Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/03/2012

Mercredi à 18 h 00 : Roland Hélie invité par Martial Bild sur Radio Courtoisie...

 

imagesCA9JOSDT.jpgMercredi 28 mars, à 18 h 00, Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale, sera invité par Martial Bild à son libre journal sur Radio Courtoisie. Thème de cet entretien : l'histoire de la Droite nationaliste sous la Ve République. Thème qui sera aussi traité jeudi soir lors d'une conférence au Local (92, rue de Javel 75015 Paris).

Pour écouter Radio courtoisie cliquez là

 

Paris : jeudi prochain 29 mars, conférence de Roland Hélie au Local sur la Droite nationaliste sous la Ve République...

Le-Local-29-03-21012-RH.jpg

Quelques rendez-vous à Paris :

Jeudi 29 mars, à 19 h 30,

au Local : 92, rue de Javel 75015 Paris

Conférence de Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale

Membre du Bureau national de la NDP.

1958 2012 : la Droite nationaliste sous la Ve République

 

Jeudi 5 avril, à 19 h 30,

au Local : 92, rue de Javel 75 015 Paris

Conférence de Jean-Claude Rolinat, écrivain et journaliste

Membre du Bureau national de la NDP.

Présentation de son nouveau livre : Salazar le regretté...

Nouveauté ! Hervé RYSSEN, "Comprendre le judaïsme, comprendre l'antisémitisme"

Ryssen-comrendre-le-judaisme.jpg

Lien : site ci-dessous 

Comprendre l'antisémitisme

L’OVERDOSE SYSTÉMATIQUE

 

 

                                                                                     

Le 19 mars dernier a été la journée où nous avons pu assister à l’assassinat de collégiens juifs à Toulouse.

Bien des politiques se sont rués vers les media pour exprimer leurs sentiments.

Le point sur lequel je souhaite m’attarder est la minute de silence, forcée, voulue par le président dans tous les établissements scolaires de notre Nation le lendemain vers les coups de 11h.
L’overdose de la surprotection et de l’allégeance au peuple juif est aberrante.

Un juif vaut bien plus qu’un Français à l’heure actuelle puisque aucune cérémonie de la sorte n’est organisée pour les soldats tombés au combat, pour des intérêts étrangers, à titre de comparaison. Nous constatons donc que l’ombre de la Shoah est toujours présente et qu’elle domine la pensée unique lui permettant une liberté d’action presque totale.

De plus, la LICRA précise bien qu’il s’agit de l’assassinat de collégiens juifs.

Dans la déontologie de leur politiquement correct, ne dit-on pas plutôt Français juifs ?

Etre juif signifie donc être au-dessus des races, religions, institutions ?

N’entrez-vous donc pas dans la discrimination ?

En effet ! La LICRA, SOS-Racisme et j’en passe ne font qu’attiser la haine envers l’homme blanc qui serait le responsable de tous les crimes, n’étant pas juif ni musulman et encore moins métisse.

C’est pourquoi, en tant que nationaliste, je ferai une minute de prière silencieuse en hommage aux cent millions de morts du communisme dont le juif, Marx, a été l’un des précurseurs, aux victimes du massacre qu’Israël exécute principalement en Palestine et pour manifester mon dépit face à la sidération médiatique occasionnée par cet événement qui va sûrement devenir une journée de deuil national.

Notre histoire n’est pas basée sur un fait divers mais sur tout un passé historique, culturel, spirituel et linguistique.

Steven BISSUEL, responsable du GUD Lyon – Courrier des lecteurs, Rivarol 3039 – 23 mars 2012

Source : Front Comtois

LE JOURNAL D’ANNE FRANK

 

imagesCAI77HL1.jpg

Pourquoi revenir là-dessus aujourd’hui ? Tout simplement parce que ce document continue aujourd’hui encore sa belle carrière de best-seller, lecture quasi obligatoire pour tous les jeunes occidentaux. Un passage obligé, en quelque sorte, dans le long cheminement qui les mènera - avec un petit voyage à Auschwitz - à l’état de citoyens conscients du lourd héritage d’opprobre et de culpabilité qu’il leur faudra à leur tour endosser de gré ou de force. Comme le dit si bien Wikipédia : « Le livre est considéré comme l'un des piliers de la littérature de la Shoah et l'une des œuvres-clés du vingtième siècle. Le Journal d'Anne Frank est classé à la 19e place des 100 meilleurs livres du XXe siècle. Plus de 25 millions d'exemplaires du livre ont été vendus et il est traduit dans plus de 70 langues ».   

 J’ai eu la curiosité, allez savoir pourquoi, de relire cette « œuvre-clé du XXe siècle ». Je l’ai donc commandée pour quelques petits euros sur internet dans la version publiée par Calmann-Lévy en 1950. Bien sûr, je l’avais déjà lu autrefois, ce fameux Journal, composé de lettres à une amie imaginaire. C’était déjà chaudement recommandé à l’époque. J’ai certainement dû être fort triste pour cette pauvre fille persécutée par les méchants Allemands. J’avoue que je n’en ai pas gardé un souvenir bien clair.

 Par contre, je viens de le relire avec beaucoup d’attention et n’étant hélas plus écolière mais maîtresse de maison, cette fois j’ai été fortement impressionnée par le tour de force qu’a représenté cette claustration volontaire de huit adultes ou quasi adultes dans un espace relativement réduit et ce, durant vingt-cinq mois. J’avoue ne pas comprendre comment ces huit personnes entourées d’ennemis et/ou cernées par des voisins qui ne devaient surtout rien voir ni entendre, ont pu se ravitailler, se chauffer, évacuer leurs inévitables déchets, s’éclairer, j’en passe et des meilleures, et ce, non pas pendant huit jours, mais pendant un peu plus de deux ans. Et pas dans la cambrousse, mais au beau milieu d’Amsterdam. Même en tenant compte des quelques amis de l’extérieur qui aidaient, paraît-il, on a beaucoup de mal à y croire.

 Mais là où j’ai carrément sursauté, c’est page 62, à la lecture de ce passage : « Si cela se produit déjà en Hollande, qu’est-ce que ce doit être dans les régions lointaines et barbares dont Westerbork n’est que l’antichambre ? Nous n’ignorons pas que ces pauvres gens seront massacrés. La radio anglaise parle de chambre à gaz. Peut-être est-ce encore le meilleur moyen de mourir rapidement. J’en suis malade » (lettre du 9 octobre 1942).

 Et page 182, deuxième mention des chambres à gaz : « Je n’en crois rien. La radio anglaise a toujours dit la vérité. Admettons même que leurs émissions soient exagérées, ça ne vous empêchera pas de reconnaître la réalité. Car vous ne pouvez nier le fait que des millions de gens paisibles sont assassinés ou gazés sans aucun ménagement, en Russie aussi bien qu’en Pologne » (lettre du 3 février 1944).

 Voilà donc une gamine de treize ans (pour la première lettre) et de quatorze pour la seconde, qui semble extrêmement bien informée. Qui sait, quoique enfermée dans son arrière-maison depuis octobre 1942, que les chambres à gaz fonctionnent et que « des millions » de gens sont gazés.

 Très, très curieux. Elle était en tout cas bien mieux informée que Simone Veil qui ne faisait pas mystère, en février 1985, de son ignorance totale de la question, ignorance partagée par toute la population française à l’époque : « J’avais seize ans et demi lorsque j’ai été déportée de Drancy à Auschwitz avec ma famille. Après deux jours et demi de voyage en train, je suis arrivée à Auschwitz-Birkenau. C’était le 15 avril 1944. On nous a poussés hors des wagons, de nuit, sous la lumière d’immenses projecteurs. (…) Puis hommes et femmes ont été séparés. Nous ne croyions pas alors aux histoires de chambres à gaz. Pour nous, il ne pouvait s’agir que d’un effroyable mensonge ».

 Pour Simone Veil, c’était donc un mensonge en avril 1944, mais une certitude pour Anne Frank en octobre 1942.

 Karl Silberauer, le policier autrichien qui arrêtera finalement les huit reclus le 4 août 1944, après une dénonciation, fera des déclarations après la guerre. Lui aussi s’était étonné à la lecture du Journal : « Nous ignorions tous, expliqua Silberbauer, ce qui attendait les juifs. Je ne comprends surtout pas comment Anne dans son Journal pouvait affirmer que les juifs étaient gazés.»

 Il y aurait encore bien des choses à dire et bien d’autres motifs d’étonnement, notamment l’écriture de ce Journal qui ne semble pas vraiment sortir d’une plume de treize-quinze ans, c’est le moins que l’on puisse dire. Mais ça, c’est compréhensible. Daniel-Rops – de l’Académie française – nous explique les raisons de cette précocité dans sa préface (à mon édition de 1950) : « Anne Frank avait donc treize ans. Elle était jolie, le savait, sans attacher au fait une excessive importance. On l’imagine si bien, pour peu qu’on ait connu de ces très jeunes filles juives, en qui l’intelligence pétille avec une vivacité que n’ont pas souvent à leur âge les petites « Aryennes » : piquante, délibérée, sensible au point d’être impressionnable, déjà femme par maints côtés et cependant encore si véritablement enfant ».

 

Voici l’explication. Les petites « Aryennes » sont un peu lourdaudes, ce n’est pas de leur faute.

 

Si vous souhaitez en savoir un peu plus long sur tous les mystères soulevés par ce livre-clé du XXe siècle, je vous recommande fortement le lien suivant :

 

http://www.erichufschmid.net/HoloHoax/Anne-Frank-Faurisson-F.html

 

Témoignage qui en dit long sur ce qui se passe réellement et de quelle manière nous, les c… de Français qui donnons nos sous pour atténuer la misère, sommes remerciés.

restosducoeur.gifTémoignage :

" Est-ce possible ?

Je viens de faire deux semaines de bénévolat au Resto du Cœur...

Je sors totalement écœurée et scandalisée par cette expérience.

Je suis notamment dégoûtée de la manière dont se conduisent les noirs, les nord Africains, et aussi les armadas de Kosovars, Tchéchènes, Turcs et autres migrants venus de l'Est, ils se ruent sur la nourriture sans rien respecter. Ils trafiquent les cartes qui leur donnent droit à tel ou tel avantage, exigent qu'on leur réserve certains produits, prennent souvent de force de la nourriture ou des vêtements dont ils se vantent de faire le trafic en les revendant à l’extérieur.

Ils sont à l'affût de tout, au courant de leurs moindres droits et de toutes les opportunités. Ce sont de véritables roublards qui n'hésitent pas à nous déclarer sans vergogne qu'ils vont aussi au Secours Populaire, au Secours Catholique, à l'Armée du Salut, etc.. J'ai aussi passé du temps au rayon " bébés "... et distribué entre autres des petits pots à des mères, pour la plupart noires, engrossées à longueur d'années avec, au minimum 4 enfants en bas âge qui braillant.

Ces femmes ont l’audace de "gueuler” (il n’y a pas d’autre mot) lorsque les petits pots qu’on leur donne ne correspondent pas aux marques qu’elles souhaitent et, souvent, de rage, elles les rejetent ... Un bébé peut avoir jusqu'à 3 pères qui viennent chacun réclamer leur dû.

Ils viennent dévaliser les stands, se disputent entre eux s'arrachent leurs sacs. Un exemple entre ent : on leur donne 1 pack de 8 yaourts, ils en mangent un, entament ou crachent dans les 7 autres et les jettent sous le nez des bénévoles ! C’est intenable.

Si, par malheur, vous essayer de mettre le holà et d'exiger un peu de discipline et de respect l'on se fait littéralement insulter. C'est invraisemblable.

Je sors de cette expérience terrifiée avec la certitude que l'on court au devant de troubles très graves. Il ne peut en être autrement.

Ils nous détestent, ils nous crachent à la figure. Ils viennent profiter de façon inouïe d'un système à bout de souffle à cause d'eux et à cause de nous qui sommes totalement aveugles face à une telle situation.

Voilà la situation. Je voulais vous faire part de mon dégoût, de ma désillusion, de mon immense tristesse face à une situation que nous ne maîtrisons plus du tout et qui empire de jour en jour. Dans ma naïveté, je pensais offrir un peu de mon temps et de ma personne pour soulager la misère de gens dans le besoin mais respectueux et reconnaissant du bien qui leur est fait, je me suis retrouvée face à 90 % d'étrangers venus exiger ce qu’ils appellent “leur dû” .

En guise de remerciement, ils nous insultent. La Direction adopte le profil bas car on a tôt fait de passer pour racistes. Ces dérives pénalisent effroyablement ceux de nos compatriotes qui ont vraiment besoin d'aide et qui n'osent même plus venir parce qu'ils ont peur.

J'ai découvert dans mon pays un autre monde que je n'imaginais pas. Je veux témoigner car j’ai entendu qu'il allait manquer 5 millions d’ €uros aux Restos du Cœur. Je pense qu'il faut arrêter cette gabegie! Catherine "

La solidarité directe, communautaire, doit s'organiser vers les notres!

Laurent Vergne pour NDP Bourgogne.

 

26/03/2012

Kabul, la Kapisa et maintenant Toulouse et Montauban !

Un article de Opstaan

11 septembre 2001, la toute puissante Amérique est touchée, blessée et vexée. Elle doit laver cet affront en traquant les terroristes dans les montagnes afghanes et y installer la démocratie face à la dictature talibane. Version officielle, mais voilà, version officielle et vérité ne vont pas toujours de pair. Les vraies raisons de cette guerre sont en réalité des intérêts géopolitiques et géostratégiques pour installer la domination américaine au Moyen-orient.
La France et son gouvernement, s'étant fait dupés par la version officielle, soyez en sûr, décide d'y envoyer ses troupes pour collaborer à l'instauration d'une réelle démocratie (patrie des droits de l'Homme oblige).
Onze ans plus tard, la démocratie n'est toujours pas en place, les intérêts américains sont toujours protégés (ouf!)et les terroristes talibans toujours bien présents. Et bien plus grave, plus de 70 de nos soldats sont tombés, morts pour une guerre qui n'est pas celle de la France, mort pour des intérêts étrangers et autant de familles dans la tristesse et le désarroi.

europe,france,opstaan,islamisation,immigration,terrorismeEt voilà qu'aujourd'hui, quatre autres de nos soldats tombent. Mais ils tombent ni en mission ni à l'étranger. Ces quatre soldats sont morts sur notre sol, abattus par un homme se réclamant d'Al-Quaïda, un fanatique religieux capable de tuer des enfants dans une école.

Quatre hommes morts, une nouvelle fois pour rien, pour une guerre qui n'est pas celle de la France. Et n'oublions pas que cet acte terroriste nous prouve l'existence d'une cinquième colonne capable de frapper n'importe qui sur notre sol et que nous avons dorénavant à craindre de futurs massacres.

Pour ne pas revivre les attentats de Londres et Madrid, luttons contre l'islamisation de l'Europe et ces nébuleuses intégristes!

 

Chronique de la France asservie et résistante...

 

2812160005.jpg

 

Chronique de Robert Spieler publiée dans Rivarol N°3038 du 16 mars 2012

 

Le mardi 6 mars s'est tenu à Anvers le premier rassemblement européen de l'association Femmes contre l'islamisation, créée à l'initiative du Vlaams Belang et de son porte-parole, notre ami Filip Dewinter.

 

Femmes contre l'islamisation

 

Cette association est présidée par Anke Van dermeersch, la très brillante et très belle (elle fut Miss Flandres) sénatrice du Vlaams Belang. Elle présenta son livre « Hoer noch slavin » (Ni putain, ni esclave) dans lequel elle décrit les problèmes que rencontrent les femmes avec l'islamisation de nos sociétés. Une conférence de presse s'est tenue en présence de déléguées venues de toute l'Europe, dont une anglaise et une allemande, Suzanne Winter qui est députée européenne du FPO autrichien et Anne Kling, auteur de La France Licratisée, qui menait une délégation française dont je faisais partie. La fille de Filip Dewinter, Anne Sophie était bien sûr présente. C'est elle qui figure sur une affiche choc diffusée par le Vlaams Belang. On la voit habillée d'un maillot de bain et d'une burqa entr'ouverte qui laisse voir ses formes généreuses... Le soir, une réunion rassemblait plus de 400 militants, dont une majorité de femmes. Anne Kling devait évoquer les multiples problèmes qu'elle eut avec son employeur, le Conseil de l'Europe, qui lui reprocha ses combats contre l'islamisation de la France et ses campagnes contre l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne.

 

Au fait, le Front national était-il présent ? Et bien, non. Marine le Pen avait refusé de s'associer à cette manifestation. De même qu'elle avait annulé l'invitation qu'elle avait faite à Filip Dewinter et àStrache, le président du FPO, de participer à son meeting de Lille. La polémique qui avait suivi sa présence au bal des corporations de Vienne, aux côtés de Strache l'avait fait reculer... Pas sûr que Dewinter et Strache aient apprécié la plaisanterie...

 

La France aux Français, ou pas ?

 

Souvent femme varie, bien fol qui s'y fie... Le 18 février, Marine Le Pen déclarait dans l'émission de Ruquier : « ...moi c'est... c'est la France aux Français. » Et le 1er mars, voici son dialogue avec Bourdin, sur BFM. Bourdin : « La France aux Français, c'est un slogan que vous aimez ? » Marine Le Pen : « Non...(bredouillements) » Bourdin : « Vous reprenez (ce slogan) ou pas ? » Réponse de Marine Le Pen : « Mais monsieur, ce n'est pas le slogan du Front national... » En attendant, quelle consigne de vote donner aux électeurs si Marine Le Pen n'était pas candidate, faute d'avoir obtenu 500 signatures ? La question a été abordée en février, lors d'une réunion de l'équipe de campagne du Front national. La majorité des participants a estimé que dans ce cas, la candidate du FN devait appeler à faire battre Nicolas Sarkozy. Bref, à faire élire François Hollande.

 

Halal ou cacher : garde à vous !

 

Après Claude Guéant, c'était au tour de François Fillon d'évoquer le problème de l'abattage rituel. Il avait déclaré, le 5 mars, sur Europe 1 : « On est dans un pays moderne, il y a des traditions qui sont des traditions ancestrales, qui ne correspondent plus à grand chose alors qu'elles correspondaient dans le passé à des problèmes d'hygiène. On pourrait y réfléchir. » Que n'avait-il dit ! Effroi et glapissements dans les synagogues et les mosquées. Deux jours plus tard, le président du Consistoire central, Joël Mergui, le grand rabbin, Gilles Bernheim et le président du Crif, Richard Prasquier étaient reçus à Matignon par le Premier ministre. Qui se coucha bien entendu d'importance. Au sortir de l'entretien, les représentants de la communauté juive déclarèrent que « l'incident était clos » tout en ajoutant qu'ils restaient « en état d'alerte. » En d'autres termes, Fillon est mis sous haute, très, très haute surveillance. S'il récidive, ce sera la Grosse Bertha : accusations d'antisémitisme, voire plus, si affinités... Nicolas Dupont-Aignan, candidat souverainiste (???) de Debout la République y est allé de sa petite crotte, déclarant : « Je ne sais pas jusqu'où va descendre le pauvre Fillon. J'ai connu un François Fillon qui avait un peu plus d'estime de lui-même, de grandeur. Faire une campagne sur comment on égorge une vache, ça me paraît quand même ahurissant. Le Premier ministre de la France en est là. C'est pathétique, pitoyable. » Nul doute que les vaches qui s'apprêtaient à voter Dupont-Aignan y réfléchiront à deux fois avant de glisser leur bulletin dans l'urne...

 

Bonne nouvelle cependant pour Fillon. Il n'est pas seul à avoir été convoqué par le Consistoire. Claude Guéant, qui avaitabordé le sujet de l'abattage rituel, s'est fait remonter, lui aussi, les bretelles par le Grand Sanhédrin...

 

Une histoire de nez en Égypte

 

Il y avait celui de Cléopâtre. Et voici qu'un second nez crée le scandale dans l’Égypte islamisée. Il s'agit du nez d'Anwar al-Bikimy, député salafiste (parti islamiste radical). Tout commence il y a deux semaines quand Anwar al-Bikimy apparaît à la télévision, le visage couvert de bandages. Il annonce avoir été victime d'une attaque armée alors qu'il était à bord de sa voiture et que les assaillants lui auraient soutiré 100 000 livres égyptiennes, soit 12 600 euros. Las, les médecins et le personnel médical de l'hôpital Cheikh Zayeed n'ont pas tardé à révéler le pot aux roses. Ils ont expliqué qu'Anwar al-Bikimy avait récemment profité de leurs services pour se faire remodeler son nez. La pseudo agression n'était qu'un coup monté destiné à cacher une opération de chirurgie esthétique. Dans un communiqué, le parti salafiste a confirmé que l'histoire de l'agression avait été « inventée de toutes pièces » et a annoncé que Bikimy démissionnait du parti et du Parlement. Au delà de poursuites judiciaires, il risque d'avoir quelques soucis avec ses anciens amis. Les « fous d'Allah » considèrent en effet la chirurgie plastique comme une pratique satanique qui vise à transformer la création de Dieu. Mais ce qui choque le plus en Égypte, c'est qu'un islamiste, grand donneur de leçons, s'autorise à dépenser l'équivalent de quatre ans de salaire moyen d'un Égyptien pour se faire refaire le nez. A quoi ressemble le nouveau nez de Bikimy ? Nous l'ignorons. Il reste, pour le moment, planqué sous les bandages, mais je ne manquerai pas d'informer mes lecteurs dès que je disposerai d'informations complémentaires.

 

Un ex skin-head néonazi garde du corps de François Hollande

 

Le site algérien elafkarelwataniya le révèle, photos à l'appui. Un des garde du corps de François Hollande est un ex skin néo-nazi, converti au judaïsme, qui fut un cadre très actif de la Ligue de Défense Juive, connue pour son extrémisme et interdite en Israël, mais non en France. Il en fut écarté il y a quelques années, mais continue à animer un micro groupuscule sioniste ultra extrémiste et à entretenir des relations avec la LDJ. Il s'appelle Philippe Wagner et est aussi connu sous le nom de Philippe Avichaï. Le site affirme que Wagner/Avichaï est un des architectes de l'alliance entre le Bloc Identitaire et la Ligue de Défense Juive. Commentaire du site : « Voici pour les Maghrébins qui voudront voter pour le PS, et aussi pour les arabes de service du Parti « Socioniste ».

 

Bayrou se vautre aux pieds de la franc-maçonnerie

 

Bayrou vient d'être invité à une tenue par le Grand Orient De France. Un grand moment de reptation. Jugez-en. Le Grand Maître adjoint, Jean-Philippe Marcovici demande à Bayrou : « De tous les candidats à qui nous avons proposé de venir à ces grands échanges, vous avez été le premier à répondre à notre invitation. Pourquoi ? » Bayrou commence par évoquer « des responsables de l’Education nationale, dont un certain nombre ou un nombre certainsont engagés dans la démarche initiatique ». Merci, on savait... Il poursuit avec un numéro de flagornerie éhonté : « Toute ma vie, j'ai essayé de réfléchir à l'oeuvre profonde, à la fois intérieure et collective en loge. J'ai donc consacré beaucoup d'heures, avec beaucoup d'assiduité, à réfléchir à ce qu'était la démarche que vous aviez adoptée et à ce qu'elle évoquait comme écho en moi. J'ai constamment ressenti à l'égard de ce grand courant philosophique beaucoup de reconnaissance. C'est peut-être pour cela que j'ai été le premier à dire 'oui' et peut-être pour cela que j'ai été le premier que vous avez invité. » Comment dit-on « carpette » en langage franc-maçon ?

 

L'équipe de foot allemande DOIT se recueillir à Auschwitz

 

C'est l'ordre que vient d'intimer à la Mannschaft, l'équipe de football allemande, le président du Conseil central des juifs en Allemagne. L'Euro 2012 se jouant en Pologne et en Ukraine, les responsables de l'organisation juive estiment « inconcevable que les Allemands ne se rendent pas au mémorial de l'Holocauste d' Auschwitz ou de Babi yar. » Quelle incroyable houtspa (culot monstre, en hébreu) !

 

« Mieux vaut être dictateur que pédé ! »

 

C'est la réplique d'Aleksander Loukachenko, le dirigeant à poigne de la Biélorussie, à Guido Westerwelle, le ministre des Affaires étrangères allemand, qui s'était autorisé à critiquer le fonctionnement fort peu démocratique de la Biélorussie. Westerwelle avait rendu publique son homosexualité, d'où cette réponse cinglante de Loukachenko...

 

Un enseignant fou

 

« Betty-Cotton » est un roman publié chez Actes Sud Junior, destiné, selon son auteur, à « un public averti, pas avant 13-14 ans. » L'ouvrage traite de l'esclavage et raconte, entre autres, le viol d'une fillette avec un coupe-papier. Un professeur de l'école Marcel Cachin de Morsang-sur-Orge n'a rien trouvé de mieux que de faire lire à des enfants de CM1-CM2, âgés de 9 à 11 ans. Beaucoup d'entre eux ont été profondément choqués et certains sont rentrés en pleurs à leur domicile. Les parents se sont révoltés et ont créé le Collectif des parents indignés (CPI), appelant à la « protection des enfants. » Une pétition a été mise en ligne. L'inspection académique, alertée, a mis en place une cellule psychologique. L'enseignant fou est , par ailleurs, maire (DVG) de la commune de Morangis. Les parents exigent que « l’Éducation nationale prenne ses responsabilités face à ce fait grave » et envisagent une action au pénal s'ils ne sont pas entendus.

 

Ça se passe ainsi en Afrique...

 

En Afrique, les problèmes de monnaie mènent aux pires extrémités. Un chasseur traditionnel dozo avait effectué un achat auprès d'une vendeuse ambulante de serviettes et d'éponges, dans la ville de Bouaké (centre nord de la Côte d'Ivoire). Il avait exigé que la vendeuse lui rende la monnaie sur le champ. N'ayant pas de monnaie sur elle, elle avait demandé au dozo de patienter quelques instants, le temps qu'elle puisse récupérer la monnaie d'un autre client. Notre dozo, ivre de rage, sort illico deux machettes de sa besace, frappe la vendeuse, lui coupe son bras droit, taillade son cou ainsi que son pied. Il poursuit sur sa lancée, tailladant l'enfant d'une autre vendeuse et s'attaquant à tous ceux qu'il croisait sur son chemin. Son comportement, curieusement, n'a pas été vraiment apprécié par certains témoins qui l'ont rattrapé, aspergé d'essence et brûlé vif jusqu'à ce que son corps soit calciné. Information importante, si l'on en croit un journal ivoirien, les corps ont été ensuite évacués à la morgue et les blessés au CHU.

 

Cet excité de Cohn-Bendit...

 

D'après Cohn-Bendit, Nicolas Sarkozy a « humilié » des « millions de personnes » en affichant sa volonté de diviser par deux le nombre d'immigrés accueillis en France et d'imposer des conditions à l'attribution de prestations sociales aux étrangers. Cohn-Bendit poursuit dans le registre de la plus extrême souffrance personnelle en révélant : « J'ai mal dormi. Ce matin, je suis encore mal, parce qu'il m'a dit quelque chose en pleine figure ; il m'a dit 'tu es un homme en trop' parce qu'il a dit qu'il y a trop d'étrangers sur le sol français » Cohn-Bendit a la nationalité française, mais passons. A mon avis, il n'avait pas fumé que de la moquette... Il conclut par : « Il me fait froid dans le dos s'il gagne. » Nicolas Sarkozy n'est certes pas notre tasse de thé, mais suggérons à Cohn-Bendit, s'il a si froid dans le dos, d'aller se réchauffer en Allemagne, dont il a aussi la nationalité,

 

Sarkozy vainqueur ?

 

C'est l'étonnante prédiction que s'apprête à publier L'Expansion dans son numéro du 28 mars. C'est le résultat que donne Electionscope, un modèle statistique, qui avait annoncé, avec deux mois d'avance, les résultats exacts des trois dernières présidentielles françaises et de leurs équivalentes américaines. Le modèle prend en compte tant la situation économique et notamment les statistiques du chômage, que la popularité mesurée par les sondages. Sarkozy obtiendrait, selon le modèle,50,3% au second tour, qui exclut, quoi qu'il arrive un résultat de 57-43 en faveur de la gauche, comme certains sondages le laissent entrevoir.

 

Chaque vendredi, retrouvez la chronique de Robert Spieler dans Rivarol (3,50 €, chez votre marchand de journaux).

10/03/2012

La réunion du groupe Bilderberg 2012 devrait avoir lieu à Haifa en Israël

Israel_Haifa_Bahai_Gardens-400x300.jpg

C’est à Haïfa en Israël (3eme plus grande ville d’Israël) que devrait se passer la réunion du club Bilderberg en cette année 2012.
 
Ils se réuniront dans l’Hôtel Rothschild… La demeure luxurieuse des Rothschild à Haïfa !

Sacré contraste avec l’ancienne réunion qui s’était déroulée dans le petit hôtel Suvretta à St. Moritz

Ce changement nous laisse penser que seuls les grands acteurs du groupe se réuniront. Aucune liste pour le moment, mais nous pouvons déjà assurer que des personnalités telles que David Rockefeller, la Reine Béatrix des Pays Bas et Henry Kissinger y seront.
 
Leur réunion se déroule plus tôt que prévue, avec les révolutions du monde Arabes, les conflits en Syrie et en Iran, une troisième guerre mondiale en préparation et une possible disparition de l’Union Européenne ou du dollar U.S pour créer un ordre structurel mondial, ou plutôt le new world order !
 
Sans oublier que les camps de la FEMA seront inaugurés un mois avant leur rassemblement, j’ai bien peur que nous allions faire face à un futur génocide !
 
 

Fin de partie ?

3040438447.jpg

Nul n’est devin en matière d’élection et encore moins les sondages. Toutefois, il faut se garder de les rejeter en bloc car il existe quelques constantes que chaque élection confirme. Et dans le cas qui nous concerne, la présidentielle à venir, tout porte à croire que le candidat Sarkozy ne comblera pas son retard de trois, quatre, voire cinq points sur son adversaire. On comprend pourquoi les socialistes font bloc derrière leur candidat contrairement à ce qui s’était passé en 2002 et 2007. Les socialistes respirent enfin l’odeur du pouvoir et Martine Aubry comme Laurent Fabius - pour ne citer qu’eux - qui taclaient hier encore le « grand méchant mou » se sont ralliés à son panache rose. François Hollande qui en a bien conscience, fait donc une campagne a minima, se gardant bien de s’aventurer en terrain glissant comme celui de l’immigration. On ne connaîtra donc pas les intentions de « Guimauve le conquérant » sur le sujet, si ce n’est ce qu’il a déjà annoncé : le vote des immigrés aux élections municipales. Autre certitude, qu’il se garde bien d’avancer, c’est la régularisation de nombreux sans-papiers sous la pression des officines pro-immigrés du genre Cimade, Licra, potes divers et variés, etc. Il faut s’attendre à ce que la France s’enrichisse un peu plus de toute la misère du monde. Autre certitude, le grand pédalage en matière de sécurité tant la détestation de la police et de l’ordre en général appartiennent au code génétique des socialistes. De ce côté-là, on peut d’ores et déjà s’attendre au pire.

Reste que, immigration ou pas, passer de Nicolas Sarkozy en François Hollande ne changera rien sur le fond puisque l’un comme l’autre sont ralliés depuis toujours à la vision libérale du monde anglo-saxon (« I am not dangerous » déclare Hollande aux financiers Anglais). Pierre Moscovici, l’un des bras gauches de Hollande, n’est-il pas le vice-président du Cercle de l’Industrie, un puissant lobby patronal. Autrement dit, les Mélenchon et consorts qui roulent pour lui, ne cessent de faire cocu ce « peuple de gauche » qui s’imagine que le « grand méchant mou » et ses thuriféraires vont mettre la finance au pas. Tous vont aller à la soupe et retrouver le confort de situations biens rémunérées… par le contribuable. Les Français vont très vite mesurer de quel bois se chauffe François Hollande et ses potes !

Au final, n’est-ce pas une aubaine pour la France ? Après avoir été plumés par la droite, les Français vont se faire ratiboiser par cette gauche égalitariste et soi-disant humaniste. La dernière version de la lutte finale en quelque sorte. Peut-être la grande aventure pourra-t-elle alors commencer quand nous serons tous dans la grande mouise et que nous n’aurons plus rien à perdre.

 Source : Le Journal du Chaos

Lancement d’une assurance-vie «charia compatible»

                                                                                                                     

La société CFCI & Associés lancera dans le courant du mois d’avril une assurance-vie conforme à la loi islamique. Selon Anouar Hassoune, ancien vice-président de l’agence de notation Moody’s et responsable du produit : «La rémunération par les taux d’intérêt est interdite, tout comme la spéculation. Et les transactions doivent être adossées à des actifs provenant de l’économie réelle. Ces critères relèvent du bon sens et sont vraiment universalisables.» Concrètement, cette assurance-vie n’intégrera aucune obligation, seulement des fonds d’actions de sociétés reconnues comme licites et n’exerçant pas dans des secteurs tels que les jeux d’argent, l’armement ou le cinéma. Des titres comme L’Oréal et EDF, déjà présents dans la plupart des produits islamiques existants, devraient y figurer. Anouar Hassoune espère lever, via cette assurance-vie en cours d’agrément, 30 à 40 millions d’euros dans les deux ans.

Contre-info.jpg

La Boutique LE PEN

Depuis janvier 2011, date de la consécration de Madame Le Pen à Tours, les Français ont droit à la dédiabolisation de nouveau Front National.

Ceci permet de passer sous silence une réelle succession familiale. Il ne fallait point tarder suite au désastre politique de 2007 nécessitant de vendre le siège de Saint-Cloud afin de rembourser les créanciers, l’argent s’étant fait plus rare pour faire tourner la maison dans la prairie de Montretout.

En bon gestionnaire de fortune, papa LE PEN eut une idée. Dédiaboliser la famille en mettant en avant la benjamine du clan, vierge de tout propos politique à caractère scandaleux. Pour l’oligarchie politique en place, dans une France républicaine, qui s’affiche “démocratique”, la fille LE PEN présentait un avantage certain.

Souvenez-vous, Mitterrand tout juste élu Président de la République fit émerger le Front national pour consolider la maison Socialiste et pour diviser ses adversaires de l’époque le RPR et l’UDF. On connaît la suite du marigot politique qui accéléra la chute de la Nation France.

Aujourd’hui, l’immigration galopante, la désertification industrielle, l’effondrement des valeurs sociétales; le tout sur l’autel de la mondialisation et du métissage nécessite la mise en place d’une nouvelle potion pour faire “digérer” tout cela aux Gaulois.

Droite et gauche ont donc convenu de faire partager le chaudron médiatique à la fille Le Pen qui se prête sans difficultés à ce nouveau jeu.

Ce qui permet à la manipulation étatique de repartir de plus belle avec cette nouvelle “icône” pour faire vibrer les foules conviées dans l’arène galopante des élections présidentielles. Les socialistes de droite et de gauche ainsi que leurs alliés communautaires laissent faire, pour mieux camoufler leurs piteuses politiques qui détruisent notre pays.

Pour la famille Le Pen, qui ne fait pas partie des 200 familles, l’essentiel est ailleurs. Faire parler d’elle est impératif— dernier épisode: le tam-tam des signatures— afin de ne pas être oublié dans le festin électoral qui s’annonce. Un festin financier, payé par les Français, alors que les caisses de l’État sont vides.

Le même Mitterrand «pour moraliser la politique» avait fait mettre en place en 1988 le financement des partis politiques: 1,67euros (valeur 2010) par voix obtenues au premier tour des élections législatives qui suivent les élections présidentielles. Et ceci chaque année de la nouvelle mandature de cinq ans. Pour la famille Le Pen, être au bord de l’assiette est donc impératif. Car il faut bien entretenir la boutique et ses annexes.

Et la France et les Français dans tout cela ?

La réponse nous fut donnée lors du dernier débat télévisuel de madame Le Pen avec le conseiller de l’Elysée Henri Guaino: des amabilités réciproques pour préparer les lendemains d’élections. Et Mélenchon? Madame Le Pen refusa de débattre face à ce communiste, alors que papa lui aurait apporté les répliques cinglantes qu’il méritait. L’avenir de la «France et des Français d’abord »doit solder avec ces élections de pacotille la boutique Le Pen. L’Union de la Droite Nationale— UDN— représente l’alternance pour faire redémarrer notre pays dans une Europe des nations. Une France ni de droite ni de gauche mais nationaliste.

Nos adversaires politiques mondialistes savent bien que cela est en marche. C’est la raison pour laquelle les Français n’ont pas le droit de connaître médiatiquement le candidat nationaliste de l’UDN à ce scrutin Présidentiel : Carl Lang.

Par François FERRIER,

Ancien conseiller regional de Lorraine et membre du bureau national de la NDP

Sarkozy giscardisé, Hollande mitterrandisé !

3037.jpg

 Sauf énorme surprise on voit mal désormais ce qui pourrait empêcher François Hollande d’accéder dans deux mois à la magistrature suprême. Toutes les enquêtes d’opinion le donnent largement vainqueur au second tour et l’antisarkozysme paraît tellement puissant dans le pays qu’il semble quasiment impossible désormais pour le président sortant de se succéder à lui-même. Comme Giscard en 1981 dont Sarkozy a curieusement repris le slogan «La France forte», le chef de l’Etat est le premier responsable du probable retour de la gauche aux affaires. Car en ne tenant pas la plupart de ses promesses de 2007, en désorientant son électorat en nommant à des postes clé des personnalités de gauche, en imposant dans son premier gouvernement des représentants des «minorités visibles», en mettant en place une politique de discrimination positive, en dévalorisant, surtout au début de son quinquennat, la fonction présidentielle, Sarkozy aura été le premier artisan de sa défaite. Le giscardien Jean Lecanuet, alors président de l’UDF, se vantait à la fin des années 1970 de vouloir vider de sa substance le programme commun de la gauche. En augmentant le taux de prélèvements obligatoires qui a dépassé la première fois les 40% sous le gouvernement de Raymond Barre, en instituant avec Chirac le regroupement familial, en légalisant l’avortement, en abaissant l’âge de la majorité à 18ans, en ouvrant les vannes à l’industrie pornographique, en ne réformant pas l’éducation nationale, en laissant la gauche grouiller dans les media et dans le monde culturel, VGE a ouvert la voie au socialo-communisme. Sarkozy trente ans plus tard a fait la même chose.

Le probable échec électoral du président sortant ne nous tirera certes pas une larme. Mais son successeur sera bien pire encore. En effet le retour de la gauche au pouvoir sera infiniment plus dévastateur qu’en 1981. D’abord parce que les socialistes et leurs alliés auront cette fois tous les pouvoirs, y compris le Sénat— qui mena pendant les deux septennats de François Mitterrand une opposition résolue aux gouvernements de gauche, de 1981 à 1986 et de 1988 à 1993, sauf, il est vrai, sur la question européenne—, y compris la majorité des grandes villes, des départements et la quasi-totalité des régions, ce qui n’était pas le cas pendant la longue présidence de l’homme de Jarnac. Ils pourront donc mener à bien toutes leurs réformes, y compris les plus criminelles, les plus détestables comme l’extension du droit de vote aux étrangers extra-européens aux élections locales, la régularisation massive des “sans-papiers”, les naturalisations de masse, la légalisation du mariage homosexuel et de l’adoption pour les invertis, la dépénalisation de l’euthanasie et des drogues, l’accroissement des aides et de la propagande en faveur des centres d’IVG et de l’enseignement du gender, l’augmentation massive des impôts, des cotisations et des taxes en tout genre comme ils le font dans les régions et communes qu’ils dirigent, la spoliation de tous ceux qui possèdent encore quelque bien, la création de 60000 nouveaux postes dans l’enseignement et de 150000 emplois jeunes réservés en priorité auxallogènes alors même que nous croulons sous les déficits et sous la dette. Comme la gauche est incapable de résorber le chômage et d’accroître le pouvoir d’achat, elle légiférera en priorité sur ce qui est pour elle le plus facile, c’est-à-dire sur le sociétal (mariage gay, euthanasie, droit de vote des immigrés, etc.). Gageons que les réformes les plus importantes seront votées dès cette année car la gauche ne tarde jamais à appliquer son programme. En quelques mois, à son arrivée au pouvoir en 1981 n’avait-elle pas aboli la peine de mort, dépénalisé l’homosexualité, régularisé les clandestins, institué la retraite à soixante ans, la cinquième semaine de congés payés et voté les lois de décentralisation, source d’une invraisemblable gabegie ?

Comme il est probable que le Parti socialiste n’aura pas à lui seul la majorité absolue à l’Assemblée nationale, Hollande devra certainement négocier le soutien des Verts et du Front de gauche qui sont des fous furieux, des fanatiques et qui feront monter les enchères. Qu’un Mélenchon, qu’une Eva Joly puissent dicter leur volonté fait froid dans le dos. La dernière proposition de Hollande consistant à taxer à 75% (en réalité à 83% si l’on ajoute la CSG) les revenus des Français gagnant plus d’un million d’euros par an, outre qu’elle est d’une insupportable démagogie, montre l’influence de la gauche radicale sur le candidat socialiste. Or cette mesure entraînera l’évasion fiscale des investisseurs, des entrepreneurs, des artistes, des sportifs de haut niveau, des grands scientifiques, de tous ceux qui ont réussi si bien que le trésor public n’y gagnera rien et que la France y perdra. La gauche par nature repose sur la haine et l’envie. Or au lieu d’appauvrir à tout prix les riches, ou prétendus tels (Hollande a expliqué qu’on était riche à partir de 3000euros par mois, il ne doit donc pas s’aimer lui-même), on ferait mieux d’essayer d’enrichir les pauvres. Mais il faut bien augmenter massivement les impôts pour créer par millions des logements sociaux réservés pour l’essentiel aux immigrés du Tiers-Monde qui seront ainsi à vie des électeurs de gauche, une fois qu’ils auront été régularisés voire naturalisés. Hollande veut d’ailleurs quintupler les amendes des communes refusant d’appliquer la loi SRU, laquelle sera encore aggravée puisqu’il veut porter la part de logement social dans toutes les communes de plus de 3500 habitants de 20 à 25% c’est-à-dire étendre à toute la France, y compris la plus rurale et la plus préservée jusque-là, les métastases de l’immigration-colonisation.


Jerôme Bourbon

Rivarol.jpg

Faux socialisme et vrai socialisme !

Pourquoi s'interroger sur le passé et l'évolution passée du socialisme, à l'heure où, souvent, il recule électoralement en Europe, où il n'a plus ni projet politique cohérent ni bras armé, soviétique ou autre, où un individualisme forcené, gros de catastrophes sociales, prend le pas dans les mentalités post-modernes du ³premier monde², de l'engouement yuppy au burrowing du citoyen branché sur son petit monde virtuel ? En énonçant ces banalités, qu'anthropologues et sociologues connaissent trop bien, notre but est de signaler l'inanité des théories philosophiques ou économiques qui postulent, têtues, un individualisme méthodologique et que cherche à imposer en tous lieux la marotte contempo-raine de la ³political correctness².
Parce que le socialisme, qu'on le veuille ou non, demeure un réflexe, une aspiration, communautaire. Pour reprendre un discours aussi banal que réalitaire, l'homme n'est pas un être centré exclusivement sur lui-même, sur sa propre égoïté. Il est l'enfant de parents, il est aussi petit-fils ou petite-fille, frère ou soeur, père ou mère, cousin, voisin, collègue. En ce sens, il peut désirer le bien de son groupe ou des groupes au sein desquels il vit et agit, et hisser ce bien commun au-dessus de son bien-être individuel. Comme l'ont souligné tous les tenants des grandes religions et aussi les adeptes de l'humanisme classique, un homme peut sacrifier son bien-être pour ses enfants, pour une cause, pour toutes sortes de motifs qui transcendent la pure égoïté. Son intelligence et sa mémoire ins-tinctuelle (deux qualités qui ne sont pas nécessairement hétéro-gènes et incompatibles) peuvent donc postuler des sacrifices pour un temps sensé être meilleur mais qui doit encore advenir. L'homme n'agit pas seulement dans une perspective présentiste, mais table souvent sur le long terme, sur la prévision, parie sur l'avenir des siens.
Un partie des tenants de l'idéologie des Lumières, à partir du XVIIIième siècle, tentera d'introduire dans la pratique politique quotidienne cette ³méthodologie individualiste²; d'autres jetteront les bases d'une politique sociale, souvent dans le sillage de ³despo-tes éclairés², autres figures, plus positives, des Lumières que les idéologues à la Destutt de Tracy ou les philosophes des salons parisiens. D'autres encore, dans le sillage de Herder et du Sturm und Drang, proposeront une émancipation des hommes et des âmes par un recours aux premiers balbutiements des cultures, aux émergen-ces culturelles et littéraires, où l'identité transparaît dans toute son originalité et sa belle ingénuité. En critiquant la méthodologie indi-vidualiste d'une partie des tenants de l'Aufklärung européen, nous ne rejettons pas pour autant toutes les facettes de cette Aufklärung, mais seulement celles qui ont connu une évolution folle, provoqué quantité de dysfonctionnements et imposé une idéo-logie schémati-que, qui sert de base à la ³langue de coton² (Huyghe), à un discours qui refuse tout débat et, enfin, à l'actuelle ³political correctness². La ³langue de coton² est une concrétisation de la Newspeak qu'Orwell stigmatisait dans son célèbre roman ³1984². Au contraire, nous pensons qu'un double recours aux facettes de l'Auf-klärung, négligées par le discours actuellement dominant, permet-trait de réamorcer le débat et de proposer à nos contemporains qui sont dans l'impasse, des politiques réellement alternatives.

Les dysfonctionnements de l'Aufklärung s'observent à plusieurs ni-veaux dans l'histoire européenne de ces deux cent dernières an-nées:

1. Dans les idéologies dérivées de la ³métaphore de l'horloge², ou ³métaphore de la machine², indice d'une vi-sion mécaniciste des rapports politico-sociaux, où chaque individu est perçu comme un simple rouage fermé sur lui-même, juxtapo-sable à d'autres rouages, sans filiation; le filon individualiste de l'Aufklärung adhèrera à cette vision métaphorique et schématique des rapports politiques et sociaux, en refusant une autre métaphore, émer-gente à l'époque, celle de l'arbre, prélude du romantisme et des philosophies poli-tiques organiques, où s'est imposé tout naturellement le principe de la génération;

2. Dans les mesures votées par l'Assemblée nationale française contre les systèmes corporatifs, les droits de coalition, etc.; l'organisation hyper-centraliste de la nouvelle république, où les maires représen-tent Paris et non pas les communautés urbaines ou villageoises; l'introduction d'un droit individualiste dans toute l'Europe par l'in-termédiaire des armées napoléoniennes; mesures qui conduiront certaines franges de la contre-révolution à se faire les champions de la justice sociale, contrairement à ce qu'affirme l'historiographie conventionnelle contemporaine;

3. L'avènement de la révolution industrielle sous le signe d'un droit individualiste en Angleterre et sur l'ensemble du continent;

4. L'élaboration de théories économiques mécanicistes et individua-listes;

5. L'émergence d'un socialisme qui n'a eu pour arrière-plan philosophico-idéologique qu'une pensée "scientifique" mécaniciste et indi-vidualiste.

Ce quintuple faisceau de faits a poussé le socialisme, organisé dans la IIième Internationale, puis le communisme dans la IIIième Internationale et enfin le trotskisme dans la IVième Internationale, sans compter ses multiples scissions et dissidences, à adopter les idées de l'Aufklärung la plus mécaniciste, machiniste et an-or-ganique et à rejetter comme ³contre-révolutionnaires² les autres li-néaments, plus pragmatiques, plus organiques ou plus culturels de l'Aufklärung émancipateur. Si le socialisme s'est effondré, c'est précisément parce qu'il a cultivé une véritable foi dans cette reli-gion mécaniciste, qui se croyait seule ³scientifique² et s'est effon-drée sous les coups de la science physique, dès 1875, avec la découverte du second principe de la thermodynamique, avec la physique quantique, l'avènement des sciences biologiques, etc. Le so-cialisme a survécu une centaine d'année à l'effondrement de son ³épistémologie² mécaniciste.

Si le socialisme, en tant que système partitocratique ancré dans l'histoire européenne, s'était d'emblée aligné sur les métaphores organicistes de la pensée de Herder et du romantisme, il serait aujourd'hui encore bien vivant. Toute pratique politique refusant la méthodologie individualiste doit rompre avec les paradigmes mécanicistes, illustrés au XVIIIième par les ³métaphores de l'horloge ou de la machine².

En effet, un pari sur la ³métaphore de l'arbre² aurait été plus démo-cratique: l'agent moteur de la machine est extérieur à la machine comme le despote est extérieur au peuple qu'il gouverne et administre. Le principe moteur de l'arbre, sa source d'énergie, son impulsion première, ré-side en son intériorité même. L'arbre se gouverne lui-même, son existence vitale n'est pas due à un agent extérieur qui actionne une clef ou un système d'engrenages pour le faire se mouvoir ou "vivre". De même, un socialisme organique, et non plus mécanique, aurait puisé dans l'histoire même du peuple qu'il aurait gouverné et protégé. L'histoire nous enseigne que les oligarchies socialistes ont commis l'erreur de sortir du peuple, ou de gouverner un peuple différent du leur au nom d'une très hypothé-tique ³solidarité internationale², sans compren-dre ou sans plus comprendre de l'intérieur les motivations de ce peuple. Les cri-tiques d'un Roberto Michels sur la Verbürgerlichung, Verbonzung und Verkalkung (embourgeoisement, domination progressive des bonzes du parti, sclérose) et la satire cruelle d'un George Orwell dans Animal Farm, où les cochons deviennent plus égaux que les autres, sont éloquentes à ce sujet et démontrent, si besoin s'en faut, que les socialistes et les sociaux-démocrates sont sujets à ce travers politique, c'est-à-dire celui qui consiste à adopter une idéologie sans profondeur qui les met en marge du gros de la population, relativi-se automatiquement le socialisme qu'ils proclament en discours et ne mettent que très maladroitement en pratique. L'oligarchisation des partis socialistes est un risque permanent qui guette le socialisme, à cause précisément du refus des ³bonzes² de s'immerger dans une substance populaire, qu'ils déclarent inéluctablement irrationnelle par nature, mais qui échappe très souvent au schématisme propret de la raison raisonnante qu'ils ont inscrite sur leur bannière.

Aujourd'hui, les socialismes de diverses moutures se déclarent les héritiers de la révolution française. Or, c'est la révolution française qui supprime les droits d'associations pour les compagnons, les manoeuvres, les ouvriers, les apprentis, de même que pour les corps de métier. Elle fait triompher un droit purement individualiste contre les droits associatifs et les approches différenciées du fait social. Tout au long du XIXième, les ouvriers tenteront de rétablir les associations traditionnelles par la voie du syndicalisme ou, en Angleterre, d'une forme communautaire de socialisme, le guild-socialism. Mais les oligarques des partis socialistes en place ont défendu leur idéologie réelle, pourtant contraire au socialisme de façade qu'ils proclamaient par ailleurs. Les ruptures successives, les scissions, les mutations multiples du discours des gauches ont, au fond, comme motif profond, le refus du mécanicisme individualiste de cette idéologie illuministe et "révolutionnaire". Aujourd'hui, justement, quand les oligarques des partis, les ³bonzes² de Roberto Michels, font montre d'un comportement insatisfaisant, voire d'une complicité avec certains réseaux mafieux (comme en Italie avec Craxi ou en Belgique avec l'affaire Cools qui déshonore ³Palerme-sur-Meuse²), le malaise se traduit à la base par une désertion de l'électorat et, en haut, chez les intellectuels, par des changements de paradigmes et, souvent, par un retour à l'indéracinable nostalgie de la communauté. Aujourd'hui, on reparle dans les cénacles de la gauche pensante, y compris aux Etats-Unis, de ³communautarisme². Discours qui oblige à redécouvrir des liens, des valeurs, que seuls les ³contre-révolutionnaires² du temps de la révolution française et de l'aventure bonapartiste avaient analysées ou défendues.

Généralement, les sources historiographiques relatives à la contre-révolution ne mentionnent, chez les auteurs contre-révolutionnaires, qu'une volonté de retourner à l'ancien régime et de remettre en selle les élites cléricales et aristocratiques renversées par la révolution. Or, parmi les auteurs considérés comme ³contre-révolutionnaires², il y a ceux qui veulent restaurer les libertés et les autonomies ouvrières, en critiquant l'individualisation extrême de la propriété dans le droit bourgeois, qui triomphe à partir de 1789 et se voit finalement codifié, ce que n'avait jamais osé faire l'ancien régime, même si une lente érosion des traditions de solidarité était à l'¦uvre depuis près de deux siècles. En France, la disparition des autonomies de tous ordres a été plus précoce qu'ailleurs en Europe. Les situations y variaient toutefois selon les provinces: à l'Ouest, les prélèvements seigneuriaux sont lourds, dans le Lyonnais, le Midi et la région parisienne, ils ont pratiquement disparus. A la veille de la révolution, le paysannat, alors fond du peuple puisque la révolution industrielle n'a pas encore démarré et que les ouvriers sont quantitativement peu nombreux en France, s'opposent aux prélèvements trop élevés du clergé et du fisc, mais insistent partout sur le maintien des biens communaux, à la libre disposition de toute la communauté villageoise. S'il y a des émeutes avant 1789, c'est contre les détenteurs de "titres seigneuriaux" et contre ceux qui détiennnent une propriété privée installée sur une ancienne terre communale. On pourrait croire donc que le paysannat français, hostile aux privilèges seigneuriaux qui empiètent sur les terres communales, est acquis aux idées républicaines. Mais l'éventail de leurs revendications est réitéré après le grand bouleversement qui secoue la France: les assemblées révolutionnaires reconduisent et même alourdissent les impôts, instaurent une contribution foncière plus lourde que sous l'ancien régime (novembre 1790). On assiste, écrit l'historien Hervé Luxardo, à une révolution dans la révolution: la bourgeoisie renverse l'ancien régime dans les villes, installe son pouvoir qui heurte une paysannerie qui, graduellement, reporte l'hostilité qu'elle vouait aux nobles ou aux bourgeois devenus propriétaires d'anciens biens communaux, aux nouveaux possédants, les "foutus bourgeois", comme les appelait un paysan révolté de Dordogne en 1791. La révolte des campagnes ne distingue pas un noble, partisan du Roi, d'un bourgeois, adepte des théories de la révolution. Quand l'Etat révolutionnaire vend les biens de l'Eglise, qualifiés de "biens nationaux", à des particuliers au lieu de les redistribuer aux villageois, les esprits s'échauffent et l'Ouest du pays s'enflamme: ce sera la chouannerie vendéenne et bretonne.

Pire, nous signale Hervé Luxardo, en décembre 1789, les Constituants abolissent les dernières assemblées populaires où votaient tous les chefs de famille pour les remplacer par des municipalités élues par les seuls citoyens actifs, c'est-à-dire les plus riches! Cette mesure aurait dû mettre fin à la légende d'une révolution française "démocratique". A partir de ce moment, ces notables, coupés d'un peuple qui n'a plus droit à la parole, régissent à leur guise les droits collectifs, si bien que le 28 septembre 1791, le pouvoir établit un "code rural" qui réduit pratiquement à néant le droit de bénéficier des terres, prairies, bois collectifs. Ceux-ci servaient à affronter d'éventuelles disettes et à subvenir aux besoins des plus démunis, surtout en période hivernale. René Sédillot, un autre historien français critique à l'égard de la révolution écrit: Désormais "il n'est plus permis aux vieillards, aux veuves, aux enfants, aux malades, aux indigents, de glaner les épis après la moisson, de profiter des regains, de recueillir la paille pour en faire des litières, de grapiller les raisins après la vendange, de rateler les herbes après la fenaison (...) il n'est plus permis aux troupeaux d'avoir libre accès aux chaumes, aux guérets, aux jachères". Bref, d'un trait de plume, les Constituants bourgeois éliminent la seule sécurité sociale que ces classes démunies détenaient. Cette lacune fera des classes pauvres, des "classes dangereuses", selon la terminologie policière. Les campagnes ne peuvent plus nourrir tous les villageois, provoquant un exode vers les villes ou vers les colonies, entraînant par la suite la naissance d'un socialisme désespéré, agressif.

Dans les villes, les métiers étaient organisés en confréries (maîtres et compagnons) et en compagnonnages (les compagnons seuls, face aux maîtres). Les compagnonnages organisent la solidarité des compagnons et font grève si leurs revendications ne passent pas. Le constituant Isaac Le Chapelier raye d'un trait de plume le droit de nommer des syndics, donc de former des syndicats, interdisant du même coup toute forme de coalition des salariés. Sédillot: "La loi Le Chapelier du 14 juin 1791, met fin à tout ce qui pouvait subsister de libertés ouvrières". Plus tard, le Code civil ignore la législation du travail. Le Consulat de Bonaparte instaure le contrôle policier des ouvriers en leur imposant le "livret". Aucune gauche ne peut être crédible si elle prétend simultanément être héritère de la révolution française, partisane de son idéologie, et défenderesse de la classe ouvrière. Le PS wallon est en contravention flagrante avec l'essence même du socialisme et de la solidarité sociale quand ses ténors comme Philippe Moureaux et Valmy Féaux entonnent des péans dithyrambiques sur la ³grrrrrande révolution² et glorifient sans vergogne les innommables crapuleries commises par les sans-culottes. Toute la lutte sociale du XIXième siècle est en fait une protestation et un refus de cette loi Le Chapelier. En termes philosophiques, l'idéologie mécaniciste de la république française de l'ère révolutionnaire est impropre à assurer les solidarités et entraîne une formidable régression sociale.

Les événements de la révolution française et l'avènement de la révolution industrielle en Angleterre induisent une nouvelle pensée économique de type mathématico-arithmétique, dont l'épitome demeure celle de Ricardo. Aucun contexte ni historique ni géographique n'est pris en compte et il faudra attendre le filon de l'"école historique" allemande, du Kathedersozialismus et de l'institutionnalisme (notamment américain) pour réintroduire des paramètres circonstanciels, historiques ou géographiques, dans la pensée économique, ruinant du même coup l'idée absurde qu'une et une seule science économique puisse unversellement régenter toutes les économies présentes et fonctionnantes sur la Terre.

En conséquence, le socialisme est une réaction contre l'Aufklärung, telle qu'elle a été interprétée par la révolution française et surtout par des Constituants comme Le Chapelier. En ce sens, le socialisme, dans les sentiments qui l'animait au début de sa carrière historique, est fondamentalement conservateur des libertés organiques, des biens commnaux et des modes d'organisation compagnonniques. Ce sentiment est juste (juste dérivant de ius, droit). Mais si le socialisme que nous connaissons actuellement est un échec ou une injustice ou une escroquerie, c'est parce qu'il a trahi les sentiments du peuple, de la même façon que les révolutionnaires français ont trahi leurs paysans. Un socialisme porté par un sens historique et organique, couplé à une doctrine économique héritière de l'"école historique" et du Kathedersozialismus, doit prendre le relais d'un faux socialisme, décontextualisé et mécanique, porté par des doctrines économiques mathématico-arithmétiques et une idéologie franco-révolutionnaire.

Robert STEUCKERS.
Novembre 1994.

Bibliographie:
- F.M. BARNARD, Herder's Social and Political Thought. From Enlightenment to Nationalism, Clarendon Press, Oxford, 1965.
- Michel BOUVIER, L'Etat sans politique. Tradition et modernité, Librairie générale de Droit et de Jurisprudence, Paris, 1986.
- Louis-Marie CLÉNET, La contre-révolution, Presses universitaires de France, Paris, 1992.
- Bernard DEMOTZ & Jean HAUDRY (Hrsg.), Révolution et contre-révolution, Ed. Porte-Glaive, Paris, 1989.
- Jean EHRARD, L'idée de nature en France à l'aube des Lumières, Flammarion, Paris, 1970.
- Georges GUSDORF, La conscience révolutionnaire. Les idéologues, Payot, Paris, 1978.
- Georges GUSDORF, L'homme romantique, Payot, Paris, 1984.
- Panajotis KONDYLIS, Die Aufklärung im Rahmen des neuzeitlichen Rationalismus, DTV/Klett-Cotta, München/Stuttgart, 1986.
- Panajotis KONDYLIS, Konservativismus. Geschichtlicher Gehalt und Untergang, Klett-Cotta, Stuttgart, 1986.
- Jean-Jacques LANGENDORF, Pamphletisten und Theoretiker der Gegenrevolution 1789-1799, Matthes & Seitz, München, 1989.
- Hervé LUXARDO, Rase campagne. La fin des communautés paysannes, Aubier, Paris, 1984.
- Hervé LUXARDO, Les paysans. Les républiques villageoises, 10°-19° siècles, Aubier, Paris, 1981.
- Stéphane RIALS, Révolution et contre-révolution au XIX° siècle, DUC/Albatros, Paris, 1987.
- Antonio SANTUCCI (Hrsg.), Interpretazioni dell'illuminismo, Il Mulino, Bologna, 1979 [in dieser Anthologie: cf. Furio DIAZ, "Tra libertà e assolutismo illuminato"; Alexandre KOYRÉ, "Il significato della sintesi newtoniana"; Yvon BELAVAL, "La geometrizzazione dell'universo e la filosofia dei lumi"; Lucien GOLDMANN, "Illuminismo e società borghese"; Ira O. WADE, "Le origini dell'illuminismo francese"].
- René SÉDILLOT, Le coût de la révolution française, Librairie académique Perrin, Paris, 1987.
- Barbara STOLLBERG-RILINGER, Der Staat als Maschine. Zur politischen Metaphorik des absoluten Fürstenstaats, Duncker & Humblot, Berlin, 1986.
- Raymond WILLIAMS, Culture and Society 1780-1950, Penguin, Harmondsworth, 1961-76.

Terre et Peuple.jpg

Tous à Bruxelles le 11 mars !

Le rassemblement a lieu à 13 h place d’Espagne, à 200 m de l’entrée principale de la gare centrale de Bruxelles(non loin de la Grand Place. 

3ème Voie

Nouvelle plainte contre Guerlain !

Source : Guerre Sociale

Fourest et la désinformation !

sans-titre.jpg

Le 25 février, dans sa chronique hebdomadaire du Monde, « Les yeux ouverts sur la Syrie », Caroline Fourest écrit : « D’après Al-Arabiya, des opposants au régime iranien affirment que leur gouvernement a fourni un four crématoire à son allié syrien. Installé dans la zone industrielle d’Alep, il tournerait à plein régime… Pour brûler les cadavres des opposants ? »

On ne présente plus Caroline Fourest, porte-parole de l’islamophobie « de gauche », toujours soucieuse d’équilibre et de raison, surtout quand il s’agissait de justifier les dictatures égyptienne ou tunisienne. Depuis, elle est partie en guerre contre le président Moncef Marzouki et le gouvernement tunisien avec une hargne qu’elle n’a jamais eue contre la dictature de Ben Ali.

Mais revenons à son « information » sur la Syrie. Un four crématoire ? Si, comme cela est évident, l’information est fausse (à supposer qu’il veuille en construire un, le gouvernement syrien a-t-il vraiment besoin de l’aide de Téhéran pour ce faire ?), elle pourra répliquer : mais j’ai pris mes précautions, j’ai cité une source. Le problème, c’est qu’un journaliste doit recouper ses sources et se demander pourquoi Al-Arabiya, chaîne inféodée à l’Arabie saoudite publie une telle « information ». Et qui est le groupe d’opposants iraniens ? Elle ne le dit pas. Est-ce que ce sont les Moudjahidin du peuple ? Constituent-ils une source crédible ?

Un four crématoire fait évidemment penser au génocide nazi. En reprenant ces termes, Fourest sait qu’elle facilite l’équation : régime iranien = régime nazi, ce qui est le discours de tous ceux qui préparent une intervention militaire contre « le nouvel Hitler ».

Source : Guerre Sociale

La pilule anti-raciste (bientôt obligatoire...?)

sans-titre.jpg

Des chercheurs de l'université d'Oxford ont découvert qu'un médicament couramment utilisé pour abaisser le rythme cardiaque réduit le racisme inconscient.
La prise d'un médicament courant utilisé pour lutter contre l'hypertension a un effet secondaire inattendu: il rend moins raciste. Des chercheurs de l'université d'Oxford en Grande-Bretagne se sont rendu compte que les personnes qui avaient pris du propranolol, un médicament connu en France sous le nom Avlocardyl, avait un score «significativement moins élevé» à un test sur les préjugés racistes inconscients, par rapport au groupe témoin qui avait pris un placebo. Le produit chimique n'a en revanche pas modifié l'attitude consciente des sujets sur le racisme.
Le propranolol est un médicament de la classe des bêtabloquants, utilisé pour lutter contre l'hypertension, et dont l'effet principal est de réduire le rythme cardiaque. Il sert aussi à réduire les effets physiques de l'anxiété. Son action se fait sur une partie du cerveau liée aux émotions, dont le sentiment de peur.

Source : Guerre Sociale

Des racines et des arbres !

A partir du 2 mars, le cercle d’entraide généalogique Wortels vous accueille tous les vendredis à partir de 19h30 pour partager recherches et expériences généalogiques. cercle-wortels.png

Que vous soyez un généalogiste débutant ou confirmé, partez avec nous sur les traces des hommes et des femmes qui ont fait de vous ce que vous êtes aujourd’hui. Découvrez avec nous les hauts faits de vos ancêtres, leur implication dans l’histoire de notre province et de notre pays, qu’ils soient agriculteurs ou maréchaux de France.

N’oubliez pas d’apporter avec vous toute la documentation que vous possédez (archives familiales, carnets de famille, etc.) et votre matériel informatique si vous en avez.

 

——————————————
OPSTAAN - LA MAISON FLAMANDE -

Contacts : contact@opstaan.eu ; vlaams-huis@hotmail.fr ;

Sites internet : www.opstaan.eu ; www.vlaams-huis.com

LA MAISON DE L'ARTOIS - LA MAISON DES OUVRIERS

Hervé Ryssen en Franche-Comté

A l’appel du Front Comtois, ce ne sont pas moins de 80 militants et patriotes de la cause nationale qui se sont réunis samedi soir dans la grande salle municipale d’un petit village franc-comtois afin de voir et écouter Hervé Ryssen dans une conférence très attendue qui avait pour thème : « Complot contre la race blanche ».

Pendant plus d’une heure ponctuée d’applaudissements, l’auteur de « Les espérances planétariennes » et « Le racisme antiblanc » a dénoncé l’inlassable propagande mondialiste qui, à la télévision et au cinéma notamment, culpabilise l’homme blanc, l’obligeant à lui faire baisser la tête et à courber l’échine, pour lui extirper toute envie de se battre et lui retirer l’idée même de se défendre. Dans les films cosmopolites et jusqu’à la plus petite production française, l’homme blanc est toujours le raciste et le salaud, celui qui viole et agresse les plus faibles, qui pille la planète et détruit la nature. Les propagandistes se permettent même de nous imposer avec leurs sondages bidonnés, les personnalités que nous devons obligatoirement préférer, à savoir Yannick Noah, Zidane, Omar Sy, Simone Veil et Gad Elmaleh !

Mais nous savons désormais que cette propagande qui consiste à culpabiliser l’homme blanc relève de l’inversion accusatoire, martèle Hervé Ryssen, et les véritables tyrans sont les prédateurs mondialistes qui créent la crise à Wall Street et font la pluie et le beau temps à Hollywood. Mais en réalité, tous les peuples européens se voient chaque jour dépossédés de la terre de leurs ancêtres. Ils remettent leur destin entre les mains de politiques corrompus dans l’espoir de changements lors d’élections présidentielles. On attend sept ans, puis cinq, et encore cinq, … Pendant ce temps, l’invasion de peuplement s’intensifie, avec comme conséquence l’éclatement de la communauté nationale et l’instauration d’une société multiculturelle multi-raciste, conformément au plan des tenants du mondialisme destructeurs des peuples.

Ensuite, lors d’une collation, nous avons pu débattre avec des camarades de Terre et Peuple Alsace et des militants Suisse du « Blut und Boden », que nous remercions chaleureusement de leur présence et leur participation. Puis, Hervé Ryssen est remonté sur scène pour conclure sa conférence. Il a exhorté tous les patriotes et militants nationalistes d’avoir la foi. Foi en leurs idées, foi en leurs combats, foi en l’avenir.

A ce moment de la soirée, il aurait été souhaitable qu’Alexandre Gabriac des Jeunesses Nationalistes et Yvan benedetti de l’Œuvre Française, faisant tout spécialement le déplacement pour participer à ce débat, viennent s’exprimer sur scène afin de donner leurs avis et leurs sentiments et terminer ainsi en apothéose cette conférence. Nonobstant, dans une ambiance de franche et réelle camaraderie, cette soirée fut riche d’échanges et de contacts. Un grand bravo à tous les militants du Front Comtois qui se sont dépensés sans compter pour que cette soirée soit une pleine réussite, et incontestablement elle le fut. Vivement la prochaine !

 

Pour terminer en force et puissance, le Front Comtois salue Régis, chanteur du groupe KAMPFBUND et présent à cette soirée inoubliable.

Source : Front-Comtois.com

« Le pseudo parlement juif européen »

Nous avons évoqué cette opération de marketing à deux reprises sur le blog, les 25 et 26 février dernier. Je notais que sur les « élus » français, bon nombre avaient des liens étroits avec le CRIF, qui est un conglomérat d’une soixantaine d’associations. Vous constaterez à la lecture du texte qui va suivre que les couteaux sont tirés entre officines et personnages divers et variés. Les rivalités se creusent et les appétits se déchaînent. Tout ce petit monde veut le leadership et les avantages qui vont avec.

 

Du coup, cette nouvelle initiative « européenne » est très loin de faire l’unanimité au CRIF. Pour tout dire, elle inquiéterait même certains, pour diverses raisons.

 

Vous jugerez. Le texte est de Roger Cukierman et figure ce jour sur le site du CRIF. Cukierman a présidé cette officine de 2001 à 2007. C’est l’un de ses proches, Richard Prasquier, l’actuel président, qui lui a succédé.

 

" Le pseudo parlement juif européen "

 

par Roger Cukierman

imagesCASCUS2P.jpg

Disons les choses clairement : le pseudo parlement juif européen est une vaste fumisterie. La réunion inaugurale de ce parlement juif européen a eu lieu à Bruxelles le 16 février 2012 au siège du vrai Parlement de l’Union européenne. L’idée en serait venue à un Monsieur Igor Kolomoisky dont on nous dit que c’est un homme d’affaires et philanthrope juif ukrainien. Il semble s’être attribué la présidence de ce Parlement, assisté de deux vice-présidents Vadim Rabinovitch, autre oligarque ukrainien et de Joël Rubinfeld, seul de tous ces personnages connu dans la communauté juive européenne car il présida, avec talent et efficacité, aux destinées de l’équivalent belge du CRIF.

 

On nous dit que les 120 membres de ce parlement ont été élus par 400.000 internautes qui se sont exprimés par internet. Ils auraient ainsi fait leur choix parmi les personnes qui avaient exprimé le souhait de devenir député de ce parlement.

 

Or il se trouve qu’on peut avoir des doutes sur la réalité de ce processus électoral : d’une part certaines personnalités ont eu la surprise désagréable d’apparaître parmi ces « élus » sans avoir fait acte de candidature.

 

Je remarque d’autre part que toute la population juive européenne est estimée à un maximum de deux millions de personnes soit environ 500.000 familles. J’ai du mal à imaginer que 80 % des Juifs européens se soient exprimés alors que dans mon entourage proche et même lointain pourtant fort intéressé par tout ce qui touche aux Juifs et à Israël, personne n’a entendu parlé ni d’un quelconque appel à candidature ni d’élections à un tel parlement.

 

Ce parlement créé, me semble-t-il, dans la clandestinité représenterait 54 pays, et la France aurait 12 sièges sur 120 soit 10%. C’est peu si on songe que la France abrite le quart des Juifs européens.

 

Mais allons au-delà des problèmes de représentativité de ce pseudo parlement. Est-il sain qu’une institution puisse ainsi prétendre nous représenter alors que nous disposons déjà de tant d’organisations réellement représentatives de nos intérêts, tant au niveau national qu’européen et même mondial ?

 

Cette idée d’un parlement supra national juif auto proclamé risque de conforter les antisémites qui croient ou feignent de croire en la réalité des protocoles des sages de Sion pourtant inventés par la police tsariste au 19° siècle.

 

L’utilisation du mot Parlement est choquante car un parlement traduit l’appartenance à une nation en tant que citoyen. Alors qu’être juif c’est, pour faire simple, faire partie du peuple juif. Quant à la nation juive, elle vit en Israël et les citoyens israéliens ont leur parlement, la Knesset.

 

Le CRIF, le Congrès juif européen, le Congrès juif mondial, et bien d’autres organisations respectables abattent un travail considérable pour la préservation de la mémoire, de la tradition et de la culture juives, pour la lutte contre l’antisémitisme, pour le soutien à l’Etat d’Israël, et pour le respect des droits de l’homme. Il est regrettable que toutes ces institutions risquent de souffrir de l’opprobre que jette sur elles cette farce d’un pseudo parlement juif européen.

Le besoin de Kavod doit être particulièrement pressant quand il incite à nuire à l’intérêt général ! »

 

Source : Le Blog d'Anne KLING

MNR Hebdo n°08

MNR Hebdo, magazine internet d'information politique de la Droite Nationale, paraît chaque vendredi.

N'hésitez pas à faire connaitre MNR Hebdo en le rediffusant à vos contacts.

Pour lire le numéro : cliquer sur l'image ci-dessous :

img_4f59221345f38.jpg

 

Le journal télévisé de Troisième voie (mars 2012) : Serge Ayoub.

Il ne reste plus que quelques jours pour rassembler les signatures pour que Carl Lang soit le candidat de l'Union de la droite nationale à la présidentielle...

Mardi, lors de sa conférence de presse à Amiens, Carl Lang, candidat de l’Union de la Droite Nationale, a annoncé qu’il venait de recevoir son 400e parrainage. Grace au formidable effort des militants nationaux et nationalistes qui se sont démenés sans relâche pour rassembler ces fameuses signatures et malgré l’ostracisme total de la grande presse, ce qui semblait, il y a encore peu de temps, un objectif irréalisable peut s’avérer devenir la belle et bonne surprise de cette élection : la Droite nationale et européenne peut avoir son candidat.

 

Il reste à peine une semaine (le dépôt définitif est fixé au vendredi 16 mars) pour vaincre le barrage instauré par la classe politique pour museler les forces d’opposition au Système. En une semaine, nous devons rassembler la centaine de bulletins signés qui manque pour que Carl Lang puisse être présent. Sur le papier, c’est réalisable. En réalité, cela dépend de vous tous… Amis lecteurs et Camarades militants, c’est donc le moment de passer à l’action.

 

D’ici le 16 mars, multipliez les contacts avec les maires de votre région. Vous devez les convaincre de la nécessité de la présence d’une candidature authentiquement nationale à la présidentielle. Carl Lang est le seul candidat à pouvoir revendiquer sans honte ni dérobade la légitimité du mouvement national, nationaliste et identitaire. Il incarne, dans la situation catastrophique actuelle dans laquelle est plongé notre pays, la volonté de redonner à notre nation, à notre peuple et à notre civilisation leur grandeur et leur prospérité. Il est le seul candidat de renouveau et de rassemblement. Il ne reste que quelques jours, alors : mobilisation totale pour la victoire finale.

 

Synthèse nationale