Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/12/2014

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3167 du 11 décembre 2014

 

EMMANUEL Petit, qui fut un grand joueur de football, s’est un tout petit peu lâché, déclarant sur sports.fr, mardi 2 décembre : « La France est hypocrite et lâche. Parfois, je me dis qu’en ayant été envahis par les Allemands, on serait mieux dirigés aujourd’hui. » Et, histoire de se faire bien voir, il ajouta : « J’ai beaucoup de mal avec les Français, je n’ai jamais vu un peuple aussi arrogant, suffisant, menteur et hypocrite, a tancé l’ancien milieu de terrain d’Arsenal. Pris dans un élan humaniste, il poursuit, évoquant l’affaire de Brandao, ce joueur de foot qui avait quelque peu, et même plus, malmené un de ses adversaires : « Quand Brandao prend un mois de prison pour un coup de tête, Cahuzac est encore en liberté, Thévenoud siège toujours à l’Assemblée nationale ». Mais est-il devenu fou ?

 

HOULÀ ! MAIS EMMANUEL PETIT EST-IL DEVENU FOU ?

 

Emmanuel Petit se fit très sévèrement souffler dans les bronches. Les couineurs professionnels couinèrent d’importance, et même plus. Dieu merci, il vint très, très vite à résipiscence, déclarant : « Cette référence historique a été stupide de ma part. Je m’excuse auprès du peuple juif, mais aussi auprès de tous ceux qui ont connu la guerre. Ma référence est déplacée »… Il était important qu’il s’excusât auprès de peuple juif. Il l’a fait. Tant mieux. Les Rivaroliens lui pardonneront donc ce petit dérapage.

 

PAS DE CRÈCHE DE NOËL AU CONSEIL GÉNÉRAL DE VENDÉE

 

Le conseil général de Vendée avait décidé d’installer une crèche de Noël dans son hall. Il s’agissait évidemment d’une provocation inouïe et d’un mépris absolu pour le principe de séparation de l’Eglise et de l’Etat, comme l’a décidé le tribunal administratif de Nantes (Loire-Atlantique). Jean Regourd, un homme de haute pensée, président de la fédération de la Libre pensée de Vendée, avait saisi le tribunal. Il avait déclaré : « A priori, elle ne respecte pas ce que doit être la neutralité des bâtiments publics, de l’Etat donc, et ne respecte pas la liberté de conscience d’un citoyen qui, rentrant au conseil général, se voit quasiment imposer un emblème religieux et caractérisé comme tel. Il s’agit d’une crèche de la Nativité, donc c’est un emblème religieux, d’une religion particulière ». On peut comprendre son indignation, dès lors que cette crèche ne participe pas au crétinisme franc-maçon. En attendant, Bruno Ratailleau, président du conseil général de Vendée, a rétorqué, annonçant qu’il « fera appel de la décision du tribunal administratif » : « Le respect de la laïcité n’est pas […] l’abandon de toutes nos traditions et la coupure avec nos racines culturelles. Faudrait-il interdire les étoiles dans les guirlandes de Noël qui décorent nos rues en ce moment, sous prétexte qu’il s’agit d’un symbole religieux indigne d’un espace public ? ». Quel courage, quel héroïsme, quelle lucidité admirable ! Sauf que le même se couche, gémissant, déclarant plaintivement : « Maintenir la crèche, c’était entrer dans l’illégalité. Or un responsable public, et à plus forte raison un parlementaire chargé de faire la loi, ne peut pas donner l’exemple de la désobéissance civile. On ne peut pas à la fois déplorer l’affaiblissement de l’autorité de l’Etat, qui est une réalité que je ne cesse de dénoncer, et refuser d’appliquer la loi. C’est une question de cohérence et de crédibilité. » Mais attention, il résiste avec ses petits muscles ! Il entend aller jusqu’au bout pour faire annuler cette décision, « devant le Conseil d’Etat et jusqu’à la Cour Européenne des Droits de l’Homme s’il le faut ». Il note, fort justement, « que cette décision est grotesque. Pourquoi dans ce cas ne pas interdire la galette des rois à l’Elysée, et la croix occitane sur le logo de la mairie de Toulouse ? » et relève que personne ne remet en cause le repas d’ouverture du Ramadan offert tous les ans par la mairie de Paris. Très bien, mais un résistant digne de ce nom n’aurait jamais consenti à s’aplatir devant la trahison des juges et l’injustice. Jamais ! Philippe de Villiers, l’ancien président du Conseil général de Vendée, n’hésite pas à parler de « méthode terroriste », de « laïcisme totalitaire » : « On se croirait en Union soviétique ! » lance-t-il. « J’appelle à la résistance ! Si j’étais Président du Conseil général de la Vendée, je n’aurais pas démonté cette crèche ! » lance-t-il. Au passage, Philippe de Villiers s’en prend à la franc-maçonnerie. Fort bien. Mais pourquoi ne l’avait-il fait quand il occupait le devant de la scène politique ? Et Bruno Retailleau était bien l’un de ses poulains même s’ils se sont fâchés depuis !

 

Capture 1.JPG

 

 

CRÈCHE : ROBERT MÉNARD, LUI, REFUSE DE CÉDER

 

Le préfet de l’Hérault, Pierre Bousquet, saisi par le parti communiste, vient d’envoyer une lettre officielle au maire de Béziers, Robert Ménard, pour lui demander de retirer la crèche de Noël installée à la mairie. Réponse du courageux Robert Ménard : pas question d’obtempérer. Il a déclaré : « J’ai placé cette crèche dans le cadre de l’ensemble de la politique culturelle de la ville des fêtes de fin d’année ». Point… Pourvu qu’il tienne, le courage étant une vertu rare par les temps qui courent !

 

DE RETOUR DE SYRIE…

 

Je m’étais rendu, il y a un mois et demi, en Syrie. Invité à participer à une conférence organisée à Damas sur le thème du “terrorisme”, j’y retournai il y a quelques jours, en compagnie de 25 délégations dont des Américains, des Russes et des Polonais. J’y rencontrai plusieurs ministres dont celui de la Culture. J’intervins à plusieurs reprises lors du colloque et fus longuement interviewé par des chaînes de télévision. J’assurai nos amis syriens du soutien des nationalistes français et européens dans leur combat antimondialiste et insistai sur le terrorisme intellectuel qui sévit en France et en Europe. J’ai évidemment abondamment cité le cas de RIVAROL persécuté par les lobbys et le système, ce qui me valut l’expression d’une vive sympathie de la part des 300 participants devant lesquels j’intervins pour la conclusion des travaux. A noter que Bachar El-Assad vient d’accorder une interview à Paris Match. Il y déclare que les frappes de la coalition n’aident pas la Syrie car les combats contre Daech sont des combats terrestres. Il note aussi que la Turquie continue à apporter un soutien direct ou indirect aux terroristes. Et le président d’asséner : « Nous autres Syriens, nous n’accepterons jamais que notre pays devienne un jouet entre les mains de l’Occident. » Mais qu’en est-il de Hollande ? Réponse de Bachar El-Assad : « L’administration actuelle œuvre à l’encontre des intérêts de notre peuple et de ceux du peuple français. Je ne suis ni l’ennemi personnel ni le rival d’Hollande. Je pense que c’est plutôt Daech qui est son rival, puisque leurs cotes de popularité sont très proches. » Reconnaissons au président syrien un incontestable sens de l’humour ! A ce propos, j’ai rencontré à Damas plusieurs personnalités de valeur, qui m’ont toutes raconté la même anecdote. Avant la guerre, Bachar se promenait seul, ou presque, avec son chauffeur, sur le marché de Damas, allant déjeuner dans un restaurant, sans aucune protection policière. A-t-on jamais vu un “tyran” se comporter ainsi ?

 

Capture 2.JPG

 

 

COLLARD : PLUS SIONISTE QUE LUI, TU MEURS…

 

L’Assemblée nationale a adopté le 2 décembre, par 339 voix contre 151, une résolution du groupe socialiste invitant le gouvernement à reconnaître l’Etat palestinien. 68 députés n’ont pas pris part au vote et 16 se sont abstenus. La quasi-totalité des socialistes, les écologistes, le Front de gauche, une partie des radicaux de gauche et quelques UMP et UDI ont voté pour le texte, tandis que la grande majorité de l’UMP et de l’UDI a voté contre. Mais qu’en est-il de Gilbert Collard, le député du Rassemblement Bleu Marine ? Il en fit des tonnes. Prenant la parole à la tribune, il lança, ému en diable, des trémolos dans la voix : « Vous embrassez le Hamas, le terrorisme et la haine ». Et puis, cette puissante envolée : « Israël n’est pas un État raciste, mettez-vous cela dans la tête ! » Dans l’hémicycle, Meyer Habib, député UDI représentant les Français établis en Israël, a vivement applaudi le député du Rassemblement Bleu Marine. Si avec ce genre de reptations Collard n’est pas réélu, ce serait à désespérer de la Synagogue. Il a d’ailleurs immédiatement reçu les chaleureuses félicitations de la Ligue de Défense juive. Le Rassemblement bleu Marine serait-il le parti le plus sioniste de France ? Cela expliquerait bien des choses…

 

TRIERWEILER : “LE MENSONGE NOUS A ACCOMPAGNÉS JUSQU’À LA FIN

 

Hollande est décidément un menteur d’élite. Trierweiler vient de raconter que Hollande était venu la trouver, récemment, pour lui dire qu’il ne lui en voulait pas pour le livre. Il lui assura que Julie Gayet ne venait jamais à l’Elysée. Patatras, le lendemain le dernier numéro de Voici offrait des clichés de François Hollande et de sa nouvelle concubine, attablée dans les jardins de l’Elysée. L’hebdomadaire racontait : « Julie Gayet y est comme chez elle : la comédienne y dort plusieurs fois par semaine… », estimant même que l’actrice est devenue « une Première dame quasi officielle ». Commentaire de Trierweiler : « Le mensonge nous a accompagnés jusqu’à la fin ». Comme quoi le politicien qui ment continûment dans sa vie privée a toutes les chances de mentir aussi dans sa vie publique, la cloison n’étant pas étanche entre les deux sphères et l’homme étant un tout.

 

VALÉRIE TRIERWEILER FUSILLÉE PAR THE GUARDIAN

 

Certains media européens tirent à vue sur Trierweiler, en pleine tournée de promotion de son livre. Le quotidien anglais The Gardian y va allègrement. Il s’agit là d’« une série de clichés à couper le souffle trempés dans suffisamment de venin pour couler un gouvernement, sans parler de la narcissique prétentieuse qui semble avoir construit toute sa carrière autour d’un ego fragile », a en effet raillé une éditorialiste du Guardian. « Si c’est cela que les Français appellent l’élite, que le Ciel vienne en aide aux pauvres ! », a-t-elle même lâché. Tout est dit…

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

Les commentaires sont fermés.