Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/06/2014

Le n°36 de "SYNTHESE NATIONALE" EST SORTI !

sn36 une.jpg

122 pages - 12 €

Au sommaire :

Editorial de Roland Hélie : Nous voulons notre libération !

Jacques Cordonnier : Europe, nations, régions, quel avenir ?

Mouvement normand : les dés roulent à nouveau…

Francis Bergeron : le rêve effondré d’une Europe aux cent drapeaux…

Patrick Parment : L’Europe face aux défis migratoires…

Arnaud Raffard de Brienne : Le Traité transatlantique contre les nations européennes...

Luc Pécharman : l’Education, mère des batailles…

Patrick Parment : un nationaliste prend le pouvoir en Inde...

Pieter Kerstens : l'Oncle Sam irait mieux…

Armand Gérard : Degrelle-Hergé, même combat…

Georges Feltin-Tracol : les livres aux cribles

Les pages du Marquis

Et les rubriques habituelles…

AIDEZ-NOUS A DIFFUSER NOS IDEES,

ABONNEZ-VOUS !

Commandez ce numéro cliquez ici

Abonnez-vous cliquez là

Bulletin d'abonnement cliquez ici

Belle réussite de la conférence de Synthèse nationale contre le Traité transatlantique mercredi soir à Paris...

IMG_9763.JPG

Hugues Bouchu, Eric Pinel, Arnaud Raffard de Brienne,

Roland Hélie, Robert Spieler et Serge Ayoub.

L'Espace Dubail était à peine suffisant hier soir pour la première réunion organisée par Synthèse nationale contre le Traité transatlantique. Même le match de foot ball n'avait pas découragé les patriotes de venir nombreux écouter les orateurs invités de notre revue exposer les raisons de s'opposer à ce traité liberticide.

Se succédèrent dans l'ordre : Hugues Bouchu, Président de la Ligue francilienne (membre du Réseau identités), à qui il revenait la lourde tâche d'ouvrir la réunion, Eric Pinel, ancien député européen et membre du Bureau national du Parti de la France, qui nous fit part de son expérience à Strasbourg en tant qu'élu, Serge Ayoub, militant solidariste bien connu qui, visiblement, n'a rien perdu de son enthousiasme malgré la vague de répression scandaleuse qui visa ses mouvements il y a tout juste un an, Robert Spieler, ancien député, fondateur de la Nouvelle Droite Populaire et chroniqueur apprécié de l'hebdomadaire Rivarol, Arnaud Raffard de Brienne, écrivain et collaborateur régulier de Synthèse nationale et de Rivarol, qui publiera aucours de l'été un livre réquisitoire contre ce traité, et enfin Roland Hélie qui termina la réunion en appelant les Français attachés à leur liberté et à leur identité à se mobiliser au cours de l'été pour alerter nos compatriotes sur ce qui est en train de se concocter dans leur dos.

Dans les jours qui viennent, nous reviendrons sur la campagne militante de Synthèse nationale.

Nous tenons à remercier les médias qui ont annoncé cette réunion : Rivarol, Présent, TV Libertés, Radio Courtoisie, les sites Altermédia, le MNR, Terre et peuple, Solidarisme, Le nouveau NH, Zentropa et tous les autres...

Enfin, à l'issue de la réunion, Roland Hélie a donné rendez-vous à tous les amis de Synthèse nationale dimanche 12 octobre pour notre 8e Journée nationale et identitaire...

Jeudi, c'est le jour de Rivarol :

homepage_logo.jpg

Chez votre marchand de journaux, 3,50 €

25/06/2014

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpg

Robert SPIELER

 

RIVAROL N° 3146 du 19 juin 2014

 

ON SAIT que le protocole britannique interdit rigoureusement de toucher la reine, ce que Sarkozy, dans un grand élan d’enthousiasme amical, n’avait pas manqué de faire lors de sa visite d’Etat en Grande-Bretagne. La visite d’Elisabeth au Pingouin a donné l’occasion à Hollande de se singulariser une fois de plus dans le registre plouc.

 

LE RAVI DE LA CRÈCHE

 

Le ravi de la crèche est ce santon qui est un des personnages incontournables des crèches provençales. Il représente le simplet du village, les bras levés en forme d’équerre, qui se réjouit de la naissance du Christ. La France a, elle aussi, son ravi de la crèche élyséenne. Lors de son arrivée en France, Elizabeth fut accueillie en grande pompe à l’Elysée où le chef de l’Etat lui avait déroulé le tapis rouge. Seul petit problème : le Pingouin n’a rien trouvé de mieux que de vouloir lui serrer la main. La reine, qui est très attachée au respect du protocole, n’a sans doute guère apprécié. Les seules fois où la reine accepte de serrer la main d’un dirigeant c’est quand elle l’a elle-même décidé. Mais ce n’est pas tout. Hollande était attifé comme l’as de pique. Cette fois-ci ce n’était pas la cravate qui était de travers. Mais pis, il portait un pantalon bien trop grand pour lui, qui tire-bouchonnait de façon impressionnante et s’effondrait sur ses chaussures vernies. L’image fut évidemment largement relayée par les media et les réseaux sociaux qui s’en donnèrent à cœur joie dans le registre de la moquerie. Dernier épisode amusant, si l’on peut dire. A la fin des cérémonies en Normandie, Hollande salue Obama, qui s’engouffre dans sa voiture, puis, s’apprêtant à faire de même, il se retourne vers la nuée de photographes, et agitant sa petite main potelée, le sourire du ravi de la crèche aux lèvres, il leur lance un émouvant « Au revoir les photographes ! » Imagine-t-on une seule seconde De Gaulle, Giscard, Mitterrand se comporter ainsi ? Même Sarkozy n’aurait pas osé. C’est dire…

 

Capture 1.JPG

 

 

JEAN-MARIE LE PEN VIRÉ DU SITE DU FRONT NATIONAL

 

Gilbert Collard, le député mariniste, a conseillé sur LCI à Jean-Marie Le Pen de prendre sa retraite, suite aux propos qu’il avait tenus à l’encontre de Patrick Bruel. La réplique du Menhir, fou de rage, n’a pas tardé. Il a suggéré à Collard de « changer les consonnes de son nom ». L’ambiance est des plus délétères entre Marine Le Pen et son père puisqu’on apprend que le Front national a décidé, le mardi 10 juin, de ne plus diffuser le blog vidéo hebdomadaire du président d’honneur du parti, suite à ses propos sur la “fournée” promise à Patrick Bruel. C’est l’avocat et trésorier du FN, Wallerand de Saint-Just, qui a annoncé cette mesure de rétorsion à l’encontre du vieux chef, prétextant des « raisons juridiques ». Il explique que par le passé, la présidente du parti, Marine Le Pen, a été « visée par des plaintes en tant que directrice de publication du site » à la suite de propos de son père, ajoutant vouloir désormais éviter ce type de mésaventures. Jean-Marie Le Pen livrait toutes les semaines ses réflexions au site du FN, dans le cadre d’une interview assurée par Marie d’Herbais. 366 numéros ont ainsi été enregistrés. La réaction du Menhir a été sanglante. Il a déclaré dans un entretien téléphonique aux Inrocks : « Ma fille m’a poignardé dans le dos. Si je les emmerde, ils n’ont qu’à me tuer. Je ne me suiciderai pas. » (voir RIV. de la semaine précédente). « Je suis puni par la présidente pour ne pas avoir anticipé les réactions malveillantes à mes propos », a également déclaré Jean-Marie Le Pen à Marianne. « Je trouve ça surprenant, pour le moins. Personne n’a pris la peine de me prévenir, ce qui aurait été la moindre des courtoisies », regrette Jean-Marie Le Pen, qui se déclare “humilié” et “blessé”. Comment tout cela va-t-il finir ? On imagine bien que Jean-Marie Le Pen n’est pas homme à se laisser humilier et piétiner, fût-ce par sa fille. Sa réplique n’a pas tardé. Elle a pris la forme d’une lettre ouverte diffusée le jeudi 12 juin (voir la version intégrale de ce courrier page 4). La réponse de Marine Le Pen à sa lettre ouverte déterminera, selon lui, son « aptitude au gouvernement ». Par ailleurs, le fondateur du mouvement n’exclut plus de briguer la tête de liste FN aux régionales de 2015 en Provence-Alpes-Côte d’Azur (où il est conseiller régional sortant et président du groupe FN) et assure qu’il donnera des consignes de vote pour le comité central à l’occasion du congrès du mois de novembre. La menace est limpide…

 

SARKOZY LE MALOTRU

 

