Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/03/2014

Pour EELV, le FN n’est pas assez sérieux pour diriger une mairie !

2e75889b8f3f385f836cecf0cbf5b4ca-565x250.jpg

Lundi matin, rencontre sur un plateau de radio entre Jean-Vincent Placé, sénateur président du groupe Europe Écologie Les Verts (EELV), et Florian Philippot, vice-président du Front national – Rassemblement Bleu Marine (FN-RBM), arrivé en tête du premier tour de l’élection municipale de Forbach. Ambiance.

Le premier n’est certes pas heureux des résultats électoraux de la veille, mais se console avec l’espoir que les siens emportent dimanche prochain la 11e ville de France : Grenoble ! Le candidat EELV Éric Piolle, allié pour l’occasion au Front de gauche (FG), y devance en effet la liste socialiste…

Une belle entente de circonstance, pas comme à Sevran, en Seine-Saint-Denis, où Clémentine Autain, candidate FG, a déposé plainte contre X pour « calomnies, diffusion de fausses nouvelles et détournement de fonds publics ». « Dans son viseur, l’équipe du maire sortant (EELV), Stéphane Gatignon, qu’elle accuse de diffuser des tracts anonymes, l’attaquant sur sa domiciliation et ses positions sur la “théorie du genre”. “C’est lamentable”, s’emporte-t-elle », rapporte Libération.

Les alliances d’EELV avec le Parti socialiste (PS) ou le FG sont donc à géométrie variable, et gageons que les tractations entre la socialiste Anne Hidalgo et les écologistes parisiens – s’il est probable qu’elles aboutissent – doivent être tout sauf un long fleuve tranquille…

« Nous sommes en discussion : ce qui nous rassemble est beaucoup plus fort que ce qui nous divise », a beau marteler la dauphine désignée de Bertrand Delanoë, nul doute que ça doit tout de même être chaud. D’après le quotidien Le Monde, « EELV pourrait espérer 16 ou 17 sièges au Conseil de Paris, sur 163, contre 9 actuellement ».

C’est dire si on sentait chez Jean-Vincent Placé une pointe de jalousie face à Florian Philippot qui, lui, ne mendie rien à l’UMP et répète ce que Marion Maréchal-Le Pen a déclaré dès dimanche soir et semble en passe de devenir le nouveau leitmotiv du Front national : « Nous pouvons gagner seuls ! »
Effectivement, à quelques exceptions près, ni la droite ni la gauche ne vont accepter de retirer leur liste facilement, ce qui aurait pour conséquence immédiate de les faire disparaître de la vie politique locale d’une ville six ans durant. Le Front républicain anti-FN a fait son temps… sauf pour Jean-Marc Ayrault qui a appelé, sans y croire, à le constituer de nouveau. Pauvre homme, ça devient indécent de le montrer ! Ensuite, il est aisé au FN-RBM de renvoyer ses ennemis à leur propre argumentaire : comment peut-on arguer de démocratie en excluant un mouvement qui rassemble des millions de suffrages depuis maintenant plus de quarante ans ?

C’est ce qu’a fait remarquer Florian Philippot à Jean-Vincent Placé. Celui-ci est alors convenu qu’il considérait normal que le FN, vu son poids électoral, soit représenté non seulement au Parlement européen, mais également à l’Assemblée nationale (il a rappelé à cette occasion que les écologistes étaient pour le retour au mode de scrutin proportionnel), mais qu’il s’opposait en revanche vigoureusement à ce que le FN ait la moindre responsabilité dans une gestion quelconque, ne serait-ce que d’une simple ville, la chose étant trop sérieuse pour cela.

Entendre un écologiste parler de ce qui peut être sérieux ou pas est toujours délicieux. Florian Philippot, bien élevé, a eu la gentillesse de ne pas éclater de rire. Contrairement, sans doute, à nombre d’auditeurs.

Philippe Randa

 

Bd Voltaire.JPG

 

Les commentaires sont fermés.