Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/06/2014

Chronique de la France asservie… et résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3144 du 5 juin 2014

 

AUTREFOIS, Bethléem était une ville à 90 % chrétienne dans les années 1900. Aujourd’hui elle est à plus des deux tiers musulmane. Bethléem était encore à 60 % chrétienne en 1990 mais les chrétiens ont perdu leur majorité dans les années suivantes. En 2000, les chrétiens ne représentaient plus que 40 % de la population de Bethléem. D’après les chiffres récents, Bethléem aujourd’hui n’est plus qu’à 15 % chrétienne et mille Chrétiens quittent la ville chaque année. Lors de sa récente venue, Bergoglio y a célébré la (nouvelle) messe. Ou du moins a tenté de la célébrer.

 

BERGOGLIO À BETHLÉEM PENDANT LA MESSE, SOUS LES CRIS DE “ALLAH AKBAR”

 

L’appel à la prière musulmane de la mosquée d’Omar sur place de la Mangeoire à Bethléem a, en effet, interrompu la synaxe de François à l’extérieur de l’Eglise de la Nativité. Selon le reporter de la radio israélienne, Gal Berger, la foule a répondu avec des sifflets et des cris, et les chœurs ont essayé de couvrir l’appel du muezzin. La radio Galei Tsahal rapporte que les cris de « Vive le Pape » des assistants répondaient aux cris de « Allah Hou Akbar ». Pendant ce temps « Quelqu’un est entré dans l’église, est descendu à la crypte, s’est emparé d’un livre utilisé par les pèlerins et l’a amené dans une petite salle près de l’orgue où il a mis le feu au livre, brûlant des croix de bois », a affirmé le frère Nikodemus Schnabel, porte-parole de l’abbaye de la Dormition. Voilà comment cela se passe en ces terres si lointaines mais si proches. Cela n’empêche pas Bergoglio d’avoir publiquement conseillé de lire le Coran, un livre selon lui digne d’estime.

 

DES JUIFS NOUS DONNENT (À RAISON) DES LEÇONS

 

JB Grumberg, rédacteur du site sioniste Dreuz.info, écrit ces propos qui méritent d’être médités. Il évoque le « Grand Remplacement », concept “inventé” par Renaud Camus et il dit : « Renaud Camus dit le vrai. Comment le peuple européen est rapidement remplacé sous vos yeux par d’autres peuples venus d’ailleurs, turc en Allemagne, pakistanais en Grande- Bretagne, maghrébin ailleurs. Comment l’interdiction du débat public est assurée. Comment est insultée la démocratie puisque votre autorisation pour être remplacés, dépouillés de votre identité ne vous a pas été demandée. » Et il ajoute : « Les dirigeants européens, pour des raisons évoquées mille fois, niées mille fois, ont décidé de tuer leurs peuples, de les “suicider” ». Certes, poursuit-il « vous êtes encore majoritaires. Certes vous représentez encore 70 ou 80 % de la population de vos pays, mais avouez-le : vous êtes perdus. Vous n’avez pas, ni vous individuellement, ni vous collectivement, ni vous partis politiques les plus en pointe pour dénoncer le mélange multiculturel, la plus petite idée pour en sortir. Comment survivre, résister, sauver votre histoire, votre culture, vos racines, votre identité, face à cette invasion décidée, organisée, exécutée par vos élites ? » Etpourtant, dit-il, la solution contre le remplacement existe… Il invite à relire Mark Twain : « Les Egyptiens, les Babyloniens, les Perses se sont élevés, ont rempli la planète avec leur retentissement et leur splendeur, puis se sont évanouis dans un rêve. Les Grecs et les Romains suivirent, et firent beaucoup de bruit, et ils disparurent ; d’autres peuples ont vu le jour et ont tenu leur flambeau très haut pour un temps, mais il s’est éteint, et ils sont maintenant assis dans la pénombre, ou ont disparu. Le Juif les a tous vus, tous battus, et maintenant, il est ce qu’il a toujours été, ne présentant aucune décadence, aucune infirmité de l’âge, aucun affaiblissement de ses composantes, aucun ralentissement de ses énergies, aucun ternissement de son esprit alerte et combatif. Toutes les choses sont mortelles, sauf les Juifs ; toutes les autres forces passent, mais ils restent. Quel est le secret de son immortalité ? » Réponse en forme d’exhortation : « Vous, jeune peuple que déjà l’on éradique, si vous voulez survivre, prenez exemple sur les Juifs. Apprenez du peuple juif qui a survécu en gardant intactes sa sève, ses origines, ses traditions, sa substance et sa spécificité. »

 

NON, RIEN DE RIEN… MARINE LE PEN N’EST PAS LA BIENVENUE EN ISRAËL

 

« Marine Le Pen peut se rendre en Israël profiter du soleil comme n’importe quel touriste détenteur d’un passeport, mais elle ne peut pas prétendre obtenir des rendez-vous officiels si elle décidait de venir », a affirmé un responsable israélien qui a expliqué que Marine Le Pen n’a « toujours pas procédé à un aggiornamento de son parti en dénonçant les propos antisémites de son fondateur, qui se trouve être son père », Jean-Marie Le Pen. Mais que faut-il qu’elle fasse de plus pour être aimée d’Israël ? Ah si ! Tuer son père…

 

Capture 1.JPG

 

 

TCHAO, PANTIN !

 

Tchao Pantin est un film français écrit et réalisé par Claude Berri, en 1983, qui fut un des films les plus primés aux Césars. Il raconte l’histoire d’un pompiste alcoolique et maussade (Coluche) qui décide de venger la mort d’un jeune dealer (Richard Anconina) avec lequel il s’est lié d’amitié en éliminant les responsables du meurtre. Rien à voir avec ce qui suit, si ce n’est le titre du film. Le soir des élections européennes, on a écouté sur France 2 les puissantes réflexions de Jacques Weber, un écrivain, et Marc Lévy, un écrivain aussi, qui commentaient la victoire du Front national. On se demandait ce qu’ils faisaient là, mais c’est ainsi que cela se passe à la télé. On a appris lors de l’émission la déclaration, trois jours plus tôt, de Yannick Noah : « C’est simple, si le FN arrive en tête aux élections européennes, je quitte la France. » Enfin une bonne nouvelle. Qu’il disparaisse ! Tchao pantin !

 

BIENTÔT UNE “AFFAIRE DES FICHES” AU FRONT NATIONAL” ?

 

On se souvient de l’« affaire des fiches » où, dans les années 1900, le pouvoir franc-maçon prétendait ficher les officiers catholiques, ce qui avait fait scandale. Et voici que cela recommence pour notre plus grand bonheur. Le Point rapporte que le chef de cabinet de Marine Le Pen, Philippe Martel, prépare des fiches sur le parcours des journalistes qui couvrent le parti. Cité par l’hebdomadaire, ce dernier déclare vouloir passer au crible la vie privée des journalistes qui couvrent son actualité. Et ce dans le but de « les écraser » et de leur « marcher dessus ». « On va vous rentrer dans le lard », a expliqué à une journaliste de l’hebdomadaire cet ancien collaborateur d’Alain Juppé passé au Front national. Dans son viseur : « Tous ces connards de journalistes institutionnels ». « De toute façon, les Français vous détestent. Notre plan media, c’est de vous attaquer à mort. La presse nous est défavorable, pourquoi continuer à collaborer avec elle ? » et Philippe Martel, humaniste en diable, d’ajouter : « Il faut dire les études que vous faites, les appartements que vous habitez. » Adresses, numéros de téléphone, prénoms des maîtresses et des gitons, et tutti quanti… Et il ajoute : « Ce n’est rien, ce n’est que le début ». Eh bien, dites donc… Si Marine Le Pen arrive au pouvoir, j’ai intérêt à passer la nuit même le Rhin à la nage…

 

ALERTE ! BERNARD-HENRI LÉVY PENSE ET PARLE !

 

Bernard-Henri Lévy a des choses à dire, suite à l’écrasante victoire du FN aux Européennes. Et il les dit, courageusement. « La France est en péril. Un quart de nos compatriotes ont voté pour le pire. Ils ont choisi le parti, non seulement de l’anti-Europe, mais de l’anti-France. Ils ont fait le pari, non d’une autre politique, mais du nihilisme, de la haine, et de la destruction méthodique de ce qui fait lien entre les Français. » Il ajoute, souffrant tout plein : « Mme le Pen, on ne le rappellera jamais assez, est l’héritière d’une longue tradition de défaitistes, de traîtres à notre histoire, d’admirateurs et alliés des dictateurs, qui ont fait le malheur de la France. Hier soir encore, en ce funeste 25 mai qui restera dans les annales comme un jour de chagrin et de pitié, elle et ses acolytes cachaient mal leur impatience de mettre à bas notre Constitution, nos institutions, nos traités ainsi que tout l’appareillage d’usages et de lois qui fondent la solidarité entre les Français. » Il n’évoque pas l’extermination des Juifs, mais, chaque lecteur de RIVAROL l’aura compris, il y pense très fort, soupçonnant sans doute Marine Le Pen de préparer une nouvelle conférence à Wannsee en présence du petit-fils d’Adolf Eichmann. Et que propose l’oiseau comme solution ? Un gouvernement d’union nationale destiné à « mettre entre parenthèses la guerre, désormais fratricide, des républicains ». On n’a pas fini de rire avec des zozos pareils… Citons cependant cette réflexion en forme d’autocritique de Franz-Olivier Giesbert, le patron du Point, qui pointe la responsabilité de la presse et qui constate, le soir de l’élection, que la tentative de diaboliser Le Pen et le FN n’a pas fonctionné : « Je fais partie des connards qui ont diabolisé Le Pen. Vous avez vu le résultat. Il faut en tirer les leçons. »

 

LAMENTABLE BERGOGLIO…

 

Michele de Paolis est ce prêtre cofondateur d’une organisation gay appelée Agedo Foggia. Le 6 mai dernier François, en s’inclinant, a ostensiblement embrassé la main du prêtre ouvertement homosexuel. Auparavant les deux hommes ont concélébré la nouvelle messe. Ce prêtre grand partisan de la cause homosexualiste a offert à Bergoglio son récent livre « Cher Don Michele : questions à un prêtre gênant » dans lequel il récuse l’idée que les “couples” homos n’aient pas de relations sexuelles. Don Michele explique que le successeur de Benoît XVI l’a serré dans ses bras après lui avoir affirmé que « tout est possible », si bien qu’il est sorti en pleurant. C’est mignon tout plein. Don Michele argumente. Il traite d’hypocrites ceux qui déclarent que les homosexuels peuvent tout à fait pratiquer leur religion à condition de ne pas avoir de relations sexuelles. Poète à ses heures, il déclame que « c’est comme si on demandait à une plante de pousser sans qu’elle fleurisse ». Voilà où en est l’église conciliaire…

 

 

Capture 2.JPG

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici.

 

Les commentaires sont fermés.