Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2014

Les Femen : une belle bande d’idiotes utiles ?

femen-idiote.jpg

Il y a quelques jours, les Femen ont encore frappé. Et de quelle façon… On commence à dire entre haut et bas, même parmi ceux qui les trouvaient au début follement sexy, excitantes, transgressives, décapantes, que l’heure est venue de siffler la fin des festivités, de rhabiller les petites et de les renvoyer fissa au vestiaire. Avant que ces jolies quiches ne fassent des dégâts irréparables et n’obtiennent tout le contraire du résultat escompté.

C’était sur leur page Facebook : elles entendaient poursuivre de leur vindicte Marine Le Pen. Celle-ci avait en effet appelé, lors d’un meeting, à « faire des enfants français »… Bon. La vérité est que quel que soit, par ailleurs, le jugement que l’on puisse porter sur leur auteur, on cherche désespérément dans ces propos un objet de scandale.

C’est quand même la moindre des cohérences pour qui prétend œuvrer contre le Grand Remplacement, celui-ci étant autant le fait d’une population allochtone qui cherche à pénétrer que d’une population autochtone qui se laisse mourir à petit feu. Quand il n’y a plus personne pour reprendre une maison de famille, quand le dernier héritier est resté vieux garçon et n’a pas eu de descendance, il n’y a pas d’autre issue que de brader la bâtisse à des étrangers. Et quiconque prétendrait garder par-devers soi son trésor qu’est sa civilisation, sa culture et la terre de ses ancêtres sans vouloir d’enfant ressemblerait à ces vieillards solitaires dont on voit la tête blanche s’agiter derrière le rideau de certaines maisons bourgeoises, et qui n’entrebâillent la porte avec méfiance qu’à l’auxiliaire de vie venu faire leur toilette.

Sans ce corollaire nataliste, toute politique visant à contrer une immigration galopante donnerait raison à ceux qui parlent d’égoïsme et de repli sur soi. « Seigneur ! préservez-moi, disait Victor Hugo, [...] de jamais voir l’été sans fleurs vermeilles, la cage sans oiseaux, la ruche sans abeilles, la maison sans enfants. » La maison France, par exemple. Les Femen voudraient-elles aussi faire la peau à Victor Hugo ?

Car la déclaration les a mises en pétard, et elles ont décidé à leur tour de lancer un appel, dans ce style « grande classe » qui leur appartient. Un appel à « toutes les Françaises à baiser, sucer, se faire lécher, branler, doigter, pomper, niquer autant d’étrangers qu’elles le peuvent (…) ». Une attaque injurieuse, non pas contre Marine Le Pen mais contre toutes les Françaises, promues poupées gonflables multifonctions, en même temps qu’une incitation à peine voilée au viol pour tous les zinzins, les frappadingues, les détraqués : une poupée gonflable, n’est-ce pas, comme tous les objets utilitaires, est là pour servir. Et puisque aucune association féministe ne proteste, c’est donc que la proposition est anodine. Normale. À peine un tantinet osée. On aurait tort de se gêner ; les Françaises, regardez, ne demandent que ça.

Mais certains, jusque dans leur propre camp, commencent à en avoir leur claque. Devinent que cette coprolalie, ces éructations, ces corps nus qui se cabrent et se tordent comme dans un remake de L’Exorciste deviennent dangereux. Potentiellement dévastateurs. Car, embarquées dans une spirale infernale, les majorettes topless doivent inventer toujours plus trash, plus gore. Et dans ce jeu malsain où elles campent les possédées, forcément, c’est l’objet de leur exécration qui joue le rôle du saint martyr… En ces temps troublés, tricoter une auréole sur la tête de Marine Le Pen est casse-gueule. Et si les Femen étaient, en fait, une belle bande d’idiotes utiles ?

Gabrielle Cluzel

 

Bd Voltaire.JPG

 

Les commentaires sont fermés.