Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/06/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3191 du 4 juin 2015

 

AU FRONT national mariniste, ça se passe comme en Corée du Nord dirigée par le joufflu tyran Kim Jong-un. Les purges succèdent aux purges. Ces récentes semaines, plusieurs secrétaires départementaux, soupçonnés de ne pas être totalement dans la ligne du génie cosmoplanétaire qui préside le FN, ont été virés. Dernières informations : la purge continue.

 

COMME EN CORÉE DU NORD, LES PURGES SUCCÈDENT AUX PURGES AU FN MARINISTE

 

Marie-Christine Arnautu, vice-présidente chargée des questions sociales et eurodéputée, vient d’être virée de la Commission d’investiture du parti, à la veille d’une réunion qui devait désigner ceux qui pourront concourir lors des prochaines élections régionales. Il est vrai qu’elle avait commis un crime de lèse-majesté en regrettant qu’on « écarte le fondateur du Front national et président pendant quarante ans d’un revers de la main ». On l’a aussi vue soutenir Jean-Marie Le Pen lors du dépôt de gerbe, le 1er mai, devant la statue de Jeanne. On se souvient de l’appel désespéré du vieux lion : « Jeanne, au secours ! » Arnautu était présente. Suffisant pour qu’elle soit exterminée par la camarilla. Et pourtant, écrit l’historien Nicolas Lebourg dans son livre Dans l’ombre des Le Pen, « son affection pour Marine est immense ». Aujourd’hui, il convient de pratiquer l’imparfait…

 

Autre purgé : Bruno Gollnisch. Il vient d’être débarqué de la Commission des conflits à la veille d’une réunion de l’instance destinée à faire le ménage parmi les candidats aux élections départementales qui s’étaient distingués par leurs propos supposés antisémites ou homophobes. Bruno a été viré comme un malpropre. Il est vrai qu’il avait exagéré : il avait osé réclamer un débat de clarification sur la ligne politique, estimant que l’orientation qui était donnée désormais au Front national l’éloignait de son électorat traditionnel, en particulier des catholiques traditionalistes. Il a osé regretter l’absence de Marine Le Pen dans les « Manif pour tous ». Il a critiqué le ralliement du fondateur de Gay-Lib, Sébastien Chenu, au FN : « M. Chenu incarne a priori tout ce que nous avons combattu. Il se déclarait européiste, militait contre le rapprochement de la droite avec le FN… Il incarne tout ce que nous avons combattu depuis des années ».

Quant à Jean-Marie Le Pen, on vient de lui retirer l’usage personnel d’une carte bancaire du parti… Qui est “on” ? Marine Le Pen, bien sûr ainsi que l’odieux Wallerand de Saint-Just, trésorier du parti, et qui fut l’avocat de Jean-Marie Le Pen et se révéla être pendant des siècles un exceptionnel cireur de pompes du fondateur du FN. On raconte dans les couloirs du Carré, le siège du Front national à Nanterre, que Wallerand de Saint-Just rêve désormais de priver Jean-Marie Le Pen de son bureau. Philippot, quant à lui, est content, déclarant « Marine se comporte en femme d’Etat ».Jean-Marie Le Pen, quant à lui, ne peut que constater le manque de soutiens dont il dispose à la direction du parti. Il explique cette situation par un « chantage aux investitures » exercé par l’entourage de Marine Le Pen, à quelques mois des élections régionales, et estime que sa fille est manipulée, affirmant : « Philippot est le véritable chef du mouvement. (…) En fait, c’est lui qui pense et agit comme un chef, il croit déjà être le chef. » Et puis, invité de Michel Fiels, il a cette phrase terrible : « Le FN a quelque chose à cacher. Et ce qui est à cacher, c’est un transfert de contenu politique ».

 

ZEMMOUR : HOLLANDE LE PETIT

 

Eric Zemmour fusille le petit Hollande au sujet de la panthéonisation des quatre personnalités, dont Jean Zay, qui qualifia le drapeau français de torche-cul. Hollande tint, bien sûr, un important discours, préparé par ses communicants. Zemmour le fusille sur place, déclarant : « C’était fait pour. Hollande ne pouvait pas se manquer. L’histoire, c’est son truc, nous murmurent depuis des jours ses communicants. ». Zemmour se montre sans pitié, relevant que François Hollande butait sur certains mots et que son discours sonnait creux. Zemmour l’achève d’une balle verbale dans la nuque en notant qu’en voulant s’égayer dans la cour des grands, il n’a fait que montrer sa petitesse, notant : « Il était comme absent, flottant dans un costume trop grand pour lui. Les grands mots étaient tous de cérémonie, aussi bien alignés que les cercueils drapés de tricolore. Il ne manquait rien… Sauf l’essentiel. Le style, le talent, l’âme ». En revanche, Roger Karoutchi, sénateur UMP des Hauts-de-Seine, qui fait partie du comité pour la panthéonisation de celui qui traitait le drapeau de torche-cul y est allé de son dithyrambe, déclarant : « La première partie du discours de Hollande au Panthéon était d’une grande élévation ». Il n’y avait pas que Hollande, ce jour-là, à être petit…

