Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/04/2014

Manuels Valls, chef d’un gouvernement de fermeture

tpa-valls-primaires-candidat-culot-230707-jpg_119966-565x250.jpg

C’est vraiment l’absence d’imagination au pouvoir ! Seuls deux entrants au gouvernement et, parmi eux, Ségolène Royal, la prime concubine du Président, mère de ses quatre enfants officiels qui, après avoir eu les faveurs de la Banque publique d’investissement, investit le ministère de l’Écologie. Un poste qu’elle occupait déjà dans le gouvernement de Pierre Bérégovoy en… 1992 ! Entre népotisme et conservatisme, mon cœur balance.

Autre petit nouveau : le vieux camarade dijonnais François Rebsamen, nommé au Travail, en lieu et place d’un autre vieux copain, Michel Sapin. Lequel récupère de son côté le maroquin des Finances, qu’il occupait déjà dans le gouvernement de Pierre Bérégovoy en… 1992 ! Je sais, je radote, mais les gouvernements socialistes aussi.

Ah si, une innovation majeure : le ministère de la Famille disparaît corps et biens, comme ça, la Manif pour tous n’aura plus d’interlocuteurs, qui de toute façon ne lui répondaient pas ; tout le monde y gagnera du temps ! Pour le reste, quatorze ministres reconduits qui participent à leur façon au naufrage gouvernemental depuis bientôt deux ans. Reconduits et largement promus : Hamon à l’Éducation, Montebourg à l’Économie, qui réclame le Commerce extérieur, également revendiqué par Fabius (premier couac de l’ère Valls… ah non, pardon, j’oubliais le cumul des mandats de Ségolène !), lequel garde en outre le Quai d’Orsay. Le changement dans la continuité, en somme.

Quant à Najat Vallaud-Belkacem, qui a réussi à se mettre une bonne majorité des Français à dos, alors même que son ministère l’autorisait à distribuer des droits aux femmes sans exiger le moindre devoir, elle y ajoute désormais – excusez du peu – la Jeunesse, la Ville et les Sports. La manœuvre est limpide : s’appuyer davantage encore sur les jeunes et les associations de tous ordres pour « changer les mentalités », toujours dans cette perspective réjouissante de nous façonner de gentils petits clones bien-pensants. Pour un ministère des Droits des hommes, en revanche, on oublie, ça ne rentre pas dans le schéma de pensée, même si nos petits garçons sont trois fois plus souvent en échec scolaire que nos filles. Seule bonne nouvelle : fini les leçons de rééducation mentale post-Conseil des ministres, le nouveau porte-parole du gouvernement sera Stéphane Le Foll, l’autre meilleur copain du Président.

Autre constat : les Verts partis, le gouvernement ne compte plus qu’un ministre non socialiste – Sylvia Pinel, du Parti radical de gauche – au Logement. La société civile, elle, est carrément absente, et le ministre ayant eu la plus longue activité dans le secteur privé se nomme Bernard Cazeneuve qui, pendant la bagatelle de quatre années de sa vie, n’a pas pesé sur le contribuable. Pour bien se rattraper, il n’a pas hésité à mobiliser des CRS en nombre mercredi soir, afin d’interdire la place Vendôme et à faire placer en garde à vue les Sentinelles qui souhaitaient veiller devant le ministère de la Justice, pour manifester leur déception d’y voir Christiane Taubira reconduite. Eh oui ! Il ne faudrait pas oublier l’inoxydable Christiane qui, entre deux mensonges, est parvenue à faire mentir les pronostics !

Autant de preuves du repli sur lui-même du pouvoir socialiste, qui a fait le choix d’un gouvernement de fermeture : fermeture au renouveau, fermeture à tout autre parti, fermeture à la société civile ― à moins, bien sûr, qu’ils n’aient trouvé personne pour monter dans cette galère. Fermeture enfin – et c’est le pire – à tout dialogue avec les Français. Ainsi de Manuel Valls, qui n’a eu de cesse d’asséner au JT de TF1 qu’il était de gauche. Message adressé à son seul électorat déçu et réduit, tant et si bien qu’on avait presque envie de les laisser entre eux, ayant vite compris que le nouveau Premier ministre n’aurait jamais la capacité de s’élever au-dessus de son camp pour parler à tous les Français. Eux aussi pourraient finir par se fermer.

Eli Veugnol

 

Bd Voltaire.JPG

 

Les commentaires sont fermés.