Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/10/2014

Chronique de la France asservie et… résistante

Fabienne BALLARIN

 

RIVAROL N° 3160 du 23 octobre 2014

 

L’ESPRIT de Bertrand Delanoë plane-t-il encore sur la capitale ? On l’imaginerait bien autoriser, à l’occasion de la FIAC, la foire internationale d’art contemporain, l’auto-proclamé artiste Paul McCarthy installer son « arbre de Noël » de 24 mètres place Vendôme.

 

SEXTOY PLACE VENDÔME...

 

Car ce que le badaud pourrait voir comme un monumental objet vert ressemblant à un arbre—ressemblance suggérée davantage par le nom de l’œuvre, Tree, que par l’objet en lui-même—les utilisateurs de Facebook avertis ont eu tôt fait de le désigner comme un « plug anal », un sextoy qui s’adresse d’abord, comme son nom l’indique, aux homosexuels. La ressemblance n’est d’ailleurs pas le fruit de l’imagination déplacée de quelques internautes, mais elle est bien voulue par McCarthy, qui le reconnaît bien volontiers. Il honore aussi la Monnaie de Paris d’une exposition intitulée Chocolate Factory, dans laquelle on peut admirer un père Noël tenir un phallus chocolaté. Les âmes sensibles s’abstiendront de faire la moindre recherche sur McCarthy, l’obsédé des excréments et de la sodomie, qui aime visiblement mêler des statues d’enfants, filles et garçons, aux phallus les plus répugnants. Mais il ne s’arrête évidemment pas là, sa sculpture la plus indigeste représentant un homme mettant paternellement la main sur l’épaule d’un petit garçon sodomisant une chèvre. Nous nous demandons souvent s’il faut relayer des informations aussi répugnantes et choquantes dans nos colonnes. Mais pouvons-nous totalement ignorer le degré de décrépitude de notre société déroulant le tapis rouge à des “artistes” mêlant l’innocence enfantine aux images les plus pornographiques ? Fort heureusement des passants outrés ont réussi à dégonfler l’objet, ce qui suscite l’ire de tous les bien-pensants.

 

Capture 1.JPG

 

 

... “ZIZI SEXUEL” À LA CITÉ DES SCIENCES

 

“Artistes” et cinéastes sont bien secondés par les éducateurs, parents soixante-huitards ou enseignants dégénérés, puisqu’ils affluent avec leur progéniture à l’exposition « Zizi sexuel », proposée en ce moment à la Cité des Sciences, et qui, en 2007, avait attiré 340 000 visiteurs. Le nom de l’exposition est tiré de l’univers de Titeuf, personnage de bande dessinée hideux et vicieux. Les mannequins et dessins sont à son image, mais l’exposition offre l’avantage d’être interactive : les enfants peuvent provoquer l’érection et l’éjaculation d’un mannequin en actionnant une pompe, s’allonger sur un lit en forme de cœur pour regarder des images de baisers au cinéma, et admirer la “ola” de préservatifs colorés. Un espace est réservé aux jeunes visiteurs — sans doute le clou du spectacle puisque l’entrée est interdite aux parents — où les sujets abordés sont la masturbation et l’homosexualité. Or, si le secret est bien gardé autour de ce qui se fait dans cette salle, des vidéos sur le site de l’exposition permettent de s’en faire une idée. On apprend ainsi au sujet de la masturbation : « C’est essentiel pour découvrir son corps. Ça permet d’apprendre plein de choses pour s’en servir ensuite dans sa sexualité d’adulte. La masturbation est une chose normale mais c’est personnel, il faut le faire quand on est tout seul. » Précisons que l’exposition s’adresse aux enfants de 9 à 14 ans, soit du CM1 à la 3e. Pas de doute, de nombreux élèves scolarisés dans le public bénéficieront de cette émoustillante sortie pédagogique… Les associations « Foutez- leur la paix » et “SOS-Education” ont toutes deux lancé des pétitions pour protester contre l’enseignement “ludique” de « comportements malsains ». Et après cela qui osera prétendre qu’il n’y a pas une volonté délibérée au plus haut niveau de pourrir la jeunesse, de souiller l’innocence, de détruire l’enfance en l’incitant à l’impureté et à tous les vices car une jeunesse dégénérée est prête à toutes les servitudes et ne saurait présenter une quelconque menace pour les puissants ?

 

TAXONS LES FAMILLES !

 

Pas de rigueur pour nos 577 autres députés. Confortablement indemnisés (plus de 5 000 euros mensuels) pour siéger à l’Assemblée, il ne leur est pas venu à l’idée que la France pourrait se passer des précieux services de beaucoup d’entre eux. Pourtant, ils en sont bien conscients, puisque les images de l’Assemblée montrent toujours un nombre incalculable de sièges vides... La France compte plus de députés que les Etats-Unis de représentants, alors que les Américains sont cinq fois plus nombreux : voilà un poste de dépense auquel il faudrait réfléchir, sans parler des sénateurs, qui sont véritablement les aristocrates qu’en d’autres temps on croyait bon pour la lanterne. Mais les nantis du 21e siècle étant élus, le bon peuple, qui n’a pourtant que la devise révolutionnaire à la bouche, ne voit pas d’inconvénient à ce qu’ils aient des privilèges. Il faut plutôt taxer les familles dites “riches”, celles dans lesquelles mari et femme travaillent au lieu de réclamer le RSA, et qui ont été les plus touchées par la réforme fiscale. Après les réformes affectant le quotient familial, l’Assemblée veut désormais supprimer le principe d’universalité des allocations familiales et diviser par deux les allocations versées aux familles dont les revenus atteignent 6 000 euros. Décidément, François Hollande « n’aime pas les riches » : il aime le couple qui touche le RSA, dont la femme se déclare parent isolé, qui sont logés en HLM tout en bénéficiant d’une APL, et dont tous les frais médicaux sont couverts par la CMU. Ignobles, au contraire, sont ceux qui gagnent honnêtement leur vie, et paient des impôts pour engraisser les familles des banlieues de Paris et de Marseille ; ceux qui ont un loyer ou un crédit immobilier faramineux, paient le tarif le plus élevé à la crèche, et dont les enfants n’auront pas de bourse à l’université. De quoi relativiser les fameux 6 000 euros, très largement entamés par les dépenses inhérentes à la vie d’une famille nombreuse et par les impôts nationaux et locaux. Cette famille supposée riche ne sera pas tellement mieux lotie que la famille immigrée exonérée d’impôts et gavée d’aides de toutes sortes. Par ailleurs, historiquement, les allocations familiales n’ont jamais servi à réduire les inégalités sociales mais à favoriser la natalité française. Les placer sous condition de ressources est donc créer un précédent lourd de conséquences. Car si on supprime ou si l’on réduit fortement les allocations familiales pour les classes moyennes et les classes dites aisées, dans les faits ce seront pour l’essentiel les familles immigrées qui en profiteront. Autrement dit les Français ayant des enfants à élever paieront pour des familles étrangères et eux n’auront droit à rien pour leur progéniture. N’est-ce pas là encore une insupportable injustice et une volonté de procéder au « grand remplacement » ?

 

Capture 2.JPG

 

 

PHILIPPOT CONDAMNE PÉTAIN, ZEMMOUR ET LE PEN LE DÉFENDENT !

 

Florian Philippot, vice-président du FN, a estimé le 15 octobre, contrairement au polémiste Éric Zemmour, qu’il n’y avait « rien à sauver » dans le régime de Vichy. Questionné par i>Télé sur l’un des points polémiques de l’auteur de l’essai à succès Le Suicide français qui affirme que Philippe Pétain a protégé les Juifs français, le numéro deux du FN a répondu avec son courage habituel : « Sur ce sujet-là, on n’est pas d’accord », « Il n’y a rien à sauver à Vichy, rien. Vichy, ce n’était pas la France. La France, elle était à Londres, c’était les résistants qui, eux, effectivement ont sauvé des Juifs. » Ce néo-FN est décidément lamentable. Interrogé le 20 octobre sur RMC et BFMTV, Jean-Marie Le Pen a critiqué les propos de Philippot qu’il a traité de “gaulliste” et a défendu l’analyse de Zemmour. « D’après mes renseignements, il est mort 29 000 juifs français du fait de la déportation ou de l’emprisonnement ». A la question « Vichy est-il excusable ? », le président d’honneur du FN a répondu tout de go : « Bien sûr, je crois que Vichy a fait ce qu’il pouvait pour essayer de défendre les Français contre un horrible malheur ». Ce n’est pas Marine Le Pen qui répondrait ainsi, elle qui avait affirmé que ce qu’elle reprochait le plus à François Mitterrand, c’était d’avoir été décoré de la Francisque ! C’est tout le drame du FN aujourd’hui : naguère il savait résister à la pression médiatique, au politiquement correct, refusait de s’en laisser conter sur la loi Gayssot, sur Papon, sur les juifs, sur les races, sur l’occupation, sur l’immigration, sur l’homosexualité, sur l’avortement, sur la religion de la Shoah, sur toute une série de sujets, de sorte qu’il était un vrai bol d’air dans la vie politique française. Tout cela est hélas bien fini.

 

CHANGEMENT DE NOM DU FN POUR MIEUX TUER LE PÈRE ?

 

A l’issue du congrès du FN fin novembre, un questionnaire sera envoyé à tous les adhérents frontistes pour leur proposer le changement de nom du parti. Si la mutation ne se fait pas au moment du congrès, alors que c’eût été le moment idoine de poser la question, c’est que Marine Le Pen ne veut pas affronter son père de manière trop ouverte devant des milliers de congressistes. L’idée est donc d’attendre sa réélection triomphale pour trois ans (elle est la seule candidate à sa succession) à la tête du parti et d’envoyer dans les semaines ou mois qui suivent un questionnaire aux adhérents où figurerait entre autres la question du changement de nom et de sigle du parti. Cela aurait deux avantages pour Marine Le Pen : d’une part cela lui permettrait de se débarrasser définitivement de son père qui est président d’honneur du FN mais qui n’aurait rien à voir avec la nouvelle structure et qui ne pourrait donc siéger dans les instances dirigeantes de la nouvelle formation. S’il s’exprime, ce sera en son nom personnel et non plus au nom de la nouvelle structure. Second avantage : Marine Le Pen n’aura plus à assumer les 40 ans d’histoire du FN et pourra plus facilement encore s’en démarquer. Le changement de nom du parti était dès l’origine dans la logique de la démarche de l’actuelle présidente du FN : puisqu’on change la doctrine, le programme, les fondamentaux du parti, ainsi que ses alliances à l’étranger (on répudie ainsi le Jobbik hongrois pour l’ultra-sioniste Parti de la liberté néerlandais de Wilders), il était cohérent d’achever la mutation idéologique et stratégique du mouvement en en changeant le nom. Jean-Marie Le Pen est évidemment vent debout contre cette idée : « Ce serait une trahison des militants qui ont fait et maintenu le mouvement pendant 40 ans » a-t-il tonné, en ajoutant qu’il préparait un long texte sur son blog pour défendre le maintien du FN. Pas sûr que cela suffise à convaincre sa benjamine qui rêve de tuer le père pour faire plus vite carrière.

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

22/10/2014

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3159 du 16 octobre 2014

 

SCANDALE : le député UMP Julien Aubert s’est fait rappeler à l’ordre, le lundi 6 octobre, à l’Assemblée nationale. La raison : il s’est s’obstiné à appeler la présidente de séance « Madame LE président », lors des débats sur le projet de loi concernant la transition énergétique. Ce rappel à l’ordre avec inscription au procès-verbal est passible d’une privation, pendant un mois, du quart de l’indemnité parlementaire pour le député du Vaucluse, selon le règlement de l’Assemblée. Alors que la présidence de séance, la socialiste Sandrine Mazetier, lui demandait de respecter la présidence et le règlement de l’Assemblée en l’appelant « Madame LA présidente », Julien Aubert répondait qu’il ne faisait que suivre « l’Académie française » en disant « Madame le président ». Après ce rappel à l’ordre, le député a cessé de dire « Madame le président » mais a continué en revanche à dire « Madame le ministre » lorsqu’il s’est adressé à Ségolène Royal. Julien Aubert, qui est apparemment un sympathique provocateur, avait déjà appelé en janvier Sandrine Mazetier, « Madame le président » et Cécile Duflot « Madame le ministre », à cinq reprises. Toujours est-il que Sandrine Mazetier, le président du machin, a piqué une rage noire, concluant par ces mots : « Monsieur la députée, vous étiez la dernière oratrice inscrite. La discussion générale est donc close. » Conclusion de cette histoire : Julien Aubert a été rappelé à l’ordre et privé du quart de son indemnité parlementaire pendant un mois. Il lui en coûtera 1 378 euros. En attendant, bien sûr, d’être très logiquement fusillé, après avoir été torturé et écartelé.

 

Capture 1.JPG

 

 

LES SOCIALISTES SONT FORTS, QUESTION SÉMANTIQUE

 

Info livrée par le très intéressant site, le Journal du chaos, de notre ami Patrick Rizzi : à chaque fois que Claude Bartolone annonce la prise de parole du ministre du Travail, François Rebsamen, à l’Assemblée nationale, l’opposition clame aussitôt « et du chômage ! ». Donc, Bartolone clame désormais : Monsieur le ministre. C’est propre, c’est net, c’est socialiste… Autre info diffusé par Rizzi, cette fois-ci ouvertement antisémite : Manuel Valls et son épouse juive, Anne Gravoin, se sont précipités chez Marek et Clara Halter, le 28 septembre dernier, pour célébrer le nouvel an juif en compagnie du tout Paris médiatique. Nous n’étions pas invités…

 

WALLERAND DE SAINT-JUST, MÉCHANT DOBERMAN DE MARINE LE PEN

 

L’amusant, enfin, si l’on peut dire, trésorier du FN, paraît-il avocat et membre du bureau exécutif, son instance suprême, commence à sérieusement taper sur les nerfs du commun des mortels. Témoin ce récent échange sur Facebook, qui débute par ce message sans aucune acrimonie (mais très contestable sur le fond) de Riposte laïque : « Marine Le Pen doit comprendre que la ligne de Chauprade correspond aux attentes populaires. » Réponse de Saint-Just : « Oui c’est ça, Marine Le Pen ne comprend rien. Mêlez-vous de vos oignons. » Lisant cela, un internaute lui écrit : « Pourquoi cette agressivité ? » La réponse fuse : « Parce que vous nous les brisez. Nous n’avons aucun conseil à recevoir de vous ». Mon Dieu, qu’il est petit et méchant !

 

L’ÉLECTION DE JACQUES BOMPARD ANNULÉE ?

 

Les services de la mairie de Jacques Bompard ont fait une incroyable erreur qui pourrait entraîner l’annulation de sa réélection à la mairie d’Orange le 30 mars dernier. Ses comptes de campagne devaient être fournis à la Commission nationale des comptes de campagne (CNCCFP) le 30 mai 2014 au plus tard. Le 26 mai, ils sont donc postés. En recommandé. Mais le 14 juin, la CNCCFP n’avait toujours rien reçu. Branle-bas de combat à Orange : où sont-ils passés ? Eh bien, le secrétariat chargé de l’envoi a fait une incroyable erreur. Il a envoyé le courrier non pas à la commission, mais à Jacques Bompard ! Le temps de les réexpédier, ils n’arrivèrent à la CNCCFP que le 25 juin, trop tard pour être validés… D’où un sérieux risque d’annulation de l’élection. Et d’inéligibilité pour Bompard. Et dire que l’édile d’Orange a récemment laissé son adjoint procéder à l’union de deux lesbiennes dans sa mairie car il ne voulait pas être démis de ses fonctions et rendu inéligible. Quitte à perdre son mandat, il aurait mieux valu être courageux en résistant au “mariage pour tous” plutôt qu’être rendu inéligible pour un simple cafouillage administratif.

 

BENEDETTI ET GABRIAC INVALIDÉS

 

Le tribunal administratif de Lyon vient de rendre un arrêt invalidant la dernière élection municipale de Vénissieux et frappant Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac d’inéligibilité pour un an. Voici ce que raconte le site proche de Benedetti, La Flamme : suite au dépôt de candidature de la liste « Vénissieux Fait Front » menée par Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac lors des dernières municipales, Marine Le Pen, dont le secrétaire départemental, Christophe Boudot, avait été incapable de monter une liste à Vénissieux, criait au scandale et, traitant nos amis de “parasites”, en appelait au préfet du Rhône Carenco, ennemi déclaré de toute politique nationale, pour faire invalider la liste. Le préfet du Rhône alla en effet au-delà des espérances de celle-ci et entreprit une vaste campagne de harcèlement téléphonique des candidats de la liste « Vénissieux Fait Front » que ses services venaient de valider. On imagine la réaction de certains de ces candidats, issus en partie de milieux fort modestes des quartiers populaires de la banlieue lyonnaise, quand la préfecture téléphona chez eux pour leur suggérer qu’il n’était pas possible qu’ils se soient laissés entraîner « à l’insu de leur plein gré » à figurer sur la même liste que des gens d’extrême droite. Méthode stalinienne qui eut son effet puisque certains se dédirent, prétendant, terrorisés, avoir été abusés par Benedetti. Bref, le tribunal administratif de Lyon a rendu un verdict qui va au-delà de la demande du rapporteur public. L’élection de Vénissieux est annulée, les mandats de Benedetti et Gabriac immédiatement suspendus. Ils ne siègeront plus au conseil municipal de Vénissieux. C’est ainsi que cela se passe dans cette insupportable tyrannie.

 

LE CRIF HORRIFIÉ…

 

Martine Aubry, maire de Lille, vient de suspendre le jumelage de sa ville avec la ville israélienne de Safed. Ils sont fous de rage. Le Président du CRIF, Roger Cukierman a adressé, le 8 octobre 2014, une lettre à Martine Aubry, exprimant sa profonde indignation : « La communauté juive est choquée par votre décision de rompre le jumelage de Lille avec une ville israélienne. C’est une décision qui correspond à une attitude haineuse à l’égard du peuple israélien, car ni votre ville partenaire, ni le peuple israélien ne sont responsables de la politique du gouvernement israélien. » Sauf que cet hypocrite de Cukierman soutient à fond la caisse la politique israélienne…

 

Capture 2.JPG

 

 

TRIERWEILER, IVRE, TABASSE L’EX-FEMME DE MICHEL SAPIN

 

Ça s’est passé le 28 septembre. Trierweiler, joyeusement éméchée, participait à une grande fête organisée par l’adjoint au maire UMP du XIIe arrondissement de Paris. L’homosexuel, toxicomane et séropositif Jean-Luc Roméro célébrait son premier anniversaire de “mariage” avec un homme, bien sûr, Christophe Michel. L’ambiance était festive et Trierweiler s’amusait sur la piste de danse. Elle repéra d’anciennes amies assises à une table. Parmi elles, Valérie de Senneville, l’ex-femme de Michel Sapin, et Nathalie Mercier, son ex-attachée de presse. Toutes les deux avaient soutenu le rottweiler après la parution des clichés de Closer, étalant sur la place publique la liaison entre Julie Gayet et François Hollande. Elles lui avaient même rendu visite lors de son hospitalisation. Oui mais, elles n’ont pas du tout apprécié la parution du livre de Trierweiler, Merci pour ce moment, et l’avaient fait savoir. Leur présence rendit cette excitée folle de rage. Elle les interpella, la discussion dégénéra. Soudain incontrôlable, elle se jeta sur Valérie de Senneville, journaliste aux Echos, la gifla, la griffa et lui tira les cheveux. Nathalie Mercier eut, elle aussi, droit à une correction puisque la mégère la frappa aussi. On ignore les suites du scandale. Trierweiler a-t-elle été internée ? Pas impossible…

