Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/03/2014

Quand NKM vire LMPT de ses listes

nkm-565x250.jpg

Nathalie Kosciusko-Morizet et la « droite des valeurs » font deux, on le savait. Mais il y a les hommes politiques, et les gens dont ils s’entourent… c’est cette différence qui aurait pu faire balancer le cœur des électeurs attachés à la famille en cas de duel probable entre les deux lionnes.

Cette différence, c’était par exemple Ian Brossat pour Hidalgo, homosexuel militant récemment marié aux idées aussi charmantes que la destruction du Sacré-Cœur pour en faire un « espace dédié à la solidarité », versus Hélène Delsol pour NKM, engagée dans la Manif pour tous.

Mais cette différence devait être en fait une erreur : Hélène Delsol est virée, jugée trop proche du mouvement. La jeune femme ne lâche pas et entend mener sa liste coûte que coûte, NKM lui interdit d’utiliser les logos… à suivre.

Et pourtant, ce n’est pas non plus un roc inébranlable, Hélène Delsol. Tête d’une liste alliée à l’UDI et au MoDem (parti d’un François Bayrou contre le mariage homosexuel parce que « les mots ont leur importance », mais pour l’adoption par les homosexuels… Les mots ont un sens, sauf ceux de papa et maman pour un enfant. Ne cherchez pas), la jeune femme avait donné des « garanties ». En octobre dernier, elle tweetait : « Une loi a été votée, elle s’appliquera dans tout Paris, y compris à Paris 2 sous ma mandature : oui, je marierai », assurant même qu’elle ne réclamait pas l’abrogation de la loi.

Mais il y a quelques jours, la malheureuse a pris position contre la présence de livres sur l’homoparentalité dans les bibliothèques, contredisant NKM, et a choisi récemment un homme radié de l’UDI pour la deuxième place de sa liste. Trop, c’est trop : NKM préfère flatter l’UDI que garder une candidate opposée au mariage homosexuel.

La nouvelle liste devra donc être portée par le secrétaire général de Contribuables associés, évincé par Hélène Delsol, et aura Catherine Michaud, présidente de GayLib (mouvement associé à l’UDI qui œuvre en faveur de l’égalité pour les personnes LGBT), en seconde place. NKM participera d’ailleurs le 7 mars prochain à un apéro « GayLib » dans le troisième arrondissement… Arrondissement dans lequel la tête de liste Marie-Laure Harel, farouche partisane du « Mariage pour Tous », a d’ailleurs exprimé sa joie à l’annonce de l’éviction d’une candidate qui ne représente pas « la droite moderne ».

Compris ? NKM, c’est la droite moderne. Celle qui veut faire des piscines dans les stations de métro désaffectées. Grosse opposition à Hidalgo, qui veut également faire des piscines, mais à ciel ouvert, pour proposer une alternative aux piscines municipales. En voilà, un combat politique « moderne » !

Bon, il reste trois semaines pour fouiller les programmes et dégoter deux ou trois autres sujets d’opposition aussi primordiaux, mais la défense de la famille, n’y comptez pas. Certes, il y a d’autres sujets de préoccupation pour les Parisiens ; la sécurité, par exemple … NKM ? « Plus de police ». Hidalgo ? « Plus de police »… Ah, OK.

« Plus de police », pourquoi pas, mais si c’est pour encadrer les Veilleurs, bon…

Bref, si l’envie prenait les électeurs parisiens d’aller voter à un second tour qui opposerait NKM à Hidalgo, réfléchissez-y à deux fois : c’est votre baignade du samedi après-midi qui est en jeu. Quand même.

Charlotte d'Ornellas

 

Bd Voltaire.JPG

 

Les commentaires sont fermés.