Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/01/2016

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

RIVAROL N° 3218 du 14 janvier 2016

MARINE Le Pen rêve d’une victoire, certes très improbable, à l’élection présidentielle de 2017. Mais quel serait dans ce cas la composition de son gouvernement ? Une bande dessinée, qui vient de paraître aux éditions Les arènes, dont le titre est La Présidente, réalisée par François Dupaire et Farid Boudjellal nous livre la liste de quelques futurs ministres. Gérard Longuet, ex-co-fondateur d’Occident, serait Premier ministre, Nadine Morano ministre de la Famille, Thierry Mariani à la Politique étrangère et Geoffroy Didier, fondateur de la Droite forte, à la Justice. En septembre, Marine Le Pen avait déclaré qu’elle verrait bien Eric Zemmour ministre de la Culture. Les intéressés se récrient d’importance. Pas question pour eux d’accepter de figurer dans un gouvernement d’une France lepénisée. Morano vient ainsi de déclarer : « Je ne partage en rien les élucubrations de Mme Le Pen sur l’économie, comme sur l’Europe. Je suis lorraine, dans une région où il y a le plus grand cimetière militaire allemand. Alors on sait ce que c’est que le prix de la réconciliation allemande et de la construction de l’Europe. » Philippe de Villiers, quant à lui, pense que l’année 2017 va réserver beaucoup de surprises, déclarant que « contre ceux que j’appelle les naufrageurs en cravate, ceux qui coulent le pays depuis quarante ans et osent se représenter sans vergogne, il peut y avoir une offre politique nouvelle », estimant que Marion Maréchal-Le Pen pourrait un jour fédérer des gens très différents venant aussi bien du FN que de la droite classique. Pas impossible non plus que Villiers pense très fort à son propre retour et à sa candidature à l’élection présidentielle, le succès de son livre l’y encourageant fortement.

UN GÉNÉRAL SUISSE TIRE LA SONNETTE D’ALARME

A la tête de l’armée suisse, le général André Blattmann vient d’exprimer sans langue de bois quelques vérités que peu de généraux français oseraient formuler. Il a mis en garde contre une « explosion de l’insécurité durant ces deux dernières années », ceci alors que le budget de la Défense avait été notablement réduit. Il a ensuite expliqué : « Même si nous n’avons pas encore été directement touchés par les événements de la guerre dans le monde d’aujourd’hui, nous pouvons déjà en ressentir les effets. »

Et de poursuivre : « La menace terroriste augmente, les guerres hybrides sont de plus en plus fréquentes, les perspectives économiques s’obscurcissent et les flux migratoires causés par ces guerres et les problèmes économiques ont déjà pris une proportion insoupçonnée, aggravant la concurrence sur le marché du travail. »

Pour terminer, il a tenu à souligner que « le mélange est de plus en plus explosif » et que « les fondements de la prospérité sont une fois encore remis en question ». La situation lui rappelle, dit-il, les années de l’entre-deux-guerres, et les citoyens suisses doivent s’armer pour faire face aux défis qui les attendent. Il a aussi pointé du doigt le risque de violents troubles sociaux en Europe. Nous avons déjà évoqué ce personnage qui ne manque pas de courage ni de lucidité. Il avait initié des exercices de l’armée suisse, imaginant la sécession d’un territoire français qui déciderait d’attaquer la Suisse ! André Blattmann avait expliqué, quelques jours avant les attentats de novembre dernier : « La menace terroriste est à nouveau plus concrète pour tout l’Occident. » Résultat : 130 morts… La gauche et les Verts expliquent que ses déclarations sont exagérées et que tout va bien. A noter que les Suisses sont armés (3 millions d’armes à feu pour 8 millions d’habitant) et conservent leur fusil à leur domicile. Ceci dit, les munitions sont dissociées, étant conservées dans les casernes. La situation n’est donc pas tout à fait comparable à celle des Etats-Unis. Mais il est curieux de constater que l’armée conventionnelle suisse est plus forte que l’armée française. Espérons qu’il ne leur viendra pas l’idée saugrenue de nous envahir…

REPENTANCE ESPAGNOLE

Pardon aux Musulmans d’avoir été expulsés de la ville de Grenade, en Espagne, il y 524 ans par les Rois catholiques. L’Espagne vient de commémorer samedi la reconquête de la ville de Grenade sur les musulmans, il y a 524 ans. On découvre à cette occasion qu’il y a une belle brochette de fous furieux chez notre voisin (au demeurant comme chez nous). Le parti d’extrême gauche Podemos, arrivé troisième aux élections législatives de décembre avec 20 % des votes (et qui pourrait peut-être participer à un prochain gouvernement), considère les commémorations comme étant la « célébration fasciste » d’un “génocide” contre le « peuple andalou ». Le parti de Pablo Iglesias souhaite que l’Espagne demande pardon à l’Islam pour cette reconquête…

Capture.JPG

MUSULMAN ET CEPENDANT MYTHOMANE

C’est un curieux personnage que ce « président de l’Assemblée des musulmans de Corse », Rachid Birbach, qui est apparu dans le Soir 3 pour réagir aux incidents des dernières semaines en Corse. Car cette « Assemblée des musulmans de Corse » n’existe que dans son imagination, fort fertile. Il a expliqué que « les musulmans de Corse vivent vraiment en harmonie avec les Corses, il n’y a aucun problème, je peux le confirmer ». Il en a profité, histoire de se faire bien voir de ses amis juifs, pour critiquer le Conseil français du culte musulman (CFCM) et de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), « responsables de tout ce que la communauté musulmane est en train de vivre ». […] Car le personnage s’est forgé des relations. On le voit, sur internet, enlacer Marek Halter, poser, tout fier, aux côtés de Cazeneuve et de Cukierman entre autres importantes personnalités. En 2013, il organisait à Auxerre, en tant qu’imam de la ville, une « “conférence d’amitié judéo-musulmane” en présence notamment du président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Richard Prasquier ». Problème : l’association Avicenne, gérant une mosquée d’Auxerre, expliquait en août 2014 que « M. Birbach n’est pas notre imam ni l’imam d’aucune mosquée à Auxerre ». Rachid Birbach serait-il un imposteur ? Son parcours, retracé par l’émission Arrêt sur Images, paraît très fantaisiste. Personne ne le prend au sérieux quand il se présente en tant que représentant des Corses musulmans : Dans ses différentes interventions médiatiques, Rachid Birbach a, par ailleurs, souvent relayé les thèses israéliennes comme celle selon laquelle le Hamas, à Gaza, se sert de civils palestiniens comme « boucliers humains ». Bref, un traître à ses frères.

LES SOUCIS DE MARINE LE PEN

Marine Le Pen avait déjà été convoquée à deux reprises (les 13 octobre et 9 novembre) par la justice pour être entendue dans le cadre de l’enquête menée sur le financement du Front national. Elle avait refusé de s’y rendre, arguant de son engagement dans la campagne électorale des régionales. Marine Le Pen a finalement consenti, mardi 5 janvier, à se présenter devant le juge Renaud Van Ruymbeke. Entendue comme témoin assisté (statut intermédiaire entre témoin simple et mis en examen), sur des soupçons de fraude dans le financement des campagnes 2012 (législatives et présidentielle) de son parti, son audition a duré toute la matinée et elle n’a fait aucun commentaire. Steeve Briois, ancien secrétaire général du parti, devrait être bientôt entendu dans la même affaire. En fait, les juges financiers soupçonnent des dirigeants du parti et d’une société proche du mouvement, Riwal, d’avoir mis en place un système frauduleux d’enrichissement avec de l’argent public. Les enquêteurs soupçonnent derrière un montage complexe des prestations gonflées et surfacturées sur le dos de l’Etat, qui rembourse les frais de campagne. Essayons de faire simple pour expliquer ce système. Chaque candidat a droit au remboursement par l’Etat des frais de propagande (affiches, tracts, mailings, etc), toutefois dans une limite liée au nombre d’électeurs de la circonscription et à condition qu’il ait obtenu 5 % des suffrages. Les remboursements peuvent atteindre 15 à 30 000 euros par circonscription. Ces frais ne sont remboursés que s’ils ont été facturés par le prestataire et payés par le mandataire du candidat. La tentation est évidemment forte de passer par des sociétés “facturantes” qui vont, en gonflant les factures, obtenir un remboursement maximum de l‘Etat. C’est ainsi que le kit de campagne fourni aux candidats, facturé 16 650 euros est soupçonné par la justice d’avoir été largement surfacturé. Au total, plusieurs millions d’euros sont soupçonnés avoir été détournés, ce que le FN nie énergiquement, dénonçant un complot politique. Dix mises en examen ont été prononcées jusqu’ici, dont deux vice-présidents du FN, Jean-François Jalkh et le trésorier, Wallerand de Saint-Just mais aussi le FN, mis en examen pour recel d’abus de biens sociaux et complicité d’escroquerie. Que risque Marine Le Pen ? Théoriquement, cela pourrait aller jusqu’à une peine d’inéligibilité. Et comme si cela ne suffisait pas, depuis le 7 janvier, Marine Le Pen est visée par une enquête préliminaire du Parquet financier « pour avoir sous-évalué son patrimoine ».

