Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/01/2013

Exil fiscal : Najat Vallaud-Belkacem ne veut pas comparer Depardieu et Tsonga

2e4f6ab3d0114adfc297faeb46bb0adc-270x135.jpg

Tsonga et Depardieu, c’est différent. Lors du compte-rendu du conseil des ministres de ce 3 janvier, Najat Vallaud-Belkacem a été interpellée sur le cas de Jo-Wilfried Tsonga. Le tennisman a été décoré de l’ordre national du mérite deux jours plus tôt mais certains soulignent qu’il est domicilié en Suisse … et le soupçonnent donc d’exil fiscal.

« Est-ce normal, moral ? », demande alors un journaliste à la porte-parole du gouvernement, faisant un parallèle avec les mots très durs de ministres et du Premier ministre à l’encontre de Gérard Depardieu, exilé fiscal assumé.

Pour Najat Vallaud-Belkacem, les deux cas n’ont rien à voir :

D’abord il faut faire attention aux procès d’intentions. Il y a une différence à faire entre les gens qui partent s’installer quelque part parfois pour mobilité professionnelle– on en connait tous autour de nous – parfois pour des raisons personnelles.

Et puis les citoyens français qui crient haut et fort qu’ils s’exilent fiscalement pour éviter d’apporter leur contribution en ce période de crise.

Elle refuse donc de critiquer le lieu de vie du champion :

A ma connaissance – mais vraiment à ma connaissance – Monsieur Tsonga ne fait pas partie de la deuxième catégorie donc je ne vois pas de motif de dénoncer un quelconque comportement.

3 ème voie.jpg

Les commentaires sont fermés.