Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/09/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3202 du 17 septembre 2015

 

JANY Le Pen raconte, dans une longue interview à Paris-Match datée du 10 septembre les épreuves que subit son époux. « Jean-Marie vit sans doute l’épreuve la plus douloureuse de sa vie. Et moi, je souffre quand je le vois souffrir. Il s’efforce de faire bonne figure, c’est un fier. Mais quel acharnement ! Jamais je n’aurais pensé que Marine irait si loin, serait si vindicative. Au début, Jean-Marie était optimiste. Lorsque la justice lui a donné raison, en juillet, le soir, en rentrant à la maison, il m’a dit : “Je la connais, ma fille. Elle va tout arrêter, se rendre compte qu’elle va trop loin”. » Hélas, le Menhir ne connaissait pas vraiment sa fille et les bassesses dont elle était capable.

 

JANY LE PEN INQUIÈTE POUR LA SANTÉ DE SON MARI

 

Jany se déclare inquiète pour sa santé, rappelant que depuis le début de l’année, il a eu deux alertes cardiaques : « Le Pr Olivier Dubourg, de l’hôpital Ambroise-Paré, lui a posé deux stents. Il marche moins bien, s’essouffle facilement, a chaque jour plus mauvaise mine. J’ai toujours peur qu’il fasse un arrêt cardiaque : tant d’émotions et de stress pour un homme de 87 ans… S’il m’entendait, il me dirait : “Tais-toi, Janou. Ces petits embarras ne regardent personne !” ». Et elle ajoute : « Aujourd’hui, Marine est cadenassée. Je n’entends plus son cœur. Il s’est durci ».

 

Paris-Match lui demande : « Avez-vous regretté l’interview qu’il a donnée à RIVAROL au printemps et qui a été l’origine de cette crise ? ». Elle répond : « Il refuse de se dérober, quelle que soit la question. C’est son côté frontal, provocateur. Il a toujours été comme ça. Ce que dit publiquement Jean-Marie Le Pen, il l’a toujours dit », ajoutant à propos de Marine : « Marine, elle, a changé. Elle qui, jeune, était si joyeuse, décontractée ! […] Elle brûle ce qu’elle a adoré. En ce moment, c’est son père » et puis, Jany dénonce l’“acharnement” de la présidente du Front national déclarant : « Elle est brutale, méprisante. Un jour, elle a dit à un journaliste : “Inutile de demander son avis à ma belle-mère, elle n’a jamais rien fait de sa vie” ».

 

JANY DÉZINGUE MARION…

 

Mais qu’en est-il de Marion en laquelle beaucoup de naïfs mettent leur espérance ? Jany est sans illusions : « Elle est douée, extrêmement maligne. C’est elle qui a choisi de rajouter le nom de Le Pen à celui de Maréchal. Jusque-là, elle s’était toujours appelée Marion Maréchal. Comment vouloir le nom et refuser le reste ? », s’interroge-t-elle. Avant de l’assurer : « C’est de l’intérêt pur, pas de l’affection. » Et de rappeler que Marion Maréchal n’est parlementaire que grâce à son grand-père qu’elle trahit et abandonne aujourd’hui sans vergogne : « En 2012, Jean-Marie l’a poussée pour les législatives, il lui a trouvé une circonscription en or dans le Vaucluse, je ne dis pas que même une chèvre avec un chapeau aurait pu être élue, mais enfin… »

 

Les propos de Jany ont d’autant plus de force que ceux qui la connaissent témoignent tous que c’est une femme d’une grande gentillesse, qui a du cœur. Elle ne s’explique pas la dureté de la fille et de la petite-fille à l’égard de celui auquel elles doivent tout : « Cela me fait de la peine de le voir terminer sa vie dans un coin, seul, à écrire ses souvenirs d’avant la guerre. Où sont les siens ? Quel gâchis ! »

 

… ET RACONTE L’IGNOMINIE DE MARINE LE PEN

 

Jany Le Pen, dans ce même entretien, raconte qu’elle a tenté une conciliation avec la présidente du Front national la veille de l’exclusion du Menhir. « Le 19 août dernier, nous rentrions à Paris pour la convocation au bureau exécutif. A l’aéroport de Nice, j’ai regardé Jean-Marie qui, dans la salle d’attente, ne disait rien. Saisie d’une impulsion, j’ai pris mon téléphone et laissé un message à Marine : “Si tu voyais ton père, tu serais bouleversée”. En sortant de l’avion, j’ai lu sa réponse : un SMS d’insultes, d’une violence folle, au ton ordurier. Cette haine ! Elle a des comptes à régler

avec son père à qui elle doit pourtant tout » confie Jany Le Pen, désemparée. Ignoble… Mais il y a une justice immanente.

 

Et Jany Le Pen de rappeler fort opportunément à la fille indigne : « Lorsque son cabinet d’avocat a eu des difficultés, c’est au Front qu’elle a trouvé refuge. Son père l’a nommée directrice juridique du mouvement. Et jusqu’à l’année dernière, elle habitait chez lui à Montretout avec ses enfants. Il faut reconnaître ce que l’on doit aux autres. Lorsque son père a décidé de la soutenir pour sa succession, il y a eu une bronca à l’intérieur du Front. Beaucoup soutenaient Bruno Gollnisch. Moi-même d’ailleurs… Jean-Marie n’a pas cédé. […] Je crois qu’elle est amère, jalouse de ceux qui sont autour de son père, envieuse, Dieu sait pourquoi, de mon influence… »

 

Ce genre de comportement abject (des bordées d’insultes contre son père) est coutumier chez Marine Le Pen. Le professeur Jean-Claude Martinez raconte qu’en 2005, alors que la valeureuse Marie-France Stirbois était atteinte d’un cancer du péritoine en phase terminale, Marine le Pen s’acharnait contre elle en bureau exécutif, la traitant élégamment de “mémère”, exigeant à cor et à cri son exclusion définitive du FN dont elle avait pourtant porté les couleurs pendant de longues années avec tant de courage, de persévérance et de distinction (contrairement à d’autres !), tout simplement parce qu’elle avait osé émettre des réserves sur Fifille ! Et c’est cette créature abjecte qu’il nous faudrait porter à la tête de l’Etat ? Désolé mais ce sera sans nous !

 

NUREMBERG POUR JEAN-MARIE LE PEN

 

Jean-Marie Le Pen sera jugé le 10 février devant la XVIIe chambre du tribunal correctionnel de Paris pour avoir répété ses propos sur les chambres à gaz, “détail” selon lui de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Il avait, il est vrai, dépassé toutes les bornes en répondant au journaliste Jean-Jacques Bourdin qui lui demandait s’il regrettait d’avoir qualifié les chambres à gaz de point de détail, ce qui lui a valu d’être condamné naguère pour « consentement à l’horrible » : « Pas du tout. Ce que j’ai dit correspondait à ma pensée que les chambres à gaz étaient un détail de l’histoire de la guerre, à moins d’admettre que ce soit la guerre qui soit un détail des chambres à gaz ». Le président d’honneur du Front national est poursuivi pour contestation de crime contre l’Humanité. Il entend faire valoir son immunité de parlementaire européen, a indiqué son avocat, Me François Wagner.

Capture 1.JPG

 

 

MANUEL VALLS CHERCHERAIT-IL À DISSIMULER SON APPÉTENCE POUR LES JUIFS ?

 

Mercredi 2 septembre, le Consistoire israélite central a publié un communiqué pour signaler la venue — mardi 8 septembre, à 18h30 — de Manuel Valls à la synagogue Nazareth de Paris. Raison importante : le Premier ministre adressait ses vœux à la communauté juive, quelques jours avant le nouvel an juif, ce qu’il n’a évidemment pas fait avec les catholiques. Chose curieuse : dans l’agenda publié sur le site officiel du gouvernement, aucune mention de cette rencontre déjà fixée n’apparaissait à la date du 8 septembre. Le 11 mai, Matignon avait déjà passé sous silence la rencontre de Manuel Valls avec une délégation de rabbins européens venus lui remettre une récompense. Valls avait pourtant déclaré il y a quelques années : « Par ma femme, je suis lié de manière éternelle à la communauté juive et à Israël ».

 

COHN-BENDIT ET BHL FOURRIERS DE L’INVASION

 

Dans sa chronique sur Europe 1, Cohn Bendit a proposé que le Parlement européen s’installe complètement à Bruxelles, évitant ainsi les allers-retours ultra-coûteux, avec des tonnes de fonctionnaires et des tonnes de documents, entre les deux villes, ce en quoi il n’a pas forcément tort. Oui mais, que faire des magnifiques bâtiments européens de Strasbourg ? Pas de problème, Dany a la solution. Il propose que les bâtiments européens de Strasbourg soient transformés en centre d’accueil de migrants. Ben voyons… Un autre délirant est l’inénarrable BHL. Interrogé par Laurence Ferrari sur I>Télé, celui qui a contribué à déstabiliser tout le Moyen-Orient et la Libye, a affirmé que « Bachar al-Assad a créé Daesh ».

Capture 2.JPG

 

 

ALAIN JUPPÉ FAIT PLEURER D’ÉMOTION, OU PLUTÔT DE RIRE

 

Alain Juppé était récemment reçu par le Crif, une fois de plus. Il expliqua en introduction que chez lui, pendant toute sa jeunesse dans les Landes, jamais il n’avait entendu un propos antisémite. La France ne serait-elle pas antisémite ? Avait-il mesuré l’incongruité de son propos ? Toujours est-il qu’il fit un très grand numéro retraçant sa carrière de député du XVIIIe où « il a connu des rabbins et des électeurs juifs » puis ses voyages en Israël où « il a discuté tout au long de la nuit avec des interlocuteurs israéliens qui lui ont ouvert l’esprit » (qu’il avait sans doute fermé jusque-là). C’est pas beau, ça ? Mais le plus beau, ce fut, selon lui, son voyage comme ministre des Affaires étrangères dans l’avion qui transportait les cercueils des victimes de Merah de Toulouse à Jérusalem. Il a conclu son intervention par cette phrase magnifique qui fait pleurer d’émotion : « Quand j’entends le mot juif, ce n’est pas dans ma tête qu’il résonne mais dans mon cœur ». Si après de telles reptations le député-maire UMP de Bordeaux n’est pas élu à la magistrature suprême, c’est que vraiment le CRIF aura été ingrat envers son esclave septuagénaire.

 

De toute façon, l’UMP, le PS et le néo-FN sont tous des succursales du CRIF. Ce sont des détaillants qui viennent tous s’approvisionner chez le même grossiste. En votant pour les uns ou pour les autres, les gens croient avoir le choix et être libres alors qu’en réalité ce sont toujours les mêmes qui tirent les ficelles.

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

Les commentaires sont fermés.