Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/05/2013

Il faut placer le Parti socialiste à droite

retraites.jpg

Il est très probable que le plus grand spécialiste de la droite, récemment décédé, soit René Rémond. Auteur de «La Droite en France de 1815 à nos jours.», ouvrage régulièrement réactualisé, son livre, « les droites aujourd'hui » (2005) peut nous apparaître comme son dernier témoignage.

Malgré tout le prestige consécutif à sa brillante carrière, on sait qu'il fut lui aussi confronté à ce que nous avons coutume d'appeler le terrorisme intellectuel: s'il eut raison, bien placé qu'il fut pour pouvoir en parler doctement, de déclarer que le Front National n'était pas un mouvement d'extrême droite, tout comme le fit aussi Lionel Jospin par ailleurs, il n'en fut pas moins vilipendé par chiennes et chiens de garde.

Etudiant les droites aujourd'hui, René Rémond s'interroge bien évidemment sur la pertinence du référentiel droite/gauche: on se doute que la droite ne peut être que si la gauche elle même existe. Or, aux yeux de l'historien politologue, les deux principes essentiels permettant de distinguer les deux grandes composantes ne sont plus aujourd'hui. Ainsi en est-il par exemple de la république, naguère motif à opposition, aujourd'hui consensuelle. Ainsi en est-il aussi de la laïcité, la droite d'autrefois prônant un vote clérical.

N'existe plus aujourd'hui que des traces de l'antagonisme initial ; on sait le caractère farfelu de l'expression de « laïcité positive » : ce n'est pourtant pas un hasard si le propos émane d'un homme classé à droite. On sait aussi que là où Nicolas Sarkozy a bloqué le smic, François Hollande l'a augmenté de 0,5%. Voilà bien qui justifie l'idée de « trace », les divergences frontales du passé n'étant plus.

Dans le cadre de l'élection présidentielle de 1981, quatre candidats majeurs se distinguaient. Les Français avaient alors un choix entre quatre modèles de société différents. Ce choix, cette diversité, ne sont plus aujourd'hui. Quant à la distinction entre droite et gauche, elle n'est plus opérante. Il n'est par exemple pas difficile de constater que Jean-Marc Ayrault est beaucoup plus proche de Jean-Louis Borloo que de Jean-Luc Melenchon. De par le passé au contraire, il y avait un mur séparant gauche et droite au point que c'était deux mondes qui s'opposaient: selon que l'on faisait, partant du plein centre, un petit pas vers la droite ou vers la gauche, on choisissait un univers mental tout à fait différent.

Il est pourtant encore possible de conserver une certaine persistance au repère initial. Pour se faire, il suffirait de déplacer l'origine du référentiel. C'est ainsi que si on place le centre à la gauche du parti socialiste et non plus comme on le fait aujourd'hui à sa droite, le repère droite/gauche retrouve une certaine pertinence. Des exemple ? Pas un hasard si la question palestinienne est abordée avec sympathie au Front de gauche alors que le sionisme est consensuel au parti socialiste. Pas un hasard non plus si le Front de gauche propose une solide alternative en matière d'économie alors que les Français n'ont pas eu l'impression dans ce domaine de connaître un quelconque changement. Idem pour l'aspect législatif, puisque le Front de gauche promeut l'idée d'une sixième république.

Nulle méchanceté de ma part mais pour rendre à nouveau opérant le référentiel droite/gauche de naguère, il suffit, à juste titre, de placer le parti socialiste à droite...

 Alain Rebours

 

Voxnr.JPG

Les commentaires sont fermés.