cette situation ? Pour une fois ce n’est pas Hollande, mais bien Sarkozy qui a eu l’idée de faire de Mayotte un département français sans adopter parallèlement le droit du sang. Les élus mahorais, désespérés, préconisent la suppression du droit du sol. Mayotte est la « première maternité de France » avec 8 000 naissances par an dont 70 % sont le fait de Comoriennes en situation irrégulière. Mais pour Valls, « la question du droit du sol, je ne veux pas l’ouvrir », ajoutant, la nuque raide et le regard fou : « Ce n’est pas possible d’avoir un droit du sol ici et un droit du sang là-bas (en métropole) ». « Mayotte, c’est pleinement la France et la France est pleinement Mayotte. »

 

Oui mais, Valls ne reste pas inactif pour autant. Il a décidé l’embauche de 16 gendarmes et de 44 agents de police supplémentaires afin de faire face au « niveau de délinquance inquiétant » et la construction d’un nouveau centre de rétention. D’où un contrat de plan État-région pour 2015-2025 de 378 millions d’euros. Mais ce n’est pas fini. Il n’y a pas assez d’écoles. La moitié de la population est âgée de moins de 20 ans. Pas de souci. Valls fait passer le budget consacré chaque année à la construction scolaire du ministère des Outre-mer de 10 millions d’euros à 100 millions d’ici 2025. Il a également annoncé cinq millions d’euros pour la création d’un internat mixte, et encore 30 millions pour deux autres prochainement. C’est tellement facile de gaspiller l’argent du contribuable.

 

LESQUEN SE RIVAROLISE

 

Henry de Lesquen, le patron de Radio Courtoisie, n’y va pas de main morte. Après avoir déclaré que Jean-Marie Le Pen est un “héros”, il évoque sa fille indigne : « Elle doit le Front national à Jean-Marie Le Pen. Alors, je sais bien qu’en politique, l’ingratitude est souvent une vertu ; je crois que là, c’est un vice. Elle est visiblement sous influence… » Et Lesquen de poursuivre : « De plus, ce sont ses convictions profondes. Marine Le Pen est une femme de gauche. Les gens ne le savent pas, mais c’est une femme de gauche […]. Je l’avais dit au Nouvel Observateur, ça m’a été reproché… Elle est inculte. Ce qui lui plaît, c’est de s’éclater en boîte de nuit en écoutant de la musique nègre ». Mais qu’en est-il du programme du FN mariniste ? Réponse de Lesquen : « On garde tous les immigrés. On en prend 500 000 de plus en 5 ans. L’UMP pourrait signer ». Et vlan ! Lesquen se rivarolise ! Bienvenue au club !

 

MARINE LE PEN S’APLATIT D’IMPORTANCE

 

On sait qu’il y avait eu quelques (petits) incidents entre la presse et des militants du FN lors de la manifestation en l’honneur de Jeanne d’Arc. Bruno Gollnisch avait quelque peu malmené, à coup de parapluie, un micro indiscret du Petit Journal, qui avait l’outrecuidance de vouloir enregistrer en catimini son dialogue avec ses amis. Nous avons vécu dimanche 7 juin, dans « Le Supplément » de Canal +, un grand moment. L’animateur Cyrille Eldin présenta son caméraman à Marine Le Pen, « celui qui s’est fait cogner par vos militants le 1er mai ». La présidente du FN en fut bouleversée. Elle se mit à gémir : « J’aimerais savoir si vous avez déposé plainte et j’aimerais savoir qui est le type qui vous a fait ça, parce que je pense que nous serons partie civile à vos côtés. Je trouve ça absolument lamentable, je le dis de la manière la plus claire qui soit. » Pour être claire, elle est claire. Un petit procès contre Bruno Gollnisch, aux côtés de Canal+ et du Petit Journal ? Tout est possible. En tout cas, il y a des personnes qu’il vaut mieux ne pas avoir comme voisines en période révolutionnaire…

 

LE PRÉSIDENT DE FRANCE-ISRAËL, MEMBRE DU COMITÉ DIRECTEUR DU CRIF, AVOCAT DE PHILIPPOT !

 

Gilles-William Goldnadel sera l’avocat de Florian Philippot dans le procès pour diffamation que le Qatar lui a intenté. Le vice-président frontiste avait accusé le pays de financer l’islamisme armé, mais aussi d’avoir “corrompu” une partie des élites françaises. Il a choisi pour avocat l’ultra-sioniste Gilles-William Goldnadel, membre du parti Les Républicains (ex-UMP), président de l’association ultra-sioniste France-Israël, membre du comité directeur du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif). Du côté des avocats du Qatar, on retrouvera Jean-Pierre Mignard, un ami personnel de François Hollande, et Francis Szpiner, proche de l’ex-UMP.

Capture 2.JPG

 

 

C’EST BEAU, C’EST PROFOND COMME LE TALMUD !

 

Ruth Elkrief recevait sur BFM TV Yvan Levaï et Jacques Séguéla. Ils se sont surpassés. Jacques Séguéla y est allé de son couplet : « Il faut que les Français apprennent l’islam et il faut que l’islam apprenne le français » et puis : « Demain tout sera monocolore, il faut habituer nos enfants au métissage ». Yvan Levaï a, quant à lui, été grandiose, déclarant : « Faire en sorte que l’islam se comporte exactement et s’intègre comme les Juifs se sont intégrés avec le CRIF, parce que, au fond, l’islam de France on le pense comme les Juifs ont bâti le CRIF », « On voudrait qu’il y ait un islam de France comme il y a un judaïsme français, comme il y a une civilisation judéo-chrétienne bien installée dans notre pays ». Et demain une civilisation judéo-musulmane ?

 

PAS FACILE, LE DIALOGUE ENTRE MUSULMANS…

 

Une importante et émouvante « journée de dialogue » vient d’avoir lieu, lundi 15 juin, au ministère de l’Intérieur à laquelle participaient les différents responsables musulmans de France. Hassen Chalghoumi, le président de l’Association culturelle des musulmans de Drancy, en était forcément. Considéré hautement par le pouvoir, il est décrit comme un traître à sa communauté par un grand nombre de musulmans. Il ne rate pas, en effet, la moindre occasion de se rendre dans une synagogue, de dialoguer avec des rabbins ou d’exprimer sa haute considération pour les valeurs défendues par le Crif. Inutile de dire qu’il se trouve très probablement sous très haute protection policière. Mais les media l’aiment bien, on se demande pourquoi. Toujours est-il que le personnage fut interviewé par la télé au sortir de cette réunion. Alors qu’il pontifiait, l’air pénétré, Anas Saghrouni, le président des Etudiants musulmans de France qui avait participé à cette réunion au ministère de l’Intérieur, lui coupa la parole, lançant aux journalistes : « Cette personne ne représente aucun musulman, il est rejeté par tous les jeunes musulmans. » Sans laisser son interlocuteur répondre, il ajoute que « c’est une honte pour la communauté musulmane ». Hassen Chalghoumi, désarçonné, eut à peine la force de dire : « C’est un avis parmi tant d’autres ». En voilà un qui a du souci à se faire. Mais ceci… ne nous regarde pas. En attendant, le président de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), Amar Lasfar, proche des Frères musulmans, a demandé que les deux grandes fêtes de l’islam, l’Aïd el- Fitr et l’Aïd el-Adha, soient fériées en France, déclarant : « J’aimerais que les deux grandes fêtes musulmanes soient des jours fériés ». Ils ne reculent décidément devant rien…

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

24/06/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3193 du 18 juin 2015

 

BRUNO Gollnisch s’était longuement adressé aux catholiques dans une interview accordée à Civitas le 26 mai dernier. Il appelait très bizarrement les catholiques à rejoindre le FN des mignons marinistes. Décidément Bruno Gollnisch doit être masochiste ou poursuit d’obscurs intérêts personnels. Il avait donné cette interview deux jours avant d’être viré de la Commission des conflits. Jacques Bompard lui réplique excellemment sur son blog :

 

« Le 26 mai dernier, Bruno Gollnisch s’adressait aux catholiques en les invitant à rejoindre le Front National. Rien de plus naturel, pour celui qui, contre toutes les insultes, avait considéré qu’il lui fallait maintenir le cap au “Front”. Deux jours plus tard, le Front National nettoyait ses statuts en minimisant l’importance de Bruno Gollnisch et Marie-Christine Arnautu. Rien de plus naturel dans une structure qui a fait de la purge une maxime politique. […]

 

Je crois qu’il faut désormais dire bien clairement aux bonnes volontés du Front National : vous faites fausse route. J’ai aimé, combattu, milité et donné plus que beaucoup pour ce parti. Je ne préfère pas me prévaloir de quelque grade militant qu’il soit, mais le patriotisme n’a, je crois, jamais eu à se plaindre de mon investissement. Le Front National a abandonné sa doctrine, décimé ses troupes sincères, et veut maintenant utiliser la fougue et la belle vigueur électorale que lui donnent les media du système pour asseoir les délires mégalomaniaques qui se sont emparés de Nanterre. Preuve, si vous en vouliez encore, que la dictature de l’esprit partisan finit systématiquement par abîmer les individus. Toujours.

 

J’en sais qui ne supporteront pas cette critique. Je veux leur dire que j’entends que la motivation d’un engagement se satisfait parfois du vernis. Néanmoins, ce vernis a fini par laisser éclater sa nocivité. Je vous épargne l’énumération des hommes et des femmes admirables recalés du marinisme. On voit aujourd’hui à quelle communauté la fille d’un père bafoué préfère confier l’avenir de votre labeur […] Vous savez bien que le Front National choisit d’exploiter discrètement les bonnes volontés identitaires pendant que l’entourage d’un ancien du MRC (NDLR : le parti de Chevènement) recueille les fruits financiers et honorifiques de votre travail.

 

Alors je veux dire aux catholiques qu’on appelait hier à rejoindre en masse le Front National, qu’aucun parti ne mérite un don aveugle de leur volonté. C’est leur famille, leur commune, leur terre, leur lignée et leur héritage qui méritent ce don total. Force est de constater que le Front National ne satisfait pas à nos aspirations. Engagez-vous chez vous, il n’est aucun besoin du marinisme pour changer notre quotidien et celui de nos proches. C’est même le plus grand obstacle à la conscience et à l’organisation réelle que la majorité des Français appellent de leurs vœux. »

 

Rien à ajouter ni à retrancher.

 

LES PURGES SUCCÈDENT AUX PURGES AU FN MARINISTE

 

Seize candidats aux élections départementales ont été définitivement exclus du Front national, selon Nicolas Bay, secrétaire général du parti, le 10 juin. Ils auraient tenu sur les réseaux sociaux des propos jugés xénophobes, islamophobes, antisémites ou homophobes, lors de la campagne des départementales ou des municipales. C’est Marine Le Pen, la présidente du FN, qui a tranché après que les media les eurent mis en accusation. Elle a suivi « pour l’essentiel les préconisations de la commission », précise Nicolas Bay. Lequel n’a pas souhaité communiquer les noms des candidats convoqués et des exclus. Il a eu cette phrase d’une grande profondeur : « On ne donne pas les noms. Ça se saura localement… » Outre ces 16 exclusions ont été validées quinze autres sanctions : deux suspensions de deux ans, trois suspensions d’un an, quatre suspensions de six mois, une suspension de trois mois, un blâme, un avertissement, et trois personnes ont été « mises en indésirables (n’étant plus adhérentes statutairement, elles n’auront pas la possibilité de réadhérer) ». Bruno Gollnisch n’a, quant à lui, pas eu la chance de pouvoir contribuer à exclure ses camarades. Il vient lui-même d’être viré de la Commission de discipline.

Capture 1.JPG

 

 

VENEZ TOUS À LA FÊTE DE LA NÉGRESSE !

 

La Négresse est un quartier de Biarritz. Tous les ans a lieu une petite fête amicale qui rassemble les habitants. La prochaine a lieu le 20 juin. Un méchoui… Jusque-là, amis Rivaroliens, pas de motifs d’indignation. Sauf que l’inénarrable Jakubowicz, président de la Licra, y est allé de son indignation. Et ces gens-là osent tout et c’est bien à cela qu’on les reconnaît. Une fête de la Négresse ! Mais ça pue le racisme, estime Jakubowicz ! Il a écrit sur Twitter : « Ça se passe à Biarritz en 2015. Ça se passe de commentaire. Mais ça ne fait passer ni la nausée ni la honte. » Un des internautes relève : « Ça ne fait en tout cas pas passer la connerie ». Du coup, les internautes se déchaînent devant cet Himalaya de bêtise crasse. À propos, écrit l’un d’eux, l’Association des Paralysés de France demande qu’on rebaptise les Invalides et qu’on les appelle « Les personnes à mobilité réduite » et il ajoute : « Sinon les Fêtes de la Négresse à Biarritz c’est très bien. Interdit aux cons par contre ». Pauvre Jakubowicz ; il va encore hurler à l’exclusion…

 

LE CHÂTEAU DE NOS ROIS UNE NOUVELLE FOIS SOUILLÉ

 

Le philosophe Luc Ferry, ancien ministre de l’Education nationale a parfois des fulgurances qui flirtent dangereusement avec le politiquement et le culturellement incorrects. Il s’exprime ainsi au sujet de l’immondice, le vagin de la Reine, œuvre d’Anish Kapoor (je l’ai évoqué en ces colonnes dans le récent numéro de RIVAROL), déposé devant le château de Versailles et qui prétend être une œuvre d’art contemporain. Ferry n’y va pas de main morte, déclarant : « Exposition d’art contemporain à Versailles : même pas choquant, juste un Himalaya de laideur, de bêtise et de vulgarité. Qui osera le dire ? » Eh bien, RIVAROL l’a écrit ! Le philosophe a reformulé de façon encore plus explicite ses propos un peu plus tard : « Une pure merde pour cons prétentieux ».

