Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/06/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3193 du 18 juin 2015

 

BRUNO Gollnisch s’était longuement adressé aux catholiques dans une interview accordée à Civitas le 26 mai dernier. Il appelait très bizarrement les catholiques à rejoindre le FN des mignons marinistes. Décidément Bruno Gollnisch doit être masochiste ou poursuit d’obscurs intérêts personnels. Il avait donné cette interview deux jours avant d’être viré de la Commission des conflits. Jacques Bompard lui réplique excellemment sur son blog :

 

« Le 26 mai dernier, Bruno Gollnisch s’adressait aux catholiques en les invitant à rejoindre le Front National. Rien de plus naturel, pour celui qui, contre toutes les insultes, avait considéré qu’il lui fallait maintenir le cap au “Front”. Deux jours plus tard, le Front National nettoyait ses statuts en minimisant l’importance de Bruno Gollnisch et Marie-Christine Arnautu. Rien de plus naturel dans une structure qui a fait de la purge une maxime politique. […]

 

Je crois qu’il faut désormais dire bien clairement aux bonnes volontés du Front National : vous faites fausse route. J’ai aimé, combattu, milité et donné plus que beaucoup pour ce parti. Je ne préfère pas me prévaloir de quelque grade militant qu’il soit, mais le patriotisme n’a, je crois, jamais eu à se plaindre de mon investissement. Le Front National a abandonné sa doctrine, décimé ses troupes sincères, et veut maintenant utiliser la fougue et la belle vigueur électorale que lui donnent les media du système pour asseoir les délires mégalomaniaques qui se sont emparés de Nanterre. Preuve, si vous en vouliez encore, que la dictature de l’esprit partisan finit systématiquement par abîmer les individus. Toujours.

 

J’en sais qui ne supporteront pas cette critique. Je veux leur dire que j’entends que la motivation d’un engagement se satisfait parfois du vernis. Néanmoins, ce vernis a fini par laisser éclater sa nocivité. Je vous épargne l’énumération des hommes et des femmes admirables recalés du marinisme. On voit aujourd’hui à quelle communauté la fille d’un père bafoué préfère confier l’avenir de votre labeur […] Vous savez bien que le Front National choisit d’exploiter discrètement les bonnes volontés identitaires pendant que l’entourage d’un ancien du MRC (NDLR : le parti de Chevènement) recueille les fruits financiers et honorifiques de votre travail.

 

Alors je veux dire aux catholiques qu’on appelait hier à rejoindre en masse le Front National, qu’aucun parti ne mérite un don aveugle de leur volonté. C’est leur famille, leur commune, leur terre, leur lignée et leur héritage qui méritent ce don total. Force est de constater que le Front National ne satisfait pas à nos aspirations. Engagez-vous chez vous, il n’est aucun besoin du marinisme pour changer notre quotidien et celui de nos proches. C’est même le plus grand obstacle à la conscience et à l’organisation réelle que la majorité des Français appellent de leurs vœux. »

 

Rien à ajouter ni à retrancher.

 

LES PURGES SUCCÈDENT AUX PURGES AU FN MARINISTE

 

Seize candidats aux élections départementales ont été définitivement exclus du Front national, selon Nicolas Bay, secrétaire général du parti, le 10 juin. Ils auraient tenu sur les réseaux sociaux des propos jugés xénophobes, islamophobes, antisémites ou homophobes, lors de la campagne des départementales ou des municipales. C’est Marine Le Pen, la présidente du FN, qui a tranché après que les media les eurent mis en accusation. Elle a suivi « pour l’essentiel les préconisations de la commission », précise Nicolas Bay. Lequel n’a pas souhaité communiquer les noms des candidats convoqués et des exclus. Il a eu cette phrase d’une grande profondeur : « On ne donne pas les noms. Ça se saura localement… » Outre ces 16 exclusions ont été validées quinze autres sanctions : deux suspensions de deux ans, trois suspensions d’un an, quatre suspensions de six mois, une suspension de trois mois, un blâme, un avertissement, et trois personnes ont été « mises en indésirables (n’étant plus adhérentes statutairement, elles n’auront pas la possibilité de réadhérer) ». Bruno Gollnisch n’a, quant à lui, pas eu la chance de pouvoir contribuer à exclure ses camarades. Il vient lui-même d’être viré de la Commission de discipline.

Capture 1.JPG

 

 

VENEZ TOUS À LA FÊTE DE LA NÉGRESSE !