 

FABRICE LUCHINI SULFATE LA CLASSE POLITIQUE FRANÇAISE

 

Le grand acteur Fabrice Luchini n’y va pas de main morte. Il flingue consciencieusement la classe politique française et notamment Sarkozy et Hollande. Son propos : « Ils ne sont pas grandioses, ils sont très peu cultivés. Ils n’ont pas le temps. Ils incarnent en même temps une beaufitude. Les hommes politiques n’incarnent plus le génie français comme ils l’ont incarné du temps de Pompidou ou de De Gaulle. » Les hommes politiques sous Pompidou et De Gaulle n’étaient peut-être pas géniaux, mais n’atteignaient sans doute pas les Himalayas de médiocrité que la France subit aujourd’hui, Marine Le Pen comprise.

 

BIENTÔT LES “DÉLITS RACISTES” DANS LE CODE PÉNAL !

 

La Licra n’en peut plus. 200 magistrats “référents” en matière de racisme et de discrimination se sont réunis mercredi 20 mai à Paris pour professionnaliser les réponses judiciaires face à la supposée croissance d’incidents racistes, notamment sur Internet. Cette rencontre était clôturée par le ministre de la Justice Christiane Taubira, comme il se doit. « On veut du concret et du pratique. Il est de notre responsabilité de développer des outils à la disposition des parquets locaux », a déclaré Robert Gelli, le directeur des affaires criminelles et des grâces (DAGP)… D’ici à ce qu’ils remettent en service la guillotine, qui, il faut le reconnaître, est concrète et pratique. La Licra, qui diffuse largement l’information sur son site, rappelle avec fierté qu’elle intervient déjà en organisant des stages de citoyenneté auprès des mineurs et bientôt à destination des adultes. D’ici à ce qu’ils imposent aux lecteurs de RIVAROL de tels stages… En attendant, on pourrait imaginer un carnet à points antiraciste, sur le modèle du permis à points. Le soupçon d’une petite pensée raciste : deux points en moins. Un propos supposé raciste : cinq points en moins. A partir de dix points de perdus, la guillotine. Mais revenons à la Licra. A l’initiative de l’officine, 100 avocats de victimes de plus de 20 barreaux ont signé une tribune dans Libération le 19 mai pour faire du racisme un vrai délit. Un vrai de vrai. Le titre de l’article est « Pour une répression juste des actes racistes ». L’article exige que le « racisme intègre le code pénal » et « devienne un vrai délit », « avec une véritable réponse pénale, efficace et rapide ». On pensait, vu les persécutions subies par RIVAROL, qui fut traîné plus d’une fois devant la 17e Chambre, spécialisée dans les délits de presse, et qui devra répondre le 24 septembre à 13h30 devant la cour d’appel de Paris (pôle 2 chambre 7) d’un éditorial sur « l’insupportable police juive de la pensée » (dixit feu Annie Kriegel), qu’un tel délit existait déjà. Pas du tout. Ils en veulent plus. Ils n’en ont jamais assez. Parmi les signataires de la tribune, on retrouve avec joie Michel Bénichou, Michel Blum, Sabine Goldman, Alain Jacubowicz (président de la Licra), Francis Szpiner et Pierre-François Veil. Que du beau linge !

Capture 1.JPG

 

 

PAS DE VISITE OBLIGATOIRE DES CAMPS DE CONCENTRATION PAR LES ÉLÈVES MUSULMANS

 

On sait que les enfants allemands (mais pas seulement eux !) subissent un véritable lavage de cerveau, impliquant des visites obligatoires des camps de concentration allemands. Histoire de leur mettre du plomb dans la cervelle.

Or voici que le Parlement bavarois vient de lever cette obligation de visite guidée. Certes pas pour tous les élèves. Pas pour les Européens qui doivent encore et encore subir le bourrage de crâne. Ne sont concernés que les lycéens et collégiens musulmans. Un élu du CSU, le parti conservateur majoritaire en Bavière, membre de la coalition de la Chancelière Merckel, explique : « Il y a beaucoup d’enfants de familles musulmanes qui n’ont aucun lien avec notre passé ». On lui rappellera les excellentes relations entretenues par Adolf Hitler et le Grand Mufti de Jérusalem et l’existence de la division musulmane bosniaque de la Waffen SS, la Handschar, qui se singularisa par une telle cruauté que Heinrich Himmler envisagea même de la dissoudre.

 

Voilà en tout cas un moyen tout trouvé pour empêcher que les évocations obsessionnelles de la Shoah soient troublées en classe par de jeunes mahométans d’autant moins sensibles aux jérémiades du petit peuple qu’ils voient comme ce dernier se comporte en Palestine occupée.

Capture 2.JPG

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

Les commentaires sont fermés.