Voilà qui est bien dit !

 

L’“ARCHEVÊQUE” DE STRASBOURG AIME L’ISLAM MAIS PAS JEANNE D’ARC

 

L’inauguration de la mosquée de la rue de l’Ill, à Strasbourg s’est faite, il y a quelques jours, dans le plus grand syncrétisme, en présence de “Mgr” Grallet, “archevêque” de Strasbourg. Le quotidien alsacien Les Dernières Nouvelles d’Alsace en vibre d’émotion. On peut y lire : « La vie de la mosquée de la rue de l’Ill a commencé avec une cérémonie interreligieuse et républicaine à haute valeur symbolique, vouée à rester dans les mémoires ». Une plaque, dévoilée par le maire socialiste Roland Ries et par le président de la mosquée, Chaïb Choukri rappellera aux générations ce beau souvenir d’une inauguration qui a eu lieu le 17 chaâban 1436 (4 juin 2015), mois du ramadan. Ils y étaient tous : “archevêque”, rabbin, pasteur, collectivités, associations, paroisses, politiciens, anonymes, homosexuels, pédophiles, drag queens et même hétérosexuels, pour se réjouir de ce moment de bonheur et de paix. Mais connaissez-vous “Mgr” Grallet ? Un petit rappel : le vendredi 6 janvier 2012 une messe dans la crypte de la cathédrale de Strasbourg était annoncée en l’honneur du 600e anniversaire de la naissance de Sainte Jeanne d’Arc. L’office devait être célébré par le “curé” de la Cathédrale, le “Chanoine” Michel Wackenheim, dans le rite romain traditionnel. Une cinquantaine de personnes étaient présentes. Stupeur : elles apprirent que “Mgr” Grallet avait interdit la célébration sans fournir aucune explication. Ce n’est pas la première fantaisie du personnage. Il avait déjà réuni tous les représentants de diverses religions et sectes au nom des Droits de l’Homme, histoire que ce beau monde signe un « décalogue pour la paix ». Ce “décalogue” est censé se situer dans la lignée de l’Appel pour le respect mutuel et le dialogue du maire Roland Ries. Pas étonnant que Ries et Grallet soient copains comme cochons. On se souvient qui déclarait en 2011, à propos des menus servis dans les cantines scolaires de la ville : « Nous servons de la viande halal par respect pour la diversité mais pas de poisson (le vendredi) par respect pour la laïcité ». Qui se ressemble, s’assemble…

 

QUEL LÈCHE-BABOUCHES, CE CAZENEUVE !

 

Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur, rencontrait le samedi 6 juin un panel de lecteurs et d’auditeurs de confession musulmane sélectionnés par différents media. Le journaliste d’OummaTV a demandé au ministre s’il pouvait adresser un message aux mahométans à l’occasion du prochain mois de Ramadan qui débute ce 18 juin. Cazeneuve prit sa respiration, afficha un air des plus pénétrés et se lança avec une émotion non feinte, déclarant : « Je veux dire aux Français de confession musulmane, vivez intensément ce moment (le Ramadan), vivez-le au plus profond de vous-mêmes et au moment où vous le vivrez, pensez à la République ». Et il ajouta : « La République a besoin des Français de confession musulmane pour porter haut et loin ses valeurs. »

Interdit de rire…

Capture 2.JPG

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

17/06/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpg

Robert SPIELER

 

RIVAROL N° 3192 du 11 juin 2015

 

LE DÉPUTÉ européen Aymeric Chauprade avait eu l’incroyable insolence de critiquer l’islamisme qui menace l’Europe dans une vidéo enregistrée au Parlement européen durant une session. Dans la vidéo postée après les attentats de Paris des 7 et 9 janvier, l’eurodéputé appelait à la « lutte pour la désislamisation de notre pays ». « On nous dit qu’une majorité de musulmans est pacifique, certes. Mais une majorité d’Allemands l’étaient avant 1933 et le national-socialisme », affirmait-il notamment, dans un passage visé par l’enquête. Une analyse qui prenait soin d’éviter les amalgames, mais qui évoquait la présence en France d’une cinquième colonne potentielle en cas de confrontation majeure avec l’islam djihadiste. Elle a rencontré un écho certain, puisqu’elle a été visionnée près de 221 000 fois et est sous-titrée en huit langues. Oui mais, Chauprade n’était de ce fait pas dans le registre du politiquement correct, sauce Marine Le Pen malgré l’allusion au national-socialisme. Du coup, cette vidéo lui avait valu de perdre, à l’exigence de Marine Le Pen, son poste de représentant des eurodéputés FN tandis qu’une plainte de la part des associations antiracistes, LICRA, Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) et SOS-Racisme en tête a été déposée. L’enquête a donc été diligentée par le parquet de Paris pour « pour provocation à la haine, à la violence et à la discrimination à raison de l’appartenance à une religion ». C’est dans le cadre de cette enquête que le parquet de Paris a convoqué Aymeric Chauprade. Mais Chauprade ne se laisse nullement impressionner. Voici ce qu’il écrit à la police qui a la prétention de l’interroger :

 

Cher Monsieur,

 

Je fais suite à votre courriel du 2 juin dernier dans lequel vous entendez me convoquer dans le cadre de l’enquête diligentée à la demande de Mme Annabelle Philippe, Vice-Procureur près le Tribunal de Grande Instance de Paris,

 

Je tiens à vous informer que je ne me rendrai pas à cette convocation.

 

En effet, les propos pour lesquels je suis poursuivi ont été tenus dans le cadre de mon activité de député au Parlement Européen et alors que je me trouvais dans l’enceinte des locaux de l’Union Européenne à Bruxelles.

 

Par conséquent, j’entends à ce titre invoquer le bénéfice des dispositions de l’article 9 du Protocole sur les privilèges et immunités du 8 avril 1965 des parlementaires européens.

 

Cet article dispose en effet que : « les membres de l’Assemblée ne peuvent être recherchés, détenus ou poursuivis en raison des opinions ou votes émis par eux dans l’exercice de leurs fonctions ».

 

Par ailleurs, l’article 10 dispose que l’immunité couvre également les députés européens « lorsqu’ils se rendent au lieu de réunion de l’Assemblée ou en reviennent ». Tel était le cas en l’espèce.

 

Enfin, je tiens à préciser que je n’entends pas céder aux désidératas des ligues de vertu qui, à l’instar de la LICRA, prétendent fixer les limites de la liberté d’expression à des députés légitimement élus par le peuple français.

 

Je vous prie de croire, cher Monsieur, en l’assurance de mes sincères salutations.

 

Aymeric Chauprade

Député français au Parlement européen

 

ATTENDRISSANT, CE “COLLECTIF CULTURE” DU FN MARINISTE !

 

On connaît cette étonnante oiselle qu’est Sébastien Chenu, cofondateur de GayLib en 2001, association qui était à l’origine associée à l’UMP et favorable au LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels). Depuis, suite à de petites contrariétés (Dieu sait que les mignons sont facilement contrariés), Sébastien a rejoint le FN. Certes pas n’importe quel FN. Pas celui des antisémites, des racistes et des homophobes. Non, il a rallié avec joie le FN mariniste, ô combien respectable. Et, fier comme Artaban, le voici à la tête d’un « Collectif culture, création et liberté » (voir pour plus de détails l’article de François-Xavier Rochette page 5). Formellement rattachée au Rassemblement bleu marine, cette association a pour but de fournir des idées au FN en vue de la prochaine élection présidentielle sur les thèmes de la culture, de la presse, de la communication et du numérique. L’interdiction de RIVAROL devrait, en toute logique figurer dans son programme … Nous verrons. Le collectif revendique une petite cinquantaine de membres. Pas de noms connus, si ce n’est Brigitte Bardot qui « aime beaucoup » Mme Le Pen, comme elle le déclarait en 2014, et qui apporte sa signature à ce lancement avec un message de soutien. Normal : elle tenait sans doute ainsi à manifester sa sympathie à la chatte bengalaise de Marine Le Pen qui fut proprement gobée, il y a quelques mois, par le doberman nazi de Jean-Marie Le Pen. Nous avions évoqué en ces colonnes ce douloureux épisode. En dehors de Brigitte Bardot, personne, ou quasiment personne.

 

Et Alain Delon, que l’on sait courageux et qui exprima de la sympathie pour Jean-Marie Le Pen ? Mais vous plaisantez ? Les chéris n’aiment pas ce type de virilité et de brutalité d’autant plus que Delon avait tenu récemment quelques propos peu favorables au vice italien. Bref, il n’a pas été sollicité. Sébastien Chenu, le chéri en chef, explique sobrement : « C’est un proche de Jean-Marie Le Pen, et sa manière d’exprimer les choses est un peu violente ». Car, attention, ils sont délicats, très délicats, très sensible, les mignons ! Le secrétaire général de ce brillant collectif est Gabriel Robin qui a pourtant signé la charte LMPT (La Manif pour Tous). Il déclare avec un incroyable brio : « Les gens souffrent d’une insécurité culturelle, ils ne savent plus qui ils sont. Il faut réaffirmer la culture française classique et traditionnelle, sans pour autant rejeter l’avant-garde ». L’“avant-garde” ! Comme le « vagin de la Reine » de l’exposition “avant-gardiste” dégénérée présentée actuellement au château de Versailles ! Voilà où en est la culture au FN mariniste…

 

APRÈS LE SEXTOY DE LA PLACE VENDÔME, LE VAGIN DU CHÂTEAU DE VERSAILLES

 

Les dégénérés ont encore frappé. Voici un extrait d’une interview d’un “artiste” qui veut, avec la complicité des autorités, « inviter le chaos à Versailles » : « Face au tableau de David [dans la salle du jeu de Paume], j’ai placé un canon qui tire 5 kg de cire, une matière évoquant des corps en bouillie, dans un coin de la pièce ». « Un symbole phallique évident pour une installation controversée qui interroge sur la violence de notre société contemporaine », commente Yves Jaegle, dans un extraordinaire article (au second degré) paru dans le quotidien Aujourd’hui, le jeudi 4 juin, que j’aimerais reproduire intégralement en ces colonnes, tant il est à hurler de rire, tant on touche au grotesque. Petit extrait : « L’artiste a souvent parlé, au sujet de son œuvre, de descente vers les “limbes”, l’intérieur imaginaire du corps, la naissance. Ce qui provoque le choc, ce serait plutôt, sur le côté, un grand trou, comme une tombe ou un jeu, creusé profondément dans la terre des jardins royaux. » Etc. Face au château, il y aura une sculpture en acier rouillé de 10 m de haut, qui pèse plusieurs milliers de tonnes et avec des blocs de pierres tout autour. Là encore, à connotation sexuelle : « le vagin de la reine qui prend le pouvoir », commente l’“artiste”. Il nuance cependant : il décrit l’ouverture béante au bout d’un tuyau de 60 mètres telle « une oreille ou un vagin, on ne sait pas ». Une oreille ou un vagin ? Il convient d’y réfléchir. Et l’abruti y réfléchit… « La tonalité générale de ma démarche est sombre, je l’admets. À l’entrée de mon atelier, j’ai épinglé la une d’un journal mettant en garde contre le sentiment anti-islam qui se développe en Angleterre et ailleurs. »

 

Le dégénéré, auteur de l’“œuvre” se nomme Anish Kapoor. Il a grandi à Bombay d’un père hindou et d’une mère irakienne d’origine juive. L’“artiste” explique dans le catalogue de l’exposition qu’il veut « écorcher le tapis vert des jardins de Le Nôtre, l’éventrer tel un corps démembré ». « A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines », écrivait Léon XIII dans Rerum Novarum. Oui, revenons à nos origines grecques, romaines, chrétiennes et nordiques. Défendons jusqu’à la mort la France française, l’Europe boréale, la civilisation européenne et chrétienne qu’évoque Jean-Marie Le Pen dans sa récente interview dans RIVAROL !

Capture 1.JPG

 

 

LES MIGRANTS EN MÉDITERRANÉE ? “LES RENVOYER TOUS !”

 

Le dirigeant (certes très sioniste) du PVV hollandais, Geert Wilders, vient d’écrire sur Twitter : « 5 000 immigrés économiques en Méditerranée au cours des dernières 24 heures. Les renvoyer tous ou des millions suivront ». Kadhafi disait en substance, peu avant la guerre menée par BHL contre les intérêts de la France et de l’Europe : « Si mon régime devait chuter, des millions d’Africains déferleront sur l’Europe ». C’est certainement ce qui était visé par les propagandistes de cette guerre en Libye.

Capture 2.JPG

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

10/06/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3191 du 4 juin 2015

 

AU FRONT national mariniste, ça se passe comme en Corée du Nord dirigée par le joufflu tyran Kim Jong-un. Les purges succèdent aux purges. Ces récentes semaines, plusieurs secrétaires départementaux, soupçonnés de ne pas être totalement dans la ligne du génie cosmoplanétaire qui préside le FN, ont été virés. Dernières informations : la purge continue.

 

COMME EN CORÉE DU NORD, LES PURGES SUCCÈDENT AUX PURGES AU FN MARINISTE

 

Marie-Christine Arnautu, vice-présidente chargée des questions sociales et eurodéputée, vient d’être virée de la Commission d’investiture du parti, à la veille d’une réunion qui devait désigner ceux qui pourront concourir lors des prochaines élections régionales. Il est vrai qu’elle avait commis un crime de lèse-majesté en regrettant qu’on « écarte le fondateur du Front national et président pendant quarante ans d’un revers de la main ». On l’a aussi vue soutenir Jean-Marie Le Pen lors du dépôt de gerbe, le 1er mai, devant la statue de Jeanne. On se souvient de l’appel désespéré du vieux lion : « Jeanne, au secours ! » Arnautu était présente. Suffisant pour qu’elle soit exterminée par la camarilla. Et pourtant, écrit l’historien Nicolas Lebourg dans son livre Dans l’ombre des Le Pen, « son affection pour Marine est immense ». Aujourd’hui, il convient de pratiquer l’imparfait…

 

Autre purgé : Bruno Gollnisch. Il vient d’être débarqué de la Commission des conflits à la veille d’une réunion de l’instance destinée à faire le ménage parmi les candidats aux élections départementales qui s’étaient distingués par leurs propos supposés antisémites ou homophobes. Bruno a été viré comme un malpropre. Il est vrai qu’il avait exagéré : il avait osé réclamer un débat de clarification sur la ligne politique, estimant que l’orientation qui était donnée désormais au Front national l’éloignait de son électorat traditionnel, en particulier des catholiques traditionalistes. Il a osé regretter l’absence de Marine Le Pen dans les « Manif pour tous ». Il a critiqué le ralliement du fondateur de Gay-Lib, Sébastien Chenu, au FN : « M. Chenu incarne a priori tout ce que nous avons combattu. Il se déclarait européiste, militait contre le rapprochement de la droite avec le FN… Il incarne tout ce que nous avons combattu depuis des années ».

Quant à Jean-Marie Le Pen, on vient de lui retirer l’usage personnel d’une carte bancaire du parti… Qui est “on” ? Marine Le Pen, bien sûr ainsi que l’odieux Wallerand de Saint-Just, trésorier du parti, et qui fut l’avocat de Jean-Marie Le Pen et se révéla être pendant des siècles un exceptionnel cireur de pompes du fondateur du FN. On raconte dans les couloirs du Carré, le siège du Front national à Nanterre, que Wallerand de Saint-Just rêve désormais de priver Jean-Marie Le Pen de son bureau. Philippot, quant à lui, est content, déclarant « Marine se comporte en femme d’Etat ».Jean-Marie Le Pen, quant à lui, ne peut que constater le manque de soutiens dont il dispose à la direction du parti. Il explique cette situation par un « chantage aux investitures » exercé par l’entourage de Marine Le Pen, à quelques mois des élections régionales, et estime que sa fille est manipulée, affirmant : « Philippot est le véritable chef du mouvement. (…) En fait, c’est lui qui pense et agit comme un chef, il croit déjà être le chef. » Et puis, invité de Michel Fiels, il a cette phrase terrible : « Le FN a quelque chose à cacher. Et ce qui est à cacher, c’est un transfert de contenu politique ».

 

ZEMMOUR : HOLLANDE LE PETIT

 

Eric Zemmour fusille le petit Hollande au sujet de la panthéonisation des quatre personnalités, dont Jean Zay, qui qualifia le drapeau français de torche-cul. Hollande tint, bien sûr, un important discours, préparé par ses communicants. Zemmour le fusille sur place, déclarant : « C’était fait pour. Hollande ne pouvait pas se manquer. L’histoire, c’est son truc, nous murmurent depuis des jours ses communicants. ». Zemmour se montre sans pitié, relevant que François Hollande butait sur certains mots et que son discours sonnait creux. Zemmour l’achève d’une balle verbale dans la nuque en notant qu’en voulant s’égayer dans la cour des grands, il n’a fait que montrer sa petitesse, notant : « Il était comme absent, flottant dans un costume trop grand pour lui. Les grands mots étaient tous de cérémonie, aussi bien alignés que les cercueils drapés de tricolore. Il ne manquait rien… Sauf l’essentiel. Le style, le talent, l’âme ». En revanche, Roger Karoutchi, sénateur UMP des Hauts-de-Seine, qui fait partie du comité pour la panthéonisation de celui qui traitait le drapeau de torche-cul y est allé de son dithyrambe, déclarant : « La première partie du discours de Hollande au Panthéon était d’une grande élévation ». Il n’y avait pas que Hollande, ce jour-là, à être petit…

 

FABRICE LUCHINI SULFATE LA CLASSE POLITIQUE FRANÇAISE

 

Le grand acteur Fabrice Luchini n’y va pas de main morte. Il flingue consciencieusement la classe politique française et notamment Sarkozy et Hollande. Son propos : « Ils ne sont pas grandioses, ils sont très peu cultivés. Ils n’ont pas le temps. Ils incarnent en même temps une beaufitude. Les hommes politiques n’incarnent plus le génie français comme ils l’ont incarné du temps de Pompidou ou de De Gaulle. » Les hommes politiques sous Pompidou et De Gaulle n’étaient peut-être pas géniaux, mais n’atteignaient sans doute pas les Himalayas de médiocrité que la France subit aujourd’hui, Marine Le Pen comprise.

 

BIENTÔT LES “DÉLITS RACISTES” DANS LE CODE PÉNAL !

 

La Licra n’en peut plus. 200 magistrats “référents” en matière de racisme et de discrimination se sont réunis mercredi 20 mai à Paris pour professionnaliser les réponses judiciaires face à la supposée croissance d’incidents racistes, notamment sur Internet. Cette rencontre était clôturée par le ministre de la Justice Christiane Taubira, comme il se doit. « On veut du concret et du pratique. Il est de notre responsabilité de développer des outils à la disposition des parquets locaux », a déclaré Robert Gelli, le directeur des affaires criminelles et des grâces (DAGP)… D’ici à ce qu’ils remettent en service la guillotine, qui, il faut le reconnaître, est concrète et pratique. La Licra, qui diffuse largement l’information sur son site, rappelle avec fierté qu’elle intervient déjà en organisant des stages de citoyenneté auprès des mineurs et bientôt à destination des adultes. D’ici à ce qu’ils imposent aux lecteurs de RIVAROL de tels stages… En attendant, on pourrait imaginer un carnet à points antiraciste, sur le modèle du permis à points. Le soupçon d’une petite pensée raciste : deux points en moins. Un propos supposé raciste : cinq points en moins. A partir de dix points de perdus, la guillotine. Mais revenons à la Licra. A l’initiative de l’officine, 100 avocats de victimes de plus de 20 barreaux ont signé une tribune dans Libération le 19 mai pour faire du racisme un vrai délit. Un vrai de vrai. Le titre de l’article est « Pour une répression juste des actes racistes ». L’article exige que le « racisme intègre le code pénal » et « devienne un vrai délit », « avec une véritable réponse pénale, efficace et rapide ». On pensait, vu les persécutions subies par RIVAROL, qui fut traîné plus d’une fois devant la 17e Chambre, spécialisée dans les délits de presse, et qui devra répondre le 24 septembre à 13h30 devant la cour d’appel de Paris (pôle 2 chambre 7) d’un éditorial sur « l’insupportable police juive de la pensée » (dixit feu Annie Kriegel), qu’un tel délit existait déjà. Pas du tout. Ils en veulent plus. Ils n’en ont jamais assez. Parmi les signataires de la tribune, on retrouve avec joie Michel Bénichou, Michel Blum, Sabine Goldman, Alain Jacubowicz (président de la Licra), Francis Szpiner et Pierre-François Veil. Que du beau linge !

Capture 1.JPG

 

 

PAS DE VISITE OBLIGATOIRE DES CAMPS DE CONCENTRATION PAR LES ÉLÈVES MUSULMANS

 

On sait que les enfants allemands (mais pas seulement eux !) subissent un véritable lavage de cerveau, impliquant des visites obligatoires des camps de concentration allemands. Histoire de leur mettre du plomb dans la cervelle.

Or voici que le Parlement bavarois vient de lever cette obligation de visite guidée. Certes pas pour tous les élèves. Pas pour les Européens qui doivent encore et encore subir le bourrage de crâne. Ne sont concernés que les lycéens et collégiens musulmans. Un élu du CSU, le parti conservateur majoritaire en Bavière, membre de la coalition de la Chancelière Merckel, explique : « Il y a beaucoup d’enfants de familles musulmanes qui n’ont aucun lien avec notre passé ». On lui rappellera les excellentes relations entretenues par Adolf Hitler et le Grand Mufti de Jérusalem et l’existence de la division musulmane bosniaque de la Waffen SS, la Handschar, qui se singularisa par une telle cruauté que Heinrich Himmler envisagea même de la dissoudre.

 

Voilà en tout cas un moyen tout trouvé pour empêcher que les évocations obsessionnelles de la Shoah soient troublées en classe par de jeunes mahométans d’autant moins sensibles aux jérémiades du petit peuple qu’ils voient comme ce dernier se comporte en Palestine occupée.

Capture 2.JPG

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

03/06/2015

Chronique du Front occupé et asservi

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3190 du 28 mai 2015

 

JEAN-MARIE Le Pen, interrogé par nos soins, il y a quelques jours quant à l’avancement de son projet d’association qui ne serait cependant pas un parti politique concurrent du FN, nous a répondu ceci : « Chez nous, la réflexion précède l’action (sous-entendu, ce n’est pas le cas chez d’autres, suivez son regard). Nous nous consultons de façon à parfaire l’enfant, le petit Jean-Marie ». Trop mignon…

 

LE “PETIT JEAN-MARIE” VA BIENTÔT NAÎTRE

 

Il ajoute que l’on peut être à la fois au FN et dans une structure « non partitique ». Les statuts ne l’interdisent pas. L’association, que certains ont imaginé baptiser « Association des Amis de Jean-Marie Le Pen » (mais rien n’est encore sûr) est donc « en création, en réflexion dans l’espace et le temps », nous dit le Menhir. Des « modes d’action judiciaires » sont aussi en préparation. Jean-Marie Le Pen considère qu’« un congrès par voie postale est une escroquerie » qu’il contestera vigoureusement devant les tribunaux, arguant du parallélisme des formes. Dès lors que Jean-Marie Le Pen a été élu par un congrès “physique” président d’honneur du FN, il ne peut être démis de son titre que par un congrès de même nature. Sinon, dit Jean-Marie Le Pen, il « s’agirait d’un congrès bidon ». Mais qu’en est-il de l’entourage de Marine Le Pen ? Le président d’Honneur a cette formule dont il a le secret : « Une règle chrétienne : on ne fait pas porter la bannière par les convertis ». Sacré Le Pen, ils n’ont pas fini de souffrir !

 

PÉTAIN, CONDAMNÉ À NOUVEAU À MORT PAR L’INÉNARRABLE WALLERAND DE SAINT-JUST

 

Wallerand de Saint-Just avait, depuis toujours, été l’avocat de Jean-Marie Le Pen. Il est connu pour ne pas être le génie du siècle, d’où des procès perdus qui eussent pu ne pas l’être. Mais JMLP lui avait toujours gardé sa confiance, ce en quoi il avait certainement eu tort. Saint-Just est aujourd’hui trésorier du FN et tête de liste pour les régionales en Ile-de-France. Il estime que JMLP représente « un obstacle considérable » quant à la bonne marche du Front national. Dans la perspective d’« écarter les obstacles qui pourraient surgir sur cette route (celle de la présidence de la République) », il faut éliminer Jean-Marie Le Pen. Wallerand de Saint-Just considère que les propos réitérés de Jean-Marie Le Pen sur les chambres à gaz, « détail de l’histoire » de la Seconde Guerre mondiale, peuvent « parfaitement être ressentis comme antisémites ». Avec un avocat pareil, qui se transforme sans honte en procureur, on comprend que le Menhir ait perdu quelques procès…

 

Saint-Just était reçu, il y a quelques jours, par le journaliste de RTL, Jean-Michel Aphatie. Ce dernier, connaissant le courage légendaire du personnage, ne put résister à la tentation de le torturer quelque peu. Il revint sur les propos de Jean-Marie Le Pen, qui avait déclaré que le Maréchal n’était pas un traître. Qu’en pensez-vous, demanda le journaliste ? Houlà ! Achtung, danger ! Le terrain devenait glissant. Wallerand commença à se décomposer. De fines gouttelettes de sueur perlèrent sur son front. La moustache se mit à friser, puis à défriser, au rythme d’une respiration de plus en plus saccadée, la barbe aussi (il porte la barbe depuis quelques temps, car, a-t-il déclaré, « c’est à la mode », genre de réflexions qui en dit long sur le personnage !). Il se mit à bafouiller, et finit par expectorer péniblement : « Je m’en réfère à la décision de justice ». En d’autres termes, il approuve la condamnation à mort du Maréchal. Quelle honte ! Mais Aphatie était satisfait de sa réponse, c’est ça qui compte. Il trouva aussi moyen de préciser, lui qui fut durant vingt ans l’avocat de Jean-Marie Le Pen, qu’il ne l’avait été que pour des raisons techniques (sous-entendu, qu’il désapprouvait le fond). Comment un militant national ou nationaliste sincère peut-il envisager une seule seconde de voter pour de pareils misérables ?

