Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/11/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

RIVAROL N° 3210 du 11 novembre 2015

TOUS les sondages prédisent une déroute historique de la gauche aux prochaines élections régionales. Les sondages pour Hollande sont catastrophiques. Mais, pire, des intellectuels de plus en plus nombreux, pas forcément lecteurs de RIVAROL au demeurant, et pas forcément nationalistes, montent à l’assaut de la forteresse qui tombe en ruines. L’écrivain marxiste italien Antonio Gramsci l’avait écrit : la prise du pouvoir politique passe par la prise du pouvoir culturel, c’est-à-dire intellectuel. Ce thème fut, il y a trente ans, largement développé dans les publications de la Nouvelle Droite. Aujourd’hui des Onfray, des Finkielkraut, des Elisabeth Lévy montent au créneau de l’insolence à l’encontre des cloportes.

Eric Zemmour, Philippe de Villiers et Patrick Buisson, quant à eux, se rencontreraient régulièrement « autour de la même table parisienne […] Nous sommes trois petits démons bien utiles maintenant que le grand démon [Jean-Marie Le Pen] va quitter la scène », s’amuse ainsi Patrick Buisson. Zemmour cartonne en librairie, raconte L’Express (300 000 exemplaires vendus de son essai Le suicide Français), Villiers idem avec 50 000 exemplaires déjà vendus de son livre Le moment est venu de dire ce que j’ai vu (RIVAROL en fera très bientôt une critique). Ils dénoncent tous les terribles dangers de l’invasion migratoire. Commentaire de Patrick Buisson : « La gauche n’a plus rien à dire depuis qu’elle est redevenue ce qu’elle était originellement : l’expression politique de la domination bourgeoise ».

ZUT, LUCETTE EST TOMBÉE DANS LES ESCALIERS À CAUSE DE HOLLANDE !

Lors d’un déplacement en Moselle fin octobre, le président avait fait une visite “impromptue” à Lucette, une habitante de Vandœuvre-lès-Nancy, retraitée de 69 ans, qui figura sur la liste du maire socialiste aux élections municipales. Bref, Hollande avait décidé de se la jouer Giscard. En fait, BFMTV a dévoilé le pot aux roses. Tout avait été préparé : une dame était venue faire le ménage, la mairie avait apporté du café, des tasses, des chaises, et même un bouquet de fleurs ! Une « grosse mise en scène », disent les journalistes… Plusieurs ministres à table et des dizaines de spectateurs, voisins et journalistes, debout dans le salon de la dame. On lui avait demandé de poser certaines questions, alors que d’autres étaient interdites. Hollande se la jouait imbécile heureux, disant à Lucette : « On est presque mieux qu’à l’Elysée, je peux vous le dire ». Lucette s’est un peu racontée. Son précédent logement était situé « dans une tour de huit étages » et « donnait sur les poubelles avec des rats ». Son nouveau logement, elle y est « super bien ». Hollande était aux anges. Depuis, on a appris que la visite du président avait été organisée à la demande du maire PS de Vandoeuvre, dont Lucette Brochet est une proche.

Elle raconte : « Il y a des gens de l’Elysée qui sont venus, pour poser des questions, pour savoir si j’étais bien dans l’appartement, raconte-t-elle. Pour savoir ce que je devais dire et ne pas dire. […] J’avais l’idée de dire qu’il s’occupait beaucoup d’immigrés, pas des clochards qui crèvent dans la rue, mais ça, il ne fallait pas que je le dise. » Ça rigole évidemment sec sur les réseaux sociaux face à cette fantaisie hollandienne loupée, forcément loupée, comme aurait dit Marguerite Duras. Mais notre pauvre Lucette en a subi les conséquences. Harcelée par les media qui s’amusent, elle a depuis trouvé un refuge chez sa fille qui explique : « Elle est très fatiguée et a besoin de tranquillité. » Mauvaise nouvelle : Lucette, émue sans doute par la polémique autour de la visite du président, comme l’a déclaré sa fille, est malheureusement tombée dans les escaliers. Mais ça va, pas d’hospitalisation ni pour elle ni (pour l’instant) pour Hollande…

Capture 1.JPG

FLORIAN PHILIPPOT À MARION LE PEN : “N’OUBLIE PAS QUE SI TU ES LÀ, C’EST PARCE QUE TU T’APPELLES LE PEN

C’est le Canard Enchaîné qui raconte cette histoire. Le moins que l’on puisse dire est que l’ambiance au néo-FN n’est pas au beau fixe malgré les excellents sondages. Le cadre : la réunion d’investiture du 21 octobre dernier. Marine Le Pen, Marion et Philippot sont évidemment présents. Ce dernier s’énerve devant tout le monde que Marion Maréchal-le Pen ait osé déjeuner avec son grand-père, quelques jours plus tôt, sans en demander l’autorisation. Fureur de Marion qui réplique : « Et de quoi je me mêle ? Il faut maintenant que je demande l’autorisation pour aller déjeuner avec quelqu’un ?» Ce à quoi le vice-président du FN répond : “Oui”. Ambiance… Et puis, arrive la présentation de la liste des régionales en Franche-Comté. L’ambitieuse et carriériste Sophie Montel, l’amie très proche de Marine et de Philippot et chef de file de la liste aux régionales, a tout simplement annoncé la composition de sa liste sans passer par la commission d’investiture, en y plaçant évidemment ses amis et en oubliant ceux de Marion. Re-fureur de celle-ci. Philippot y va au Zyklon B, lui assénant : « Mêle-toi de ce qui te regarde, n’oublie pas que si tu es là, c’est parce que tu t’appelles Le Pen. » Et pendant ce temps, dans cette chaude ambiance, que disait Marine Le Pen ? Rien, rien de rien…

Comme prévu par tous les observateurs de cette galaxie en folie, Marion Maréchal-Le Pen a évidemment échoué devant la commission d’investiture à intégrer sur ses listes trois conseillers régionaux FN sortants, dissidents et proches de son grand-père. Du coup, Jacques Bompard se targue de présenter sur une liste concurrente une quarantaine d’élus locaux en PACA, dont 70 % avaient été élus sous l’étiquette FN.

LES JUIFS, IL FAUT “LES TENIR EN RESPECT”

Carlo Tavecchio, président de la Fédération italienne de football, est un personnage assez original. Coutumier, disent les gazettes, de propos racistes, homophobes et antisémites, l’abominable personnage vient encore de faire parler de lui. Il s’en était déjà pris, en 2014, au joueur d’origine africaine, Paul Pogba, déclarant : « Il est arrivé et mangeait des bananes, aujourd’hui il est titulaire en Série A ». Il a aussi évoqué un ancien dirigeant de la fédération, demandant au journaliste qui l’interrogeait « Mais, dites-moi, c’est vrai qu’il est homosexuel ? », ajoutant, plein d’humanité : « Je n’ai rien contre eux. Mais qu’on les laisse loin de moi ». Mais le personnage ne s’arrête pas en si bon chemin. Il s’en est aussi pris à « un certain Anticoli, un petit juif », représentant de la Ligue de football amateur. « Je n’ai rien contre les juifs, hein, il vaut mieux les tenir en respect. » Ils sont quand même étonnants, ces Italiens…

“DES JUGES INFÂMES ET PSYCHOPATHES”

Il est hors de question pour nous de louer le fonctionnement de la Justice. Tous les abrutis le disent : « J’ai confiance en la justice de mon pays ». Ce n’est pas le cas du député des Yvelines, Henri Guaino (Les Républicains) qui s’est lâché, déclarant que certains juges sont « infâmes et psychopathes », s’en prenant, histoire d’aggraver son cas, au ministre de la Justice Christiane Taubira : « Toute sa vie, elle a détesté la nation, détesté l’Etat, détesté l’autorité. Elle a d’ailleurs milité pour l’indépendance de la Guyane, pardonnez-moi, ce n’était pas un amour immodéré pour la France ». Du coup, Taubira s’en étrangle d’indignation et rêve de le faire exécuter. Mais, hélas, la peine de mort a été abolie en France…

Capture 2.JPG

BHL EXPULSÉ VERS ISRAËL ?

Le Renouveau français a eu l’idée originale d’organiser devant la cantine de Bernard-Henri Lévy, le Café de Flore, à Saint-Germain des Prés, une petite manifestation appelant « BHL à verser le sang des autres » plutôt que celui des forces françaises « au service d’intérêts qui ne sont pas les nôtres ». Un discours plutôt modéré fut prononcé. Il se contentait d’exiger « la déchéance de la nationalité de BHL et son expulsion vers Israël. »

CONVENTION DU CRIF : BERNARD CAZENEUVE ET SON FOL AMOUR DES JUIFS

Bernard Cazeneuve est un cireur de pompes d’exception. Le ministre de l’Intérieur en charge des cultes a commis un merveilleux numéro de lèche-bottisme à la convention nationale du CRIF (« Conseil représentatif des institutions juives de France »). C’est trop beau pour être vrai. Voici ses propos rapportés par l’AFP : « Je voudrais dire ma confiance en l’avenir à tous les juifs de France, promettre de toute la force de ma volonté que la République les défendra sans faillir, comme l’ont clairement montré toutes les décisions prises depuis un an. La République les défendra parce que sans les juifs de France, la République serait amputée d’une part la plus sensible et la plus vivante d’elle-même. » C’est beau comme du Elie Wiesel, mais pas très sympathique pour les goys…

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

Les commentaires sont fermés.