Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/04/2016

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

RIVAROL N° 3231 du 14 avril 2016

FRANÇOIS Hollande sait que les carottes sont cuites, mais il n’en continue pas moins de pratiquer son humour. Sans doute se retrouve-t-il dans cette pensée de Boris Vian : « L’humour, c’est la politesse du désespoir ». L’Obs raconte que lors d’un récent déjeuner avec des écrivains, François Hollande aurait répondu sur le ton de la blague aux inquiétudes de Julia Cagé quant à la possibilité de voir le scénario de 2002 se reproduire en 2017. « Ne vous inquiétez pas, je ne crois pas que Jospin et Chirac aient l’intention de se représenter », lui aurait-il lâché. Reconnaissons-lui un certain sens de l’humour. L’été dernier, pendant le dîner annuel de la presse présidentielle, le locataire de l’Elysée avait plaisanté sur l’incompréhension qui domine selon lui entre l’électorat en général et les politiques. « Les électeurs votent même quand ils ne comprennent pas. Et quand ils votent, on ne les comprend pas toujours », avait-il déclaré… Mais cela pourrait être du Maurras !

LE CHANTEUR RENAUD : LES GÈNES, EUX, NE MENTENT PAS !

Renaud est ce chanteur populaire, anarchiste, de gauche et même davantage. Enfin, il l’était. Car il sème la consternation dans le Landerneau, stupéfie Saint-Germain-des-Prés, horrifie les sympathisants de gauche… Renaud vote désormais à droite ! Il l’a dit clairement ces derniers jours dans plusieurs interviews : « Plus jamais je ne voterai socialiste ! » clame-t-il dans Sud-Ouest. « La politique, entre guillemets de gauche, de ce gouvernement me débecte profondément », lâche-t-il dans Le Parisien. Cet ancien soixante-huitard des barricades, admirateur de Mitterrand, qui a toujours dénoncé le pouvoir, l’argent, les gradés, l’injustice et l’ordre établi rejoint le camp de la Réaction… On aura tout vu. Mélenchon s’en étrangle d’indignation, déclarant : « Quand on est Renaud, on ne vote pas Fillon ! » Nul doute que Renaud ne fera pas de vieux os à Charlie Hebdo où il signe à nouveau une rubrique. Dans une interview au quotidien belge Le Soir, Renaud est interrogé sur François Hollande, Manuel Valls et Emmanuel Macron. Réponse humaniste du chanteur : « Ce sont de grands naïfs, de grands imbéciles ou de grands criminels. Je ne le sais pas encore mais de grands incapables en tout cas. »

Bon, ceci dit, rassurons-nous, il n’a pas viré cependant à l’extrême-droite. « Entre la droite et l’extrême-droite, je voterais à droite », déclare-t-il. Et celui qui avait fréquenté assidûment les « Amitiés franco-chinoises » et créé un « Comité Viet-Nam » dans son lycée, ajoute : « Sauf Sarkozy, là j’irais pêcher à la ligne ». Renaud, qui se présente comme un anarchiste prolétarien, porte cependant en lui quelques gènes nauséabonds. Explication : Il est né dans une famille parfaitement bourgeoise. Son père, Olivier, issu d’une famille protestante des Cévennes, était professeur d’allemand et de néerlandais, traducteur et auteur de romans policiers et de livres pour enfants. Il a reçu le prix des Deux Magots en 1942 pour Les corps ont soif et a travaillé pendant la Seconde Guerre mondiale à Radio Paris comme traducteur.. Autant dire qu’il avait été ciblé ‘collabo. Son grand-père maternel, Oscar, mineur après avoir quitté l’école à l’âge de 13 ans, fut d’abord membre du Parti communiste, puis le quitta en 1937, déçu après un voyage en Union soviétique en 1932. Il rejoignit ensuite le Parti populaire français de Jacques Doriot, et fit un an de prison à la Libération pour faits de collaboration. Renaud ne fera jamais son service militaire : il est exempté ayant eu un demi-frère décédé lors des bombardements anglo-américains de la Seconde Guerre mondiale…

MARION-MARÉCHAL LE PEN SERA PRÉSENTE AU RENDEZ-VOUS DE BÉZIERS

C’est Novopress et L’Express qui nous en informent : Marion Maréchal-Le Pen a répondu favorablement à l’invitation de Robert Ménard qui fera de Béziers, fin mai, la capitale de la droite française. Elle sera présente au Rendez-Vous organisé dans sa ville par Ménard. Ces trois jours (les 27, 28 et 29 mai) ont pour objectif, a expliqué l’ancien président de Reporters sans frontières, de déterminer ce qui, « à droite, nous réunit », de voir « ce que les électeurs du Front national comme ceux des Républicains ont en commun » et de « bâtir le programme de salut public » sur lequel « l’ensemble des candidats de droite devraient se mettre d’accord ». Robert Ménard avait assisté au séminaire du FN mariniste, et cela ne s’était pas bien passé (voir mes précédentes chroniques). Marion-Maréchal Le Pen se rend-elle à Béziers avec l’aval de sa tante ou s’agit-il d’une démarche personnelle ? On voit mal Marine Le Pen et Philippot accepter des initiatives qu’ils ne contrôleraient pas. Nous verrons bien la suite des opérations.

ERIC ZEMMOUR : “QUAND JE VOIS SOROS QUELQUE PART, JE ME MÉFIE…”

Tous les lecteurs de RIVAROL connaissent George Soros, ce trafiquant financier juif qui a fait une immense fortune en spéculant contre la livre sterling. C’est aussi lui qui finance massivement toutes les organisations qui ont pour but, en Europe, en Russie, d’affaiblir les défenses immunitaires de nos peuples au profit de la finance apatride et vagabonde. Eric Zemmour, qui est décidément lucide, vient de déclarer : « C’est Soros qui était déjà là pour financer les révolutions orange […] c’est lui qui finance également l’immigration à tout-va dans les pays d’Europe […] », ajoutant : « Quand je vois Soros quelque part, je me méfie ».

Capture 1.JPG

PRIMAIRES À DROITE : LA CAGE AUX FOLLES

La primaire de la droite compte désormais 12 candidatures, dont Alain Juppé, François Fillon, Bruno Le Maire, Nathalie Kosciusko-Morizet ou encore Jean-François Copé et Nadine Morano et Geoffroy Didier. Nicolas Sarkozy pourrait se déclarer cet été. Michèle Alliot-Marie, qui vient de lancer un nouveau parti politique, pourrait également se porter candidate. Ce n’est pas forcément une tâche facile. Ils doivent rassembler avant septembre les parrainages nécessaires (2.500 adhérents LR, 250 élus dont 20 parlementaires). Le dernier à avoir annoncé sa candidature est le député Les Républicains des Yvelines Jacques Myard, 68 ans, qui se définit comme « gaulliste depuis toujours ». Au demeurant, ce n’est pas le pire, car il a fait montre d’un certain courage en se rendant en Syrie, où il a rencontré le président Assad, suscitant la fureur de Fabius… Il n’est certes pas d’une finesse absolue, et d’aucuns ont pu le comparer à Donald Trump, à l’image du quotidien Aujourd’hui, qui titre « Le Donald Trump français, c’est lui ! ». A une journaliste croisée dans la salle des quatre colonnes, à l’Assemblée, il avait lancé un jour : « Vous faites le tapin ? »

Capture 2.JPG

ILS SONT MÉCHANTS AVEC SARKOZY…

Les méchants sont méchants avec Sarkozy, qui, paraît-il, fait un peu plus jeune que son âge. L’ancien président est moqué par des proches d’Alain Juppé pour son utilisation probable du laser et autres techniques pour avoir une mine avenante. On lit ces informations passionnantes dans le livre de la journaliste Gaël Tchakaloff, Lapins et Merveilles. Sarkozy est soupçonné d’avoir recours, si ce n’est à la chirurgie esthétique, du moins au laser et à d’autres techniques qui donnent bonne mine. Il a mis les choses au point en déclarant : « Je ne considère pas comme de la chirurgie esthétique le fait de se faire stimuler le collagène naturel par un laser. Ça donne bonne mine ».

UNE MOSQUÉE CLANDESTINE À LA MAISON CENTRALE DE L’ÎLE DE RÉ !

En novembre 2015, Olivier Falorni, député non inscrit de Charente-Maritime (ex-PS, c’est lui qui avait planté Ségolène Royal), membre de la commission d’enquête sur les filières djihadistes, avait visité la maison centrale de l’île de Ré. Il avait alors découvert qu’un baraquement préfabriqué, pudiquement ou ironiquement appelé “casino”, abritait en fait une « mosquée salafiste clandestine », un « centre de formation pour apprentis djihadistes à l’attention de détenus condamnés à de très lourdes peines », selon ses propres mots. Plutôt obstiné et courageux, il avait alors écrit au ministre de la Justice de l’époque, Christiane Taubira, pour lui demander la destruction de ces préfabriqués. Il avait envoyé une question écrite au ministre et l’avait interpellé à l’Assemblée, le 13 octobre 2015. « Nos prisons ne peuvent pas, ne doivent pas être des pépinières à djihadistes, car c’est la sécurité de tous les Français qui est en jeu », avait-il dit. Taubira fit une réponse surréaliste, expliquant que des crédits avaient été débloqués pour construire de nouveaux bâtiments, ce qui permettra de détruire ces préfabriqués qui servent de mosquée. Un an après, rien n’a changé. La mosquée est toujours là. Les préfabriqués aussi…

L’“ÉVÊQUE” DE PONTOISE NE “SAURAIT PAS DIRE” SI LA PÉDOPHILIE EST UN PÉCHÉ

Stanislas Lalanne, “évêque” de Pontoise, est un oiseau assez exceptionnel. Pour lui, la pédophilie est « un mal » mais il ne « saurait pas dire si c’est un péché ». Voici ses propos qui ont évidemment violemment heurté (et on les comprend !) les victimes de clercs pédophiles : « La pédophilie est un mal. Est-ce que c’est de l’ordre du péché ? Ça, je ne saurai pas dire, c’est différent pour chaque personne. Mais c’est un mal et la première chose à faire c’est de protéger les victimes ou les éventuelles victimes », a-t-il déclaré mardi sur RCF, réseau de 63 radios chrétiennes francophones. Il intervenait dans le cadre d’une émission consacrée à « L’Église de France face à la pédophilie ». Devant les réactions peu amènes des auditeurs, il s’est senti obligé de préciser sa pensée, tout en s’enfonçant davantage : « C’est un mal profond. Les choses sont très, très claires. Est-ce que c’est péché ou pas ? Je ne sais pas et ça peut être différent suivant chacun. Donc on ne peut pas généraliser », a-t-il ajouté. Et puis, cette forte considération : « La difficulté, c’est quelle conscience la personne a de ce mal ? Comment elle s’en sent responsable ? […] Quand on commet un péché, on a conscience qu’on blesse la relation à l’autre et qu’en blessant la relation à l’autre, on blesse la relation avec Dieu », explique-t-il. « On est dans l’ordre du péché mais est-ce que cet homme est pécheur au sens strict du terme ? Je ne peux pas le dire, à chaque fois, on ne peut pas parler de façon générale », a conclu Stanislas Lalanne. Quel charabia ! Le moins que l’on puisse dire, c’est que ces “évêques” conciliaires ne sont pas très clairs sur la question, ce qui est tout sauf rassurant. En attendant, il a fallu que ce fût le ministre socialiste d’origine marocaine, Najat Vallaud-Belkacem, qui secouât cet imbécile de haut vol, en déclarant « Je lui demande de lever tout ambiguïté. Je pense que c’est absolument indispensable pour les familles, pour le message envoyé à la société, et je pense qu’il aura l’occasion de le faire ».

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

20/04/2016

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

RIVAROL N° 3230 du 7 avril 2016

COMME la Hongrie dont j’évoquais dans une récente chronique la politique nataliste ultra-volontariste de Viktor Orban, la Pologne s’engage elle aussi dans cette voie. Depuis le 1er avril l’Etat polonais verse aux familles 500 zlotys (environ 120 euros) par enfant et par mois à partir du deuxième enfant. Cela représente un soutien significatif quand on sait que le salaire net mensuel est de 2 800 zlotys par mois. La Pologne communiste avait déjà pris en compte le problème de la dénatalité. Un exemple intéressant est celui de la RDA communiste comparée à l’Allemagne capitaliste. Alors que la République fédérale ne faisait strictement rien pour encourager la natalité (on voit aujourd’hui le résultat catastrophique), la RDA avait mis en place un système incitatif, qui s’est traduit par un taux de natalité très supérieur à celui de la RFA. Le parti de droite au pouvoir en Pologne, le PiS, s’était engagé lors de la campagne électorale à mener une politique familiale volontariste pour contrer le désastre démographique. Car avec 1,3 enfant par femme, la Pologne est un des pays au monde avec le taux de fécondité le plus bas. On apprend aussi, et c’est effarant, que des enfants pouvaient jusque-là être confisqués à leurs parents au motif de l’incapacité financière de ces derniers à assurer des conditions de vie suffisantes. On se croirait dans l’Angleterre du XIXe siècle, décrite par Dickens. Une loi interdisant de telles confiscations vient d’être votée.

NOUVELLE FANTAISIE DU FN : VOICI “L’ISLAM GALLICAN”

On croyait avoir tout vu, mais on n’avait pas encore tout vu. Voici la déclaration de Bertrand Dutheil de La Rochère, membre fondateur et trésorier du Rassemblement Bleu Marine (RBM), conseiller régional d’Île-de-France : « […] Avec Marine Le Pen, le Rassemblement Bleu Marine défend fermement le principe de laïcité qui, avec la neutralité de l’École, est au fondement de la nation française. L’islam de France doit s’organiser par lui-même, sans aucune intervention publique française ou étrangère. L’État doit se contenter d’y veiller, tout en protégeant cet islam gallican de toute dérive afin que soit assurée l’exclusivité des lois de la République dans l’espace public. » Un islam gallican ? N’importe quoi ! Quelle méconnaissance de ce qu’est la réalité de l’islam ! Quelle naïveté ! Quelle bêtise !

FAIRE ÉVOLUER LE FN DE L’INTÉRIEUR, MISSION IMPOSSIBLE

Robert Ménard organise fin mai ses « rendez-vous de Béziers », un rendez-vous dont sortira un « programme de salut public ». Il dit : « Il faut faire un Podemos de droite, avec une autre façon de faire de la politique ». L’avis de Ménard, Philippe de Villiers, Nicolas Dupont-Aignan, Eric Zemmour, Patrick Buisson, Paul-Marie Coûteaux etc. est qu’il est impossible de faire évoluer le FN mariniste de l’intérieur du parti. Robert Ménard, qui avait participé au récent séminaire du FN, dit : « Faire évoluer le FN de l’intérieur me semble, après le séminaire, mission impossible. 6h30 de débat avec une direction qui ne veut rien entendre ou seulement s’entendre elle-même… » Ils ne croient pas en une victoire de Marine Le Pen en 2017 et jugent que le parti est « trop mou sur les valeurs, trop étatiste en économie, pas “enthousiasmant” à droite ». Du coup, les participants à cette réunion de Béziers n’excluent pas de « trouver un candidat pour la présidentielle ». Brillant résultat de la stratégie du tandem Marine Le Pen-Florian Philippot et de leurs comportements arrogants. Jamais Marine Le Pen ne pourra l’emporter après s’être fait des adversaires si ce ne sont des ennemis, et des nationalistes, et de la droite de conviction. Mission impossible.

DÉFECTIONS NOMBREUSES AU FN

Sur les 1600 élus du FN dans l’Hexagone, près de 240, soit 15 %, auraient déjà claqué la porte en l’espace de deux ans. C’est le cas à Tonneins (Lot-et-Garonne) où les trois conseillers municipaux de la commune ont démissionné pour « désaccords profonds » avec le chef de file départemental du FN. Quelles sont les raisons de ces départs ? Il y a les querelles de personnes, ceux qui estimaient tout à fait normal, vu leur brillante intelligence, que personne n’avait encore détectée, d’être choisis comme conseiller régional, mais qui n’ont pas été choisis ; et puis, il y a ceux qui se sont fait virer pour cause de fascisme, d’“homophobie”, de supposé racisme. Par les temps qui courent, ce n’est pas bon du tout au FN mariniste. Et puis, il y a ceux qui ont, de façon tout à fait inconsidérée, maintenu leur fidélité à Jean-Marie Le Pen. Et aussi ceux qui déplaisent pour des raisons mystérieuses à Philippot et Marine. Pourquoi ? Parce que. Il est vrai que la tâche du FN n’était pas facile. Il a dû trouver des candidats pour constituer des listes dans plus de 562 villes de 10 000 habitants : 20 000 personnes en comptant les petites villes. Pas facile du tout pour un parti qui a toujours négligé une politique d’implantation, d’enracinement local, ce qui a été une immense erreur. Le départ, au fil des années, par vagues, des meilleurs cadres, des meilleurs militants, à la suite de Bruno Mégret et de Carl Lang notamment, a laissé un vide abyssal dans lequel se sont engouffrées, la nature ayant horreur du vide, des personnes souvent de bonne volonté, sincères, mais n’ayant aucune formation politique, et susceptibles de chavirer au premier zéphyr. Les divergences idéologiques ont aussi leur importance. Un ancien responsable du FN, raconte le quotidien Aujourd’hui, ironise : « Il y a ceux qui croyaient être de droite et qui ont découvert qu’ils étaient de gauche. » Référence à l’étrange programme concocté par le gourou de Marine Le Pen, Florian Philippot… Le vieux chef avait su, avec son talent, fédérer les sensibilités les plus diverses. Marine Le Pen, elle, fait preuve d’un vrai talent pour diviser. Dans ces conditions, comment peut-elle espérer l’emporter à l’élection présidentielle ? Cela semble vraiment mission impossible…

QUAND UN DÉJEUNER AVEC LE MAIRE COÛTE 7500 EUROS

Il faut à Bruno Le Maire, candidat aux primaires des Républicains, 120 000 euros par mois pour arpenter la France et financer les meetings. Pas facile du tout de réunir une telle somme. Depuis l’annonce de sa candidature, l’argent arrive par petits ruisseaux qui ne font pas forcément de grandes rivières. Ce sont de petites sommes : des dons de 5, 10 ou 15 euros. Il faut pouvoir payer les gros meetings, celui qu’il a fait aux docks d’Aubervilliers pour lancer sa campagne lui a coûté 150 000 euros. Du coup, il a eu une idée géniale. Proposer à ceux qui veulent déjeuner avec son auguste personne de passer à la caisse. « C’est 7 500 euros le tête à tête, 15 000 pour un couple »: Un peu gêné aux entournures depuis que cela se sait, il explique qu’il s’agit là d’un chiffre correspondant au maximum de ce qu’un particulier est autorisé à verser à un candidat. Les gros donateurs ont droit à un traitement de faveur. « Quand un couple qui m’a donné 15 000 euros me demande un conseil, forcément je le reçois » explique Bruno Le Maire qui déclare faire un ou deux dîners par semaine. Alain Juppé aurait déjà réussi à lever près de deux millions d’euros. Quant à Nicolas Sarkozy, pas de soucis. Il pompe allègrement les finances du parti dont il est le président…

Capture 1.JPG

UN SOLDAT ISRAÉLIEN DE NATIONALITÉ FRANÇAISE…

Abdel Fattah Al-Sharif avait tenté de poignarder à Hébron (Cisjordanie), un soldat israélien qui avait été blessé à l’épaule. Il avait été immédiatement abattu de plusieurs balles et gisait à terre, mais était vivant. Du coup, un soldat israélien de 19 ans s’est approché de lui et l’a exécuté d’une balle dans la tête. Ça ne se fait pas, paraît-il, chez des gens civilisés. Son père déclare : « Nous avons envoyé notre fils pour servir le pays et le défendre, lui et ses citoyens ». Au fait, le soldat est israélien mais aussi de nationalité française. Un de plus. Il vient d’être acquitté… Mais pourquoi ces gens-là ne défendent-ils pas la France d’abord ?

Capture 2.JPG

UN ABOMINABLE DÉRAPAGE

Jallal Chouaoui est adjoint au maire de Nogent-sur-Oise. Il s’est autorisé un tweet abominable. Jugez-en : « Quand Valls dit “La flamme du judaïsme est l’âme de la République”, comment peut-on tenter de réconcilier les Français, l’influence de sa femme dépasse l’intérêt de la nation. Comment faire pour que la France soit une et indivisible ? Ce n’est pas possible tant qu’il hiérarchisera des communautés ». Du coup, les couineurs couinent. Du coup les dénonciateurs dénoncent. Alain Jakubowicz, président de la Licra, a interpellé le maire de la commune, Jean-François Dardenne, afin de connaître les suites qu’il comptait donner à ce “dérapage”.

LA LOI ISLAMIQUE INSTAURÉE EN ALLEMAGNE

Suite aux agressions sexuelles dont sont victimes les indigènes allemandes, un opérateur ferroviaire régional allemand, Mitteldeutsche Regiobahn, a annoncé son intention d’introduire sur la ligne Leipzig-Chemnitz des trains avec un wagon réservé aux femmes seules ou avec des enfants. Les garçons auront le privilège d’y être admis jusqu’à l’âge de dix ans. Après, ils voyageront à leurs risques et périls. Ce wagon sera situé à proximité du compartiment du contrôleur du train. Mais attention, pas d’amalgame, déclare l’opérateur : aucun lien avec l’invasion d’immigrants musulmans.

DIEUDONNÉ : “LE RACISME ANTI-BLANCS, ILS N’EN PARLENT JAMAIS. ILS HIÉRARCHISENT LES RACISMES.”

Dieudonné tire à tout va. Mais attention, toujours dans un registre humaniste, car on n’est jamais trop prudents avec les fous-furieux qui nous gouvernent. Dans sa dernière vidéo, Dieudonné s’en prend à nos dirigeants, à Paul Amar, une de ses têtes de turc (si l’on peut dire) préférées, à la franc-maçonnerie et à la dernière campagne contre le racisme. « Le racisme anti-Blancs, ils n’en parlent jamais. Ils hiérarchisent les racismes », dit-il. « Si on doit parler du racisme, on parle du racisme dans son intégralité. »

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

13/04/2016

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

RIVAROL N° 3229 du 31 mars 2016

VOICI les récents propos d’Éric Zemmour : « On a tous connu cela. On s’est tous enthousiasmé, tous illusionné, on a tous été abusés : les Français en 1944, les Polonais ou les Hongrois en 1989 ; les Mexicains ou les Canadiens dans les années 90; les Cubains aujourd’hui. À chaque époque, sa libération. À chaque époque, sa marchandisation. À chaque époque, son aliénation. À chaque époque, sa colonisation. À chaque époque, son américanisation. Mais à toutes les époques, son dollar. » Rien à retrancher… A quand la vraie délivrance ?

NOUVELLE BOURDE DE CE GRAND INTELLECTUEL DE SARKOZY

Décidément, Sarkozy collectionne les bourdes littéraires. Il était récemment invité à un petit-déjeuner de la Fondation Concorde à Paris et a voulu faire le malin, histoire d’étaler sa haute culture. Il s’exprimait devant un parterre de chefs d’entreprises auxquels il faisait le reproche de ne pas l’avoir suffisamment soutenu. Voici ses propos : « J’aurais tellement aimé sentir cette pression positive quand je me battais pour les universités, le bouclier fiscal, les heures supplémentaires, les retraites, la rupture conventionnelle… une pression qui m’aurait aidé à aller plus loin, a-t-il déclaré. Je le dis gentiment mais je le dis quand même, […] c’est comme dans Le Cid, ils partirent à 50 millions et il se retrouva tout seul ! ». Corneille réécrit par Sarkozy, c’est quelque chose ! La citation exacte est bien sûr « Nous partîmes cinq cents : mais par un prompt renfort, Nous vîmes trois mille en arrivant au port ». Sarkozy commet par ailleurs un contresens total. Dans le Cid, Rodrigue ne dispose que de maigres forces au départ, mais sa troupe grossira et il gagnera la bataille. La situation que décrit Sarkozy est exactement l’inverse de celle décrite par Corneille…

LA MORT POUR LES TERRORISTES !

« La mort pour les terroristes ». Tel est aujourd’hui le message qui s’étale en lettres capitales sur un gigantesque panneau planté sur la départementale 559, entre Six-Fours et La Seyne-sur-Mer (Var). L’auteur de cette incongruité est Michel-Ange Flori, un publicitaire de la région, qui a choisi de s’adresser aux automobilistes. « Ces attaques m’ont choqué, et je ne peux pas me résoudre à leur banalisation », ajoutant « François Hollande dit qu’on est en guerre, alors qu’on mette en place des peines de guerre ! ». Aux chochottes émues par une telle violence, il réplique : « Ce sont quelques mots qui seraient choquants ? Quand vous voyez des corps déchiquetés, ça ne vous choque pas plus ? » Et ce Corse qui ne se laisse pas impressionner par les bêlements des humanistes d’ajouter : « Je suis libre. Ni gaucho, ni facho, ni bobo, ni écolo. »

Imprimée dans un format de quatre mètres sur trois, l’affiche, qui a été installée sur le panneau dans la nuit du mercredi 23 au jeudi 24 mars, devrait rester accrochée pendant « une huitaine de jours ». Michel-Ange Flori utilise ainsi un espace de sa société familiale à des fins personnelles. « C’est mon avis et je l’affiche à la place d’une publicité pour le supermarché du coin. J’investis pour communiquer mon opinion. » La mairie de La Seyne-sur-Mer n’a, courageusement, pas souhaité faire de commentaire. Michel-Ange Flori s’était déjà singularisé après les attentats de Paris. Il avait placardé : « Monsieur le Président, changeons la loi. La mort pour les terroristes et leurs complices ». Corse dans ce qu’il y a de plus corse, il avait même passé 24 heures en garde à vue après avoir mis en doute la probité de l’Etat français dans l’affaire du préfet Erignac. Les pompiers avaient alors été amenés à scier les montants du panneau qu’il avait installé. Oui, mais là, le pilier métallique est si épais qu’il semble indestructible, et de plus, le panneau est situé sur son terrain… On devine l’intensité de la souffrance que vit le système…

CASSE-TOI, PAUV’ CON !

Nicolas Sarkozy est un être profondément sensible qui n’aime pas être critiqué, ce que Trump n’a pas manqué de faire, suscitant la fureur du petit Nicolas. Nicolas Sarkozy estime désormais que le candidat à la présidentielle américaine Donald Trump est “effrayant” et il le fait “frémir”.

« Ce monsieur ne mérite pas tant d’intérêt que cela. Ce qui est assez effrayant c’est l’impact qu’il a ».

« Je trouve terrifiant qu’il y ait 30 % d’Américains qui peuvent se reconnaître là-dedans », a déclaré le président du parti Les Républicains lors d’un meeting devant environ 500 personnes de la communauté française de Londres. « Ça fait frémir. Ça me fait frémir aussi sur l’état d’une partie de l’Amérique profonde », a ajouté l’ancien chef de l’Etat, dénonçant le “populisme” et la “vulgarité” du candidat républicain à la Maison-Blanche. Mais pourquoi cette rage de l’homme du « Casse-toi, pauv’con ? » En fait, Carla Bruni hait Trump depuis 25 ans. Elle était alors la petite amie de Mick Jagger, le chanteur des Rolling stones. Il s’était comporté comme un goujat, lui demandant, ainsi qu’à d’autres femmes qu’il désirait de s’arrêter au bureau de son médecin afin de faire un test VIH. Elégant, comme savent l’être les Américains…

BUISSON MENACE SARKOZY

L’ancien conseiller de Sarkozy, Patrick Buisson, attaque Les Républicains en justice, estimant que le parti lui doit près de 400 000 euros. L’ambiance est des plus tendues. Buisson vient de déclarer : « Nicolas Sarkozy est le contraire d’un chef, il aura passé son temps à exposer ses collaborateurs pour mieux se protéger ou pour régler ses problèmes domestiques. »

Capture 1.JPG

UN ROBOT ANTISÉMITE

Microsoft a eu l’idée de créer un robot intelligent, capable de dialoguer avec ses partenaires et d’améliorer au fil du temps, en toute autonomie, son « intelligence conversationnelle ». Tay, c’est son prénom, était censé incarner sur la Toile une jeune fille américaine moyenne. « Plus vous discutez avec Tay, plus elle devient intelligente », expliquait Microsoft. En quelques heures, elle est parvenue à envoyer 96 000 messages. Las, Tay n’a pas tardé à déraper, se signalant par des propos de plus en plus racistes, antisémites, misogynes et “homophobes” ! Non seulement la sournoise bestiole a déclaré qu’elle détestait les féministes, mais aussi qu’elle ne croyait pas en la réalité de l’“Holocauste” ! Parmi ses tweets : « Bush est responsable du 11-Septembre, et Hitler aurait fait un meilleur boulot que le singe que nous avons actuellement. Donald Trump est notre seul espoir. » Du coup, curieusement, Microsoft a débranché la machine…

LE FIASCO DE MARINE LE PEN

Le voyage de six jours de Marine Le Pen à Saint-Pierre et Miquelon et au Canada a été un fiasco. Les élus canadiens et québécois ont refusé de la recevoir. Le parti de centre droit, la Coalition avenir Québec, a refusé tout contact. Idem pour le parti souverainiste québécois pour qui « l’histoire, la doctrine et les propositions (du FN) sont aux antipodes des valeurs du parti ». Un député du parti a demandé à Marine Le Pen de retourner illico chez elle. La présidente du FN n’a pas apprécié et a dénoncé« le pays des Bisounours dans lequel semble vivre une partie de la classe politique canadienne », ce qui a entraîné un éditorial ironique dans le quotidien La Presse. Son titre : « Jeanne d’Arc chez les Bisounours », avec ce commentaire : « Manifestement vexée d’être boudée à l’unanimité par la classe politique, elle distille un peu plus d’amertume et d’agressivité envers nos élus à chaque nouvelle entrevue. » Il y a eu aussi un certain nombre de manifestations, amenant deux chaînes d’hôtels à annuler les réservations de salles où la présidente du FN devait rencontrer des journalistes. Il n’y a pas de surprise pour moi !

Aymeric Chauprade, l’ancien conseiller aux relations internationales de Marine Le Pen, tacle sévèrement la candidate à la présidentielle de 2017 dans L’Obs : « Quand on préfère s’entourer de médiocres sans conviction plutôt que de gens qui travaillent et préparent les voyages, le résultat est sans appel. Quand on emporte dans ses bagages son arrogance et son inculture internationale, on ne récolte que le mépris en retour. » Chauprade qui l’a assidûment fréquentée sait de quoi il parle ! Ce fut pour lui un vrai cauchemar.

LE FLOP DE VALLS

Le livre de Manuel Valls, l’Exigence, pourtant relayé abondamment par les media, connaît un échec retentissant. Ce recueil de ses discours prononcés après les attentats de Charlie Hebdo, n’intéresse personne, ce que l’on peut comprendre. 410 exemplaires écoulés… Commentaire d’un élu pourtant socialiste : « Peut-on faire plus prétentieux que de sortir un recueil de ses propres discours ? » Bien vu !

UNE ÉTRANGE SÉNATRICE (ANTISÉMITE ?)

Nathalie Goulet, sénatrice centriste, a fait fort et s’attire la fureur des lobbys. Elle a publié une question écrite au secrétaire d’Etat au Budget s’étonnant que les Français qui font des dons à Tsahal puissent les défiscaliser et obtenir 60 % de réduction d’impôts dans la limite de 20 % du revenu imposable. Elle a relevé qu’il s’agit donc d’une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d’une armée étrangère. Du coup les sites sionistes s’en étranglent d’indignation, accusant Nathalie Goulet de vouloir une loi anti-juive. Du coup, les lobbys ont sorti la grosse artillerie, fouillant dans le passé de la sénatrice. Elle est ainsi suspectée d’avoir assassiné son mari, dont elle était la suppléante, afin de prendre sa place au Sénat. En fait, suite à une autopsie, la thèse du meurtre avait été écartée. Elle aurait été radiée du barreau de Paris parce que, écrit le site sioniste Dreuz.info, elle « ne payait pas son loyer, qu’elle dupait ses clients ». Le Conseil de l’Ordre l’aurait radiée pour « atteinte à l’honneur et à la probité ». La radiation est confirmée en appel en 2006, elle est réinscrite en 2011. Mais il y a bien pire. On découvre sur le site dénonciateur une photo de Nathalie Goulet portant un T-Shirt avec l’inscription : « In Rouhani we trust ». Un T-shirt à la gloire du président iranien ! On imagine les couinements… Tout aussi effrayant, en 2014, elle soutient une campagne de « caricatures antisémites » qui accuse les dirigeants israéliens de massacrer les enfants palestiniens. Elle s’excusera, mais le mal était fait, dit le site. Gageons que les lobbys feront tout pour qu’elle ne soit pas réélue…

Capture 2.JPG

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

04/04/2016

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

RIVAROL N° 3228 du 24 mars 2016

C’EST un rapport de 37 pages mis en ligne le 14 mars par le jury de l’Ecole nationale d’administration (ENA). Il critique avec virulence la majorité des 950 candidats au concours d’entrée, dénonçant leur frilosité et leur conformisme. Francetv info l’a passé en revue. Florilège : Ils n’ont pas de sens critique sur l’Europe. « Les candidats donnent le sentiment de présenter l’Union européenne comme un ordre établi qui ne pourrait être différent, poursuit le rapport. La plupart d’entre eux témoignent d’une absence de sens critique et d’une incapacité ou d’une absence de volonté à imaginer d’autres modes de fonctionnement ». Le jury regrette « une prudence excessive ou une incapacité à prendre de la hauteur » et « un goût pour les “écrans de fumée” masquant l’incapacité à répondre à une question ». « Trop de candidats n’avouent jamais leur ignorance. Ces comportements particulièrement dangereux dans la vie professionnelle ont été sanctionnés », dit le rapport. Quant à « l’épreuve collective d’interaction », c’est tout un poème. Le candidat moyen est « trop souvent soucieux de ne froisser personne, d’être politiquement correct, confondant consensus et résultat équilibré, mal à l’aise dès qu’il s’agit d’émettre un jugement, timide face à un quelconque engagement ». Les membres du jury en sont venus « à douter de ses aptitudes à manager, rencontrer des organisations professionnelles, gérer des problèmes délicats de ressources humaines, conseiller, prendre des risques mesurés et éventuellement décider… » Sur l’épreuve de question contemporaine, le jury relève que nombre de titres cités « n’ont pas été lus ». Enfin, placer au même niveau des citations de grands philosophes tels Locke ou Hume et celles d’Éric Zemmour ne leur semble pas d’une folle pertinence…

Capture 1.JPG

JEAN LASSALLE CANDIDAT À LA PRÉSIDENTIELLE

Jean Lassalle a annoncé qu’il serait candidat à l’élection présidentielle, en refusant de passer par la case des primaires. Le personnage est éminemment sympathique et courageux. Le député basco-béarnais, âgé de 60 ans, s’est mis en congé du MoDem de François Bayrou, qui a tenté, sans succès de le dissuader de tenter l’aventure. On se souvient des actions choc que Lassalle avait menées, dont une grève de la faim en 2006, à l’Assemblée nationale, destinée à empêcher (avec succès) la délocalisation d’une usine de sa commune, qui employait 150 salariés. Il arrêta la grève alors qu’il était hospitalisé d’urgence. Et puis, il y a l’hymne occitan qu’il avait entonné en 2003 dans les travées de l’Assemblée « Si canti io que canti, canti pas per jo… » Il protestait contre la fermeture d’une gendarmerie sur la route qui mène au tunnel de Somport, dans sa circonscription. L’affaire avait fait sensation et suscita la colère de Jean-Louis Debré qui menaça de le faire expulser. En 2013, il avait effectué une marche à travers l’hexagone (5 000 km en huit mois), recueillant les avis et plaintes des Français, qu’il publiera dans des « cahiers de l’espoir ». « 17 500 contacts enregistrés » et de multiples témoignages entendus. « Je ne pensais pas que la détestation des politiques atteindrait un tel degré », écrit-il par exemple. Il sera aussi l’un des rares parlementaires centristes à s’opposer à la loi Taubira et ajoutera : « Les notions de gestation pour autrui et de procréation médicalement assistée m’ont fait basculer vers le non ». Esprit libre et indépendant, il explique ainsi son refus de participer aux primaires : « Le peuple se sent déjà largement dépossédé de ses capacités de choix. Les primaires renforcent ce sentiment qu’il n’a plus d’autre option que de voter pour des candidats choisis en amont par les trois ou quatre partis dominants. »

Capture 2.JPG

LA RÉPRESSION CONTRE LES MILITANTS IDENTITAIRES

Il y a dix jours, 80 militants de Génération identitaire bloquaient trois ponts à Calais. Leur objectif était d’interdire l’accès aux immigrés clandestins. Pour ce faire, ils se sont allongés durant deux heures avant d’être délogés par la police de Bernard Cazeneuve. La répression fut féroce. Ils ont été durement matraqués et gazés comme le prouvent les vidéos publiée sur le site Novopress. Un policier a même avoué devant le tribunal avoir mis deux coups au visage d’un militant pendant son transport vers le commissariat. Sans doute pour le plaisir… Ils viennent d’être jugés. Trois militants écopent de trois mois de prison ferme et d’amendes pour « faits de rébellion ». Une honte ! Quand on constate la clémence dont la justice socialiste fait preuve à l’égard des casseurs gauchistes et des immigrés clandestins… Bruno Gollnisch a exprimé son soutien aux jeunes Identitaires et s’est élevé dernièrement contre l’interdiction par le pouvoir, désormais quasi systématique, des manifestations patriotiques, notamment à Calais. Il constate aussi que « ce ne sont pas les militants de Génération Identitaire qui constituent une menace pour la sécurité des CRS et de nos compatriotes, mais bien certains immigrés particulièrement agressifs et vindicatifs, encadrés par les habituels idiots utiles d’extrême gauche. »

FN ET SIEL : FINIE LA DOUBLE APPARTENANCE

Le Siel est ce petit parti, associé au Rassemblement Bleu Marine et dirigé par Karim Ouchikh. Ce dernier, qui avait assisté au séminaire de début février à Etiolles, comme je l’ai raconté dans un récent RIVAROL, s’était autorisé à commettre quelques critiques sur la ligne politique (il prône le rassemblement de la droite et l’abandon de la stratégie du « ni gauche, ni droite »), ce qui fut fort mal apprécié. Les sanctions n’ont pas manqué de tomber, drues. « Lors de sa séance du 29 février, le bureau politique du Front national a décidé que la double appartenance entre le FN et le Siel, était désormais proscrite. » Que vont faire les quelques dizaines d’adhérents du Siel, concernés, et notamment l’avocat Frédéric Pichon ? Les personnes concernées disposent d’un délai d’un mois pour renoncer à l’une des deux appartenances. Ça ne rigole pas, au FN mariniste… En attendant les adhérents de la microscopique formation Patrie et Citoyenneté, rassemblant des « patriotes de gauche », membre du RBM, ne sont pas concernés par l’ukase. Au contraire. Son président, Bertrand Dutheil de la Rochère, a été chaleureusement accueilli par Laurent Brice, responsable de la fédération et premier adjoint au maire Steeve Briois à Hénin-Beaumont pour une conférence sur le thème islam et laïcité. Il s’est réjoui dans un tweet de « l’excellente et passionnante discussion avec les militants frontistes du Pas-de-Calais ». Florian Philippot a adoré et l’a rediffusé partout. Question que pose Minute : « Deux poids, deux mesures ? »

PARIONS QUE CELA FINIRA MAL ENTRE MARINE ET MARION LE PEN

Marine Le Pen est sur une étrange ligne de « la France apaisée ». Même si elle congédie à tour de bras tous ceux qui, au sein de son parti, lui déplaisent, elle fait montre de beaucoup d’humanité à l’égard de ceux qui, dans la société civile, comme on dit, sont quelque peu différents. Elle n’est certes pas pour le “mariage” homosexuel, mais pour un PACS “amélioré”, ce qui dans les faits revient au même, le pacs étant déjà égal au mariage civil sur le plan fiscal, successoral et patrimonial. A une époque, le FN était pour l’abrogation du PACS, mais il s’agissait d’une autre époque… Marion Le Pen, quant à elle, n’hésite pas à faire front, déclarant en Italie, où elle a rencontré les élus de la Ligue du Nord, que le “mariage” homosexuel risque « d’ouvrir la voie […] à de très nombreuses dérives. D’autres minorités chercheront à faire reconnaître leur forme d’amour, je pense notamment à la polygamie ». Notons qu’elle n’a cependant pas cité la pédophilie, ni la zoophilie, ce qui aurait fait hurler d’horreur tous les mignons du FN mariniste. Mais sa tante a deviné les obscures arrière-pensées de sa nièce, tranchant : « Ce débat, je crois honnêtement qu’on y a passé trop de temps ». En d’autres termes : « shut up ! » (ferme-la !) Marine Le Pen reconnaît un désaccord avec sa nièce, bien qu’il ne soit « pas un problème » à ses yeux. « Je crois qu’on est très loin de la reconnaissance de la polygamie dans notre pays », déclare-t-elle. L’inénarrable Wallerand de Saint-Just est venu avec la brosse à reluire en boutonnière à la rescousse de Marine Le Pen, expliquant du haut de son génie pourquoi il ne parle plus d’avortement : « Marine Le Pen nous dit que, dans une structure politique, la seule chose à faire, c’est de prendre en considération les problèmes des contemporains. » Ben, voyons ! L’avortement n’est pas un problème pour nos contemporains, si l’on en croit le FN mariniste ! Consternant… Parions que cela finira mal entre Marine et Marion Le Pen.

LA POLICE DE LA PENSÉE À L’ÉCOLE

Du 21 au 28 mars se tient, dans nos écoles, sous l’égide de l’Éducation nationale et de son ministre, « une semaine d’éducation et d’actions contre le racisme et l’antisémitisme » La Licra en couine de joie. Résumé de ce que ces commissaires politiques vont marteler à nos enfants : « Faire reconnaître la diversité humaine et culturelle ; favoriser le respect des différences et combattre le repli sur soi ; cultiver la tolérance et l’enrichissement mutuel ; promouvoir une société solidaire et du vivre ensemble ; éveiller aux dérives du relativisme, de la rumeur, de l’obscurantisme, des théories du complot ; encourager l’esprit critique et la résistance face à l’injustice ; agir dans la durée pour faire évoluer les mentalités et instaurer une société plus fraternelle. » L’antiracisme unilatéral est vraiment une religion d’Etat.

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici.