Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2014

Chronique de la France asservie et… résistante

Robert Spieler.jpgRobert SPIELER

 

RIVAROL N° 3128 du 13 février 2014

 

LE PRÉSIDENT à la Vespa était reçu, il y a quelques jours, par David Cameron, le Premier ministre d’outre-Manche. Il n’a, évidemment, pas manqué de se ridiculiser dans la presse britannique.

 

FRANÇOIS HOLLANDE SE RIDICULISE, UNE FOIS DE PLUS

 

Certes, une partie de la presse britannique est adepte du « French Bashing» (chambrer les Français). Mais, reconnaissons-le, le Pingouin lui donne du grain à moudre. C’est ainsi que Hollande a fait la “Une”, le samedi 1er février, du très sérieux quotidien The Gardian. Le chef de l’Etat français venait de déjeuner dans un pub londonien avec le chef du gouvernement britannique. Damned, à la sortie, il pleuvait, ce qui est, reconnaissons-le, assez souvent le cas à Londres. Du coup, Hollande se mit à courir en direction de sa voiture, aspirant l’air à grandes goulées, car il n’est pas franchement un sportif, ce qu’au demeurant on ne peut pas lui reprocher. Problème, ses joues étaient gonflées par l’effort, comme celles d’un hamster affamé, qui, comme on le sait, stocke des réserves de nourriture dans ses bajoues. Ce sournois de quotidien britannique a titré, photo à l’appui : « Nice lunch, Monsieur le Président ?» (« Bien mangé, Monsieur le Président ? »), Les medias britanniques s’intéressent évidemment de près à l’affaire Hollande-Trierweiler-Gayet, allant jusqu’à reprocher aux journalistes français leur manque de persévérance dans la quête de confirmation de la rumeur. Eux ne reculent pas devant l’insolence. Un journaliste du Daily Telegraph a, lors de la conférence de presse, posé la question suivante : « Monsieur le président, (...) avez-vous encore une liaison avec Julie Gayet et auriez-vous aimé qu’elle soit là ? » Ce n’est pas en France, avec ces valets du système médiatique, que des journalistes s’autoriseraient ce genre de question ! François Hollande avait alors froidement indiqué qu’il ne répondrait pas à l’interrogation. Quel héroïsme !

 

1.jpg

 

 

CHRISTINE BOUTIN, ELLE AUSSI, FAIT FORT !

 

Cricri s’exprimait au sujet de la Manif pour tous lors d’une interview sur BFMTV. Les journalistes, comme moi, l’aiment beaucoup : tendance un peu décalée, un peu “space”. Elle s’est sagement abstenue de crier victoire, car Christine sait être lucide. Elle déclara : « Ce n’est pas une victoire car il s’agit d’un recul pour une année », affirmant sa détermination à poursuivre le combat. Fort bien. Christine Boutin s’est ensuite emparée d’une note, déclarant martialement : « A propos de la Loi sur la famille, on parle du côté du gouvernement non de “recul” mais de “stratégie provisoire d’avancement à potentialité différée”.

« Stratégie provisoire d’avancement à potentialité différée », c’est grandiose, en effet. Une formule supposée émaner du gouvernement, parfaitement ridicule, et digne d’Orwell. Sauf qu’il s’agit d’un canular du site Gorafi, que j’ai déjà évoqué dans ces chroniques : ce site Internet est en fait un pastiche de site d’informations. Souvent très drôle, et pas franchement de gauche… Il vient de titrer au sujet de la théorie du genre : « les enfants demandent à leurs parents d’agir un peu plus en adultes », et au sujet des rumeurs circulant sur internet quant à la supposée grossesse de Julie Gayet : « Julie Gayet achète un test de grossesse pour vérifier les rumeurs du Net ». Bien entendu, la bourde de Cricri a été reprise sur les réseaux sociaux, qui s’en sont donné à cœur joie.

 

ARNO KLARSFELD S’EN MET PLEIN LES POCHES

 

Fils de Serge et Beate Klarsfeld, Arno est un de ces « planqués des sinécures » qui vampirisent allègrement la France. L’ancien garde-frontière israélien est accusé par le mensuel Capital de février de « (mettre) rarement les pieds » au Conseil d’État (où il a été recasé par Nicolas Sarkozy fin 2010) « tout en percevant quelque 7 000 euros par mois ». Elle est belle la vie !

