Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/05/2013

Entretiens avec des Hommes remarquables par Georges FELTIN-TRACOL

 

 

 

 

 

 

Par ces temps de misandrie avérée, de dénonciation de toutes formes et manifestations de sexisme, de recherche servile d’une indifférenciation totale inaccessible, les Éditions Alexipharmaque n’hésitent pas à publier un recueil d’entretiens avec seulement des hommes au risque de provoquer la vindicte proverbiale des mégères clitocrates, gynolâtres et autres « Hyènes de garde ». La parité n’est pas respectée dans ce bouquin ! Que fait donc la police de la pensée ?

 

Le Cercle Curiosa a interrogé neuf personnes très différentes les unes des autres. À part le refus de se couler dans le cadre conforme du politiquement correct, quoi de commun entre le néo-platonicien Luc-Olivier d’Algange et le marxiste post-situationniste Francis Cousin ? L’eurasiste russe Alexandre Douguine et le musicologue post-punk Klaus Charnier ? Préfacé par Alain de Benoist, ce recueil d’entretiens n’est pas une enquête. Le Cercle Curiosa a pris soin de poser à chacun d’eux des questions spécifiques, d’où le sentiment de se trouver devant une mosaïque originale.

 

Les réponses varient en qualité suivant la personne interrogée et un esprit chagrin pourrait qualifier l’ensemble de déséquilibré. Ce serait dur, car ces entretiens éclairent parfois une facette de la vie de l’interlocuteur. Par exemple, outre une réaffirmation de son eurasisme, Christian Bouchet en profite pour en finir (définitivement ?) avec certaines légendes colportées à son encontre. Il condamne l’ésotérisme nazi, manifestation particulière d’un spiritualisme de bazar, alors que « le national-socialisme allemand fut totalement dépourvu d’arrière-plan occultiste (p. 34) ». Il revient sur Aleister Crowley et confirme qu’il n’est pas thélémite (partisan de Crowley). Il prend au contraire de très nettes distances et, s’il avait à se trouver un mentor, ce serait certainement Evola et Guénon.

 

Luc-Olivier d’Algange ne parle pas de son passé. Il préfère méditer sur le destin du Beau à l’heure où triomphent le Laid et l’Informe. « Notre temps est celui du totalitarisme désincarné : les exploiteurs sont aussi interchangeables et asservis que ceux qu’ils s’illusionnent d’asservir. La confusion de tout donne ce qu’elle doit donner : l’informe qui est le pire conformisme, étayé par la technique dont l’essence est de rendre toute activité humaine impossible sinon par son entremise. Ce ne sont plus les hommes qui échangent entre eux par l’entremise des machines mais les machines qui communiquent entre elles par l’intermédiaire des hommes (p. 19). » Contempteur incisif de la modernité, Luc-Olivier d’Algange participe à la guerre des idées sur le versant esthétique, philosophique et poétique.

 

Personnalité inconnue, voire clandestine, Klaus Charnier aime se situer « à gauche et à droite […] dans le seul but de nier la dichotomie politique qui structure artificiellement les systèmes politiques démocratiques contemporains (p. 48) ». Cet expert en musiques industrielles estime avec raison « ridicule de réclamer “ de l’identité ” et de “ défendre l’Occident ” (p. 46) ». Il a compris la vacuité oxymorique d’une « identité occidentale » supposée ou d’un soi-disant « Occident identitaire » ! Il insiste principalement sur le fait que « l’Europe disparaît en tant que telle au nom de ses propres principes (p. 46) ». Il fait un diagnostic lucide et pense que « le “ nihilisme ” n’est jamais qu’une phrase préparatoire pour celui qui est assez fort pour le surmonter (et s’auto-engendrer à nouveau), une phase terminale pour le faible qu’il détruira. En ce sens, il est un vitalisme en attente (p. 52) ».

 

Cette attente, Laurent James tient à la combler par une véritable réponse eschatologique. Aidé d’une subtile et précaire combinaison celtico-christiano-eurasisto-parvulesquienne, il promeut un « Royaume eurasien » parousique. Or cet idéal eurasien ne contredit-il pas sa croyance que « la Gaule est un pays occupé depuis mille cinq cent ans (p. 154) » ? Certes, la construction politique de la France par l’intermédiaire d’un État, incarnation de la puissance régalienne, s’est réalisée sur une fusion plus ou moins contrainte d’ethnies d’origine boréenne, mais de là à réclamer le départ des Romains, des Francs, des autres Germains, des Normands… Qu’il prenne garde à la réaction de l’officine sur-subventionnée S.O.S. Racisme ! Après le racisme anti-blanc, à quand un procès pour « barbarophobie » ?

 

C’est avec une conception chrétienne assez proche, mais plus conceptualisée, qu’Arnaud Guyot-Jeannin concilie le christianisme et les identités. Il avance que « l’universalisme chrétien intègre les identités en les dépassant. L’universalisme moderne assimile ces mêmes identités en les absorbant. Le christianisme transfigure les hommes dans leur singularité et leur diversité (p. 107) ». Favorable au fédéralisme français et européen, il assure que « la civilisation européenne se compose de plusieurs nations et peuples qui renvoient à de multiples identités qui en font sa richesse. Un fédéralisme européen basé exclusivement sur les ethnies et les régions ne [lui] semble plus viable. Elle doit prendre sa juste place entre les régions et la fédération à venir (p. 114) ».

 

Cette perception fédéraliste enracinée multiscalaire pourrait recueillir l’assentiment de Thibault Isabel. Outre des réponses aux divers problèmes actuels comme la technique, le paganisme au XXIe siècle ou le psychisme malmené de l’homme moderne, il salue l’actualité de l’œuvre de Proudhon. Fédéraliste intégral avant la lettre, « Proudhon a eu le mérite de penser une véritable alternative au système de l’argent – et une alternative qui ne se contente pas de remplacer la tyrannie du commerce par la tyrannie de l’État. Le sens a besoin de proximité : c’est donc à travers la proximité de la vie locale, et en d’autres termes à travers une relocalisation généralisée de la vie (économique, politique, familiale et culturelle), que nous pourrons réaccéder au sens (p. 142) ».

 

Ce point de vue ne risque pas d’emporter l’adhésion de Francis Cousin. Partisan de l’anti-politique radicale et nostalgique de l’unité primordiale entre le politique, l’économique, le droit, l’art et le religieux, il conteste et dénonce dans l’ensemble des manifestations actuelles les propos significatifs de la marchandisation. « Dans ces conditions, l’auto-organisation communiste de l’humanité en ses diverses Communes fédérées d’ici et d’ailleurs, ne sera nullement demain une démocratie directe mais un retour élargi et universalisé au génos de l’Être lequel sera nécessairement anti-démocratique puisque la démocratie est par essence le système de la domination directement accomplie de la valeur d’échange circulant adéquatement aux exigences de l’équivalent-général : l’argent en tant qu’étalon de libre mesure de tous les hommes égaux dans le temps-marchandise de leur mort programmée (p. 58). » Corrosif, n’est-ce pas ?

 

Les propos du théoricien russe du néo-eurasisme, Alexandre Douguine, sont relativement concis. Leurs brièvetés n’empêchent pas une véritable leçon de russologie donnée aux lecteurs français. « L’Église russe et la Papauté sont des choses peut-être trop différentes pour qu’elles puissent se comprendre mutuellement (p. 86). » Par conséquent, il est impossible d’effacer le Grand Schisme d’Orient de 1054 et de réunifier orthodoxes et catholiques ! En revanche, « nous pouvons cœxister en joignant nos efforts contre l’ennemi commun qui est le Diable, l’atlantisme et le monde moderne (p. 88) ». En traditionaliste conséquent qui médite sur la chute du monde contemporain, Alexandre Douguine veut « libérer Guénon du contexte New Age, néo-spiritualiste et sectaire qui tend à monopoliser son discours et à le marginaliser. Les théories de Guénon peuvent être lues dans une optique sociologique et parfois postmoderne (p. 86) ». Par cette réappropriation fondatrice, Douguine confirme son opposition entière à l’État-nation d’essence bourgeoise. Il soutient au contraire la voie vers l’Empire au sens traditionnel du terme.

 

Le « Sujet radical » douguinien semble avoir trouvé un bon représentant en Michel Drac. Pour l’inventeur du concept de B.A.D. (bases autonomes durables), « nous ne sommes pas là pour corriger le système, ni même pour l’aider à s’auto-corriger. Rien ne peut nous faire plus plaisir que de le voir incapable de s’amender. Certes, le spectacle est consternant, mais hauts les cœurs : pire ça sera, mieux ça sera ! Parce que pire ça sera, plus vite toute la boutique sera par terre ! (p. 95) ». Le quotidien va s’aggraver dans les prochaines années (ou dans les prochains mois). Malgré l’apathie généralisée sciemment entretenue par des médiats chlorophormistes, Michel Drac juge probable « que nous allons assister à la généralisation d’une révolte diffuse, produite spontanément pour les masses dans un réflexe collectif. Sans élite pour la canaliser, cette révolte ne débouchera sur rien de probant, même si elle peut momentanément fragiliser le système. Conclusion : le boulot, c’est de produire une élite capable, le jour venu, de chevaucher cette révolte pour lui donner un sens. La providence s’occupera de nous donner une révolte à canaliser. Mais le canal, il faudra le creuser nous-mêmes (p. 99) ». La formation de cette avant-garde élitaire exige une rupture complète avec le monde actuel. Michel Drac en vient alors assez logiquement à prôner la construction progressive d’« une contre-société, qu’[il] appelle “ fractionnaire ” pour indiquer que c’est plus qu’une dissidence, quasiment une sécession a-territoriale. C’est la voie de l’avenir, celle qui rendra possible la construction d’un rapport de force (p. 95) ». Plus que pertinente, l’idée est géniale et profonde aux applications presque immédiates.

 

On remarque la richesse et la diversité des entretiens. Bien sûr, le Cercle Curiosa aurait pu aussi interroger Tomislav Sunic, Gilbert Sincyr, Sylvain Roussillon ou tel ou tel directeur de site non-conformiste. Ce sera probablement pour le second tome de rencontres avec des dissidents remarquables !

 

Georges Feltin-Tracol

 

• Le Cercle Curiosa, Entretiens avec des Hommes remarquables, Alexipharmaque, coll. « Les réflexives », préface d’Alain de Benoist, 2012, 170 p., 19 €.

 

 

Source : Europe Maxima

Les commentaires sont fermés.