 

FRANÇOIS HOLLANDE ET “SON RÈGNE GLAUQUE”

 

Dans son livre, L’Ere du peuple, Mélenchon écrabouille Hollande, dont il dénonce le « règne glauque ». Il écrit : « Depuis un siècle, en France, aucun reniement à gauche n’égale celui de François Hollande en deux ans et demi. » Personne, affirme-t-il « n’avait trahi ses électeurs aussi vite, aussi grossièrement, aussi totalement ». Il l’accuse d’avoir « dépouillé les gens du commun de tout ce qui compte pour eux » et d’être pire que Sarkozy. Suit une petite séance d’autoflagellation puisque Mélenchon déclare : « La honte en plus pour nous car nous l’avons élu » Eh oui qu’il le veuille ou non Mélenchon, ancien ministre socialiste, fait partie de la majorité présidentielle de Hollande car il a explicitement appelé à voter pour lui le 6 mai 2012. Cette responsabilité politique est très lourde. Qu’il compte sur nous pour la lui rappeler sans cesse ! Et, que je sache, il n’a jamais voté la censure contre le gouvernement Valls non plus que contre le gouvernement Ayrault. Tout cela n’est donc qu’une comédie.

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

 

15/10/2014

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3158 du 9 octobre 2014

 

L’EXCELLENT José Meidinger, un Alsacien comme on les aime, ancien grand reporter à France 3, a commis un article légèrement provocateur sur le site Boulevard Voltaire. Ce membre de l’honorable Confrérie des fumeurs de pipe dénonce les nouvelles mesures anti-tabac prises par un gouvernement qui n’a pas plus urgent à faire, et la prohibition totale qui sera, à n’en pas douter, la prochaine étape. Déjà on a enlevé la cigarette à Lucky Luke, la clope au timbre représentant Malraux et la pipe à Jacques Tati… Il rappelle que la première mise à l’index remonte à l’Inquisition mais qu’elle fut réactivée au XXe siècle avec l’arrivée au pouvoir des nationaux-socialistes qui initièrent (peu de gens le savent) la première grande c a m p a g n e anti-tabac de l ’ H i s t o i r e. « Notre Führer Adolf Hitler ne boit ni ne fume. Sans la moindre autre inclination dans ce sens, il se tient dur comme fer dans cette règle de vie autodécidée. Sa puissance de travail est incroyable », pouvait-on lire sur les affiches de l’époque.

 

“NOTRE FÜHRER ADOLF HITLER NE BOIT PAS NI NE FUME !”

 

Le parti national-socialiste imposa l’interdiction de fumer dans de nombreux espaces publics, notamment les bureaux du parti et les salles d’attente. La propagande hygiéniste du IIIe Reich insista également sur le rôle néfaste que pouvait avoir la nicotine sur la race aryenne, le génome allemand : « Die deutsche Frau raucht nicht ! » (« La femme allemande ne fume pas ! »), relevant que Roosevelt, Churchill et De Gaulle fumaient, eux, alors que ni Hitler, ni Mussolini, ni Franco ne s’adonnaient à ce vice abominable. José Meidinger raconte cette anecdote : une dame, dans une file d’attente au marché, lui fait remarquer que les volutes de sa bouffarde la dérangent. Il réplique excellemment : « Madame, l’odeur de votre parfum me dérange », et il conclut par ces propos : « Et si l’on interdisait, demain, les parfums dans les ascenseurs ou les lieux publics ? S’il était de mode de dire qu’ils nous dérangent ? Ou bien, pourquoi ne pas mettre en prison ceux qui ne se lavent pas si l’odeur de leur sueur nous dérange ? Et si les laids nous dérangeaient ? » Bon, pour ma part, je ne prends pas parti. Je fais une pause pour réfléchir sérieusement au sujet, en allumant une cigarette et en buvant un whisky, douze ans d’âge, of course

 

Capture 1.JPG

 

 

LE SÉNAT, MACHIN COMPLÈTEMENT INUTILE

 

Florilège de mots doux qu’ont exprimés diverses personnalités politiques au sujet du Sénat : Charles De Gaulle : « S’il y a eu une erreur dans la Constitution de 1958, c’est bien celle-là (avoir maintenu le Sénat) » ; Ségolène Royal : « Il faudrait supprimer le Sénat. C’est un anachronisme démocratique insupportable. C’est vrai que dans notre République, le Sénat fait un peu figure de cimetière des éléphants » ; Daniel Cohn-Bendit, ancien député européen EELV évoque « cette chambre [qui] ne sert pas à grand-chose (et qui est devenue) un club de has been ». Arnaud Montebourg : « Le Sénat est la plaie du régime » ; Jack Lang déclarait en 2004: « Ma conviction, est que le système né en 1958 est en fin de course, avec un Parlement croupion et un Sénat qui est une pièce d’archéologie. » ; Noël Mamère, député Vert : « Le Sénat n’est qu’une maison de retraite pour privilégiés de la politique ». Et enfin, pour la bonne bouche, ce propos d’Edouard Herriot, ancien chef du gouvernement, sénateur radical de 1912 à 1919 : « Le Sénat est une Assemblée de notables réactionnaires dont les méfaits sont heureusement compensés par une forte mortalité. »

 

Capture 2.JPG

 

 

LE VATICAN OFFRE 100 000 EUROS POUR AUSCHWITZ

 

Le Vatican a offert 100 000 euros à un fonds international destiné à financer la sauvegarde du site de l’ancien camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau (sud de la Pologne) a annoncé la direction du musée. « Compte tenu de nos possibilités limitées, cette somme n’est pas très importante (flagellation dans le registre “nous sommes de misérables vermisseaux”, pardon d’être si pingres…). Néanmoins, c’est l’expression d’un soutien entier au projet de la Fondation Auschwitz-Birkenau (on est soulagés) » qui gère le fonds, a indiqué le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’Etat du Saint-Siège, cité dans le communiqué du musée. On voit une nouvelle fois à quel point les occupants du Vatican sont soumis au judaïsme international et à la contre-religion de l’“Holocauste”.

 

QUAND DES JUIFS ORTHODOXES PRENNENT L’AVION...