 

MARINE LE PEN EST “CONTRE LES STATISTIQUES ETHNIQUES”. BEN, VOYONS…

 

Interrogée sur l’affaire Ménard et des statistiques ethniques, Marine Le Pen a été on ne peut plus claire. Elle a déclaré : « Sur le fond, moi je suis contre les statistiques ethniques, je l’ai toujours dit, ça n’est pas ma vision. Parce que je suis contre le communautarisme, parce que je ne mets pas les gens en catégorie selon leur origine, selon leur religion. Moi je défends tous les Français, quels qu’ils soient et d’où qu’ils viennent. » C’est beau comme du Mélenchon. Elle poursuit avec ces fortes paroles, empreintes de bon sens, qui dévoilent une grande profondeur intellectuelle : « Quand on devient français, on devient français ». On savait que quand on devenait français, on ne devenait pas chinois. Mais il était important de le préciser. Bien entendu, pas question pour elle de défendre les « Français de souche ». « J’ai pas une passion pour cette expression, parce que moi j’ai une vision très imprégnée des valeurs de la République française, des valeurs de l’assimilation, c’est à-dire que je pense que quand on devient français, on devient français ». Mais attention, Marine Le Pen n’est pas opposée aux statistiques permettant de dénombrer le nombre d’immigrés et de binationaux en France. Car, dit-elle, « cela n’a pas de caractère racial ». Le journaliste Marc Bertric note fort justement : « Mais après 40 ans de regroupement familial, de droit du sol, de naturalisations massives et de régularisations tout aussi massives, peut-on considérer que des statistiques reposant sur la nationalité puissent suffire à dépeindre la réalité de notre pays ? »

 

MARINE LE PEN, UN PRÉCIPITÉ DE HAINE À L’ENCONTRE DE SON PÈRE

 

Marine Le Pen était interrogée récemment par un journaliste de RTL qui la suivait dans son voyage à Prague. Il lui a posé une question sur l’éventualité que Jean-Marie Le Pen constitue sa propre liste pour les élections régionales en Paca. Marine Le Pen a répondu : « Et pourquoi pas un ticket avec Gollnisch, ce serait sexy, non ? » Autre question du même journaliste quant à l’éventualité de la création d’un nouveau parti par Jean-Marie Le Pen. Réponse pleine de tact de la fille, qui dévoile une fois de plus son rictus de haine à l’encontre de son père : « Au niveau européen peut-être, avec les antisémites hongrois ou les néo-nazis grecs, ça clarifierait les choses… » Et puis, cette dernière considération pleine d’humanité à l’encontre du fondateur du Front national qui se trouve aussi être son père : « Il gesticule tout seul. A qui croit-il encore faire peur ? » Et ce tacle contre sa belle-mère en réponse à des journalistes l’interrogeant sur la crise entre le père et la fille : « Vous n’avez qu’à interviewer Jany » ! Un vrai cœur de pierre !

 

FN : ET SI LE PROCHAIN EXCLU ÉTAIT PHILIPPOT ?

 

Intéressante et pertinente analyse de Nicolas Domenach sur Challenges : « En cas de défaite de Marine Le Pen à l’élection suprême, nul doute qu’il (Florian Philippot) sera le premier exécuté. Mais il n’est pas sûr non plus que Florian Philippot survive à une victoire. D’abord parce que les conseillers de l’ascension ne survivent pas toujours à la prise de pouvoir. Surtout lorsqu’ils sont sortis de l’ombre et captent trop de lumière. Comment Marine le Pen pourrait-elle supporter longtemps qu’on dise comme cela s’entend, qu’il est “son cerveau”, “qu’elle lui doit tout”, “qu’elle est trop fragile pour se passer de lui etc.” Si elle s’est “libérée de son père”, comme elle s’en réjouit, ce n’est pas pour s’encombrer longtemps d’une autorité de substitution, dont les abus exaspèrent déjà ses plus proches, tel son compagnon Louis Aliot, ou encore à un autre niveau Marion Maréchal Le Pen. » Domenach note que le vice-président du FN ne dispose d’aucun bastion électoral qui pourrait lui servir de repli ou d’appui. Nous avons, pour notre part, toujours pensé que, vu l’ingratitude de la fille, les jours de Philippot comme vice-président du FN étaient comptés. Demain, il sera tenu responsable de mauvais sondages, de résultats électoraux médiocres, etc. On lui reprochera d’avoir délivré de mauvais conseils, de s’être mis à dos une partie de l’appareil. Bref, parions que pour “Philipipeau”, comme d’aucuns le surnomment, la roche Tarpéienne est proche du Capitole. Il le sait, au demeurant, et manie actuellement avec fougue la brosse à reluire. Ses dernières déclarations d’amour à Marine Le Pen, dans le JDD, fleurent bon le lèche-bottisme le plus éhonté : « Il n’y a pas plus libre et courageuse qu’elle ; Elle a toutes les qualités d’un chef ; Je n’ai qu’une seule ligne, c’est le marinisme ». Nous n’avons pas fini de nous amuser avec ces volatiles…

Capture.JPG

 

 

LE FN AU POUVOIR VA-T-IL LANCER DES OPÉRATIONS POLICIÈRES CONTRE LES JUIFS ?

 

Le chasseur de nazis Serge Klarsfeld, interrogé sur LCP par Serge Moati n’a, semble-t-il pas vraiment suivi le feuilleton de la dédiabolisation du FN mariniste. Il estime que l’arrivée de Marine Le Pen au pouvoir « serait une catastrophe pour la France ». Et pour les Juifs en particulier. Il a déclaré : « Il ne faut pas croire que le Front National va protéger contre le terrorisme musulman, il va lancer des opérations policières contre les juifs aussi. Beaucoup de juifs avant Hitler croyaient qu’Hitler c’était le barrage contre le Bolchévisme, et puis ils ont vu la suite. » Il estime que le FN est « un parti extrémiste, démagogue, qui profite de la crise, des peurs ». Tout ça, pour en arriver là ? Comme quoi il ne suffit pas de tuer le père, de se coucher devant les lobbies, de renier les idéaux nationalistes pour être reçue dans la bonne société…

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

27/05/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3189 du 21 mai 2015

 

DANS une récente interview dans Le Figaro, Jean-Marie Le Pen a déclaré : « Le FN est en train de se détruire, de se transformer en parti chevènementiste ». Il a précisé : « Son attitude (celle de sa fille) à mon égard est tellement extraordinaire et exceptionnelle qu’elle ne peut s’expliquer que par une espèce de maraboutage ou de prise en mains par quelqu’un d’autre. Il me semble qu’elle a perdu sa liberté de jugement. L’appareil de son mouvement lui échappe. » Il ajoute : « Mon éviction est un symbole, un signal. Elle est décidée sous un prétexte fallacieux cachant une autre manœuvre. Évidemment, Jean-Marie Le Pen au Front national est le symbole d’un certain nombre de choses. Le Front est en train de se détruire, de se transformer en parti chevènementiste. Jusqu’à présent, la ligne tracée par Chevènement est allée dans le mur. Si les rescapés de ces entreprises malheureuses essayent de se raccrocher à quelque chose qui marche, de s’emparer d’un bateau qui tient la route alors que leur esquif a coulé, cela mérite d’être combattu ».

 

“LE FN EST EN TRAIN DE SE DÉTRUIRE, DE SE TRANSFORMER EN PARTI CHEVÈNEMENTISTE”

 

En attendant, le Menhir appelle à la résistance. Il considère que « la perspective de prendre des régions s’éloigne ». « Cela est une conséquence des initiatives vulnérantes qui sont prises contre moi », juge le président d’honneur suspendu du FN. Il y a, dit-il « un changement d’orientation, une sélection de personnels différents, un état d’esprit hétérophobe évident… ». Il confirme son intention de créer une nouvelle structure politique. « Nous ne savons pas encore quelle en sera la forme juridique, mais le contenu sera plus important que le contenant », prévient-il, assurant qu’il se « battra jusqu’au bout de (ses) forces ». « Nous allons essayer de barrer la route à M. Philippot dans sa conquête du Front national. Ce sera absolument une force d’opposition à lui et à ses mignons. Il s’empare des leviers de commande du parti », assure par ailleurs Jean-Marie Le Pen.

 

ET VOICI MÉLENCHON QUI FÉLICITE FLORIAN PHILIPPOT !

 

On croyait avoir tout vu. Eh bien non. Mélenchon vient de déclarer sur France 2 : « Je félicite M. Florian Philippot de nous avoir débarrassés de ce vieux fasciste, parce que nous, on n’y était pas arrivés, mais lui, il y est arrivé, donc félicitations ». Il accuse cependant Philippot de plagiat, de « pomper ses discours » et de “voler” dans son programme de 2012. En novembre, Marine Le Pen avait déclaré que le programme de Mélenchon n’était « pas très éloigné » de celui du FN. Et elle s’est réjouie de la victoire du mouvement d’extrême gauche Syriza en Grèce. Jeanne, au secours !

 

JEAN-MARIE LE PEN ÉVOQUE SA FUTURE FORMATION

 

Jean-Marie Le Pen va-t-il créer un nouveau parti ? Très probablement mais pas sous cette forme. En fin tacticien, connaissant l’histoire, il sait qu’une telle entreprise serait probablement vouée à l’échec. Il suffit de se souvenir de Haider, le leader nationaliste du FPÖ autrichien, qui avait quitté son parti suite à des querelles internes pour créer un nouveau mouvement. Ce fut un échec cuisant, malgré son énorme notoriété. Il est plus probable que le Menhir s’oriente vers la fondation d’une structure souple, peut-être sous forme d’une association des amis de Jean-Marie Le Pen, qui n’aurait pas vocation, en tant que telle, de présenter des candidats aux élections, contre ceux du FN, mais pourrait peser sur les orientations du parti, en appelant par exemple à barrer la route aux plus nuisibles. Toujours est-il que Jean-Marie Le Pen vient de déclarer sur BFMTV qu’il attendait l’adhésion de centaines, voire de milliers d’adhérents lorsque sa future formation aura pris forme. Il s’en est, une fois de plus, pris au vice-président du FN, Florian Philippot, estimant que le mouvement est en train de “dérailler” sous son influence et celle de ses amis. Mais qu’en est-il du caractère supposé homophobe de certaines de ses déclarations concernant les “mignons” de Philippot. Il répond qu’il ne « condamne pas les homosexuels à titre individuel mais quand ils chassent en meute, oui ». Quant à sa fille Marine, il estime qu’elle était « dévorée, possédée de l’ambition d’être au pouvoir ».

Capture 1.JPG

 

 

TOUTES LES FOLLES NE SONT PAS AU FRONT !

 

Pierre Cassen raconte sur Boulevard Voltaire cette histoire qui peut paraître assez invraisemblable. Cela se passe le 8 mai à Hayange (Moselle), dont Fabien Engelmann (FN) est maire. A la fin de la cérémonie, voici que des militants homosexualistes débarquent avec une banderole pour vanter une Marche des fiertés Lesbienne, Gay Bi, Trans, qui doit avoir lieu le 13 juin à Metz. On voit sur la banderole et l’affiche une chaussure de type ranger s’apprêtant à écraser trois noms qui figurent sous la semelle : « Florian, Fabien, Steeve » et précise le texte « et les autres ». Référence bien sûr à Florian Philippot, Fabien Engelmann et Steeve Briois. On laissera au lecteur de RIVAROL deviner quels sont les autres. En bas de l’affiche, ce slogan : « Toutes les folles ne sont pas au Front ». Sans commentaire…

 

COMBIEN DE MOSQUÉES À CUBA ? ZÉRO !

 

Comme on le sait, François Hollande était en visite à Cuba, où il a rencontré Raul et Fidel Castro. On apprend à cette occasion que François Hollande, malgré sans doute son vif désir, n’a pas pu rendre visite à la communauté musulmane, pour la simple raison qu’il n’y a rigoureusement aucune mosquée à Cuba et qu’il n’existe qu’une seule salle de prière, destinée aux touristes musulmans, mais strictement interdite aux musulmans cubains. Par ailleurs, depuis 1992, le gouvernement cubain autorise ses citoyens à pratiquer leur religion en public. Sauf les musulmans qui sont au nombre de 9 000, sur une population de 11 millions d’habitants. La Turquie avait proposé de financer un projet de construction d’une mosquée, assez grande pour accueillir jusqu’à 500 personnes. Le Bureau des affaires religieuses de Cuba a répondu niet en novembre dernier.

Capture 2.JPG

 

 

INVASION DE L’EUROPE : LA GRANDE-BRETAGNE SE REBIFFE

 

Le chef de la diplomatie de l’Union européenne Federica Mogherini vient de déclarer que pas un seul migrant intercepté en mer ne sera renvoyé contre son gré. Réponse du ministre de l’Intérieur britannique, Theresa May, qui vient d’être reconduite dans ses fonctions après le triomphe de David Cameron et des Conservateurs aux élections législatives : Selon elle, l’Europe devrait suivre l’exemple de l’Australie. « L’UE devrait travailler à établir des sites d’accueil sécurisés en Afrique du Nord, avec un programme actif de retours […]. Je suis en désaccord avec la suggestion de la chef de la diplomatie de l’UE Federica Mogherini, selon laquelle pas un seul réfugié ou migrant intercepté en mer ne sera renvoyé contre son gré. Une telle approche ne peut que favoriser la traversée de la Méditerranée et encourager plus de personnes à mettre leur vie en péril ». On attend avec curiosité les résultats du référendum sur la sortie de la Grande-Bretagne de l’Europe, référendum promis par Calderon. Parions que les Britanniques sauront se souvenir de cet épisode au moment de glisser leur bulletin dans l’urne.