Sarkozy était, il y a quelques jours, en visite en Suisse. Il intervenait au Swiss Economic Forum à Interlaken et n’a pas manqué de l’ouvrir d’importance, donnant des leçons à tire-larigot. Se prenant pour une diva, il a exigé que caméras et photos soient interdites pendant son intervention, ainsi que les questions sur la politique intérieure française. Il a plus qu’agacé les Suisses avec ses “caprices”. Le Matin a commenté : « Nicolas a fait son Sarkozy. » Mais ce n’est pas tout. En présence d’Adolf Ogi, ancien président de la Confédération helvétique, « Nicolas Sarkozy a fait son numéro ». Il a, selon Ogi « manqué de respect à la Suisse ». Donneur de leçons en diable, il a expliqué que la Confédération helvétique devait entrer dans l’Union européenne, qu’un pays ne pouvait pas être gouverné par un président qui change chaque année, ou que ce système avec sept conseillers fédéraux était désuet. Mais de quoi se mêle-t-il ? D’autant que la situation de la Suisse est enviable par rapport à celle de la France. Commentaire des plus pertinents de l’éditorialiste du Matin : « Lorsqu’on vient à Interlaken devant Adolf Ogi, on se tient comme il faut, on essuie ses talonnettes avant d’entrer et on ne pisse pas contre les sapins. »

 

Capture 2.JPG

 

 

QUAND FABIUS S’ENDORT PENDANT UN DÉPLACEMENT OFFICIEL EN ALGÉRIE

 

A plusieurs reprises, ses yeux se ferment et sa tête, lentement, s’incline. Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, était filmé par la chaîne privée Ennahar TV, lundi 9 juin, dans le cadre d’un déplacement officiel de deux jours en Algérie. On, le voit, lors d’une réunion, piquer de la tête qui se met à dodeliner lentement. Il tente de résister héroïquement. Peine perdue. Il s’endort profondément pendant plusieurs minutes, tentant à quelques reprises de reprendre le contrôle, esquissant durant cinq dixièmes de secondes un vague sourire, puis retombant de plus belle dans les bras de Morphée. Tout ceci sous les yeux du ministre algérien de l’Industrie et des Mines qui eut l’élégance d’en sourire.

 

LE FN PERD DEUX DÉPUTÉS AU PARLEMENT EUROPÉEN

 

Ils étaient 24. Ils ne seront sans doute plus que 22. J’avais évoqué dans mes chroniques précédentes le cas de Joëlle Bergeron, élue députée européenne du Front national dans la circonscription Ouest à qui le parti avait demandé de démissionner pour laisser sa place au troisième de liste, Gilles Penelle. Furieuse, elle avait annoncé qu’elle démissionnait de tous ses mandats et accessoirement du Front national. La nuit portant sans doute conseil, elle vient de décider de conserver son siège tout en annonçant qu’elle quittait le parti. Elle vient de déclarer : « Je fais partie des élus au Parlement européen. Le Journal officiel a publié mon nom ». Si c’est le Journal officiel qui le dit… Et elle ajoute : « Je ne vois pas comment ils pourraient m’obliger à démissionner de mon siège européen. Je n’ai signé aucun document et Marine Le Pen ne m’a jamais appelée ». Le pauvre Gilles Penelle est évidemment quelque peu dépité. Le FN gère décidément brillamment ses ressources humaines. Voici que le même cas de figure se reproduit dans la région Massif Central Centre. Jeanne Pothain, une Orléanaise de 45 ans, salariée du privé et mère de deux enfants, a été élue en deuxième position sur la liste FN conduite par Bernard Monot. Cette parfaite inconnue, qui n’a absolument pas participé à la campagne électorale et qui ne figurait même pas sur les documents électoraux (sauf bien sûr sur les bulletins de vote), refuse, elle aussi, de démissionner comme le lui demande le parti. Elle entend prendre ses confortables aises au Parlement européen dont les sessions inaugurales auront lieu du 1er au 3 juillet prochains. Du coup le FN n’aura plus que 22 députés et non 24. Brillantissime…

 

FN : ET ÇA CONTINUE, ET ÇA CONTINUE

 

Cinq des sept conseillers municipaux de Nice élus en mars sous la bannière FN ont été suspendus par les instances nationales du parti, a annoncé le 12 juin au soir à la presse Marie-Christine Arnautu, qui menait la liste frontiste, ou plutôt Bleu Marine aux élections municipales et qui vient d’être élue députée européenne. La raison : elle a été proprement évincée de la présidence du groupe au profit de Guillaume Aral, un galeriste niçois. A la tête des mutins se trouve Gaël Nofri, qui a été le directeur de campagne d’Arnautu. Du coup, fureur de Marie-Christine Arnautut et de Marine Le Pen qui a décidé de les “suspendre”, en attendant de les exclure du parti, leur interdisant de se revendiquer du FN ou du RBM « sous peine de poursuites judiciaires ». Les mutins reprochent à cette « parachutée qui n’a pas atterri » de ne pas être venue habiter à Nice, « comme elle l’avait promis pendant la campagne des municipales », « de diriger le groupe de façon très autoritaire » et de « ne pas s’impliquer dans la vie des commissions » au sein du conseil municipal. Décidément… Comme il ne reste que deux élus FN (sur sept) à Nice, il n’y a donc plus de groupe frontiste dans la capitale de la Côte d’Azur. Le maire UMP de Nice, Estrosi, qui vient d’annoncer sa candidature aux primaires UMP en 2016, doit bien rire de ses mésaventures du FN niçois qui ne s’est manifestement jamais remis du départ de Jacques Peyrat il y a tout juste vingt ans. Depuis les querelles intestines n’ont pas cessé sur la baie des Anges : on se souvient notamment d’une fédération coupée en deux (avec deux permanences antagonistes) entre la ville de Nice dont s’occupait feu Marie-France Stirbois et le département dont avait la charge feu Jean-Pierre Schénardi. Les deux élus FN refusaient de s’adresser la parole. Décidément pour le FN à Nice l’union est un combat... Et comme si cela ne suffisait pas, la responsable de la fédération FN du Bas-Rhin vient également de démissionner du parti, officiellement pour protester contre les propos tenus par Jean-Marie Le Pen. Il est triste qu’après un tel succès historique aux européennes (24,85 % des voix et 24 élus), le FN se déchire à ce point et affiche de tels signes de faiblesse. Est-ce à dire qu’il ne serait pas apte à gouverner le pays ?

 

Rivarol.JPG

 Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici.

18/06/2014

RUSSIE - OTAN Le grand match du mondial va commencer en Ukraine

russia-ukraine-9__1_.jpg

Premier point : des tanks russes pénètrent en Ukraine. Des tanks venus de la Fédération de Russie auraient pénétré sur le territoire ukrainien par les postes-frontières tombés aux mains de rebelles pro-russes dans l’est de l’Ukraine, selon la BBC. Les forces armées ukrainiennes leur auraient alors ouvert le feu. Rappelons qu'en Ukraine, les séparatistes ont proclamé deux « Républiques indépendantes », à Donetsk et à Lougansk, après des référendums tenus le 11 mai. Les forces ukrainiennes ont lancé de leur côté, il y a deux mois, une offensive, qualifiée par Kiev d’ « opération antiterroriste », pour mater l’insurrection pro-russe qui agite l’Est de l’Ukraine. Une question se pose : après les J.O et la révolte de Maîdan fomentée par l'Occident qui avait profité de la fenêtre de tir de Sotchi, Poutine ne profiterait-il pas de l'effet « coupe du monde », de sa fenêtre de tir à lui ?

Joli revanche des Russes dans ce cas ! De plus, les USA qui sont derrière Porochenko, président Ukrainien depuis le 7 juin 2014, sont en ce moment préoccupés par la percée de l’EIIL en Irak. Poutine le sait aussi : Mondial de football puis crises (Syrie, Irak, Nigeria ), il y a une incapacité reconnue pour l'hyperpuissance de gérer plusieurs crises simultanément. On raconte d'ailleurs, dans les milieux diplomatiques une anecdote. Ce sont des fonctionnaires du Département d’Etat qui font visiter les lieux de leur Ministère aux membres de l'Association des Historiens de la Politique étrangère américaine. En pleine visite, les membres de l'association s'étonnent de ne voir que deux « salles de crise ». A la question de savoir de ce qui adviendrait si trois crises se pointaient en même temps, la réponse du guide fut tout à fait éloquente mi-blague, mi-sérieuse : « On requalifierait l’une d’elles de non-crise » ! L'Ukraine sera-t-elle la non-crise ? La partition n'est-elle pas déjà dessinée d'ailleurs dans un accord secret entre Obama et Poutine comme le sous-entendait il y a peu Michel Charasse ?

