Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2014

Valls part en guerre aussi contre les supporters avec des mesures toujours plus répressives

asse.jpg

Après les catholiques gazés, les nationalistes réprimés, les fans de Dieudonné nazifiés, Valls va-t-il se mettre les supporters à dos ?

C’est bien parti et le ras-le-bol couve chez les supporters qui en ont assez d’être sans cesse visés sans qu’on les écoute.
On en a encore eu l’illustration hier. Manuel Valls a reçu, en présence du ministre des Sports Valérie Fourneyron, des dirigeants et représentants du football professionnel pour une réunion sur la sécurité dans les stades. Devinez qui étaient les grands absents de cette réunion ? Les associations d’ultras et de supporters qui n’ont pas droit à la parole alors que beaucoup le réclament depuis des mois pour trouver une solution ensemble.

De cette réunion sont sorties des mesures fortes à l’étude : une interdiction de stade,  judiciaire ou administrative qui pourrait être à vie pour certains et une dissolution de groupes de supporters qui prônent la violence, le racisme ou « l’homophobie »…

Il a aussi insisté sur une plus grande vigilance des déplacements des supporters qui seront gérés par les clubs (allez encore un peu d’argent par là), évoquant des interdictions ponctuelles.
Manuel Valls entend montrer toute sa fermeté et pour se faire, il va bientôt réunir les préfets pour faire passer son mot d’ordre. Décidément « interdiction » est le mot favori du Ministre de l’Intérieur ces derniers temps !

Sur ce sujet délicat qu’est la violence dans le football en France, force est de constater qu’aujourd’hui on pratique une tolérance zéro sans aucun discernement alors que des criminels récidivistes sont remis en liberté et que la justice part en vrille. Apparemment, cela ne concerne pas les supporters qui n’ont droit à aucune indulgence.

 

Contre-info.JPG

 

Les commentaires sont fermés.