Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2014

Au sujet du vote blanc

blanc-0.jpg

Les sénateurs viennent d'adopter une proposition de loi déposée par l'UDI qui permettra, dès le 1er avril prochain, de comptabiliser à part les bulletins blancs et les bulletins nuls. C'est ainsi par exemple qu'une enveloppe vide sera désormais comptabilisée comme un vote nul.

La loi comporte une surprise puisqu'elle ne s'appliquera pas pour l'élection majeure qui n'est autre que la présidentielle. Comptabiliser les votes blancs parmi les suffrages exprimés, c'est bien sur courir le risque qu'en cas de duel au second tour, aucun des deux candidats n'obtiennent la majorité, ce qui alors serait ubuesque. Ils sont pourtant 70% des Français à approuver cette reconnaissance, probablement afin de différencier le vote blanc du vote nul, mais aussi parce qu'ils sont très nombreux à considérer que la classe politique dans son ensemble ne mérite pas d'être choisie. Au vu des résultats obtenus depuis des décennies, on peut comprendre. Autre aspect, celui qui dépose un vote blanc, se déplace et par voie de conséquence, effectue ce que l'on a coutume d'appeler son devoir citoyen. En ce sens, le vote blanc n'est nullement indifférence mais plutôt prise de position démocratique, reconnaissant la validité du suffrage universel mais pas les candidats, probablement jugés médiocres voire détachés des préoccupations essentielles des Français. Là encore, et pour la même raison que précédemment, on peut comprendre...

Cependant, la mesure ne constitue nullement la panacée. Aussi bien droite que gauche, actuellement à leur plus bas niveau historique, parce que sous les fourches caudines de ce vote blanc, pourraient être tentées de pratiquer des promesses exorbitantes, justement afin de contrer un vote blanc, synonyme d'insatisfaction de la part du corps électoral. C'est ainsi que la reconnaissance citoyenne d'un vote blanc mais actif, pourrait très bien se traduire par un surcroît de démagogie.

Il n'est peut être pas non plus impossible, fait occulté dans la plupart des articles consacrés au sujet, que cette reconnaissance bien tardive ne soit pas désintéressée. Alors que les sondages nous indique que l'Ump et le Front National sont au coude à coude, c'est à dire le Front nettement devant l'Ump sachant la minimisation habituelle des pronostics concernant les résultats du Front National, la loi pourrait avoir pour objet principal de torpiller le raz de marée qui se prépare...

Sous des aspects démocratiques donc, peut être bien une manœuvre scélérate ...

Gilles Druant

 

Voxnr.JPG

 

Les commentaires sont fermés.