VIOLS MASSIFS EN EUROPE

La nuit de la Saint-Sylvestre a suscité des viols massifs dus, bien entendu à des allogènes, dont essentiellement des ‘migrants’, dans diverses villes européennes, dont Cologne, en Allemagne. La police estime entre 500 et un millier les agresseurs « d’origine arabe et nord-africaine », dit-elle, âgés de 18 à 35 ans qui ont violenté ou violé une centaine de femmes allemandes. Les jeunes Allemandes, souvent humanistes, qui accueillaient avec joie les migrants il y a quelques mois, découvrent ce que leurs grands-mères ont subi avec l’invasion soviétique en 1945 (2 millions de femmes violées). Certains commentateurs évoquent la perspective d’« un tremblement de terre dans l’opinion publique » et pensent que les « effets en seront dévastateurs ». Espérons-le. Angela Merkel, quant à elle, se conduit comme une traîtresse à son peuple, à sa Nation. Elle avait récemment refusé de suivre la demande, pourtant plus que modérée, de son allié, la CSU bavaroise, de limiter le seuil annuel à 200 000 migrants. Au fait, les violences et les viols se sont produits partout en Allemagne, dont Dresde, Hambourg, et nombre d’autres villes. Mais pas seulement en Allemagne. D’autres villes européennes ont été la cible des hordes barbares. Frauke Petry, la présidente du parti Alternative pour l’Allemagne (Alternative für Deutschland, AfD), a évoqué « les conséquences épouvantables d’une politique migratoire et d’asile catastrophique ». A Cologne, le chef de la police, Wolfgang Albers a déclaré au Süddeutsche Zeitung que « l’ampleur des crimes a atteint une nouvelle dimension ». Albers a confirmé au quotidien allemand que les agresseurs étaient nord-africains et arabes, selon les victimes et les témoins. Mais qu’en dit la maire socialiste de Cologne, Henriette Reker ? Cette abrutie d’envergure a insisté sur « les mesures de prévention ». Il convient, selon elle, que le comportement des jeunes femmes (allemandes) soit « mieux adapté » et elle prône même un « code de conduite ». Cette folle a eu une idée géniale pour éviter les agressions sexuelles : « que les femmes se tiennent à distance de bras d’un potentiel agresseur ». Hurlements d’indignation sur les réseaux sociaux. Le journaliste (de gauche) Sasha Lobo a adapté les conseils de la folle à la politique étrangère : « Le ministère des Affaires étrangères recommande urgemment aux personnes qui se rendent en Syrie, de garder une distance de la longueur d’un bras vis à vis des combattants de l’Etat islamique. » L’Allemagne dégénérée a, faut-il le rappeler, accueilli plus d’un million de “réfugiés” en 2015. Un policier a livré l’information : « (Les agresseurs arrêtés) étaient tous demandeurs d’asile et portaient leurs titres de séjour ». Dernier commentaire et conseil de la maire de Cologne : « Nous devons expliquer aux hommes d’autres cultures le carnaval de Cologne [son fonctionnement, son sens], afin que son comportement si joyeux ne soit pas confondu avec de la disponibilité sexuelle. » Mais qu’est devenu le peuple allemand pour accepter tout cela ? Je serai le 24 janvier à Cologne, à l’invitation des élus du mouvement identitaire Pro-Köln et, dans mon intervention, je m’autoriserai à transmettre le salut des lecteurs de RIVAROL à nos camarades allemands.

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

Les commentaires sont fermés.