Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/04/2016

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

RIVAROL N° 3228 du 24 mars 2016

C’EST un rapport de 37 pages mis en ligne le 14 mars par le jury de l’Ecole nationale d’administration (ENA). Il critique avec virulence la majorité des 950 candidats au concours d’entrée, dénonçant leur frilosité et leur conformisme. Francetv info l’a passé en revue. Florilège : Ils n’ont pas de sens critique sur l’Europe. « Les candidats donnent le sentiment de présenter l’Union européenne comme un ordre établi qui ne pourrait être différent, poursuit le rapport. La plupart d’entre eux témoignent d’une absence de sens critique et d’une incapacité ou d’une absence de volonté à imaginer d’autres modes de fonctionnement ». Le jury regrette « une prudence excessive ou une incapacité à prendre de la hauteur » et « un goût pour les “écrans de fumée” masquant l’incapacité à répondre à une question ». « Trop de candidats n’avouent jamais leur ignorance. Ces comportements particulièrement dangereux dans la vie professionnelle ont été sanctionnés », dit le rapport. Quant à « l’épreuve collective d’interaction », c’est tout un poème. Le candidat moyen est « trop souvent soucieux de ne froisser personne, d’être politiquement correct, confondant consensus et résultat équilibré, mal à l’aise dès qu’il s’agit d’émettre un jugement, timide face à un quelconque engagement ». Les membres du jury en sont venus « à douter de ses aptitudes à manager, rencontrer des organisations professionnelles, gérer des problèmes délicats de ressources humaines, conseiller, prendre des risques mesurés et éventuellement décider… » Sur l’épreuve de question contemporaine, le jury relève que nombre de titres cités « n’ont pas été lus ». Enfin, placer au même niveau des citations de grands philosophes tels Locke ou Hume et celles d’Éric Zemmour ne leur semble pas d’une folle pertinence…

Capture 1.JPG

JEAN LASSALLE CANDIDAT À LA PRÉSIDENTIELLE

Jean Lassalle a annoncé qu’il serait candidat à l’élection présidentielle, en refusant de passer par la case des primaires. Le personnage est éminemment sympathique et courageux. Le député basco-béarnais, âgé de 60 ans, s’est mis en congé du MoDem de François Bayrou, qui a tenté, sans succès de le dissuader de tenter l’aventure. On se souvient des actions choc que Lassalle avait menées, dont une grève de la faim en 2006, à l’Assemblée nationale, destinée à empêcher (avec succès) la délocalisation d’une usine de sa commune, qui employait 150 salariés. Il arrêta la grève alors qu’il était hospitalisé d’urgence. Et puis, il y a l’hymne occitan qu’il avait entonné en 2003 dans les travées de l’Assemblée « Si canti io que canti, canti pas per jo… » Il protestait contre la fermeture d’une gendarmerie sur la route qui mène au tunnel de Somport, dans sa circonscription. L’affaire avait fait sensation et suscita la colère de Jean-Louis Debré qui menaça de le faire expulser. En 2013, il avait effectué une marche à travers l’hexagone (5 000 km en huit mois), recueillant les avis et plaintes des Français, qu’il publiera dans des « cahiers de l’espoir ». « 17 500 contacts enregistrés » et de multiples témoignages entendus. « Je ne pensais pas que la détestation des politiques atteindrait un tel degré », écrit-il par exemple. Il sera aussi l’un des rares parlementaires centristes à s’opposer à la loi Taubira et ajoutera : « Les notions de gestation pour autrui et de procréation médicalement assistée m’ont fait basculer vers le non ». Esprit libre et indépendant, il explique ainsi son refus de participer aux primaires : « Le peuple se sent déjà largement dépossédé de ses capacités de choix. Les primaires renforcent ce sentiment qu’il n’a plus d’autre option que de voter pour des candidats choisis en amont par les trois ou quatre partis dominants. »

Capture 2.JPG

LA RÉPRESSION CONTRE LES MILITANTS IDENTITAIRES

Il y a dix jours, 80 militants de Génération identitaire bloquaient trois ponts à Calais. Leur objectif était d’interdire l’accès aux immigrés clandestins. Pour ce faire, ils se sont allongés durant deux heures avant d’être délogés par la police de Bernard Cazeneuve. La répression fut féroce. Ils ont été durement matraqués et gazés comme le prouvent les vidéos publiée sur le site Novopress. Un policier a même avoué devant le tribunal avoir mis deux coups au visage d’un militant pendant son transport vers le commissariat. Sans doute pour le plaisir… Ils viennent d’être jugés. Trois militants écopent de trois mois de prison ferme et d’amendes pour « faits de rébellion ». Une honte ! Quand on constate la clémence dont la justice socialiste fait preuve à l’égard des casseurs gauchistes et des immigrés clandestins… Bruno Gollnisch a exprimé son soutien aux jeunes Identitaires et s’est élevé dernièrement contre l’interdiction par le pouvoir, désormais quasi systématique, des manifestations patriotiques, notamment à Calais. Il constate aussi que « ce ne sont pas les militants de Génération Identitaire qui constituent une menace pour la sécurité des CRS et de nos compatriotes, mais bien certains immigrés particulièrement agressifs et vindicatifs, encadrés par les habituels idiots utiles d’extrême gauche. »

FN ET SIEL : FINIE LA DOUBLE APPARTENANCE

Le Siel est ce petit parti, associé au Rassemblement Bleu Marine et dirigé par Karim Ouchikh. Ce dernier, qui avait assisté au séminaire de début février à Etiolles, comme je l’ai raconté dans un récent RIVAROL, s’était autorisé à commettre quelques critiques sur la ligne politique (il prône le rassemblement de la droite et l’abandon de la stratégie du « ni gauche, ni droite »), ce qui fut fort mal apprécié. Les sanctions n’ont pas manqué de tomber, drues. « Lors de sa séance du 29 février, le bureau politique du Front national a décidé que la double appartenance entre le FN et le Siel, était désormais proscrite. » Que vont faire les quelques dizaines d’adhérents du Siel, concernés, et notamment l’avocat Frédéric Pichon ? Les personnes concernées disposent d’un délai d’un mois pour renoncer à l’une des deux appartenances. Ça ne rigole pas, au FN mariniste… En attendant les adhérents de la microscopique formation Patrie et Citoyenneté, rassemblant des « patriotes de gauche », membre du RBM, ne sont pas concernés par l’ukase. Au contraire. Son président, Bertrand Dutheil de la Rochère, a été chaleureusement accueilli par Laurent Brice, responsable de la fédération et premier adjoint au maire Steeve Briois à Hénin-Beaumont pour une conférence sur le thème islam et laïcité. Il s’est réjoui dans un tweet de « l’excellente et passionnante discussion avec les militants frontistes du Pas-de-Calais ». Florian Philippot a adoré et l’a rediffusé partout. Question que pose Minute : « Deux poids, deux mesures ? »

PARIONS QUE CELA FINIRA MAL ENTRE MARINE ET MARION LE PEN

Marine Le Pen est sur une étrange ligne de « la France apaisée ». Même si elle congédie à tour de bras tous ceux qui, au sein de son parti, lui déplaisent, elle fait montre de beaucoup d’humanité à l’égard de ceux qui, dans la société civile, comme on dit, sont quelque peu différents. Elle n’est certes pas pour le “mariage” homosexuel, mais pour un PACS “amélioré”, ce qui dans les faits revient au même, le pacs étant déjà égal au mariage civil sur le plan fiscal, successoral et patrimonial. A une époque, le FN était pour l’abrogation du PACS, mais il s’agissait d’une autre époque… Marion Le Pen, quant à elle, n’hésite pas à faire front, déclarant en Italie, où elle a rencontré les élus de la Ligue du Nord, que le “mariage” homosexuel risque « d’ouvrir la voie […] à de très nombreuses dérives. D’autres minorités chercheront à faire reconnaître leur forme d’amour, je pense notamment à la polygamie ». Notons qu’elle n’a cependant pas cité la pédophilie, ni la zoophilie, ce qui aurait fait hurler d’horreur tous les mignons du FN mariniste. Mais sa tante a deviné les obscures arrière-pensées de sa nièce, tranchant : « Ce débat, je crois honnêtement qu’on y a passé trop de temps ». En d’autres termes : « shut up ! » (ferme-la !) Marine Le Pen reconnaît un désaccord avec sa nièce, bien qu’il ne soit « pas un problème » à ses yeux. « Je crois qu’on est très loin de la reconnaissance de la polygamie dans notre pays », déclare-t-elle. L’inénarrable Wallerand de Saint-Just est venu avec la brosse à reluire en boutonnière à la rescousse de Marine Le Pen, expliquant du haut de son génie pourquoi il ne parle plus d’avortement : « Marine Le Pen nous dit que, dans une structure politique, la seule chose à faire, c’est de prendre en considération les problèmes des contemporains. » Ben, voyons ! L’avortement n’est pas un problème pour nos contemporains, si l’on en croit le FN mariniste ! Consternant… Parions que cela finira mal entre Marine et Marion Le Pen.

LA POLICE DE LA PENSÉE À L’ÉCOLE

Du 21 au 28 mars se tient, dans nos écoles, sous l’égide de l’Éducation nationale et de son ministre, « une semaine d’éducation et d’actions contre le racisme et l’antisémitisme » La Licra en couine de joie. Résumé de ce que ces commissaires politiques vont marteler à nos enfants : « Faire reconnaître la diversité humaine et culturelle ; favoriser le respect des différences et combattre le repli sur soi ; cultiver la tolérance et l’enrichissement mutuel ; promouvoir une société solidaire et du vivre ensemble ; éveiller aux dérives du relativisme, de la rumeur, de l’obscurantisme, des théories du complot ; encourager l’esprit critique et la résistance face à l’injustice ; agir dans la durée pour faire évoluer les mentalités et instaurer une société plus fraternelle. » L’antiracisme unilatéral est vraiment une religion d’Etat.

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

Les commentaires sont fermés.