 

Des passagers juifs ultra-orthodoxes d’un vol New York-Tel-Aviv refusant de prendre place à côté de femmes ont transformé le voyage en cauchemar pour le reste des passagers, a rapporté, il y a dix jours, la presse israélienne. Les passagers du vol de la compagnie israélienne El Al en provenance de New York, qui se rendaient en Israël pour passer le Nouvel An juif ont atterri mercredi à l’aéroport Ben Gourion après « onze heures de cauchemar », a témoigné l’une des passagères citées par le site internet d’information israélien Ynet. Avant le décollage, voyant qu’ils devaient s’asseoir à côté de femmes, plusieurs passagers ultra-orthodoxes ont demandé à leurs voisines de changer de place, allant même jusqu’à proposer de l’argent à celles qui étaient réfractaires à l’idée. Sans arrangement possible, ces hommes strictement religieux ont donc refusé de s’asseoir et sont restés debout dans l’allée centrale, causant un important retard, puisque le commandant de bord a refusé de décoller tant que les passagers n’étaient pas assis, rapporte Ynet. Mais ce n’est pas fini. Finalement, les passagers ultra-orthodoxes ont accepté de s’asseoir à côté de femmes le temps du décollage, bondissant ensuite comme des cabris de leurs sièges pour prendre place dans l’allée centrale toute la durée du vol, prier à voix haute et empêchant de facto quiconque de passer. Du coup les passagers ont été dans l’obligation de faire leurs besoins sous eux…

 

TOUT UN SYMBOLE : LE DOBERMAN NAZI DE JEAN-MARIE TUE LA CHATTE DE MARINE !

 

On sait que les animaux, qui ont une vive sensibilité, traduisent souvent les pensées et les arrière-pensées de leurs maîtres. On n’ignorait évidemment rien des tensions très fortes entre Marine Le Pen et son père. Toujours est-il que leurs animaux préférés sont entrés dans la danse. Le doberman de Jean-Marie Le Pen a proprement dévoré la chatte bengalaise de Marine, incident qui, selon le site de L’Express, a “affecté” la présidente, qui du coup, a décidé de quitter son domicile de Montretout où continuent de vivre les chiens dévoreurs de Jean-Marie. Mais pas de panique, Marine n’est pas à la rue. En plus de la superbe et immense villa avec piscine qu’elle possède avec son concubin Louis Aliot dans la région de Perpignan, elle vient d’acheter une magnifique propriété avec parc à La Celle-Saint-Cloud (Yvelines) où elle pourra organiser des réceptions grandioses derrière de vastes murs clos et où ses chattes ne seront plus menacées d’être occises par les dobermans nazis de Jean-Marie Le Pen… Et comme la nature a horreur du vide, c’est Marion Maréchal-Le Pen qui s’installe à sa place à Montretout avec son compagnon Matthieu Decosse, un chef d’entreprise œuvrant dans l’événementiel qu’elle a épousé civilement le 29 juillet. Le couple a eu une petite fille, Olympe, le 3 septembre. La famille Le Pen, c’est à la fois Dallas et Dynastie ! Son univers est impitoyable ! Reconnaissons-le, si on avait voulu inventer l’histoire du doberman nazi lepéniste égorgeant la chatte mariniste, on n’aurait pas pu faute d’imagination ! Chez les Le Pen, la réalité dépasse la fiction. Mon Dieu, qu’ils sont drôles !

 

OÙ EST LE PERMIS DE CONDUIRE DE MARINE LE PEN ?

 

Eh bien, Marine Le Pen n’a plus de permis de conduire. Selon le Canard enchaîné paru le 1er octobre, la présidente du Front national aurait perdu son permis de conduire suite à de nombreuses contraventions pour excès de vitesse et feux rouges grillés. Mais à force de multiplier les infractions, il n’y a plus de points sur le papier rose. Ainsi, selon l’hebdomadaire satirique, elle aurait perdu le précieux sésame en 2012, après un ultime feu rouge grillé. Oui mais, elle n’entendait pas se laisser faire. Du coup, elle a mandaté un cabinet d’avocats parisiens Dufour & associés, spécialisé dans le droit automobile et le contentieux du permis à points, afin d’engager des procédures contre l’Etat. Mais, zut, elle aurait “oublié”, tel un vulgaire Thévenoud, de régler les frais d’honoraires de 3 000 euros, au prétexte que celui qui s’occupait du dossier avait quitté le cabinet. Du coup, toujours selon Le Canard, elle considérait ne pas être tenue de s’acquitter des honoraires. Du coup le bâtonnier s’est légèrement énervé et a exigé que la présidente du Front national paie ses arriérés. Sans commentaire...

 

JEAN-MARIE LE PEN ÉCARTÉ DES INSTANCES DU FRONT NATIONAL?

 

D’après le Canard enchaîné, Marine Le Pen envisagerait d’écarter son père des instances du parti. Le poste de président d’honneur du FN serait supprimé, au prétexte qu’il n’existait pas avant 2011. On imagine, dans cette hypothèse, la rage du Menhir qui n’a nulle envie de faire partie de la fournée des indésirables dans un parti qu’il a porté il y a 42 ans sur les fonts baptismaux et qu’il a dirigé d’une main de fer pendant près de quatre décennies. Mais, on le sait, les enfants gâtés sont ingrats...

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

 

08/10/2014

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3157 du 2 octobre 2014

 

JEAN-MARIE Le Pen et l’homme de télévision Serge Moati ont des relations courtoises, voire amicales, bien que ce dernier soit juif et de gauche. Mais il faut le reconnaître, il s’est toujours montré correct avec le Menhir. Moati vient de sortir un livre, Le Pen, vous et moi, dans lequel il relate quelques souvenirs.

 

“ÇA PROUVE QU’ON NE FOURRAIT PAS TOUT LE MONDE DANS LES CHAMBRES À GAZ”

 

Lors d’un entretien avec le président d’honneur du FN, ce dernier lui pose la question : « Pardon, mais vous m’avez bien dit que votre père avait été en camp de concentration ? » Ce à quoi l’auteur du livre aurait répondu : « Oui, en Allemagne ». « Il est mort ? », aurait ensuite poursuivi le père de Marine Le Pen. « Non, sinon je ne serais pas là », aurait expliqué le journaliste. Et Jean-Marie Le Pen d’ajouter : « Alors, vous voyez. Il en est sorti, ça prouve qu’on ne fourrait pas tout le monde dans les chambres à gaz. Vous en êtes la preuve vivante, si j’ose dire… » Serge Moati ne raconte pas l’effet que ces propos ont eu sur lui mais conclut : « Je suis vraiment allé à la rencontre d’un facho qui est ensuite devenu mon facho ». Bref, le juif Moati a son bon facho, comme tout facho a son bon juif…

 

CONDAMNÉ POUR S’EN ÊTRE PRIS AUX “DESCENDANTS D’ESCLAVES”

 

Le député UMP du Var Jean-Sébastien Vialatte a été condamné à 2 000 euros d’amende et 4 000 euros de dommages et intérêts par le tribunal correctionnel de Paris pour un tweet qui s’en était pris aux « descendants d’esclaves ». Il avait réagi, en mai 2013, aux violences intervenues lors de la célébration du titre de champion de France de football du PSG et avait twitté : « Les casseurs sont sûrement des descendants d’esclaves. Mais ils ont des excuses. Taubira va leur donner une compensation. » Du coup deux associations, Collectifdom et Alliance noire citoyenne (ANC), s’étaient constituées partie civile et réclamaient à Vialatte 10 000 euros de dommages et intérêts. Le tribunal a considéré que les propos de Vialatte visaient « l’ensemble de la communauté noire » et « ne pouvaient être légitimés par le débat libre d’opinion, d’idée ». Quelle pesante tyrannie !

 

NEUILLY ANTISÉMITE ?

 

Le site ultra-sioniste Dreuz.info s’en étrangle d’indignation. Voici ce qu’il écrit : « A Neuilly-sur-Seine, le maire Jean-Christophe Fromantin (UDI) a décidé d’exclure les élus juifs du prochain conseil municipal en le fixant le soir de Rosh Hashana » (Le nouvel an juif. Nous sommes en 5775). Et il l’accuse d’avoir « agi en toute connaissance de cause ». Un conseiller municipal juif lui avait demandé, par courriel daté du 20 juillet, d’en modifier la date. Refus du maire. L’auteur du libelle poursuit, disant qu’« il se produit en France, des actes antisémites vraiment très graves ». Y compris, sans doute dans son esprit, à Neuilly… Et il ajoute ces fortes paroles : « On regrettera bientôt l’époque où l’antisémitisme faisait l’effort de se déguiser en antisionisme ». Suit une petite menace, comme ça, en passant : « Cela n’est pas très bon pour l’image de l’UDI ». D’autant, poursuit-il, que la collègue UDI du maire, Sylvie Goy Chavent (Goy… Ça ne s’invente pas), qui défend la cause des animaux, a « un grand respect pour les Israéliens », car, lisez bien et sans rire ce puissant argument, « Israël fut le premier pays au monde, en août 2003, à interdire le gavage des oies pour produire le foie gras, et s’apprête à interdire le négoce de la fourrure ». En revanche, le massacre à grande échelle de Palestiniens sans défense est, lui, toujours à l’ordre du jour. Quant à Sylvie Goy, elle aussi se trouve malgré tout dans le collimateur : elle entend faire interdire l’abattage rituel, donc casher. Et ce n’est pas tout : la sénatrice était l’auteur d’une loi destinée à boycotter certains produits israéliens. Neuilly, nid d’antisémites ?

 

SARKOZY À JUPPÉ : “MAIS JE VAIS TE TUER

 

Sarkozy a déclaré récemment, au sujet de Juppé, dans son interview à France 2 : « C’est un ami, un partenaire, un compagnon, j’aurai besoin de lui ». Pure hypocrisie, pur mensonge. Le Canard Enchaîné raconte, reprenant les témoignages de l’entourage de l’ancien Premier ministre, que leur entrevue du 3 septembre dernier s’est plus que mal passée. Florilège de propos de Sarkozy à propos de Bayrou qui s’est rangé derrière Juppé dans la perspective des primaires destinées à départager les candidats de “droite” à l’élection présidentielle, « Je ne sais pas s’il t’apporte son soutien pour t’emmerder ou s’il est con à ce point-là » ; « Ce n’est pas une épine que tu as dans le pied, c’est le baiser de Judas » ; « Je ne comprends pas pourquoi tu t’obstines à vouloir être candidat à la place de ton ami Bayrou ». A propos de la primaire de la droite et du centre, Juppé promet un « conflit dur » si Nicolas Sarkozy venait à l’outrepasser. Fureur de l’ancien président qui lâche : « Mais je vais te tuer ». Réplique de Juppé : « Tu sais où me trouver ». On n’a, décidément, pas fini de nous amuser…

 

Capture 1.JPG

 

 

ÉPOUVANTABLE MARINE LE PEN

 

C’est notre confrère Minute qui raconte l’histoire. Marie d’Herbais est cette belle blonde qui assurait les interviews hebdomadaires de Jean-Marie Le Pen, sur le site du Front national. Le président d’honneur, qui avait été invité par sa fille à se faire voir et entendre ailleurs, suite à ses propos sur la “fournée” en juin dernier, a depuis ouvert son propre site, où il continue à être interrogé par Marie d’Herbais, qui fut une amie intime de Marine Le Pen. Cela s’apparente apparemment dans l’esprit de cette dernière à de la haute trahison. Du coup, Marie d’Herbais, qui avait déposé sa candidature au comité central du FN pour le renouvellement de fin novembre, vient de renoncer, avec cette explication livrée sur Facebook : « Je retire ma candidature au comité central du Front national. J’ai croisé ce jour notre présidente qui a refusé de me saluer. Il est bien entendu que je continue le blog de Jean-Marie Le Pen. Amen. »

 

AQUILINO MORELLE TRAITE HOLLANDE D’“ENFOIRÉ”

 

On se souvient d’Aquilino Morelle qui occupa pendant près de deux ans un bureau, à deux pas de celui de Hollande. Il était son conseiller politique et responsable de la communication. Il fut démissionné de ses fonctions le 18 avril, au lendemain de la parution d’un article de Mediapart, le site d’Edwy Plenel, qui révélait ses accointances avec des laboratoires pharmaceutiques, alors qu’il était à l’Inspection générale des affaires sociales. Il était en plein conflit d’intérêt. On apprit par la même occasion ses goûts de luxe, illustrés par la convocation d’un cireur de chaussures dans son bureau à l’Elysée. François Hollande n’apprécia guère le scandale et lui dit, selon le Nouvel Observateur : « Ils ne vont pas te lâcher. Ils seront comme un chien après un os. On ne va pas y arriver », avant de soupirer : « Quelle bêtise. Pourquoi diable as-tu fait venir ce cireur, pourquoi ne pas avoir demandé cela à ta femme de ménage ? » Réponse d’Aquilino Morelle : « Et toi tu n’as jamais fait de connerie, peut-être ? Aller te faire gauler rue du Cirque, avec ton casque, comme un débutant. » Commentaire du conseiller déchu : « François se comporte avec moi comme avec Valérie (Trierweiler), incapable d’assumer une rupture qui était aussi d’ordre affectif. » Morelle n’hésite plus aujourd’hui à traiter le Président d’« enfoiré » et prépare lui aussi un livre destiné à paraître en fin 2015. Ça promet !

 

J.M. LE PEN “CONTRE LES ATTAQUES BARBARES” QUE SONT LE RAP ET L’ART CONTEMPORAIN

 

Dans un entretien donné à notre confrère Présent, le mercredi 24 septembre, le président d’honneur du Front national dévoile ses goûts musicaux. Il vilipende le rap et vante la « chanson populaire française » et la « poésie populaire qui, par le vecteur de la musique, gagnait l’esprit de l’immense majorité de nos concitoyens ». Pour ce qui est du rap, rappelons-nous ce que disait le grand chanteur de jazz, Ray Charles : « Le rap, ce n’est pas de la musique, c’est du bruit ». Le leader frontiste évoque notamment ses souvenirs quand il dirigeait une société d’édition de disques, la Serp. Interrogé sur le disque qui lui laisse « le meilleur souvenir » parmi ceux qu’il a édités, Jean-Marie Le Pen répond : « Pour moi, celui qui est le plus émouvant est celui consacré aux Poèmes de Fresnes de Brasillach récités par Pierre Fresnay ». Il raconte : « Lors de l’enregistrement, quand les techniciens qui ne connaissent pas ces textes entendent Le Testament d’un condamné, ils pleurent. C’est un souvenir extraordinaire. J’ai pu faire entendre ce disque à la mère de Robert Brasillach, chez sa sœur et son beau-frère ». Le Pen évoque les nombreux disques qu’il a édités : discours de De Gaulle, de Mitterrand, marches militaires, discours papaux ou chants du Front populaire. Il déclare rétrospectivement : « C’était une défense contre les attaques barbares que sont le rap et autres manifestations délirantes. Je dois vous dire, à ce propos, que je suis très hostile à l’art contemporain en général ».

 

Capture 2.JPG

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

01/10/2014

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3156 du 25 septembre 2014

 

BERNARD-HENRI Lévy appelle les juifs à ne pas quitter la France pour Israël. Et s’il demande aux juifs de ne pas céder à la panique il donne également trois raisons concrètes pour rester :

 

TROP DRÔLE : BHL INVITE LES JUIFS DE FRANCE À RESTER CAR “CE PAYS EST LE LEUR

 

Première raison : les pouvoirs publics sont très, très attentifs aux desiderata des lobbys. Son argument : « Les juifs de France, d’abord, ne sont pas si seuls qu’ils le croient. Et, des meetings de Dieudonné́ interdits par Manuel Valls aux manifestations antisémites dont Gaza fut le prétexte et que les maires de grandes villes, qu’ils soient de droite ou de gauche, ont tous eu le courage d’interdire, l’honnêteté́ oblige à̀ dire que les pouvoirs publics n’ont pas failli et se sont montrés jusqu’ici, d’une vigilance sans faille ». Deuxième argument : « Les juifs de France, ensuite, sont moins faibles qu’ils ne le pensent. […]. Mais, pour le reste, que de voix fortes ! Que de responsables qui, ayant tiré les leçons de la timidité́ de ces aines qu’on appelait les “israélites français” et qui virent venir le pire sans réagir, ne laissent désormais rien passer ! » Troisième argument : « Et puis, il y a une troisième raison encore — peut-être la plus importante — de ne pas baisser les bras. Ce pays est le leur. Cette république est leur œuvre. » Drumont, Maurras et Céline approuvent…

 

Capture 1.JPG

 

 

CONTRE L’ANTISÉMITISME, CET ALSACIEN FAIT LA QUENELLE DEVANT UNE SYNAGOGUE

 

Un Colmarien a été condamné pour avoir fait une quenelle devant une plaque commémorative de la synagogue en hommage aux victimes de la Shoah. Le tribunal correctionnel de Colmar a jugé cet homme de 42 ans pour avoir diffusé sur internet une photo de lui et de son fils mineur, faisant une “quenelle” devant la plaque commémorative des victimes du Vel d’hiv’ et du nazisme, apposée sur un mur de la synagogue de Colmar. Il avait eu l’intelligence de la poster sur sa page Facebook et sur celle de Dieudonné. L’homme a expliqué que, pour lui, la quenelle est « un acte antisystème, le bras d’honneur moderne ». D’accord, mais devant une synagogue ? Pas de soucis, il a une explication qu’il développe devant le juge : « L’antisémitisme se développe de façon exponentielle ; on voulait dire “stop”. Loin, loin de moi de vouloir blesser qui que ce soit. » Le prévenu a précisé qu’il était représentant syndical et qu’il travaillait dans un milieu multiculturel. « Ce n’était pas du tout pour heurter la communauté israélite. Avec le recul, je me rends compte que j’ai été maladroit. Je présente mes sincères excuses à la communauté. » Très curieusement, le tribunal ne l’a pas cru. Malgré ses déclarations, tendance résipiscence, (« Je suis surpris, ça part de partout, j’ai l’impression que c’est le procès de Dieudonné, mais les propos de Dieudonné ne sont pas les miens »), il a été condamné à trois mois de prison avec sursis et à payer la publication de la décision dans les deux journaux locaux, dans la limite de 1000 euros. On ne badine pas avec l’antisémitisme, non mais !

 

“UNE IMMENSE CHANCE POUR LA FRANCE D’ÊTRE LE PREMIER PAYS MUSULMAN D’EUROPE”

 

Interrogé par Jean-Jacques Bourdin, Edwy Plenel (directeur éditorial du Monde, puis de Mediapart et ancien trotskiste) n’a cessé de faire l’apologie de l’islamisation de la France. « Les musulmans sont aujourd’hui des boucs émissaires comme les juifs ont pu l’être dans l’entre-deux guerres » a-t-il osé affirmer, ajoutant, à propos des djihadistes : « la déchéance de nationalité pour les djihadistes, c’est inadmissible. Il faut répondre sur un autre terrain », proposant quelques secondes plus tard des « stages de déradicalisation ». Est-il fou ou complètement fou ?

 

Capture 2.JPG

 

 

BIRMINGHAM (GRANDE-BRETAGNE), VILLE MUSULMANE

 

Dans la deuxième ville d’Angleterre, Birmingham, sur 278 623 jeunes, 97 099 ont été enregistrés comme musulmans contre 93 828 en tant que chrétiens. Le reste étant des autres religions telles que hindoue ou juive, ou aucune. Une tendance similaire a vu le jour dans les villes de Bradford et Leicester, les villes de Luton, dans le Bedfordshire, et Slough, Berkshire, ainsi que les arrondissements de Londres Newham, Tower Hamlets et Redbridge, où près des deux tiers des enfants sont musulmans. Décidément, Enoch Powell avait raison.

 

ALAIN SORAL ACCUSE AYMERIC CHAUPRADE DE HAUTE TRAHISON

 

Alain Soral est en colère. Ce polémiste coruscant est connu pour de légers dérapages sémantiques et une propension certaine à faire valoir ses talents en boxe française. Sa dernière invective cible Aymeric Chauprade, conseiller de Marine Le Pen et député européen. Elle est particulièrement virulente : « Chauprade, tu es un fils de p…. On t’a aidé à te faire élire. Chauprade devrait être chassé du FN. Il me met en danger de mort — Il dit être l’amant de Marine Le Pen — Il se prétend national-socialiste. Chauprade est responsable du fait qu’ER (Egalité et Réconciliation, le mouvement de Soral) se dissocie totalement du FN. Ne votez pas pour le FN… ». Ambiance…

 

ALIOT FAIT CONDAMNER SORAL

 

La 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris a condamné Alain Soral à verser à Louis Aliot 2 000 euros de dommages et intérêts et 3 000 euros pour les frais de justice. Dans une vidéo publiée le 24 décembre 2011, Alain Soral évoquait les raisons de son départ du FN et s’en prenait à Louis Aliot, qu’il présentait comme « partisan de la ligne sioniste du Front national » et le qualifiait, entre autres termes jugés injurieux par le tribunal, de « con du mois », ou encore de « suceur de sionistes », de “saloperie”, de “crétin”. Le tribunal a en outre estimé qu’en accusant Louis Aliot d’avoir « abandonné une femme et des gosses », Alain Soral l’avait diffamé, mais les juges ont en revanche estimé que le fait d’imputer au concubin du moment de Marine Le Pen d’être « le gigolo » de la présidente du FN n’était pas diffamatoire, car il s’agit « d’une expression polémique et politique ».

 

PLATINI : LA FIN DU FOOTBALL BLANC

 

C’était en des temps antédiluviens. Comme le raconte l’excellent site La Flamme, le 15 mai 1985 se tint à Rotterdam, au stade de Kuip, une des dernières finales “blanches” du football européen : « Everton (Angleterre) affrontait le Rapid de Vienne (Autriche). Sur la pelouse, une équipe 100 % britannique (et blanche) contre une équipe 100 % autrichienne, un Tchèque mis à part (tous des Blancs). Un autre monde. Même pas de pub sur les maillots. Un public viril, debout. » Trente ans plus tard, si on excepte l’Athletic Bilbao, club n’acceptant dans son effectif que les Basques de souche, pas un club ne dispute une compétition européenne sans joueur africain. Le championnat de France est devenu un championnat d’Afrique. Ça ne suffit pas cependant. Il y a quelques jours se tenait une énième conférence sur « le respect de la diversité », dans le cadre de l’UEFA, qui pilote le football européen et que préside Michel Platini. Voici ses propos : « L’Europe du foot de papa, mâle, machiste et blanche, c’est fini et ça ne reviendra pas. » Un traître, encore un…

 

VIVE LE PÈRE FOUETTARD NOIR !

 

Nous avons évoqué dans ces colonnes le Schwarze Peter (Pierre le Noir) qui accompagne saint Nicolas. Très populaire dans les régions germaniques, sauf que certains lui ont cherché des poux dans ses cheveux crépus. N’y aurait-il pas dans ce personnage matière à un fort soupçon de racisme ? Certains ont voulu derechef son extermination. Réaction indignée du parti anti-islamiste hollandais dirigé par Geert Wilders, qui est cependant très sioniste et homosexualiste : une proposition de loi imposant aux municipalités qui organisent un événement autour de Saint-Nicolas d’avoir un Père fouettard noir, comme le veut la tradition, « l’objectif étant de protéger la culture néerlandaise »…

 

CAMBADELIS, LE PREMIER SECRÉTAIRE DU PS, AURAIT USURPÉ SES DIPLÔMES

 

Décidément, au PS, les escrocs n’en finissent pas d’escroquer, les menteurs de mentir, et les tricheurs de tricher. La dernière affaire vient d’être révélée par le site Mediapart qui publie des extraits d’un livre de son journaliste Laurent Mauduit, À tous ceux qui ne se résignent pas à la débâcle qui vient (chez Don Quichotte, en librairie le 18 septembre). Un livre sans pitié pour cette génération d’ex-trotskistes qui a fait de brillantes carrières au PS. Une des cibles de cet ex-trotskiste est Jean-Christophe Cambadelis, actuel patron du PS, qui dirigea la Mnef, la mutuelle étudiante dissoute en 2000, après avoir été au coeur d’un scandale de financement du Parti socialiste. Jean-Christophe Cambadélis a en effet été condamné par deux fois dans cette affaire, en 2000, puis en 2006, rappelle Mediapart. On en apprend de bonnes dans ce livre. Jean-Christophe Cambadélis s’est fabriqué de toutes pièces un parcours universitaire lui permettant de soutenir une thèse, alors qu’il n’avait pas le moindre diplôme. La thèse est au demeurant, selon Mauduit, « très médiocre » et « grossière dans sa démonstration ». Plus grave, le journaliste affirme que Jean-Christophe Cambadélis a fabriqué un faux diplôme universitaire à en-tête de l’université du Mans pour pouvoir s’inscrire à Jussieu et choisir comme directeur de thèse Pierre Fougeyrollas, membre de l’OCI (le groupuscule trotskiste dont Cambadelis faisait partie). C’est lui qui, selon des témoins retrouvés par Mauduit, assure à l’administration de l’université que Jean-Christophe Cambadélis lui a bien présenté les pièces nécessaires à son inscription en doctorat. Une procédure totalement irrégulière et dont les mêmes témoins assurent qu’elle n’est « jamais arrivée avant ni depuis ». Mais ce n’est pas fini. Mauduit révèle que “Camba” a tout proprement pillé les travaux de deux de ses “amis” pour publier son premier livre Pour une nouvelle stratégie démocratique. Il a cependant eu le mérite de rédiger « une brève introduction » dans un français, paraît-il “approximatif”. Le reste, dit Mauduit, c’est-à-dire les quatre cinquièmes de son livre, « il n’en a pas écrit une ligne ». Cambadelis fera-t-il comme le grand rabbin de France Gilles Bernheim, convaincu de plagiat et qui a ensuite reconnu qu’il avait usurpé son agrégation, avant de démissionner ? Nous verrons bien… En attendant, l’université Paris-VII vole à son secours, affirmant, « après vérification » que « le cursus universitaire et l’obtention du doctorat de M. Cambadélis se sont réalisés de façon tout à fait régulière. » Nul n’est obligé de les croire…

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici.