Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/08/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpg

Robert SPIELER

 

RIVAROL N° 3199 du 30 juillet au 2 septembre 2015

 

JEAN-MARIE Le Pen confirme qu’une liste FN canal historique, qu’il se refuse à qualifier de dissidente, évoquant une « liste parallèle », est en train de se constituer en PACA en vue des élections régionales.

 

“JE SUIS DEPUIS PLUSIEURS SEMAINES SANS NOUVELLES DE MADAME MARÉCHAL”

 

« Un certain nombre de militants et de dirigeants qui me soutiennent ont imaginé créer des listes dans l’objectif de me demander d’en prendre la tête. Je ne suis pas à l’initiative de cette affaire, mais je la regarde avec intérêt », dit-il. Et il ajoute : « Je n’ai rien décidé. Je ne m’interdis rien. Je ne m’ordonne rien pour l’instant. Comme je suis depuis plusieurs semaines sans nouvelles de Madame Maréchal, je ne sais pas ce que ce genre d’initiative de la base lui suggère comme réflexion. » On notera que le Menhir retire le nom de Le Pen à Marion Maréchal ex-Le Pen. Il me confie : « Elle n’a jamais pris contact depuis plus d’un mois avec moi, depuis que je l’avais proposée comme candidate ». Et il ajoute : « C’est extravagant, irresponsable de ne pas avoir contacté le président du groupe FN au Conseil régional pour la constitution des listes ». Le président connaît en effet, mieux que personne, et en tout cas mieux que Marion Marechal, les élus de valeur qui pourraient apporter leurs qualités à la gestion de la région. Oui mais, des élus de valeur qui ne seraient pas fanatiquement marinistes n’ont aux yeux de ces Ganelones, aucune valeur. En attendant, comme on le sait, quinze élus de PACA sur vingt restent fidèles à leur président.

 

A propos d’un des élus, Thibaut de La Tocnaye, qui a rejoint, malgré son passé, malgré ses postures, malgré ses convictions, malgré sa foi, le camp mariniste, à cause de la gamelle, ce qui est une insupportable trahison, Jean-Marie Le Pen dit : « Quos vult perdere Juppiter dementat » (Jupiter rend fous ceux qu’il veut perdre). Pour conclure notre entretien, le fondateur du FN, qui continue évidemment à être bien informé des affaires du mouvement, nous apprend que les adhésions et réadhésions au FN sont actuellement en chute libre. Le Menhir reproche à sa petite-fille de le snober (même si une rencontre discrète à son domicile à La Celle-Saint-Cloud a finalement eu lieu le 23 juillet), d’avoir refusé de prendre sur ses listes Bruno Gollnisch dont il souhaitait qu’il présidât la région en cas de victoire et d’avoir pris le parti de sa tante contre lui, se prononçant le 9 juillet pour la suppression de la présidence d’honneur de son grand-père auquel elle doit toute sa carrière politique et son mandat de député du Vaucluse, mandat aussi prestigieux que rémunérateur. Le Menhir conclut : « J’avais retiré ma candidature et soutenu celle de Madame Maréchal par volonté de conciliation. En échange j’ai été suspendu ! »

 

FLORIAN PHILIPPOT ACCUSÉ D’ÊTRE UN “AGENT DOUBLE” PAR JEAN-MARIE LE PEN

 

Jean-Marie Le Pen a décrit Florian Philippot, dans une interview au quotidien Le Parisien, comme « un agent double, envoyé par la droite, pour saboter le FN ». Le vice-président du FN mariniste, invité d’Apolline de Malherbe sur BFMTV et RMC tente de répliquer sur le ton de l’ironie, déclarant : « Mince, il a vu mon oreillette caché derrière l’oreille », ajoutant : « Marine Le Pen est une extraterrestre reptilienne et tout cela est un complot de la CIA et du KGB réunis ». Pour conclure, il assène, l’air grave : « Jean-Marie Le Pen crée un trouble phénoménal. C’est ridicule ». Mais qui est à l’origine de ce « trouble grave » et sans doute mortel quant aux espérances du FN de remporter des régions ou d’accéder à la présidence de la République ? Qui ?

 

Capture 1.JPG

 

 

DÉCRYPTAGE DES “HEURES LES PLUS SOMBRES DE L’HISTOIRE DE FRANCE

 

Le Scan politique du Figaro s’amuse, si l’on peut dire, à décrypter ce qu’il qualifie de point Godwin en matière d’expression politique, le qualificatif ultime pour renvoyer une personnalité et ses idées hors du champ de l’acceptable au regard de la morale publique : « Les heures sombres de l’Histoire ». Référence, bien entendu, aux années d’occupation qui « constituent au sein de la classe politique le summum de l’inacceptable. Tout ce qui y est renvoyé se trouve marqué d’un sceau d’infamie ». Rappelons ce qu’est ce fameux « point Godwin ». La loi de Godwin dit que plus une discussion s’allonge sur internet, plus la probabilité que la Seconde Guerre mondiale soit évoquée est forte (nazis, camps de concentration, etc.). Quand cela arrive, on dit que la discussion a atteint le point Godwin, et on considère qu’il est inutile de la poursuivre (quels que soient les arguments avancés). Le Pingouin use évidemment et abuse de cette considération. Il le fait très bien au demeurant, la bouche en cul de poule, le front plissé de gravité, le postillon indigné. Récemment encore, il rendait hommage à Robert Chambeiron, membre fondateur du Conseil national de la résistance, évoquant un homme qui « avait incarné aux heures les plus sombres cet esprit, celui qui souffle encore aujourd’hui : l’esprit de résistance ». L’expression, note le Scan, n’a cependant pris toute sa force, et, disons-le, sa beauté, qu’à partir des années 1970-80 et l’adoption des lois Pleven (1972) et Gayssot (1990). On se souvient de cette belle sortie de Cécile Duflot contre Manuel Valls en pleine affaire Leonarda Dibrani, la Rrom qui fut expulsée de France : « Cette opération rappelle les heures les plus sombres de notre histoire et réveille en nous une monstrueuse évocation », « Les heures les plus sombres de l’Histoire », c’est Auschwitz, sans doute en pire.

 

Prenez le cas de Robert Ménard, le maire fasciste, voire plus si entente, de Béziers qui fut accusé de vouloir ficher les écoliers musulmans en fonction de l’origine présumée de leur prénom. Le ministère de l’Intérieur avait produit un communiqué affirmant que « ficher des enfants selon leur religion, c’est renvoyer aux heures les plus sombres de notre histoire ». Manière de laisser entendre que Ménard n’aurait pas hésité à ficher les enfants juifs, histoire de les envoyer en villégiature dans des wagons à bestiaux. L’expression fait florès. Même le député Patrick Balkany, d’origine juive, n’a pas hésité à invoquer les fameuses « heures sombres » pour commenter la levée de son immunité parlementaire après sa mise en examen en octobre 2014 pour corruption passive et blanchiment de fraude fiscale. Pathétique !

 

PETIT DÉRAPAGE DE SARKOZY, DIGNE DE HOLLANDE

 

On sait que Hollande est coutumier de petites blagues, pas toujours comprises ni appréciées par ses interlocuteurs. Voici que Sarkozy s’y met aussi. Le chef des Républicains était, il y a quelques jours, en visite à Tunis, voulant notamment rendre hommage aux victimes de l’attentat du musée Bardo. Il avait aussi des choses importantes à dire, concernant notamment la situation économique de la Tunisie. Et il les a dites. Evoquant la situation difficile du pays, il a eu cette phrase, hautement appréciée par les Algériens, qui sont fous de rage : « La Tunisie est frontalière avec l’Algérie, avec la Libye, ce n’est pas nouveau », a ainsi déclaré l’ancien chef d’État, ajoutant sur le ton de l’ironie : « vous n’avez pas choisi votre emplacement ». En d’autres termes, il pense que c’est l’emplacement géographique de la Tunisie qui pose problème, à savoir sa proximité avec l’Algérie et la Libye. Et si le vrai problème de la Tunisie était sa proximité avec l’islam ?

 

MARINE LE PEN, SOMMÉE D’EXCLURE MARION MARÉCHAL DU FN

 

Le député-maire de Nice Christian Estrosi (Les Républicains) a pris des leçons auprès de Marine Aliot. Il lui demande, dans une lettre ouverte, d’exclure sa nièce, Marion Maréchal, du FN mariniste. Ni plus, ni moins.

 

Il reproche à la tête de liste FN pour les régionales en PACA de s’être alliée avec Philippe Vardon, un des leaders du bloc identitaire. Le représentant des identitaires niçois doit ainsi figurer en cinquième position sur la liste du FN dans les Alpes-Maritimes. Estrosi lui fait la leçon : « Par cette alliance, votre candidate franchit une ligne rouge que même votre père, adversaire politique pourtant bien plus féroce, n’avait jamais osé franchir ». Et il ajoute : « En prêtant allégeance au Bloc Identitaire et en scellant une alliance en bonne et due forme avec eux, elle s’inscrit dans la tradition d’une extrême droite non pas “Bleu Blanc Rouge” comme elle le prétend mais bel et bien “Bleu Brun, Noir”. » Rien que cela…

 

Après avoir rappelé que Philippe Vardon a été « condamné à 4 mois de prison pour reconstitution de ligue dissoute », Christian Estrosi la sermonne : « En avril dernier, vous vous êtes réveillée après 46 années d’aveuglement (ce qui signifie que bébé, elle était déjà aveuglée) en vous apercevant des déclarations nauséabondes de votre famille. Allez-vous avoir de nouveau la main qui tremble ou allez-vous vous comporter comme la femme d’Etat que vous prétendez être et exclure votre nièce du Front national ? » Après tout, elle a commencé à vouloir exterminer son père, pourquoi ne le ferait-elle pas aussi avec sa nièce, histoire de se faire bien voir du Système ?

 

Capture 2.JPG

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

Les commentaires sont fermés.