Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/03/2014

Les abstentionnistes : encore plus antisystèmes que le parti antisystème ?

pecheur.jpg

Les résultats du premier tour des municipales sont le signe d’un changement profond dans les représentations collectives françaises. Ce changement n’est pas survenu brusquement le 23 mars, il constitue un processus lent mais sûr. De quelle nature est-il ?

Il s’agit d’aller plus loin que l’évidence : la victoire de la droite libérale sur la gauche du PS (alternance classique), et la percée du Front national ou du souverainisme en général (comme à Béziers). À l’avenir, la tendance à la fin de la bipolarisation de la vie politique française pourrait se confirmer. Ce qui est plus intéressant est la nature de la percée en question, et l’existence du premier parti de France : l’abstention.

La percée du Front national est corrélée non pas à une baisse du score de l’UMP, mais à un net recul de la gauche, que ce soit celle du PS ou, de façon plus intéressante et bien plus importante, de la gauche radicale et du Front de gauche, quasiment inexistants dans les résultats du scrutin. Ceci laisse supposer des reports de voix de cette gauche classique, à la fois sociale et conservatrice sur le plan des mœurs, sur le Front national. Celui-ci remporte au premier tour la mairie d’Hénin-Beaumont, bastion de la gauche ouvrière, et fait plus de 20 % dans des villes de la gauche historique, comme Carmaux, la ville de Jean Jaurès. Contrairement aux bons résultats attendus du FN dans le Sud-Est, ce report fait signe vers un changement qualitatif au sein de l’opinion française : l’émergence, consciente et affirmée, d’un courant à la fois patriotique et social, voire anticapitaliste ; ce changement confirme les analyses, chacune dans un ordre différent, du géographe Christophe Guilluy ou du philosophe Jean-Claude Michéa. Ce nouveau courant, portant des exigences en adéquation avec la situation historique de la France, doit être reconnu ; il fait surtout sauter de vieux clivages. La gauche paie son tropisme cosmopolite et libertaire, à contre-courant des représentations populaires.

L’autre point important est la montée de l’abstention : plus de 38 %, un record historique, inédit dans l’histoire des élections municipales en France. Les abstentionnistes ne sont pas, a priori, tous des passionnés de la pêche le dimanche. On remarque tout d’abord que l’abstention est la plus faible là où le Front national est fort ; on peut donc supposer que certains électeurs sont allés voter Front national là où ils auraient pu s’abstenir, donc que les thèmes du Front national sont parents des motivations de certains pour l’abstention. Ce n’est pas dire que le vote pour le Front national équivaudrait à l’abstention, mais qu’il y a un fonds commun : la dimension contestataire contre le « système ». Autrement dit, en extrapolant, on peut considérer qu’il existe au sein du « parti » de l’abstention une dimension active, affirmative, de contestation des institutions. Et celle-ci se fait plus radicale, pour deux raisons. La première, c’est qu’elle touche à présent aussi les élections municipales, pourtant jusqu’ici populaires en France. La seconde, c’est que si le Front national n’a pas pu mobiliser partout ces abstentionnistes, c’est que ceux-ci pourraient penser que ce parti est encore acteur du système. Les abstentionnistes seraient donc encore plus « antisystèmes » que le parti « antisystème ».

Savoir si cette abstention active et contestataire porte les mêmes idées que le courant social et patriote émergent est difficile. Ce qui est sûr, c’est que ce premier tour signifie l’apparition de nouvelles exigences et de nouvelles synthèses, digérées par l’opinion et donc puissamment politiques. Des troubles sont à craindre si des organisations ne viennent pas leur donner corps.

Romain Lasserre

 

Bd Voltaire.JPG

 

Les commentaires sont fermés.