 

La Négresse est un quartier de Biarritz. Tous les ans a lieu une petite fête amicale qui rassemble les habitants. La prochaine a lieu le 20 juin. Un méchoui… Jusque-là, amis Rivaroliens, pas de motifs d’indignation. Sauf que l’inénarrable Jakubowicz, président de la Licra, y est allé de son indignation. Et ces gens-là osent tout et c’est bien à cela qu’on les reconnaît. Une fête de la Négresse ! Mais ça pue le racisme, estime Jakubowicz ! Il a écrit sur Twitter : « Ça se passe à Biarritz en 2015. Ça se passe de commentaire. Mais ça ne fait passer ni la nausée ni la honte. » Un des internautes relève : « Ça ne fait en tout cas pas passer la connerie ». Du coup, les internautes se déchaînent devant cet Himalaya de bêtise crasse. À propos, écrit l’un d’eux, l’Association des Paralysés de France demande qu’on rebaptise les Invalides et qu’on les appelle « Les personnes à mobilité réduite » et il ajoute : « Sinon les Fêtes de la Négresse à Biarritz c’est très bien. Interdit aux cons par contre ». Pauvre Jakubowicz ; il va encore hurler à l’exclusion…

 

LE CHÂTEAU DE NOS ROIS UNE NOUVELLE FOIS SOUILLÉ

 

Le philosophe Luc Ferry, ancien ministre de l’Education nationale a parfois des fulgurances qui flirtent dangereusement avec le politiquement et le culturellement incorrects. Il s’exprime ainsi au sujet de l’immondice, le vagin de la Reine, œuvre d’Anish Kapoor (je l’ai évoqué en ces colonnes dans le récent numéro de RIVAROL), déposé devant le château de Versailles et qui prétend être une œuvre d’art contemporain. Ferry n’y va pas de main morte, déclarant : « Exposition d’art contemporain à Versailles : même pas choquant, juste un Himalaya de laideur, de bêtise et de vulgarité. Qui osera le dire ? » Eh bien, RIVAROL l’a écrit ! Le philosophe a reformulé de façon encore plus explicite ses propos un peu plus tard : « Une pure merde pour cons prétentieux ».

Voilà qui est bien dit !

 

L’“ARCHEVÊQUE” DE STRASBOURG AIME L’ISLAM MAIS PAS JEANNE D’ARC

 

L’inauguration de la mosquée de la rue de l’Ill, à Strasbourg s’est faite, il y a quelques jours, dans le plus grand syncrétisme, en présence de “Mgr” Grallet, “archevêque” de Strasbourg. Le quotidien alsacien Les Dernières Nouvelles d’Alsace en vibre d’émotion. On peut y lire : « La vie de la mosquée de la rue de l’Ill a commencé avec une cérémonie interreligieuse et républicaine à haute valeur symbolique, vouée à rester dans les mémoires ». Une plaque, dévoilée par le maire socialiste Roland Ries et par le président de la mosquée, Chaïb Choukri rappellera aux générations ce beau souvenir d’une inauguration qui a eu lieu le 17 chaâban 1436 (4 juin 2015), mois du ramadan. Ils y étaient tous : “archevêque”, rabbin, pasteur, collectivités, associations, paroisses, politiciens, anonymes, homosexuels, pédophiles, drag queens et même hétérosexuels, pour se réjouir de ce moment de bonheur et de paix. Mais connaissez-vous “Mgr” Grallet ? Un petit rappel : le vendredi 6 janvier 2012 une messe dans la crypte de la cathédrale de Strasbourg était annoncée en l’honneur du 600e anniversaire de la naissance de Sainte Jeanne d’Arc. L’office devait être célébré par le “curé” de la Cathédrale, le “Chanoine” Michel Wackenheim, dans le rite romain traditionnel. Une cinquantaine de personnes étaient présentes. Stupeur : elles apprirent que “Mgr” Grallet avait interdit la célébration sans fournir aucune explication. Ce n’est pas la première fantaisie du personnage. Il avait déjà réuni tous les représentants de diverses religions et sectes au nom des Droits de l’Homme, histoire que ce beau monde signe un « décalogue pour la paix ». Ce “décalogue” est censé se situer dans la lignée de l’Appel pour le respect mutuel et le dialogue du maire Roland Ries. Pas étonnant que Ries et Grallet soient copains comme cochons. On se souvient qui déclarait en 2011, à propos des menus servis dans les cantines scolaires de la ville : « Nous servons de la viande halal par respect pour la diversité mais pas de poisson (le vendredi) par respect pour la laïcité ». Qui se ressemble, s’assemble…

 

QUEL LÈCHE-BABOUCHES, CE CAZENEUVE !

 

Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur, rencontrait le samedi 6 juin un panel de lecteurs et d’auditeurs de confession musulmane sélectionnés par différents media. Le journaliste d’OummaTV a demandé au ministre s’il pouvait adresser un message aux mahométans à l’occasion du prochain mois de Ramadan qui débute ce 18 juin. Cazeneuve prit sa respiration, afficha un air des plus pénétrés et se lança avec une émotion non feinte, déclarant : « Je veux dire aux Français de confession musulmane, vivez intensément ce moment (le Ramadan), vivez-le au plus profond de vous-mêmes et au moment où vous le vivrez, pensez à la République ». Et il ajouta : « La République a besoin des Français de confession musulmane pour porter haut et loin ses valeurs. »

Interdit de rire…

Capture 2.JPG

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

17/06/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpg

Robert SPIELER

 

