Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/01/2015

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3170 du 8 janvier 2015

 

MARINE Le Pen serait-elle totalement hystérique et la fréquentation des folles de son entourage  a-t-elle aggravé son cas ? C’est la grave question que l’on est en droit de se poser. Un récent bureau politique du FN vient d’illustrer ce qui ressemble diablement à un sévère pétage de plombs. « Maintenant, ça suffit ! Bruno, tu vois, là, il y a deux portes, celle des toilettes et celle de la sortie. Si tu n’es pas content, tu peux t’en aller ! » a-t-elle éructé en pleine réunion, écumant de rage, à l’adresse de Bruno Gollnisch. Ce dernier avait, il est vrai, eu l’audace de critiquer, un peu, oh un tout petit peu, l’ouverture du FN mariniste au lobby LGBT avec l’arrivée du fondateur de Gay-Lib Sébastien Chenu promu président du collectif Culture. Et que fit Bruno ? Rien, rien de rien. Désespérant…

 

DU LAXATIF VERSÉ DANS LE VERRE DE VIN DE LOUIS ALIOT

 

Le concubin de Marine Le Pen avait été en déplacement dans le département de la Gironde en mai dernier. Une conférence de presse fut organisée dans les locaux bordelais du parti où, comme on le sait, les tensions sont sévères comme dans de nombreux départements. Trois militants, qui ne semblent pas porter Aliot dans leur cœur (on se demande pourquoi vu la grande intelligence du bonhomme), dont le responsable départemental du Front national de la jeunesse, avaient décidé de commettre une blague de potache. Les trois hommes auraient dévissé les ampoules de la salle où devait se tenir la réunion de Louis Aliot, puis disposé en évidence des ouvrages de Bruno Gollnish, ce qui est, reconnaissons-le, d’une rare insolence, et organisé sournoisement l’arrivée de vieux militants du FN soupçonnés d’idées antisémites et antimaçonniques. Pire, ils auraient déversé du laxatif dans le verre de vin de Louis Aliot. Convoqués, fin octobre, à Nanterre, à la commission des conflits, qui est, comme on le sait, sévère mais juste, deux de ces militants quelque peu imaginatifs et originaux furent derechef expulsés du parti. A défaut d’être pendus à des crocs de boucher (la loi française ne l’autorise pas).

 

L’ÉLU FN CONVERTI À L’ISLAM (SUITE)

 

Maxence Buttey est ce conseiller municipal FN de Noisy-Le-Grand, converti à l’islam il y a quelques mois. Cela a suscité quelque émoi chez certains militants du FN, mais pas plus que cela. Il n’en fut évidemment pas exclu, contrairement à de courageux militants nationalistes. Au lieu de se terrer, il vient de faire reparler de lui. Il a largement fait la publicité de sa participation aux Mokhtar Awards, une cérémonie islamiste qui ne cache pas plus son caractère prosélyte que sa vision politique conquérante de l’islam. Il s’agit d’une petite soirée (le repas coûte 59 euros) destinée, entre autres, à remplir les caisses des sectateurs de l’islam. Il participe même à un spot publicitaire destiné à attirer le chaland. Le président du festival, Gibran Hasnaoui, vient de déclarer « Maxime vient prier à la mosquée et il nous a rendu fiers lors de son passage au Grand Journal de Canal Plus. Il fait partie des nôtres. » Le président du festival ajoute : « Le discours nationaliste ou antinationaliste ne nous intéresse pas, ce qui nous intéresse c’est de ramener les gens à Allah (…) » Et Maxence Buttey fait partie du Front national, dont il est élu ! Mais à part ça il ne faut surtout pas critiquer Marine Le Pen car elle est formidable !

 

L’EFFROYABLE PERSÉCUTION QU’A SUBIE PAUL AMAR

 

Dans son ouvrage Blessures (Ed. Tallandier), le journaliste Paul Amar (l’homme qui offrit des gants de boxe, lors d’un débat, à Jean-Marie Le Pen et à Bernard Tapie) revient sur sa jeunesse, ses débuts et les temps forts de sa carrière. « J’ai voulu raconter notre histoire, l’histoire de notre pays, j’ai été stigmatisé pendant des années, comme d’autres journalistes, intellectuels, artistes ou personnalités françaises d’origine juive », explique très sérieusement le journaliste sur France 24. On en a les larmes aux yeux… Pauvre chéri, il a été stigmatisé. Salauds de Français !

 

LE CRIF DIT NON À LA TOURNÉE DE LA HAINE

 

Nous avions évoqué dans ces colonnes les terribles gémissements, couinements, aboiements, des lobbys, dont le Crif, face à ce qu’ils appellent la « tournée de la haine » de Dieudonné. Les lobbys ont fermement demandé aux exploitants des salles de refuser la présence de Dieudo. Fimalac, qui est l’exploitant le plus important, a tenté sournoisement de les amadouer, leur offrant des valises d’argent pour qu’ils se taisent et proposant de reverser les dividendes (enfin, on imagine, une partie des dividendes) à des organisations antiracistes. Oui mais, attention, ces gens, contrairement aux apparences, ont leur dignité. Déclaration du Crif : « Les entreprises qui contribuent à la propagation des messages haineux de Dieudonné contreviennent à la morale publique ». Les voici prévenues de ce qui les attend… Et le Crif d’ajouter : « Il ne s’agit pas d’un problème financier. » Eh bien dites donc. C’est bien la première fois que le doux cliquetis du tiroir-caisse ne les fait pas vibrer d’émotion et de désir… Cuki (Roger Cukierman), le président du Crif, déclare avec une gravité qui l’honore : « Il serait obscène que des associations antiracistes reçoivent des fonds provenant de la tournée d’un multirécidiviste condamné pour incitation à la haine raciale et dont la place n’est pas dans des salles régies par des concessions de service public ». Le sort de Dieudo est d’ores et déjà scellé : il sera pendu. Les exploitants collabos des salles seront tout simplement guillotinés, après quelques petits sévices…

 

INCROYABLE : UNE STATION ESPION AMÉRICAINE, EN PLEIN PARIS

 

On savait déjà que la Chine espionnait la France grâce à une station d’écoute installée sur le toit d’une annexe de l’ambassade de Chine à Chevilly Larue, en banlieue parisienne. La NSA américaine a, quant à elle, installé une station d’écoute sur le toit de l’ambassade des Etats-Unis, place de la Concorde, à quelques mètres de l’Elysée. Les fenêtres avec volets fermés que l’on peut voir sont en fait fausses, à la façon des villages Potemkine, créés afin de masquer leur pauvreté lors de la visite de l’impératrice Catherine II en Crimée en 1787… Cette station d’écoute qui ne cible pas que les Français, a sans doute été installée entre 2004 et 2005. Elle est opportunément située à seulement 350m du palais de l’Elysée, 450m du Ministère de l’Intérieur, 600m du Ministère de la Justice, 700m du Ministère des Affaires Etrangères et de l’Assemblée Nationale, et 950m du Ministère de la Défense (et on trouve également dans un rayon d’un kilomètre plusieurs ambassades et des entreprises stratégiques)… Cette pratique est évidemment courante dans le monde du renseignement. Les Israéliens et les Russes, notamment, s’en donnent à cœur joie, eux aussi. Mais les Américains n’ont, cette fois-ci, sans doute pas commis l’incroyable faute de confier à des entreprises locales les travaux de rénovation de leur ambassade. Comme à Moscou, il y a 50 ans. Ils avaient alors décidé de construire une nouvelle ambassade, dont les travaux furent confiés à des entreprises soviétiques. Résultat : l’ambassade se trouva truffée de micros et fut inutilisable. Il est vrai que les Soviétiques savaient y faire. Une anecdote : à l’époque gaulliste, l’ambassadeur de France à Moscou était tombé sous le charme d’une ravissante Soviétique qui travaillait bien entendu pour le KGB. Il fut filmé dans ses ébats en long et en large, si l’on ose dire. Le KGB tenta de le faire chanter. Il eut l’honnêteté de se dénoncer et fut derechef rapatrié en France. De Gaulle, qui ne manquait pas toujours d’humour, le convoqua et lui posa la question suivante : « Alors, on couche ? »

 

Capture 1.JPG

 

 

LE PRÉSIDENT TURC RECEP TAYYIP ERDOGAN ÉVOQUE LA FAMILLE

 

Erdogan est père de quatre enfants et veut une Turquie « avec une population plus jeune et dynamique ». Il est opposé à la contraception et, bien sûr, à l’avortement. Il vient de déclarer à l’occasion des noces du fils de l’un de ses plus proches alliés, l’homme d’affaires Mustafa Kefeli : « Dans notre pays, les opposants se sont engagés dans la trahison du contrôle des naissances depuis des années, cherchant à assécher notre génération ». « Un enfant, c’est synonyme de solitude, deux de rivalité, trois d’équilibre et quatre d’abondance. Et Dieu prend soin du reste », a-t-il précisé, ce que ne risque pas de déclarer un dirigeant occidental. Erdogan avait déjà provoqué la colère des féministes en novembre, affirmant que les femmes n’étaient pas égales aux hommes… Quand on voit et quand on entend la tenancière de la cage aux folles, on se dit qu’il n’a peut-être pas tout à fait tort. Sauf que « la déménageuse » au côté “hommasse” (dixit Sarkozy) entourée de ses pédérastes activistes n’est pas un modèle de féminité, c’est le moins que l’on puisse dire !

 

Capture 2.JPG

 

 

“SOUMISSION”, LA FICTION DE HOUELLEBECQ QUI MET L’ISLAM AU POUVOIR

 

L’écrivain Houellebecq, qui fut prix Goncourt, s’était déjà singularisé par des propos peu amènes à l’encontre de l’islam, déclarant en 2001 au magazine Lire : « L’islam est la religion la plus con ». Une phrase qui lui avait valu d’être poursuivi par plusieurs associations mahométanes pour « injure envers un groupe de personnes en raison de leur appartenance à l’islam » et « complicité d’incitation à la haine raciale ». L’écrivain avait été relaxé. Christine Tasin de Riposte laïque idem. Elle avait déclaré : « l’islam est une saloperie ».

Le thème du livre de Houellebecq ? En 2022, la France est au bord de la guerre civile, à l’issue du second mandat de Hollande. L’élection présidentielle permet à Mohammed Ben Abbès, président de la Fraternité musulmane d’être élu président au second tour face à Marine Le Pen. Grâce au ralliement de l’UMP et du PS, qui ont négocié un accord de gouvernement avec Fraternité musulmane, acceptant deux mesures phares : l’islamisation de l’éducation nationale et l’autorisation de la polygamie. François Bayrou est nommé Premier ministre. Voici la trame de Soumission, le nouveau roman de Michel Houellebecq, à paraître le 7 janvier chez Flammarion.

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

Les commentaires sont fermés.