Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/07/2014

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3148 du 3 juillet 2014

 

INVITÉ par Patrick Cohen à participer à l’émission, C à vous, Florian Philippot, vice-président du Front National a attaqué sévèrement Jean-Marie Le Pen. Le président d’honneur du Front National appréciera. La discussion a évidemment rapidement dévié sur l’échec du Front National à constituer un groupe au Parlement Européen et sur les mauvaises relations entre Marine Le Pen et son père Jean-Marie Le Pen. Lequel avait pourtant assuré que tout était rentré dans l’ordre. Il a revu sa fille à Bruxelles et « ça s’est très bien passé. On s’est vus et on s’est fait la bise. On est des professionnels. On ne parle pas du passé. La page est tournée ».

 

“C’EST EN FAISANT N’IMPORTE QUOI QU’ON DEVIENT N’IMPORTE QUI”

 

Sauf que Florian Philippot ne l’entend pas ainsi, jetant, peut-être pour complaire à Cohen, de l’huile sur le feu en déclarant : « Il n’est pas président, la présidente c’est Marine Le Pen ». Et d’avoir cette phrase cinglante : « c’est quand on fait n’importe quoi, qu’on devient n’importe qui ». Jean-Marie Le Pen a répondu dans nos colonnes (voir page 3) à cette insulte de l’ex-chevènementiste Philippot.

 

ACCÈS DE LUCIDITÉ DU DALAÏ-LAMA

 

Qui a dit : « Quand les immigrés sont trop nombreux, il faut aussi avoir le courage de dire que ça suffit. » ? Sont-ce Jean Marie Le Pen, sa fille Marine, Geert Wilders qui se sont autorisés à commettre cette phrase qui fleure bon le racisme, le rejet de l’autre et qui témoigne d’un manque total d’humanisme ? Pas du tout. Il s’agit du dalaï-lama. La plus haute autorité spirituelle du Tibet était cette semaine en visite en Italie dans la province de Pise. Répondant à la question d’un journaliste sur la situation à Lampedusa, le grand défenseur de la liberté et de l’identité tibétaines a précisé : « Nous savons bien que les immigrés fuient des situations difficiles, mais le bon cœur ne peut pas suffire à les accueillir tous et nous devons avoir le courage de dire quand ils sont trop nombreux […]. Une simple politique d’accueil ne pourra jamais suffire pour résoudre ce problème ». Il est vrai que les Italiens du Sud n’en peuvent plus. Ils sont envahis par des milliers de clandestins africains, recueillis par la marine, dérivant en mer et débarqués dans les villes côtières. Récemment, ces hordes de “touristes” extra-européens ont agressé des Italiens de souche à coups de pierre dans la ville de Portopalo située sur la côte est de la Sicile. Si bien que l’île vient de décréter l’état d’urgence dans nombre de villes siciliennes. Mais pourquoi le dalaï-lama, dont on connaît l’humanisme souvent sirupeux, a-t-il conscience de ces problèmes d’immigration ? Réponse : il a vu son pays envahi par la Chine et sait ce que signifie la colonisation de ses terres et l’éradication de sa culture et de sa religion. En attendant, le Vatican n’a pas encore été envahi. Mais ça viendra, ça viendra… L’inénarrable Bertrand Delanoë, grand humaniste devant l’Eternel, doit regretter d’avoir décerné au dalaï-lama, en juin 2009, le diplôme de « citoyen d’honneur » de la ville de Paris.

 

Capture 1.JPG

 

 

VICTOIRE DE L’ALGÉRIE : 1 MORT, 5 POLICIERS BLESSÉS, DES VOITURES BRÛLÉES, ETC.

 

La victoire en Coupe du monde (4-2) de l’Algérie face à la Corée du Sud a évidemment été largement fêtée par les supporters algériens installés en France. Bilan : un adolescent de seize ans qui avait le corps qui dépassait d’une puissante voiture par le toit ouvrant est mort à Mulhouse (Alsace), la voiture s’étant retournée après avoir emprunté un rond-point à vive allure. Des débordements un peu partout dans l’hexagone : 28 personnes ont été placées en garde à vue. Plusieurs policiers ont été blessés, un policier marseillais ayant eu une côte fracturée après avoir été visé par un tir de fusée. Des drapeaux français ont été décrochés au profit de drapeaux algériens à Provins (Seine-et-Marne) ; le périphérique parisien a été quant à lui sérieusement perturbé, les Champs-Elysées envahis et les rodéos se sont multipliés. Des équipes de pompiers ont évidemment été prises à partie lors d’interventions visant à éteindre des feux de véhicules, etc. On n’ose imaginer ce qui se passerait si demain, l’équipe de France devait affronter l’équipe d’Algérie… Au fait, entre-temps l’Algérie, qui a fait match nul avec la Russie est qualifiée pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde (avant d’être battue le 30 juin au soir par l’Allemagne). Bilan : 74 interpellations. A Lyon, 450 policiers et gendarmes ont été mobilisés. Les forces de l’ordre ont usé de gaz lacrymogène et d’une lance à eau pour contenir la foule dans un certain périmètre et lui interdire l’accès aux artères commerçantes. Par ailleurs, un hélicoptère a survolé la presqu’île. Finalement, peu de débordements puisque seuls quelques dizaines de véhicules et de poubelles ont été incendiés. Idem à Marseille où 3 000 à 5 000 supporters ont envahi le Vieux-Port. Il n’y a eu en définitive, grâce sans doute à la présence de 300 policiers, que deux motards de la police qui ont été pris à partie et caillassés. Les esprits chafouins relèveront évidemment que dans le département du Nord, au moins 16 véhicules brûlés ont été recensés, dont sept à Roubaix, tandis que, selon La Voix du Nord, « les rodéos urbains se multipliaient dans les rues ». Bref, que du bonheur…

 

Capture 2.JPG

 

 

BERLIN : UN LIEU DE CULTE COMMUN AUX CHRÉTIENS, JUIFS ET MUSULMANS

 

Un rabbin, un imam et un pasteur de la ville veulent créer une “maison” dédiée à la prière, à la contemplation et ouvert à tous, croyants comme athées, explique France 24. Le pasteur Gregor Hohberg, le rabbin Tovia Ben-Chorin et l’imam Kader Sanci posent la première prière de leur projet de lieu de culte commun, à Berlin (Allemagne), le 3 juin 2014. Le lieu a été baptisé la « Maison de l’Un ». Il doit être dédié à la prière, à la contemplation et ouvert à tous, croyants comme athées. Surtout, une grande salle commune doit desservir la mosquée, l’église et la synagogue. Chaque religion bénéficierait ensuite d’un espace de taille égale. « Berlin est la ville des merveilles et des miracles », déclare le rabbin Tovia Ben-Chorin, l’un des trois hommes à l’origine du projet. « C’est là que l’extermination des juifs a été programmée. Maintenant, la première maison pour les trois religions dans le monde va être construite ici. » L’imam Kadir Sanci y voit le moyen de montrer que « la grande majorité des musulmans sont pacifiques et non violents ». Oui mais, attention, le projet ne verra le jour dans le centre de Berlin que s’ils parviennent à réunir les 43,5 millions d’euros nécessaires. Seuls des dons doivent financer la « Maison de l’Un ». Une collecte de fonds a été lancée. Les personnes éprises de l’amour de l’“Autre” sont priées d’envoyer un petit chèque qui contribuera à la réalisation de ce grandiose projet…

 

L’ANTISÉMITISME ÉRODE LA FRATERNITÉ FRANÇAISE

 

Samedi 21 juin, les deux plus grands quotidiens américains ont publié de longs articles sur la montée de l’antisémitisme en France. Le Washington Post, le plus agressif, en fait même une “une” spectaculaire avec cet émouvant titre : « L’antisémitisme érode la fraternité française ». Il est vrai que la photo qui illustrait le texte était proprement abominable. On y voit de jeunes manifestants, emmitouflés dans de gros manteaux, faisant une quenelle. Il paraît, selon les statistiques présentées, que 37 % des Français expriment ouvertement des opinions antisémites. Il y aurait 40 % de hausse des actes de violence à caractère antisémite en France au premier trimestre 2014 et, horreur absolue, 64 % d’augmentation des départs de citoyens français qui émigrent en Israël.

 

GRAND MEETING DU PREMIER MINISTRE TURC À… LYON

 

La visite du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan est passée quasi inaperçue, bien qu’il fût reçu vendredi 20 juin à L’Elysée par François Hollande. Il était en réalité en visite électorale en France le week-end dernier, dans le cadre de la campagne présidentielle du Parti de la justice et du développement (AKP), même s’il n’a pas encore déclaré officiellement sa candidature. Un grand meeting eut lieu samedi 21 juin, à Lyon, devant une salle enthousiaste. Erdogan se félicita que 620 000 de ses coreligionnaires avaient choisi de vivre en France, soulignant au passage que la moitié d’entre eux détenaient la double nationalité franco-turque, les qualifiant “d’ambassadeurs” de la Turquie et morigénant ceux qui n’ont pas encore acquis la double nationalité : « Pourquoi le nombre de nos ambassadeurs n’est-il que de 300 000 ? Je veux qu’il augmente à 620 000 », a-t-il déclaré, ajoutant que les Turcs de France devaient s’intégrer mais pas « s’assimiler » : « N’oubliez pas votre culture, vos traditions et vos croyances […] Ne laissez pas vos enfants s’assimiler » ! Voilà qui a le mérite d’être clair. Le mois dernier à Cologne, Erdoğan avait tenu les mêmes propos provocateurs, reprochant in fine au gouvernement de Mme Merkel d’en faire trop pour l’intégration de la communauté turque dans la société allemande. De nombreuses voix s’étaient alors élevées à droite, à la CSU-CDU, pour dénoncer cette « ingérence inadmissible », en soulignant que l’Allemagne n’acceptera jamais « une société turque parallèle » ni le communautarisme sectaire préconisé par M. Erdoğan. En France, l’UMP et le PS sont restés silencieux. Il n’y a guère que Mélenchon à dire certaines vérités : « Est-il le candidat soutenu par F. Hollande ? La France apporte-t-elle son appui à cet autocrate honni par tous les démocrates de Turquie ? Cette visite déplacée et cette réception inopportune constituent une provocation indigne. » D’aucuns, qui ne sont pas du bord de Mélenchon, ne peuvent s’empêcher de rappeler l’alliance entre Soliman le Magnifique et François Ier, qui avait signé en 1536 le traité dit « des capitulations » avec le sultan ottoman, suscitant de vives protestations dans le monde chrétien. Cette alliance fut même qualifiée d’« alliance impie », ou d’« union sacrilège de la fleur de lys et du croissant ».

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici.

 

Les commentaires sont fermés.