RIVAROL N° 3192 du 11 juin 2015

 

LE DÉPUTÉ européen Aymeric Chauprade avait eu l’incroyable insolence de critiquer l’islamisme qui menace l’Europe dans une vidéo enregistrée au Parlement européen durant une session. Dans la vidéo postée après les attentats de Paris des 7 et 9 janvier, l’eurodéputé appelait à la « lutte pour la désislamisation de notre pays ». « On nous dit qu’une majorité de musulmans est pacifique, certes. Mais une majorité d’Allemands l’étaient avant 1933 et le national-socialisme », affirmait-il notamment, dans un passage visé par l’enquête. Une analyse qui prenait soin d’éviter les amalgames, mais qui évoquait la présence en France d’une cinquième colonne potentielle en cas de confrontation majeure avec l’islam djihadiste. Elle a rencontré un écho certain, puisqu’elle a été visionnée près de 221 000 fois et est sous-titrée en huit langues. Oui mais, Chauprade n’était de ce fait pas dans le registre du politiquement correct, sauce Marine Le Pen malgré l’allusion au national-socialisme. Du coup, cette vidéo lui avait valu de perdre, à l’exigence de Marine Le Pen, son poste de représentant des eurodéputés FN tandis qu’une plainte de la part des associations antiracistes, LICRA, Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) et SOS-Racisme en tête a été déposée. L’enquête a donc été diligentée par le parquet de Paris pour « pour provocation à la haine, à la violence et à la discrimination à raison de l’appartenance à une religion ». C’est dans le cadre de cette enquête que le parquet de Paris a convoqué Aymeric Chauprade. Mais Chauprade ne se laisse nullement impressionner. Voici ce qu’il écrit à la police qui a la prétention de l’interroger :

 

Cher Monsieur,

 

Je fais suite à votre courriel du 2 juin dernier dans lequel vous entendez me convoquer dans le cadre de l’enquête diligentée à la demande de Mme Annabelle Philippe, Vice-Procureur près le Tribunal de Grande Instance de Paris,

 

Je tiens à vous informer que je ne me rendrai pas à cette convocation.

 

En effet, les propos pour lesquels je suis poursuivi ont été tenus dans le cadre de mon activité de député au Parlement Européen et alors que je me trouvais dans l’enceinte des locaux de l’Union Européenne à Bruxelles.

 

Par conséquent, j’entends à ce titre invoquer le bénéfice des dispositions de l’article 9 du Protocole sur les privilèges et immunités du 8 avril 1965 des parlementaires européens.

 

Cet article dispose en effet que : « les membres de l’Assemblée ne peuvent être recherchés, détenus ou poursuivis en raison des opinions ou votes émis par eux dans l’exercice de leurs fonctions ».

 

Par ailleurs, l’article 10 dispose que l’immunité couvre également les députés européens « lorsqu’ils se rendent au lieu de réunion de l’Assemblée ou en reviennent ». Tel était le cas en l’espèce.

 

Enfin, je tiens à préciser que je n’entends pas céder aux désidératas des ligues de vertu qui, à l’instar de la LICRA, prétendent fixer les limites de la liberté d’expression à des députés légitimement élus par le peuple français.

 

Je vous prie de croire, cher Monsieur, en l’assurance de mes sincères salutations.

 

Aymeric Chauprade

Député français au Parlement européen

 

ATTENDRISSANT, CE “COLLECTIF CULTURE” DU FN MARINISTE !

 

On connaît cette étonnante oiselle qu’est Sébastien Chenu, cofondateur de GayLib en 2001, association qui était à l’origine associée à l’UMP et favorable au LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels). Depuis, suite à de petites contrariétés (Dieu sait que les mignons sont facilement contrariés), Sébastien a rejoint le FN. Certes pas n’importe quel FN. Pas celui des antisémites, des racistes et des homophobes. Non, il a rallié avec joie le FN mariniste, ô combien respectable. Et, fier comme Artaban, le voici à la tête d’un « Collectif culture, création et liberté » (voir pour plus de détails l’article de François-Xavier Rochette page 5). Formellement rattachée au Rassemblement bleu marine, cette association a pour but de fournir des idées au FN en vue de la prochaine élection présidentielle sur les thèmes de la culture, de la presse, de la communication et du numérique. L’interdiction de RIVAROL devrait, en toute logique figurer dans son programme … Nous verrons. Le collectif revendique une petite cinquantaine de membres. Pas de noms connus, si ce n’est Brigitte Bardot qui « aime beaucoup » Mme Le Pen, comme elle le déclarait en 2014, et qui apporte sa signature à ce lancement avec un message de soutien. Normal : elle tenait sans doute ainsi à manifester sa sympathie à la chatte bengalaise de Marine Le Pen qui fut proprement gobée, il y a quelques mois, par le doberman nazi de Jean-Marie Le Pen. Nous avions évoqué en ces colonnes ce douloureux épisode. En dehors de Brigitte Bardot, personne, ou quasiment personne.

 

Et Alain Delon, que l’on sait courageux et qui exprima de la sympathie pour Jean-Marie Le Pen ? Mais vous plaisantez ? Les chéris n’aiment pas ce type de virilité et de brutalité d’autant plus que Delon avait tenu récemment quelques propos peu favorables au vice italien. Bref, il n’a pas été sollicité. Sébastien Chenu, le chéri en chef, explique sobrement : « C’est un proche de Jean-Marie Le Pen, et sa manière d’exprimer les choses est un peu violente ». Car, attention, ils sont délicats, très délicats, très sensible, les mignons ! Le secrétaire général de ce brillant collectif est Gabriel Robin qui a pourtant signé la charte LMPT (La Manif pour Tous). Il déclare avec un incroyable brio : « Les gens souffrent d’une insécurité culturelle, ils ne savent plus qui ils sont. Il faut réaffirmer la culture française classique et traditionnelle, sans pour autant rejeter l’avant-garde ». L’“avant-garde” ! Comme le « vagin de la Reine » de l’exposition “avant-gardiste” dégénérée présentée actuellement au château de Versailles ! Voilà où en est la culture au FN mariniste…

 

APRÈS LE SEXTOY DE LA PLACE VENDÔME, LE VAGIN DU CHÂTEAU DE VERSAILLES

 

Les dégénérés ont encore frappé. Voici un extrait d’une interview d’un “artiste” qui veut, avec la complicité des autorités, « inviter le chaos à Versailles » : « Face au tableau de David [dans la salle du jeu de Paume], j’ai placé un canon qui tire 5 kg de cire, une matière évoquant des corps en bouillie, dans un coin de la pièce ». « Un symbole phallique évident pour une installation controversée qui interroge sur la violence de notre société contemporaine », commente Yves Jaegle, dans un extraordinaire article (au second degré) paru dans le quotidien Aujourd’hui, le jeudi 4 juin, que j’aimerais reproduire intégralement en ces colonnes, tant il est à hurler de rire, tant on touche au grotesque. Petit extrait : « L’artiste a souvent parlé, au sujet de son œuvre, de descente vers les “limbes”, l’intérieur imaginaire du corps, la naissance. Ce qui provoque le choc, ce serait plutôt, sur le côté, un grand trou, comme une tombe ou un jeu, creusé profondément dans la terre des jardins royaux. » Etc. Face au château, il y aura une sculpture en acier rouillé de 10 m de haut, qui pèse plusieurs milliers de tonnes et avec des blocs de pierres tout autour. Là encore, à connotation sexuelle : « le vagin de la reine qui prend le pouvoir », commente l’“artiste”. Il nuance cependant : il décrit l’ouverture béante au bout d’un tuyau de 60 mètres telle « une oreille ou un vagin, on ne sait pas ». Une oreille ou un vagin ? Il convient d’y réfléchir. Et l’abruti y réfléchit… « La tonalité générale de ma démarche est sombre, je l’admets. À l’entrée de mon atelier, j’ai épinglé la une d’un journal mettant en garde contre le sentiment anti-islam qui se développe en Angleterre et ailleurs. »

 

Le dégénéré, auteur de l’“œuvre” se nomme Anish Kapoor. Il a grandi à Bombay d’un père hindou et d’une mère irakienne d’origine juive. L’“artiste” explique dans le catalogue de l’exposition qu’il veut « écorcher le tapis vert des jardins de Le Nôtre, l’éventrer tel un corps démembré ». « A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines », écrivait Léon XIII dans Rerum Novarum. Oui, revenons à nos origines grecques, romaines, chrétiennes et nordiques. Défendons jusqu’à la mort la France française, l’Europe boréale, la civilisation européenne et chrétienne qu’évoque Jean-Marie Le Pen dans sa récente interview dans RIVAROL !

Capture 1.JPG

 

 

LES MIGRANTS EN MÉDITERRANÉE ? “LES RENVOYER TOUS !”

 

Le dirigeant (certes très sioniste) du PVV hollandais, Geert Wilders, vient d’écrire sur Twitter : « 5 000 immigrés économiques en Méditerranée au cours des dernières 24 heures. Les renvoyer tous ou des millions suivront ». Kadhafi disait en substance, peu avant la guerre menée par BHL contre les intérêts de la France et de l’Europe : « Si mon régime devait chuter, des millions d’Africains déferleront sur l’Europe ». C’est certainement ce qui était visé par les propagandistes de cette guerre en Libye.

Capture 2.JPG

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

10/06/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3191 du 4 juin 2015

 

AU FRONT national mariniste, ça se passe comme en Corée du Nord dirigée par le joufflu tyran Kim Jong-un. Les purges succèdent aux purges. Ces récentes semaines, plusieurs secrétaires départementaux, soupçonnés de ne pas être totalement dans la ligne du génie cosmoplanétaire qui préside le FN, ont été virés. Dernières informations : la purge continue.

 

COMME EN CORÉE DU NORD, LES PURGES SUCCÈDENT AUX PURGES AU FN MARINISTE

 

Marie-Christine Arnautu, vice-présidente chargée des questions sociales et eurodéputée, vient d’être virée de la Commission d’investiture du parti, à la veille d’une réunion qui devait désigner ceux qui pourront concourir lors des prochaines élections régionales. Il est vrai qu’elle avait commis un crime de lèse-majesté en regrettant qu’on « écarte le fondateur du Front national et président pendant quarante ans d’un revers de la main ». On l’a aussi vue soutenir Jean-Marie Le Pen lors du dépôt de gerbe, le 1er mai, devant la statue de Jeanne. On se souvient de l’appel désespéré du vieux lion : « Jeanne, au secours ! » Arnautu était présente. Suffisant pour qu’elle soit exterminée par la camarilla. Et pourtant, écrit l’historien Nicolas Lebourg dans son livre Dans l’ombre des Le Pen, « son affection pour Marine est immense ». Aujourd’hui, il convient de pratiquer l’imparfait…

 

Autre purgé : Bruno Gollnisch. Il vient d’être débarqué de la Commission des conflits à la veille d’une réunion de l’instance destinée à faire le ménage parmi les candidats aux élections départementales qui s’étaient distingués par leurs propos supposés antisémites ou homophobes. Bruno a été viré comme un malpropre. Il est vrai qu’il avait exagéré : il avait osé réclamer un débat de clarification sur la ligne politique, estimant que l’orientation qui était donnée désormais au Front national l’éloignait de son électorat traditionnel, en particulier des catholiques traditionalistes. Il a osé regretter l’absence de Marine Le Pen dans les « Manif pour tous ». Il a critiqué le ralliement du fondateur de Gay-Lib, Sébastien Chenu, au FN : « M. Chenu incarne a priori tout ce que nous avons combattu. Il se déclarait européiste, militait contre le rapprochement de la droite avec le FN… Il incarne tout ce que nous avons combattu depuis des années ».

Quant à Jean-Marie Le Pen, on vient de lui retirer l’usage personnel d’une carte bancaire du parti… Qui est “on” ? Marine Le Pen, bien sûr ainsi que l’odieux Wallerand de Saint-Just, trésorier du parti, et qui fut l’avocat de Jean-Marie Le Pen et se révéla être pendant des siècles un exceptionnel cireur de pompes du fondateur du FN. On raconte dans les couloirs du Carré, le siège du Front national à Nanterre, que Wallerand de Saint-Just rêve désormais de priver Jean-Marie Le Pen de son bureau. Philippot, quant à lui, est content, déclarant « Marine se comporte en femme d’Etat ».Jean-Marie Le Pen, quant à lui, ne peut que constater le manque de soutiens dont il dispose à la direction du parti. Il explique cette situation par un « chantage aux investitures » exercé par l’entourage de Marine Le Pen, à quelques mois des élections régionales, et estime que sa fille est manipulée, affirmant : « Philippot est le véritable chef du mouvement. (…) En fait, c’est lui qui pense et agit comme un chef, il croit déjà être le chef. » Et puis, invité de Michel Fiels, il a cette phrase terrible : « Le FN a quelque chose à cacher. Et ce qui est à cacher, c’est un transfert de contenu politique ».

 

ZEMMOUR : HOLLANDE LE PETIT

 

Eric Zemmour fusille le petit Hollande au sujet de la panthéonisation des quatre personnalités, dont Jean Zay, qui qualifia le drapeau français de torche-cul. Hollande tint, bien sûr, un important discours, préparé par ses communicants. Zemmour le fusille sur place, déclarant : « C’était fait pour. Hollande ne pouvait pas se manquer. L’histoire, c’est son truc, nous murmurent depuis des jours ses communicants. ». Zemmour se montre sans pitié, relevant que François Hollande butait sur certains mots et que son discours sonnait creux. Zemmour l’achève d’une balle verbale dans la nuque en notant qu’en voulant s’égayer dans la cour des grands, il n’a fait que montrer sa petitesse, notant : « Il était comme absent, flottant dans un costume trop grand pour lui. Les grands mots étaient tous de cérémonie, aussi bien alignés que les cercueils drapés de tricolore. Il ne manquait rien… Sauf l’essentiel. Le style, le talent, l’âme ». En revanche, Roger Karoutchi, sénateur UMP des Hauts-de-Seine, qui fait partie du comité pour la panthéonisation de celui qui traitait le drapeau de torche-cul y est allé de son dithyrambe, déclarant : « La première partie du discours de Hollande au Panthéon était d’une grande élévation ». Il n’y avait pas que Hollande, ce jour-là, à être petit…

 

FABRICE LUCHINI SULFATE LA CLASSE POLITIQUE FRANÇAISE

 

Le grand acteur Fabrice Luchini n’y va pas de main morte. Il flingue consciencieusement la classe politique française et notamment Sarkozy et Hollande. Son propos : « Ils ne sont pas grandioses, ils sont très peu cultivés. Ils n’ont pas le temps. Ils incarnent en même temps une beaufitude. Les hommes politiques n’incarnent plus le génie français comme ils l’ont incarné du temps de Pompidou ou de De Gaulle. » Les hommes politiques sous Pompidou et De Gaulle n’étaient peut-être pas géniaux, mais n’atteignaient sans doute pas les Himalayas de médiocrité que la France subit aujourd’hui, Marine Le Pen comprise.

