Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/05/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3186 du 30 avril 2015

 

ON A BESOIN D’UNE KATIE HOPKINS PLUTÔT QUE D’UNE MARINE LE PEN, EN FRANCE !

 

Katie Hopkins ? C’est une journaliste anglaise dramatiquement de droite, dont les textes paraissent dans des journaux anglais et qui sévit souvent à la télévision anglaise, tenant des propos horriblement provocateurs et choquants. La polémique enfle après la publication par le tabloïd The Sun d’une chronique de Katie Hopkins sur l’immigration qui dépasse toutes les limites. Son article, paru à quelques semaines des élections législatives, dans The Sun (deux millions de lecteurs), a suscité l’effroi chez les âmes sensibles. Que dit-elle ? Le titre est, il est vrai, très pédagogue, « Rescue boats ? I’d use gunships to stop migrants » (Bateaux de secours ? J’utiliserais des navires de combat pour stopper les immigrants). Mais c’est du Raspail ! Les immigrés clandestins qui tentent à Calais de monter dans des camions pour se rendre en Grande-Bretagne ? Une « épidémie de sauvages » et elle ajoute : « Ne vous trompez pas, ces immigrants sont comme des cafards. Ils peuvent ressembler un peu à l’Ethiopie de Bob Geldof (chanteur spécialisé dans le “charity business”) en 1984, mais ils sont construits pour survivre à une bombe nucléaire. Ce sont des survivants… J’en ai rien à faire. Montrez-moi les images de berceaux, montrez-moi les corps flottants dans l’eau, jouez du violon et montrez des personnes émaciées et tristes. J’en ai rien à faire ». Me ne frego, en d’autres termes (rien à fiche), dans une langue que nous aimons ! Et, Dieu, que nous aimons ce slogan fasciste ! Elle ne s’arrête pas en si bon chemin. Elle ajoute : « certaines de nos villes sont des plaies purulentes couvertes de nuées d’immigrés et de demandeurs d’asile recevant des allocations comme des billets de Monopoly ». Scandale, bien entendu. Vive Katie Hopkins !

 

Capture 1.JPG

 

 

COMBATTANTS IDENTITAIRES AUSTRALIENS (SUITE)

 

J’ai évoqué ici, la semaine dernière, l’incroyable campagne que mène l’Australie contre l’invasion de ses terres. Tony Abbott, Premier ministre d’Australie, vient de récidiver. Il estime que si les pays de l’Union européenne suivaient le modèle australien, beaucoup de vies de migrants seraient sauvées. Pour Tony Abbott, seul le refoulement systématique des bateaux chargés de migrants est efficace. Il vient de déclarer : « Des centaines, peut-être des milliers de personnes se sont noyées en essayant d’atteindre l’Europe depuis l’Afrique. Le seul moyen d’empêcher ces tragédies est de mettre fin (à l’arrivée) des bateaux. Il est urgent que les Européens adoptent une politique très ferme qui puisse mettre fin au trafic d’êtres humains en Méditerranée ». Un disciple de Jean Raspail, sans doute…

 

QUAND LE MIGNON SÉBASTIEN CHENU, AUJOURD’HUI FRONT MARINISTE, MIGNONNAIT DU CÔTÉ DE L’UMP, PUIS DU PS

 

Le Monde raconte le parcours de Sébastien Chenu, aujourd’hui très proche de Marine Le Pen et membre de la divine et tendre camarilla qui l’entoure. Voici ses propos : « Cet ancien secrétaire national de l’UMP, fondateur de Gaylib, une association de défense des droits des homosexuels, a rallié avec fracas le RBM en décembre 2014. Déçu par Nathalie Kosciusko-Morizet, qui ne lui avait pas donné la tête de liste de l’UMP dans le 2e arrondissement de Paris pour les élections municipales de mars 2014, son transfert a été célébré par Marine Le Pen. L’homme de 42 ans a, depuis, été candidat aux élections départementales à Beauvais (Oise) pour le compte du parti frontiste. » On en apprend de belles dans cet article : Quelques mois plus tôt, il avait sollicité une place au PS. L’ex porte-parole du maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, raconte : « Il en voulait beaucoup à l’équipe de NKM. Il demandait à être sur nos listes et a frappé à toutes les portes possibles et imaginables pour y parvenir. Nous n’avions aucune raison de faire confiance à ce personnage. » Etonnant, n’est-ce pas ? Toujours est-il que Chenu ne s’est pas arrêté en si bon chemin. Un proche d’Anne Hildago raconte : « Une fois l’élection passée, il nous a envoyé une demande pour obtenir une place dans un établissement culturel ou un conseil d’administration. Il était intéressé par la Maison européenne de la photographie. » Chenu ne cherche pas, au demeurant, à démentir, déclarant : « J’avais des sympathies pour Anne Hidalgo, une femme de charisme. J’ai passé mon temps à lui faire des compliments pendant la campagne. » Elle n’avait pas répondu à ses compliments, l’ingrate. Du coup, le mignon se tourna vers Marine Le Pen, qui l’accueillit à cœur ouvert. C’est ainsi que cela se passe au Front mariniste des mignons…

 

Capture 2.JPG

 

 

FILLON, ANCIEN PREMIER MINISTRE, ET NONOBSTANT GRAND HISTORIEN RÉVISIONNISTE

 

François Fillon vient de révolutionner les études historiques. Il vient de dévoiler une information inouïe, que les historiens ignoraient, en déclarant : « En 1940, nous n’avons pas hésité à nous allier à Staline pour vaincre le nazisme et nous avons eu raison de le faire. » De mauvais esprits, eux aussi révisionnistes dans leur genre, prétendront qu’en 1940, l’URSS était alliée d’Adolf Hitler, qu’en France, les communistes sabotaient les usines d’armement avant l’armistice et qu’au lendemain de l’armistice Jacques Duclos, leader communiste, demandait aux nazis le droit de faire paraître L’Humanité. Reynouard, qui mérite au demeurant d’être durement sanctionné pour ses propos, prétendra évidemment que ce n’est que le 22 juin 1941, lorsque l’Allemagne lance l’opération Barbossa destinée à envahir l’URSS, que le pacte germano-soviétique prend fin. Dernière information : le grand historien François Fillon vient de supprimer son tweet.

 

MOI Y EN A PAS PARLER ANGLAIS

 

Marine Le Pen vient d’être désignée par le magazine Time parmi les cent personnes les plus influentes au monde. Personne n’est obligé de le croire. Il est vrai que Time, qui cherchait désespérément une Française n’avait pas beaucoup de choix. NKM, Anne Hidalgo, ma Cricri (Christine Boutin), Bernie (Chirac), Trierweiler, Carla Bruni, , non ça ne collait pas. Il fallait du lourd, du solide, du camionneur. Du coup, ce fut Marine Le Pen qui fut choisie. Un bon choix en définitive, puisque ce fut le choix de l’excellence française. Elle permit à Marine Le Pen de déclarer, mardi 21 avril, en surfant élégamment sur le tapis rouge du Jazz Lincoln Center, à New York aux côtés de son concubin, Louis Aliot, pétillant d’intelligence : « Ah non, je ne parle pas anglais, moi. Je suis française ! » Voici qui était dit, et bien dit. Et elle précisa, car il est important de préciser : « Je fais partie de la majorité des Français, qui parlent peu l’anglais. En cela je suis très gaullienne : I speak very badly », plaisanta-t-elle avec un accent à couper au couteau. Et voici qu’elle se prend pour De Gaulle, une référence, au prétexte qu’elle ne parle pas l’anglais. On n’a décidément pas fini de rigoler ! Mais, pas grave. C’est donc Ludovic de Danne, le conseiller aux Affaires européennes du parti, qui a joué les interprètes, le professionnel sollicité préalablement ayant fait faux bond au dernier moment. La starlette de sous-préfecture est apparue tout sourire dans une robe bustier bleu nuit (on aurait dit Gérard Depardieu en robe a ironisé un humoriste particulièrement bien inspiré), robe dont je ne m’autoriserai pas à commenter l’esthétique, au côté de son concubin Louis Aliot, en smoking et l’œil éteint, ravie de se retrouver aux côtés du rappeur Kanye West et de l’élite mondiale dégénérée. Elle eut cette profonde parole, à graver dans le marbre : « Permettez-moi de faire preuve de curiosité. Je pense que nous allons arriver au pouvoir et que par conséquent, il faut obligatoirement croiser, rencontrer, discuter avec des gens puissants dans leur pays respectif » (comme, sans doute le rappeur Kanye West, par exemple)… mais la milliardaire Marine Le Pen n’oublie pas les sans-dents, déclarant avant de rejoindre sa table pour dîner : « La France des oubliés n’est pas oubliée ». C’est trop beau…

 

Capture 3.JPG

 

 

MON DIEU, QU’ILS SONT MÉCHANTS, LES MIGNONS DE PHILIPPOT !

 

« S’il lui reste un minimum d’honneur, que Jean-Marie Le Pen prenne la porte. Il retarde l’inévitable ascension de Marine à la tête du pays », écrit David Masson-Weyl, président du collectif Marianne, un « cercle de réflexion » pour étudiants lié au Rassemblement Bleu Marine (RBM). « Les pleurnicheries de Jean-Marie Le Pen sont ridicules. Il se plaît à jouer l’homme plein d’honneur ? Qu’il assume et qu’il parte ! », lance, quant à lui, Joffrey Bollée, directeur de cabinet de Florian Philippot. Ils sont mignons, ces mignons, et c’est bien pour cela qu’on les aime. Même s’ils sont très méchants…

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

Les commentaires sont fermés.