Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/04/2014

Défaite de l’identité au Québec

election-defaite-identite-quebec.jpg

Ce lundi, les Québécois votaient pour élire leur nouveau gouvernement lors des élections provinciales. 18 mois après le départ du gouvernement libéral de Jean Charest suite aux mobilisations étudiantes ainsi qu’aux diverses accusations de corruption touchant des députés et ministres libéraux, c’est le Parti libéral du Québec qui remporte à nouveau les élections. Philippe Couillard devient donc le nouveau Premier ministre du Québec, à la tête d’un gouvernement majoritaire libéral.

Cette victoire libérale est avant tout une défaite souverainiste

En effet, les véritables perdants de cette élection sont les souverainistes du Parti québécois qui avaient remplacé les libéraux, en 2012. Victimes du changement de population et de mentalités au Québec, ils n’ont pas su imposer leur programme séparatiste et tourné vers une identité québécoise. Par souci de ménager une partie de leur électorat hostile à toute revendication indépendantiste ou séparatiste, le PQ a adopté un discours moins clair sur la question lors de cette campagne. Le PQ a donc choisi de s’attaquer au problème de l’identité nationale en rédigeant une « Charte des valeurs québécoises », sorte de « Charte de la laïcité » qui avait pour but de laïciser les services publics en y interdisant le port de signes religieux ostentatoires et imposant aux employés provinciaux de travailler tête nue et visage découvert. Le PQ s’est donc retrouvé dépassé sur la question de l’indépendance par un parti au discours beaucoup plus clair, Option nationale, et a dû faire face à une levée de boucliers bien‑pensants autour de la Charte.

Une défaite de la question identitaire

Ce qu’on peut retirer de ces élections, c’est que le Québec est victime de ses politiques migratoires. En effet, le tollé autour de la question indépendantiste et de la question de la « Charte » dans les milieux urbains s’explique en partie par la présence de plus en plus nombreuse d’immigrés en provenance de pays africains de la Francophonie ainsi que par les fortes concentrations d’étudiants anglophones (notamment à Montréal). Cette défaite du PQ témoigne d’un véritable changement dans la nature et les mentalités de la population québécoise. Néanmoins, la victoire du PLQ et les faibles scores du parti de gauche Québec solidaire montrent que ce vote est aussi un vote sanction contre le PQ, au pouvoir depuis 2012. Hier soir, une manifestation de quelques centaines de militants d’extrême gauche avait lieu à Montréal pour protester contre les résultats de ces élections qui se sont déroulées dans un climat tendu.

 

Novopress.info.JPG

 

Les commentaires sont fermés.