Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/11/2014

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3164 du 20 novembre 2014

 

FLORIAN Philippot, le numéro deux du FN, ne recule devant rien. Pour le 44e anniversaire de la mort de Charles de Gaulle, le vice-président du Front national a rendu hommage, à titre personnel, au général, « référence absolue » de son engagement politique, il y a quelques jours, à Colombey-les-deux-Eglises (Haute-Marne). En présence de hautes références, tels Anne Hidalgo, maire PS de Paris, dont on se demandait ce qu’elle venait faire là, et le préfet de Haute-Marne. Curieusement, aucun cadre de l’UMP n’avait fait le déplacement. Nicolas Sarkozy, qui cite pourtant à tour de corde vocale le massacreur de Brasillach, de Bastien-Thiry, de Dovecar, de Piegts et de tant d’autres, était absent. Mais Philippot était là, entouré d’une centaine de militants. Il a déclaré, à son arrivée, l’air grave et la bouche en cul de poule, avant de déposer une gerbe sur la tombe blanche de Charles De Gaulle, sous les quolibets de quelques spectateurs : « Le général est un exemple pour moi, une référence absolue pour mon engagement politique. Il figure la Résistance et incarne l’indépendance nationale, la grandeur de la France et le rassemblement des Français. »

 

LE FN MARINISTE ET GAULLISTE A ENCORE FRAPPÉ

 

Il a beau être énarque, mais cet oiseau ne sait pas de quoi il parle. Le volatile ne pouvait évidemment pas s’arrêter en si bon chemin. Comme les cacatoès, bavard en diable, il poursuivit son profond cheminement intellectuel, déclarant (toujours avec la bouche en cul de cacatoès) : « Le message du général De Gaulle est un message très moderne avec une éthique très forte. Alors que le système politique UMPS se perd dans les boules puantes et le marigot politicien, il y a chez nous au FN une volonté de faire vivre la France dans sa grandeur et sa souveraineté ». Une grandeur qu’incarnait De Gaulle, comme ne l’ignorent pas ceux qui n’ont pas oublié Robert Brasillach, le maréchal Pétain, ni les rapatriés et les harkis… Mais qu’en dit Marine Le Pen, qui a évidemment donné son accord à la prosternation de Philippot ? Elle a rappelé qu’il s’agissait d’un « geste personnel », se déclarant pour sa part, “gaullienne” et ajoutant : « J’accorde au général de Gaulle d’avoir été probablement le dernier véritable chef d’État, avec une vision d’une France libre de sa destinée. » Elle a tout de même relevé, cherchant sans doute à éviter la fureur de son père : « Entre le général De Gaulle et moi, il y a la guerre d’Algérie. J’ai beaucoup de considération et je

partage la souffrance des pieds-noirs, des harkis, qui ont eu le sentiment (sic) d’être trahis ». Elle n’a évidemment pas évoqué Robert Brasillach, qu’elle ne connaît sans doute pas. Mais que dit Florian Philippot ? « L’affaire algérienne est une affaire ponctuelle (ponctuelle… !), qui laisse encore des traces, mais le temps passe». « Comme le temps passe », pour reprendre le titre du magnifique roman de Robert Brasillach. Certes, mais nous, nous n’oublierons jamais, nonobstant le temps qui passe…

 

BONNE NOUVELLE : JUPPÉ, LE CHÉRI DE CES MESSIEURS-DAMES, ÉVOLUE

 

On se souvient d’Alain Juppé, « droit dans ses bottes ». Juppé se révèle être, en fait, un être sensible qui change d’opinion comme de petite culotte. Député de la Gironde au moment du débat du Pacs, en 1999, il vote contre, expliquant que s’il était contre, c’est parce qu’il était contre. Mais pas de problème, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Dix ans plus tard, il avait déjà réfléchi et se déclara « favorable à une totale égalité des droits, au travers d’une union civile ». Il déclara, l’air grave et concerné : « J’ai évolué et je pense aujourd’hui qu’il faut donner aux homosexuels exactement les mêmes droits qu’aux hétérosexuels », ajoutant dans une récente interview aux Inrocks : « Je suis convaincu qu’on ne reviendra pas en arrière : on ne démariera pas les couples homosexuels. » Mais qu’en est-il de l’adoption pour les couples homosexuels ? « Aucun des arguments en faveur de l’adoption ne tient la route », déclare-t-il, toujours aussi droit dans ses bottines, en janvier 2013. Oui, mais que dit-il en octobre 2014 sur le plateau de l’émission « Des paroles et des actes » ? « Je me fais violence (au sujet de l’adoption par les homosexuels) » Et puis, et puis ? Il vient de déclarer, il y a quelques jours : « Après mûre réflexion, je suis favorable à l’adoption par un couple du même sexe ». Ciao, pantin !

 

Capture 1.JPG

 

 

GILBERT COLLARD MOUCHE MARINE LE PEN

 

J’ai souvent critiqué dans ces colonnes Gilbert Collard. Le député Rassemblement Bleu Marine du Gard vient cependant de dire une vérité qui déplaira forcément à Marine Le Pen, qui avait déclaré qu’il n’y avait pas de Grand Remplacement, que la thèse de Renaud Camus était erronée, qu’il s’agissait d’une thèse complotiste, racialiste, etc. Gilbert Collard vient d’affirmer : « Je pense qu’il y a tous les risques d’un grand remplacement », vantant au passage les qualités de Renaud Camus. Mais que pense-t-il du déni de Marine Le Pen, pour qui, sans doute, l’immigration musulmane n’est pas un danger pour la France ? Il considère que la formulation inepte de « fantasme racialiste » est une “couardise”. Une fois n’est pas coutume, bravo Me Collard !

 

Capture 2.JPG

 

 

L’HUMOUR, INTERDIT EN FRANCE

 

On sait que ces gens-là n’ont aucun humour. Pas davantage que ceux qui guillotinaient dans les années 1794. Pas davantage que ceux qui massacraient dans les années 1945. Le directeur de la publication de Minute, Jean-Marie Molitor, vient d’être condamné à 10 000 euros d’amende pour sa “Une” consacrée à Taubira. Une somme ridicule, a considéré le parquet de Paris, qui a fait appel le 12 novembre. Les juges, considérés comme trop cléments, avaient par ailleurs relaxé Molitor et le dessinateur David Miège, dans l’affaire du dessin représentant un singe, versant une larme, au sujet duquel l’avocat déclarait : « Mon client porte plainte pour avoir été odieusement caricaturé en madame Taubira ». Le ministère public a décidé là aussi de faire appel. Me Frédéric Pichon, avocat de Minute et de Jean-Marie Molitor, parle non sans raison d’« acharnement judiciaire ».

 

L’HUMOUR INTERDIT EN FRANCE (SUITE)

 

Christian Schoettl, le maire de Janvry (Essonne) est un parfait inconscient, tendance suicidaire. Il vient d’appeler un lama femelle qui vient tout juste d’intégrer le parc animalier de Janvry, “Najat”. Un lama cracheur, qui a la prétention de se mêler de l’Education, comme Najat Belkacem, on n’avait, il est vrai, jamais vu ça. Et puis, il y a eu l’arrivée d’un chameau. Le maire raconte : « Tout a commencé avec l’arrivée d’un chameau qui faisait tout le temps non de la tête et qui blatérait sans cesse. Nous l’avons eu au moment de la campagne de Mélenchon contre le Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005. Nous avons trouvé un air de famille alors nous l’avons appelé Méluche ». Vint ensuite un wallaby — petit kangourou — blanc albinos qui sautait beaucoup et que l’édile a décidé de surnommer DSK. Mais le wallaby était seul, beaucoup trop seul. Pas longtemps. Notre maire raconte : « Nous l’avons privé de femelle pendant six mois, et, ensuite, nous l’avons installé avec une femelle que nous avons appelée Martine… Vous imaginez DSK, condamné à vivre avec Martine Aubry ? » Et puis, dans la ménagerie, il y a aussi Harlem, le taureau tibétain. Il paraît, selon le maire, que « c’est un gros fainéant. Il est vraiment très chiant ». Mais où en est affectivement Najat, la lama. Pas de souci. Elle vit des moments heureux avec le lama Boris. Boris ? Explication du maire Christian Schoettl : « Boris est le mari de la ministre. On n’est pas salauds, on ne les a pas séparés ». En voici un original, comme on les aime ! Dernière déclaration de l’édile : « Notre commune est la dernière à maintenir son recours au Conseil d’État contre la réforme des rythmes scolaires. Dans ce combat, nous n’avons jamais pu avoir le moindre contact avec la ministre. Cela témoigne d’un certain dédain qui mérite bien un nom d’animal dans notre petit parc. »

 

LOUIS ALIOT BALANCE, BALANCE…

 

Il y a ainsi des individus qu’il vaut mieux ne pas avoir comme voisins, en des périodes troublées. Nos amis Rivaroliens de Perpignan, Laurent et Philippe, mon amie Hilde, ancienne députée du Vlaams Belang flamand, mon camarade catalan espagnol Enrique, me contactent, scandalisés. Ils ont la rage… Un récent référendum a donné aux partisans de l’indépendance de la Catalogne espagnole une immense majorité : 80 % des suffrages. Le tribunal administratif espagnol refusa de reconnaître le résultat du référendum. Soit. Des manifestations (pacifiques) eurent lieu, en Espagne, mais aussi en Catalogne française, à Perpignan, pour dénoncer la décision du tribunal administratif espagnol. Louis Aliot, le compagnon perpignanais de Marine Le Pen, ne trouva rien de mieux, au lieu de se taire et de ne pas se mêler des affaires internes d’un pays voisin qui est seul à même de décider de son destin, que d’envoyer une lettre dénonciatrice à la “préfète” des Pyrénées-Orientales, dans laquelle il s’insurge contre ce qu’il nomme des « groupes extrémistes » qui défilent dans Perpignan ou manifestent devant le consulat espagnol. Ce qu’il appelle “extrémistes” ce sont des personnes qui manifestent pacifiquement au son des tambours et des “gralles” (bombarde catalane) et qui applaudissent à la réalisation d’un “castell” (tour humaine) ou à des chants d’une chorale catalane… N’y a-t-il pas d’autres priorités, d’autres urgences en France que de s’immiscer à ce point dans le débat passionné sur l’indépendance ou non de la Catalogne espagnole quel que soit par ailleurs l’opinion que l’on est bien sûr libre d’avoir sur ce dossier de ce côté des Pyrénées ? Aliot ferait mieux de dire à sa concubine qu’elle doit urgemment réviser sa position sur le “grand remplacement” !

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

19/11/2014

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3163 du 13 novembre 2014

 

INTERROGÉE par Le Journal du Dimanche, Marine Le Pen explique ne pas croire au « Grand Remplacement » (voir RIV. du 6 novembre) théorisé et dénoncé par l’écrivain Renaud Camus : « Le concept de grand remplacement suppose un plan établi. Je ne participe pas de cette vision complotiste » (sic). « Je pense de manière plus pragmatique que l’immigration est utilisée depuis trente ans par les grands milieux financiers pour peser à la baisse sur les salaires, avec une grande efficacité si j’en crois les derniers chiffres (ce qui est, au demeurant vrai) », continue la Présidente du Front national. Décidément, Marine Le Pen, qui a un talent médiatique certain (elle a hérité de son père le bagout et elle sait aboyer), mais qui n’a aucune colonne vertébrale, aucune conviction profondément ancrée, aucune foi, aucun idéal, aucune doctrine, qui n’a jamais lu un livre, ni de Maurras, ni de Drieu La Rochelle, ni de Céline, ni de Bardèche, ni de Coston, ni de Jacques Ploncard d’Assac, mais qui a, il est vrai, lu Harry Potter et Spirou et qui connaît par cœur le générique du dessin animé japonais Albator, est une véritable calamité. Le « Grand Remplacement » serait ainsi, d’après Marine Le Pen, une vision “complotiste”. Les habitants des banlieues occupées apprécieront, ainsi que Jean-Marie Le Pen, Julien Rochedy, l’ancien Président du Front national de la jeunesse, ou encore Philippe Martel, le directeur de cabinet de Marine Le Pen, qui évoquent fréquemment le « Grand Remplacement ». Jean-Marie, au secours, ils sont devenus fous !

 

Capture 1.JPG

 

 

LE GRAND REMPLACEMENT ? “UN FONDEMENT RACIALISTE”

 

Ce n’est pas Hollande, ce n’est pas Mélenchon, ce n’est pas Cukierman, le président du CRIF, ce ne sont pas les pleureuses des supposés Droits de l’Homme qui ont estimé que le concept de « Grand Remplacement », inventé par l’écrivain Renaud Camus, fleurait bon le racisme le plus abject. C’est le nouveau directeur national du Front National de la Jeunesse, Gaëtan Dussaussaye, 20 ans, qui était interrogé lors du JT de TVLibertés, jeudi 6 novembre et qui a tenu ce propos extravagant, qui rejoint d’ailleurs les propos de Marine le Pen sur le même sujet. Il a osé déclarer : « A la base de cette notion (de grand remplacement), il y a un fondement racialiste, ce que ne peut accepter le FN ». Il préfère s’en tenir à la critique d’un grand remplacement purement culturel. Mon Dieu, pardonnez-lui, car il ne sait pas ce qu’il dit ! Mais l’oiseau, très à l’aise devant les caméras, ne s’arrête pas en si bon chemin. Il fut interrogé par les talentueux Martial Bild et Elise Blaise sur l’avortement et l’euthanasie. Voici leur dialogue :

Martial Bild : Il y a 20 ans, quand vous êtes né, le FN était un parti qui défendait la famille, mais qui luttait aussi contre l’avortement : est-ce qu’on continue au FN à lutter contre l’avortement, l’euthanasie ?

Gaëtan Dussaussaye : On continue et on en parle ; peut-être un peu moins souvent, parce qu’en tant que parti politique, il faut s’intéresser aux réels problèmes qui s’acharnent contre les Français, et je pense que […] même si ce sont des faits de société importants, l’avortement et l’euthanasie ne sont pas les problématiques qui s’imposent à la majorité des Français.

Excellente réplique d’Élise Blaise : C’est par cet argument que François Hollande a pu faire passer le mariage pour tous…

Pour conclure, Martial Bild lui demanda quel était son philosophe préféré. Gaëtan Dussaussaye, qui semble, au demeurant, être un homme intelligent, est en Mastère de philosophie à la Sorbonne. Sa réponse ? « Il n’y en a pas un, il y en a trois ». Mais encore ? Il cite Aristote, Rousseau (???) et… Karl Marx (?????????) Et c’est ainsi que le FN mariniste prétend devenir respectable…

 

CANADA : UNE FOIS DE PLUS, HOLLANDE RIDICULISE LA FRANCE

 

L’improbable et ridicule pingouin était, il y a quelques jours, en visite officielle au Canada. Il était reçu en grande pompe au parlement d’Ottawa où il était accueilli par les présidents du Parlement et du Sénat, qui entouraient le nouveau héros national, Kévin Vickers, celui qui avait abattu le terroriste islamiste qui avait tenté, le 22 octobre, de mettre le parlement à feu et à sang. La rencontre avec Hollande était présentée, dans l’agenda du président, comme un moment important de la visite. Les services de l’Elysée l’avaient noté en gras sur le programme du voyage. Problème : le ridicule gnome élyséen n’a pas reconnu Vickers et s’est contenté de lui serrer distraitement la main, sans un mot, sans une accolade. Stupeur et gêne des officiels présents. Le responsable du protocole canadien, serrant les mâchoires, a eu ce commentaire très british : « C’est très surprenant », tandis qu’un haut responsable français, consterné, lâchait : « Mais quelle équipe de bras cassés ! A quoi ça sert, tous ces conseillers, s’ils ne lui disent rien ?… » A rien. Et à quoi sert Hollande ? A rien… Si, à détruire la France !

 

UMP : QUAND UNE HUÎTRE MENACE UN PIT-BULL

 

Bruno Le Maire est le principal challenger de Nicolas Sarkozy dans la course à la présidence de l’UMP. L’entourage de Nicolas Sarkozy lui aurait reproché « un charisme d’huître », ce qui n’est pas forcément inexact. Le Maire, interrogé quant à cette comparaison avec des ostréidés, a déclaré « J’aime beaucoup les huîtres, donc je ne trouve pas cela désagréable du tout », ce qui, reconnaissons-le, est une haute pensée philosophique. En attendant, Sarkozy joue à la brosse à reluire, tendance démocrate et humaniste (enfin, il fait semblant d’y jouer). Il déclare, dans ses meetings, de façon immuable, qu’il aura besoin de Bruno Le Maire et d’Hervé Mariton une fois élu à la tête du parti. Quel hypocrite, quel menteur ! En réalité, Nicolas Sarkozy traite en privé Le Maire de “connard”. Brice Hortefeux, le commensal de Sarkozy, use d’un langage encore plus fleuri. Le “connard” en question serait, selon Brice, une « ordure qui nous crache à la gueule alors que, sans Nicolas, il n’aurait jamais été ministre ». Quelle haine ! Mais quelles en sont les raisons ? En réalité, le camp Sarkozy commence à s’inquiéter sérieusement. Sarkozy comptait emporter l’élection de la présidence de l’UMP avec un score africain. Peut-être pas 99,99 %, mais un petit 80 % lui aurait convenu. Oui mais, l’huître ne déplaît pas aux ostréidés de l’UMP. Du coup, le résultat de Sarkozy pourrait être bien moindre : 70 %, 60 %, voire moins de 50 %, ce qui paraît tout de même improbable. En attendant, gobons les huîtres !

 

Capture 2.JPG

 

 

BERNARD CAZENEUVE DEMANDE À BOUBAKEUR DE L’AIDER À “RÉTABLIR LA SÉCURITÉ EN FRANCE

 

Interrogé par le Figaro, Dalil Boubakeur, président du Conseil Français pour le Culte Musulman nous apprend que Bernard Cazeneuve, ministre de l’intérieur, a demandé de l’aide aux autorités musulmanes pour « établir la sécurité en France ». Bientôt, une police musulmane ? Mais qu’en est-il du djihad ? Pas de soucis, Daril Boubakeur se montre serein : « Dans l’islam, il y a une variété, je dirais même une liberté (Il se moque vraiment de nous !) mais aussi un certain nombre d’éléments qui peuvent aller vers la violence et le danger ». Une microscopique concession…. Il fallait oser ; il a osé… Oui, mais qu’en est-il des islamistes qui prétendent couper la gorge aux impies ? Pas de problème, Dalil condamne ces actes, relevant qu’aucun “conservateur” (ce qui signifie, aucun égorgeur potentiel) ne siège au CFCM. Il condamne, certes, les égorgements, mais affirme rester en relation avec ceux qu’il appelle ses “frères” au prétexte qu’ils « ont la même vision spirituelle de l’islam ». Et il conclut par ces fortes paroles : « L’unité des musulmans est plus importante que nos idées parfois différentes ». On a compris, merci…

 

Capture 3.JPG

 

 

“PAPA, LE PÈRE NOËL N’EXISTE PAS !”

 

Une vidéo sulfureuse circule sur internet (voir le site contre.info) mettant en scène Dieudonné et son fils, âgé sans doute de six ans. Le fils, dans les bras de son père, déclare : « Papa, le père Noël n’existe pas ». Réplique du papa : « Ah bon, et les chambres à gaz ? ». Sacré Dieudonné… La police de la pensée s’étrangle évidemment d’importance devant cette abomination et fait pression sur la plateforme de vidéos Vine (Twitter) afin qu’elle censure l’enregistrement. Trop tard, on l’a vu !

 

ILS NE RESPECTENT PLUS RIEN, MÊME PAS LE TRAVAIL

 

C’est à Dachau, à proximité de Munich, que cet acte abominable a été commis. Le portail de ce camp de concentration portant l’inscription « Arbeit macht frei » (le travail rend libre) a été volé. On ignore pour l’instant si les auteurs de cette abomination sont des néo-nazis ou tout simplement des trafiquants de métaux. Toujours est-il que la chancelière Merkel a déclaré toutes affaires cessantes : « Ce lieu est devenu un lieu contre l’oubli, à destination des générations futures ». « Des actes tels que le vol de la porte d’entrée du camp de Dachau, sont abominables ». Il est en effet abominable de voler une porte d’entrée…

 

LES DITS DE NICOLAS SARKOZY

 

Dans un livre paru, il y a quelques jours, intitulé Ça reste entre nous, hein ? paru chez Flammarion, deux journalistes d’Aujourd’hui en France, Nathalie Schuck et Frédéric Gerschel, ont fait parler Sarkozy. Florilège : à propos de Hollande et de ses photos estivales au fort de Brégançon : « C’est les Bidochon en vacances ». « Il est mal fagoté, il mange des frites. Quand on fait un métier public, il faut faire attention ». Après les photos du pingouin casqué : « Hollande, c’est le président ridicule. » Valérie Trierweiler ? « Je l’ai toujours trouvée sotte et prétentieuse » Et Sarkozy d’ajouter : « Ce n’était pas une très bonne journaliste politique et pas une très bonne journaliste culturelle non plus ». Manuel Valls ? « Il devrait porter des lunettes, il a le regard fuyant, il fait un peu illuminé » L’UMP ? « Tous des cons ». Fillon ? « Il paraît qu’il a beaucoup souffert pendant cinq ans. Peut-être aurais-je dû abréger ses souffrances » Mais qu’en est-il de Xavier Bertrand, que personne ne connaît mais qui a de très hautes prétentions ? : « Ce bon à rien, ce petit assureur » ; « C’est un médiocre, ce n’est pas la reconnaissance qui l’étouffe » ; Et puis, pris dans un élan de compassion : « Lui, ce sera pieds nus, avec des plaies ouvertes, dans les mines de sel. » Et Marine Le Pen, qu’en dit-il ? « Des airs de “déménageur”, c’est une masse, elle fait hommasse épaisse ». Le côté sympathique de Sarkozy est qu’il est quelque part un humaniste…

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

12/11/2014

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3162 du 6 novembre 2014

 

ON SAIT que Patrick Modiano vient d’obtenir le prix Nobel de littérature et que Fleur Pellerin serait ministre de la Culture. Enfin, façon de parler… Une journaliste de Canal+ lui pose la question qui tue : « Votre livre préféré de Modiano ? » Réponse d’une grande profondeur de notre brillant ministre : “Euuuhhhh…

 

UN MINISTRE DE LA CULTURE PAS TRÈS CULTIVÉ

 

La présentatrice lui tendit une perche : « Son dernier livre ? » Fleur Pellerin, coincée, fut bien obligée de reconnaître qu’elle n’en savait rien et tenta de se justifier : « J’avoue sans aucun problème que je n’ai pas du tout le temps de lire depuis deux ans. […] Je lis beaucoup de notes, beaucoup de textes de loi, les nouvelles, les dépêches AFP mais je lis très peu ». N’est pas Mitterrand ou Pompidou qui veut. Pourtant, quelques minutes auparavant, le ministre avait indiqué avoir déjeuné avec Patrick Modiano. « On a eu un déjeuner formidable, très très sympathique. On a beaucoup rigolé », avait-elle confié. Pathétique...

 

Capture 1.JPG

 

 

LICRA : “POUR L’AMOUR DE LA FRANCE”, PAR ICI LA BONNE SOUPE !

 

Dans une tribune intitulée « Pour l’amour de la France », Alain Jakubowicz, président de la Licra, présente les conclusions des travaux des Universités de la Licra tenues au Havre du 17 au 19 octobre. Il constate évidemment l’épouvantable montée du racisme et de l’antisémitisme. Mais il a la solution. Il constate : « Le gouvernement allemand, confronté aux mêmes constats, vient de débloquer 30 millions d’euros pour un projet de cinq ans visant à lutter contre le racisme et l’antisémitisme. Qu’attend-on en France? Il n’est plus possible de nous contenter de grandes et belles déclarations. On ne rétablira pas le lien social sans s’en donner les moyens. Si le combat pour l’emploi est une priorité, celui pour le “vivre ensemble” en est l’une des conditions. Tout le monde doit y contribuer, du sommet de l’Etat aux élus locaux, du monde du travail aux associations, de l’école aux terrains de sport. » En d’autres termes : par ici les subventions.

Jamais à court d’idées dès lors qu’il s’agit de faire fonctionner le tiroir-caisse, la Licra propose l’organisation d’un Grenelle de la Fraternité. Et quand la Licra propose, on se met au garde-à-vous, et vite. C’est ce qu’a fait illico Jacques Toubon, le Défenseur des droits (c’est quoi encore, ce machin ?) qui, avec des trémolos dans la voix, a dit tout son soutien à ce projet. Conclusion d’Alain Jakubowicz : « Il est temps de poser les vrais problèmes, sans candeur ni langue de bois, et d’arrêter un plan quinquennal avec des objectifs clairs et les moyens nécessaires pour les atteindre ». Les moyens, les moyens, toujours les moyens. Ces gens-là sont décidément obsédés par « les moyens ». Et c’est ainsi que les impôts flambent...

 

SARKOZY EST-IL DÉJÀ MORT ?

 

Sarkozy doit faire face à de redoutables bombes à retardement. Qui risquent de l’amener en enfer. Il y a tout d’abord son ancien conseiller, Patrick Buisson, qui lui voue aujourd’hui une haine féroce et qui vient de déclarer dans les colonnes du Nouvel Obs : « Je me tairai jusqu’au jour où je ne me tairai pas. Et ce sera spectaculaire. » Il prédit la mort politique prochaine de l’ancien président, promettant le lancement d’« une mystérieuse fusée à trois étages » qui pourrait semer le désordre et faire grand bruit à droite. Buisson prédit : « Hollande et Sarkozy vont couler tous les deux, car ils font système ». Il ajoute : « Nicolas Sarkozy sera mort politiquement avant de l’être judiciairement », commentant ainsi la campagne de l’ancien président pour la présidence du parti : « La mayonnaise ne prend pas. Il est seul. Y’a plus de jus. Plus rien ». Mais il n’y a pas que Buisson. Jérôme Lavrilleux, qui sait tout sur l’affaire Bygmalion, a déjà déclaré à L’Express qu’il avait « du mal à imaginer que Nicolas Sarkozy ne connaissait pas le nom de Bygmalion ». Lavrilleux sera probablement mis prochainement en examen. S’il se met à table, les conséquences risquent d’être redoutables pour Sarkozy. Mais il y a aussi Eric Cesari, ce « Corse formé à l’école Pasqua », selon un ancien ministre UMP, et surnommé « l’œil de Sarkozy » dans les couloirs du siège de l’UMP. Il vient d’être mis en examen pour faux et usage de faux et abus de confiance dans le cadre de l’affaire Bygmalion. Lui aussi, s’il se met à parler… Le commentaire le plus intrigant est venu d’Eric Zemmour, en général bien informé. Il vient de déclarer au sujet de Sarkozy : « Je pense que c’est fini. Il ne récupérera pas les électeurs populaires qui ne lui font plus confiance. » Zemmour dispose-t-il d’informations particulières ? Dernière info, allant dans le sens de l’analyse de Zemmour, livrée le jeudi 30 octobre par BVA, pour Orange : la part des Français qui souhaitent qu’il ait davantage d’influence dans la vie politique a chuté de sept pointspar rapport au mois précédent, en tombant à 26 %. Et c’est parmi les sympathisants de l’UMP et de la droite que le désaveu est le plus fort. Sarkozy chute lourdement (moins 13 %) parmi les sympathisants de l’UMP, pour ce qui concerne leur souhait d’un retour de l’ancien président de la République. Du coup, Nicolas Sarkozy se trouve devancé par Alain Juppé de 29 points parmi les Français et de quinze points parmi les sympathisants de la droite. Juppé plutôt que Sarkozy ? C’est ce qui s’appelle tomber de Charybde en Scylla.

 

PAUVRE STRAUSS-KAHN, LE VOICI AU BORD DE LA RUINE

 

Dominique Strauss-Kahn, pour avoir été le patron du FMI, n’a cependant pas vraiment le sens des affaires. Il vient de perdre quelques millions d’euros dans une aventure parfaitement improbable.

En mai dernier, le mariage entre l’homme d’affaires franco-israélien Thierry Leyne (à la réputation sulfureuse) et Dominique Strauss-Kahn était célébré en grandes pompes et faisait les gros titres de la presse helvétique. Leur fonds d’investissement Leyne-Strauss-Kahn & Partners (LSK) annonçait un objectif « très ambitieux », celui d’atteindre une taille de « deux milliards de dollars d’ici un an ». La filiale suisse, Assya Asset Management, qui n’acceptait que les clients lui confiant un minimum de 20 millions d’euros, devait même être dirigée par Vanessa Strauss-Kahn, la fille de l’ancien ministre socialiste. Seuls les mauvais esprits voient un soupçon de Madoff dans cette aventure. Las, Thierry Leyne vient de se suicider en se jetant du balcon de son somptueux appartement de Tel-Aviv. Il avait, il est vrai, emprunté des sommes assez considérables à des « hommes d’affaires » originaires des pays de l’Est. Sommes qu’il était parfaitement incapable de rembourser. Or, nul n’ignore que ces gens-là n’ont un sens de l’humour que très modéré et passent assez vite aux représailles, y compris à l’encontre des familles des audacieux qui ont la prétention de les rouler… Mais que venait faire Strauss-Kahn dans cette galère ? Il avait fait la connaissance il y a deux ans de l’homme d’affaires franco-israélien, qui vivait dans le plus grand luxe, tout en étant très pratiquant (il portait régulièrement les tsitsvis, ces cordelettes rituelles exprimant un haut degré de judaïsme, sous sa chemise ou son tee-shirt). Ayant de parfaits comportements de psychopathe, ce qui a dû plaire à DSK, il passait d’un instant à l’autre d’un comportement policé à un comportement violent, insultant et même ordurier. On apprend que Thierry Leyne a vécu dix ans à Genève. Sa femme s’y est suicidée en se jetant dans le vide il y a trois ans. Or, depuis sa disparition la semaine dernière, aucun financier suisse ne lui a rendu hommage. Plus inquiétant encore, la communauté juive ne s’est pas manifestée non plus. « Ce n’est pas bon signe », constate un banquier genevois. Et pourtant DSK et Leyne avaient tout fait pour se faire bien voir des Suisses. Malgré leurs passeports français et israélien, ils avaient décidé récemment de soutenir… l’équipe suisse de tennis. Ah, cosmopolitisme, quand tu nous tiens ! Pauvre DSK, qui attend de plus, dans quelques jours, le procès de l’Affaire Carlton. Très affecté, on ne sait pas si c’est par la perte de son argent ou la disparition d’un camarade, il s’est rendu à ses obsèques à Tel Aviv, pour réciter le Kaddish, la prière juive des morts. Mais pour l’heure DSK ne s’est pas, lui, suicidé.

 

APRÈS L’ANTISÉMITISME, L’HOMOPHOBIE, VOICI L’ANTIMAÇONNISME QUI MENACERAIT LEUR RÉPUBLIQUE !

 

Vous l’ignoriez peut-être, mais selon Daniel Keller, le Grand Maître du Grand Orient, l’heure est grave car on assiste aujourd’hui en France à « la dangereuse résurgence de l’antimaçonnisme ». Quels sont, d’après l’oiseau, « les trois symptômes de la crise de la République » ? Vous ne devinerez jamais. Il y a tout d’abord l’antisémitisme et puis l’homophobie, et enfin, l’antimaçonnisme, qui constitue, selon le Grand Maître, « une menace pour les fondements de la République ». Ni plus, ni moins… Bref, le Grand Orient lançait, il y a quelques jours, à Lille, une campagne publique contre « la dangereuse résurgence de l’antimaçonnisme » qui se déclinera en conférences tenues dans huit villes françaises. Dont sans doute Tel-Aviv ? Grâce au journaliste Jiri Pragman (dont nous n’avons jamais entendu parler), qui intervint, l’air grave lors de cette conférence, nous savons qui sont les responsables de cette épouvantable résurgence. Il a déclamé : « 2014 n’est certes pas 1934 ou 1940, mais il y a une résurgence de l’antimaçonnisme, venant des milieux catholiques hostiles au mariage pour tous, des évangélistes, des musulmans et plus généralement d’internet et des réseaux sociaux » Fermez le ban, et sortez le carnet de chèque…

 

Capture 2.JPG

 

 

LE DERNIER DÉLIRE DE COLLARD

 

Mais si, vous connaissez Gilbert Collard, le député mariniste à l’Assemblée nationale. Jean-Marie Le Pen avait déjà suggéré que son nom résonnerait mieux si l’on remplaçait les deux ‘l’ par une autre consonne. Voici sa dernière déclaration : « On peut être membre du FN et se convertir à l’Islam ». Après de telles déclarations il n’y a plus qu’à tirer l’échelle !

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

05/11/2014

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3161 du 30 octobre 2014

 

LA GENT féminine a visiblement des comptes à régler avec François Hollande. Martine Aubry a beau affirmer qu’elle veut la réussite du président de la République, personne ne la croit. Et pour cause : ses paroles en coulisses, révélées par le Canard Enchaîné, sont meurtrières pour l’improbable pingouin élyséen. Le journal satirique a rendu publics des extraits de conversation entre l’ex-première secrétaire du Parti Socialiste et ses proches.

 

“HOLLANDE ? UNE COUILLE MOLLE !”, DIXIT MARTINE AUBRY

 

« J’avais raison, Hollande est un incapable. Il a tout raté », aurait-elle confié à l’un de ses proches. Selon Martine Aubry, le président de la République enchaînerait les erreurs, ne réussissant ni avec le chômage, ni avec la croissance. « Tout va de travers », se permet-elle ainsi de juger en “off”. Il est vrai que les relations entre Aubry et Hollande n’ont jamais été au beau fixe. Tandis que la première traitait le chef de l’Etat de « couille molle », le second la qualifiait de “perverse”. Martine Aubry est coutumière de considérations fort peu humanistes à l’encontre de ses camarades socialistes. Elle avait déjà qualifié Jean-Marc Ayrault de “nul” et son successeur à la tête des socialistes, Harlem Désir, d’“enc…”. Conclusion : une humaniste qui fonctionne avec une régularité de métronome au whisky Aberlour, douze ans d’âge, devient assez vite misanthrope.

 

C’EST UN MUFLE !” S’EXCLAME GENEVIÈVE “DE FONTENAY”

 

Geneviève de Fontenay, la fondatrice du prix Miss France, qui s’appelle en réalité Mulmann, n’a pas non plus mâché ses mots à la suite de la publication du livre de Valérie Trierweiler. Féministe en diable, complice de toutes les tarées dès lors qu’elles sont femmes, la dame au chapeau s’en est pris violemment à Hollande à qui elle reproche son comportement lors de sa rupture. « Je suis dans une colère », dit-elle, « de la manière dont il traite cette femme, qui est répudiée, considérée comme un objet consommable et jetable ! Enfin quand même ! C’est la première dame de France (mais où est-elle allée chercher cela ?) ! Il pourrait au moins avoir du respect pour elle, de la considération ! » Du coup, Geneviève Mulmann, qui est, comme on le sait, une grande intellectuelle, achève notre oiseau avec cette analyse politique transcendante, que seule une femme, Mulmann de surcroît, pouvait prononcer : « c’est un mufle qui n’a pas le courage de s’affirmer. […] Qu’il aille s’amuser avec ses compagnes, mais il n’est plus digne de diriger la France ». Si c’est elle qui le dit…

 

Capture 1.JPG

 

 

ALAIN SORAL, UN “PRÉDICATEUR DE LA HAINE”, TRAUMATISE CE PAUVRE HAZIZA

 

Trois mois de prison avec sursis et 10 000 euros d’amende ont été requis le 17 octobre à l’encontre d’Alain Soral, accusé d’incitation à « la haine, la discrimination ou la violence » à l’égard du journaliste Frédéric Haziza et de la communauté juive. « On est ici dans l’appel à la haine de l’autre. Et l’autre, c’est M. Haziza et c’est le Juif », a affirmé, l’air grave, la procureure (féminisons les titres, égalité “femmes-hommes” oblige). En effet, Haziza, journaliste à LCP et à radio J, s’était vu décerner le glorieux titre de « con du mois » par Soral. « On est là au-delà de la liberté d’expression et personne dans notre République ne devrait pouvoir être l’objet de telles attaques », a déclaré le procureur Annabelle Philippe. Sauf, of course, les militants nationalistes et ceux qui s’autorisent quelques fantaisies politiquement et idéologiquement incorrectes. Toujours est-il que Haziza couine, et quand ces gens-là couinent, ils couinent d’importance. Il s’est déclaré “meurtri”, rien que ça, par « tout ce qui se trouve dans sa littérature et sur son site (celui de Soral) » et se dit victime depuis lors d’« un acharnement des “fans” de Soral qui le poursuivent avec des messages de haine ». Pauvre chéri… il est vrai que Soral n’a pas sa langue dans la poche. Sur son site, il avait dépeint Frédéric Haziza comme « un journaliste issu de la communauté dont on n’a pas le droit de parler qui occupe… oui, c’est le mot, il s’agit d’occupation, à peu près la totalité de la superstructure idéologique de la France » et qui fait « un boulot de censeur tribaliste ». « J’en ai plus que marre que des gens qui représentent moins de 1 % de la population française, qui tiennent à peu près toutes les places de décision crachent à la gueule des Français comme moi », avait-il ajouté en dénonçant « une arrogance, une domination et une malhonnêteté communautaire ». A la barre du tribunal, Alain Soral, blouson de cuir et tee-shirt portant l’inscription “Goy” en lettres gothiques, a, quant à lui, dénoncé les « persécutions d’une communauté organisée ». Frédéric Haziza et plusieurs associations dont l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), la Ligue contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA), SOS-Racisme et la Ligue des droits de l’homme (LDH) se sont constitués parties civiles. « M. Haziza n’est pas visé en tant que journaliste, mais en tant que juif », a martelé son avocate, Me Stéphanie Zaks. « À travers lui, c’est toute la communauté juive qui est ciblée », a ajouté Me Jérémie Boulay pour la Licra. Et Me Stéphane Lilti (avocat de l’Union des organisations juives de France) de conclure : « M. Soral est un prédicateur de la haine qui fait sa propagande sur le dos de M. Haziza ». Jugement le 21 novembre.

 

Capture 2.JPG

 

 

UN BIZUTAGE ANTISÉMITE PAS DRÔLE DU TOUT

 

L’université de Liège vient de vivre les heures les plus sombres de son histoire. Le comité de “baptême” du département de philosophie a en effet trouvé un thème des plus originaux pour le bizutage prévu le 21 octobre. La soirée était intitulée « Le mardi, on rentre à Gaza en famille ». Le carton d’invitation était encore plus explicite : « M. s’en est allée torturer quelques Palestiniens […] Te voilà dans la peau d’un petit Palestinien. Le but de ta soirée est d’éviter le grand méchant Juif et de retrouver tes pénates heureux et entier (si possible). » L’image terrifiante sur l’invitation suscite l’émoi puisqu’elle montre une Juive représentée avec des yeux rouges sataniques. L’Union des Etudiants Juifs de Belgique (UEJB) s’est aussitôt fendu d’un communiqué de presse expliquant que « le folklore estudiantin a pour tradition de dénoncer par la dérision et l’humour. Ici nous sommes dans toute autre chose : une vision manichéenne et antisémite du conflit israélo-palestinien… C’est à la fois un appel aux clichés caricaturaux visant les Juifs et à la stigmatisation des personnalités juives. C’est l’ensemble de la communauté juive qui est ciblée, y compris les étudiants et autres concitoyens juifs. L’UEJB ne peut rester indifférente devant un événement aussi scandaleux et s’inquiète une nouvelle fois de la banalisation de l’expression antisémite. » Efficace, le recteur de l’université a bien évidemment convoqué les étudiants à l’origine de cette farce « aux relents antisémites », après avoir interdit la soirée. On ne badine pas avec l’antisémitisme, non mais !

 

TOVA REICH, FILLE DE RABBIN PARFAITEMENT INDIGNE

 

Fille de rabbin, Tova Reich dénonce l’exploitation commerciale de l’“Holocauste” dans un roman hilarant qui a fait grincer des dents aux Etats-Unis. Dans ce livre, Maurice, cynique, menteur et uniquement obsédé par l’appât du gain, dirige le musée de l’“Holocauste” à Washington. Norman, son fils, préside une société qui attribue, contre forte rémunération, des licences officielles « Holocauste compatible ». Ses clients sont tous des professionnels de l’humanitaire, qui amassent des fortunes en dénonçant la souffrance animale ou humaine, notamment juive, et Dieu sait que cette dernière souffrance est particulièrement éprouvante et juteuse. Mais quelle est la technique des Laurel et Hardy de la Shoah pour s’en mettre plein les fouilles ? Ils organisent tout simplement des voyages privés à Auschwitz, destinés à des milliardaires américains et juifs, ce qui n’est pas forcément incompatible, pour contribuer à l’entretien de la divine Mémoire. Les commentaires sur Internet de ce livre intitulé Mon Holocauste sont dithyrambiques. On lit par exemple : « Mon Holocauste est l’ouvrage impitoyable d’un génie de la satire. Il fait partie des romans sociaux et politiques les plus lucides de ce début de siècle. En comparaison, La Ferme des animaux, qui date du siècle dernier, ressemble à une plainte vague. » Si c’est vrai, ce livre est certainement un chef-d’œuvre mais cette appréciation dithyrambique sur l’ouvrage est peut-être très exagérée. Profitez-en pour lire, amis Rivaroliens, cette formidable dénonciation du stalinisme qu’est La Ferme des animaux de George Orwell. Des cochons qui prennent le contrôle d’une ferme et réduisent les autres animaux en esclavage… C’est plus que jamais d’actualité !

 

DES DOSETTES DE CRÈME À L’EFFIGIE D’HITLER ET DE MUSSOLINI

 

Grosse Skandal ! Des restaurants en Suisse alémanique ont servi au début de la semaine dernière des cafés avec des dosettes de crème à l’effigie de Mussolini et d’Hitler, a révélé le journal 20 Minutes. Ces petites dosettes en plastique, servies traditionnellement en Suisse en plus du sucre lorsqu’on commande un café, ont été livrées à une centaine de restaurants par une filiale du groupe Migros qui a présenté mercredi ses « excuses pour cet incident impardonnable ». Impardonnable en effet, d’autant qu’aucune dosette à l’effigie de Staline, de Lénine, de Mao, de Pol Pot, d’Enver Hoxha, de Castro n’a été pour l’instant proposée par la société Karo qui avait conçu les illustrations figurant sur ses petites dosettes de crème. Les couvercles de ces dosettes sont souvent prisés des collectionneurs, et représentent les motifs les plus divers. Du coup le groupe Migros, terrifié par les potentielles conséquences commerciales de cette abomination, a décidé de rompre toute relation commerciale avec la société Karo. Le patron de la société Karo a tenté d’expliquer l’innommable : « Les images font partie de la série Cigar Bands, sur le marché depuis deux ans déjà pour les collectionneurs », a déclaré Peter Wälchli, de la société Karo. Ces images ont été tirées d’un livre sur les bagues de cigares. « Bien entendu que c’est terrible, ce qui s’est passé à l’époque d’Hitler », a-t-il ajouté, « Aujourd’hui aussi des choses terribles se passent, on décapite des gens en Syrie ». Mais est-il fou ? Comparer des Juifs avec des Chrétiens ou des musulmans supposés hérétiques, n’est-ce pas le début de la barbarie ? En tout cas le groupe Migros aura encore plus vite cédé que naguère les banques suisses aux pressions des gardiens de la Mémoire exigeant réparations financières. Le courage est décidément une vertu qui se perd…

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici.