Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/12/2013

Répression antinationaliste : agitation en Allemagne

images.jpg

Sale temps pour les partis anti-système.

Alors que les manifestations de soutien à l’Aube Dorée et les sondages grecs viennent contredire la propagande occidentale, un nouveau parti nationaliste européen est dans l’œil du cyclone.

 

En effet, le NPD allemand (Nationaldemokratische Partei Deutschland – die Volksunion) se voit visé par une demande d’interdiction pour « lien avec une organisation criminelle », déposée par les états régionaux allemands.

 

Le procédé est identique à celui utilisé par le gouvernement français suite à l’affaire Clément Méric.

 

Pour mémoire, en 2011, une « organisation criminelle d’extrême droite » a été découverte. Clandestinité national-socialiste (NSU) est accusée d’avoir assassiné 10 personnes, en majorité des Turcs.

 

Alors que l’affaire n’a pas été jugée, les partis au pouvoir en Allemagne ont décidé de retenter leur chance après un premier échec d’une demande similaire contre le NPD en 2003.

 

Évidemment, la chancelière allemande s’est fendue d’un communiqué de circonstance :

 

« Le NPD est de notre point de vue un parti antidémocratique, xénophobe, antisémite et contraire à la Constitution, un parti que nous devons tous combattre avec détermination. »

 

La logique est toujours la même : Pas de liberté pour les ennemis de la liberté !

 

Contre-info.JPG

Les commentaires sont fermés.