Deuxième point : la Russie amorce sa reconversion financière. Les Russes n’agissent pas seulement sur le plan militaire. Ils réagissent aux sanctions économiques imposées par l'Otan en attaquant le pétrodollar. Cela pourrait être le coup fatal comme un pénalty rédhibitoire d'autant qu'il semble avoir été discuté avec les Chinois. La Chine et la Russie - et sans doute aussi l'Inde - semblent s'être mis d'accord sur une stratégie à long terme de dé-dollarisation. Le plus gros producteur de gaz naturel de la planète, Gazprom, vient, en effet, de signer des accords commerciaux avec quelques uns de ses plus gros clients en faisant passer les paiements pour leurs commandes de gaz en euros et non en dollars. Il l'avait fait déjà récemment avec la Chine (1). En fait, depuis la Libye et la Syrie, les Etats-Unis ont perdu une grande partie de leur crédibilité internationale. Russes et Chinois envisagent de tourner le dos monétairement aux Etats-Unis. C'est une révolution. L'hyperpuissance ne s'en remettra pas ni d'ailleurs le paysage financier mondial d'où cette impression à la fois inquiétante et étrange depuis quelques mois que le système provoquera de lui-même sa propre implosion, comme le dernier coup de queue du crocodile avant de mourir.

Neuf clients sur dix de Gazprom sont ainsi passés du dollar à l’Euro dans leurs contrats d'approvisionnement et d'autres grandes entreprises russes utilisent le yuan chinois comme monnaie d'échange. C'est le résultat concret des sanctions occidentales décidées par le Congrès américain contre le bon sens économique. Aux Etats-Unis, à trois mois des élections de mi-mandat américaines, les Républicains n'ont pas cessé de faire monter les enchères contre Obama. La décision irréaliste de geler des fonds et des avoirs russes en représailles d'une « invasion russe » en Ukraine va à l'encontre des intérêts américains. Ainsi, de multiples comptes russes de grosses entreprises ont été ouverts ces dernières semaines dans les banques d'Asie. C'est ce qu'a affirmé Pavel Teploukine, patron de la Deutsche Bank en Russie, dans un article du dimanche 8 juin du Financial Times. Dans le même temps, le quotidien nous apprenait que les Russes ont retiré leur argent des banques américaines à une vitesse jamais égalée et ce depuis mars, sans même attendre la spirale des sanctions occidentales. Les dépôts russes dans les banques US ont chuté d’un coup de 21,6 milliards de dollars à juste 8 milliards. Ils ont retiré 61% de leurs dépôts en juste un mois !

Le système économique américain peut-il sans dommages résister à cette contre attaque légitime des Russes ? La valeur du dollar est élevée artificiellement car le monde commerce en dollar. Cela permet aux Etats-Unis de maintenir des coûts d’emprunt artificiellement bas mais si ce n'était plus le cas, le dollar ne vaudrait plus rien. Le pire, c'est que la cécité de l'Europe est telle qu'elle amorce une sorte de dollarisation par le traité transatlantique. En fait, depuis septembre 2008, nous vivons dans une bulle financière de fausse stabilité monétaire et d'argent garanti. Or les comptes toxiques des banques sont réels. Toutes les bases financières de l'économie n'ont cessé de se détériorer et de se dégrader.

Michel Lhomme

 

Voxnr.JPG

 

Irak : l’Iran allié des Usa… cherchez l’erreur Le monde arabe déstabilisé par les erreurs américaines

L’Iran, pays que les Usa envisageaient de bombarder hier aux cotés des israéliens se porte en Irak au secours des protégés des américains en grave difficultés militaires. On ne peut mieux illustrer une situation ubuesque et terrifiante qui a complètement échappé aux scénarios élaborés par les stratèges de l'impérialisme démocratique.

 

35150_aqmi-djihadistes_440x260.jpg

Les américains n’ont jamais eu la bonne lecture. Derrière le terrorisme du 11 septembre, derrière la guerre de l’islamisme radical mené par la haine de la « civilisation occidentale » , il y a une guerre mondiale entre musulmans, entre chiites et sunnites. Les américains, en détruisant l’Irak de Saddam Hussein dominé par les sunnites, ont donné le pays à des chiites incapables de maintenir une unité entre les composantes irakiennes. Allié des chiites en Irak, Washington a tenté de les chasser du pouvoir en s’appuyant un temps sur les islamistes sunnites en Syrie. Ces islamistes tentent aujourd’hui de reconstruire un califat sur les deux pays pour effacer les frontières tracées par les européens en fonctions de leurs intérêts de l'époque. C’est une menace que l'Iran ne peut accepter.

Quant à la démocratie qui devait tout régler, inutile de la chercher, elle n’est nulle part. L’Iran des gardiens de la révolution islamique aux cotés des Usa contre l’armée islamique du levant, difficile tout de même d’expliquer cela aux opinions publiques. L’incohérence politique et l’aveuglement idéologique est en train de présenter la note, elle sera lourde pour tout le monde.

Le président américain, qui ne cesse de proclamer que la page des guerres est tournée, s'est une nouvelle fois retrouvé brusquement confronté aux conséquences des interventions passées. Personne n'imaginerait revoir des soldats américains à Fallouja ou à Tikrit, sauf dans une mission de guidage de drones. Le vice-président Joe Biden, qui est chargé de la gestion des relations avec le gouvernement chiite de Bagdad, a appelé Nouri Al-Maliki pour lui faire savoir que les Etats-Unis sont « prêts à accélérer et intensifier leur soutien ». Lorsqu'il était candidat à la Maison Blanche, M. Biden avait été critiqué pour avoir suggéré la partition de l'Irak en décembre 2006. Depuis la prise de Kirkouk par les Kurdes, dans le nord du pays, l'idée est réapparue dans les médias américains. Les « faucons » sont persuadés que tout cela aurait pu être évité, avec une petite force résiduelle et que Barack Obama a choisi le retrait complet pour des raisons électorales. John McCain a « supplié » son ancien rival de revoir sa décision sur le retrait d'Afghanistan. « Les Afghans n'ont pas de capacités aériennes. S'il vous plaît, conservez une petite force en Afghanistan ! ». Les spécialistes de politique étrangère ont reproché au président d'avoir, par son inaction en Syrie, créé un vide qui a profité à l'EIIL.

En attendant une décision de Barack Obama, le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel a ordonné l'envoi d'un porte-avions dans le Golfe au cas où une intervention militaire serait nécessaire en Irak, où les djihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant menacent Bagdad. Barack Obama doit désormais faire face à trois défis en Irak. Le premier est de prendre des mesures rapides pour stopper l'avancée des djihadistes sunnites de l'EIIL afin de les empêcher de s'emparer de l'Irak et d'en faire une base arrière d'où partiront des attaques vers l'extérieur qui pourraient cibler des intérêts américains. De telles mesures s'inscriraient dans la ligne définie le mois dernier par le président américain à l'académie militaire de West Point où il a expliqué que les Etats-Unis emploieraient la force lorsque leurs intérêts seront menacés.

A moyen-terme, les Etats-Unis doivent également s'assurer que l'Irak ne replonge pas dans une guerre civile opposant chiites et sunnites. A plus long terme, ils doivent enfin convaincre les alliés de l'Irak de s'inscrire dans un processus visant à maintenir l'unité du pays et persuader le Congrès de voter en faveur d'un plan de 5 milliards de dollars pour financer la lutte contre le terrorisme.

L'ancien émissaire international pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, a estimé dans un entretien à l'AFP que l'offensive djihadiste en Irak résultait de l'inertie de la communauté internationale face au conflit qui fait rage en Syrie voisine depuis 2011. « C'est une règle bien connue : un conflit de ce genre ( en Syrie ) ne peut pas rester enfermé dans les frontières d'un seul pays. Malheureusement on a négligé le problème syrien et on n'a pas aidé à le résoudre. Voilà le résultat ». « Une personnalité irakienne m'a dit en novembre que l'EIIL était dix fois plus actif en Irak qu'en Syrie. J'ai mentionné cela au Conseil de sécurité et dans mes entretiens », raconte ce diplomate chevronné. Voisin de la Syrie, avec laquelle il partage une longue et poreuse frontière, « l'Irak a été comme une grosse blessure qui s'est infectée » avec le conflit syrien, souligne-t-il.

Mais qui a créé la blessure et n’a jamais été capable de la soigner ?

Jean Bonnevey

 

Voxnr.JPG

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3145 du 12 juin 2014

 

DANS des courriers aux associations d’anciens combattants, le secrétaire d’État à la Défense et aux Anciens combattants Kader Arif, confirme que François Hollande a invité l’armée nationale populaire algérienne (ANPA) ainsi que l’armée de la république socialiste du Vietnam à défiler sur les Champs-Élysées à l’occasion du 14-Juillet, pour commémorer la participation de ces pays (et une soixantaine d’autres) au premier conflit mondial. Cet improbable pingouin, qui n’en rate pas une, dans le registre du dérapage et de la bêtise crasse oublie que les soldats “algériens” étaient alors français, que l’Indochine était française, et qu’ils se battirent sous le drapeau tricolore qui leur a souvent servi de linceul (voir l’article de René Blanc en page 5).

 

FLN ET VIETCONG SUR LES CHAMPS-ÉLYSÉES LE 14 JUILLET : NOUS SAURONS LES ACCUEILLIR !

 

Ajoutons à cela que les combattants issus des départements d’Algérie étaient aussi chrétiens. Mais eux ne défileront pas. Priorité à l’ex-FLN et aux musulmans. De plus, relève le site Boulevard Voltaire, « alors que la France vient de se souvenir de Dien Bien Phu, le 1er novembre 2014 coïncidera avec le 60e anniversaire de la Toussaint sanglante. Imagine-t-on Al-Qaïda défiler dans les rues de Washington ? » En attendant, préparons-nous tous à accueillir comme il se doit l’affreux Hollande et ses amis du Vietcong et du FLN sur les Champs-Elysées le 14 juillet !

 

DES IDÉES POUR ROBERT MÉNARD…

 

Comme les Rivaroliens le savent, Robert Ménard veut limiter l’étendage du linge aux fenêtres du centre-ville et offrir une blouse grise aux élèves de maternelle et de primaire, avec comme objectif de « gommer les inégalités de fortune ». Il a pris d’autres mesures que j’ai évoquées dans ces colonnes. Sa prochaine cible : les antennes paraboliques, qui « salopent les façades ». Bien vu… Sauf que le président de la section locale de la Ligue des droits de l’homme s’émeut, accusant Ménard de « mettre en place, de manière insidieuse, une politique de discrimination indirecte ». Car de nombreuses familles gitanes sédentarisées et maghrébines vivent dans le centre-ville, explique le Nouvel Obs. Sont-ce eux qui « salopent les façades » ? On se gardera prudemment de l’affirmer. Au cas où Robert Ménard serait à court d’idées, francetv.info a eu l’idée assez amusante de lui soumettre quelques arrêtés municipaux dont il pourrait s’inspirer : à Castellammare di Stabia, près de Naples (Italie), le maire Luigi Bobbio a pris un arrêté très strict en 2010 contre « les minijupes, les décolletés trop généreux, les jeans taille basse », raconte Le Monde. Sont également visés les bains de soleil dans les parcs et les jurons qui pourraient « troubler les autres [habitants] ». Luigi Bobbio voulait ainsi restaurer « le décor urbain » et éviter la « décadence vestimentaire » provoquée par les fortes chaleurs. A Cittadella (Italie), près de Padoue, le maire Massimo Bitonci, membre de la Ligue du Nord, a interdit le commerce de kebabs dans le centre-ville, estimant que « la tradition turque n’a pas sa place », dans le centre de Cittadella. A Nice, le maire UMP Christian Estrosi a pris, en mai 2012, un arrêté visant à limiter tout débordement autour des cérémonies de mariages. Les noces célébrées à l’hôtel de ville doivent désormais se dérouler sans cris, ni sifflets, ni « drapeaux étrangers », ni groupe de musique “folklorique” non autorisé. Il estime que les festivités bruyantes sont « de nature à troubler la tranquillité des riverains et la solennité de l’instant ». Que les Rivaroliens qui ont des suggestions à faire n’hésitent pas à les communiquer à Robert Ménard !

 

LE QATAR AURAIT ACHETÉ LE MONDIAL 2022

 

Le Qatar, Etat gazier richissime, a été désigné pour organiser la Coupe du monde 2022 de football. Une pure absurdité, puisque personne ou presque ne s’intéresse au ballon rond dans ce pays qui a certes acheté le PSG dans un objectif de communication et de prestige. Une pure absurdité car il était prévu que les matchs se déroulent en été, où les chaleurs du désert rendent la vie impossible aux Européens. Un scandale éthique aussi car des centaines d’ouvriers, qui ne sont évidemment pas qataris, ont trouvé la mort sur les chantiers titanesques. Rien qu’en 2013, 185 Népalais auraient péri dans des accidents du travail. En deux ans, on relève 382 morts népalais. Selon le Guardian, le nombre d’ouvriers morts sur les chantiers pourrait être beaucoup plus important puisque le Népal n’est « qu’un des nombreux pays » à fournir de la main-d’œuvre au Qatar, qui emploie au total 2 millions de travailleurs immigrés (pour une population d’origine qatarie de 2 millions de personnes). Du coup, certains se posent de sérieuses questions. Pour la presse anglaise, c’est une certitude. Le 2 décembre 2010 à Zürich, le comité exécutif de la Fédération internationale de football (Fifa) a offert l’organisation du Mondial au Qatar dans des conditions plus que douteuses. Des versements massifs de pots-de-vin auraient été réalisés au profit des décideurs. Le continent africain a été largement arrosé. Mais pas seulement. Le qatari Bin Hamman, alors président de la Confédération asiatique aurait dépensé près de 5 millions de dollars pour acheter des votes. De plus, des pressions politiques françaises et allemandes auraient eu lieu. Michel Platini, le président de l’UEFA (la Fédération européenne) est dans la cible, car il avait lourdement soutenu la candidature du Qatar. Le président de la Fifa, le Suisse Joseph Blattner, qui ne cache pas que, selon lui, l’attribution de la Coupe du monde au Qatar a sans doute été une erreur, ainsi que des élus britanniques, envisagent très sérieusement l’organisation d’un nouveau vote.

 

Capture 1.JPG

 

 

SERGE DASSAULT SUSPENDU DU GRAND-ORIENT DE FRANCE

 

Le très intéressant site Le Salon Beige raconte : le Conseil de l’ordre du Grand-Orient de France a décidé à l’unanimité de demander la suspension de Serge Dassault, sénateur UMP et membre de la Loge La Franche Amitié à l’Orient de Paris. Il est soupçonné d’« achat de votes », de « complicité de financement illicite de campagne électorale » et de « financement de campagne électorale en dépassement du plafond autorisé » et a quelques sérieux problèmes avec la justice. Lors du même Conseil de l’Ordre du GODF, a aussi été exclu Jean-Pierre Kucheida, ancien député-maire socialiste de Liévin (Pas-de-Calais) mis en examen pour corruption passive et recel d’abus de biens sociaux. Commentaire plein d’humour d’un internaute du Salon Beige : « Si les francs-maçons commencent à faire le ménage ils pourront se contenter rapidement d’utiliser une cabine téléphonique pour leur prochain convent. »

 

PRIX DE L’HUMOUR POLITIQUE 2014

 

Le jury du Prix « Press Club, Humour et Politique » s’apprête à récompenser une personnalité politique pour sa petite phrase plus ou moins hilarante. En 2013, c’est le sénateur UMP de la Meuse Gérard Longuet qui l’avait décroché après avoir lâché : « Hollande est pour le mariage pour tous… sauf pour lui ». La remise du prix devrait avoir lieu le 29 septembre prochain. Qui sont les finalistes ? Il y a Michel Sapin, ministre des Finances, qui avait pondu cette profonde pensée : « Quand on ne va pas assez loin, c’est déjà qu’on va quelque part ». On y retrouve aussi Jean-Claude Gaudin, maire UMP de Marseille qui a déclaré : « Comme je suis célibataire et que je n’ai pas d’enfants, je ne me suis pas senti vieillir ». Jean-Christophe Lagarde, secrétaire général de l’UDI avait déclaré, avec humour : « On change le bocal, mais on garde les mêmes cornichons ». L’ancienne ministre UMP Valérie Pécresse avait aussi fait très fort, en assénant : « On a besoin d’une Angela Merkel en France et cela peut être un homme ». Arnaud Montebourg, le ministre de l’Economie a, quant à lui exprimé en toute modération : « Je crois à un retour de Nicolas Sarkozy, mais menotté ». Daniel Cohn-Bendit, ancien eurodéputé EELV, a exprimé une vérité des plus lucides : « Si Mélenchon était au pouvoir, il mettrait tous les Mélenchon en taule ». On se souvient aussi de cette phrase grandiose de Nadine Morano, que j’avais déjà citée dans ces chroniques : « On a eu une recrudescence de violence… par exemple le vol des portables à l’arraché. Ca n’existait pas avant que les portables existent ». Laissons enfin le mot de la fin à Roland Ries, maire de Strasbourg qui déclara : « Je distribue le hallal la semaine pour la diversité et j’interdis le poisson le vendredi pour la laïcité ». Mais était-ce de l’humour ?

 

PLUS DE PORC POUR LES SCOUTS DE FRANCE

 

Le ministre de la Jeunesse Najat Vallaud-Belkacem assistait le 31 mai à l’Assemblée générale des scouts de France. Les scouts de France… Débraillés dans leur affreuse chemise bleue, ils sont au scoutisme ce que la piquette est aux grands Bordeaux. Rien à voir avec les scouts unitaires de France (SUF) ou même avec les scouts d’Europe et mieux encore les Europa-Scouts ou Godefroy de Bouillon qui portent fièrement leurs uniformes et restent dans l’esprit de Baden Powell. Tous les mouvements scouts connaissent une croissance importante. C’est aussi le cas des scouts de France qui brillent par leur développement dans les “quartiers” et parviennent, paraît-il, à « créer du lien entre les jeunes des cités ». Le groupe des scouts de Seine Saint-Denis a ainsi plus que doublé son nombre d’adhérents en deux ans. Oui mais attention. Il y a des contreparties : plus de porc au menu et les temps de prière ont été remplacés par des « temps spi » pendant lesquels chacun se recueille en pensant « à son Dieu ou à pas de Dieu du tout », explique le responsable des scouts dans le 93. « Quand on voit un petit groupe avec deux Blacks, deux Blancs et un Arabe dire qu’ils sont fiers d’être scouts, c’est super ! C’est ça, l’esprit scout », se réjouit le chef scout. Rions de ces clowns plutôt que de nous indigner…

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici.

 

13/06/2014

Mercredi 25 juin, TOUS A PARIS, CONTRE LE TRAITE TRANSATLANTIQUE !

sn 26 06 14 ttat.jpg

MERCREDI 25 JUIN (attention, date modifiée) : NON AU TRAITE TRANSATLANTIQUE !

25 juin SN.jpg

 Modif : la réunion est avancée du 26 au 25 juin.

12/06/2014

Brochette, charrette, cohorte, fournée & C° …

faire face ket  korbo 22 10 2013.jpg

Il est une évidence, c’est qu’une grande partie du monde culturel, sportif ou médiatique appartient à cette engeance qui combat le F.N depuis 40 ans, exclusivement par des anathèmes, des invectives ou des procès, car ces « bobos » sont incapables d’opposer des arguments rationnels aux thèses de la préférence nationale et de la défense de notre identité.

Ces ennemis du peuple et de la liberté d’opinion ne cessent de menacer et d’exercer un chantage envers ceux qui osent ne pas penser et s’exprimer comme eux.

Le F.N étant donc sorti des urnes le 25 mai 2014 en vainqueur, nous attendons que Yannick Noah quitte l’Hexagone demain, comme il s’y était engagé il y a peu « si le FN devenait le premier parti de France ». Bye, bye ! Et le joueur de poker viscéral et invétéré, le sieur Benguigui, pourrait l’accompagner, il ne manquera à personne.

Jean-Marie Le Pen a raison de recadrer le débat là où il aurait dû rester : à la richesse de la langue française et du bon usage du vocabulaire. Il suffisait aux ignares et aux handicapés des neurones, d’ouvrir un dictionnaire et de vouloir s’instruire.

Malheureusement, les Aliot, Collard et Philippot ont envenimé la polémique et semé la zizanie au sein du F.N, comme si étrangement l’UMPS, en proie aux divisions internes, n’attendait que cela.

Qui sont-ils donc, ces fonctionnaires issus de la bien-pensance, sans aucune légitimité, pour exiger la démission du fondateur du F.N ou envisager son exclusion, comme Dame Yade ?

Pour qui se prennent-ils, ces donneurs de leçons, arrogants et suffisants ?

La France d’en-bas –la majorité  silencieuse- donne raison aux propos de J-M Le Pen, car eux aussi ne supportent plus les attaques de Lady Caca et du show-business hyper friqué contre les électeurs du Front National.

NON, la déclaration de J-M Le Pen n’est pas une « faute politique », c’est au contraire une saine réaction en réponse aux agressions répétées des inquisiteurs de la Police de la pensée et des laquais du politiquement correct ! L’obligation d’autocensure est devenue insupportable.

Allons-nous demain être désignés comme « antisémites » lorsque nous achèterons des petits fours chez le pâtissier ?

L’hystérie des médias atteint des sommets d’intolérance et d’imbécilité. Comme c’était le cas pour la manipulation de Carpentras ….en 1990 et pour la tuerie du musée juif de Bruxelles le 24 mai dernier, quand tous ont accusé « l’extrême droite » et les grands blonds aux yeux bleus !

 « QUI VEUT TUER SON CHIEN, L’ACCUSE DE LA RAGE. »

Pieter Kerstens

Chronique de la France asservie… et résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3144 du 5 juin 2014

 

AUTREFOIS, Bethléem était une ville à 90 % chrétienne dans les années 1900. Aujourd’hui elle est à plus des deux tiers musulmane. Bethléem était encore à 60 % chrétienne en 1990 mais les chrétiens ont perdu leur majorité dans les années suivantes. En 2000, les chrétiens ne représentaient plus que 40 % de la population de Bethléem. D’après les chiffres récents, Bethléem aujourd’hui n’est plus qu’à 15 % chrétienne et mille Chrétiens quittent la ville chaque année. Lors de sa récente venue, Bergoglio y a célébré la (nouvelle) messe. Ou du moins a tenté de la célébrer.

 

BERGOGLIO À BETHLÉEM PENDANT LA MESSE, SOUS LES CRIS DE “ALLAH AKBAR”

 

L’appel à la prière musulmane de la mosquée d’Omar sur place de la Mangeoire à Bethléem a, en effet, interrompu la synaxe de François à l’extérieur de l’Eglise de la Nativité. Selon le reporter de la radio israélienne, Gal Berger, la foule a répondu avec des sifflets et des cris, et les chœurs ont essayé de couvrir l’appel du muezzin. La radio Galei Tsahal rapporte que les cris de « Vive le Pape » des assistants répondaient aux cris de « Allah Hou Akbar ». Pendant ce temps « Quelqu’un est entré dans l’église, est descendu à la crypte, s’est emparé d’un livre utilisé par les pèlerins et l’a amené dans une petite salle près de l’orgue où il a mis le feu au livre, brûlant des croix de bois », a affirmé le frère Nikodemus Schnabel, porte-parole de l’abbaye de la Dormition. Voilà comment cela se passe en ces terres si lointaines mais si proches. Cela n’empêche pas Bergoglio d’avoir publiquement conseillé de lire le Coran, un livre selon lui digne d’estime.

 

DES JUIFS NOUS DONNENT (À RAISON) DES LEÇONS

 

JB Grumberg, rédacteur du site sioniste Dreuz.info, écrit ces propos qui méritent d’être médités. Il évoque le « Grand Remplacement », concept “inventé” par Renaud Camus et il dit : « Renaud Camus dit le vrai. Comment le peuple européen est rapidement remplacé sous vos yeux par d’autres peuples venus d’ailleurs, turc en Allemagne, pakistanais en Grande- Bretagne, maghrébin ailleurs. Comment l’interdiction du débat public est assurée. Comment est insultée la démocratie puisque votre autorisation pour être remplacés, dépouillés de votre identité ne vous a pas été demandée. » Et il ajoute : « Les dirigeants européens, pour des raisons évoquées mille fois, niées mille fois, ont décidé de tuer leurs peuples, de les “suicider” ». Certes, poursuit-il « vous êtes encore majoritaires. Certes vous représentez encore 70 ou 80 % de la population de vos pays, mais avouez-le : vous êtes perdus. Vous n’avez pas, ni vous individuellement, ni vous collectivement, ni vous partis politiques les plus en pointe pour dénoncer le mélange multiculturel, la plus petite idée pour en sortir. Comment survivre, résister, sauver votre histoire, votre culture, vos racines, votre identité, face à cette invasion décidée, organisée, exécutée par vos élites ? » Etpourtant, dit-il, la solution contre le remplacement existe… Il invite à relire Mark Twain : « Les Egyptiens, les Babyloniens, les Perses se sont élevés, ont rempli la planète avec leur retentissement et leur splendeur, puis se sont évanouis dans un rêve. Les Grecs et les Romains suivirent, et firent beaucoup de bruit, et ils disparurent ; d’autres peuples ont vu le jour et ont tenu leur flambeau très haut pour un temps, mais il s’est éteint, et ils sont maintenant assis dans la pénombre, ou ont disparu. Le Juif les a tous vus, tous battus, et maintenant, il est ce qu’il a toujours été, ne présentant aucune décadence, aucune infirmité de l’âge, aucun affaiblissement de ses composantes, aucun ralentissement de ses énergies, aucun ternissement de son esprit alerte et combatif. Toutes les choses sont mortelles, sauf les Juifs ; toutes les autres forces passent, mais ils restent. Quel est le secret de son immortalité ? » Réponse en forme d’exhortation : « Vous, jeune peuple que déjà l’on éradique, si vous voulez survivre, prenez exemple sur les Juifs. Apprenez du peuple juif qui a survécu en gardant intactes sa sève, ses origines, ses traditions, sa substance et sa spécificité. »

 

NON, RIEN DE RIEN… MARINE LE PEN N’EST PAS LA BIENVENUE EN ISRAËL

 

« Marine Le Pen peut se rendre en Israël profiter du soleil comme n’importe quel touriste détenteur d’un passeport, mais elle ne peut pas prétendre obtenir des rendez-vous officiels si elle décidait de venir », a affirmé un responsable israélien qui a expliqué que Marine Le Pen n’a « toujours pas procédé à un aggiornamento de son parti en dénonçant les propos antisémites de son fondateur, qui se trouve être son père », Jean-Marie Le Pen. Mais que faut-il qu’elle fasse de plus pour être aimée d’Israël ? Ah si ! Tuer son père…

 

Capture 1.JPG

 

 

TCHAO, PANTIN !

 

Tchao Pantin est un film français écrit et réalisé par Claude Berri, en 1983, qui fut un des films les plus primés aux Césars. Il raconte l’histoire d’un pompiste alcoolique et maussade (Coluche) qui décide de venger la mort d’un jeune dealer (Richard Anconina) avec lequel il s’est lié d’amitié en éliminant les responsables du meurtre. Rien à voir avec ce qui suit, si ce n’est le titre du film. Le soir des élections européennes, on a écouté sur France 2 les puissantes réflexions de Jacques Weber, un écrivain, et Marc Lévy, un écrivain aussi, qui commentaient la victoire du Front national. On se demandait ce qu’ils faisaient là, mais c’est ainsi que cela se passe à la télé. On a appris lors de l’émission la déclaration, trois jours plus tôt, de Yannick Noah : « C’est simple, si le FN arrive en tête aux élections européennes, je quitte la France. » Enfin une bonne nouvelle. Qu’il disparaisse ! Tchao pantin !

 

BIENTÔT UNE “AFFAIRE DES FICHES” AU FRONT NATIONAL” ?

 

On se souvient de l’« affaire des fiches » où, dans les années 1900, le pouvoir franc-maçon prétendait ficher les officiers catholiques, ce qui avait fait scandale. Et voici que cela recommence pour notre plus grand bonheur. Le Point rapporte que le chef de cabinet de Marine Le Pen, Philippe Martel, prépare des fiches sur le parcours des journalistes qui couvrent le parti. Cité par l’hebdomadaire, ce dernier déclare vouloir passer au crible la vie privée des journalistes qui couvrent son actualité. Et ce dans le but de « les écraser » et de leur « marcher dessus ». « On va vous rentrer dans le lard », a expliqué à une journaliste de l’hebdomadaire cet ancien collaborateur d’Alain Juppé passé au Front national. Dans son viseur : « Tous ces connards de journalistes institutionnels ». « De toute façon, les Français vous détestent. Notre plan media, c’est de vous attaquer à mort. La presse nous est défavorable, pourquoi continuer à collaborer avec elle ? » et Philippe Martel, humaniste en diable, d’ajouter : « Il faut dire les études que vous faites, les appartements que vous habitez. » Adresses, numéros de téléphone, prénoms des maîtresses et des gitons, et tutti quanti… Et il ajoute : « Ce n’est rien, ce n’est que le début ». Eh bien, dites donc… Si Marine Le Pen arrive au pouvoir, j’ai intérêt à passer la nuit même le Rhin à la nage…

 

ALERTE ! BERNARD-HENRI LÉVY PENSE ET PARLE !

 

Bernard-Henri Lévy a des choses à dire, suite à l’écrasante victoire du FN aux Européennes. Et il les dit, courageusement. « La France est en péril. Un quart de nos compatriotes ont voté pour le pire. Ils ont choisi le parti, non seulement de l’anti-Europe, mais de l’anti-France. Ils ont fait le pari, non d’une autre politique, mais du nihilisme, de la haine, et de la destruction méthodique de ce qui fait lien entre les Français. » Il ajoute, souffrant tout plein : « Mme le Pen, on ne le rappellera jamais assez, est l’héritière d’une longue tradition de défaitistes, de traîtres à notre histoire, d’admirateurs et alliés des dictateurs, qui ont fait le malheur de la France. Hier soir encore, en ce funeste 25 mai qui restera dans les annales comme un jour de chagrin et de pitié, elle et ses acolytes cachaient mal leur impatience de mettre à bas notre Constitution, nos institutions, nos traités ainsi que tout l’appareillage d’usages et de lois qui fondent la solidarité entre les Français. » Il n’évoque pas l’extermination des Juifs, mais, chaque lecteur de RIVAROL l’aura compris, il y pense très fort, soupçonnant sans doute Marine Le Pen de préparer une nouvelle conférence à Wannsee en présence du petit-fils d’Adolf Eichmann. Et que propose l’oiseau comme solution ? Un gouvernement d’union nationale destiné à « mettre entre parenthèses la guerre, désormais fratricide, des républicains ». On n’a pas fini de rire avec des zozos pareils… Citons cependant cette réflexion en forme d’autocritique de Franz-Olivier Giesbert, le patron du Point, qui pointe la responsabilité de la presse et qui constate, le soir de l’élection, que la tentative de diaboliser Le Pen et le FN n’a pas fonctionné : « Je fais partie des connards qui ont diabolisé Le Pen. Vous avez vu le résultat. Il faut en tirer les leçons. »

 

LAMENTABLE BERGOGLIO…

 

Michele de Paolis est ce prêtre cofondateur d’une organisation gay appelée Agedo Foggia. Le 6 mai dernier François, en s’inclinant, a ostensiblement embrassé la main du prêtre ouvertement homosexuel. Auparavant les deux hommes ont concélébré la nouvelle messe. Ce prêtre grand partisan de la cause homosexualiste a offert à Bergoglio son récent livre « Cher Don Michele : questions à un prêtre gênant » dans lequel il récuse l’idée que les “couples” homos n’aient pas de relations sexuelles. Don Michele explique que le successeur de Benoît XVI l’a serré dans ses bras après lui avoir affirmé que « tout est possible », si bien qu’il est sorti en pleurant. C’est mignon tout plein. Don Michele argumente. Il traite d’hypocrites ceux qui déclarent que les homosexuels peuvent tout à fait pratiquer leur religion à condition de ne pas avoir de relations sexuelles. Poète à ses heures, il déclame que « c’est comme si on demandait à une plante de pousser sans qu’elle fleurisse ». Voilà où en est l’église conciliaire…

 

 

Capture 2.JPG

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici.

 

05/06/2014

Les Femen : une belle bande d’idiotes utiles ?

femen-idiote.jpg

Il y a quelques jours, les Femen ont encore frappé. Et de quelle façon… On commence à dire entre haut et bas, même parmi ceux qui les trouvaient au début follement sexy, excitantes, transgressives, décapantes, que l’heure est venue de siffler la fin des festivités, de rhabiller les petites et de les renvoyer fissa au vestiaire. Avant que ces jolies quiches ne fassent des dégâts irréparables et n’obtiennent tout le contraire du résultat escompté.

C’était sur leur page Facebook : elles entendaient poursuivre de leur vindicte Marine Le Pen. Celle-ci avait en effet appelé, lors d’un meeting, à « faire des enfants français »… Bon. La vérité est que quel que soit, par ailleurs, le jugement que l’on puisse porter sur leur auteur, on cherche désespérément dans ces propos un objet de scandale.

C’est quand même la moindre des cohérences pour qui prétend œuvrer contre le Grand Remplacement, celui-ci étant autant le fait d’une population allochtone qui cherche à pénétrer que d’une population autochtone qui se laisse mourir à petit feu. Quand il n’y a plus personne pour reprendre une maison de famille, quand le dernier héritier est resté vieux garçon et n’a pas eu de descendance, il n’y a pas d’autre issue que de brader la bâtisse à des étrangers. Et quiconque prétendrait garder par-devers soi son trésor qu’est sa civilisation, sa culture et la terre de ses ancêtres sans vouloir d’enfant ressemblerait à ces vieillards solitaires dont on voit la tête blanche s’agiter derrière le rideau de certaines maisons bourgeoises, et qui n’entrebâillent la porte avec méfiance qu’à l’auxiliaire de vie venu faire leur toilette.

Sans ce corollaire nataliste, toute politique visant à contrer une immigration galopante donnerait raison à ceux qui parlent d’égoïsme et de repli sur soi. « Seigneur ! préservez-moi, disait Victor Hugo, [...] de jamais voir l’été sans fleurs vermeilles, la cage sans oiseaux, la ruche sans abeilles, la maison sans enfants. » La maison France, par exemple. Les Femen voudraient-elles aussi faire la peau à Victor Hugo ?

Car la déclaration les a mises en pétard, et elles ont décidé à leur tour de lancer un appel, dans ce style « grande classe » qui leur appartient. Un appel à « toutes les Françaises à baiser, sucer, se faire lécher, branler, doigter, pomper, niquer autant d’étrangers qu’elles le peuvent (…) ». Une attaque injurieuse, non pas contre Marine Le Pen mais contre toutes les Françaises, promues poupées gonflables multifonctions, en même temps qu’une incitation à peine voilée au viol pour tous les zinzins, les frappadingues, les détraqués : une poupée gonflable, n’est-ce pas, comme tous les objets utilitaires, est là pour servir. Et puisque aucune association féministe ne proteste, c’est donc que la proposition est anodine. Normale. À peine un tantinet osée. On aurait tort de se gêner ; les Françaises, regardez, ne demandent que ça.

Mais certains, jusque dans leur propre camp, commencent à en avoir leur claque. Devinent que cette coprolalie, ces éructations, ces corps nus qui se cabrent et se tordent comme dans un remake de L’Exorciste deviennent dangereux. Potentiellement dévastateurs. Car, embarquées dans une spirale infernale, les majorettes topless doivent inventer toujours plus trash, plus gore. Et dans ce jeu malsain où elles campent les possédées, forcément, c’est l’objet de leur exécration qui joue le rôle du saint martyr… En ces temps troublés, tricoter une auréole sur la tête de Marine Le Pen est casse-gueule. Et si les Femen étaient, en fait, une belle bande d’idiotes utiles ?

Gabrielle Cluzel

 

Bd Voltaire.JPG

 

La mairie de Paris, c’est Pôle emploi pour les copains d’abord !

anne-hidalgo-565x250.jpg

— Camarade Anne, ne vois-tu rien venir ?
— Si, des potes à recaser !

Ce n’est pas parce que cette fichue courbe du chômage refuse obstinément de s’inverser – pas plus en ce milieu d’année qu’en fin d’année dernière – qu’on n’en reste pas moins socialiste. Dans l’âme et pour le portefeuille.

Anne Hidalgo l’entend bien ainsi, qui n’a de cesse de subvenir désormais aux anciens élus de sa mairie dont les fins de mois auraient pu être compliquées, faute d’avoir obtenu une place éligible sur ses listes aux dernières élections. Qu’à cela ne tienne ! Elle leur trouve de quoi subsister au sein… de l’administration parisienne !

C’est le cas de Pierre Mansat, ex-adjoint au maire de Paris chargé du Grand Paris, désormais un heureux « inspecteur général », puisque « les nominations à l’inspection se font à la discrétion du maire », confirme le directeur de cabinet d’Anne Hidalgo.

Heureux, oui, puisque selon les informations recueillies par la journaliste Marie-Anne Gairaud pour le site leparisien.fr, « un inspecteur général de la Ville gagnerait entre 7.000 et 8.000 euros par mois ».

Quant à Sylvain Garel, ex-président du groupe EELV au Conseil de Paris, il devient, pour sa part, « chargé de mission à la direction générale des relations internationales ». Tout un programme pour l’occuper les six prochains mois afin de « travailler sur la lutte contre le SIDA en Afrique et le label Co-développement Sud » : de l’aide aux petites associations africaines à l’aide au malheureux écolo au chômedu, les bobos parisiens n’y verront sans doute pas malice… Quant à ceux qui chercheraient un vague rapport avec un quelconque intérêt pour la capitale, une vague utilité municipale même tirée par les cheveux, fussent-ils crêpus, ils ne sauraient être que de vilains suspicieux, si ce n’est d’odieux racistes…

Et ces deux-là ne sont pas les seuls à bénéficier de la solidarité politique : Fabienne Giboudeaux, ex-maire adjointe chargée des espaces verts, dispose déjà d’un bureau, bien qu’elle ne sera « chargée de mission auprès du secrétaire général pour travailler sur les végétalisations innovantes » qu’en juin prochain… Fascinant job, s’il en est ! Moins rébarbatif, néanmoins, que celui d’« administrateur de la ville », auquel a été nommé François Esperet, ancien conseiller politique de Bertrand Delanoë : une embauche qui a déclenché un recours de l’association des administrateurs de la ville. On se demande bien pourquoi !

Allez, soyons honnête et reconnaissons que madame le maire de Paris n’est pas seule à pratiquer le copinage. À Marseille, Jean-Claude Gaudin a, lui aussi, secouru un ancien élu MoDem (et ancien élu, en 2008, de l’union de la gauche de Jean-Noël Guérini) n’ayant pu trouver de place éligible sur ses listes : Childéric Muller est entré tout simplement à son cabinet. Mais qu’on n’aille pas croire qu’il touche ainsi le jackpot, car il prend soin de préciser : « Ça ne remplace pas un poste de conseiller municipal, pas même financièrement… » Pauvre homme ! Enfin, heureusement que cet ancien animateur TV – il est « ancien » de tout, celui-là ! – pourra cumuler cette nouvelle fonction (un peu rémunératrice, tout de même) avec sa nouvelle vocation de… producteur !

Philippe Randa

 

Bd Voltaire.JPG

 

Régions : une grande réforme à la sauce hollandaise

VallsRedécoupageRégions025-565x250.jpg

Improvisée. Bâclée. Griffonnée sur un coin de table. Raturée, amendée, corrigée jusqu’au dernier moment. Manuel Valls l’avait annoncée lors de sa déclaration de politique générale, le 8 avril dernier. Mais c’est tout naturellement au chef de l’État qu’il revenait de révéler à son peuple la dernière grande pensée de son règne, cette grande réforme territoriale qui, deux siècles après le Consulat, changerait le visage de la France.

Qu’attendait donc François Hollande de cette initiative ? Qu’en espérait-il ? Y avait-il urgence, quand tant de graves problèmes attendent en vain leur solution, au point que la bonne nouvelle ne pût être différée davantage et que les quinze quotidiens régionaux mis dans la confidence dussent retarder leur bouclage pour accueillir la tribune signée du président de la République en y incluant le nombre, resté en blanc jusqu’à la dernière minute, des « super-régions » qui feront de notre pays le modèle vers lequel se tournera de nouveau le monde ébloui ?

Bien sûr, il y avait urgence. Jaloux des lauriers de Matteo Renzi, cet étonnant président du Conseil transalpin qui dit ce qu’il fera et qui fait ce qu’il a dit, M. Hollande, aux abois, désespérant de tout et de lui-même, cherchait avec ce joli coup à stopper son irrésistible descente, à redorer son blason et à substituer à l’image qui lui colle à la peau, d’un président-soliveau, indécis, flottant, mou, pas à la hauteur, celle du réformateur hardi, de l’homme du changement que, candidat, il avait prétendu incarner, tout en s’aventurant sur un terrain a priori favorable, tant tous les partis s’accordent sur la nécessité d’en finir avec le mille-feuille qu’on a laissé s’empiler et se compliquer au fil des années.

Passé le premier étonnement, suscité d’abord par l’apparente détermination du nouveau Solon, ensuite par l’obligation d’examiner de plus près le contenu de son grand œuvre, vingt-quatre heures ne s’étaient pas écoulées que l’opération avait déjà fait long feu. C’est qu’elle est caractérisée par les petits arrangements, les petits calculs, les petits compromis qui sont la marque de son auteur, et que, bien loin de modifier l’idée qu’on se fait de celui-ci, elle confirme en tous points le portrait d’un homme sans courage, sans vision, sans idées arrêtées, d’un joueur qui ne sait décidément jouer que petit bras.

Comment croire un instant que le projet finalement retenu par M. Hollande sans la moindre concertation avec les premiers intéressés mais après discussion de marchand de tapis avec M. Le Drian, M. Auxiette, M. Ayrault, Mme Royal, M. Malvy, M. Rebsamen, M. Sapin, puisse défier sinon les siècles au moins les décennies ? Les compétences des nouvelles régions, leur cohérence, leurs capitales, les économies d’échelle liées à la nouvelle organisation, tout est incertain, tout est vague. On n’a même pas profité de l’occasion pour redessiner des contours artificiellement tracés il y a deux cents ans avec l’intention parfaitement claire de faire oublier les anciennes provinces.

Et que veut-on, au fait ? Seulement décentraliser l’État jacobin ou revenir à l’Ancien Régime, voire au Moyen Âge, en ressuscitant les fiefs, les apanages et la féodalité au bénéfice de quatorze grands feudataires ? Qu’adviendra-t-il exactement des départements, des préfets ? Les communes coexisteront-elles avec les intercommunalités ou sont-elles vouées à disparaître ? Pour ajouter à la confusion, tandis que de grands barons parlaient déjà d’organiser des référendums locaux, illégaux mais logiques, le Premier ministre évoquait la possibilité, pour les départements qui le souhaiteraient, de quitter la région à laquelle ils seront affectés pour en choisir une autre…

Au-delà du sujet, de l’épisode en cours, des débats et des polémiques à venir, le président de la République, son gouvernement et sa cour se rendent-ils compte que, dans le contexte actuel, tout ce que propose M. Hollande, bien ou mal fondé, justifié ou non, positif ou non, ne se heurte pas seulement à un scepticisme général, mais suscite une réaction de refus, de rejet, qui vise la personne tout autant que sa politique ?

Élu pour un mandat de cinq ans, François Hollande, dans l’esprit d’une écrasante majorité de Français, est d’ores et déjà périmé, balayé, rayé de la carte. Le Président, si malin et si expérimenté qu’il soit, s’obstine à nier l’évidence. Du simple fait qu’il a repoussé la prochaine consultation populaire – les régionales – à l’automne 2015, il se croit assuré de quatorze mois de tranquillité. Ce faisant, il commet une erreur colossale, car il ne laisse à la colère populaire d’autres soupapes et d’autres exutoires que la rue. C’est jouer avec le feu.

Dominique Jamet

 

Bd Voltaire.JPG

 

04/06/2014

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3143 du 30 mai 2014

 

LE DIRECTEUR de l’IUT de Saint-Denis (l’un des plus importants de France) a reçu quinze lettres de menaces de mort. Des avertissements anonymes et directs. « Tu vas mourir, toi et tes enfants », dit l’une des premières, écrite avec des caractères découpés dans des journaux. Une autre comporte une photo du directeur, imprimée en noir et blanc, avec une croix tracée sur le front et le mot “mort”. Les dernières, adressées à son domicile, sont écrites en arabe : « J’appelle tous les musulmans à te punir. Tu dois payer, toi, tes proches, tes enfants ». Quelles en sont les raisons ? Le directeur, Samuel Mayol, a mis au jour un système de contrats signés avec des vacataires qui n’ont jamais donné de cours. D’autres ont été embauchés pour des matières qui n’étaient pas au programme ; 4 800 heures seraient concernées pour un montant de 200 000 euros. Le conseil d’administration a alors été saisi et a prononcé la destitution du chef du département « Techniques commerciales » pour dysfonctionnements majeurs et soupçons d’emplois fictifs. Il n’était apparemment pas franchement un Gaulois. Par ailleurs, le directeur a engagé un bras de fer avec une association étudiante soupçonnée de prosélytisme après la découverte d’une salle de prière clandestine au sein de l’établissement. L’association L’Ouverture avait organisé au sein de l’IUT une vente de sandwichs halal au début de l’année. Cette initiative avait été interrompue par le directeur. On leur demanda de rendre leur local. Pas question. La police dut intervenir, fouilla l’établissement et découvrit ainsi un sac contenant une cinquantaine de tapis de prière posés contre le mur dans un local de prière squatté. Mais l’histoire n’est pas terminée. Samuel Mayol vient d’être agressé mercredi 21 mai au soir à Paris dans le 9e arrondissement, alors qu’il sortait d’une réunion au Grand Orient, quand deux individus lui ont donné des coups de poing au visage. Décidément, ces gens ne respectent plus rien, pas même les francs-maçons, pourtant si essentiels dans leur République…

 

L’HUMOUR DE HOLLANDE

 

Comme ont pu le constater les équipes du Petit Journal, François Hollande ne manque pas d’humour. Yann Barthès qui pilote le Petit Journal de Canal+ a diffusé une séquence où l’on peut découvrir le président de la République en visite dans une boulangerie en Arménie. Car il s’était rendu en visite officielle en Arménie, ce que personne n’avait relevé. A l’aise dans la boulangerie, François Hollande décida de prendre un café sur place. Alors qu’une serveuse apporte des gâteaux pour accompagner le café, François Hollande intervient pour demander s’il peut plutôt avoir un croissant. Tout le monde a évidemment fait un rapprochement avec l’histoire de l’homme à la vespa et de son garde du corps que l’on avait vu entrer dans son immeuble rue du Cirque, des croissants à la main. Après avoir demandé et obtenu sa viennoiserie, François Hollande se tourna vers le reste de la tablée et déclara : «Je suis un spécialiste du croissant ». Pas sûr que Julie Gayet, dont on n’entend plus parler et qui aurait rompu avec le chef de l’Etat, apprécie la fine petite blague… Du reste, on attendrait d’un Président de la République qu’il soit un spécialiste de la France plutôt que de fanfaronner dans le registre du croissant…

 

LE MANÈGE POUR ENFANTS D’ISTRES A PERDU SON COCHON ROSE

 

A Istres, le manège pour enfants est installé à demeure depuis des lustres, près de la Porte d’Arles. L’histoire paraît invraisemblable, mais je prends le risque de la raconter. Parmi les bestioles que les enfants peuvent chevaucher, pour leur bonheur, il y avait un cochon rose. Il paraît que le cochon n’y est plus. Il aurait été expulsé du manège à la demande de parents musulmans…

 

Capture 1.JPG

 

 

UN CHAUFFEUR DE TAXI NEW YORKAIS N’A PAS LE DROIT DE PORTER UN BRASSARD NAZI AU TRAVAIL

 

Gabriel Diaz, chauffeur de taxi de 26 ans, originaire du Bronx (New York) a, en tant que «national-socialiste», le droit de porter un brassard avec une swastika, quoi qu’en dise la compagnie de taxi TLC, qui l’a suspendu pendant 30 jours. «Je suis un national-socialiste, ce que vous appelez un nazi. C’est ma conviction», a-t-il martelé devant la caméra de la chaîne CBS New York. La société de taxi avait été alertée par l’Anti-Defamation League, qui lutte contre les attaques antisémites. Gabriel Diaz, 27 ans, est un penseur, il est vrai, de haute volée. Diaz, 27 ans, affirme que les races doivent être séparées et rejette les « trucs multiculturalistes », tout en affirmant qu’il sait ne pas avoir les cheveux blonds et les yeux bleus de la race supérieure, mais il s’en moque. Car Gabriel Diaz est noir, d’origine dominicaine. Il poursuit : «Je sais que c’est très contradictoire de ne pas être blanc et de porter un symbole nazi. Qui a dit qu’il fallait être blanc pour être un national-socialiste ?». A l’égard des Juifs, il se montre relativement modéré, déclarant : «Je ne déteste pas les juifs. Je suis critique vis-à-vis d’eux, mais je ne les déteste pas», a-t-il expliqué, refusant systématiquement de répondre aux questions sur l’“Holocauste”. «Je n’ai pas de commentaires» sur « ce qui s’est supposément passé». Il finit par évoquer le premier amendement de la Constitution américaine qui garantit la liberté d’expression, de religion, ainsi que la liberté de la presse, avec un argument imparable : « Si un musulman peut conduire en portant un turban, si un homo peut se promener avec un drapeau arc en ciel, pourquoi je ne pourrais pas porter un brassard nazi ? » En attendant, la compagnie de taxi l’a mis à pied pendant un mois pour « comportement opposé au bien-être du public ». Il a fait une légère concession : « Je vais continuer à la porter, mais pas quand je conduis un taxi, parce qu’il y a tout un tas de pleurnicheurs ici à New York, tout un tas de gauchistes pleurnicheurs qui chialent chaque fois qu’ils voient un symbole de haine ». Et il conclut par une ultime provocation : “Je crois en la séparation raciale et la ségrégation”.

 

Capture 2.JPG

 

 

UN ÉMIR QUI PRIVATISE UN HÔPITAL PUBLIC FRANÇAIS

 

Un riche émir du Golfe a privatisé début mai un étage d’un hôpital public en région parisienne, demandant plusieurs aménagements comme l’installation de douchettes dans les WC ou de mobilier, a confirmé le syndicat SUD. Neuf chambres du 7e étage de l’hôpital Ambroise-Paré de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), ont été réservées entre le 8 et 14 mai pour accueillir l’homme d’affaires, dont le nom n’a pas été communiqué, et les personnes qui l’accompagnaient (gardes du corps, famille), a précisé l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), confirmant une information du Canard enchaîné. On ignore si son harem a bénéficié des mêmes prestations. Des douchettes ont été installées dans les toilettes, du mobilier comme des chaises et un canapé ont été sortis des réserves de l’établissement et le patient s’est attaché les services d’un traiteur, a reconnu l’AP-HP. L’autorisation de réservation des chambres par le professeur de chirurgie orthopédique qui a opéré l’émir a été acceptée par la direction de l’hôpital compte tenu « de l’importante recette attendue », justifie l’AP-HP. Un argument puissant, en effet.

 

DES CHRÉTIENS AGRESSÉS PAR DES MUSULMANS EN ISRAËL. LA POLICE INTERVIENT

UNE HEURE PLUS TARD

 

La fête de la Saint-Georges est une journée importante pour les Chrétiens de Palestine. Ceux qui la célébraient, y compris des enfants, le 6 mai au monastère Saint-Georges près de Bethlehem, dans le village al-Khadar, (Saint George en Arabe) ont été attaqués, agressés, blessés par des musulmans. Chaque année, des chrétiens palestiniens, et même certains musulmans, se réunissent au monastère, ainsi que dans d’autres lieux de la région pour commémorer le martyre de Georges. Un témoin, Lela Gilbert, a raconté : « Des musulmans ont voulu garer leur voiture très près de l’église, où ils ont tenté d’entrer à l’intérieur pendant la messe en l’honneur de Saint Georges — les premiers éléments de l’enquête ne sont pas encore clairs. Mais quand les intrus furent priés de sortir, l’un d’entre eux a poignardé un des chrétiens qui se trouvait à l’extérieur de l’église et servait de garde. Il a été hospitalisé. Puis plusieurs musulmans ont commencé à lancer des pierres contre l’église. 7 ou 8 Chrétiens agressés ont été blessés, des dégâts physiques ont été commis contre l’église, des vitraux cassés, etc. Et bien entendu, comme dans toute agression de chrétiens en terre d’islam, la police s’est empressée de ne pas apparaître avant une heure. »

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici.