Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/09/2013

ça bouge...

zzzhistoirepostale-france%20Copier.jpg

Bien riches sont les enseignements que l’on peut tirer de ces dix derniers jours qui furent assez mouvementés.

En matière de politique internationale, on s’attendait presque tous à une intervention de masse sur le sol syrien de la part des occidentaux. Ce jusqu’à ce que notre Vladimir vienne avec la froide rationalité qui est la sienne, faire un strike dans les quilles américaines. La proposition qui fut la sienne, ne pouvait donc plus être négligée par les occidentaux. On sait déjà les conséquences. 1/ L’assaut fut différé. 2/ Obama fut menacé chez les siens, mis en garde par le Congrès qui pointa la possibilité d’une procédure de destitution si d’aventure le chef d’état américain venait à se lancer dans l’aventure syrienne sans l’aval du Congrès. 3/ L’Europe bruxelloise nous montra une fois de plus inertie et incohérence.

A ce sujet, si les états constituant les Usa purent s’unir – il fallu quand même une guerre civile violente et coûteuse en vies humaines – cela ne fut possible que parce que chacun d’entre eux n’avaient pas de longue histoire intérieure. Tel n’est pas le cas en Europe où le traité de Verdun de 843 qu’on peut considérer comme l’acte de naissance de l’Allemagne comme de la France, est millénaire. On se souvient que suite au projet sarkozyste euro-méditerrannéen, pays du nord de l’Europe et du sud, eurent des positions radicalement différentes. On ne peut donc faire l’impasse sur des traditions nationales si longues et profondes et nous le vîmes dans le cadre de l’affaire syrienne.

Le moins que l’on puisse écrire est que les Français ne peuvent être fiers de leur gouvernement. Celui-ci fut probablement le plus engagé dans la course à la guerre, contrairement à l’Angleterre ou à fortiori l’Allemagne, beaucoup plus nuancées. La France – la pauvre – est vraiment devenue le valet de prédilection des Usa et Obama peut remercier Paris pour le zèle dont fit preuve François Hollande. S’il n’y a pas de politique européenne – la solution en la matière passe probablement par une structure impériale comme le fut un peu naguère le saint empire romain germanique – la faute en revient à Bruxelles dont la raison majeure d’être est l’économie. Il est d’ailleurs intéressant de savoir comment ont été formés les commissaires européens (1).

On rappellera à ce titre qu’on ne fait pas l’histoire avec des consommateurs et que l’Europe se trouve bien loin géographiquement des enjeux de demain qui sont situés en Asie. En ce sens, Marine le Pen ne s’est nullement trompée en prônant un renversement d’alliance au profit de la Russie, par l’intermédiaire de laquelle nous pourrons peser en Asie. Rappelons que la Russie dispose de frontières communes avec quatorze pays qui sont la Norvège, la Finlande, l’Estonie, la Lettonie, la Biélorussie, la Lituanie, la Pologne, l’Ukraine, la Géorgie, l’Azerbaïdjan, le Kazakhstan, la République populaire de Chine, la Mongolie et la Corée du Nord. On comprend dès lors mieux l’intérêt de la démarche.

La politique intérieure, elle aussi n’est pas en reste, et le processus de renouveau se poursuit. Les media, le plus souvent aux ordres du Système, raillent le noviciat et les prévisibles maladresses des futurs candidats du Front National. Le fait s’explique par le fait que le Front National n’est pas un mouvement de politiciens professionnels et que les Français de plus en plus nombreux qui convergent vers lui, le font parce qu’ils ressentent l’urgence de la situation en France. Néophytes mais motivés, ils apprendront très vite les techniques nécessaires et l’université d’été du Front National fut particulièrement utile. Aussi, le fait que Jean Roucas, ancien pourfendeur du Front National, ait décidé de réviser totalement sa position, en dit long sur l’évolution des mentalités en France quant à la perception du Front National :

« Nous partîmes cinq cents; mais par un prompt renfort. Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port »

Le fait Ump et son évolution sont aussi marquants : alors que François Fillon incarne au sein de ce parti l’aile gauche, c'est-à-dire la plus modérée, il n’hésite plus à vanter, même si c’est avec discrétion, l’alliance avec le Front National. C’est d’ailleurs ce que souhaitent les trois quarts des militants Ump. Comme de surcroît, le Front National aspire progressivement les outres de gauche, le Système est désormais en danger. C’est très bien ainsi et avec des Français ne se définissant plus de droite ou de gauche ou d’ailleurs, mais comme français, nous allons pouvoir agir…

Alain Rebours

 

Notes :

(1) http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/members/index_fr.htm 

 

 

Voxnr.JPG

Les commentaires sont fermés.