Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2013

Quand « Valeurs Actuelles » monte au créneau : ce que ça révèle

Valeurs-2.jpgDepuis quelque temps, cet hebdo libéral de droite, nullement classé à l’ « extrême droite », mais néanmoins mal vu par le clergé de l’idéologie dominante, a changé de registre. Depuis que les socialistes sont à la barre d’un pays devenu bateau ivre, l’hebdo du groupe Valmonde, ancienne institution bien installée de la presse française, durcit le ton et franchit la ligne jaune du politiquement correct et de l’autocensure. C’est la première fois qu’un média grand public ose aller si loin et assume des risques face à la sourde montée de la répression de la liberté politique d’expression, observable en France, qu’elle soit sociale ou judiciaire.

Par exemple, le dossier du numéro 4009 (26/09 au 02/10), intitulé « Naturalisés, l’invasion qu’on cache » est un ensemble d’articles denses et très documentés sur l’immigration de peuplement invasive et l’islamisation qui en est le corollaire. En mettant en évidence la dimension démographique qui signifie, à terme, le remplacement des populations de France et d’Europe et donc la disparition, par métamorphose ethnique, de ces entités. Mais surtout, la ligne éditoriale insiste sur le caractère ethnomasochiste du phénomène : ce sont les gouvernements français, et surtout l’actuel, qui organisent le suicide, par une sorte de folie d’idéologues et de calculateurs. Par exemple : l’explosion des naturalisations sans critères ni exigences, l’impossible expulsion organisée des clandestins – dont les faux demandeurs d’asile –, la préférence allogène (y compris financière), le renversement des termes de l’intégration/assimilation (aux Français de souche de s’adapter aux nouveaux arrivants, pas l’inverse), etc. selon une planification autoritaire de destruction de l’identité européenne, ethno-culturelle, de la nation. En accord avec la bureaucratie soft-soviétique de Bruxelles, indûment nommée ”européenne”. Et en phase avec l’imposture de l’humanisme antiraciste démocrate et républicain qui, de manière orwellienne, dissimule exactement son contraire.

De précédents numéros et dossiers ont porté sur l’effondrement de l’Éducation nationale ; la criminalité hors contrôle ;  la justice en proie à l’inversion des rôles (1) ; le matraquage fiscal des classes moyennes et des foyers familiaux ; l’étranglement des PME et de l’esprit d’entreprise – machine marxiste à récession et à chômage – ; la soumission aveugle et apeurée, volontaire, à une islamisation aux racines totalitaires , etc.

Un récent numéro sur les Roms, où des évidences étaient écrites, a fait vibrer d’indignation l’hyperclasse bien-pensante. 90% des médias non confidentiels étant de gauche (ou plutôt soumis à la vulgate idéologique), la stratégie de Valeurs Actuelles de ”provocation publicitaire” devrait payer.   La rédaction de cet hebdo a choisi la radicalisation contrôlée face à une aggravation de la situation. C’est à mettre en rapport avec la montée de l’audience du FN. Et de fait, les ventes du titre augmentent nettement depuis qu’il a adopté cette nouvelle ligne éditoriale dure. (Alors que le soporifique et vieillissant Nouvel Observateur, bible des bobos cuistres, coule doucement, paquebot soixante-huitard un peu rouillé.) En choisissant le combat médiatique contre le conformisme et l’air du temps, Valeurs Actuelles choisit une voie payante à court terme (vu l’exaspération d’un certain public) mais risque évidemment de se heurter à l’intimidation d’un appareil politico-judiciaire (et médiatique) très intolérant sous le masque d’une tolérance factice. (2)

En tout cas, l’évolution de Valeurs Actuelles et son succès renseigne sur deux choses : 1) une prise de conscience et une colère chez une partie de la population autochtone, avec l’acceptation d’une libération de la parole (le cursus sémantique autorisé socialement se déplace vers la droite) ; 2) le signe d’une montée en puissance, dans la société française, de clivages et d’indignations (les vraies, pas celles, simulées, de feu Stéphane Hessel) qui sont lourdes de conflits de haute intensité.

Nous assistons à une radicalisation de la société française (comme dans d’autres pays européens, Belgique, Grande-Bretagne, etc.) qui, comme je l’ai prédit dans tous mes essais, débouchera inéluctablement sur un affrontement, d’intensité probablement majeure. (3) Et cet affrontement à venir aura des enjeux nettement plus importants que tous ceux du passé. Mais de cela, nous en reparlerons dans un prochain article de ce blog. Patience.

Guillaume Faye

 

"J'ai tout compris"  

 

(1) Mansuétude et compréhension envers le criminel, criminalisation de la victime qui se défend. Préférence délinquante, à mettre en parallèle avec la préférence étrangère dans un autre domaine. D’un point de vue de la philosophie du Droit, la justice française sort de la tradition du droit positif (d’origine romaine et renouvelé par le Code Napoléon) pour en revenir à la conception subjective, idéologique, donc mouvante, du Droit médiéval. Régression sous le masque du progressisme, injustice sous le voile de la justive.  

(2) Contrairement à une légende dorée, la liberté d’expression et la liberté de la presse en France – pays de passions idéologiques – n’a jamais été juridiquement ni pénalement très bien assurée, à l’inverse des pays anglo-saxons ou scandinaves, et même, aujourd’hui, sur certains sujets, par rapport à la Russie. J’en sais quelque chose. 

(3) Très rares sont les maladies qui se résolvent par une guérison spontanée – et encore moins par  des médecins incompétents et des remèdes inopérants.

 

 

Les commentaires sont fermés.