 

KIM JONG-UN FAIT EXÉCUTER AU CANON SON MINISTRE DE LA DÉFENSE

 

Le dictateur nord-Coréen a beau être joufflu, il n’en est pas moins imaginatif. Le ministre de l’armée populaire nord-coréenne, le vice-maréchal Hyon Yong-chol (65 ans), a été exécuté pour déloyauté. Pas fusillé, ni guillotiné. Non, il fallait du lourd, du très lourd, histoire de marquer les esprits. Il a été pulvérisé le 30 avril au moyen d’un tir de canon antiaérien en présence de plusieurs centaines de personnalités. On peut comprendre l’ire du génie cosmoplanétaire nord-Coréen. Le ministre avait commis l’effrayante outrecuidance de s’endormir lors d’un de ces interminables défilés militaires dont le joufflu est friand, témoignant ainsi d’un évident manque de respect pour son auguste personne. Par ailleurs, il se serait permis quelques menues critiques. Du coup le vice-maréchal a été exécuté au moyen d’un tir de canon antiaérien (ou de lance-roquettes selon les traductions), accusé de « déloyauté et manque de respect » et « pour s’être assoupi lors de célébrations militaires ». Deux vice-ministres ont également été passés par les armes en avril. Le 29 avril, les services de renseignement de la Corée du Sud avaient déjà annoncé l’exécution d’une quinzaine de personnalités (hauts cadres et artistes) depuis le début de l’année. On se souvient que fin 2013, Kim Jong-un avait fait exécuter le numéro deux du régime, Jang Song-thaek, qui n’était autre que son oncle. En voilà un qui a de la suite dans les idées et le sens de la famille comme Marine Le Pen !

 

ALAIN SORAL LOURDEMENT CONDAMNÉ POUR UNE QUENELLE

 

Alain Soral a été condamné, mardi 12 mai, à 10 000 euros d’amende pour une photo prise au Mémorial aux Juifs assassinés d’Europe, à Berlin, en 2013, sur laquelle il fait une “quenelle”. Il a cent jours pour payer l’amende sinon la prison l’attend. Le tribunal l’a aussi condamné à verser 14 001 euros de dommages et intérêts au profit des sept associations qui s’étaient constituées parties civiles. Pourtant aucun propos lié à la photo prise devant le Mémorial ne prouvait que la quenelle, geste “antisystème” popularisé par Dieudonné, était un geste antisémite. Malgré cela, les juges l’ont lourdement condamné. Cela ne nous étonne évidemment pas. C’est ainsi que cela se passe dans la France occupée.

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

20/05/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3188 du 15 mai 2015

 

DANS UN récent entretien que j’ai eu avec Jean-Marie Le Pen, ce dernier me disait : « Marine Le Pen, c’est Ganelone » ! Il féminisait ainsi le nom du traître emblématique de l’histoire de France, Ganelon. Qui était Ganelon ?

 

“MARINE LE PEN, C’EST GANELONE !”

 

Le personnage, que l’on trouve dans la Chanson de Roland, était le beau-frère de Charlemagne, dont il avait épousé la sœur et dont il avait eu un fils, ce qui fait de lui le beau-père de Roland. Il le trahit honteusement en le mettant à l’arrière-garde qui devait se faire attaquer à Roncevaux par les Sarrasins avec lesquels Ganelon s’était entendu pour se débarrasser d’un rival. Il est d’une certaine manière devenu dans la tradition française l’archétype du félon ou du traître. Lors de son procès, Ganelon, déclaré coupable de félonie, est condamné à être écartelé par quatre chevaux. Du même coup, tous ses proches qui s’étaient portés garants pour lui seront pendus. Dans le chant XXXII de la Divine Comédie, Ganelon nous est montré relégué dans le Cocyte, au plus profond de l’Enfer, en punition de sa trahison. Voici ce qui l’attend, Marine…

 

JEAN-MARIE LE PEN FONDE UNE NOUVELLE FORMATION

 

Interrogé il y a quelques jours sur France 2, Jean-Marie Le Pen confiait : « Le temps est maintenant celui de la réflexion. Je dois m’interroger sur les possibilités qu’a le courant national de s’exprimer à temps pour sauver notre pays […] Est-il encore possible de le faire avec le Front national dirigé par Marine Le Pen ? Je ne sais pas ». Le 11 mai, invité de Henry de Lesquen sur Radio Courtoisie, le Menhir en a dit davantage, évoquant la création d’une formation et non d’un parti. Il est question de mettre sur pied une association des amis de Jean-Marie Le Pen. Florian Philippot est la cible privilégiée du Menhir. Pour le fondateur du FN, à l’occasion du congrès extraordinaire qui doit décider de la suppression ou non de la présidence d’honneur, les adhérents devront choisir entre la ligne JMLP et la ligne Philippot, un moyen habile de ne pas attaquer de manière frontale sa fille pour éviter de donner à ce conflit une dimension trop familiale.

 

Certains, dont Jacques Bompard, qui gardent une lourde rancune à l’encontre de Jean-Marie Le Pen, refusent de se lancer dans une telle aventure, tout en reconnaissant qu’« un parti à la droite de celui de Marine Le Pen a désormais toute sa place ». Un cadre historique du FN note fort justement qu’un « espace politique existe, qui s’accroît avec le manque de clarté du FN actuel au sujet d’un certain nombre de nos fondamentaux originels ». Bompard relève que « Jean-Marie Le Pen souffre par là où il a péché dans le passé » mais reconnaît qu’« il existe tout à fait un espace pour la défense des traditions, de ce qui a fait la France et de la famille. » Bompard ne ferme, au demeurant, pas les portes, déclarant : « Il pourrait y avoir un projet plus large » (que celui défendu par la Ligue du Sud que préside Bompard). Président du Parti de la France depuis 2009, après avoir milité au FN pendant 30 ans et en avoir été exclu par Jean-Marie Le Pen pour s’être opposé à sa fille, Carl Lang serait prêt à se lancer dans le combat. Il vient de déclarer : « Jean-Marie Le Pen pourrait tout à fait impulser la composition d’une nouvelle droite nationale Française. Non pas sur sa seule personne, ça semble difficile à 86 ans. Mais comme élément central d’un dispositif où chacun poserait sa pierre dans une logique de coopération. Si demain nous pouvons nous retrouver, ce serait souhaitable, et il existe un vivier de cadres qui pourraient suivre un tel mouvement […] » Au FN, ils font mine de ne pas s’inquiéter. Florian Philippot, qui adore Jean-Marie, a déclaré, avec cynisme, dans le registre « casse-toi, vieux con » : « Le Front défend la libre création d’entreprise. Donc s’il souhaite créer son propre mouvement, personne ne peut s’y opposer, il n’y a aucun problème ».

 

Capture 1.JPG

 

 

HONTEUX FICHAGE DIGNE DE VICHY : L’AFFAIRE ROBERT MÉNARD

 

Dieu merci, la Licra veille. Le maire de Béziers, Robert Ménard, « vient de s’illustrer par une révélation tout aussi honteuse que révoltante. Selon ses propres déclarations, il existerait dans sa commune un fichier recensant les enfants supposés musulmans de sa ville établi sur la base des prénoms ». C’est la Licra et plus précisément Alain Jakubowicz qui le dit. Donc, c’est vrai. Le merveilleux site de la Licra l’assène avec force : « Cette pratique rappelle incontestablement la politique menée sous le régime de Vichy (Rappelons-nous le commissariat aux Affaires juives, de sinistre mémoire). La République ne saurait tolérer de tels actes. » Voilà qui est dit, et bien dit. Du coup l’officine va déposer plainte auprès du procureur de la République. François Hollande y va aussi de son indignation. Il a déclaré, le petit torse bombé, la lippe lippue, l’œil torve, le postillon indigné : « Le fichage d’élèves est contraire à toutes les valeurs de la République. Il y a des principes dans la République et quand ils sont gravement atteints, les tribunaux en sont saisis et des sanctions seront prononcées par les juges compétents », a ajouté le président de la République. Pour avoir dit qu’il y avait 64,6 % d’élèves musulmans à Béziers, Robert Ménard risque d’être pendu à un croc de boucher. Halal, espérons-le. Mais Ménard qui ne manque jamais de célébrer dans sa mairie la fête d’Hanoucca, s’est comporté de manière ignoble envers Jean-Marie Le Pen, dénonçant « ses propos racistes et antisémites » tenus dans RIVAROL, appelant à son exclusion et demandant le changement de nom du FN. Voilà qu’on lui met à la figure Vichy et les heures les plus sombres de notre histoire : c’est bien fait pour lui. La lâcheté et la trahison ne paient jamais.

 

Capture 2.JPG

 

 

QUENELLE À L’ASSEMBLÉE “NATIONALE” !

 

Houlà, les nains s’indignent ! Pensez, deux visiteurs de l’Assemblée nationale ont fait la “quenelle” inventée par Dieudonné, qui est, comme on le sait, ou du moins comme certains le savent, le salut nazi à l’envers. L’horreur… Du coup Meyer Habib, député UDI des Français de l’étranger, et dont la circonscription comprend Israël, s’était indigné. Et quand ces gens-là s’indignent, ils s’indignent. Le député, indigné sans doute de naissance, avait déjà déposé, avec Jean-Louis Borloo, début 2014, « une proposition de loi visant à pénaliser ce geste obscène » et a alerté le président de l’Assemblée, Claude Bartelone, qui a du coup déposé une plainte. Son profond commentaire : « L’Assemblée nationale est la maison du peuple ». Bande de clowns !

 

NAJAT VALLAUD-BELKACEM A-T-ELLE VRAIMENT TENU CES PROPOS ?

 

Le ministre aurait déclaré, en 2006 : « Dans un pays musulman comme la France, il n’est pas normal qu’il y ait encore des Français qui rejettent l’islam. Il faudrait que l’éducation nationale instaure dans ses programmes les principes coraniques pour y habituer les Français dès le plus jeune âge. Autoriser le voile, apprendre des passages du coran et la culture musulmane. Voilà ce dont a besoin la France. Après tout, il ne faut pas oublier que contrairement au christianisme, l’islam est compatible avec la démocratie ! ». Najat Vallaud-Belkacem aurait tenu ces propos le 12 juillet 2006 au micro de RTL. Mais aucune trace de cette déclaration n’est visible. Il s’agit donc manifestement d’un faux. Ceci dit, on apprend, avec cette affaire qu’elle se dit croyante tout en n’étant pas une pratiquante régulière. C’est toujours ça de gagné, comme information…

 

BERTRAND DELANOË, BEAUCOUP PLUS FORT QUE CHIRAC !

 

On connaît l’affaire des emplois fictifs à la mairie de Paris, dans laquelle Jacques Chirac s’était illustré. Il appointait en toute discrétion 21 salariés, qui travaillaient en réalité pour le RPR. Il avait remboursé, avec l’aide de l’UMP, 2,2 millions d’euros à la mairie. Mais Jacques Chirac jouait petit bras, si on le compare à l’ancien maire de Paris, Bertrand Delanoë. On apprend que ce dernier salariait, avec l’argent du contribuable, une trentaine de permanents CGT, sournoisement dissimulés dans une mutuelle de la ville, la MCVAP. L’Inspection générale a estimé que le coût de cette gabegie se montait à 1,2 million par an, soit une dizaine de millions sur dix ans, cinq fois plus que les petites affaires de Chirac. Delanoë se poussait du col, se vantant d’être un bon gestionnaire, se targuant de tenir la mairie « sans augmenter les impôts » durant sa première mandature, et “modérément” par la suite. En fait, Jean Tibery avait laissé une situation financière excellente qui a permis à Delanoë de pomper allègrement dans les caisses pour financer ses extravagances. Sans oublier que l’endettement avait progressé de façon considérable, passant de 1 à 2,8 milliards d’euros et que les plus-values des droits de mutation sont passées de 350 millions en 2001 à 939 millions en 2008, du fait de l’envol de l’immobilier. Quel culot, ces socialistes !

 

MARINE LE PEN DANS LE COLLIMATEUR DE LA JUSTICE

 

Jeanne, le micro-parti qu’elle a fondé, a été mis en examen dans le cadre de l’enquête le visant et portant sur le financement des campagnes du FN pour la présidentielle et les législatives de 2012. Jeanne est lourdement soupçonnée d’avoir eu un financement illicite de Riwal, une société dont le dirigeant est Frédéric Chatillon, un proche de Marine Le Pen., qui aurait surfacturé ses services au profit de Jeanne et du FN, l’objectif étant de bénéficier du remboursement par l’Etat de frais de campagne imaginaires. En attendant, Jeanne a été mis en examen pour « acceptation par un parti politique d’un financement provenant d’une personne morale et escroqueries ». Décidément les nuages s’accumulent sur la tête de Ganelone.

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

13/05/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3187 du 7 mai 2015

 

MARINE Le Pen a eu un Premier mai pourri : temps pluvieux, très maigre affluence, historiquement basse (3 500 personnes, qui dit moins ?), interventions intempestives des Femen, réponse musclée du service d’ordre, heurts avec des journalistes de Canal+ et de France 5, dépôts de plaintes croisés des Femen et du FN, enquête interne à l’hôtel intercontinental concernant l’entrée des membres du DPS dans la chambre louée par les Femen, montée non prévue de Jean-Marie Le Pen sur la tribune où il reçoit une ovation du public et même des conseillers départementaux derrière lui sous l’oeil stupéfait, médusé et furieux de la présidente du Front national. Bref un Premier mai catastrophique à tous points de vue, en termes d’images, de communication et en termes politiques. Tuer le père ne lui réussit manifestement pas. Et à notre avis elle n’a pas fini de payer cet odieux et abject parricide.