 

BIENTÔT LES “DÉLITS RACISTES” DANS LE CODE PÉNAL !

 

La Licra n’en peut plus. 200 magistrats “référents” en matière de racisme et de discrimination se sont réunis mercredi 20 mai à Paris pour professionnaliser les réponses judiciaires face à la supposée croissance d’incidents racistes, notamment sur Internet. Cette rencontre était clôturée par le ministre de la Justice Christiane Taubira, comme il se doit. « On veut du concret et du pratique. Il est de notre responsabilité de développer des outils à la disposition des parquets locaux », a déclaré Robert Gelli, le directeur des affaires criminelles et des grâces (DAGP)… D’ici à ce qu’ils remettent en service la guillotine, qui, il faut le reconnaître, est concrète et pratique. La Licra, qui diffuse largement l’information sur son site, rappelle avec fierté qu’elle intervient déjà en organisant des stages de citoyenneté auprès des mineurs et bientôt à destination des adultes. D’ici à ce qu’ils imposent aux lecteurs de RIVAROL de tels stages… En attendant, on pourrait imaginer un carnet à points antiraciste, sur le modèle du permis à points. Le soupçon d’une petite pensée raciste : deux points en moins. Un propos supposé raciste : cinq points en moins. A partir de dix points de perdus, la guillotine. Mais revenons à la Licra. A l’initiative de l’officine, 100 avocats de victimes de plus de 20 barreaux ont signé une tribune dans Libération le 19 mai pour faire du racisme un vrai délit. Un vrai de vrai. Le titre de l’article est « Pour une répression juste des actes racistes ». L’article exige que le « racisme intègre le code pénal » et « devienne un vrai délit », « avec une véritable réponse pénale, efficace et rapide ». On pensait, vu les persécutions subies par RIVAROL, qui fut traîné plus d’une fois devant la 17e Chambre, spécialisée dans les délits de presse, et qui devra répondre le 24 septembre à 13h30 devant la cour d’appel de Paris (pôle 2 chambre 7) d’un éditorial sur « l’insupportable police juive de la pensée » (dixit feu Annie Kriegel), qu’un tel délit existait déjà. Pas du tout. Ils en veulent plus. Ils n’en ont jamais assez. Parmi les signataires de la tribune, on retrouve avec joie Michel Bénichou, Michel Blum, Sabine Goldman, Alain Jacubowicz (président de la Licra), Francis Szpiner et Pierre-François Veil. Que du beau linge !

Capture 1.JPG

 

 

PAS DE VISITE OBLIGATOIRE DES CAMPS DE CONCENTRATION PAR LES ÉLÈVES MUSULMANS

 

On sait que les enfants allemands (mais pas seulement eux !) subissent un véritable lavage de cerveau, impliquant des visites obligatoires des camps de concentration allemands. Histoire de leur mettre du plomb dans la cervelle.

Or voici que le Parlement bavarois vient de lever cette obligation de visite guidée. Certes pas pour tous les élèves. Pas pour les Européens qui doivent encore et encore subir le bourrage de crâne. Ne sont concernés que les lycéens et collégiens musulmans. Un élu du CSU, le parti conservateur majoritaire en Bavière, membre de la coalition de la Chancelière Merckel, explique : « Il y a beaucoup d’enfants de familles musulmanes qui n’ont aucun lien avec notre passé ». On lui rappellera les excellentes relations entretenues par Adolf Hitler et le Grand Mufti de Jérusalem et l’existence de la division musulmane bosniaque de la Waffen SS, la Handschar, qui se singularisa par une telle cruauté que Heinrich Himmler envisagea même de la dissoudre.

 

Voilà en tout cas un moyen tout trouvé pour empêcher que les évocations obsessionnelles de la Shoah soient troublées en classe par de jeunes mahométans d’autant moins sensibles aux jérémiades du petit peuple qu’ils voient comme ce dernier se comporte en Palestine occupée.

Capture 2.JPG

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

03/06/2015

Chronique du Front occupé et asservi

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3190 du 28 mai 2015

 

JEAN-MARIE Le Pen, interrogé par nos soins, il y a quelques jours quant à l’avancement de son projet d’association qui ne serait cependant pas un parti politique concurrent du FN, nous a répondu ceci : « Chez nous, la réflexion précède l’action (sous-entendu, ce n’est pas le cas chez d’autres, suivez son regard). Nous nous consultons de façon à parfaire l’enfant, le petit Jean-Marie ». Trop mignon…

 

LE “PETIT JEAN-MARIE” VA BIENTÔT NAÎTRE

 

Il ajoute que l’on peut être à la fois au FN et dans une structure « non partitique ». Les statuts ne l’interdisent pas. L’association, que certains ont imaginé baptiser « Association des Amis de Jean-Marie Le Pen » (mais rien n’est encore sûr) est donc « en création, en réflexion dans l’espace et le temps », nous dit le Menhir. Des « modes d’action judiciaires » sont aussi en préparation. Jean-Marie Le Pen considère qu’« un congrès par voie postale est une escroquerie » qu’il contestera vigoureusement devant les tribunaux, arguant du parallélisme des formes. Dès lors que Jean-Marie Le Pen a été élu par un congrès “physique” président d’honneur du FN, il ne peut être démis de son titre que par un congrès de même nature. Sinon, dit Jean-Marie Le Pen, il « s’agirait d’un congrès bidon ». Mais qu’en est-il de l’entourage de Marine Le Pen ? Le président d’Honneur a cette formule dont il a le secret : « Une règle chrétienne : on ne fait pas porter la bannière par les convertis ». Sacré Le Pen, ils n’ont pas fini de souffrir !

 

PÉTAIN, CONDAMNÉ À NOUVEAU À MORT PAR L’INÉNARRABLE WALLERAND DE SAINT-JUST

 

Wallerand de Saint-Just avait, depuis toujours, été l’avocat de Jean-Marie Le Pen. Il est connu pour ne pas être le génie du siècle, d’où des procès perdus qui eussent pu ne pas l’être. Mais JMLP lui avait toujours gardé sa confiance, ce en quoi il avait certainement eu tort. Saint-Just est aujourd’hui trésorier du FN et tête de liste pour les régionales en Ile-de-France. Il estime que JMLP représente « un obstacle considérable » quant à la bonne marche du Front national. Dans la perspective d’« écarter les obstacles qui pourraient surgir sur cette route (celle de la présidence de la République) », il faut éliminer Jean-Marie Le Pen. Wallerand de Saint-Just considère que les propos réitérés de Jean-Marie Le Pen sur les chambres à gaz, « détail de l’histoire » de la Seconde Guerre mondiale, peuvent « parfaitement être ressentis comme antisémites ». Avec un avocat pareil, qui se transforme sans honte en procureur, on comprend que le Menhir ait perdu quelques procès…

 

Saint-Just était reçu, il y a quelques jours, par le journaliste de RTL, Jean-Michel Aphatie. Ce dernier, connaissant le courage légendaire du personnage, ne put résister à la tentation de le torturer quelque peu. Il revint sur les propos de Jean-Marie Le Pen, qui avait déclaré que le Maréchal n’était pas un traître. Qu’en pensez-vous, demanda le journaliste ? Houlà ! Achtung, danger ! Le terrain devenait glissant. Wallerand commença à se décomposer. De fines gouttelettes de sueur perlèrent sur son front. La moustache se mit à friser, puis à défriser, au rythme d’une respiration de plus en plus saccadée, la barbe aussi (il porte la barbe depuis quelques temps, car, a-t-il déclaré, « c’est à la mode », genre de réflexions qui en dit long sur le personnage !). Il se mit à bafouiller, et finit par expectorer péniblement : « Je m’en réfère à la décision de justice ». En d’autres termes, il approuve la condamnation à mort du Maréchal. Quelle honte ! Mais Aphatie était satisfait de sa réponse, c’est ça qui compte. Il trouva aussi moyen de préciser, lui qui fut durant vingt ans l’avocat de Jean-Marie Le Pen, qu’il ne l’avait été que pour des raisons techniques (sous-entendu, qu’il désapprouvait le fond). Comment un militant national ou nationaliste sincère peut-il envisager une seule seconde de voter pour de pareils misérables ?

 

MARINE LE PEN EST “CONTRE LES STATISTIQUES ETHNIQUES”. BEN, VOYONS…

 

Interrogée sur l’affaire Ménard et des statistiques ethniques, Marine Le Pen a été on ne peut plus claire. Elle a déclaré : « Sur le fond, moi je suis contre les statistiques ethniques, je l’ai toujours dit, ça n’est pas ma vision. Parce que je suis contre le communautarisme, parce que je ne mets pas les gens en catégorie selon leur origine, selon leur religion. Moi je défends tous les Français, quels qu’ils soient et d’où qu’ils viennent. » C’est beau comme du Mélenchon. Elle poursuit avec ces fortes paroles, empreintes de bon sens, qui dévoilent une grande profondeur intellectuelle : « Quand on devient français, on devient français ». On savait que quand on devenait français, on ne devenait pas chinois. Mais il était important de le préciser. Bien entendu, pas question pour elle de défendre les « Français de souche ». « J’ai pas une passion pour cette expression, parce que moi j’ai une vision très imprégnée des valeurs de la République française, des valeurs de l’assimilation, c’est à-dire que je pense que quand on devient français, on devient français ». Mais attention, Marine Le Pen n’est pas opposée aux statistiques permettant de dénombrer le nombre d’immigrés et de binationaux en France. Car, dit-elle, « cela n’a pas de caractère racial ». Le journaliste Marc Bertric note fort justement : « Mais après 40 ans de regroupement familial, de droit du sol, de naturalisations massives et de régularisations tout aussi massives, peut-on considérer que des statistiques reposant sur la nationalité puissent suffire à dépeindre la réalité de notre pays ? »

 

MARINE LE PEN, UN PRÉCIPITÉ DE HAINE À L’ENCONTRE DE SON PÈRE

 

Marine Le Pen était interrogée récemment par un journaliste de RTL qui la suivait dans son voyage à Prague. Il lui a posé une question sur l’éventualité que Jean-Marie Le Pen constitue sa propre liste pour les élections régionales en Paca. Marine Le Pen a répondu : « Et pourquoi pas un ticket avec Gollnisch, ce serait sexy, non ? » Autre question du même journaliste quant à l’éventualité de la création d’un nouveau parti par Jean-Marie Le Pen. Réponse pleine de tact de la fille, qui dévoile une fois de plus son rictus de haine à l’encontre de son père : « Au niveau européen peut-être, avec les antisémites hongrois ou les néo-nazis grecs, ça clarifierait les choses… » Et puis, cette dernière considération pleine d’humanité à l’encontre du fondateur du Front national qui se trouve aussi être son père : « Il gesticule tout seul. A qui croit-il encore faire peur ? » Et ce tacle contre sa belle-mère en réponse à des journalistes l’interrogeant sur la crise entre le père et la fille : « Vous n’avez qu’à interviewer Jany » ! Un vrai cœur de pierre !

 

FN : ET SI LE PROCHAIN EXCLU ÉTAIT PHILIPPOT ?

 

Intéressante et pertinente analyse de Nicolas Domenach sur Challenges : « En cas de défaite de Marine Le Pen à l’élection suprême, nul doute qu’il (Florian Philippot) sera le premier exécuté. Mais il n’est pas sûr non plus que Florian Philippot survive à une victoire. D’abord parce que les conseillers de l’ascension ne survivent pas toujours à la prise de pouvoir. Surtout lorsqu’ils sont sortis de l’ombre et captent trop de lumière. Comment Marine le Pen pourrait-elle supporter longtemps qu’on dise comme cela s’entend, qu’il est “son cerveau”, “qu’elle lui doit tout”, “qu’elle est trop fragile pour se passer de lui etc.” Si elle s’est “libérée de son père”, comme elle s’en réjouit, ce n’est pas pour s’encombrer longtemps d’une autorité de substitution, dont les abus exaspèrent déjà ses plus proches, tel son compagnon Louis Aliot, ou encore à un autre niveau Marion Maréchal Le Pen. » Domenach note que le vice-président du FN ne dispose d’aucun bastion électoral qui pourrait lui servir de repli ou d’appui. Nous avons, pour notre part, toujours pensé que, vu l’ingratitude de la fille, les jours de Philippot comme vice-président du FN étaient comptés. Demain, il sera tenu responsable de mauvais sondages, de résultats électoraux médiocres, etc. On lui reprochera d’avoir délivré de mauvais conseils, de s’être mis à dos une partie de l’appareil. Bref, parions que pour “Philipipeau”, comme d’aucuns le surnomment, la roche Tarpéienne est proche du Capitole. Il le sait, au demeurant, et manie actuellement avec fougue la brosse à reluire. Ses dernières déclarations d’amour à Marine Le Pen, dans le JDD, fleurent bon le lèche-bottisme le plus éhonté : « Il n’y a pas plus libre et courageuse qu’elle ; Elle a toutes les qualités d’un chef ; Je n’ai qu’une seule ligne, c’est le marinisme ». Nous n’avons pas fini de nous amuser avec ces volatiles…

Capture.JPG

 

 

LE FN AU POUVOIR VA-T-IL LANCER DES OPÉRATIONS POLICIÈRES CONTRE LES JUIFS ?

 

Le chasseur de nazis Serge Klarsfeld, interrogé sur LCP par Serge Moati n’a, semble-t-il pas vraiment suivi le feuilleton de la dédiabolisation du FN mariniste. Il estime que l’arrivée de Marine Le Pen au pouvoir « serait une catastrophe pour la France ». Et pour les Juifs en particulier. Il a déclaré : « Il ne faut pas croire que le Front National va protéger contre le terrorisme musulman, il va lancer des opérations policières contre les juifs aussi. Beaucoup de juifs avant Hitler croyaient qu’Hitler c’était le barrage contre le Bolchévisme, et puis ils ont vu la suite. » Il estime que le FN est « un parti extrémiste, démagogue, qui profite de la crise, des peurs ». Tout ça, pour en arriver là ? Comme quoi il ne suffit pas de tuer le père, de se coucher devant les lobbies, de renier les idéaux nationalistes pour être reçue dans la bonne société…

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici.