Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/04/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3181 du 26 mars 2015

 

UN CONSEILLER général socialiste du Haut-Rhin, Pierre Freyburger, a décroché le crucifix fixé au mur de l’hémicycle du Conseil général pour le mettre dans son sac, prétextant avoir eu un coup de sang, faisant observer « qu’on était dans une enceinte républicaine et que ce crucifix n’avait pas lieu d’être » et ajoutant : « Je l’ai simplement décroché pour qu’on le remette à qui de droit c’est-à-dire à l’Eglise, et pour permettre au Conseil général de rentrer à nouveau dans la légalité ».

 

UN EXCITÉ ALSACIEN ET SOCIALISTE

 

L’assemblée départementale a tout de même porté plainte pour vol. Et l’abruti de service d’aller effectivement remettre le crucifix au “curé” de la commune voisine. Il a beau se retrancher derrière la laïcité, il est dans l’illégalité la plus totale. L’Alsace est en effet sous régime concordataire et la loi concernant la séparation de l’Eglise et de l’Etat n’y a jamais été appliquée. L’Alsace était en effet allemande quand le petit père Combes imposa sa loi. La France tenta certes de l’appliquer à l’Alsace et à la Moselle en 1918, après le départ de l’administration allemande, mais la révolte populaire fut telle, suscitant un puissant mouvement autonomiste, qu’elle y renonça. Pour en revenir à Pierre Freyburger, rappelons que c’est lui qui a porté le projet de la réalisation de la mosquée-cathédrale « An Nour » de Mulhouse quand il était adjoint chargé des cultes de cette ville : une mosquée subventionnée par la mairie à hauteur de 240 000 euros et sur un terrain appartenant à celle-ci !

 

COURAGEUX ROBERT MÉNARD QUI FLINGUE LE 19 MARS 1962

 

Samedi 14 mars 2015, le maire de Béziers a débaptisé une rue « du 19 mars 1962 » pour la renommer rue du « Commandant Denoix de Saint Marc ». Au cours de la cérémonie, Robert Ménard a notamment fustigé la repentance et évoqué le sort atroce des harkis et des Pieds- Noirs. Il a enfin promis de dire « notre vérité à ceux qui armaient le bras des assassins des harkis ». Inutile de faire un dessin aux lecteurs de RIVAROL. La gauche s’époumona de rage, les plus excités scandant « facho, assassin… » lors de ladite cérémonie. Le porte-parole du gouvernement n’a pas pu s’empêcher d’y aller de sa petite giclée de venin, déclarant : « Avec Denoix de Saint Marc, Ménard et le FN montrent leur visage : réécrire l’Histoire, mépriser la mémoire et s’en prendre à la République ». Quelle imbécillité ! C’est tout juste s’il n’a pas évoqué les six millions de victimes de la shoah. Mais le maire de Béziers tient bon, ce qui est tout à son honneur. De quoi lui pardonner, au moins partiellement, d’avoir allumé des bougies pour la fête juive d’Hanouka !

 

DIEUDONNÉ BIENTÔT EN PRISON ?

 

On sait que Dieudonné est poursuivi par les hordes, pour provocation à la haine raciale, notamment pour des propos sur le journaliste de France Inter Patrick Cohen. On se souvient de sa sortie, lors de son spectacle : « Quand je l’entends parler, Patrick Cohen, je me dis, tu vois, les chambres à gaz… Dommage. » Dieudonné a été condamné par la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris, jeudi 19 mars, à 22 500 euros d’amende. Il s’agit d’une amende qui peut se transformer en emprisonnement si la personne condamnée à la payer ne l’a pas versée en intégralité. Le parquet avait requis une peine de 300 jours amende à 100 euros, soit au total 30 000 euros. Dieudonné bientôt emprisonné ? Ils en sont capables… Par ailleurs, la veille, l’humoriste a été condamné à deux mois de prison avec sursis pour apologie de terrorisme pour sa saillie du 11 janvier : « Je me sens Charlie Coulibaly ». Elle est belle la liberté d’expression dans notre pays occupé et asservi !

 

Capture 1.JPG

 

 

LA BELGIQUE, PAYS DE PLUS EN PLUS DÉLIRANT

 

Le Premier ministre belge, Charles Michel (qui, paraît-il, n’est pas homosexuel contrairement à son prédécesseur Elio di Rupo) sera membre du jury pour l’élection de Mister Gay Flandres 2015, organisé le 29 mai prochain, ont annoncé les organisateurs. L’an dernier, une autre figure politique nationale avait fait partie du jury, le chef de file des nationalistes flamands et maire d’Anvers Bart de Wever, relève le site homosexualiste Yagg.com. A noter que le Vlaams Belang de Filip Dewinter semblerait en voie de redressement si l’on en croit les derniers sondages. Il avait été durement malmené lors de précédentes élections par le parti populiste plus “soft”, le NVA de Bart de Wever.

 

BERNADETTE CHIRAC HAIT HOLLANDE

 

C’est la haine. La haine à l’état brut. Bernadette Chirac s’est fait piquer son canton de Corrèze par l’affreux Pingouin, qui l’a purement et simplement euthanasié (le canton, pas Bernadette). Folle de rage, elle attaque Hollande, sans aucun humanisme. Elle l’accuse de l’avoir “humiliée” et de lui avoir « manqué de respect ». C’était “son” canton. Bernie enrage : « C’est ce qu’on appelle un tripatouillage politique, fulmine-t-elle. Du charcutage ! J’ai été chassée de chez moi, de mon canton de Corrèze ! » Du coup, elle se met à balancer. Elle commente ainsi les visites annuelles que François Hollande leur fait au mois de juillet dans leur château de Bity : « Il quémande des rendez-vous à mon mari, explique-t-elle. Il s’assied à côté de lui et lui parle comme s’il était son cousin germain ! » Bernie, qui fait partie de de la meilleure société (elle est une Chodron de Courcel), exècre ces familiarités de gueux parvenu. Quand le Pingouin débarque, elle raconte avoir préparé « des argenteries astiquées et des boissons sur un plateau. Il ne prend jamais rien, je ne l’intéresse pas. » Seule compte pour lui, accuse Bernadette, la possibilité de raconter dans toute la Corrèze : « Vous savez, je suis dans les meilleurs termes avec Jacques Chirac, il me reçoit tous les étés. » Du coup, on ne serait pas étonné que Bernie compte soigneusement ses petites cuillères en argent après chaque départ de François Hollande…

 

MARINE LE PEN, UNE “SALOPE FASCISANTE” ?

 

La cour d’appel de Paris a débouté, mercredi 18 mars, la présidente du Front national (FN), Marine Le Pen, des poursuites pour injure qu’elle avait engagées contre le supposé “humoriste” Nicolas Bedos. Ce dernier la qualifiait dans l’hebdomadaire Marianne de « salope fascisante », accusant Claude Guéant de vouloir “singer” ladite “salope”. Marine Le Pen avait évidemment porté plainte. Les auteurs de la chronique avaient été relaxés en première instance. En appel, les magistrats ont également estimé qu’il était « parfaitement clair pour tout lecteur que la chronique en cause se situe dans un registre aux accents délibérément provocateurs et outranciers, revendiqué comme tel ». Pour le tribunal, ce style “pamphlétaire” n’était pas contradictoire avec la « polémique politique ». Ben, voyons… Imaginons un rédacteur de RIVAROL traiter Cécile Duflot de « salope gauchiste ». En attendant, Guéant, accusé de “singer” l’extrême droite a lui été qualifié par Nicolas Bedos de « tête de bite sous Prozac ». Pas de condamnation, bien entendu, par les tribunaux de leur République.

 

DES CANDIDATS DU FN AFFREUSEMENT RACISTES ET HOMOPHOBES

 

On en frémit d’effroi. Comment un parti aussi démocrate, avec des personnalités aussi respectables que Marine Le Pen ou le gaullo-chevènementiste Florian Philippot a-t-il pu accueillir en son sein des candidats ayant pris des positions racistes, homophobes, antisémites, islamophobes ? Le collectif “anti-FN” l’Entente, qui suit de très près, tel un cafard, les nauséabondes atrocités verbales du FN les dénonce, les révèle, les vitupère. Quoi ? Florian Philippot dénonce « quelques brebis galeuses », qui ne représenteraient que 0,08 % des candidats ? Mais, disent les rats, il y en a beaucoup plus que cela ! Voici ce candidat du FN dans le canton de Roanne 2. Le 9 février dernier, il partage sur son profil Facebook un texte antisémite de Boris Le Lay intitulé « Pourquoi j’ai choisi la Russie contre l’Ouest socialiste, maçon et juif. »

Dans la même gamme, Jean-Marie Moulin, candidat du FN dans le canton de Redessan (Gard) relaye une vidéo qui présente François Hollande comme le président de la République “judéo-maçonnique” pour ensuite présenter le rappeur Cortex comme un « sodomite africain ». Ludovic Larue, lui, plantait le décor dès juillet 2012 en postant un statut Facebook : « Travail, Famille, Patrie », la devise de la France de Pétain. Il porte les couleurs du FN à Louviers dans l’Eure. Thierry Perez, candidat frontiste à Versailles, ironise à l’aide d’une photo d’une famille visiblement issue de l’immigration, avec deux enfants tractés dans une baignoire roulante. Son commentaire en ce mois de septembre 2014 : « La France avance ! » Le 15 janvier dernier, dans l’émotion des attentats, Ludovic Marchetti, candidat à Chatelet-sur-Loing (45), s’interroge : « Sur 6 millions de musulmans en France, seulement 15 % sont des islamistes radicaux : ouf ! Hein ? Combien dites-vous? 900 000 ? Ah quand même… » Mais pas de souci. La direction du FN a annoncé qu’elle allait virer ceux qui s’autorisaient quelques débordements et que, fussent-ils élus, ils ne siègeraient pas sur les bancs du FN mariniste. Nous voici rassurés…

 

Capture 2.JPG

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

Les commentaires sont fermés.