Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2014

La mouvance et les libertés: la nouvelle donne ...

pngbis%20oui.jpg

Sur ce que sont les « fachos », bien des idées circulent, à commencer par celles qui sont erronées. Il y a la croyance au sein du Peuple que les fachos sont nécessairement psycho-rigides et très "jugulaire-jugulaire". Dans les faits, le plus souvent, c'est faux. C'est ainsi que l'individualisme est le plus souvent la règle chez eux et le fait n'est nullement nouveau.

Voici quelques décennies, le groupe « Socialisme et barbarie » avait cru bon d'étudier les profils psychologiques des uns et des autres. Il s'est alors avérer que les vrais « fachos » n'étaient autres que les militants communistes, fascinés qu'ils étaient par l'ordre, l'obéissance et le fait qu'il ne devait émerger qu'une seule tête...

Depuis, la postmodernité a fait les ravages que l'on sait, au point que les catholiques n'obéissent plus au Pape, que les républicains ont adhéré à la démocratie libérale, et que les communistes sont désormais imprégnés de subjectivisme. Notre mouvance n'est nullement épargnée par le fait et il n'est par exemple qu'à considérer l'utilisation bien peu prosélyte de facebook : bien peu de documents mis en ligne sont « partagés » alors que beaucoup sont « aimés ». Là encore, le subjectivisme est la règle, malgré la nécessité de diffuser l'information dont nous privent les media conventionnels.

Autre fait emblématique, le peu d'intérêt aujourd'hui chez nous pour l'armée, structure pourtant d'ordre et hiérarchique, qui faisait chez nous presque l'unanimité voici encore une trentaine d'années.

J'ai depuis une dizaine d'années une relation avec un palestinien, rebelle à l'acceptation du nouvel ordre mondial, depuis devenu un ami. Voici six ou sept ans, cet homme plus âgé que moi d'une décennie, donc disposant d'une plus grande expérience, me fit remarquer que paradoxalement la mouvance, finirait, malgré ses origines, par défendre les libertés.

Nous y sommes.




Le texte que j'ai lu récemment m'apparaît si important que je vous le livre en intégralité :

Web: la police a désormais accès à toutes vos données personnelles





La publication du décret au Journal Officiel a immédiatement provoqué une levée de boucliers des défenseurs de la liberté sur le web.
Sites de commerce en ligne, fournisseurs d'accès à Internet, gestionnaires de comptes e-mail ou plateformes de vidéo (YouTube, Dailymotion...) doivent désormais conserver pendant un an l'intégralité des informations renseignées par l'internaute sur les sites concernés.

Les données en question sont notamment: les nom, prénom et raison sociale; adresses postales; pseudonymes utilisés et mots de passe; adresses électroniques et mot de passe associé; numéros de téléphone; adresses IP; heures et dates précises de connexion et de déconnexion.
En clair, l'ensemble des informations personnelles des internautes, y compris les plus confidentielles, sont désormais mises à disposition des autorités. Un gestionnaire de boîtes e-mails (Yahoo, Hotmail, Gmail par exemple) est dorénavant dans l'obligation de conserver la totalité des informations données par l'internaute lors de son inscription, y compris son mot de passe, ainsi que « les données permettant de le vérifier ou de le modifier ». Autrement dit la fameuse "question" à laquelle une réponse a été attribuée.

Sont également concernés par ce pistage les commentaires postés sur des forums de discussion, les billets publiés sur des blogs ou encore les vidéos ou photos mis en ligne sur les grands sites spécialisés.
Cet ensemble de données devra être rendu disponible, pour les besoins d'enquêtes diverses, à tout un ensemble de services. Et officiellement pour des besoins précis. La police et la gendarmerie en tout premier lieu. Mais également les services du fisc, lorsqu'ils mènent des investigations sur les contribuables. Ceux de l'URSSAF, en cas notamment de suspicion de fraude. Ceux de la répression des fraudes également, concernant essentiellement les ventes sur Internet. Ou encore les agents des douanes.
Le décret élargit ainsi le champ d'application de la loi du 21 juin 2004 qui ne préconisait l'utilisation de ces données que par la police et la gendarmerie et « afin de prévenir les actes terroristes ».

Sa publication provoque déjà une levée de boucliers de la part d'associations d'usagers d'Internet, mais aussi des opérateurs concernés par cette obligation. Nombreux soulignent les risques d'atteinte à la vie privée.
Pour Jérôme Thorel, président de l'ONG Privacy France, « cela va à l'encontre des principes fondamentaux d'une démocratie. C'est disproportionné, c'est sans commune mesure avec le Big Brother qu'avait pu imaginer George Orwell ».
Pour sa part, l'Association française des Services Internet communautaires (ASIC, regroupant notamment les branches françaises de Google, Facebook, PriceMinister, Dailymotion ou encore Ebay) envisage de saisir le Conseil d'Etat pour faire annuler le décret. Selon l'ASIC, « stocker certains mots de passe ou contenus est interdit par la loi ».
(1)


Le système démo-libéral, peut être parce qu'il n'a plus face à lui l'empire communiste,ce dernier exerçant un contre-pouvoir à l'occident, se permet désormais d'être de plus en plus oppressif. Montrant son vrai visage, il impose maintenant par la contrainte, des mesures portant atteinte aux libertés, dont il me semble que le peuple, malheureusement informé principalement par la télé qui est aux ordres et se tait donc, n'a pas vraiment conscience.

L'article placé en supra n'est pas la seule information inquiétante : elles abondent...

C'est ainsi par exemple que voici quelques années, le nombre annuel de gardés à vue, dépassa le cadre du million. On pourrait y voir la conséquence de l'augmentation, bien réelle, de la délinquance si on méconnaissait la profession de certains enfermés ; médecins généralistes et spécialistes, avocats, ingénieurs qui, à l'évidence, ne relèvent pas de par leur statut social ainsi que de par leur comportement de la garde à vue : aujourd'hui, cette procédure est utilisée de plus en plus fréquemment et de façon abusive …

Ce n'est pas un hasard non plus si le gouvernement français qui ne cesse de fustiger Russie, Chine et Perse, au nom justement des libertés, est devenu le numéro un mondial en matière de suppression des tweets...

L'affaire Dieudonné est aussi symbolique tout comme les la dissolution de groupuscules pourtant oeuvrant dans le cadre de la loi.

Emblématique aussi, la volonté bruxelloise d'interdire tous les referendums en Europe …

Même la reconnaissance bien tardive de la reconnaissance du vote blanc, qui a pourtant sa raison d'être, n'est qu'une manœuvre afin de freiner la déferlante Front National qui se prépare, pourtant bien démocratique.

Bientôt question aussi, même s'il ne s'agit là que de détails, d'interdire aux Français, aussi bien le feu de cheminée que la culture d'un jardin potager...

Alors que dans les années 70, les ouvrages censurés concernaient presque toujours la pornographie, ce sont aujourd'hui des ouvrages politiques qui sont le plus souvent bannis, condamnés au feu systémique. Autre forme de censure en matière de livres, l'impossibilité de publier tel ou tel ouvrage en France, les maisons d'édition s'y refusant, probablement soucieuses de ne pas offenser les pouvoirs.

Idem aussi l'apologie par le ministre de l'intérieur des hackers (2), dès lors où ceux-ci s'en prendraient à des sites ou blogs alternatifs. Volonté aussi de recourir à l'implantation sous la peau, d'une puce électronique, bien évidemment au nom de nos intérêts, avec les dérapages que l'on peut imaginer. Même conclusion quant à la modification radicale de la famille traditionnelle, naturelle pourrait-on écrire, suite au mariage homosexuel ou à la théorie du genre que les Français, à juste titre, trouvent aberrante. Pareil pour l'utilisation des milices antifa, devenues polices parallèles ..

On aurait tort de mettre uniquement en cause, aussi bien François Hollande que le gouvernement Ayrault, d'une part parce que la dérive est bien antérieure, d'autre part parce que le fait n'est nullement français de façon spécifique. Aussi bien Bruxelles que les Usa (les dérives liberticides du Patriot Act) s'en donnent à cœur joie...

Voilà pourquoi j'estime qu'il faut maintenant lancer pendant qu'il est encore temps une grande campagne nationale, si possible relayée à l'étranger, au profit du referendum d'initiative populaire, procédure recueillant l'assentiment de la plupart des Français : l'exemple suisse nous y pousse d'ailleurs.

Je ne vois pas d'autre alternative permettant de stopper l'involution en cours. Aussi bien en France où nous sommes encore loin de vaincre au second tour, qu'à l'échelle européenne où les institutions, parce qu'elles ne sont pas démocratiques, nous ne pouvons agir efficacement.

Le salut avant la grande catastrophe ne pourra donc advenir que par la base : Le Peuple !

Alain Rebours

Notes :

(1)Source: http://rmc.bfmtv.com/info/150633/web-police-a-desormais-acces-a-toutes-vos-donnees-personnelles/

(2) http://www.youtube.com/watch?v=Gj7IHs5Qo38

 

Voxnr.JPG

Les commentaires sont fermés.