 

UN BEAU NUMÉRO DE FAUXCUL DE LA PART DE PHILIPPOT

 

On sait que le site Mediapart, piloté par le trotskyste Edwy Plenel, a affirmé que Jean-Marie Le Pen, président d’honneur du Front national, aurait planqué 2,2 millions d’euros — principalement sous forme de lingots et de pièces d’or, gérés par son majordome, en Suisse —. Une accusation probablement fantaisiste, mais le Menhir continue à leur faire peur et ils ne reculent devant rien. Mais que dit Florian Philippot, le numéro 2 du FN, qui hait tout simplement Jean-Marie Le Pen ? Stupéfaction. Il est d’une modération de chaisière, pucelle, forcément pucelle. « Je ne peux pas croire que cela soit vrai », a-t-il déclaré sur I-Télé, se disant par ailleurs « pas du tout au courant » de cette affaire. « Je ne sais pas du tout si c’est vrai, cela me parait étrange connaissant Jean-Marie Le Pen », a-t-il répondu à Laurence Ferrari qui l’interrogeait. Quel exceptionnel sournois ! Quel exceptionnel menteur !

« Je crois qu’il s’en expliquera, c’est une affaire personnelle qui le concerne (vous voyez ce qu’il veut dire ?). J’ai eu Marine Le Pen au téléphone qui est très surprise et qui n’en connaissait rien non plus et qui attend comme nous tous des éclairages et des explications de Jean-Marie Le Pen », a-t-il encore affirmé. Ben voyons… Mais Philippot sait que le Chef, pour se venger des avanies qu’on lui fait subir, est capable de déclencher un tsunami, emportant tout sur son passage. Du coup, il n’en mène pas très large. Pour parler grossièrement, il pète de trouille. Et il cherche désespérément à se planquer dans un bunker. On est à Berlin, le 30 avril 1945, c’est dire…

Plaintivement, alors qu’il est lourdement soupçonné, suite aux propos du président d’honneur dans RIVAROL, d’avoir tenu la main de Marine Le Pen pour suspendre Jean-Marie Le Pen du parti qu’il a fondé, il a déclaré, au mépris de toute vraisemblance, qu’il « ne menait aucune guérilla à personne ». Il ajoute, tout aussi plaintivement : « Je ne suis d’ailleurs pas dans un combat personnel depuis le début dans cette affaire-là (propos de JMLP dans RIVAROL). Vous remarquez que je n’ai jamais dit de choses, d’arguments personnels, je suis dans un débat d’idées sous la conduite, la direction, l’impulsion de Marine Le Pen, la présidente du Front. », a-t-il déclaré avec un sacré culot avant de surenchérir : « Je n’ai jamais rien demandé, je n’ai jamais demandé l’exclusion. J’ai toujours réservé ma position en interne. » Le journaliste qui, a priori n’aime pas trop être pris pour un imbécile, et qui a des fiches lui demanda : « Vous n’avez jamais demandé à ce qu’il quitte le FN ? » Réponse grandiose de Philippot : « Non, je lui ai dit — comme l’a fait d’ailleurs Marine — qu’il serait plus sage de savoir partir, de prendre du champ et de prendre sa retraite politique. » Marine Le Pen et Philippot n’ont pourtant pas hésité à exécuter le père.

Capture 1.JPG

 

 

UMP : DES CANDIDATS QUI NE SOUHAITENT PAS REVENIR SUR LA LOI TAUBIRA

 

Voilà qui a au moins le mérite de la clarté. L’UMP a désigné comme têtes de liste aux élections régionales des candidats ouvertement hostiles à l’abrogation de la loi Taubira. C’est le cas du politologue Dominique Reynié qui a été choisi pour diriger la liste rassemblant l’UMP et l’UDI dans la région Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon. Il est le fondateur d’un « think tank » chiraquien qui a apporté dès 2005 son soutien au “mariage” homosexuel et frayé avec les lobbys LGBT les plus extrémistes, dont Act-Up. Quant à Valérie Pécresse, candidate pour l’Ile-de-France, elle considère courageusement que l’abrogation de la loi Taubira est définitivement perdue. Dans le Sud-Est, le député-maire UMP de Nice, Christian Estrosi, également candidat aux régionales et qui se plait parfois à prendre des positions supposées “droitistes”, il a estimé que si la droite reprenait le pouvoir en 2017, elle ne devrait pas revenir sur la loi Taubira. Fidèle entre les fidèles de Sarkozy, il lui demande de « trancher une fois pour toutes » cette question qui divise le parti, afin de « ne plus en faire une affaire de débat » et considère que le mariage pour tous est « une avancée ». Oui, une avancée vers le suicide, vers l’abîme !

 

AYMERIC CHAUPRADE DEMANDE DES DROITS D’AUTEUR À CHRISTIAN ESTROSI

 

Le député UMP de Nice, Christian Estrosi a de la chance. Il n’est pas membre du Front national mariniste, sans quoi il aurait sans doute été sévèrement sanctionné pour ses propos outranciers, à l’image de ceux d’Aymeric Chauprade, qui avait déjà parlé de « cinquième colonne » et de « France en guerre contre des musulmans », ce qui lui valut un sérieux rappel à l’ordre de la part de Marine Le Pen. Christian Estrosi évoque, dans une interview une « cinquième colonne de l’islamo-fascisme », la « civilisation judéo-chrétienne menacée », la perspective d’une « troisième guerre mondiale » ou encore la « carte d’identité qui ne fait pas un Français ». On a évidemment tous compris que Christian Estrosi s’apprête à affronter le Front national aux régionales sur les thèmes de la sécurité et de l’identité… Aymeric Chauprade s’en amuse, demandant avec humour à Estrosi : « Merci d’arrêter de plagier mes vidéos ou versez-moi des droits d’auteur ! »

 

LE CRIF TOUT-PUISSANT CONVOQUE LES AMBASSADEURS

 

On aura tout vu : Et voici que le CRIF convoque 24 ambassadeurs et représentants d’ambassades en France ! Le Président du CRIF, Roger Cukierman, avait invité, c’est-à-dire convoqué, les représentants des ambassades des pays européens à déjeuner. Ce fut l’occasion d’un « vaste tour d’horizon ». Vous noterez que les tours d’horizon sont toujours vastes… Il n’y avait là que du beau monde. Bien entendu, RIVAROL n’avait pas été invité, mais ce n’est pas grave. On y retrouvait les ambassadeurs d’Allemagne, de Chypre, de Croatie, du Danemark, d’Espagne, de Grèce, de Hongrie, de Lettonie, de Malte, de Pologne, et de Roumanie, ainsi que les représentants des ambassadeurs d’Autriche, d’Estonie, de Finlande, de Grande-Bretagne, d’Irlande, d’Italie, de Lituanie, du Luxembourg, des Pays-Bas, de la République tchèque, de Slovénie, et de Suède. Cuki a su faire passer les messages. Il a présenté le CRIF et ses thèmes de travail : l’antisémitisme, la mémoire, les relations avec Israël, questions d’autant plus actuelles depuis les attentats à Paris dixit le site du CRIF. Il n’était évidemment pas question de s’arrêter en si bon chemin. Il fallait qu’ils allassent, l’un après l’autre, à résipiscence. Il convenait qu’ils se flagellassent d’importance. Les ambassadeurs furent, l’un après l’autre, comme ça se passe à l’école primaire, tenus de s’exprimer et de se justifier. Ils commentèrent bien entendu la situation de l’antisémitisme et du combat contre le jihadisme dans leurs pays respectifs et en Europe. Ils insistèrent sur la nécessité de les traiter par la fermeté, mais aussi par l’éducation, l’enseignement de la Shoah et à la tolérance, ainsi que par une réflexion sociétale sur les causes de ce fléau. Ils se prosternèrent tous, ils se couchèrent tous, le ton plaintif, avec larmes à l’oeil de circonstance. Conclusion de Cukierman : « Il faut raffermir nos idées et soutenir nos sociétés », « Il faut combattre la passivité… »

 

Capture 2.JPG

 

 

LES SOUVENIRS CROUSTILLEUX DE ROSELYNE BACHELOT

 

Roselyne Bachelot, ex-ministre du gouvernement de François Fillon, actuellement journaliste à la télé, est ce qu’on appelle « une grande gueule ». Elle vient de publier ses mémoires sous le titre gentillet La petite fille de la Ve, aux éditions Flammarion. Et ça dépote. Elle raconte des souvenirs croustilleux concernant des présidents qui ont marqué la Ve République. Sarkozy qui intime l’ordre à son entourage : « Bon, vous vous mettez en chasse. Il me faut un Noir, ou mieux, une Noire ! » En fait, Sarkozy avait été très impressionné par la campagne de Barack Obama, qu’il avait croisé avant son élection à la présidence des Etats-Unis et il avait prédit sa victoire. Il avait aussi discuté avec Condoleeza Rice, « une femme formidable ». Du coup, tout émoustillé par le côté glamour des noirs, il a absolument tenu à avoir son Noir, et de préférence sa Noire dans son équipe. François Mitterrand a, lui aussi, droit à quelques pages amusantes. Roselyne raconte : « Le futur président de la République avait un charme ravageur, toutes les femmes en étaient folles et il multipliait les conquêtes. » Elle cite un exemple pour le moins amusant : « Il était de notoriété publique qu’il avait pour maîtresse l’épouse d’un marchand de bestiaux du Bazois. Le maquignon étant parti avec son troupeau pour Paris, l’épouse, pensant être tranquille, fit un jour venir son amant à la maison. Quand, dans la nuit, le cocu rappliqua, Mitterrand dut se résoudre à sauter par la fenêtre et explosa la verrière en contrebas avant de prendre la fuite en se blessant assez sérieusement au visage. Le lendemain, on le voyait à la foire du chef-lieu, le visage couturé mais avec de grandes lunettes noires, souriant et serrant les mains le plus naturellement du monde ».

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

06/05/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3186 du 30 avril 2015

 

ON A BESOIN D’UNE KATIE HOPKINS PLUTÔT QUE D’UNE MARINE LE PEN, EN FRANCE !

 

Katie Hopkins ? C’est une journaliste anglaise dramatiquement de droite, dont les textes paraissent dans des journaux anglais et qui sévit souvent à la télévision anglaise, tenant des propos horriblement provocateurs et choquants. La polémique enfle après la publication par le tabloïd The Sun d’une chronique de Katie Hopkins sur l’immigration qui dépasse toutes les limites. Son article, paru à quelques semaines des élections législatives, dans The Sun (deux millions de lecteurs), a suscité l’effroi chez les âmes sensibles. Que dit-elle ? Le titre est, il est vrai, très pédagogue, « Rescue boats ? I’d use gunships to stop migrants » (Bateaux de secours ? J’utiliserais des navires de combat pour stopper les immigrants). Mais c’est du Raspail ! Les immigrés clandestins qui tentent à Calais de monter dans des camions pour se rendre en Grande-Bretagne ? Une « épidémie de sauvages » et elle ajoute : « Ne vous trompez pas, ces immigrants sont comme des cafards. Ils peuvent ressembler un peu à l’Ethiopie de Bob Geldof (chanteur spécialisé dans le “charity business”) en 1984, mais ils sont construits pour survivre à une bombe nucléaire. Ce sont des survivants… J’en ai rien à faire. Montrez-moi les images de berceaux, montrez-moi les corps flottants dans l’eau, jouez du violon et montrez des personnes émaciées et tristes. J’en ai rien à faire ». Me ne frego, en d’autres termes (rien à fiche), dans une langue que nous aimons ! Et, Dieu, que nous aimons ce slogan fasciste ! Elle ne s’arrête pas en si bon chemin. Elle ajoute : « certaines de nos villes sont des plaies purulentes couvertes de nuées d’immigrés et de demandeurs d’asile recevant des allocations comme des billets de Monopoly ». Scandale, bien entendu. Vive Katie Hopkins !

