Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/05/2014

Régionales et cantonales repoussées… Hollande en pleine magouille électorale !

illusioniste-565x250.jpg

Ils ne se gênent même plus. La démocratie en lambeaux, le peuple se réfugiant de plus en plus dans une abstention nihiliste, pourquoi hésiteraient-ils ? Bientôt, ce sera la grande opération de charcutage de nos territoires qu’on va transformer en « euro-régions ». Problème : le temps que la réforme se fasse, même au pas de charge, il y a l’élection régionale de 2015 qui pointe son museau. Et là encore, le désastre est inévitable pour le gourou Hollande et sa secte coupée du réel.

Alors oui, le Président a osé. Invité ce mardi sur BFM, il a évoqué l’idée de repousser les scrutins de 2015… en 2016. Les nouvelles élections départementales, prévues initialement pour 2014, seraient donc retardées en tout de deux ans, et les régionales d’un an. Avec, à la clef, une année sans élection pour le Président : « Si c’est 2016, ça permettrait d’avoir le temps. Je pense que ça serait intelligent de faire des élections régionales et départementales avec le nouveau découpage », a annoncé un François Hollande apparemment en mode autiste. Ou comment éviter un naufrage définitif en agissant comme un vulgaire despote oriental.

Valérie Pécresse, qui à l’UMP en connaît un rayon, a parlé de « république bananière » !

Comment cela pourrait-il nous étonner, nous, peuple français, qui avions dit non au traité européen en 2005, et qui fûmes désavoués par le président Sarkozy dès sa prise de pouvoir. Nous n’avons rien dit ou presque, nous avons, comme toujours depuis trente ans, avalé notre salive et fait profil bas. Quand le gouvernement Ayrault a imposé l’inutile réforme du mariage gay, des millions d’entre nous sont sortis dans la rue. Vous croyez que ça les a inquiétés ? En privé, me dit-on, ça les faisait plutôt ricaner…Ils ont fait de même, quasiment sans consulter, avec les absurdes nouveaux rythmes scolaires. Par chance, la contrainte économique pour les collectivités locales est en train de faire avorter cette réforme.

Pendant ce temps-là, dans une sombre ambiance de fin de règne, les ex-ministres – Zéro, Duflop et consorts – ont retrouvé leur siège de député, comme si de rien n’était. Ils n’ont pas jugé utile de repasser par la case élection, voyez-vous. Les partielles auraient été mortelles, on s’en doute.

Le rêve démocratique de la Ve République, où s’alternaient scrutins et recours fréquent au référendum, semble évanoui. Aussi sournoise qu’un cancer, l’hydre européenne a tué dans l’œuf toutes les velléités populaires, et ses fidèles serviteurs – les « gouverneurs de provinces », sorte de sous-préfets du vide – appliquent aveuglément les consignes. Le suffrage universel sera peu à peu noyé avec l’eau du bain. Les élections, quand elles auront lieu, ne seront plus que des « consultations ». Faites confiance aux sondages. Ceux qui viennent de sortir vous l’affirment, chers Français : « Vous plébiscitez Valls, vous aimez l’euro, vous détestez l’État-providence. » Puisqu’on vous le dit. Hollande va repousser les régionales. Un jour, ils repousseront la présidentielle. Mais ce jour-là, pour vous, il sera trop tard.

Joris Karl

 

Bd Voltaire.JPG

 

Les commentaires sont fermés.