 

INCROYABLE DÉCLARATION DE FINKIELKRAUT : “LE SYSTÈME, C’EST LE SIONISME

 

Invité par Jean-Jacques Bourdin pour évoquer l’actualité récente, Alain Finkielkraut s’est livré à une stupéfiante démonstration en forme de syllogisme. Interrogé sur la quenelle, voici ce qu’il lui a répondu : « Une France multiethnique se constitue autour de Dieudonné à travers ce geste obscène de la quenelle, geste antisystème peut-être, mais dans la mesure où le système, c’est le sionisme, geste antisémite ! » Si c’est lui qui le dit !

 

THÉORIE DU GENDER : DEUX COBAYES SE SUICIDENT

 

C’est Le Point qui rapporte cette information digne d’un film d’horreur : les deux premiers enfants sur qui la théorie du genre a été testée se sont suicidés. Le “théoricien” du gender est un sexologue et psychologue néo-zélandais, John Money, spécialiste de l’hermaphrodisme (faut-il être dégénéré pour se spécialiser dans l’hermaphrodisme). Il avait écrit un livre, « Man — Woman, Boy — Girl » (homme, femme, garçon, fille) dans lequel il affirmait que « seule l’éducation fait des humains des sujets masculins ou féminins ». Il put, avec la complicité de parents dégénérés, mettre sa théorie en pratique. Le sexologue a été amené à tester la théorie du genre sur deux jumeaux de 8 mois, deux garçons, David et Brian Reimer, dont l’un a subi un accident lors de sa circoncision. Il propose aux parents d’élever David comme une fille, et de ne jamais lui dire — ni à son frère — qu’il est né garçon. Le médecin administre à l’enfant un traitement hormonal et lui ôte les testicules. Ses parents le rebaptisent en Brenda, et l’élèvent comme une fille. A six ans, les enfants semblent accepter leur genre. Brenda est devenue une mignonne fillette. Bref, John Money avait raison… : Nous sommes déterminés par notre éducation, et non par notre sexe de naissance. Mais la réalité ne tarda pas à mettre à mal ces chimères abominables. Devenue adolescente, Brenda est attirée par les filles… Elle cesse de prendre son traitement, devient alcoolique, prend de la testostérone. Elle se sent garçon dans un corps de fille. Ses parents finissent par lui révéler la vérité. En 2002, Brian se suicide. Deux ans plus tard, Brenda/ David se suicide aussi. Nous sommes vraiment dirigés par des tarés.

 

UN CADRE DE L’UMP PROPOSE DE TUER LES MANIFESTANTS PRO-FAMILLE

 

Mohamed Toubache-Ter est un ancien candidat à la présidence des Jeunes populaires (les jeunes de l’UMP) et membre du bureau départemental des Jeunes Populaires de Paris en charge du Pôle associatif. Voilà ce qu’il a déclaré (et maintenu) sur twitter après la grande manifestation, bon enfant, pour la défense de la famille : « Du facho et de l’homophobe dans les rues de France !! Un petit terroriste d’extrême gauche ferait l’affaire pour nettoyer nos rues !! » C’est digne de Pierre Bergé qui déclarait au sujet de la Manif pour tous : « Vous me direz, si une bombe explose sur les Champs à cause de la Manif Pour Tous c’est pas moi qui vais pleurer ». Sacrés humanistes ! Imaginons une seule seconde que Dieudonné ou Soral ait commis ce type de déclaration. Vous imaginez la meute déchaînée ?

 

LE SCANDALE TAUBIRA

 

Stupeur et révolte dans les syndicats de magistrats, y compris dans le syndicat de la magistrature, de gauche. “Ahurissant”, déclare le président de l’Union syndicale des magistrats (USM, modéré) ; « Une pression détestable » dit la présidente du Syndicat de la magistrature (SM, de gauche) qui est pourtant très proche de la place Vendôme. Que s’est-il passé ? Taubira, la Valls du ministère de la Justice, a convoqué le procureur général de Paris, François Faletti, qui avait été nommé sous l’ère Sarkozy, et est perçu comme étant plutôt de “droite”, pour lui demander avec insistance de quitter son poste pour rejoindre un poste vacant à la Cour de Cassation. Son épouse qui l’accompagne partout (François Faletti est aveugle) fut forcée de patienter dans le couloir. Incroyable : ses interlocuteurs ne lui cachèrent pas qu’ils souhaitaient obtenir sa mutation pour mettre à sa place un magistrat qui « partage leur sensibilité ». Sauf que le magistrat, qui a, dans une lettre au Conseil supérieur de la magistrature, dénoncé une « tentative d’éviction », ne peut être déplacé contre son gré et a dit “non”. L’opposition s’indigne évidemment, évoquant un « scandale d’Etat » et exigeant le départ de Taubira du gouvernement. Mais peut-on faire démissionner une telle icône ?

 

2.jpg

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici.

 

Les commentaires sont fermés.