 

Capture 1.JPG

 

 

COMBATTANTS IDENTITAIRES AUSTRALIENS (SUITE)

 

J’ai évoqué ici, la semaine dernière, l’incroyable campagne que mène l’Australie contre l’invasion de ses terres. Tony Abbott, Premier ministre d’Australie, vient de récidiver. Il estime que si les pays de l’Union européenne suivaient le modèle australien, beaucoup de vies de migrants seraient sauvées. Pour Tony Abbott, seul le refoulement systématique des bateaux chargés de migrants est efficace. Il vient de déclarer : « Des centaines, peut-être des milliers de personnes se sont noyées en essayant d’atteindre l’Europe depuis l’Afrique. Le seul moyen d’empêcher ces tragédies est de mettre fin (à l’arrivée) des bateaux. Il est urgent que les Européens adoptent une politique très ferme qui puisse mettre fin au trafic d’êtres humains en Méditerranée ». Un disciple de Jean Raspail, sans doute…

 

QUAND LE MIGNON SÉBASTIEN CHENU, AUJOURD’HUI FRONT MARINISTE, MIGNONNAIT DU CÔTÉ DE L’UMP, PUIS DU PS

 

Le Monde raconte le parcours de Sébastien Chenu, aujourd’hui très proche de Marine Le Pen et membre de la divine et tendre camarilla qui l’entoure. Voici ses propos : « Cet ancien secrétaire national de l’UMP, fondateur de Gaylib, une association de défense des droits des homosexuels, a rallié avec fracas le RBM en décembre 2014. Déçu par Nathalie Kosciusko-Morizet, qui ne lui avait pas donné la tête de liste de l’UMP dans le 2e arrondissement de Paris pour les élections municipales de mars 2014, son transfert a été célébré par Marine Le Pen. L’homme de 42 ans a, depuis, été candidat aux élections départementales à Beauvais (Oise) pour le compte du parti frontiste. » On en apprend de belles dans cet article : Quelques mois plus tôt, il avait sollicité une place au PS. L’ex porte-parole du maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, raconte : « Il en voulait beaucoup à l’équipe de NKM. Il demandait à être sur nos listes et a frappé à toutes les portes possibles et imaginables pour y parvenir. Nous n’avions aucune raison de faire confiance à ce personnage. » Etonnant, n’est-ce pas ? Toujours est-il que Chenu ne s’est pas arrêté en si bon chemin. Un proche d’Anne Hildago raconte : « Une fois l’élection passée, il nous a envoyé une demande pour obtenir une place dans un établissement culturel ou un conseil d’administration. Il était intéressé par la Maison européenne de la photographie. » Chenu ne cherche pas, au demeurant, à démentir, déclarant : « J’avais des sympathies pour Anne Hidalgo, une femme de charisme. J’ai passé mon temps à lui faire des compliments pendant la campagne. » Elle n’avait pas répondu à ses compliments, l’ingrate. Du coup, le mignon se tourna vers Marine Le Pen, qui l’accueillit à cœur ouvert. C’est ainsi que cela se passe au Front mariniste des mignons…

 

Capture 2.JPG

 

 

FILLON, ANCIEN PREMIER MINISTRE, ET NONOBSTANT GRAND HISTORIEN RÉVISIONNISTE

 

François Fillon vient de révolutionner les études historiques. Il vient de dévoiler une information inouïe, que les historiens ignoraient, en déclarant : « En 1940, nous n’avons pas hésité à nous allier à Staline pour vaincre le nazisme et nous avons eu raison de le faire. » De mauvais esprits, eux aussi révisionnistes dans leur genre, prétendront qu’en 1940, l’URSS était alliée d’Adolf Hitler, qu’en France, les communistes sabotaient les usines d’armement avant l’armistice et qu’au lendemain de l’armistice Jacques Duclos, leader communiste, demandait aux nazis le droit de faire paraître L’Humanité. Reynouard, qui mérite au demeurant d’être durement sanctionné pour ses propos, prétendra évidemment que ce n’est que le 22 juin 1941, lorsque l’Allemagne lance l’opération Barbossa destinée à envahir l’URSS, que le pacte germano-soviétique prend fin. Dernière information : le grand historien François Fillon vient de supprimer son tweet.

 

MOI Y EN A PAS PARLER ANGLAIS

 

Marine Le Pen vient d’être désignée par le magazine Time parmi les cent personnes les plus influentes au monde. Personne n’est obligé de le croire. Il est vrai que Time, qui cherchait désespérément une Française n’avait pas beaucoup de choix. NKM, Anne Hidalgo, ma Cricri (Christine Boutin), Bernie (Chirac), Trierweiler, Carla Bruni, , non ça ne collait pas. Il fallait du lourd, du solide, du camionneur. Du coup, ce fut Marine Le Pen qui fut choisie. Un bon choix en définitive, puisque ce fut le choix de l’excellence française. Elle permit à Marine Le Pen de déclarer, mardi 21 avril, en surfant élégamment sur le tapis rouge du Jazz Lincoln Center, à New York aux côtés de son concubin, Louis Aliot, pétillant d’intelligence : « Ah non, je ne parle pas anglais, moi. Je suis française ! » Voici qui était dit, et bien dit. Et elle précisa, car il est important de préciser : « Je fais partie de la majorité des Français, qui parlent peu l’anglais. En cela je suis très gaullienne : I speak very badly », plaisanta-t-elle avec un accent à couper au couteau. Et voici qu’elle se prend pour De Gaulle, une référence, au prétexte qu’elle ne parle pas l’anglais. On n’a décidément pas fini de rigoler ! Mais, pas grave. C’est donc Ludovic de Danne, le conseiller aux Affaires européennes du parti, qui a joué les interprètes, le professionnel sollicité préalablement ayant fait faux bond au dernier moment. La starlette de sous-préfecture est apparue tout sourire dans une robe bustier bleu nuit (on aurait dit Gérard Depardieu en robe a ironisé un humoriste particulièrement bien inspiré), robe dont je ne m’autoriserai pas à commenter l’esthétique, au côté de son concubin Louis Aliot, en smoking et l’œil éteint, ravie de se retrouver aux côtés du rappeur Kanye West et de l’élite mondiale dégénérée. Elle eut cette profonde parole, à graver dans le marbre : « Permettez-moi de faire preuve de curiosité. Je pense que nous allons arriver au pouvoir et que par conséquent, il faut obligatoirement croiser, rencontrer, discuter avec des gens puissants dans leur pays respectif » (comme, sans doute le rappeur Kanye West, par exemple)… mais la milliardaire Marine Le Pen n’oublie pas les sans-dents, déclarant avant de rejoindre sa table pour dîner : « La France des oubliés n’est pas oubliée ». C’est trop beau…

 

Capture 3.JPG

 

 

MON DIEU, QU’ILS SONT MÉCHANTS, LES MIGNONS DE PHILIPPOT !

 

« S’il lui reste un minimum d’honneur, que Jean-Marie Le Pen prenne la porte. Il retarde l’inévitable ascension de Marine à la tête du pays », écrit David Masson-Weyl, président du collectif Marianne, un « cercle de réflexion » pour étudiants lié au Rassemblement Bleu Marine (RBM). « Les pleurnicheries de Jean-Marie Le Pen sont ridicules. Il se plaît à jouer l’homme plein d’honneur ? Qu’il assume et qu’il parte ! », lance, quant à lui, Joffrey Bollée, directeur de cabinet de Florian Philippot. Ils sont mignons, ces mignons, et c’est bien pour cela qu’on les aime. Même s’ils sont très méchants…

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

29/04/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3185 du 23 avril 2015

 

FLORIAN PHILIPPOT AIME LE MÉTISSAGE

 

On connaissait les propos de Nicolas Sarkozy, à la gloire du métissage. Rappel : « L’objectif c’est relever le défi du métissage. Le défi du métissage […] ce n’est pas un choix, c’est une obligation, c’est un impératif », et puis ceux de François Hollande : « Il faut croire au métissage », et enfin ceux de Jean-Luc Mélenchon — « Notre chance c’est le métissage ». Mais voici qu’apparaît aussi le vice-président du Front mariniste, Florian Philippot, qui a éructé : « Moi j’aime le drapeau métissé français. Le bleu, le blanc et le rouge. » Consternant…

 

MARION MARÉCHAL-LE PEN DÉZINGUE GOLLNISCH ET CONDAMNE SON AÏEUL

 

Marion Maréchal Le Pen a confirmé sa candidature en Paca, aux élections régionales, mais refuse absolument de faire un tandem avec Bruno Gollnisch, que Jean-Marie Le Pen imaginait, vu son expérience, en cas de victoire, voir présider la Région. Bruno Gollnisch incarne en effet, aux yeux de la petite-fille du Menhir, « le Front d’une certaine époque » (les années les plus sombres de l’Histoire ?), « une époque qui (lui) semble un peu révolue ». Elle insiste au cas où l’on n’aurait pas compris : « Je n’accepterai pas d’en faire (un ticket) avec Bruno Gollnisch ». Et elle précise : « Je ne me reconnais pas dans sa ligne, même si je sais que l’on nous met souvent dans le même lot mais c’est un raccourci grossier et faux. Moi, je suis clairement dans le Front national de Marine Le Pen. » Elle poursuit avec ces fortes paroles : « J’ai un immense respect pour Jean-Marie Le Pen. Je lui dois énormément. Mais je ne me trompe pas de combat. Je ne me sens pas une femme d’extrême droite. Le totalitarisme, le racisme, ce n’est pas moi » (Mais c’est Jean-Marie Le Pen, si l’on décrypte les propos de la benjamine !). Et puis, elle l’affirme : « Je n’ai jamais été l’objet de mon grand-père. Je m’étais détachée de ses propos lors de l’épisode sur “la fournée”. Je ne cautionne ce qu’il a dit ni sur la forme, ni sur le fond. ». Sa conclusion : Bruno Gollnisch est un ringard : « Je ne peux pas être d’accord avec lui. Je ne suis pas de ce FN des années 1970, de l’après-guerre d’Algérie. » a-t-elle confié sans ménagement à La Provence. Nous voici informés. Merci, Marion… On s’en souviendra.

 

CE COLLARD DE COLLARD VEUT MAINTENANT ADHÉRER AU FN

 

Ce « collard de Collard », qualificatif imagé que JMLP a attribué à l’avocat-député mariniste, que tous les Rivaroliens sauront décrypter, saute le pas. Il vient de déclarer sur Radio Classique : « J’ai toujours dit que je suis mariniste. Moi, je n’ai pas adhéré au FN parce que Jean-Marie Le Pen y était. J’ai toujours dit que je ne pouvais pas adhérer à certains de ses propos. C’est la raison pour laquelle je suis apparenté Front national au Parlement, mais je n’ai pas ma carte. Mais là, maintenant, je considère que plus rien ne s’oppose, vu la mise en retrait de Jean-Marie Le Pen à ce que j’aie ma carte. » On n’en attendait pas moins de ce Collard.

 

FLORIAN PHILIPPOT N’A JAMAIS VOTÉ JEAN-MARIE LE PEN

 

On est soulagé de l’apprendre. Florian Philippot dévoile, dans une interview, cette information sensationnelle : il assure n’avoir « jamais voté Jean-Marie Le Pen ». Il déclare avoir « voté blanc » lors du second tour de l’élection présidentielle de 2002, et ajoute « Je ne l’ai jamais diabolisé », soulignant : « Je ne vais pas dire que j’approuve tout ce qu’il a dit, bien évidemment, mais je lui reconnais un grand courage, celui d’avoir porté le thème de l’immigration très tôt, à un moment où ce n’était franchement pas facile ». Et Philippot de conclure : « on aurait mieux fait de l’écouter ».

Houlà, mais que se passe-t-il ? Philippot deviendrai-il humaniste à l’égard de Jean-Marie qu’il vouait aux gémonies trois jours plus tôt, déclarant, à la suite de ses propos à RIVAROL que « la solution préférable » était que le président d’honneur du FN parte « de lui-même » car « il s’est mis de lui-même en marginalité du mouvement ». Explication de texte : Philippot est mort de trouille à l’idée que le Chef commence à envisager de s’énerver d’importance à son encontre… Mais il n’en démord pas : Le Pen ne peut plus occuper un poste de direction au sein du FN, il doit « prendre du champ » dit-il avec arrogance.

 

JEAN-MARIE LE PEN A RENCONTRÉ LES NATIONALISTES EUROPÉENS

 

Il s’agit du premier pied de nez de Jean-Marie Le Pen à sa fille et à sa clique. Et sans doute pas le dernier, parions-le. Le président d’honneur du FN vient de rencontrer le 13 avril (et se faire prendre en photo, voir le site de Lionel Balland), au Parlement européen de Bruxelles des personnages considérés par la camarilla comme hautement sulfureux : le fasciste italien Roberto Fiore (Forza Nuova-Italie), Nick Griffin (Royaume-Uni) du British national Party et le député du parti ultranationaliste allemand NPD (que les âmes sensibles décrivent volontiers comme étant néo-nazi), le révisionniste Udo Voigt. Mais comment, diable, la camarilla pouvait-elle imaginer qu’un combattant comme Jean-Marie Le Pen se laisse poignarder dans le dos sans contre-attaquer ? Ils n’ont pas fini de souffrir…

 

Capture 1.JPG

 

 

L’AUSTRALIE RÉSISTE ! “PAS QUESTION, VOUS NE SEREZ PAS CHEZ VOUS EN AUSTRALIE !

 

Le gouvernement australien vient de mettre en place les mesures de protection de ses frontières les plus sévères de tous les temps. Voici les textes des affichettes et de la propagande internet qu’il vient de diffuser :

– « Si vous montez sur un bateau sans visa, vous n’arriverez pas jusqu’en Australie.

– Toute embarcation qui cherche à gagner illégalement l’Australie sera interceptée et reconduite

hors des eaux territoriales.

– Ces règles s’appliquent à tout le monde : familles, enfants accompagnés ou non, travailleurs qualifiés.

– Peu importe qui vous êtes et d’où vous venez, vous ne serez pas chez vous en Australie. Pensez-y à deux fois avant de gaspiller votre argent, les passeurs sont des menteurs… »

 

Capture 2.JPG

 

 

RUQUIER : “J’AI ENFIN COMPRIS LE CALVAIRE DU PRÉSIDENT

 

« J’ai compris enfin le calvaire qu’a vécu notre président de la République pendant des années ! » a plaisanté Laurent Ruquier sur le plateau de On n’est pas couché. Il y avait eu, une semaine plus tôt, un violent clash entre Valérie Trierweiler et Laurent Ruquier. Valérie, qui avait sans doute abusé de certaines substances ou n’avait pas bu que de l’eau, avait reproché à Laurent Ruquier d’avoir dit à l’antenne que François Hollande était le père de Léonard Trierweiler, propos qu’il n’avait jamais tenus. Folle de rage, pour des raisons parfaitement fantaisistes, elle avait enjoint à Ruquier d’« apprendre à parler distinctement » et à faire preuve de « rigueur sur l’essentiel ». « Amuseur public est aussi un métier, à défaut d’être journaliste », avait-elle conclu. Du coup, Ruquier s’est amusé à se déchaîner, quelques jours plus tard, sur le plateau de son émission, envoyant perfidement une invitation à Trierweiler : « Nous vous convions à venir parce que je crois que votre œuvre littéraire de grande journaliste sort en livre de poche. Je serais ravi de recevoir vos cours de distinction ». Amusant quand les cloportes invectivent les cloportes…

 

TENTATIVE D’ASSASSINAT EN FLANDRES DE NOTRE CAMARADE FILIP DEWINTER

 

Un homme masqué et armé s’est introduit au domicile de Filip Dewinter, l’un des leaders du Vlaams Belang, parti national flamand, très en pointe contre l’islamisation de la Flandre et de l’Europe. Filip Dewinter était absent au moment des faits, ce qui lui a probablement sauvé la vie. Mais l’une des filles de Filip Dewinter, enceinte, ainsi que son mari et leur petit garçon de trois ans, étaient dans la maison et ont échappé au pire. Lorsque l’individu masqué et armé s’est retrouvé face au gendre de Filip Dewinter, il lui a demandé dans un anglais approximatif si Filip Dewinter habitait bien là. Le gendre de Dewinter a nié et l’intrus s’est enfui. Une voisine qui avait remarqué l’intrusion avait appelé la police qui est arrivée trop tard pour interpeller l’individu. La police locale d’Anvers vient de confirmer la “menace” qui pèse sur Filip et assure enfin sa protection, et celle de sa famille.

 

SÉVÈRE REPROCHE D’ELKABBACH À LA SOEUR DE BHL: “POURQUOI VOUS N’ÊTES PAS RESTÉE JUIVE ?

 

Jean-Pierre Elkabbach recevait Véronique Lévy, la sœur de BHL, qui livre un témoignage de sa conversion au “catholicisme” (conciliaire). Il y eut comme un petit moment de malaise, le journaliste lui posant cette question en forme de reproche : « Pourquoi vous n’êtes pas restée juive ? » Réponse qui étonnera peut-être certains de nos lecteurs mais qui est tout à fait dans l’esprit de Vatican II : « Je suis restée juive en devenant catholique. Catholique veut d’ailleurs dire universel. Un chrétien est un juif accompli. » Elkabbach ne lâche cependant pas le morceau de Torah : « Vous dites “je suis devenue catholique parce que je suis juive”. Mais est-ce que l’avenir d’un juif c’est de se convertir au Christ, est-ce que ça ne sonnerait pas comme la fin du peuple de Moïse ? » Véronique Lévy réplique : « Non, pour moi, c’est un accomplissement absolu. » Et puis Elkabbach de monter au front, avec ces fortes paroles : « Mais il vaut mieux que pour les juifs leur destinée ne soit pas de se fondre dans des conversions qui les fassent disparaître pire que d’autres ont essayé de la faire ». Alors là, amis Rivaroliens, il a touché à l’essentiel, au grandiose ! Dernière minute : la vidéo de la chaîne Public Sénat où Elkabbach tenait ces propos vient de se volatiliser. Incroyable…

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

21/04/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3184 du 16 avril 2015

 

SELON Le Canard Enchaîné, après que Jean-Marie Le Pen eut qualifié les chambres à gaz de « détail de l’histoire » le 2 avril sur BFMTV, sa fille aurait éructé: « Il a décidé de me faire chier jusqu’au bout ! », ajoutant : « Il est fait pour être président de Région, comme je suis faite pour être danseuse de Crazy Horse ! ».

 

IL A DÉCIDÉ DE ME FAIRE CHIER JUSQU’AU BOUT !

 

Bon, ceci dit, autant on peut imaginer Jean-Marie Le Pen président de Région, autant on voit très mal sa fille déguisée en danseuse du Crazy. Le fondateur du FN n’a pas tardé à répliquer aux propos de Marine, estimant que « la liberté de pensée et d’expression sont des biens précieux que le Front national doit défendre ». Il n’appelle plus Marine Le Pen par son prénom. Il l’appelle Madame Le Pen et enfonce le clou, en déclarant que si le FN « ne les défend plus (la liberté de pensée et d’expression), c’est madame Le Pen qui doit se poser la question de savoir si ce qu’elle fait est utile à la cause qu’elle prétend servir ». Bonne question, dont nous connaissons quant à nous depuis longtemps la réponse…

 

QUAND MARINE LE PEN TENTE D’ASSASSINER SON PÈRE, CELUI-CI, CURIEUSEMENT, RÉSISTE

 

Suite à son interview dans RIVAROL, Jean-Marie Le Pen, on le sait, est convoqué par sa fille devant le bureau exécutif du Front national, dont il est le fondateur. Objectif : le mettre à l’écart du mouvement qu’il a fondé. Oui, mais le Menhir ne se laisse pas impressionner. Il est déterminé à se battre jusqu’au bout contre les traîtres. On ne peut s’empêcher de faire un parallèle avec cette honteuse réunion du Grand Conseil fasciste qui écarta Mussolini, qui fut embastillé au Gran Sasso, avant que les commandos de Skorzeny ne viennent le délivrer. Son gendre, le ministre des Affaires étrangères Ciano, qui l’avait trahi, fut condamné à mort et fusillé. Jean-Marie Le Pen contre-attaque sur RTL, le 10 avril, accusant sa fille de « dynamiter sa propre formation » et de « se soumettre au système ». Il ajoute : « Madame (madame !) Le Pen me laisse pantois. Je n’arrive pas très bien à comprendre les causes de son action ». Il poursuit : « Elle avait la chance d’avoir une unité et des résultats conquérants, et c’est elle-même qui crée une difficulté majeure avec le président d’honneur, fondateur de son parti, qui de surcroît est son père, sous des prétextes extrêmement légers, qui ne justifient pas l’action qu’elle prétend mener ». Il soupçonne dans la démarche de la fille indigne « une manœuvre délibérée pour essayer de se concilier je ne sais quelle sympathie ou indulgence de la part du système et qui dirait : […] il faut que vous soyez autre chose ». Et Jean-Marie Le Pen d’ajouter : « Quand elle sera autre chose, elle ne sera plus rien ». Bref, il considère que Marine Le Pen « se suicide » et qu’elle menace le FN d’“implosion”. « Elle parle de suicide en ce qui me concerne, mais c’est elle qui se suicide, qui se tire une balle dans le pied en prétendant se détacher de Le Pen. C’est un élément fondamental, si on s’en sépare délibérément, c’est du sabotage », dit-il. Même sa petite-fille, Marion, qu’il a formée et propulsée sur la scène politique a, sous l’influence de son affreuse tante, pris ses distances. Il « subit un assaut généralisé », dit-il. Mais il en a vu d’autres. Il combat, il résiste, il ne se décourage pas, il ne recule pas, il ne se couche pas : « Marine Le Pen souhaite ma mort, elle ne doit pas compter sur ma collaboration. ». En attendant, Louis Aliot, le compagnon de la camionneuse, qualifie RIVAROL de « torchon antisémite », reprenant l’expression du député-maire UMP de Nice Christian Estrosi et relevant que les « désaccords politiques sont désormais irréconciliables», tandis que Marine Le Pen se contente du qualificatif beaucoup plus modéré d’« ignoble torchon ». De la part de ces gens-là nous recevons ces attaques comme une décoration.

 

LE SÉNATEUR-MAIRE UMP DE WOIPPY D’ACCORD POUR DOUBLER LE NOMBRE DE MOSQUÉES

 

François Grosdidier, sénateur-maire UMP de Woippy en Moselle a annoncé sur BFM-TV qu’il était d’accord pour doubler le nombre de mosquées en France. Ce qui correspond à la demande du président du Conseil français du culte musulman (CFCM) Dalil Boubakeur. Notons que la ville de Woippy a été la première en France à financer une mosquée (3 millions d’euros à la charge de la commune). A Woippy (Moselle) comme dans toute l’Alsace, le concordat d’Alsace-Moselle ne sépare pas l’Etat et les cultes catholiques, protestants et israélites. La loi de 1905 ne s’appliquant pas, les élus peuvent financer les cultes. François Grosdidier se fait pédagogue : « Quand je suis arrivé à la mairie, en 2001, les musulmans disposaient d’une petite pharmacie d’une capacité de 50 ou 60 places, qu’ils avaient acheté » affirme M. Grosdidier. Une capacité très insuffisante, sachant que les fidèles de l’islam représentent 45 % des 14 000 habitants de la commune. 45 %… Ça va, inutile de faire un dessin. On a compris les motivations de Grosdidier, qui, lorsqu’il était député, s’était engagé pour que la religion musulmane fût reconnue dans le statut concordataire d’Alsace-Moselle. J’ai croisé Grosdidier, dans les années 1980, dans les allées du GRECE (appelé aussi la Nouvelle Droite) dirigé par de Benoist, qui défendait alors une vision, disons ethniciste, de l’Europe. Mais il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis…

 

Capture 1.JPG

 

 

HORREUR : UN BÉBÉ DE 18 MOIS EST DÉJÀ RACISTE !

 

Ce genre de délire ne peut se passer qu’aux Etats-Unis. Encore que… À la Chambre des représentants de l’État d’Indiana, la démocrate noire Vanessa Summers est montée à la tribune, « en tant que femme noire (Black female) », pour dénoncer son collègue républicain Jud McMillin et le fils de celui-ci, âgé de… dix-huit mois. Un grand moment. Un très grand moment d’émotion. Elle s’est mise à chouiner : « J’ai dit à Jud McMillin que j’aimais son fils mais qu’il avait peur de moi à cause de ma couleur, et c’est horrible. C’est vrai. Je lui demande : “Présentez votre enfant à des personnes de couleur, pour qu’il ne soit pas plein de préjugés toute sa vie”. » Vanessa s’est épanchée dans la presse, notamment dans le quotidien The Indianapolis Star. Selon elle, le bébé « m’a regardé comme si j’étais un monstre et a tourné la tête en pleurant. Et je lui ai dit [à Jud McMillin], vous devez présenter votre enfant à des gens qui ont la peau sombre, et ainsi il n’aura pas peur ». Mc Millin, en bon Américain qu’il est, jure ses grands dieux que son bébé n’est pas raciste : « Il a réagi de la même façon qu’il réagit avec tous les gens qu’il ne connaît pas, il enfouit sa tête dans l’épaule de son papa. C’est toujours ce qu’il fait. C’est un bébé de dix-huit mois, qui est dans un environnement nouveau pour lui à la Chambre des représentants et ne connaît personne. Honnêtement, je ne me rappelle rien qui sorte de l’ordinaire ». Thomas Lifson, éditeur du magazine conservateur en ligne American Thinker, a commenté : « Vanessa Summers incarne tout ce qui ne va pas dans la politique raciale d’aujourd’hui. […] Au lieu de traiter le jeune McMillin comme un enfant normal, Summers l’a accusé du crime capital de notre temps. Seulement à cause de sa race à lui. Si ça n’est pas du racisme [de la part de Vanessa Summers], je voudrais savoir ce qu’il en est ». Cette information est tellement invraisemblable, ressemble tant à un hoax (fausse info sur internet) ou à un poisson d’avril que j’ai pris du temps à la vérifier sur de multiples sites américains. Eh bien si, elle semble vraie…

 

Capture 2.JPG

 

 

MASSACRE AU KENYA : UN COMMUNIQUÉ DE L’ELYSÉE QUI NOUS FAIT HONTE

 

On se souvient qu’en février l’Elysée avait pondu un communiqué suite à la décapitation par l’Etat islamique de 21 coptes d’Egypte. Pas parce qu’ils étaient Egyptiens mais bien parce qu’ils étaient coptes, donc chrétiens. Le ridicule occupant de l’Elysée n’avait rien trouvé de mieux que de diffuser un communiqué condamnant « l’assassinat sauvage de 21 ressortissants égyptiens ». Egyptiens, pas chrétiens. Le voici qui récidive après le massacre de 148 étudiants chrétiens kényans avec ce communiqué qui nous fait rougir de honte, car il engage la France : « Le président de la République exprime sa solidarité avec le peuple kenyan, qui doit faire face au terrorisme le plus abject, celui qui s’attaque à la jeunesse, au savoir et à l’éducation. » Nulle part, il n’évoque le fait qu’ils ont été abattus parce qu’ils étaient chrétiens… Après l’assassinat des 21 Coptes, un “prélat” posait la question suivante, qui reste plus que d’actualité après ce nouveau massacre : « D’où vient le fait qu’il paraît impossible à certains de nos dirigeants de reconnaître qu’il y a des pays où les chrétiens sont persécutés ou même assassinés parce qu’ils sont chrétiens, et non parce qu’ils sont égyptiens ou libyens ? Reconnaître cela serait-ce attentatoire à la laïcité ? J’affirme aujourd’hui haut et fort que si — ce qu’à Dieu ne plaise — certaines personnes le pensent, même et surtout si elles ont de hautes responsabilités au sommet de l’État, ce n’est pas à leur honneur, ni à l’honneur de la France. Et la situation du monde est trop grave en ce moment pour que, chrétiens ou non, nous puissions nous résigner à avoir honte de notre pays. »

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici.