Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/12/2011

Meilleurs voeux pour l'année 2012 !

Lumi_re_NS.jpg

La lumière reviendra et la Roue tournera !

 

La NDP Ile-de-France vous présente

 

ses meilleurs Voeux pour la Nouvelle Année 2012 !

 

Que celle-ci soit pour chacun bonne et heureuse !

 

Qu'elle soit propice à la communauté de nos frères de "sang", à notre "Race" !

 

2ywgy7d.jpg

 

logo URIS.jpg

Rudolf von Sebottendorf

o_rcd_espanyol_los_aficionados-321206.jpg

Nous ne connaissons pas la fraternité internationale, mais la seule fraternité du sang. 

Nous ne connaissons pas la liberté abstraite, mais la seule liberté pour chaque peuple d’être lui-même. 

Nous ne connaissons pas d’égalité universelle, mais un combat incessant. 

Chaque homme, chaque peuple, chaque race ne vit qu’en affrontant le danger.

La vie reste un combat et l’égalité ne se trouve que dans la mort.

bardsey 061a.jpg

Belle citation à méditer !

Et que soyons prêts à affronter le danger ! 

Que dans notre action à venir, nous puissions compter sur la valeur du "sang"que possédaient nos ancêtres primordiaux : ceux dont la patrie originelle était l'Hyperborée !

Au nom de notre "Race", ne craignions pas l'affrontement !

Le monde actuel est en plein chaos ; nous n'avons pas à le craindre ou à le souhaiter : il est là !

Préparons nous à construire à nouveau !

 Nous sommes de la "Race"des Grands Bâtisseurs !

De ceux qui viennent après le chaos, pour insuffler un Ordre Nouveau !

Phillip GRAF

Source : Könisberg 

Une Africaine parle de l’avenir racial en France !!!

La militante impérialiste noire Rokhaya Diallo s’exprime très clairement sur la mise en minorité des Blancs, en France, dans une émission diffusée sur France Ô et intitulée « Noirs de France ? » :
Si « en face », les gens sont aussi énervés, c’est parce qu’on est à l’aube d’un changement qui va être important.

Ils s’accrochent au peu qu’il leur reste mais quelque part il y a quelque chose qui est en train de se terminer. (…)

Un pays qui s’interroge autant sur ce qu’il a été c’est parce qu’il sent qu’il est en train de changer et en tout cas que le rapport de force est en train de s’infléchir.

Je fais quand même partie des premières générations d’enfants d’Africains qui sont nées sur le sol français.

Je me rends bien compte qu’il y a un certain nombre de jeunes qui ont 10 ans de moins que moins, qui vont arriver en politique, dans les médis etc, qu’à un moment donné il ne sera plus possible de les cacher et je suis convaincue que les gens qui protestent là, non seulement vont vieillir mais n’auront plus la capacité de répondre à des gens qui seront là et en capacité de répondre.

Commentaire :

Si nous sommes à l'aube d'un changement qui va être important, personne ne peut dire quelle sera la nature de ce changement !

Un rapport de force est en train de s'infléchir : exact ! Mais c'est le propre d'un rapport de force, qui lui-même peut s'infléchir dans un sens tout autre !

Et la "tendance" du début n'a pas toujours été vérifiée comme étant la "tendance" de la fin.

Nous sommes assurèment dans des années décisives, peut-être dans un changement d'ère, peut-être à la veille d'une révolution ou d'une une guerre mondiale ?

Qui sait ?

Alors les premières générations d’enfants d’Africains qui sont nées sur le sol français, peuvent très bien le quitter, et même en plus rapidement qu'elles sont venues !

L'Histoire, la grande, est pleine d'aléas !

Phillip GRAF

150x50.jpg

« Il est plus honorable historiquement d’être juif que d’être un goy. »

DanielleBleitrach-150x150.jpg

Danielle Bleitrach, membre du Comité central du PCF, puis du Comité national de ce parti de 1981 à 1996, vendredi 23 décembre 2011 :

« Que les choses soient claires… J’en ai ras la tasse et particulièrement de la naissance de Jésus Christ, sans parler de tous les autres, de leur hypocrisie et de leurs vaines querelles, ce sera sans moi désormais… »
[...]
« Que voulez-vous je tiens à cette expérience humaine qui est d’être juif.

Je trouve à tout bien considérer QU’IL EST PLUS HONORABLE historiquement d’être juif que d’être un goy. » [...] « … un peuple c’est-à-dire une réalité historique, qui a subi une oppression continuelle, des pogromes, une injustice incroyable et qui a répondu à cela en produisant le plus grand nombre de savants (25% des prix Nobel sont juifs alors qu’il n’y a que 13 millions de juifs), de médecins, de biologistes, de physiciens, de mathématiciens, d’artistes, de musiciens, de philosophes, etc.. sans parler des économistes, parce que vous noterez que 95% des gens qui dénoncent les malversations financières avec quelques compétences sont également juifs…

Et ils ont quelques mérites vu l’incapacité générale à comprendre de quoi il est question pour ceux qui visiblement ne demandent qu’à être plumés pourvu qu’on leur donne un juif à brûler… heureusement il y a les Chinois qui semblent avoir l’intellect un peu plus ouvert…

J’ajouterais à la description la profusion de révolutionnaires que ce peuple a engendré…

Sur treize millions, avec une saignée de six millions tout dernièrement ,ce n’est pas si mal dans l’opération survie et les handicaps constamment dressés depuis des millénaires.

Honnêtement je trouve tout bien pesé qu’il n’y a aucune raison de regretter d’être juif ne serait-ce que le soulagement de n’avoir rien à voir avec leurs persécuteurs… »

Lu sur Egalité et Réconciliation

Bref commentaire :

En qualité de "goy", je suis classé parmi tes "persécuteurs",

donc je suis ton ennemi !

Dans ce cas : tu es mon ennemi !

Et la guerre entre ce que je représente et ce que tu représentes sera totale !

Et comme la guerre sera totale :

sois assurée que je ne me laisserai pas surprendre !

Phillip GRAF

150x50.jpg

Canada : La guerre contre Noël : Crèche retiré devant une mairie suite à revendications de musulmans !

sans-titre.jpg

Quand on commence à parler de GUERRE, Guerre contre une fête religieuse, Guerre contre Noël, Guerre contre le rêve, c'est probablement qu'une GUERRE est déclarée. Mais surtout, cela pourrait bien, malheureusement, ce poursuivre par une GUERRE DE RELIGION. Avec du sang, des larmes, car quant un peuple découvre que sa religion, ces symboles historiques, ces coutumes sont attaquées à ce point et que par lâcheté et par collaboration les politiques ne font rien d'autre que de laisser faire ou d'approuver, ce peuple, un jour se rebellera. Et cela est grave !

 

La guerre contre Noël

Cela fait plusieurs années que j'écris un papier en décembre à propos de la guerre contre Noël.

En 2011, j'espérais faire relâche.

J'espérais que ce stupide acharnement contre Noël cesserait.

Je me trompais.

Vendredi dernier, Service Canada faisait les manchettes.

Imaginez un sapin de Noël.

Vous y voyez matière à réjouissance ?

Des cadeaux et un ange ?

Pas Service Canada.

Ses fonctionnaires y voient un symbole discriminatoire.

Ils voulaient conséquemment l'interdire dans leurs bureaux.

Et lundi, on apprenait que Ville Mont- Royal retirait la crèche devant son hôtel de ville.

Pourquoi ?

Le maire, las des revendications de certains musulmans demandant qu'on ajoute un symbole représentant l'islam, a décidé de sacrifier la crèche.

C'est la politique à l'eau de Javel.

Il n'y a rien d'exclusivement québécois à cela.

Partout en Occident, on parle de la guerre contre Noël.

MASOCHISME IDENTITAIRE

Le phénomène relève d'abord d'une forme de «christianophobie» ambiante.

Vomir sur notre héritage chrétien est devenu une habitude chez ceux qui se veulent hyper modernes.

Le masochisme identitaire est à la mode.

On en voit des exemples à chaque moment de l'année.

Par exemple, baignez le crucifix dans l'urine, prenez une photo, décrétez qu'il s'agit d'une oeuvre d'art et les bien-pensants viendront applaudir à votre vernissage.

Ils vanteront même votre courage.

Je parle évidemment de l'affaire du Piss Christ en France, qui a fait la manchette au printemps.

Imaginez ensuite que vous réservez le même traitement aux symboles d'une autre religion.

Non !

Ne l'imaginez même pas, en fait !

Vous risquez les poursuites.

On vous accusera d'incitation à la haine, à la discrimination !

Le christianisme est la principale cible d'un inquiétant ressentiment anti-occidental.

Pourtant, cela dépasse la question du christianisme.

Et pour en revenir à Noël, l'erreur à faire serait de croire que nous parlons de religion.

Car ce n'est pas de foi religieuse dont il est question.

«LAÏCITÉ OUVERTE»

Les symboles de Noël ne sont pas attaqués en tant que symboles religieux, mais en tant que symboles identitaires de la culture majoritaire.

Parce qu'ils représentent la société d'accueil.

Ce n'est pas l'athéisme qui a déclaré la guerre à Noël.

C'est le multiculturalisme.

Son objectif : déchristianiser l'espace public.

Et rompre nos liens avec la civilisation occidentale.

Tout ça au nom de la «laïcité ouverte».

La culture de la société d'accueil n'est plus qu'une culture parmi d'autres.

Elle doit s'effacer.

Dites le contraire, on vous soupçonnera de xénophobie.

Cette guerre contre Noël serait pourtant sans résultat si elle rencontrait une certaine fermeté chez nos élites.

Mais celles-ci ont le «trouillomètre» très sensible.

En fait, la guerre contre Noël met en scène la rage multiculturaliste des uns et la peur identitaire des autres.

Soyons clair.

Tous les citoyens sont égaux devant la loi.

Cela va de soi.

Mais toutes les religions ne sont pas égales devant l'identité.

Le Québec n'est pas une page blanche.

Le christianisme a laissé une empreinte profonde sur la civilisation occidentale.

Et le peuple québécois appartient à la civilisation occidentale.

Mieux vaut l'assumer.

Je l'ai écrit 100 fois, je l'écrirai une 101e fois : il ne faut pas confondre l'ouverture à l'autre avec le reniement de soi.

Un jour, j'aimerais ne plus avoir à l'écrire.

1814715130.jpg

Diffamation: FN : Marine Le Pen et Louis Aliot définitivement condamnés !

C’est l’épilogue d’une longue procédure judiciaire comme semble les aimer le nouveau Front national dirigé par Marine Le Pen, elle-même ancienne avocate.

L’affaire commence en 2008 sur fond de dissension politique au Front national lorsque Louis Aliot, alors secrétaire général du Front national accuse un ancien cadre du FN, Christian Baeckeroot d’avoir gravement injurié une figure historique du mouvement, le célèbre Roger Holeindre dit « Popeye« , qualifié en l’occurence de "merde", d’ "ordure" et de "salopard" selon le communiqué publié sur un site internet proche du FN Nations Presse info.

Une accusation reprise par Marine Le Pen dans une lettre ouverte à Carl Lang, lui aussi en désaccord avec la fille du président du FN.

M. Baeckeroot qui a toujours nié avoir proféré ces injures à l’encontre de « Popeye » avait alors déposé une plainte pour diffamation auprès du parquet de Nanterre contre Marine Le Pen et Louis Aliot.
En première instance, le tribunal donnait raison à Monsieur Beackeroot, condamnant Louis Aliot et « Marion » Le Pen. Un jugement pour lequel les interessés faisaient appel.

En seconde instance, la cour d’appel confirmait et même aggravait le jugement en faveur du plaignant.
Le troisième et dernier acte de ce feuilleton s’est déroulé le 11 octobre dernier (voir notre article :Tête haute mains propres).

La cour de cassation a rejeté le pourvoi formé par « Marion » Le Pen, Louis Aliot et Jean-Marie Le Pen rendant le jugement de la cour d’appel du 21 janvier 2011 définitif, la cour a également fixé à 2.000 € les frais de procédure dus par les demandeurs à M. Baeckeroot.

1814715130.jpg

Chronique de la France asservie et résistante... par Robert SPIELER

2924130059.jpgLa chronique de Robert Spieler

Publiée dans Rivarol

(n°3027, du 22 décembre 2011)

 

Cinq mille personnes ont participéle 11 décembre, à Paris, à la manifestation de Civitas, menée par son secrétaire général, Alain Escada, contre la christianophobie, pour protester contre les spectacles blasphématoires subventionnés par l’Etat, et demander réparation.

 

Mais que viennent faire les chiites, aux côtés des catholiques ?

 

Une délégation musulmane chiite était présente, menée par Yahia Gouasmi, président du centre Zahra.

Penchons nous sur cette curieuse présence.

Installé dans la banlieue de Dunkerque, le centre Zahra France est une association musulmane chiite fondée en 2005.

Son objectif affirmé est de faire « connaître le message de l’islam. »

Il y aurait entre 800.000 et un million de chiites en France, et le centre Zahra prétend être l’organisation la plus active, dont « la vocation première est de faire connaître le message de paix et d’amour de l’islam à travers le regard du prophète et de sa famille. »

Elle prétend assurer « l’unité nationale ( ? ) des chiites de France et l’ordonnance du convenable ainsi que l’interdiction du blâmable » L’ordonnance du convenable et l’interdiction du blâmable…

Ca va, vous avez compris ?

Mais Yiaha Gouasmi a d’autres cordes à son arc.

Il est aussi président du Parti Anti-Sioniste et fut présent aux côtés de Dieudonné, lors des élections européennes en région Ile-de-France.

Une journée fut consacrée, en juillet 2008, à un étonnant « Appel à l’initiation stratégique amicale entre judaïsme et islam contre sionisme. »

Etaient présents : Dieudonné, mais aussi Mohamed Latrèche, le président du Parti des Musulmans de France.

Un mois plus tard, on y croisait Kémi Séba, un extrémiste noir dont le mouvement, la Tribu Ka, avait été dissous pour « incitation à la haine raciale » et « antisémitisme. »

Kémi Séba s’est depuis converti à l’islam et s’est installé en Afrique.

Il dirige le Mouvement des Damnés de l’Impérialisme (MDI) et se singularise par ses provocations et ses déclarations de sympathie pour le Hezbollah.

On aura aussi noté, il y a un an, l’étonnante présence d’un rabbin antisioniste.

Quant à Jean-Marie Le Pen, il avait aussi fait son petit tour à l’occasion du 30ème anniversaire de la Révolution islamique iranienne.

Il est d’ailleurs plus que probable que l’Iran finance le centre Zahra.

 

Un curieux personnage, Yiaha Gouasmi.

Le leader du Parti Anti Sioniste entend « éradiquer toutes les formes de sionisme dans la Nation », « libérer l’Etat, le gouvernement et les médias de la mainmise sioniste » et « redonner le pouvoir à la France et aux Français. »

Tout un programme.

Mais je repose la question : que viennent faire des islamistes aux côtés des catholiques proches de la Tradition?

Ce n’est évidemment pas la faute, on l’espère en tout cas, de Civitas si ces curieux oiseaux s’étaient glissés dans la manifestation…

 

Christine Boutin, elle nous manquait…

 

Christine Boutin me manquait terriblement depuis la semaine dernière.

Mais, Dieu merci, la revoilà.

A propos de la manifestation de Civitas.

La présidente du très archi-groupusculaire Parti Chrétien Démocrate vient de déclarer sur France Inter : « Il ne faut pas laisser simplement les minorités intégristes s’exprimer sur le sujet. Les catholiques ne sont pas des extrémistes, des intégristes. Nous sommes une religion de l’amour et de la paix » (exactement ce que déclare au sujet de l’islam le leader chiite Gouasmi).

Interrogée sur les manifestations anti-blasphèmes, notre pétroleuse tendance catholique déclare : « Je ne les soutiens pas, je les condamne. »

 

Mais cette pauvre Christine Boutin est folle de rage.

Pas contre les blasphémateurs, non, non.

Contre l’Elysée et l’UMP qui bloquent, parait-il ses parrainages.

Car pour ceux qui l’ignoraient, elle est candidate à l’élection présidentielle.

Enfin, elle aimerait l’être car elle a des choses à dire.

Mais, déclare-t-elle, elle va se battre : « Je suis en guerre. Je ne pouvais pas imaginer qu’en France on pouvait kidnapper la démocratie. La démocratie cadenassée en France, jamais je ne l’accepterais. »

Il était temps que la pauvre chérie se rende compte que nous vivions, en France dans une démocratie totalitaire.

En attendant, elle menace : « Je vais débloquer une bombe atomique. »

Une bombe atomique…

Le journaliste lui demande : « Quelle bombe atomique, où, quand, comment ? » Christine Boutin, les yeux hallucinés, écarquillés de fureur, répond : « Une bombe atomique ».

Les amis, on n’a pas fini de rire avec une oiselle pareille.

Comme promis, je vous tiens au courant, d’heure en heure, de ses émotions…

 

Elie Semoun et Dieudonné, c’est reparti

 

Elie Semoun et Dieudonné avaient fonctionné en duo pendant quelques années, avant qu’ils ne se fâchent à mort.

Il est vrai que l’humour antisioniste de Dieudonné n’était pas pour plaire à Semoun.

Les voici repartis dans le registre de la confrontation artistique.

Elie Semoun projette de tourner une comédie sur le Front National.

Il s’explique : « J’ai envie de parler de ce sujet. Un juif interprétant un militant de ce parti, à la base, je trouve ça drôle. J’ai écrit le scénario et j’espère tourner le film cet été. »

Commentaire amusant d’Axel sur Fdesouche « En tant que grand amateur de pot-au-feu, j’apprécie qu’il nous mijote un gros navet. »

Quant à Dieudonné, il s’apprête à sortir prochainement un film (disponible par abonnement sur son site), sobrement intitulé « L’antisémite ».

Que le plus drôle gagne…

 

La descente aux enfers de Villepin

 

L’ancien premier Ministre, Dominique de Villepin, a annoncé sa décision d’être candidat à l’élection présidentielle.

Une folie, qui s’explique sans doute, notamment, par sa rage d’avoir été menacé par Sarkozy d’être « pendu à un croc de boucher », dans l’affaire Clearstream.

La ministre Nadine Morano n’a pas tort quand elle affirme : « Dominique de Villepin est un homme seul, sans moyens financiers, sans mouvement politique », l’encourageant à renoncer à sa candidature.

Quant au ministre de l’Education nationale, Luc Châtel, il surnomme cruellement « République solitaire » le mouvement présidé par Villepin, « République solidaire ».

Il est pathétique de constater comment un homme qui fut puissant, entouré, admiré, a été lâché par presque tous ses anciens amis.

On mesure aussi, là, la terrible puissance du Système, capable d’offrir prébendes, honneurs, titres, ministères à ceux qu’il veut acheter.

 

La plupart de ses soutiens parlementaires ont abandonné Villepin, pour rejoindre Sarkozy.

Son ex-directeur de cabinet, Bruno Le Maire, est entré au gouvernement.

Georges Tronc l’a lâché en mars 2010 pour devenir secrétaire d’Etat à la fonction publique (depuis, il a eu quelques soucis liés à des harcèlements sexuels).

Hervé Mariton a pris, lui aussi,ses distances.

Et puis, la porte-parole et cheville ouvrière du mouvement, Marie-Anne Montchamp, n’a su résister à la tentation d’entrer en novembre 2010 au gouvernement, à un poste des plus inexistants : secrétaire d’Etat aux solidarités.

Le nouveau porte-parole de République solidaire, Daniel Guarrigue, démissionne à son tour de ses fonctions et du mouvement, quelques temps plus tard.

Puis c’est le tour de Chantal Bockel, sa dernière porte-parole de quitter République solidaire, peu de temps après le député Jacques Le Guen.

Une descente aux enfers…

Rien ne dit, au demeurant, que Dominique de Villepin obtiendra ses 500 parrainages. Sic transit gloria mundi… (ainsi passe la gloire du monde)

 

Les pseudo préfets se goinfrent d’importance

 

Des dizaines de hauts fonctionnaires ont le titre de préfet alors qu’ils ne le sont pas.

Ils touchent, en plus de leurs divers émoluments une confortable retraite de préfet de 4.000 euros par mois.

Parmi ceux-ci, citons les députés et anciens ministres de François Mitterrand, Michel Vauzelle, 66 ans et Michel Delebarre.

Ils avaient été nommés de manière discrétionnaire, par le président Mitterrand.

J’ai bien connu, à Strasbourg, J.C. P., qui fut adjoint au maire socialiste de Catherine Trautmann, avant de s’opposer violemment à elle.

Il me raconta avoir demandé à Michel Rocard, dont il était le chef de cabinet, la veille où le premier ministre quittait ses fonctions, de le nommer préfet. Rocard accepta.

Il n’exerça évidemment jamais cette fonction mais se retrouve aujourd’hui être un retraité heureux…

 

Delebarre, quant à lui, perçoit une pension mensuelle de pseudo-préfet de 4.000 euros bruts, plus 15.124 euros d’élu, sans compter une indemnité forfaitaire de frais de mandat de député de 6.000 euros nets.

Une fois retraité, Delebarre aura un modeste pactole de 12.000 euros mensuels.

De quoi vivre honnêtement.

Rappelons que selon l’Insee, le montant brut des pensions en France s’élevait, en 2009, à 1.196 euros par mois…

Au fait, pour votre information…

Michel Delebarre a abandonné son mandat de député en septembre 2011.

Pour se faire élire sénateur … et la goinfrerie continue…

 

Mazel Tov ! Aliot en Israël

 

C’est le site israélien francophone JSSNews qui nous le révèle.

On commence à en savoir un petit peu plus sur les objectifs du voyage de Louis Aliot, secrétaire général du FN et compagnon de Marine Le Pen, en Israël.

Il était, en fait, accompagné d’un personnage quelque peu bizarre, Michel Thooris, jeune juif de 31 ans, que nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer dans Rivarol.

Il fut membre du Syndicat National des Policiers en Tenue, puis membre d’Action Police CFTC, développant un discours plutôt radical, puisqu’il avait appelé, lors des émeutes en 2005, à une intervention immédiate de l’armée dans les banlieues.

En 2007, il s’était présenté aux élections législatives de Paris sous l’étiquette des plus bizarres du Parti Anarchiste Révolutionnaire.

Il s’est, par le passé, vanté de connaître le Vice-ministre des Affaires Etrangères Dany Ayalon et a affirmé être prochedu parti nationaliste israélien (entendez en langage politiquement correct, d’extrême-droite) Yisrael Beitenu d’Avigdor Liebermann, celui auprès de qui le premier ministre Netanyahu passe pour un modéré.

Il affirme être « Juif selon la halacha », c'est-à-dire la loi juive, tout en n’étant pas pratiquant.

Il a un lien commun avec Louis Aliot : Sa famille serait originaire de Tlemcen en Algérie, tout comme le grand-père d’Aliot, lui aussi juif de Tlemcen. Aliot n’est cependant pas de confession juive.

 

Revenons aux objectifs de ce voyage.

Selon des informations révélées par des membres de la Ligue de défense juive en France, dont Thooris est très proche, l’objectif était de présenter Thooris comme candidat de la 8ème circonscription des Français de l’étranger, celle où Israël représente le plus grand nombre de votants.

Cette circonscription comprend les électeurs français résidant en Israël, bien sûr, mais aussi au Vatican, en Italie, à Chypre, en Grèce, en Turquie, à Saint-Marin et à Malte.

L’information a été confirmée par le porte-parole du Front national, Alain Vizier.

 

Du coup, les autres candidats juifs dans cette circonscription se déchaînent. Edward Amiach a déclaré : « Sans le maquillage de ‘jeune dame’ de Marine Le Pen, le FN est le même que sous l’ère Jean-Marie. On y retrouve d’ailleurs toujours les mêmes Chatillon, Gollnisch et Aliot, des vrais antisémites notoires (mais où est-il allé chercher cela ?). C’est un vrai danger pour les Juifs. »

Quant à Gil Taïeb, il lance un vibrant appel (les appels sont toujours vibrants ; je ne sais pas si vous l’avez remarqué) : « Pas une voix juive ne doit aller aux extrémistes bruns ni aux anti-sionistes verts. »

C’est vraiment trop injuste…

Mais que faut-il que Marine Le Pen fasse encore pour devenir persona grata en Israël ?

Je l’ai dit dans une récente chronique.

Il faut qu’elle tue le père, qu’elle expulse du mouvement les quelques nationalistes qui y restent. Qu’elle se couche, encore et encore, et encore davantage.

Et cela ne suffira pas.

Alors, n’est-il pas grand temps d’arrêter ces reptations ?

 

Les nationalistes français et européens ont-ils à quémander à Israël le droit de défendre leur identité française et européenne ?

Non, mais, on rêve !

 

Signatures de Marine Le Pen : encore des soucis

 

Le courageux maire de Sardan, dans le Gard, avait annoncé son intention de donner son parrainage à Marine Le Pen.

Il avait même poussé l’audace jusqu’à écrire à ses 250 administrés pour les en informer. Conséquence : le conseil municipal vient de démissionner en bloc.

Ce dernier ne lui reproche pas tant sa signature, du moins l’affirment-ils, que sa « gestion totalitaire et autoritaire » de la commune.

Les conseillers municipaux ont saisi le Ministère de l’Intérieur, lui demandant de destituer le maire, Philippe Chagnolleau et d’organiser de nouvelles élections.

Quand je vous le disais… Marine le Pen a du souci à se faire…

 

Le Blog de Robert SPIELER

 

Le prochain numéro de Rivarol sortira

le vendredi 6 janvier 2012...

29/12/2011

Et si …

2816727238.jpg

Camarades,

L’année s’achève pour Nous, Nationalistes Autonomes, sur un constat : nous savions, et cela dès notre engagement, notre Combat juste ; nous avons désormais compris qu’il était de plus en plus légitime !

Légitime par ce qu’à notre suite, le Peuple prend enfin conscience que ce système qu’on lui a servi jusqu’à maintenant comme le meilleur n’est qu’un leurre …

- Leurre économique puisque le libéralisme,présenté comme seule voie possible après l’effacement des valeurs socialistes, a montré d’abord ses limites mais surtout, désormais, l’impasse dans laquelle il a mené notre Nation et notre Peuple ….

Ce n’est plus leurs ajustements conjoncturels qui résoudront cette crise structurelle non, c’est la Révolution, c’est à dire celle à laquelle nous aspirons !

- Leurre politique quand la démocratie n’est plus que le gouvernement d’une élite autoproclamée et pour une élite.

Comme nous l’avons déjà dit, mêmes marionnettes sorties des mêmes moules et dirigées par les mêmes marionnettistes.

Ce n’est pas une élection de plus ou de moins qui parviendra à changer ce système perverti non, c’est la Révolution, c’est à dire celle à laquelle nous travaillons !

- Leurre moral enfin puisque, nous l’avons vu, un petit nombre de décideurs dirigent désormais la planète au nom d’intérêts qu’ils jugent supérieurs à tout autre mais qui sont surtout les leurs et ceux de l’idéal de domination qui est le leur !

Ce n’est pas par des paroles ou des écrits que nous devons désormais les combattre non, c’est par les actes et rien que les actes, c’est à dire la Révolution à laquelle nous nous préparons !

Camarades, l’année 2012 sera celle des grands bouleversements et celle des changements majeurs !

Soyons donc le fer de lance de ce mouvement général pour que vive notre Révolution et avec Elle notre devise "Libre, Social et National" !!

L’année 2012 devra être celle qui verra nos idées fleurir et se répandre ou nous ne serons plus !!

L’année 2012 sera celle où il va vous être demandé d’être actifs mais aussi responsables de nos idées …

Plus de faus semblants, de peurs ou d’hypocrisies ….

Soyez fiers de ce que vous êtes, de ce à quoi vous croyez et sortez dans la rue, montrez le comme à Lille ou ailleurs et osez .

A côté de notre Devise « Libre, Social et National » vous rajouterez donc, dans cette année 2012, cette phrase de Georges Danton « De l’audace, encore de l’audace, et toujours de l’audace » …. et notre Idéal triomphera !!!

Honneur à Vous !

NATLN

Source : Nationalistes Autonomes

Port du voile : un homme menace de mort une employée de la CAF !

sans-titre 3.jpg

Un homme soupçonné d'avoir menacé de mort une employée d'une caisse d'allocations familiales (CAF) qui demandait à son épouse d'enlever son voile a été placé en garde à vue, a-t-on appris jeudi 29 décembre de source judiciaire, confirmant une information du Parisien (sur abonnement).

Ce Français de 25 ans, "défavorablement connu" des services de police, s'est présenté mercredi spontanément aux autorités qui le recherchaient pour des faits qui se sont déroulés lundi après-midi à la CAF de l'avenue Jean-Jaurès, dans le 19e arrondissement de Paris, a précisé la source.

Il a été placé en garde à vue mercredi après-midi.

Le parquet a ouvert une enquête à la suite de la plainte de la fonctionnaire.

Source : Guerre Sociale

Un cadeau à 20 millions pour Bolloré‏ !

sans-titre 2.jpg

Si le Conseil Constitutionnel, a validé la taxe sodas et le relèvement de la TVA à 7%, il a rejeté la taxe de 5% frappant la vente de chaînes de télévision de la TNT, Un joli cadeau de 20 millions pour le Groupe Bolloré !

Il semble bien, que la télévision n'ait pas amusé très longtemps Vincent Bolloré.

Beaucoup plus préoccupé par ses concessions portuaires et sa Blue Car, il a décidé de céder sa chaîne TNT, Direct 8 à Canal+ qui souhaite mettre un pied, dans la télé gratuite.

Le montant de la transaction ?

Selon Le Figaro : 465 millions €, en sachant qu'il s'était vu, à l'origine, attribuer gratuitement la fréquence TNT par le CSA.

 Source : Guerre Sociale

En pleine récession, la SNCF augmente ses tarifs !

sans-titre.jpg

Les prix des billets de TGV et de trains interrégionaux augmenteront de 3,2% au 3 janvier, selon la SNCF, une hausse liée pour près de la moitié au relèvement à 7% du taux réduit de TVA dans le cadre du plan de rigueur gouvernemental dévoilé en novembre.

Hors TVA, la majoration tarifaire appliquée par la SNCF sera de 1,7%, un niveau calé sur l'inflation attendue en 2012, a précisé la compagnie ferroviaire. "Il s'agit de la plus faible hausse depuis 1999", a-t-elle fait valoir dans un communiqué. Selon la SNCF, la répercussion du relèvement de 5,5% à 7% du taux de TVA sur les billets représentera "une augmentation moyenne de 60 centimes d'euros pour les voyageurs TGV".

Pour atténuer cet effet, la compagnie ferroviaire a annoncé qu'elle va geler les prix des réservations pour les abonnements "forfaits" valables pour les voyageurs prenant tous les jours le TGV, ainsi que pour ceux des étudiants, des élèves et des apprentis.
Hors TVA, "l'ajustement annuel des tarifs TGV (deuxième classe plein tarif) sera de 1,7% en 2012, soit strictement le taux de l'inflation prévue pour 2012", a-t-elle indiqué dans son communiqué.
 

Les millions de la sacro-sainte démocratie parlementaire française...

Francephi.jpg

La Chronique de Philippe Randa

La superposition de deux sujets à la une d’un média peut inciter à de vilaines pensées politiquement incorrectes.

Exemple, France Soir.fr de ce jour…

Un premier article est consacré à la « richesse » des partis politiques français. Il réserve deux surprises…

La première est que le Parti socialiste a les « caisses les mieux remplies, avec 55 millions d'euros en réserve contre un peu moins de 50 millions pour l'UMP »…

Explication : les adhérents du Parti à la rose ont mis davantage la main à la poche que ceux du parti présidentiel.

L’UMP se console en ayant « mis en place un système très efficace de récolte des dons des particuliers : il a ainsi recueilli plus de 7 millions d'euros quand le PS en recevait moins de 900. 000. »

La deuxième surprise vient du Parti communiste : « Malgré ses revers électoraux, lui roule encore sur l'or. Il se range au troisième rang des formations politique les plus riches, avec 32 millions d'euros de recettes (dont 15 millions versés par ses élus). »

Autrefois, des esprits chagrins sous-entendaient que Moscou la Rouge entretenait généreusement le Parti français à la faucille et au marteau.

Mais c’était alors le temps de la toute puissance de l’ogre soviétique…

Aujourd’hui, les fins de mois du PCF ne sont sans doute assurés que par la vente militante de muguet chaque 1er Mai comme il se plait à le faire croire.

Ce qui, toujours pour les mêmes esprits chagrins, semble tout aussi crédible que le financement de la campagne présidentielle d’Edouard Balladur en 1995 par la seule vente de tee-shirt à son effigie.

L’autre article du quotidien désormais publié exclusivement sur internet (www.francesoir.fr) est un SOS lancé par l’association des Restos du cœur :

Son président « craint que cette année les bénévoles soient contraints de servir moins de repas aux bénéficiaires » ; il tient donc à « alerter l'opinion sur un manque de fonds à hauteur de cinq millions d'euros. »

« En 2010, explique-t-il, les Restos du Cœur ont servi 109 millions de repas à 860 000 bénéficiaires.

Vu qu'un repas coûte un euro et que le nombre des bénéficiaires a augmenté de cinq millions, nous avons besoin de cinq millions d'euros. C'est mathématique. »

La réponse est peut-être à chercher du côté de la Commission nationale des comptes de campagnes et de financements politiques (CNCCFP) qui a publié ceux des partis politiques français.

On apprend ainsi que l'État a versé 69,5 millions d'euros aux 11 grands partis politiques.

Gageons que les éternels esprits chagrins, dans toute leur insolence coutumière, proposent ni plus ni moins que de ponctionner les 5 millions supplémentaires indispensables à la survie de ces nouveaux pauvres sur la cagnotte de ceux qui vivent grassement du fond de commerce de la politique politicienne.

Soit du malheur de plus en plus de Français qu’ils ont pourtant vocation à solutionner.

Mais ce serait évidemment une intolérable atteinte à la dignité de la sacro-sainte démocratie parlementaire française.

Ou pour le moins à la prospérité d’un grand nombre de ses représentants professionnels.

Note

(1) Très loin devant Europe Ecologie-les Verts (8,8 millions), le Modem (5 millions), le Front national (4,6 millions), Lutte ouvrière (3,1 millions), le NPA (2,2 millions), PSLE-le Nouveau centre (2,1 millions), le Parti radical de gauche (2 millions), et l'UDF (1,6 million).


© Philippe Randa est écrivain, chroniqueur politique (www.philipperanda.com) et éditeur (www.dualpha.com). Ses chroniques sont libres de reproduction à la seule condition que soit indiquée leurs origines, c’est-à-dire le site www.philipperanda.com.

"2012, année Marilyn Monroe" ?

Bien sûr que non ! Ce sera l’année Jeanne d’Arc, quoi qu’en disent les marchands de photos jaunies et de ragots éventés qui font déjà la queue à la porte des médias de masse. Quant à Marilyn…

La plus belle chieuse du monde ? Oh, n’exagérons pas : elle ne fait guère perdre leur emploi qu’à une centaine de personnes, quand le tournage de “Something’s got to give” (1962) est abandonné du fait de ses retards, de ses absences, de ses caprices et de ses vapeurs.

Née à Los Angeles (Californie) en 1926 Norma Jean (ou Jeane) Baker (ou Mortenson) de père indéterminé et de mère déséquilibrée, trimballée d’orphelinat en famille d’accueil, Marilyn fut certainement une petite fille très malheureuse. Circonstance qui fait aussi des femmes solides, pas seulement des exhibitionnistes vindicatives.

A 16 ans, elle épouse un ouvrier, qui s’empresse de s’engager… dans la marine.

A partir de 1944, ce sont les premières photos, puis les premières apparitions au cinéma, les premiers contrats d’une fille belle et talentueuse.

En 1953, elle a la grosse tête et refuse de parler à Otto Preminger, réalisateur de “La Rivière sans retour”, western qu’elle trouve indigne d’elle, et son partenaire Robert Mitchum doit jouer… le médiateur. Le film suivant, avec Sinatra, elle refuse de le tourner, et la Fox la suspend.

En 1954, elle épouse le joueur de base-ball retraité Di Maggio. Divorce 9 mois plus tard.

Marilyn, blonde peroxydée, bien roulée, échappée de l’usine (d’aviation de Los Angeles), rêve naturellement d’être une tragédienne shakespearienne. Ce fantasme est exploité par la famille Strasberg de l’Actor’s Studio, et à partir de 1956 Miss Monroe est sous la coupe permanente de Paula Strasberg, qui envenime encore ses relations avec les équipes de tournage.

En 1959 s’ajoute la dépendance à l’alcool, aux médicaments et à la psychiatrie. C’est aussi l’année de “Certains l’aiment chaud”. Un film hilarant qui connaîtra un grand succès. Mais Marilyn a fait un tel enfer du tournage (incapable de retenir une réplique de cinq mots quand par miracle elle est présente) que son partenaire (juif) Tony Curtis déclare à la sortie : « Embrasser Marilyn ? C’est comme d’embrasser Hitler. »

En 1961 son mariage avec l’écrivain Arthur Miller s’effondre à son tour, et l’actrice est internée quelques semaines en psychiatrie. Tandis que son ex la décrit comme « un monstre narcissique et méchant ».

L’année suivante est celle de la catastrophe finale. Son comportement sur le tournage de “Something’s got to give” est tel (quand elle est présente, chose rare) que la Fox annule et la licencie ! La belle, 36 ans, se lance dans une campagne de relations publiques – consistant principalement en photos dénudées sur la plage – pour faire plier la Major Company, et elle va y réussir quand survient sa mort mystérieuse.

Suicide ? Accident ? Erreur médicale ? Assassinat politique ou crapuleux ? La controverse est toujours en cours 50 ans après.

“Bonnes feuilles” du prochain livre de Patrick Gofman, le “Dictionnaire des Emmerdeuses”, à paraître en avril 2012 aux éditions Grancher.

Patrick Gofman

Israël installe ses industries de mort au coeur de New-York !

Le 19 décembre dernier, le maire de New York Michael Bloomberg a annoncé la création d’un nouveau campus de plus de 350 000 mètres carrés spécialisé dans l’ingénierie et les sciences appliquées au cœur de la ville de New York. La Cornell University basée à New-York et le Technion, Institut israélien de Technologie, ont été sélectionnés pour superviser la nouvelle institution.

A0-330.jpg

Véritables criminels en cols blancs, le président de l’Université Cornell, David J. Skorton (centre) et le président du Technion-Israel Institute of Technology, Lavie Peretz (gauche) serrent la main du maire de New York, Michael Bloomberg, à la fin d’une conférence de presse - Photo : Reuters/Eduardo Munoz
 

« Grâce à ce partenariat exceptionnel et à une proposition révolutionnaire de Cornell et du Technion, l’objectif de New York de devenir le leader mondial dans l’innovation technologique est désormais à portée de main », a proclamé Bloomberg.

« Lorsque les gens regarderont derrière eux dans une centaine d’années, je crois qu’ils se souviendront de ce jour comme d’un moment-clé dans la transformation de l’économie de la ville, » a déclaré Robert K Steel, adjoint au maire.

Le partenariat Cornell-Technion se traduira par un nouveau campus universitaire flambant neuf sur la Roosevelt Island, une tranche inactive et longtemps négligée de terre entre les quartiers de Manhattan et du Queens.

Une subvention de 350 millions de dollars venue du philanthrope Charles Feeney, complétée de 100 millions de dollars de fonds publics américains permettra de financer la construction du campus.

Le projet conjoint a été attribué après une compétition très médiatisée entre plusieurs universités de premier plan, et a été accueillie avec enthousiasme par le bureau du maire, ce qui lui a valu une couverture dans le New York Times.

Toutefois, ni Bloomberg ni le Times n’ont pris la peine de mentionner quelques faits qui pourraient avoir choqué les contribuables locaux cantonnés dans le financement du projet.

Présenté comme une initiative normale de recherche et développement qui promet de produire des milliers d’emplois et des centaines d’entreprises « spin-off » [issues de l’institution] de haute technologie, le campus de Cornell-Technion sera une aubaine pour le complexe militaro-industriel des États-Unis et d’Israël.

Pendant des décennies, le Technion a fourni les cerveaux nécessaires à la création des mécanismes complexes de contrôle au profit Israël, afin d’asseoir son emprise sur la Palestine.

Grâce à son partenariat avec l’industrie israélienne de l’armement en plein essor, les créations du Technion ont été intégrées dans des forces armées dans le monde entier.

Selon la formule du chercheur israélien Shir Hever, le Technion « s’est complètement enrôlé dans l’armée ».

En 2008, le Technion a signé un accord de recherche avec Elbit Systems, le géant israélien pour la production d’armes et de systèmes de sécurité.

Elbit est plus connu pour la fourniture du système de surveillance pour le mur de séparation israélien, une barrière de béton longue de 760 km qui s’avance dans la Cisjordanie occupée et qui permet l’annexion par Israël de dizaines de milliers de dunums de terres palestiniennes.

La société produit également des drones militaires qui ont été achetés par le Brésil et les forces aériennes américaines.

Les responsables d’Elbit organisent régulièrement des séminaires de recrutement pour les étudiants ambitieux du Technion.

Ces dernières années, le Technion s’est distingué dans le domaine de la robotique pour les systèmes d’armes, le développement de certains des plus récents drones aériens et véhicules de combat sans pilote, grâce à sa filiale « Arlene and Arnold Goldstein UAV & Satellite Center ».

Voici quelques créations de Technion destinées à renforcer l’occupation israélienne et à accroître la puissance en violence des véhicules blindés et avions sans pilote dans les guerres américaines et israéliennes en cours :

1 - Le bulldozer D-9 « Black Thunder » sans conducteur

Le bulldozer blindé est une arme essentielle de l’occupation israélienne, qui a contribué à la démolition de 25.000 maisons palestiniennes depuis 1967, selon le Comité israélien contre les démolitions de maisons.

A certaines occasions, des bulldozers ont été attaqués par des combattants de la résistance et des enfants palestiniens lanceurs de pierres.

Mais grâce à l’esprit novateur du Technion, qui se vante d’être le pionnier du bulldozer sans pilote, l’armée israélienne peut démolir des maisons, des oliveraies et des tunnels sans aucun risque pour la sécurité physique de ses soldats.

Comme Yaakov Katz, correspondant au Jerusalem Post pour les affaires militaires l’a rapporté : « Le commandement des forces terrestres de Tsahal prévoit de doubler le nombre de bulldozers D9 blindés sans pilote dans l’arsenal de l’unité d’ingénierie après que le véhicule ait fourni des résultats exceptionnels lors de l’opération Plomb durci dans la Bande de Gaza en janvier [2009] ».

2 - Le drone « furtif UAV »

Selon le site Web de la American Technion Society, en 2010 les étudiants du Technion ont conçu « un drone ’furtif’ conçu pour voler jusqu’à 2.977 km sans ravitaillement.

Il peut transporter deux ’bombes intelligentes’ de 499 kg chacune, et être équipé de différents capteurs (électro-optique, infrarouge et radar) pour permettre le fonctionnement dans l’obscurité et sous toutes conditions climatiques ».

L’arme semble être une version sans pilote du B-2 américain « Spirit », connu aussi comme le bombardier furtif.

Selon le Centre palestinien pour les droits de l’homme, l’armée israélienne a assassiné avec ses drones 825 Palestiniens dans la bande de Gaza depuis 2006.

La New America Foundation, un groupe d’études basé à Washington DC, a rapporté que l’armée américaine a assassiné plus de 1.800 civils et militants au Pakistan pendant la même période.

3 - Le mini-drone « Dragonfly UAV »

Des drones de taille réduite, contrôlables à distance et capables de voler par les fenêtres dans des maisons et des bâtiments pour des opérations délicates d’espionnage sont la dernière folie de la technologie des drones.

Les étudiants du Technion ont récemment conçu un drone de 9 pouces (23cm) de long et d’une envergure de 7,9 pouces (20cm), dans un design rappelant une libellule.

« La vitesse de l’avion relativement faible lui permet d’entrer facilement dans les pièces même par de petites fenêtres et de renvoyer des images grâce à un appareil photo miniature, » déclare le site Web de la American Technion Society.

Alors que l’industrie en Amérique est à l’agonie, les villes autrefois industrialisées veulent des projets high-tech en recherche et développement afin de stimuler leur économie à court de liquidités tout en remplissant des centres urbains à l’abandon avec une « knowledge class » jeune et en pleine ascension.

Le campus de Cornell-Technion NYC, par ses liens directs avec le complexe militaro-industriel américain et l’occupation israélienne, révèle les dessous inquiétants d’un modèle en apparence progressiste de la rénovation urbaine.

Au nom de la transformation de l’économie de la ville de New York, les contribuables ont été enrôlés dans l’univers inquiétant des guerres robotiques « asymétriques », dans lesquelles des cibles humaines sans visage sont liquidées par télécommande.

Toute une génération d’étudiants ambitieux à la recherche de carrières dans les domaines de l’ingénierie et des sciences, peut bénévolement fournir ses talents à l’occupation israélienne sans jamais avoir sous les yeux les conséquences de ses réalisations.

Source : info-palestine.net via France Eternelle

Londres publie son plan pour une invasion de la Syrie !

La Henry Jackson Society de Londres, un think tank de l’impérialisme libéral britannique, vient de publier son plan pour une invasion anglo-américaine de la Syrie.

Une telle opération, pour laquelle tous les moyens sont actuellement mis en œuvre par Londres, précipiterait le monde vers un conflit nucléaire entre les Etats-Unis et la Russie.

La HJS a été fondée à Cambridge en 2005 par des membres de l’establishment impérialiste britannique et leurs disciples néo-conservateurs américains.

Londres publie son plan pour une invasion de la Syrie!

Dans leur scenario, les partisans de Scoop Jackson (un sénateur américain va-t-en-guerre de la période Maccarthyste) proposent à l’OTAN ou à une coalition anglo-franco-americano-turque, de commencer par une campagne de frappes aériennes préventives afin de neutraliser les défenses antiaériennes de la Syrie, suivie d’opérations réduites au sol.
Le SAS britannique et les forces spéciales des Etats-Unis, de Turquie et du Qatar se déploieraient en coordination avec les forces rebelles pour établir une « zone de sûreté en Syrie » – une « Benghazi syrienne » – servant de base d’opérations pour les insurgés et où seront installés des équipements de cryptage et de télécommunication, notamment pour diffuser des programmes radio et télé « Syrie libre ».

En ce qui concerne la justification légale de l’attaque, la HJS suggère : « Une résolution de l’ONU critiquant simplement le régime Assad pourrait toujours être utilisé comme prétexte à une intervention ».
Mais comme la Russie et la Chine bloqueraient toute décision du Conseil de sécurité, poursuit le document, l’Assemblée générale de l’ONU pourrait invoquer la résolution 377A d’« Union pour le maintien de la paix » utilisée en 1950 pour autoriser le recours à la force en Corée malgré le véto soviétique.

Evidemment, le rapport affirme que les risques sont quasiment nuls car l’armée syrienne est faible, vieillissante et démoralisée ; il suffira d’empêcher l’infiltration de forces du Hezbollah côté libanais et de forces chiites côté irakien.
En outre la HJS affirme que la Russie ne s’engagera pas militairement en cas de conflit, la présence de ses navires de guerre n’étant qu’une « posture symbolique » visant à dissuader l’OTAN ; affaibli par la contestation et faisant face à la 6ème flotte américaine, Poutine ne s’engagera pas dans « une épreuve de force militaire internationale ».
La HJS promet tout au plus des « désagréments géopolitiques » ; une simple « pression américaine, britannique et européenne devrait être exercée sur le Kremlin pour qu’il retire ses forces navales de Syrie ».
Et l’on promet que le renversement du régime Assad « sera vraisemblablement accueilli avec reconnaissance ».

Il s’agit donc de précipiter les dirigeants occidentaux dans un conflit mondial en leur faisant miroiter, comme en Irak et en Afghanistan, une opération facile pour aller tuer un méchant, à la veille d’élections où tant Obama que Sarkozy sont en manque de popularité.
Et le grand problème, c’est que l’alliance anglo-américaine est déjà à pied d’œuvre en Turquie pour déclencher ce scénario.
Mais comme ce fut le cas en Libye, une intervention en Syrie (et aussi en Iran) serait impossible sans les forces américaines, le plus court chemin pour enrayer cette escalade vers un conflit mondial est d’évincer le président narcissique fou qu’est Obama.
 

Madoff fait des émules en France !

images.jpg

 Une de ses coreligionnaires, Sylviane Hamon, a tenté de créer une escroquerie de type « pyramidal » en Touraine, qui aurait fait des dizaines de victimes, comme l’a révélé la Nouvelle République.

Selon l’Association d’aide aux victimes d’infractions pénales (Adavip) d’Indre-et-Loire, une trentaine de personnes ont déjà porté plainte contre cette femme âgée de 49 ans.

« Beaucoup vont devoir faire des dossiers de surendettement, avec des interdictions Banque de France », a expliqué à l’AFP la responsable de l’Adavip, Marie-Paule Carrey.

Certains craignent même de devoir vendre leur maison pour rembourser, selon elle.

Comme l’escroc new-yorkais Bernard Madoff, cette femme est soupçonnée d’avoir fait miroiter pendant plusieurs années des placements juteux rapportant jusqu’à 30%, à des personnes qui lui faisaient confiance.

Elle ciblait des amis, des voisins, et même des membres de sa propre famille ou belle-famille, a révélé l’enquête menée par la section de recherches de la gendarmerie à Orléans.

Il est amusant de noter que le quotidien de gauche Libération (propriété du milliardaire franco-israélien Edouard de Rothschild) refuse de donner le nom de l’inculpée dans son article consacré à l’affaire.

150x50.jpg

Bilan du droit de vote des étrangers en Norvège

Arbeiderpartiet-150x150.jpg

La gauche norvégienne prise à son propre piège : par le double effet du droit de vote des étrangers (accompagné du droit d’éligibilité) aux élections locales depuis 1982 et du clientélisme envers les immigrés, les caciques de l’Arbeiderpartiet (Parti travailliste norvégien) se retrouvent remplacés eux-mêmes par des immigrés !

Ils ont été les artisans de la substitution ethnique des Norvégiens, ils subissent désormais de plein fouet ses effets en perdant leurs sièges électoraux.

Sur les 20 sièges attribués à l’Arbeiderpartiet dans le conseil municipal d’Oslo, 11 sont occupés par des immigrés (ayant la nationalité norvégienne ou non).

Sur le total des 59 sièges du conseil municipal d’Oslo, on trouve 19 élus d’origine non-norvégienne (d’ailleurs tous également non-européens).

Un élu historique du Parti travailliste (qui a résisté à la vague des candidats immigrés) se lamente :

« Nous avons aujourd’hui trois représentants du Somalie et du Somaliland. C’est plus que ce à quoi nous pourrions nous attendre. »

Sa solution ?

Proposer la désignation par avance d’une liste arbitraire de candidats pour chaque parti, afin de « rétablir l’équilibre ».

Et les éléphants du parti à leur siège.

Notre brave homme de préciser bien entendu qu’il ne remet absolument pas en cause les « compétences » de ces conseillers « issus de l’immigration ».

Il ne faudrait pas être accusé de…

Il émet cependant une hypothèse intéressante sur l’origine de ce raz-de-marée immigratoire en politique :

« Comparativement, les petits groupes de pression peuvent relativement faire de gros gains quand ils appliquent suffisamment de ressources.

Les groupes ethniques se sont montrés doués pour se mobiliser. »

On pourra difficilement lui donner tort.

On a presque quand même envie de lui dire : « Tu l’as bien mérité. Je valide, c’est une VDM. »

Mais qui parle d’appliquer le droit de vote des étrangers en France ?

150x50.jpg

Présidentielle : pas de Gouillon contre Poutou !

Par un communiqué de Fabrice Robert, le Bloc identitaire retire son candidat, Arnaud Gouillon.
 
Il appelait à voter Montebourg aux primaires PS.
 
Mais à présent, il donne ce choix à ses adhérents :
  • Pas de consigne de vote
  • François Bayrou
  • Marine Le Pen
  • Frédéric Nihous

Source : L'Echo Parisien

Capitalisme, socialisme et mondialisme ont détruit l’industrie française

La France a perdu près de 900 usines en trois ans !!!

417a7dfe-3145-11e1-a880-aa3373773d44.jpg

Le groupe finlandais M-Real a mis en vente en mai cette usine de 330 salariés.

Depuis trois ans, 100.000 emplois industriels ont été détruits.

Crédits photo : KENZO TRIBOUILLARD/AFP

La désindustrialisation de la France s'est accélérée au cours de la crise de 2008-2009. Près de 200 sites ont fermé en 2011.

La désindustrialisation de la France, entamée depuis les années 1970, a été fortement accélérée par la dernière crise économique.

Depuis 2008, l'observatoire de l'investissement de Trendeo, dont les conclusions ont été publiées ce mercredi dans Les Echos, a comptabilisé près de 900 fermetures d'usines.

400 d'entre elles ont été réalisées en 2009, année où la crise a été la plus forte et où l'emploi industriel a connu une véritable saignée.

Mais 200 sites ont encore fermé en 2011.

Parallèlement, près de 500 sites industriels se sont malgré tout installés en France.

Au total, la France compte aujourd'hui 385 usines de moins qu'en 2009.

En termes d'emplois, cette évolution est désastreuse.

Le recul de l'emploi n'est pas nouveau.

Rien qu'entre 2000 et 2010, 500.000 postes ont été perdus dans ce secteur.

Mais la crise de 2008-2009 a là encore, parallèlement aux fermetures d'usines, accéléré le processus.

Si le luxe, l'aéronautique et l'agroalimentaire s'en sortent mieux, les créations d'emplois enregistrées dans ces branches ne suffisent pas à compenser les pertes déplorées ailleurs, notamment dans l'automobile.

Depuis trois ans, 100.000 emplois industriels ont été détruits, compte Trendeo.

Au premier trimestre 2011, sous l'effet d'une amélioration de la conjoncture, l'hémorragie a été temporairement stoppée.

Le secteur avait créé des emplois (1.300), pour la première fois depuis 2001.

Mais les chiffres sont à nouveau repartis à la baisse en septembre, poussés par la crise de la dette. PSA, par exemple, a annoncé en novembre dernier la suppression de 4.000 postes en France.

Selon Trendeo, le phénomène est en train de s'amplifier.

La perspective reste négative en 2012 avec une entrée en récession annoncée de l'économie française et des perspectives internationales médiocres.

Source : Le Figaro Economie.fr

Incohérence : Jean-François Copé prône le « made in France » mais refuse le protectionnisme !

sans-titre.jpg

 Jean-François Copé, aujourd’hui sur RTL, s’est livré à un exercice périlleux consistant à défendre le « made in France », car il est populaire auprès des français, tout en rejetant catégoriquement l’idée de protectionnisme et même de « protectionnisme moderne » tel qu’avancé par Laurent Wauquiez, chef de file de la « droite sociale » et ministre de la Recherche et de l’Enseignement supérieur.

Refusant toute sortie de la matrice libérale et feignant de croire que le « protectionnisme » consisterait en une fermeture complète et totale des frontières, Jean-François Copé a notamment affirmé que «personne ne peut penser raisonnablement que le mot de protectionnisme est un mot moderne».

Pour le secrétaire général, le vrai sujet est de « relocaliser les activités, faire du made in France c’est-à-dire de gagner la bataille des coûts et de la qualité, qu’on imagine demain, une organisation du travail et donc du temps de travail, qui nous permette d’être plus compétitifs».

On regrettera cependant que Jean-François Copé n’aient pas donné les recettes pour atteindre cette compétitivité sur un marché ouvert et dérégulé où la France se trouve en concurrence avec des pays sans systèmes sociaux, sans salaires minimum, où le travail des enfants et le quasi-esclavage sont admis comme des formes normales de la production économique.

A part faire du « dumping social » et de nouvelles attaques contre les acquis sociaux et les salaires du peuple français, on voit en effet assez mal comment y parvenir.

C’est d’ailleurs peut-être ce qu’entend le cadre Ump quand il conclut : «On peut imaginer aussi de baisser le coût du travail ».

Source : Novopress.info

73 députés PS déposent un projet de loi facilitant le changement de sexe

enceint1-460x250.jpg

En ces temps de crise, il semble y avoir des priorités pour le parti socialiste : en effet soixante-treize députés de ce parti, emmenés par la députée de Gironde Michèle Delaunay, viennent de déposer une proposition de loi visant à simplifier la procédure de changement de la mention du sexe dans l’état civil, qui était jusque là conditionnée par la preuve d’une opération chirurgicale irréversible.

C’est “un pas en avant considérable pour les personnes trans-genres, jusqu’alors contraintes à un parcours long, pénible, douloureux -psychologiquement et physiquement- et également très coûteux” a déclaré Michèle Delaunay .

Il faut rappeler que déjà, la résolution 1728 du Conseil de l’Europe d’avril 2010 préconise d’inscrire dans les documents officiels “l’identité de genre choisie sans obligation préalable de stérilisation ou d’autres procédures comme une opération de conversion sexuelle ou une thérapie hormonale”.

Le projet de loi est soutenu par François Hollande, candidat PS à la présidentielle qui “a d’ores et déjà exprimé qu’il souscrivait à ce besoin de simplification des procédures”, d’après l’élue de la Gironde.

Les travaux du parlement s’achevant fin février, le texte n’a aucune chance d’être adopté d’ici la fin de la législature, quand bien même il recevrait le soutien de l’UMP, souvent en pointe quand il s’agit de contribuer, avec le parti socialiste , à ces sujets de société qui lui permette de ne pas passer pour “d’obscurs réactionnaires”.

Juste avant que les barbares ne s’emparent de Rome, les romains discutaient également du sexe des anges.

Source : Novopress.info

5 Rabbins Arrêtées pour Trafic d’Organes au terme de 10 ans d’enquête

Source : Altermedia.info

27/12/2011

Russie : enquête sur une tentative de déstabilisation.

                                                                                                                                                                              La nouvelle a inondé la toile comme un raz-de-marée.

Il suffisait de taper le mot « élections russes » sur un quelconque moteur de recherche pour que des centaines et des centaines de sites ou de blogs reprenant tous la même dépêche – la plupart du temps à peine retouchée – soient recensés.

Cette dépêche faisait état, sans ambages, de fraudes massives aux élections législatives russes du 4 décembre et reprenait comme une vérité biblique un obscur sondage attribué à l’ONG « l’Observateur citoyen ».

Or ce sondage, qui a été en fait publié par l’institut FOM, n’est désormais curieusement plus en ligne.

Après qu’il ait été rendu public par l’ONG animé par Dmitri Orechkine et repris en boucle par toutes les agences de presse de la planète, ce sondage controversé qui mettait « Russie unie », le parti de Medvedev, à 30% au lieu des 49,5 validées par la commission électorale russe n’est donc plus consultable…

Notre enquête commence donc par une étrange et inexplicable disparition.

Le sondage qui déclencha l’intense bronca médiatique mondiale et légitima à travers toute la Russie une brulante agitation a disparu…

La raison en est simple, ce sondage était un faux grossier !

La fraude est-elle réellement ce qu’on en a dit ?

Mais alors qu’en est-il réellement des fraudes qu’une presse occidentale n’a pas manqué de qualifier de massives ?

L’ensemble des irrégularités observées par l’ONG Golos, prétendument indépendante, a été recensé sur le site http://www.kartanarusheniy.ru/.

Dans une tribune libre publiée sur l’agence de presse RIA Novosti, l’analyste francophone de la vie politique russe, Alexandre Latsa, s’est livré à un examen méticuleux de tous les cas de fraude.

Loin de l’hystérie médiatique occidentale, force est de constater que la baudruche d’un vaste truquage électoral se dégonfle immédiatement.

Au total, 7.780 incidents divers ont été relevés lors des dernières élections législatives russes.

Cependant, si l’on ramène ces cas litigieux à ceux ne concernant que des « plaintes pour fraude au niveau de la comptabilisation des voix », le chiffre s’effondre littéralement pour ne totaliser qu’à peine 437 incidents.

Et encore, ces incidents ne concernent à chaque fois que des écarts de 100 à 300 voix tout au plus.

Par ailleurs, l’essentiel d’entre eux se concentre dans les régions du Caucase (une zone quasiment en guerre, ceci expliquant peut-être cela) et dans celle de Moscou.

Or, en prenant la fourchette haute des voix en litiges simplement sur la ville de Moscou, on totalise à peine 20.000 votes douteux.

Peut-on décemment imaginer que 20.000 voix en litige auraient permis au parti Russie unie de doubler son score sur Moscou ?

En comparaison, rappelons qu’aux USA 100.000 voix avaient disparu aux législatives de 1982 à Chicago et que 19.000 bulletins litigieux furent comptabilisés à la présidentielle de 2000 rien qu’en Floride.

Après analyse des éléments à charge, rien ne vient établir que cette élection fût outrancièrement truquée ou que le score de Russie unie fût frauduleusement gonflé.

Au contraire, le résultat en recul du parti majoritaire, dont la tête de liste était Medvedev et dont d’ailleurs Poutine s’était démarqué, démontrerait plutôt une normalisation du jeu politique – nous rappellerons aux journalistes occidentaux que Poutine n’est plus membre de Russie unie et œuvre actuellement à la création d’un nouveau parti panrusse.

En outre, tous les observateurs s’accordent pour reconnaitre que les temps de paroles entre les compétiteurs ont été scrupuleusement respectés, ce qui, cela dit en passant, est malheureusement de moins en moins le cas en Occident et notamment en France.

L’existence même de larges manifestations dénonçant la validité des résultats et qui se sont déroulées sans heurts ni violences, prouve à elle seule qu’un niveau supplémentaire de maturité démocratique a été franchi en Russie.

Ajoutons encore que des organisations politiques rassemblant à peine 10% des électeurs entrent au parlement au moment même où en France un parti réunissant entre 17 et 20% des intentions de vote n’a et n’aura sans doute aucun député. Il est donc triste de constater que même sur ce terrain, la Russie se trouve en position de donner des leçons de démocratie à un pays comme la France.

121811_1803_Russieenqut2.jpg                                                                                                                                                 L’ONG Golos est-elle aussi indépendante qu’elle le prétend ?

                                                                                                                                                     Mais alors pourquoi une telle agitation dans les chancelleries occidentales ?

Pour la comprendre, il suffit de renifler qui se cache derrière l’ONG Golos que dirige M. Gregory Melkoyants, au cœur de la polémique.

Cette ONG, qui se présente comme indépendante, s’est montrée extrêmement intrusive dans le processus électoral russe sous prétexte de l’observer.

L’Observateur citoyen, une autre ONG également très impliquée dans la controverse et souvent citée par les médias occidentaux, se révèle n’être qu’un des multiples pseudopodes de l’ONG Golos.

C’est donc bien Golos l’acteur central de l’agitation.

Or si l’on remonte les ficelles de son financement, on découvre que Golos est financée non seulement par la Commission européenne, mais aussi et surtout par le gouvernement américain via l’USAID, une officine plus que controversée et soupçonnée de servir de paravent à la CIA.

L’association Golos figure également sur la liste des ONG assistées par la National Endowment for Democracy (NED), une fondation qui s’emploie, depuis 1991, à étendre l’influence de Washington dans tout l’espace ex-soviétique et relaie les directives du Conseil de sécurité nationale étatsunien (NSC).

Cerise sur le gâteau, les médias russes ont publié un échange mail dans lequel la responsable de Golos demandait aux responsables de l’USAID combien l’ONG pourrait leur facturer « des dénonciations de fraudes et d’abus ». On est ici vraiment loin d’une ONG indépendante !

121811_1803_Russieenqut3.jpg

Qui se cache derrière Alexeï Navalny ?

Seulement voilà, Navalny traine derrière lui des casseroles qui ne manquent pas de plonger les plus sceptiques dans la circonspection.

Diplômé de l’université américaine de Yale, il y a suivi le World Fellows Program, un projet créé par le président de l’université Richard Levin en coopération avec l’ancien président mexicain Zedillo (proche de George Soros) afin de « créer un réseau global de leaders émergents ».

Ses participants ont l’honneur d’être formés par des agents étatsuniens ou britanniques notoires comme Lord Malloch Brown (ancien du Foreign Office), Aryeh Neier, présidente de l’Open Society Institute de George Soros, ou encore Tom Scholar, l’ancien chef de cabinet de Gordon Brown.

Autre révélation à son sujet : après s’être fait piraté sa boite mail, on apprend que Navalny est salarié de l’association américaine NED (toujours elle) et en lien étroit avec Alexandre Belov, le représentant d’une milice xénophobe viscéralement anti Kremlin : l’ex-DPNI.

Lorsqu’il s’agit d’alimenter l’instabilité sociale en Russie, toutes les compromissions semblent donc permises !

En outre, nous n’évoquerons pas ici le cas d’Édouard Limonov, gourou punk des Nationaux-bolcheviques russes, dont les gesticulations outrancières et les provocations burlesques auront finalement fait le jeu du très discrédité libéral Garry Kasparov avec qui il finira par s’allier au mépris de toute cohérence politique élémentaire.

Sur ce point nous renvoyons nos lecteurs à l’excellent livre d’Emmanuel Carrère « Limonov », aux éditions POL. 

121811_1803_Russieenqut4.jpg

                                                                                                                                                                                              Que pèsent réellement les Libéraux ?

                                                                                                                                                   Sans s’étendre sur les finalités géopolitiques et économiques attendues d’un telle déstabilisation, il est permis de douter des progrès démocratiques qui pourraient en ressortir.

Rappelons que le rapport des forces en Russie est largement défavorable au courant libéral, et ce de manière écrasante.

Le parti Iabloko* plafonne à 4% dans les sondages et peine à mobiliser parmi la population russe, même issue de la classe moyenne.

Hormis les libéraux minoritaires, l’ensemble des forces politiques ayant pignon sur rue en Russie sont farouchement anti-occidentales.

C’est d’ailleurs la seule position commune par-delà le caractère extrêmement hétéroclite des participants aux grands rassemblements de contestation du 11 et 24 décembre – 30.000 et 50.000 manifestants à Moscou, ce qui reste un succès très relatif pour une agglomération de 14 millions d’habitants.

On pouvait y voir en grande majorité des Ultra-nationalistes, des Monarchistes russes, des Communistes radicaux du Front de gauche, quelques Anarchistes, des Nationaux-bolcheviques et, noyés au milieu de tout ça, une maigrichonne poignée de Libéraux esseulés.

Pire encore, lors du rassemble du 24 décembre dernier, les principales personnalités du courant libéral comme Garry Kasparov ou Alexeï Koudrine ont été copieusement huées par la foule.

Seul l’intrigant Alexeï Navalny semble jouir d’une réelle célébrité en jouant des malentendus et en surfant sur l’exaspération populaire contre la corruption.

On est vraiment loin de ce vent libéral et démocratique chanté par les médias occidentaux.

Rappelons également que les leaders du KRPF** (parti communiste) et du LDPR** (nationalistes) – qui ne se sont pas privés de contester les résultats des élections législatives – ont qualifié le rassemblement du 12 décembre de « bêtise orange » et de « machination des services secrets américains ».

Rien n’indique donc que la déstabilisation profiterait in fine aux forces pro-occidentales.

Ce serait même certainement tout le contraire qui adviendrait.

La Russie reste un pays convalescent en proie à de vieux démons.

La corruption est endémique et les mafias restent puissantes.

A l’instar des révolutions arabes, une révolution des neiges ne ferait qu’ouvrir un boulevard aux franges les plus extrémistes et incontrôlables de la société russe.

Olrik

* Parti libéral russe dont la plupart des leaders sont, soit comme Vladimir Ryzhkov salariés par la NED, soit comme Boris Nemtsov en contact régulier avec des sbires du milliardaire américain George Soros.

** Le KRPF et le LDPR sont avec Russie juste (gauche nationaliste) les trois organisations ayant rassemblé suffisamment de suffrages pour siéger au nouveau parlement. Toutes trois, quoiqu’opposées à Russie unie, sont farouchement nationalistes et anti-occidentales.

Source : La Droite Strasbourgeoise

La République va donner 5 millions d’euros des Français aux gérants du camp d’Auschwitz !

                                                                                                                                                      Les autorités nous parlent de « rigueur » économique, les Français s’appauvrissent, nombre d’entre eux connaissent la précarité, certaines routes sont dans un état lamentable, etc., etc.

Mais cela n’empêche pas la République de débloquer 5 millions d’euros pour la « préservation » de l’ancien camp d’Auschwitz-Birkenau, installé par l’Allemagne nationale-socialiste dans le sud de la Pologne.
Cela a été annoncé aujourd’hui par la direction du musée d’Auschwitz. (source)

Les esprits mal tournés pourraient penser à ce que l’historien juif Norman Finkelstein appelle le « shoah business »… et se demander comment de telles priorités sont-elles rendues possibles…

150x50.jpg

565

                                                                                                                                                        C’est le nombre de mosquées ouvertes en France en 10 ans,

selon le médiatique rapport Kepel sur l’islam.

C’est-à-dire une par semaine.

150x50.jpg