Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/05/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3189 du 21 mai 2015

 

DANS une récente interview dans Le Figaro, Jean-Marie Le Pen a déclaré : « Le FN est en train de se détruire, de se transformer en parti chevènementiste ». Il a précisé : « Son attitude (celle de sa fille) à mon égard est tellement extraordinaire et exceptionnelle qu’elle ne peut s’expliquer que par une espèce de maraboutage ou de prise en mains par quelqu’un d’autre. Il me semble qu’elle a perdu sa liberté de jugement. L’appareil de son mouvement lui échappe. » Il ajoute : « Mon éviction est un symbole, un signal. Elle est décidée sous un prétexte fallacieux cachant une autre manœuvre. Évidemment, Jean-Marie Le Pen au Front national est le symbole d’un certain nombre de choses. Le Front est en train de se détruire, de se transformer en parti chevènementiste. Jusqu’à présent, la ligne tracée par Chevènement est allée dans le mur. Si les rescapés de ces entreprises malheureuses essayent de se raccrocher à quelque chose qui marche, de s’emparer d’un bateau qui tient la route alors que leur esquif a coulé, cela mérite d’être combattu ».

 

“LE FN EST EN TRAIN DE SE DÉTRUIRE, DE SE TRANSFORMER EN PARTI CHEVÈNEMENTISTE”

 

En attendant, le Menhir appelle à la résistance. Il considère que « la perspective de prendre des régions s’éloigne ». « Cela est une conséquence des initiatives vulnérantes qui sont prises contre moi », juge le président d’honneur suspendu du FN. Il y a, dit-il « un changement d’orientation, une sélection de personnels différents, un état d’esprit hétérophobe évident… ». Il confirme son intention de créer une nouvelle structure politique. « Nous ne savons pas encore quelle en sera la forme juridique, mais le contenu sera plus important que le contenant », prévient-il, assurant qu’il se « battra jusqu’au bout de (ses) forces ». « Nous allons essayer de barrer la route à M. Philippot dans sa conquête du Front national. Ce sera absolument une force d’opposition à lui et à ses mignons. Il s’empare des leviers de commande du parti », assure par ailleurs Jean-Marie Le Pen.

 

ET VOICI MÉLENCHON QUI FÉLICITE FLORIAN PHILIPPOT !

 

On croyait avoir tout vu. Eh bien non. Mélenchon vient de déclarer sur France 2 : « Je félicite M. Florian Philippot de nous avoir débarrassés de ce vieux fasciste, parce que nous, on n’y était pas arrivés, mais lui, il y est arrivé, donc félicitations ». Il accuse cependant Philippot de plagiat, de « pomper ses discours » et de “voler” dans son programme de 2012. En novembre, Marine Le Pen avait déclaré que le programme de Mélenchon n’était « pas très éloigné » de celui du FN. Et elle s’est réjouie de la victoire du mouvement d’extrême gauche Syriza en Grèce. Jeanne, au secours !

 

JEAN-MARIE LE PEN ÉVOQUE SA FUTURE FORMATION

 

Jean-Marie Le Pen va-t-il créer un nouveau parti ? Très probablement mais pas sous cette forme. En fin tacticien, connaissant l’histoire, il sait qu’une telle entreprise serait probablement vouée à l’échec. Il suffit de se souvenir de Haider, le leader nationaliste du FPÖ autrichien, qui avait quitté son parti suite à des querelles internes pour créer un nouveau mouvement. Ce fut un échec cuisant, malgré son énorme notoriété. Il est plus probable que le Menhir s’oriente vers la fondation d’une structure souple, peut-être sous forme d’une association des amis de Jean-Marie Le Pen, qui n’aurait pas vocation, en tant que telle, de présenter des candidats aux élections, contre ceux du FN, mais pourrait peser sur les orientations du parti, en appelant par exemple à barrer la route aux plus nuisibles. Toujours est-il que Jean-Marie Le Pen vient de déclarer sur BFMTV qu’il attendait l’adhésion de centaines, voire de milliers d’adhérents lorsque sa future formation aura pris forme. Il s’en est, une fois de plus, pris au vice-président du FN, Florian Philippot, estimant que le mouvement est en train de “dérailler” sous son influence et celle de ses amis. Mais qu’en est-il du caractère supposé homophobe de certaines de ses déclarations concernant les “mignons” de Philippot. Il répond qu’il ne « condamne pas les homosexuels à titre individuel mais quand ils chassent en meute, oui ». Quant à sa fille Marine, il estime qu’elle était « dévorée, possédée de l’ambition d’être au pouvoir ».

Capture 1.JPG

 

 

TOUTES LES FOLLES NE SONT PAS AU FRONT !

 

Pierre Cassen raconte sur Boulevard Voltaire cette histoire qui peut paraître assez invraisemblable. Cela se passe le 8 mai à Hayange (Moselle), dont Fabien Engelmann (FN) est maire. A la fin de la cérémonie, voici que des militants homosexualistes débarquent avec une banderole pour vanter une Marche des fiertés Lesbienne, Gay Bi, Trans, qui doit avoir lieu le 13 juin à Metz. On voit sur la banderole et l’affiche une chaussure de type ranger s’apprêtant à écraser trois noms qui figurent sous la semelle : « Florian, Fabien, Steeve » et précise le texte « et les autres ». Référence bien sûr à Florian Philippot, Fabien Engelmann et Steeve Briois. On laissera au lecteur de RIVAROL deviner quels sont les autres. En bas de l’affiche, ce slogan : « Toutes les folles ne sont pas au Front ». Sans commentaire…

 

COMBIEN DE MOSQUÉES À CUBA ? ZÉRO !

 

Comme on le sait, François Hollande était en visite à Cuba, où il a rencontré Raul et Fidel Castro. On apprend à cette occasion que François Hollande, malgré sans doute son vif désir, n’a pas pu rendre visite à la communauté musulmane, pour la simple raison qu’il n’y a rigoureusement aucune mosquée à Cuba et qu’il n’existe qu’une seule salle de prière, destinée aux touristes musulmans, mais strictement interdite aux musulmans cubains. Par ailleurs, depuis 1992, le gouvernement cubain autorise ses citoyens à pratiquer leur religion en public. Sauf les musulmans qui sont au nombre de 9 000, sur une population de 11 millions d’habitants. La Turquie avait proposé de financer un projet de construction d’une mosquée, assez grande pour accueillir jusqu’à 500 personnes. Le Bureau des affaires religieuses de Cuba a répondu niet en novembre dernier.

Capture 2.JPG

 

 

INVASION DE L’EUROPE : LA GRANDE-BRETAGNE SE REBIFFE

 

Le chef de la diplomatie de l’Union européenne Federica Mogherini vient de déclarer que pas un seul migrant intercepté en mer ne sera renvoyé contre son gré. Réponse du ministre de l’Intérieur britannique, Theresa May, qui vient d’être reconduite dans ses fonctions après le triomphe de David Cameron et des Conservateurs aux élections législatives : Selon elle, l’Europe devrait suivre l’exemple de l’Australie. « L’UE devrait travailler à établir des sites d’accueil sécurisés en Afrique du Nord, avec un programme actif de retours […]. Je suis en désaccord avec la suggestion de la chef de la diplomatie de l’UE Federica Mogherini, selon laquelle pas un seul réfugié ou migrant intercepté en mer ne sera renvoyé contre son gré. Une telle approche ne peut que favoriser la traversée de la Méditerranée et encourager plus de personnes à mettre leur vie en péril ». On attend avec curiosité les résultats du référendum sur la sortie de la Grande-Bretagne de l’Europe, référendum promis par Calderon. Parions que les Britanniques sauront se souvenir de cet épisode au moment de glisser leur bulletin dans l’urne.

 

KIM JONG-UN FAIT EXÉCUTER AU CANON SON MINISTRE DE LA DÉFENSE

 

Le dictateur nord-Coréen a beau être joufflu, il n’en est pas moins imaginatif. Le ministre de l’armée populaire nord-coréenne, le vice-maréchal Hyon Yong-chol (65 ans), a été exécuté pour déloyauté. Pas fusillé, ni guillotiné. Non, il fallait du lourd, du très lourd, histoire de marquer les esprits. Il a été pulvérisé le 30 avril au moyen d’un tir de canon antiaérien en présence de plusieurs centaines de personnalités. On peut comprendre l’ire du génie cosmoplanétaire nord-Coréen. Le ministre avait commis l’effrayante outrecuidance de s’endormir lors d’un de ces interminables défilés militaires dont le joufflu est friand, témoignant ainsi d’un évident manque de respect pour son auguste personne. Par ailleurs, il se serait permis quelques menues critiques. Du coup le vice-maréchal a été exécuté au moyen d’un tir de canon antiaérien (ou de lance-roquettes selon les traductions), accusé de « déloyauté et manque de respect » et « pour s’être assoupi lors de célébrations militaires ». Deux vice-ministres ont également été passés par les armes en avril. Le 29 avril, les services de renseignement de la Corée du Sud avaient déjà annoncé l’exécution d’une quinzaine de personnalités (hauts cadres et artistes) depuis le début de l’année. On se souvient que fin 2013, Kim Jong-un avait fait exécuter le numéro deux du régime, Jang Song-thaek, qui n’était autre que son oncle. En voilà un qui a de la suite dans les idées et le sens de la famille comme Marine Le Pen !

 

ALAIN SORAL LOURDEMENT CONDAMNÉ POUR UNE QUENELLE

 

Alain Soral a été condamné, mardi 12 mai, à 10 000 euros d’amende pour une photo prise au Mémorial aux Juifs assassinés d’Europe, à Berlin, en 2013, sur laquelle il fait une “quenelle”. Il a cent jours pour payer l’amende sinon la prison l’attend. Le tribunal l’a aussi condamné à verser 14 001 euros de dommages et intérêts au profit des sept associations qui s’étaient constituées parties civiles. Pourtant aucun propos lié à la photo prise devant le Mémorial ne prouvait que la quenelle, geste “antisystème” popularisé par Dieudonné, était un geste antisémite. Malgré cela, les juges l’ont lourdement condamné. Cela ne nous étonne évidemment pas. C’est ainsi que cela se passe dans la France occupée.

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

20/05/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3188 du 15 mai 2015

 

DANS UN récent entretien que j’ai eu avec Jean-Marie Le Pen, ce dernier me disait : « Marine Le Pen, c’est Ganelone » ! Il féminisait ainsi le nom du traître emblématique de l’histoire de France, Ganelon. Qui était Ganelon ?

 

“MARINE LE PEN, C’EST GANELONE !”

 

Le personnage, que l’on trouve dans la Chanson de Roland, était le beau-frère de Charlemagne, dont il avait épousé la sœur et dont il avait eu un fils, ce qui fait de lui le beau-père de Roland. Il le trahit honteusement en le mettant à l’arrière-garde qui devait se faire attaquer à Roncevaux par les Sarrasins avec lesquels Ganelon s’était entendu pour se débarrasser d’un rival. Il est d’une certaine manière devenu dans la tradition française l’archétype du félon ou du traître. Lors de son procès, Ganelon, déclaré coupable de félonie, est condamné à être écartelé par quatre chevaux. Du même coup, tous ses proches qui s’étaient portés garants pour lui seront pendus. Dans le chant XXXII de la Divine Comédie, Ganelon nous est montré relégué dans le Cocyte, au plus profond de l’Enfer, en punition de sa trahison. Voici ce qui l’attend, Marine…

 

JEAN-MARIE LE PEN FONDE UNE NOUVELLE FORMATION

 

Interrogé il y a quelques jours sur France 2, Jean-Marie Le Pen confiait : « Le temps est maintenant celui de la réflexion. Je dois m’interroger sur les possibilités qu’a le courant national de s’exprimer à temps pour sauver notre pays […] Est-il encore possible de le faire avec le Front national dirigé par Marine Le Pen ? Je ne sais pas ». Le 11 mai, invité de Henry de Lesquen sur Radio Courtoisie, le Menhir en a dit davantage, évoquant la création d’une formation et non d’un parti. Il est question de mettre sur pied une association des amis de Jean-Marie Le Pen. Florian Philippot est la cible privilégiée du Menhir. Pour le fondateur du FN, à l’occasion du congrès extraordinaire qui doit décider de la suppression ou non de la présidence d’honneur, les adhérents devront choisir entre la ligne JMLP et la ligne Philippot, un moyen habile de ne pas attaquer de manière frontale sa fille pour éviter de donner à ce conflit une dimension trop familiale.

 

Certains, dont Jacques Bompard, qui gardent une lourde rancune à l’encontre de Jean-Marie Le Pen, refusent de se lancer dans une telle aventure, tout en reconnaissant qu’« un parti à la droite de celui de Marine Le Pen a désormais toute sa place ». Un cadre historique du FN note fort justement qu’un « espace politique existe, qui s’accroît avec le manque de clarté du FN actuel au sujet d’un certain nombre de nos fondamentaux originels ». Bompard relève que « Jean-Marie Le Pen souffre par là où il a péché dans le passé » mais reconnaît qu’« il existe tout à fait un espace pour la défense des traditions, de ce qui a fait la France et de la famille. » Bompard ne ferme, au demeurant, pas les portes, déclarant : « Il pourrait y avoir un projet plus large » (que celui défendu par la Ligue du Sud que préside Bompard). Président du Parti de la France depuis 2009, après avoir milité au FN pendant 30 ans et en avoir été exclu par Jean-Marie Le Pen pour s’être opposé à sa fille, Carl Lang serait prêt à se lancer dans le combat. Il vient de déclarer : « Jean-Marie Le Pen pourrait tout à fait impulser la composition d’une nouvelle droite nationale Française. Non pas sur sa seule personne, ça semble difficile à 86 ans. Mais comme élément central d’un dispositif où chacun poserait sa pierre dans une logique de coopération. Si demain nous pouvons nous retrouver, ce serait souhaitable, et il existe un vivier de cadres qui pourraient suivre un tel mouvement […] » Au FN, ils font mine de ne pas s’inquiéter. Florian Philippot, qui adore Jean-Marie, a déclaré, avec cynisme, dans le registre « casse-toi, vieux con » : « Le Front défend la libre création d’entreprise. Donc s’il souhaite créer son propre mouvement, personne ne peut s’y opposer, il n’y a aucun problème ».

 

Capture 1.JPG

 

 

HONTEUX FICHAGE DIGNE DE VICHY : L’AFFAIRE ROBERT MÉNARD

 

Dieu merci, la Licra veille. Le maire de Béziers, Robert Ménard, « vient de s’illustrer par une révélation tout aussi honteuse que révoltante. Selon ses propres déclarations, il existerait dans sa commune un fichier recensant les enfants supposés musulmans de sa ville établi sur la base des prénoms ». C’est la Licra et plus précisément Alain Jakubowicz qui le dit. Donc, c’est vrai. Le merveilleux site de la Licra l’assène avec force : « Cette pratique rappelle incontestablement la politique menée sous le régime de Vichy (Rappelons-nous le commissariat aux Affaires juives, de sinistre mémoire). La République ne saurait tolérer de tels actes. » Voilà qui est dit, et bien dit. Du coup l’officine va déposer plainte auprès du procureur de la République. François Hollande y va aussi de son indignation. Il a déclaré, le petit torse bombé, la lippe lippue, l’œil torve, le postillon indigné : « Le fichage d’élèves est contraire à toutes les valeurs de la République. Il y a des principes dans la République et quand ils sont gravement atteints, les tribunaux en sont saisis et des sanctions seront prononcées par les juges compétents », a ajouté le président de la République. Pour avoir dit qu’il y avait 64,6 % d’élèves musulmans à Béziers, Robert Ménard risque d’être pendu à un croc de boucher. Halal, espérons-le. Mais Ménard qui ne manque jamais de célébrer dans sa mairie la fête d’Hanoucca, s’est comporté de manière ignoble envers Jean-Marie Le Pen, dénonçant « ses propos racistes et antisémites » tenus dans RIVAROL, appelant à son exclusion et demandant le changement de nom du FN. Voilà qu’on lui met à la figure Vichy et les heures les plus sombres de notre histoire : c’est bien fait pour lui. La lâcheté et la trahison ne paient jamais.

 

Capture 2.JPG

 

 

QUENELLE À L’ASSEMBLÉE “NATIONALE” !

 

Houlà, les nains s’indignent ! Pensez, deux visiteurs de l’Assemblée nationale ont fait la “quenelle” inventée par Dieudonné, qui est, comme on le sait, ou du moins comme certains le savent, le salut nazi à l’envers. L’horreur… Du coup Meyer Habib, député UDI des Français de l’étranger, et dont la circonscription comprend Israël, s’était indigné. Et quand ces gens-là s’indignent, ils s’indignent. Le député, indigné sans doute de naissance, avait déjà déposé, avec Jean-Louis Borloo, début 2014, « une proposition de loi visant à pénaliser ce geste obscène » et a alerté le président de l’Assemblée, Claude Bartelone, qui a du coup déposé une plainte. Son profond commentaire : « L’Assemblée nationale est la maison du peuple ». Bande de clowns !

 

NAJAT VALLAUD-BELKACEM A-T-ELLE VRAIMENT TENU CES PROPOS ?

 

Le ministre aurait déclaré, en 2006 : « Dans un pays musulman comme la France, il n’est pas normal qu’il y ait encore des Français qui rejettent l’islam. Il faudrait que l’éducation nationale instaure dans ses programmes les principes coraniques pour y habituer les Français dès le plus jeune âge. Autoriser le voile, apprendre des passages du coran et la culture musulmane. Voilà ce dont a besoin la France. Après tout, il ne faut pas oublier que contrairement au christianisme, l’islam est compatible avec la démocratie ! ». Najat Vallaud-Belkacem aurait tenu ces propos le 12 juillet 2006 au micro de RTL. Mais aucune trace de cette déclaration n’est visible. Il s’agit donc manifestement d’un faux. Ceci dit, on apprend, avec cette affaire qu’elle se dit croyante tout en n’étant pas une pratiquante régulière. C’est toujours ça de gagné, comme information…

 

BERTRAND DELANOË, BEAUCOUP PLUS FORT QUE CHIRAC !

 

On connaît l’affaire des emplois fictifs à la mairie de Paris, dans laquelle Jacques Chirac s’était illustré. Il appointait en toute discrétion 21 salariés, qui travaillaient en réalité pour le RPR. Il avait remboursé, avec l’aide de l’UMP, 2,2 millions d’euros à la mairie. Mais Jacques Chirac jouait petit bras, si on le compare à l’ancien maire de Paris, Bertrand Delanoë. On apprend que ce dernier salariait, avec l’argent du contribuable, une trentaine de permanents CGT, sournoisement dissimulés dans une mutuelle de la ville, la MCVAP. L’Inspection générale a estimé que le coût de cette gabegie se montait à 1,2 million par an, soit une dizaine de millions sur dix ans, cinq fois plus que les petites affaires de Chirac. Delanoë se poussait du col, se vantant d’être un bon gestionnaire, se targuant de tenir la mairie « sans augmenter les impôts » durant sa première mandature, et “modérément” par la suite. En fait, Jean Tibery avait laissé une situation financière excellente qui a permis à Delanoë de pomper allègrement dans les caisses pour financer ses extravagances. Sans oublier que l’endettement avait progressé de façon considérable, passant de 1 à 2,8 milliards d’euros et que les plus-values des droits de mutation sont passées de 350 millions en 2001 à 939 millions en 2008, du fait de l’envol de l’immobilier. Quel culot, ces socialistes !

 

MARINE LE PEN DANS LE COLLIMATEUR DE LA JUSTICE

 

Jeanne, le micro-parti qu’elle a fondé, a été mis en examen dans le cadre de l’enquête le visant et portant sur le financement des campagnes du FN pour la présidentielle et les législatives de 2012. Jeanne est lourdement soupçonnée d’avoir eu un financement illicite de Riwal, une société dont le dirigeant est Frédéric Chatillon, un proche de Marine Le Pen., qui aurait surfacturé ses services au profit de Jeanne et du FN, l’objectif étant de bénéficier du remboursement par l’Etat de frais de campagne imaginaires. En attendant, Jeanne a été mis en examen pour « acceptation par un parti politique d’un financement provenant d’une personne morale et escroqueries ». Décidément les nuages s’accumulent sur la tête de Ganelone.

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

13/05/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3187 du 7 mai 2015

 

MARINE Le Pen a eu un Premier mai pourri : temps pluvieux, très maigre affluence, historiquement basse (3 500 personnes, qui dit moins ?), interventions intempestives des Femen, réponse musclée du service d’ordre, heurts avec des journalistes de Canal+ et de France 5, dépôts de plaintes croisés des Femen et du FN, enquête interne à l’hôtel intercontinental concernant l’entrée des membres du DPS dans la chambre louée par les Femen, montée non prévue de Jean-Marie Le Pen sur la tribune où il reçoit une ovation du public et même des conseillers départementaux derrière lui sous l’oeil stupéfait, médusé et furieux de la présidente du Front national. Bref un Premier mai catastrophique à tous points de vue, en termes d’images, de communication et en termes politiques. Tuer le père ne lui réussit manifestement pas. Et à notre avis elle n’a pas fini de payer cet odieux et abject parricide.

 

UN BEAU NUMÉRO DE FAUXCUL DE LA PART DE PHILIPPOT

 

On sait que le site Mediapart, piloté par le trotskyste Edwy Plenel, a affirmé que Jean-Marie Le Pen, président d’honneur du Front national, aurait planqué 2,2 millions d’euros — principalement sous forme de lingots et de pièces d’or, gérés par son majordome, en Suisse —. Une accusation probablement fantaisiste, mais le Menhir continue à leur faire peur et ils ne reculent devant rien. Mais que dit Florian Philippot, le numéro 2 du FN, qui hait tout simplement Jean-Marie Le Pen ? Stupéfaction. Il est d’une modération de chaisière, pucelle, forcément pucelle. « Je ne peux pas croire que cela soit vrai », a-t-il déclaré sur I-Télé, se disant par ailleurs « pas du tout au courant » de cette affaire. « Je ne sais pas du tout si c’est vrai, cela me parait étrange connaissant Jean-Marie Le Pen », a-t-il répondu à Laurence Ferrari qui l’interrogeait. Quel exceptionnel sournois ! Quel exceptionnel menteur !

« Je crois qu’il s’en expliquera, c’est une affaire personnelle qui le concerne (vous voyez ce qu’il veut dire ?). J’ai eu Marine Le Pen au téléphone qui est très surprise et qui n’en connaissait rien non plus et qui attend comme nous tous des éclairages et des explications de Jean-Marie Le Pen », a-t-il encore affirmé. Ben voyons… Mais Philippot sait que le Chef, pour se venger des avanies qu’on lui fait subir, est capable de déclencher un tsunami, emportant tout sur son passage. Du coup, il n’en mène pas très large. Pour parler grossièrement, il pète de trouille. Et il cherche désespérément à se planquer dans un bunker. On est à Berlin, le 30 avril 1945, c’est dire…

Plaintivement, alors qu’il est lourdement soupçonné, suite aux propos du président d’honneur dans RIVAROL, d’avoir tenu la main de Marine Le Pen pour suspendre Jean-Marie Le Pen du parti qu’il a fondé, il a déclaré, au mépris de toute vraisemblance, qu’il « ne menait aucune guérilla à personne ». Il ajoute, tout aussi plaintivement : « Je ne suis d’ailleurs pas dans un combat personnel depuis le début dans cette affaire-là (propos de JMLP dans RIVAROL). Vous remarquez que je n’ai jamais dit de choses, d’arguments personnels, je suis dans un débat d’idées sous la conduite, la direction, l’impulsion de Marine Le Pen, la présidente du Front. », a-t-il déclaré avec un sacré culot avant de surenchérir : « Je n’ai jamais rien demandé, je n’ai jamais demandé l’exclusion. J’ai toujours réservé ma position en interne. » Le journaliste qui, a priori n’aime pas trop être pris pour un imbécile, et qui a des fiches lui demanda : « Vous n’avez jamais demandé à ce qu’il quitte le FN ? » Réponse grandiose de Philippot : « Non, je lui ai dit — comme l’a fait d’ailleurs Marine — qu’il serait plus sage de savoir partir, de prendre du champ et de prendre sa retraite politique. » Marine Le Pen et Philippot n’ont pourtant pas hésité à exécuter le père.

Capture 1.JPG

 

 

UMP : DES CANDIDATS QUI NE SOUHAITENT PAS REVENIR SUR LA LOI TAUBIRA

 

Voilà qui a au moins le mérite de la clarté. L’UMP a désigné comme têtes de liste aux élections régionales des candidats ouvertement hostiles à l’abrogation de la loi Taubira. C’est le cas du politologue Dominique Reynié qui a été choisi pour diriger la liste rassemblant l’UMP et l’UDI dans la région Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon. Il est le fondateur d’un « think tank » chiraquien qui a apporté dès 2005 son soutien au “mariage” homosexuel et frayé avec les lobbys LGBT les plus extrémistes, dont Act-Up. Quant à Valérie Pécresse, candidate pour l’Ile-de-France, elle considère courageusement que l’abrogation de la loi Taubira est définitivement perdue. Dans le Sud-Est, le député-maire UMP de Nice, Christian Estrosi, également candidat aux régionales et qui se plait parfois à prendre des positions supposées “droitistes”, il a estimé que si la droite reprenait le pouvoir en 2017, elle ne devrait pas revenir sur la loi Taubira. Fidèle entre les fidèles de Sarkozy, il lui demande de « trancher une fois pour toutes » cette question qui divise le parti, afin de « ne plus en faire une affaire de débat » et considère que le mariage pour tous est « une avancée ». Oui, une avancée vers le suicide, vers l’abîme !

 

AYMERIC CHAUPRADE DEMANDE DES DROITS D’AUTEUR À CHRISTIAN ESTROSI

 

Le député UMP de Nice, Christian Estrosi a de la chance. Il n’est pas membre du Front national mariniste, sans quoi il aurait sans doute été sévèrement sanctionné pour ses propos outranciers, à l’image de ceux d’Aymeric Chauprade, qui avait déjà parlé de « cinquième colonne » et de « France en guerre contre des musulmans », ce qui lui valut un sérieux rappel à l’ordre de la part de Marine Le Pen. Christian Estrosi évoque, dans une interview une « cinquième colonne de l’islamo-fascisme », la « civilisation judéo-chrétienne menacée », la perspective d’une « troisième guerre mondiale » ou encore la « carte d’identité qui ne fait pas un Français ». On a évidemment tous compris que Christian Estrosi s’apprête à affronter le Front national aux régionales sur les thèmes de la sécurité et de l’identité… Aymeric Chauprade s’en amuse, demandant avec humour à Estrosi : « Merci d’arrêter de plagier mes vidéos ou versez-moi des droits d’auteur ! »

 

LE CRIF TOUT-PUISSANT CONVOQUE LES AMBASSADEURS

 

On aura tout vu : Et voici que le CRIF convoque 24 ambassadeurs et représentants d’ambassades en France ! Le Président du CRIF, Roger Cukierman, avait invité, c’est-à-dire convoqué, les représentants des ambassades des pays européens à déjeuner. Ce fut l’occasion d’un « vaste tour d’horizon ». Vous noterez que les tours d’horizon sont toujours vastes… Il n’y avait là que du beau monde. Bien entendu, RIVAROL n’avait pas été invité, mais ce n’est pas grave. On y retrouvait les ambassadeurs d’Allemagne, de Chypre, de Croatie, du Danemark, d’Espagne, de Grèce, de Hongrie, de Lettonie, de Malte, de Pologne, et de Roumanie, ainsi que les représentants des ambassadeurs d’Autriche, d’Estonie, de Finlande, de Grande-Bretagne, d’Irlande, d’Italie, de Lituanie, du Luxembourg, des Pays-Bas, de la République tchèque, de Slovénie, et de Suède. Cuki a su faire passer les messages. Il a présenté le CRIF et ses thèmes de travail : l’antisémitisme, la mémoire, les relations avec Israël, questions d’autant plus actuelles depuis les attentats à Paris dixit le site du CRIF. Il n’était évidemment pas question de s’arrêter en si bon chemin. Il fallait qu’ils allassent, l’un après l’autre, à résipiscence. Il convenait qu’ils se flagellassent d’importance. Les ambassadeurs furent, l’un après l’autre, comme ça se passe à l’école primaire, tenus de s’exprimer et de se justifier. Ils commentèrent bien entendu la situation de l’antisémitisme et du combat contre le jihadisme dans leurs pays respectifs et en Europe. Ils insistèrent sur la nécessité de les traiter par la fermeté, mais aussi par l’éducation, l’enseignement de la Shoah et à la tolérance, ainsi que par une réflexion sociétale sur les causes de ce fléau. Ils se prosternèrent tous, ils se couchèrent tous, le ton plaintif, avec larmes à l’oeil de circonstance. Conclusion de Cukierman : « Il faut raffermir nos idées et soutenir nos sociétés », « Il faut combattre la passivité… »

 

Capture 2.JPG

 

 

LES SOUVENIRS CROUSTILLEUX DE ROSELYNE BACHELOT

 

Roselyne Bachelot, ex-ministre du gouvernement de François Fillon, actuellement journaliste à la télé, est ce qu’on appelle « une grande gueule ». Elle vient de publier ses mémoires sous le titre gentillet La petite fille de la Ve, aux éditions Flammarion. Et ça dépote. Elle raconte des souvenirs croustilleux concernant des présidents qui ont marqué la Ve République. Sarkozy qui intime l’ordre à son entourage : « Bon, vous vous mettez en chasse. Il me faut un Noir, ou mieux, une Noire ! » En fait, Sarkozy avait été très impressionné par la campagne de Barack Obama, qu’il avait croisé avant son élection à la présidence des Etats-Unis et il avait prédit sa victoire. Il avait aussi discuté avec Condoleeza Rice, « une femme formidable ». Du coup, tout émoustillé par le côté glamour des noirs, il a absolument tenu à avoir son Noir, et de préférence sa Noire dans son équipe. François Mitterrand a, lui aussi, droit à quelques pages amusantes. Roselyne raconte : « Le futur président de la République avait un charme ravageur, toutes les femmes en étaient folles et il multipliait les conquêtes. » Elle cite un exemple pour le moins amusant : « Il était de notoriété publique qu’il avait pour maîtresse l’épouse d’un marchand de bestiaux du Bazois. Le maquignon étant parti avec son troupeau pour Paris, l’épouse, pensant être tranquille, fit un jour venir son amant à la maison. Quand, dans la nuit, le cocu rappliqua, Mitterrand dut se résoudre à sauter par la fenêtre et explosa la verrière en contrebas avant de prendre la fuite en se blessant assez sérieusement au visage. Le lendemain, on le voyait à la foire du chef-lieu, le visage couturé mais avec de grandes lunettes noires, souriant et serrant les mains le plus naturellement du monde ».

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

06/05/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3186 du 30 avril 2015

 

ON A BESOIN D’UNE KATIE HOPKINS PLUTÔT QUE D’UNE MARINE LE PEN, EN FRANCE !

 

Katie Hopkins ? C’est une journaliste anglaise dramatiquement de droite, dont les textes paraissent dans des journaux anglais et qui sévit souvent à la télévision anglaise, tenant des propos horriblement provocateurs et choquants. La polémique enfle après la publication par le tabloïd The Sun d’une chronique de Katie Hopkins sur l’immigration qui dépasse toutes les limites. Son article, paru à quelques semaines des élections législatives, dans The Sun (deux millions de lecteurs), a suscité l’effroi chez les âmes sensibles. Que dit-elle ? Le titre est, il est vrai, très pédagogue, « Rescue boats ? I’d use gunships to stop migrants » (Bateaux de secours ? J’utiliserais des navires de combat pour stopper les immigrants). Mais c’est du Raspail ! Les immigrés clandestins qui tentent à Calais de monter dans des camions pour se rendre en Grande-Bretagne ? Une « épidémie de sauvages » et elle ajoute : « Ne vous trompez pas, ces immigrants sont comme des cafards. Ils peuvent ressembler un peu à l’Ethiopie de Bob Geldof (chanteur spécialisé dans le “charity business”) en 1984, mais ils sont construits pour survivre à une bombe nucléaire. Ce sont des survivants… J’en ai rien à faire. Montrez-moi les images de berceaux, montrez-moi les corps flottants dans l’eau, jouez du violon et montrez des personnes émaciées et tristes. J’en ai rien à faire ». Me ne frego, en d’autres termes (rien à fiche), dans une langue que nous aimons ! Et, Dieu, que nous aimons ce slogan fasciste ! Elle ne s’arrête pas en si bon chemin. Elle ajoute : « certaines de nos villes sont des plaies purulentes couvertes de nuées d’immigrés et de demandeurs d’asile recevant des allocations comme des billets de Monopoly ». Scandale, bien entendu. Vive Katie Hopkins !

 

Capture 1.JPG

 

 

COMBATTANTS IDENTITAIRES AUSTRALIENS (SUITE)

 

J’ai évoqué ici, la semaine dernière, l’incroyable campagne que mène l’Australie contre l’invasion de ses terres. Tony Abbott, Premier ministre d’Australie, vient de récidiver. Il estime que si les pays de l’Union européenne suivaient le modèle australien, beaucoup de vies de migrants seraient sauvées. Pour Tony Abbott, seul le refoulement systématique des bateaux chargés de migrants est efficace. Il vient de déclarer : « Des centaines, peut-être des milliers de personnes se sont noyées en essayant d’atteindre l’Europe depuis l’Afrique. Le seul moyen d’empêcher ces tragédies est de mettre fin (à l’arrivée) des bateaux. Il est urgent que les Européens adoptent une politique très ferme qui puisse mettre fin au trafic d’êtres humains en Méditerranée ». Un disciple de Jean Raspail, sans doute…

 

QUAND LE MIGNON SÉBASTIEN CHENU, AUJOURD’HUI FRONT MARINISTE, MIGNONNAIT DU CÔTÉ DE L’UMP, PUIS DU PS

 

Le Monde raconte le parcours de Sébastien Chenu, aujourd’hui très proche de Marine Le Pen et membre de la divine et tendre camarilla qui l’entoure. Voici ses propos : « Cet ancien secrétaire national de l’UMP, fondateur de Gaylib, une association de défense des droits des homosexuels, a rallié avec fracas le RBM en décembre 2014. Déçu par Nathalie Kosciusko-Morizet, qui ne lui avait pas donné la tête de liste de l’UMP dans le 2e arrondissement de Paris pour les élections municipales de mars 2014, son transfert a été célébré par Marine Le Pen. L’homme de 42 ans a, depuis, été candidat aux élections départementales à Beauvais (Oise) pour le compte du parti frontiste. » On en apprend de belles dans cet article : Quelques mois plus tôt, il avait sollicité une place au PS. L’ex porte-parole du maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, raconte : « Il en voulait beaucoup à l’équipe de NKM. Il demandait à être sur nos listes et a frappé à toutes les portes possibles et imaginables pour y parvenir. Nous n’avions aucune raison de faire confiance à ce personnage. » Etonnant, n’est-ce pas ? Toujours est-il que Chenu ne s’est pas arrêté en si bon chemin. Un proche d’Anne Hildago raconte : « Une fois l’élection passée, il nous a envoyé une demande pour obtenir une place dans un établissement culturel ou un conseil d’administration. Il était intéressé par la Maison européenne de la photographie. » Chenu ne cherche pas, au demeurant, à démentir, déclarant : « J’avais des sympathies pour Anne Hidalgo, une femme de charisme. J’ai passé mon temps à lui faire des compliments pendant la campagne. » Elle n’avait pas répondu à ses compliments, l’ingrate. Du coup, le mignon se tourna vers Marine Le Pen, qui l’accueillit à cœur ouvert. C’est ainsi que cela se passe au Front mariniste des mignons…

 

Capture 2.JPG

 

 

FILLON, ANCIEN PREMIER MINISTRE, ET NONOBSTANT GRAND HISTORIEN RÉVISIONNISTE

 

François Fillon vient de révolutionner les études historiques. Il vient de dévoiler une information inouïe, que les historiens ignoraient, en déclarant : « En 1940, nous n’avons pas hésité à nous allier à Staline pour vaincre le nazisme et nous avons eu raison de le faire. » De mauvais esprits, eux aussi révisionnistes dans leur genre, prétendront qu’en 1940, l’URSS était alliée d’Adolf Hitler, qu’en France, les communistes sabotaient les usines d’armement avant l’armistice et qu’au lendemain de l’armistice Jacques Duclos, leader communiste, demandait aux nazis le droit de faire paraître L’Humanité. Reynouard, qui mérite au demeurant d’être durement sanctionné pour ses propos, prétendra évidemment que ce n’est que le 22 juin 1941, lorsque l’Allemagne lance l’opération Barbossa destinée à envahir l’URSS, que le pacte germano-soviétique prend fin. Dernière information : le grand historien François Fillon vient de supprimer son tweet.

 

MOI Y EN A PAS PARLER ANGLAIS

 

Marine Le Pen vient d’être désignée par le magazine Time parmi les cent personnes les plus influentes au monde. Personne n’est obligé de le croire. Il est vrai que Time, qui cherchait désespérément une Française n’avait pas beaucoup de choix. NKM, Anne Hidalgo, ma Cricri (Christine Boutin), Bernie (Chirac), Trierweiler, Carla Bruni, , non ça ne collait pas. Il fallait du lourd, du solide, du camionneur. Du coup, ce fut Marine Le Pen qui fut choisie. Un bon choix en définitive, puisque ce fut le choix de l’excellence française. Elle permit à Marine Le Pen de déclarer, mardi 21 avril, en surfant élégamment sur le tapis rouge du Jazz Lincoln Center, à New York aux côtés de son concubin, Louis Aliot, pétillant d’intelligence : « Ah non, je ne parle pas anglais, moi. Je suis française ! » Voici qui était dit, et bien dit. Et elle précisa, car il est important de préciser : « Je fais partie de la majorité des Français, qui parlent peu l’anglais. En cela je suis très gaullienne : I speak very badly », plaisanta-t-elle avec un accent à couper au couteau. Et voici qu’elle se prend pour De Gaulle, une référence, au prétexte qu’elle ne parle pas l’anglais. On n’a décidément pas fini de rigoler ! Mais, pas grave. C’est donc Ludovic de Danne, le conseiller aux Affaires européennes du parti, qui a joué les interprètes, le professionnel sollicité préalablement ayant fait faux bond au dernier moment. La starlette de sous-préfecture est apparue tout sourire dans une robe bustier bleu nuit (on aurait dit Gérard Depardieu en robe a ironisé un humoriste particulièrement bien inspiré), robe dont je ne m’autoriserai pas à commenter l’esthétique, au côté de son concubin Louis Aliot, en smoking et l’œil éteint, ravie de se retrouver aux côtés du rappeur Kanye West et de l’élite mondiale dégénérée. Elle eut cette profonde parole, à graver dans le marbre : « Permettez-moi de faire preuve de curiosité. Je pense que nous allons arriver au pouvoir et que par conséquent, il faut obligatoirement croiser, rencontrer, discuter avec des gens puissants dans leur pays respectif » (comme, sans doute le rappeur Kanye West, par exemple)… mais la milliardaire Marine Le Pen n’oublie pas les sans-dents, déclarant avant de rejoindre sa table pour dîner : « La France des oubliés n’est pas oubliée ». C’est trop beau…

 

Capture 3.JPG

 

 

MON DIEU, QU’ILS SONT MÉCHANTS, LES MIGNONS DE PHILIPPOT !

 

« S’il lui reste un minimum d’honneur, que Jean-Marie Le Pen prenne la porte. Il retarde l’inévitable ascension de Marine à la tête du pays », écrit David Masson-Weyl, président du collectif Marianne, un « cercle de réflexion » pour étudiants lié au Rassemblement Bleu Marine (RBM). « Les pleurnicheries de Jean-Marie Le Pen sont ridicules. Il se plaît à jouer l’homme plein d’honneur ? Qu’il assume et qu’il parte ! », lance, quant à lui, Joffrey Bollée, directeur de cabinet de Florian Philippot. Ils sont mignons, ces mignons, et c’est bien pour cela qu’on les aime. Même s’ils sont très méchants…

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici.