Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/02/2016

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

RIVAROL N° 3220 du 28 janvier 2016

NOUS nous étions quittés la semaine précédente en évoquant les tendres propos de Philippot à l’égard de Philippe Séguin, pourtant adversaire total du camp national. Et voici que Marine Le Pen en remet une couche, mais cette fois-ci à l’égard de Simone de Beauvoir, la compagne de Sartre, à qui elle fournissait des jeunes filles, et à l’égard d’Elizabeth Badinter. Marine Le Pen déclare que « le droit à l’intégrité corporelle, de quelque sexe que ce soit, est un droit parmi les plus essentiels ». Elle cite Beauvoir, démontrant ainsi qu’elle a des lettres, ce que d’aucuns niaient : « N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question », dénonçant « une politique migratoire insensée », qui la « remplit d’effroi ». Que Marine Le Pen se la joue féministe ne plaît évidemment pas du tout à la gauche qui voit ses icônes féministes récupérées. Mais cela ne plaît pas davantage à Bernard Antony qui pique sa rage, évoquant Simone de Beauvoir : « la compagne de Sartre dans tous ses combats gauchistes et si dévouée à lui recruter les jeunes filles dont le gourou était insatiable » et « Elisabeth Badinter, idéologue de toutes les “déconstructions”, selon le mot en vogue aujourd’hui. Elle a, on s’en souvient, défendu l’idée que, le progrès aidant, les hommes pourront enfin accoucher comme les femmes. Cette ardente partisane de la loi Veil ne précisait pas qu’ils pourraient donc aussi se faire avorter. Mais cela semble aller égalitairement de soi ». Et il poursuit : « Hors l’opposition à l’immigration, il semble évident que Marine Le Pen ne peut plus être taxée comme étant de droite mais qu’elle se manifeste beaucoup plus comme alignée sur les positions de l’intelligentsia de gauche et dans le triste conformisme d’un féminisme néo-marxiste. » Et pour conclure en toute humanité, voici ce que dit Bernard Antony du FN mariniste : « A force de vouloir être trop subtil et de faire un grand écart permanent, le FN ne devra pas s’étonner de l’engouement de certains électeurs de droite et fidèles aux valeurs traditionnelles qui se mettent à espérer un retour de Philippe de Villiers sur la scène politique. N’y avait-il pas d’autres femmes françaises à citer en référence plus audible ? » Certes, certes… Mais Villiers est-il vraiment la solution ?

Capture 1.JPG

INDUSTRIE DE LA SHOAH : PAR ICI LA BONNE SOUPE !

C’est l’excellent site Contre-info qui raconte l’histoire. Des jeunes israéliens sont envoyés par milliers chaque année en Pologne pour visiter les camps. Soupçonnées de s’être entendues frauduleusement sur les prix demandés aux lycéens pour visiter Auschwitz et d’autres anciens camps de concentration nazis en Pologne, six agences de voyages sont dans le viseur de la police israélienne. Neuf cadres ont été arrêtés. Six agences sont sur le gril. Leurs bureaux ont été perquisitionnés et plusieurs suspects ont vu leurs comptes gelés. Ils avaient simplement violé les règles de la concurrence en s’entendant sur les tarifs avant de répondre aux appels d’offres, leur objectif étant curieusement de tirer les prix vers le haut. « J’ai vraiment été très con et je me suis fait chopé (sic), j’ai vraiment honte… »

UN EX-OTAGE DE L’HYPER-CACHER ESCROQUE DES ÉDITEURS PARISIENS !

C’est l’hebdomadaire Le Point, pourtant peu suspect d’antisémitisme (y collabore BHL) qui le raconte : « Dans un courriel envoyé au printemps dernier aux plus prestigieuses maisons d’édition parisiennes, Flammarion, Calmann-Lévy, Fayard, Stock et d’autres encore, Patrick T. passe aux aveux. Démasqué, il raconte l’arnaque qu’il avait entrepris de monter avec son ami Jo (le prénom a été modifié), l’un des rescapés de l’Hyper Cacher, où quatre personnes avaient été abattues par Amedy Coulibaly. Les deux compères avaient échafaudé un plan qui devait leur rapporter beaucoup d’argent, au minimum 100 000 euros, et dont les éditeurs parisiens devaient être les victimes ».

Tout a commencé quelques semaines après les attentats de janvier 2015. Patrick T., qui se fait passer pour un communicant, démarche les éditeurs avec Jo qui aimerait faire publier son témoignage de la journée du 9 janvier. L’accueil est chaleureux et les directeurs de collection sont touchés par le récit de l’ex-otage. Les propositions d’à-valoir affluent : 20 000 euros ici, 30 000 là, 15 000 encore, mais avec un pourcentage plus important sur les ventes. L’intermédiaire, quinquagénaire verbeux, qui pose en lunettes de soleil sur son CV en ligne, insiste pour faire monter les enchères… Dans un mail adressé à Jo, que Le Point.fr a pu lire, Patrick T. récapitule ses négociations : « Untel garde une petite réserve financière de négoce sur l’à-valoir et les commissions bouquins pour quand les autres éditeurs vont vouloir rentrer dans la danse… »

En attendant les offres fermes des éditeurs, Patrick T. et Jo participent aussi aux négociations qui s’ouvrent entre les ex-victimes de Coulibaly et BFM TV, la chaîne qui avait révélé que des otages étaient cachés dans la chambre froide. Patrick T. sent vite que, dans cette affaire, il ne percevra aucun dédommagement. De fait, en accord avec les parties civiles, la chaîne versera finalement 60 000 euros au Fonds social juif unifié. Patrick T. accélère donc ses démarches auprès des éditeurs et fait écrire ceci à son complice : « Je n’en fais pas une question d’argent. J’ai l’intention de redistribuer tous mes droits d’auteur financiers à l’association des victimes de l’Hyper Cacher et à ma synagogue… Pour lui, la meilleure offre financière sera celle qui fera le plus pour la synagogue et l’association des victimes. » Pour faire monter les offres, il va jusqu’à falsifier la proposition financière de l’une des maisons, avant de la faire suivre à une concurrente. Au moins deux éditeurs mordent à l’hameçon, et Patrick et son ami signent deux contrats en même temps. Or, ces deux éditeurs appartiennent au même groupe et se rendent compte de la supercherie.

« Quand on a découvert le pot aux roses, explique un directeur de collection, Patrick T. nous a confié qu’il voulait faire signer un maximum de contrats à son auteur, il voulait d’ailleurs qu’on paie les deux tiers à la signature. Leur plan était d’empocher les virements et de fuir en Israël parce que, disait-il, il n’y a pas d’accord d’extradition. »

Démasqué, Patrick T. a fini par reconnaître la tentative d’arnaque, tout en dédouanant son acolyte. Ce dernier, après avoir été recalé par les plus importantes maisons d’édition, finira par publier son récit chez un petit éditeur. Ironie de l’histoire : lors de sa promotion, Jo n’a pas hésité à fustiger les gens malhonnêtes qui tentent de profiter du tragique attentat de l’Hyper Cacher…

De vrais petits Madoff en puissance !

LA BIBLE DES TERRORISTES ISLAMISTES

Un magazine de 58 pages de l’Etat islamique vient d’être mis en ligne, rédigé en anglais, destiné aux « loups solitaires » et candidats au djihad résidents ou nationaux européens qui n’ont jamais été fichés comme radicaux. Comment ne pas être détecté par les services occidentaux ? Réponse : « Rasez-vous, portez des vêtements occidentaux, sentez l’après- rasage, faites-vous passer pour chrétien, avant de tuer les mécréants, afin de ne pas être identifiés par les services de sécurité que vous préparez une attaque. Il n’y a aucun doute qu’aujourd’hui, à l’ère des loups solitaires, nos frères européens doivent apprendre quelques règles de sécurité afin d’assurer le succès de leurs opérations. Nous avons pensé que beaucoup de nos frères qui ne parlent pas l’arabe trouveront ceci intéressant et pourront le mettre en pratique dans leurs saintes opérations. Si vous pouvez éviter de porter la barbe, de porter un qamis (kurta, ou chemise blanche longue pour homme), d’utiliser des miswak (brosse à dent traditionnelle) et d’avoir un dhikr (livre de prière) sur vous, c’est mieux. Il est autorisé de porter un pendentif avec une croix. Comme vous devez le savoir, les chrétiens — ou même les athées occidentaux nés chrétiens — portent des croix sur leurs colliers. Mais ne portez une croix que si vous avez un nom chrétien sur votre passeport, car cela pourra paraître étrange. » Et les conseils continuent : « Si vous voulez utiliser du parfum, n’achetez pas les parfums à l’huile, sans alcool que les musulmans utilisent. Achetez les mêmes parfums que tout le monde, et si vous êtes un homme, achetez un parfum pour homme. » Le document conseille même aux djihadistes de se rendre dans les nightclubs avec de la musique très forte pour « discuter secrètement des détails d’une opération ».

Capture 2.JPG

ET TOUJOURS, LA TERREUR ALLEMANDE À L’ENCONTRE DES NATIONALISTES

Dernière nouveauté inventée par le pire système répressif d’Europe : le gouvernement allemand veut une justice d’exception. Pas contre les djihadistes, certes non, mais contre les nationalistes. Le ministre de la Justice, le socialiste Heiko Maas, a ainsi annoncé dans le Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung la tenue le 10 mars prochain d’un « sommet de la justice », à Berlin, afin de « discuter des mesures les plus efficaces pour lutter contre la violence xénophobe ». Proposant des mesures très précises, le ministre veut que la magistrature allemande nomme des procureurs spécialement chargés de réprimer les opposants politiques refusant l’immigration de peuplement. Et notamment ceux qui « s’expriment sur les réseaux sociaux ». La cible privilégiée ? « L’extrême-droite ». Etonnant, non ?

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

Les commentaires sont fermés.